Francaisdefrance's Blog

02/10/2011

Notre France…

Une petite vidéo sympa. A voir ou revoir… Inscrivez-vous; ça en vaut la peine. Et si ça ne vous donne pas l’envie légitime de « résister », on ne peut plus rien pour vous…

FDF

.

Voir ici: http://youtu.be/5E7jStc38Q8

La Longue Marche des Harkis interdite à la Cérémonie des Invalides

Filed under: Collabos,Honte d'etre francais,Politique — francaisdefrance @ 20:45

 

Parions que le CFCM a su faire les pressions qu’il fallait et que Sarko s’est couché une fois de plus.
Que les Harkis sachent que le peuple français a honte de la façon dont les Harkis ont été traités.

Il n’est plus un secret, pour personne, que De Gaulle a, en toute connaissance de cause,intentionnellement et volontairement, abandonné les Harkis à la barbarie des terroristes du FLN après leur avoir abandonné l’Algérie.
Etait-il possible que Nicolas Sarkozy, chef de l’UMP gaulliste et Chef d’Etat, aille plus loin, encore, dans le parjure, l’infamie et le déshonneur, que son mentor De Gaulle ?
Zohra Benguerrah et Hamid Gouraï, de la Coordination Nationale du Mouvement de la Résistance Harkie, organisateurs de La Longue Marche des Harkis et des Pieds Noirs, racontent, aux Petits échos de l’Echo d’Oran, leur journée du 25 septembre 2011.

PARIS, dimanche 25 septembre 2011

« A notre arrivée à Paris,  la caravane des Harkis a été prise en chasse par un important dispositif policier, gendarmerie , Renseignements généraux, avec force gyrophares et « deux tons » qui ne manquaient pas d’ameuter la population parisienne.

Nous étions sur le point de nous rendre aux Invalides, après avoir pris le déjeuner dans une pizzeria à Issy-les-Moulineaux, car nous étions attendus par de nombreuses personnes informées de notre arrivée.
En sortant de la pizzeria, nous étions mis sous surveillance par des policiers en civil et, dès que nous avons fait mouvement vers le lieu de rendez-vous, les policiers nous ont suivis jusqu’au Trocadéro.
Arrivés, là, près de la Tour Eiffel, les forces de l’ordre nous ont empêchés de poursuivre notre marche jusqu’au lieu de rendez-vous, but final de notre Longue marche entamée, un mois plutôt, à Montpellier.
Comme nous demandions à un commissaire et à des gendarmes pour quelles raisons ils nous empêchaient de nous rendre aux Invalides, ils nous ont expliqué qu’ils avaient reçu des ordres, en ce sens, de Monsieur FREMONT, directeur de cabinet de Nicolas SARKOZY et de Michel GAUDIN, Préfet de police de Paris.

L’ordre de stopper notre marche venait de l’Elysée.

Pourtant, à aucun moment nous n’avons menacé l’ordre public. Nous étions là, pour rendre Hommage à nos Parents, lors de la cérémonie qui était organisée, en présence du Chef de l’Etat, aux Invalides, en cette journée nationale qui leur est dédiée chaque année, le 25 septembre.
Plus odieuse, encore, a été la stratégie policière et militaire employée, par ces forces pour nous retenir prisonniers dans ce quartier du Trocadéro.
Nous étions, en tout, 30 personnes avec les deux camionnettes de la Longue Marche et les amis qui nous accompagnaient avec leurs voitures personnelles.
Ils nous ont encerclés puis séparés en deux groupes et maintenus sur les trottoirs sans que nous puissions en bouger.
Ils ont procédé comme pour l’arrestation de dangereux malfrats qui s’apprêtent à commettre un acte criminel.
Oui, nos amis ont été arrêtés comme de dangereux criminels préparant un mauvais coup.
Sauf que… aucun de ces représentants des forces de l’ordre n’a été capable de dire à quel titre ils leur interdisaient d’aller plus loin.
N’ayant commis aucun délit, n’ayant provoqué aucun trouble à l’ordre public au cours de leur marche, très médiatisée, depuis son départ de Montpellier,  la Préfecture de Police de Paris ne pouvait prétexter à un éventuel désordre de la part de personnes d’un certain âge, respectueuses des lois et de leur droit qui marchaient dans le calme et la dignité, depuis 30 jours, à travers les villes de France.
L’interdiction ne pouvait, donc, venir que de l’Elysée.
Nicolas SARKOZY a interdit  aux Fils des Harkis de l’Armée française, d’assister à la cérémonie du Souvenir qui honorait leurs pères, en ce 25 septembre 2011. 
Cérémonie à la Mémoire de ces hommes, valeureux combattants, qui ont donné leur vie pour la France et ont été si mal récompensés par le Chef des Armées qui, alors,  les avait livrés à la barbarie de l’ennemi FLN sur le territoire devenu algérien.
Au nom de quel droit, au nom de quelle loi, un président de la République peut-il interdire à des citoyens français d’assister à une cérémonie officielle ?
Le chef de l’Etat a interdit, aux fils de Harkis, l’accès à l’Esplanade des Invalides, parce que, tout simplement, la cérémonie se déroulait dans le « haut-lieu de la mémoire gaullienne » (très – trop – militairement gardée).
En les laissant « sur le pas de la porte », devant les Invalides, Sarkozy aurait montré, au vu et au su de la population française – tous les media étant présents –  le mépris de De Gaulle pour ces enfants de la France, issus de l’immigration qui, depuis cinquante ans, demandent réparation à l’Etat Français, pour les fautes commises par De Gaulle, sur leur communauté.
Cette action aurait pu entacher le souvenir du général que la France SE DOIT d’entretenir et il fallait, impérativement, préserver le culte que tous les présidents gaullistes vouent à cet homme qui a, délibérément, abandonné, dans les plus criminelles conditions, les Harkis et les Français d’Algérie.
Encore une fois, la politique de Nicolas Sarkozy (comme celle des autres chefs d’Etat gaullistes, avant lui) a été de renier les vrais soldats de la France pour ne conserver à la mémoire de la France glorieuse, que les hauts-faits d’un général qui n’avait aucune considération pour les hommes qui étaient sous sa responsabilité.
Ainsi, en ce jour du 25 septembre 2011, « Les Invalides » sont restés, dans la plus pure tradition gaulliste, le lieu de culte entretenu à la mémoire du colonel qui s’est distingué aux batailles de Moncornet . A la « Poche d’Abbeville ». A la « Poche de Royan ». Batailles gagnées, sans honneur et sans gloire, contre un ennemi déjà en déroute.
Non. Nicolas SARKOZY ne pouvait pas accepter que des enfants de Harkis viennent contredire la « légende surfaite » de celui dont il se réclame. Et, tout comme l’a fait De Gaulle, il a, une nouvelle fois, condamné les Harkis et leur descendance à retourner dans l’oubli des vrais-faits de guerre de la France.
Pour toutes ces raisons, il fallait donc tenir éloignés les fils de Harkis, de « ce musée de la mémoire » et, par là-même, les empêcher de dire tout haut, prenant la France entière pour témoin, que Nicolas Sarkozy, lui-même, n’avait pas respecté la parole qu’il leur avait donnée en 2007.
C’est uniquement pour cela que la Longue Marche des Harkis a été interceptée si près de son but et tenue éloignée, « comme au secret », le temps de la cérémonie.
C’est un abus de pouvoir caractérisé par un Chef d’Etat peu respectueux de la valeur des Hommes qui ont servi la France.
Ce que nous retiendrons, de cette politique gaullienne, n’est que le déshonneur qui l’entache. Le déshonneur par le mépris. Le déshonneur par le mensonge. Le déshonneur par la dissimulation de la Vérité Historique.
Le 25 septembre 2011, Nicolas Sarkozy a commis la plus grande faute de sa carrière politique. Il s’est déshonoré devant l’Armée française.

Scoop : Accord confidentiel Union européenne/ Turquie vers l’entrée dans l’UE – par Jean-Patrick Grumberg

 

Mercredi 28 septembre 2011, le Ministre turc des affaires étrangères a fait savoir, dans un communiqué (reproduit intégralement en fin d’article) destiné aux membres du Parlement Européen, et que la plupart des grands médias ont « oublié de mentionner », (alors que les Européens sont largement hostiles à l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne), que la Turquie et le Ministre Européen Egemen Bagis ont signé un accord fondamental qui ouvre une nouvelle étape dans les négociations.
Selon l’accord, « les bureaucrates turcs vont dorénavant participer, avec les Eurocrates, à l’établissement des règlements et l’implantation de la politique Européenne ». Le communiqué précise qu’ « il s’agit d’une étape essentielle dans les relations entre la Turquie et l’Union Européenne, car les Turcs vont être maintenant acteurs à part entière dans l’établissement de la législation et de la politique européenne ».
« Le nouveau réseau ainsi créé dans les couloirs des commissions européennes et des institutions va non seulement contribuer à une compréhension mutuelle, mais va également dissiper les erreurs de perception et les préjugés contre l’entrée de la Turquie dans le coeur et les pensées de certains Européens ». (« certains » européens)
Geert Wilders, Président du PVV, un Parti de droite pour la démocratie et la liberté très proche des préoccupations des Hollandais, et troisième plus important parti néerlandais, a été le premier à dénoncer l’accord.
G. Wilders : « Erdogan a jeté le masque et s’est comporté en vulgaire guerrier (ndr : intimidations envers Israël et Chypre en relation directe avec la découverte de gisements gaziers extrêmement importants en Méditerranée dans les eaux sous souveraineté israélienne et chypriote grecque).
G. Wilders : « De cet accord, il apparaît que la Commission Européenne a perdu la tête en laissant entrer le cheval de Troyes islamique, et laisse maintenant aux turcs le droit de participer à l’élaboration des lois européennes (qui seront -aussi- valables pour les Pays-Bas).
G. Wilders : « il est grand temps une fois pour toutes de mettre fin à cette mascarade, et de dire aux turcs qu’ils ne sont pas les bienvenus au sein de l’Union Européenne. Ni maintenant, ni demain, ni jamais ! »
Pour Barry Madlener (député européen du P.V.V.) :  « Il est scandaleux, alors que la Turquie crée des problèmes pour la sécurité de la région (Grèce, Chypre, Israël), que la commission européenne tente d’accélérer l’entrée de la Turquie dans l’union. »
Barry Madlener : « Et ce alors, que la Turquie occupe une vaste part du territoire d’un membre à part entière (Chypre) de l’union européenne depuis plusieurs décennies, et qu’en plus, la Turquie a envoyé très récemment des navires de guerre vers les côtes et donc les frontières européennes. »
Barry Madlener : « Le fait de laisser entrer le loup dans la bergerie, est un point consternant dans les négociations. »
Barry Madlener : « Les négociations (avec la Turquie) doivent cesser définitivement, et la commission doit retirer son plan prévoyant l’admission de la Turquie. »
Vous trouverez ici (1) le document qui dévoile la stratégie Turque de son « processus d’accession à l’Union européenne », loin du leurre des déclarations reprises dans les médias.
Reproduction vivement encouragée, avec la mention suivante et le lien ci dessous :
© Jean-Patrick Grumberg pour www.Drzz.fr
http://pvv.nl/index.php/component/content/article/36-geert-wilders/4683-pvv-europese-commissie-heeft-verstand-verloren.html
(1) http://www.abgs.gov.tr/files/strateji/yabs_en1.pdf
Dear Members of the European Parliament, 

Please find enclosed the statement by H.E. Egemen Bagis, the Minister for European Union Affairs and Chief Negotiator of Turkey, regarding the secondment of Turkish officials at the European Commission.
Kind regards,
Basak Ilisulu
Act. Director
Ministry for EU Affairs
Directorate of Civil Society, Communication and Culture
T: +90 (312) 218 14 19
F: +90 (312) 218 13 75
E: bilisulu@ab.gov.tr
REPUBLIC OF TURKEY
MINISTRY FOR EU AFFAIRS
Ankara, 28 September 2011
“TURKISH EXPERTS WILL BE EMPLOYED AT THE EUROPEAN COMMISSION”
Turkey has signed a key agreement with the EU that will broaden new horizons.
A memorandum of understanding for the secondment of Turkish officials at the European Commission is signed in Strasbourg on the 28th of September, 2011 by the Minister for EU Affairs and Chief Negotiator Mr. Egemen BAĞIŞ and Vice-President of the European Commission in charge of Inter Institutional Relations and Administration Mr. Maroš ŠEFČOVIČ.
As agreed between Turkey and the European Commission, Turkish national experts will be employed at the Commission as “Seconded National Experts” and “National Experts in Professional Training”. This recent development is a ‘milestone’ for Turkey-EU relations since through this secondment, Turkish bureaucrats will work together with the Euroaucrats in policy making and implementation of the EU politics. In other words, Turks will have a role in shaping EU’s future politics and legislation.
The network created in the corridors of the European Commission and other European institutions between Turkish bureaucrats and Eurocrats, will not only contribute to mutual learning and socialization, it will also remove misperceptions and misjudgments against Turkey’s membership in the minds and hearts of some Europeans.

Les clans, les camps et les partis, et la France?par Henri Fouquereau

Les clans, les camps et les partis, et la France?par Henri Fouquereau PDF Imprimer Envoyer
Dimanche, 02 Octobre 2011 08:19

Les clans, les camps et les partis, et la France?A gauche ; Du résultat des primaires socialistes, sortira un candidat, qui de toute manière aura été l’élève de Jacques Delors, un centriste initiateur de ce machin européen que nous combattons. Il a beau dire aujourd’hui, « c’est pas ma faute », quelqu’un a bien initié et signé les projets fédéralistes qui nous conduisent vers notre naufrage et ce quelqu’un se nomme J. Delors. La Gauche devenue libérale libertaire, adepte depuis quelques temps du grand marché, se situe désormais au Centre.

Qui peut imaginer un seul instant, que les souverainistes puissent   faire pression sur le candidat deloriste pour ce qui concerne l’indépendance de la nation ?
Mon téléphone n’a jamais sonné et je n’ai pas eu connaissance qu’il ait sonné chez l’un d’entre nous pour demander notre contribution en quoi que ce soit – Le candidat qui sortira de ces primaires, ne sera pas souverainiste, c’est le moins que l’on puisse dire, et nous n’avons aucune chance de le faire bouger dans ses convictions, parce que son électorat, est contaminé par cet européisme qui possèderait la faculté de le protéger.
Je crains malheureusement que JP Chevènement ne soit pas candidat, s’il se présentait  mon téléphone sonnerait, comme il me l’a annoncé le 18 juin dernier. seulement il est bien tard, pour mettre des réseaux en route, faire travailler des commissions, chercher les signatures (ce qui ne devrait être un problème) trouver de l’argent et il en faut beaucoup et à titre personnel, je regrette que sa voix ne puisse se faire correctement entendre pendant cette campagne. Peut-être envisageait-il la Présidence du Sénat, la large victoire de la gauche, lui en a barré la route, alors peut-être? Mais peu de chances

Mélenchon, si j’en crois l’un de nos amis qui l’aurait contacté,  pense que la fréquentation de souverainistes lui ferait perdre des millions de voix ? – Il est vrai que certains comportements de gens qui se déclarent de notre camp, font passer les souverainistes pour de furieux fachos.

Les verts sont installés dans le fruit France et ont commencé à le grignoter, ils sont résolument et durablement  dans le camp d’en face, celui qui veut dissoudre la France et faire de l’Ue une région du monde. S’ils nous téléphonaient, je pense que nos téléphones exploseraient, – mais aucune inquiétude à avoir de ce coté
Les Centristes : L’indépendance,  la souveraineté de la nation, la grandeur de la France, toutes ces valeurs  ne sont plus les leurs, bien au contraire, Europe, Europe, Europe et s’ils gagnaient Globalisation, Globalisation, globalisation, le cabri saute toujours sur sa chaise, en hurlant que la France est fichue et qu’elle doit disparaître dans les oubliettes de l’histoire. Ces gens qui n’ont jamais été majoritaires, qui ne représentent souvent rien , savent, autant que les Trotskistes, s’introduire dans les mouvements politiques afin de  les noyauter. Ils sont entrés à gauche et à droite, il n’y a que le centre qu’ils ne fréquentent plus, parce qu’ils savent  qu’officiellement la politique de la France ne se décidera pas là. Ils ont simplement inoculé la peste européiste et le choléra mondialiste aux deux grands partis, responsables depuis de notre déclin et aucun d’eux n’a pas cru bon jusqu’à présent, devoir se faire soigner. Le centrisme de gauche ou de droite, représente la bourgeoisie avec tout ce qu’elle contient d’exécrable, (l’envie de transmettre nos pouvoirs, le besoin de replier nos drapeaux, l’ambition de fermer le grand livre d’histoire (mémoires d’espoir) En ce qui concerne le téléphone, c’est le contraire qui se produit, des souverainistes ont téléphoné et téléphonent encore, chez les centristes pour y cherche une petite place dans la gamelle (Ils peuvent rèver)

La droite : Son énorme problème, c’est qu’elle se situe désormais au centre. Europe, Europe, Europe, puis lorsque les effets du centrisme auront tué la France qu’il restera l’Europe à dissoudre, ce sera Globalization, globalization, globalization. Ensuite la Lune?
Si la gauche est personnifiée par le PS, la droite l’est par l’UMP et cette UMP, comme le FPF l’avait pronostiqué, est entrain d’exploser, d’un coté les centristes qui tentent d’exister par eux mêmes – échec prévisible- sauf qu’un ralliement de dernière minute serait tout à fait défavorable à la souveraineté de la France- Borloo à Matignon et le pays pourra hurler : ne m’appelez plus jamais France

Bien, que peut-il se passer dans ce centre droit ? Plusieurs courants traversent actuellement l’UMP, le centrisme, divisé en trois parties inégales, Borloo, Morin et n’oublions pas Arthus, plus à droite, un courant mené par Xavier Bertrand, qui vise 2017 et qui pourrait, si Sarkosy était d’abord candidat, puis réélu, sans les centristes, occuper avec ses amis, quelques gros ministères, avant de se lancer dans une forte campagne pour 2017. Le FPF avait avancé le nom du Ministre du Travail, comme personnalité dont il fallait suivre le cheminement. Quelques rus, dessinés par certaines ambitions qui ne feront que de s’associer au courant qui deviendra le plus fort et puis cette droite populaire emmenée par une quarantaine de députés, dont aucun ne semble vouloir sortir du rang pour préparer 2017, le Ministre des Transports tente de rassembler un certain nombre de gens, pas forcément venus de l’UMP- Alors là le téléphone sonne souvent. On me parle et je l’ai déjà dit, de souveraineté, d’indépendance, de la France,  et de Gaullisme -Ce qui importe à ces gens : nos travaux, alors voilà, nous en sommes là.
Il y a NDA, mais j’ai bien peur qu’il ne puisse être candidat – signatures – troupes – argent – presse, mais nous verrons.
Maintenant le Président de la République ; Il n’est pas souverainiste, c’est le moins que l’on puisse dire, il a une tendance au supranational, qui se traduit pas la soumission de la France, ce n’est pas lui qui créera une déchirure dans la subordination générale, il est responsable d’avoir fait dire OUI à l’ensemble des Partis alors que le peuple avait dit NON. Peut-on faire bouger les lignes? Grande question : il balance pour se faire réélire, entre soutien centriste, où soutien souverainiste, nous verrons dans quelques temps, des souverainistes monter au créneau. Seulement, la division mortelle, la gamelle infernale,  aux relents trop forts pour que certains n’aillent pas y plonger leur nez, font que le clan souverainiste est, sur le terrain, pratiquement inexistant.
La France dans tout cela est bien abandonnée, qu’il s’agisse du bien de l’Etat, du sort de la République où de l’avenir de notre pays, la presse n’exprime pas la volonté du peuple, les partis, tous les partis, n’expriment pas la volonté de la nation, pas plus qu’ils ne défendent l’intérêt collectif . Le peuple regarde médusé, passer la caravane des agitations et des promesses, il ne mesure pas la gravité de la situation, parce que presque personne ne lui explique –
Alors nous n’avons plus qu’un choix, tenter de convaincre, le peuple et les politiques – c’est que fait le FPF, partout où il le peut – Mais c’est l’incertitude qui règne, ce qui c’est passé lors du vote au Parlement allemand en est l’illustration, le politique a voté oui, alors que le peuple disait NON- Il va falloir d’abord réinstaller la démocratie, pour que survive la République et que nous puissions toujours et encore crier : Vive la France
Henri Fouquereau

Ces médecins qui fuient les banlieues…

Ils n’ont plus le choix. « ON » ne leur donne plus le choix. Ces médecins des banlieues préfèrent fuir que subir. On les comprend…

FDF

.

http://envoye-special.france2.fr/envoye-special-la-suite.html


Ca ne pourra pas durer comme ça
encore très longtemps…

Merci à JC JC…