Francaisdefrance's Blog

11/12/2011

« Perpét » pour le gérontophile « issu de l’immigration ».

On en connaît, des dingues. Mais comme celui-ci, rarement. Et c’est encore un immigré qui fait la richesse de notre pays, comme l’a dit Martine Aubry… Dans le cas présent, il se pose même comme victime de pulsions sexuelles incontrôlables. En prison, certains vont se charger de lui faire passer ses envies… Et « perpét », c’est long; très long… Genre d’individu à ne surtout pas expulser; il faut qu’il purge…. sa peine. Il est certain qu’il va avoir du mal de s’assoir pendant un moment; mais il va s’y faire, le « Rocco Sieffredi » des dunes. En pensant à ces deux dames âgées…

On les savait pédophiles, entre autres (comme le Prophète). Les voici maintenant « gérontophiles » ( http://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9rontophilie )…

Rien ne les arrête.

Bon; il va faire nuit, je vais rentrer mes poules; on ne sait jamais…

FDF

.


« Depuis mercredi, Norredinne Dif, accusé de viol  avec barbarie et de tentative de viol sur personnes vulnérables, deux femmes âgées de 81 et 86 ans,  se retranche derrière la responsabilité des médias  et de la justice pour expliquer ses actes. »
« A l’annonce du jugement, l’accusé n’a eu aucune réaction mais a adressé un doigt d’honneur à l’avocat général. Il a ensuite remercié les jurés. »

Norredinne Dif condamné à la réclusion criminelle à perpétuité



 Au terme de deux heures de délibéré, Norredinne Dif a finalement été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d’une période de sureté de 18 ans.

Norredinne Dif : un « malade » pour les parties civiles

Depuis mercredi, Norredinne Dif, accusé de viol  avec barbarie et de tentative de viol sur personnes vulnérables, deux femmes âgées de 81 et 86 ans,  se retranche derrière la responsabilité des médias  et de la justice pour expliquer ses actes. Du jour des faits,  il dit « ne rien se rappeler ». Les experts évoquent  tous les traits d’un « psychopathe dangereux ».

NORREDINNE DIF pleure… Il pleure sur lui-même. Il se lève, s’adresse à grand renfort d’effusion et de mots choisis aux victimes. « Ce n’est pas à elles d’avoir honte. C’est moi l’agresseur, c’est elles les victimes. Je ne voulais vraiment pas ça… Je n’ai aucune excuse. Ma peine n’a aucune importance pour moi… Comment expliquer quelque chose qui m’échappe, qui me dépasse ? ».
L’homme soupire, se prend la tête dans les mains, quand il ne s’en prend pas à l’avocat général. Alors que les experts ont décrit tout au long de la matinée les traits d’un « psychopathe », d’un « homme dangereux en terme criminologique » (lire ci-après), l’accusé va s’emmêler dans ses contradictions, n’amener aucune explication sauf à parler de lui-même. Des faits, « il ne se souvient de rien. Ce n’est pas de la mémoire sélective, je n’ai aucun souvenir… J’avais bu dès le matin ». Il n’expliquera rien de ce passage à l’acte, si ce n’est de se retrancher – encore et encore – derrière la responsabilité des médias ou de la justice.
La partie civile attendait des explications, elle n’en aura pas. Pas un mot, pas un début d’explication. Me Beyer-Buchwalter, écœuré par tant d’indifférence et de cynisme, ne s’essaiera même pas à lui poser de questions. Me Ammoura va tout simplement se confronter à un mur, l’accusé refusant de parler à l’avocat, également partie civile dans une précédente affaire.

La colère des parties civiles
Il dit ne « pas fuir ses responsabilités », mais ne parle pas du jour des faits. C’en est pathétique… Il dira « ne pas avoir d’explications ». Il parle de sa souffrance, de son mal-être face à son « problème anatomique »… mais semble oublier celle des victimes. Il dira simplement avoir « été un monstre sur les faits, mais par procuration… Je ne suis pas un monstre en réalité. J’ai été lâche, mais je n’ai pas été lâche toute ma vie. J’ai toujours travaillé… J’ai honte ».
« Une fuite en avant » inacceptable pour Me Beyer-Buchwalter, l’avocat de Colette (*), 81 ans, violée avec une telle barbarie que c’en est indicible. L’avocate va hausser le ton. « Ce n’est pas acceptable. J’ai le sentiment d’une victime là dans le boxe… Et cette dame-là, sur le banc, elle est quoi ? Une blessée de la vie qui n’avait rien demandé à personne. Elle est là aujourd’hui, elle a su garder toute sa dignité contrairement à vous ».
Et de s’emporter, alors que Norredinne Dif garde la tête baissée. « Il est assez extraordinaire d’avoir un procès dans lequel l’accusé n’a prononcé aucun mot, pas un mot sur les faits. Il est tellement plus simple de se réfugier derrière un trou noir. J’attendais un minimum de courage de votre part. Il n’a pas de véritables remords, pas de regrets authentiques… Vous cherchez des explications sur vous-même, mais vous avez commis l’irréparable avec une violence inouïe… Quand je vois la taille de votre poing et la taille de la victime. Vous lui avez ravagé l’anus, le vagin. Elle a été massacrée ! Vous avez brisé deux vies ce jour-là, deux sœurs qui étaient là, qui ne demandaient rien à personne. Et si sa sœur n’avait pas été là ce soir-là, elle serait morte aujourd’hui. Vous l’avez abandonnée en la laissant se vider de son sang… J’aurais aimé que vous leviez la tête. On n’est pas un homme à la longueur de son pénis, on est un homme quand on est un homme courageux. Vous êtes un malade. Votre place n’est pas dans notre société ».
Pour la défense d’Alice (*), victime d’une tentative de viol le même jour, une femme de 86 ans qui a depuis perdu toute autonomie et va devoir être placée, « parce qu’il lui a brisé le bras »… Me Ammoura va rappeler le passé de l’accusé, un passé qu’il connaît bien pour avoir défendu une autre victime de ses viols. Il va surtout mettre Norredinne Dif face à ses contradictions. « Il refuse de répondre à mes questions, parce qu’il sait que je sais ce qu’il a fait. J’ai le sentiment qu’à la suite de la décision prise par la cour d’assises de la Marne (NDLR : un acquittement), il s’est parfaitement convaincu qu’il était lui-même innocent. C’est pour cela qu’il a accepté, après son acquittement, de se soumettre aux prélèvements ADN… Et voilà, l’inimaginable s’est produit ce 29 novembre 2008. Ce n’est pas un hasard s’il est arrivé là ! ». Et d’évoquer « un homme dangereux. Il a causé des dommages irréparables. Elle ne peut plus vivre sereinement la fin de sa vie. Elle a près de 90 ans. Ça fait maintenant un peu plus de 3 ans qu’elle se bat pour essayer de rester dans son domicile… et ce n’est malheureusement plus possible. Elle a toujours peur. Il s’est produit ce jour-là l’inimaginable pour cette femme ». Tête dans les mains, Norredinne Dif ne relèvera jamais la tête…
L’audience doit reprendre ce matin par les réquisitions de l’avocat général et la plaidoirie de ses avocats. Norredinne Dif, que Me Beyer-Buchwalter a qualifié de « gérontophile », sera fixé sur son sort dans l’après-midi. Il encourt, mais à l’en croire, il le réclame lui-même, la réclusion criminelle à perpétuité.
C. G.

Source: http://www.lunion.presse.fr/

(*) Prénoms d’emprunt.

4 commentaires »

  1. Il n’y a plus de peine de mort….soit
    Mais il este le sécateur….

    Commentaire par henri — 11/12/2011 @ 19:13 | Réponse

  2. on devrait faire comme au temps de la Grèce antique : l’attacher à un arbre et le donner à un âne …
    après tout qui se ressemble s’assemble ; il pourra comparer avec le sien

    Commentaire par thibault — 12/12/2011 @ 07:37 | Réponse

  3. Le plus révoltant dans tout ça c’est qu’il a déjà fait 2ans 1/2 voir 3ans de prison et à mon avis dans la magnifique société ou nous vivons qui se croit dans le monde des bisounours d’ici moins de 10ans il est dehors!! Il récidivera comme tous les autres et on aura tous nos politiques qui s’offusqueront, se renverront la balle et feront semblant d’instaurer de nouvelles dispositions pour ce genre d’individus comme nous avons pu le constater dans les différentes affaires arrivées récemment!! Mais tout ceci n’arrive malheureusement toujours qu’à posteriori quand le mal est fait et la plupart du temps les dégâts moraux et/ou physiques irréversibles!!
    En conclusion je rejoins les 2 précédents commentaires mais je changerai l’ordre, d’abord l’âne (ou même plusieurs), ensuite le sécateur et bien émoussé de préférence!!

    Commentaire par Niklas — 12/12/2011 @ 13:06 | Réponse

  4. Offrons-lui le même traitement qu’il aurait eu dans la très sainte terre de mohamed. La-bàs un viol, je crois que cela vaut la perte de sa tête, n’est ce pas?! De toute façon il l’avait déjà perdu pour faire une chose pareil! Inhumain!

    Commentaire par Arbre — 13/12/2011 @ 00:14 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :