Francaisdefrance's Blog

17/11/2011

Le Premier ministre turc Erdogan a récemment fait une visite officielle en Allemagne. Il a encore une fois appelé les immigrés colons turcs à ne pas s’assimiler.

J’ai toujours pensé que ce type était un faux jeton, qui se félicite de prendre les Européens pour ses futurs esclaves. Et nos dirigeants continuent à le recevoir. A ne plus rien y comprendre…

Allez; je vous la replace:

Erdogan (premier ministre turc) a déclaré en 1999 : «Les minarets sont nos baïonnettes, les coupoles nos casques, les mosquées nos casernes et les croyants nos soldats.».

FDF

.

Erdogan humilie Merkel sur son sol !

ON CROIT REVER QUAND ON VOIT L’AUDACE DE CE PERSONNAGE QUI ORDONNE AUX TURCS DE NE PAS S’INTEGRER, ET DE NE PAS APPRENDRE LA LANGUE DE LEUR PAYS D’ACCUEIL MAIS MIEUX ENCORE  IL EXIGE DES ECOLES TURQUES.

QUANT A NOUS,  NOUS CONTINUONS DE LEUR VERSER DES SOMMES INVRAISEMBLABLES  AFIN QU’ILS VIENNENT MIEUX ENCORE NOUS COLONISER.

SI CA S’APPELLE PAS SE FOUTRE DE LA GUEULE DU MONDE !

____________________________________________________________________________

Erdogan humilie Merkel sur son sol : que le immigrants turcs vivant en Allemagne apprennent la langue allemande est « contraire aux droits humain.  Alors que la CDU et le SPD glosent sur l »intégration, Erdogan   vient en Allemagne afin de répéter aux colons turcs de ne surtout pas devenir allemands

Un journal allemand a comparé Erdogan à un Roi qui visite ses sujets dans ses colonies...

Les Turcs en Allemagne : les invités s’emparent de la maison !


Lire aussi :

« Je fais un rêve – l’Allemagne deviendra Turkland »

Le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan était en Allemagne les 1er et 2 novembre pour marquer le 50ième anniversaire de l’accord sur les « travailleurs invités ». 

Erdogan a transformé ce qui était supposé être une opportunité amicale de faire un bilan en une plate-forme pour lancer une nouvelle tirade contre les offenses et carences supposées dans le traitement des immigrants turcs vivant en Allemagne, population estimée à 3.5 millions.

Erdogan a dit que l’insistance allemande à exiger que le immigrants vivant en Allemagne apprennent la langue allemande est « contraire aux droits humains ». Il demande que Berlin accorde la citoyenneté aux immigrants turcs sans considération de leurs efforts pour s’intégrer à la société allemande.

Pour faire bonne mesure, Erdogan a accusé l’Allemagne d’être un « complice » de la campagne de terreur lancée en Turquie par le Parti des travailleurs kurdes (PKK). Il a aussi blâmé l’Allemagne pour faire dérailler la demande turque vieille de plusieurs dizaines d’années à rejoindre l’Union Européenne.

Ajoutant à la controverse, un groupe de scientifiques, de politiciens et d’activistes des droits de l’homme allemands a accueilli la visite d’Erdogan en déposant une plainte pour crimes de guerre contre le Premier ministre turc et neuf autres officiels politiques et militaires d’importance.

La plainte déposée auprès du bureau du procureur fédéral dans la ville de Karlsruhe au sud-ouest de l’Allemagne le 2 novembre 2001, est fondée sur la législation de « juridiction universelle » de 2002 qui donne aux cours allemandes le droit de poursuivre les auteurs de violations des humains quel que soit le pays où les crimes ont été commis.

L’action en justice accuse Erdogan et d’autres de dix actes de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, incluant la torture et l’utilisation d’armes chimiques en rapport avec les opérations militaires turques contre les rebelles kurdes depuis 2003.

Le président allemand Christian Wulff et la chancelière allemande Angela Merkel avaient invité Erdogan pour assister à une cérémonie commémorant l’accord de recrutement de main-d’oeuvre du 31 octobre 1961 entre l’Allemagne de l’Ouest et la Turquie qui a permis l’afflux de millions de travailleurs turcs en Allemagne au cours des 50 dernières années. Cependant cet accord marque le début des problèmes actuels de l’Allemagne avec l’immigration musulmane.

Par le passé, en 1961, l’économie de l’Allemagne après de la seconde guerre mondiale était florissante et des traités similaires avec la Grèce, l’Italie et l’Espagne étaient insuffisants pour fournir la demande apparemment insatiable de main-d’œuvre. À la fin de 1969, plus d’un million de « travailleurs invités » étaient arrivés en Allemagne pour travailler dans les zones industrielles du « pays hôte ».

L’idée de départ était que les travailleurs turcs retourneraient chez eux après une période de deux ans, mais la « clause de rotations » ainsi dénommée a été retirée du traité germano-turc en 1964, en partie après des pressions des secteurs de l’industrie allemande qui ne voulaient pas payer constamment les coûts de formation de nouveaux travailleurs. Le résultat prévisible était que beaucoup de Turcs ne retournèrent jamais chez eux.

Aujourd’hui, la population turque en Allemagne a explosé ; les turcs constituent maintenant la plus grande minorité ethnique. Les démographes s’attendent à ce que la population turque en Allemagne s’accroisse exponentiellement dans les prochaines décades, grâce à la fois à une forte fécondité et une forte demande de travailleurs étrangers.

La demande allemande en travailleurs étrangers est alimentée par une crise démographique : la population allemande est non seulement vieillissante, mais aussi en diminution rapide. Selon des projections récentes du Bureau allemand des statistiques, la population de l’Allemagne qui est actuellement de 82 millions et qui est la plus importante de l’Union Européenne, devrait diminuer de près de 20% à 65 millions dans les cinq prochaines décades. En même temps, 34% de la population aura plus de 65 ans et 14% aura plus de 80 ans en 2060, comparés aux chiffres de 20% et 5% respectivement en 2009.

Les défis combinés de la dépopulation et de son vieillissement auront des conséquences majeures pour la pérennité du système allemand de sécurité sociale qui va du berceau à la tombe. Par exemple, le nombre de pensionnés qui devront être entretenus par la population en âge de travailler pourrait presque doubler en 2060 selon le Bureau fédéral des statistiques. Alors que 100 personnes en âge de travailler entre 20 et 65 ans devaient fournir des pensions à 34 retraités en 2009, ils devront générer un revenu pour 63 à 67 pensionnés en 2060.

Sans surprise, les Allemands sont inquiets du futur ; leur inquiétude alimente un débat national sur l’immigration et l’intégration musulmane, ainsi que sur le rôle de l’islam dans l’Allemagne. Les Allemands sont particulièrement concernés par la présence de millions de musulmans non intégrés.

Cela implique que dans le futur, l’Allemagne va devenir encore plus dépendante des immigrants. En outre, les Turcs continueront d’être une source importante de main-d’œuvre, surtout en considérant que le taux de natalité chez les immigrés turcs en Allemagne (2,4 enfants par femme) est presque le double de celui des Allemands autochtones (1,38, un taux bien inférieur au taux de remplacement des générations, qui est de 2,1 enfants par femme). Si ces chiffres se maintiennent, les démographes prédisent que le nombre d’Allemands de souche sera réduit de moitié dans environ six générations, tandis que le nombre d’immigrés musulmans en Allemagne devrait plus que quadrupler au cours de cette même période.

Dans un discours mémorable en octobre 2010, Merkel a concédé que les efforts de l’Allemagne pour bâtir une société multiculturelle d’après-guerre ont échoué totalement. « totalement échoué ». Elle a dit : « Nous sommes un pays qui au début des années 1960 a amené des travailleurs invités [musulmans] en Allemagne. Ils vivent désormais parmi nous et nous nous sommes longtemps mentis à nous-mêmes en disant qu’ils ne resteront pas et qu’ils disparaîtront un jour. Cela n’est pas la réalité. Cette approche multiculturelle – en disant que nous vivons simplement côte à côte et en sommes heureux – cette approche a échoué, échoué totalement. »

Confronté à la réalité que plus de un million d’immigrants vivant en Allemagne ne parlent pas du tout allemand, le gouvernement a récemment commencé à pousser les enfants de parents non germanophones à développer une meilleure connaissance de la langue allemande.

Cela a irrité Erdogan, qui durant une précédente visite en Allemagne en février 2011 a sommé les immigrants turcs d’apprendre à leurs enfants à lire et écrire le turc avant l’allemand. Parlant devant une foule de plus de 10.000 immigrants agitant des drapeaux turcs et criant « la Turquie est grande » dans la ville industrielle de Düsseldorf, Ergodan a dit : « nous sommes contre l’assimilation. Personne ne devrait être en mesure de nous éloigner de notre culture et de notre civilisation ».

Durant une visite similaire à Cologne en février 2008, Erdogan a dit devant une foule de plus de 20.000 immigrants turcs que « l’assimilation est un crime contre l’humanité » et les a enjoint à résister à l’assimilation au monde occidental. En mars 2010, Erdogan a demandé à l’Allemagne d’ouvrir des écoles primaires et secondaires en langue turque.  

La réaction en Allemagne à la rhétorique d’Erdogan a été négative.

Le journal de centre-droit Die Welt, dans un article d’opinion intitulé « Les appels à la division d’Ergodan manquent de tact »,  a écrit que le Premier ministre turc s’engageait dans une « pure guerre culturelle » avec pour credo : « turc un jour, turc toujours ». L’article dit « Chacune de ses visites officielles ressemble plus à celle d’un roi visitant ses colonies. Ergodan croit être le patron de tous les trois millions de turcs en Allemagne, comme si ils lui appartenaient. Cela est une attitude paternaliste et en fait non démocratique et nationaliste ».

Le journal respecté Die Zeit, dans un article intitulé « Erdogan: une malédiction pour les turcs d’Allemagne », écrivait : « Le Premier ministre Erdogan est un désastre pour les Turcs en Allemagne. Une fois de plus, Erdogan a utilisé sa visite en Allemagne pour parvenir à ses propres desseins nationalistes. Une fois de plus, il est revenu sur le thème de la langue turque : les enfants devraient d’abord apprendre le turc avant l’allemand. Bien sûr, il est souhaitable que les enfants avec des racines turques apprennent le turc. Le problème des échecs d’une éducation entièrement turque ne se trouve pas dans la première langue acquise, mais dans une médiocre maîtrise des deux langues. Des centaines de millier d’enfants ne peuvent de fait parler correctement ni le turc ni l’allemand ».

Le journal dit que la rhétorique enflammée d’Ergodan se résume entièrement à des considérations de politique intérieure. Die Zeit écrit : « Ergodan n’est pas réellement intéressé par le sort des immigrants turcs et de leurs enfants. Sa prestation théâtrale et nationaliste n’est qu’un jeu utilisant les sentiments et les frustrations des turcs allemands. C’est une posture qu’il considère prometteuse : Ergodan veut tirer parti de la colère du citoyen turc. Pourquoi veut-il une double citoyenneté ? Pour pouvoir faire campagne pour des votes en Allemagne et ainsi gagner des voix parmi les électeurs de l’étranger. La pompe et splendeur nationaliste d’Ergodan est bien embarrassante et rend l’accession de la Turquie à l’Union Européenne bien moins probable. »

Soeren Kern est « Senior Fellow » pour les relations transatlantiques au groupe madrilène « Grupo de Estudios Estratégicos / Strategic Studies Group  ». Suivez le sur Facebook.

Source : Turks in Germany: The Guests Take Over the House

http://www.postedeveille.ca/2011/11/les-turcs-en-allemagne-les-invites-semparent-de-la-maison.html#more

http://lechevalierfrancois.over-blog.com/article-erdogan-humilie-merkel-sur-son-sol-que-le-immigrants-turcs-vivant-en-allemagne-apprennent-la-langu-88855415.html

Traduction: Poste de Veille


3 commentaires »

  1. (…) immigrés colons (…)

    Sans vouloir faire de mauvais jeu de mot (quoi que =op), ce sont vraiment des trous du cul =op

    Commentaire par BVK — 17/11/2011 @ 16:24 | Réponse

  2. Qu’ils continuent comme cela, ils montrent leur vrai visage. Cela ouvrira peut-être les yeux des gens.

    Commentaire par Français ou rien — 18/11/2011 @ 00:41 | Réponse

  3. Merkel aurait dû le renvoyer chez lui comme tous les Turques qui l’écoutent. Vraiment nous devenons de plus en plus inconsistants, pour ne pas dire c..s

    Commentaire par Christiane Lapotre — 18/11/2011 @ 13:11 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :