Francaisdefrance's Blog

28/08/2011

Roms de Marseille: « ce n’est qu’un au revoir »…

« Nous entamons une période d’austérité », a dit Fillon. Les roms ne sont pas fous. Ils partent. (il n’y a plus rien à gratter, en France) Pour mieux revenir quand la France sera redevenue un pays financièrement et socialement intéressant… Si tout cela revient un jour…

Nous, les « sous-chiens », sommes obligés de rester; et de payer. Bientôt, c’est nous qui irons demander l’asile en Roumanie. Et laver les pare-brises. On parie?

FDF

.

On s’en va; mais prévenez nous quand ça ira mieux, merci…

8h, le tunnel du Vieux-Port sème la pagaille en ville et dans l’organisation du départ, en bus vers l’aéroport de Marignane, des Roms de l’UHU. Sur le terrain, le Samu social est seul, pour vérifier l’identité des 76 personnes qui ont accepté de quitter ainsi la France. « Ce n’est pas notre métier, on n’a jamais fait ça. Mais les gars de l’Ofii et l’Ampil doivent être coincés en ville« , constate un agent, un peu débordé.

Seule l’association Rencontres tsigane est là, pour veiller à ce que tout se passe dignement. L’ambiance est calme, bien que fébrile ; les familles ont rangé leurs maigres possessions dans des valises à roulettes, des bébés pleurent, les femmes ont mis leurs plus belles robes. Tous ont accepté de monter dans un charter pour la Roumanie, avec une aide au retour (300€ pour un adulte, 100 à 150 € pour un enfant).

« Bon voyage« , leur glisse une jeune femme blonde de l’UHU. « Bientôt revenir« , sourit un père Rom. Pour la plupart, ce n’est qu’un au revoir : dans quelques mois, ils reviendront à Marseille.

À 11 h, les associations humanitaires se rassemblent pour une conférence de presse quai du Port devant la mairie. Cela après la publication de leur « lettre ouverte » (La Provence d’hier) qu’ils vont remettre à la fin de la réunion à l’hôtel de ville.

Le message commun est simple et fort : « La politique sécuritaire appliquée aux Roms n’a rien réglé. La valse des expulsions n’est pas une solution. Aujourd’hui, des familles s’en vont. Citoyens européens, les Roms ont toute liberté de revenir. Mais que fait-on pour faire vivre dignement ceux qui restent ? Dans d’autres villes comme Bordeaux ou Lille, les pouvoirs publics l’ont fait. À Marseille, ce sont les associations qui doivent les suppléer.« 

À une question sur les structures à mettre en place pour loger les familles Roms, Fathi Bouaroua, pour la Fondation Abbé Pierre martèle : « Il ne faut pas les cantonner sur des terrains comme on le ferait pour des réfugiés. Les structures d’insertion ne peuvent être que des solutions palliatives. Les Roms sont sédentaires, ils ont les mêmes besoins et doivent avoir ici les mêmes droits d’accès au logement que les autres Européens. C’est pour cela que nous voulons une table ronde.« 

De son côté, le préfet de Région Hugues Parant, dans un communiqué, « saluait le travail accompli par les services de l’État et de la Ville pour mettre fin, dans des conditions dignes, au stationnement d’une centaine de Roms à la porte d’Aix » qui pour lui « ajoutait de la misère à la misère ». Et mettait en avant le travail du Samu social, qui en a provisoirement accueilli une centaine à l’UHU. Dans quelques jours cependant, cet hébergement cessera ; la trentaine de Roms qui ont refusé de quitter la Madrague-Ville retourneront alors à la rue, où les attendent des centaines d’autres ressortissants roumains démunis.

Source: http://www.laprovence.com/

3 commentaires »

  1. Les associations humanitaires n’ont qu’a les prendre en charge,les roms,ce n’est pas tout de réclamer,les français en ont marre de payer.

    Commentaire par marco — 28/08/2011 @ 11:35 | Réponse

    • Et qui penses-tu qui les finance ces assos ? Toi et moi via les subventions tirées de nos impôts !
      Moi je dis qu’on peu très bien retourner leur appellation contre eux, on va là-bas… et on leur vole leurs poules !

      J’en profite également pour répondre à domitrique soporifique qui proposait, avec exagération larmoyante, que les roms viennent nous rendre nos poules. Cette expression de voleurs de gallinacés lui semblait être une injure raciste. J’aimerais que dodo sopo nous explique pourquoi, depuis la dernière guerre mondiale, ces gens sont appelés de cette façon PAR TOUS LES PEUPLES EUROPEENS !
      En effet, l’appellation « voleurs de poules » n’est pas uniquement française, elle est aussi belge (autant francophone que néerlandophone), connue également au GD du Luxembourg, en Allemagne, en Hollande, en Italie, … Ces pays se seraient donc tous mis d’accord, il y a + de 60 ans, pour utiliser une insulte « waaassiss » commune ??? Alors popo, ta baffe, tu la manges maintenant ou je te la garde pour plus tard ?

      Commentaire par BVK — 29/08/2011 @ 09:54 | Réponse

  2. C’est toujours la même histoire, ils nous parlent de leurs droits en oubliants de nous parler de leur devoirs . Si moi j’arrive les mains dans les poches dans une ville on va me donner un logement, à manger ? Non bien sûr. Bah eux c’est pareil normalement. Sinon je vois pas pourquoi je payerais des impots !

    Commentaire par nicolasgenare — 29/08/2011 @ 09:26 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :