Francaisdefrance's Blog

15/07/2011

Lettre à Delanoé, qui organise une soirée spéciale ramadan en août…

Ca c’est envoyé! Bravo à Caroline Alamachère !!!

FDF

.

Pierrot et Momo…

Mon cher Bertrand,

Je viens de voir ton invitation pour la soirée du ramadan que tu organises le 24 août prochain aux frais de ces  »cochons de payants » de Parisiens et je suis absolument ravie que nous fêtions ensemble cette fête religieuse qu’est le ramadan au nom du vivre ensemble et du multiculturalisme. Je dois te dire que cette délicate attention me va droit au cœur, moi qui ne rate jamais une occasion de diner à l’œil, de surcroît dans les ors de la République, tu penses bien que je ne vais pas rater ça.

En plus je déteste la laïcité qui prétend empêcher les religions de s’exprimer pleinement dans la sphère publique. C’est vrai, quoi de plus sympathique que ces longs voiles noirs si délicieusement fantomatiques ou ces ravissants petits tapis de sol qui égaient la grisaille de nos trottoirs et qui ont en plus l’avantage d’effacer toute trace des déjections canines, offrant ainsi l’économie d’un nettoyage à grands frais par la ville de Paris.

Cette initiative allègrement anti-laïque est une riche idée et sera l’occasion de dépenser beaucoup d’argent, ce qui est toujours très agréable quand ce n’est pas le sien, tu ne me contrediras pas sur ce point depuis le temps que tu en fais l’expérience. De toute façon, les bobos parisiens ont beaucoup trop de fric et ils adorent le multiculturalisme donc ils t’adorent et du coup ils en redemandent. C’est chouette ça non ?!

J’entends d’ici les quelques mauvais coucheurs qui vont nécessairement y aller de leurs railleries : ces salauds de gauchistes jettent notre argent par les fenêtres ! La gauche caviar se trémousse en costume rose à l’Hôtel de Ville… Des voix encore vont certainement dénoncer les pendus homosexuels en Iran et l’obligation faite de les tuer dans le coran, ce que les gens peuvent-être rabat-joie tout de même… on leur offre une fête payée avec leur argent et ils pinaillent pour des broutilles, des histoires de pendus…

Toi, tu es à mille lieux de toutes ces mesquineries. Tu dépenses allègrement 230 000 euros qui ne t’appartiennent pas pour organiser un concert de SOS Racisme dénonçant quelque chose qui n’existe que dans l’imagination de quelques associations en manque de subventions et qui ont les dents étrangement longues mais c’est pour mieux manger ces « salauds de Français ». Bien fait pour eux !!!

Moi non plus je ne les aime pas les Français, tout comme toi, semble-t-il. Ce sont des mécréants stupides qui ne savent rien de la finesse de l’islam, qui se délectent de charcutailles et de produits du terroir, des rustres quoi. Alors que les Tunisiens… ça c’est autre chose ! A propos, sais-tu ce qui est advenu des corps des femmes qui ont été balancées par-dessus bord lors du trajet depuis Lampedusa et qui sont mortes noyées ? Remarque on s’en fout à vrai dire, ce n’était que des femelles, mieux vaut préserver les mâles avec leurs beaux muscles saillants sous le soleil méditerranéen… ça c’est bon. Les femmes ça ne sert à rien, tout le monde sait cela, d’où l’intérêt de les bâcher d’ailleurs. Rassure-moi, j’espère qu’à ta soirée elles seront bâchées au moins ?

Je profite de cette lumineuse idée que tu as eue pour te suggérer de renouveler l’expérience dès février prochain en fêtant le Losar, c’est à dire le nouvel an des bouddhistes tibétains. Je verrais bien une bamboula géante avec des momos végétariens, des bols chantants qui résonneraient dans les salons, des moulins à prières installés à l’entrée que chacun pourrait faire tourner, des encens, de la tsampa à volonté, des chansons de Yungchen Lhamo et des yaks en liberté sur le parvis pour l’ambiance olfactive. Qu’en penses-tu ?

Bien sûr, tes amis tunisiens seraient également invités s’ils le souhaitent et s’ils n’ont rien contre le fait de ne pas manger hallal exceptionnellement mais au moins ils feraient preuve d’autant d’ouverture que les mécréants se gavant de hallal à ta sauterie du 24. Et puis ça montrerait au monde l’esprit égalitaire de la mairie de Paris, si chère au cœur de SOS Racisme.

Et puis je pense que les Parisiens seraient enchantés qu’une fois de plus on les bafoue, qu’on leur offre une occasion de dépenser un argent qui sinon risquerait d’être bêtement utilisé pour nourrir et loger les SDF qui crèvent dans la rue et qui nous enquiquinent avec leur poux et leurs morpions.

J’attends ta réponse avec impatience.

Gros bisous à toi et salue Ben Ali de ma part.

PS : comme il est précisé dans ton invitation que la soirée était ouverte à toutes les religions et  à toutes les cultures, je me permettrai d’apporter quelques saucissons que je partagerai bien volontiers avec les autres convives afin de leur faire découvrir ma culture gauloise. Ah oui ,j’oubliais… étant donné que je ne suis pas encore convertie à l’islam, est-il possible tout de même de venir sans niqab ?

Caroline Alamachère

http://vigilanceliberte.canalblog.com/archives/2011/07/14/21606254.htm

4 commentaires »

  1. AU MOMENT DU PROCES DE TOUS LES DHIMMIS DE FRANCE DELANOE (NOTRE DAME DE PARIS) FAUDRA PAS LE RATER
    QU’IL RETOURNE SE FAIRE ENCULER PAR TOUS LES TUNISIENS de ses amours CE MALADE

    Commentaire par MARCO — 15/07/2011 @ 23:27 | Réponse

  2. Ca c’est envoyé…Bravo Caroline…

    Commentaire par drouin — 16/07/2011 @ 17:31 | Réponse

  3. Sympa cette Caroline, je l’aime bien.

    Commentaire par Brigitte — 17/07/2011 @ 11:03 | Réponse

  4. Suite de l’affaire du n° de « Charlie Hebdo », madame Caroline Alamachère a écrit : Des bêtises.

    Lettre de Charlie Hebdo à M. Mohammed Moussaoui, Président du CFCM
    Voila une mise au point courageuse !
    Lettre ouverte à
    M. Mohammed Moussaoui, Président du C.F.C.M.
    Monsieur Moussaoui,
    La publication du dernier numéro de Charlie Hebdo représentant Mahomet et intitulé « Charia Hebdo » en hommage à la victoire des islamistes aux récentes élections tunisiennes vient de donner lieu une fois encore à des représailles lamentables de la part d’individus décidément bien peu éclairés que, au titre de Président du CFCM, vous avez le devoir de canaliser.
    Dans « Le Monde » paru ce mercredi vous affirmez ne pas voir de lien entre les élections en Tunisie et en Libye et l’outrage caricatural nous rappelant tant bien que mal ce qu’est la charia, ou tout au moins sa partie la plus spectaculaire pour le citoyen français de base peu au fait de ce qui se passe sur son sol.
    Je vous tiens pour quelqu’un d’intelligent et de cultivé, vous devez donc savoir qu’en France la caricature est une tradition très ancienne et un art très prisé, qu’aucun sujet n’y échappe et surtout pas un sujet d’actualité, et l’instauration de la charia sur un sol resté longtemps laïque est un sujet suffisamment grave et inquiétant pour ne pas faillir à la règle. La charia, l’islam, n’ont pas à faire exception à cette règle.
    La charia est un système archaïque fondé il y a 14 siècles*, profondément odieux, sexiste, rétrograde, discriminant et antidémocratique. Dénoncer ce système par la caricature est un procédé visant à en montrer toute l’abjection. Condamner la charia, Monsieur, est un acte de salubrité publique nécessaire à la démocratie dont vous profitez puisque c’est en France que vous vivez en toute liberté. (VOUS profitez de ça pour nous insulter.)
    Jouiriez-vous de la même liberté au Maroc ? J’en doute fort sinon comment expliquer la présence aussi énorme de Marocains abandonnant le Maroc pour la France ? C’est bien que l’air est plus doux et plus libre ici… (Après la deuxième guerre mondiale la France fur appel aux travailleurs étrangers pour reconstruire le pays.)
    Cette charia prônée par le coran et faisant partie intégrante de l’islam (le coran est la base de l’islam, l’islamisme n’en étant que son expression la plus spectaculairement virulente) il est hautement souhaitable de s’en inquiéter, d’autant qu’une bonne partie de ceux qui ont permis ce désastre antidémocratique vivent sur notre sol et que des élus « dhimmis » – comme les appelle votre dogme – appellent de leurs voeux le droit de ces promoteurs charia-mistes de se présenter à des élections avec les conséquences terribles qu’on imagine.
    Vous déclarez que « Pour les musulmans, le simple fait de caricaturer le prophète est, en soi, inacceptable et blessant ».
    Blessant je le conçois mais inacceptable ?! (deux poids deux mesures !)
    Ce qui est inacceptable c’est d’interdire le divorce y compris en France,
    Ce qui est inacceptable c’est d’autoriser la polygamie y compris en France,
    Ce qui est inacceptable c’est de considérer que la femme est inférieure à l’homme y compris en France,
    Ce qui est inacceptable c’est d’enfermer les femmes sous des linceuls noirs y compris en France,
    Ce qui est inacceptable c’est de refuser à la femme d’épouser l’homme de son choix pour lui faire épouser celui que sa famille a choisi pour elle y comprit en France,
    Ce qui est inacceptable c’est qu’il existe un « Conseil Européen de la Recherche et de la Fatwa décrétant les fatwas ayant pour vocation d’être appliquées en France » (1).

    C’est faut !

    Aspect spirituel

    Le Coran énonce clairement que les hommes et les femmes sont de même nature spirituelle et humaine. Les deux ont reçu le “souffle divin” qui leur a donné de la dignité et a fait d’eux les gérants de Dieu sur la terre. La femme n’est pas blâmée pour la “chute de l’homme”. La grossesse et l’accouchement sont donnés comme des raisons supplémentaires pour aimer et apprécier les femmes et non comme punition pour “avoir mangé de l’arbre interdit”. L’homme et la femme ont des devoirs et des responsabilités comparables et les deux font face aux conséquences pour leurs décisions et de leurs actions morales. Nulle part le Coran ne mentionne que les “hommes sont supérieurs aux femmes”, à moins que le texte du Coran n’ait été pauvrement traduit en français. Le Coran indique clairement que la seule base de supériorité est la piété et la droiture, non le genre, la race, la couleur ou la richesse.

    2. Aspect économique

    La loi islamique sauvegarde les droits des femmes avant et après le mariage. En fait, la femme reçoit une plus grande sécurité financière que l’homme. Elle a droit au plein montant de son cadeau de mariage. Elle a le droit de garder toutes les propriétés présentes ou futures et un revenu pour sa propre sécurité. Pendant ce temps, elle a droit à toute l’aide financière avant, pendant et après le mariage, sans égard à sa richesse personnelle. Les droits additionnels incluent l’aide pendant la “période d’attente” en cas de divorce et l’aide pour l’enfant. Cette aide garantie à toutes les étapes de sa vie, constitue des avantages financiers sur les hommes, équilibrés partiellement par la moindre part d’héritage qui lui revient.
    La femme dispose seule de l’usufruit de son travail éventuel, tandis que l’homme a le devoir d’entretenir et subvenir aux multiples besoins de sa famille.

    3. Aspect social

    1. En tant que fille: Le Coran blâme l’attitude de certains parents qui tendent à favoriser leurs fils. Il prescrit le devoir d’aider et de montrer de la gentillesse et de la justice envers les filles.
    L’éducation des filles n’est pas seulement un droit mais un devoir pour tous les musulmans, hommes et femmes.
    Une fille a le droit d’accepter ou de rejeter des propositions de mariage.

    2. En tant qu’épouse: L’opinion de l’Islam sur le mariage est exprimée dans le verset suivant du Coran: “Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l’affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent” (Sourate 30, verset 21)

    La norme du mariage dans l’Islam est la monogamie. Cependant, comme plusieurs peuples et religions incluant les prophètes de la Bible, l’Islam a permis la polygamie, déjà existante (polygynie), mais il la règule et la restreint. Elle n’est ni exigée ni encouragée. L’esprit de la loi est de prendre des mesures concernant les événements imprévus des personnes et de la collectivité (par exemple, les déséquilibres créés par les guerres) et de fournir une solution morale, pratique et humaine aux veuves et aux orphelins. Ceci peut expliquer pourquoi le verset qui règle la polygamie a été révélé après la guerre d’Ohod, dans laquelle des douzaines de musulmans furent tués, laissant derrière eux des veuves et des orphelins dans le besoin. Tous les intéressés impliqués dans un mariage polygame ont des options. Une femme ne peut être forcée à devenir une seconde épouse. La première femme qui n’accepte pas une situation de polygamie a le droit de demander le divorce.

    La responsabilité du mari sur l’entretien, la protection et la direction de la famille, en général, dans l’esprit de la consultation et de la gentillesse, est la signification du terme coranique “Qawwamoune”(Sourate 4 v.34). Ce terme est souvent mal traduit par “qui a de l’autorité sur les femmes”. De la même façon Dieu a doté les hommes et les femmes de qualités physiologiques et autres, différentes et complémentaires mais également importantes. Ceci mène à certains rôles et devoirs différents mais complémentaires à l’intérieur de la cellule familiale. C’est ce à quoi le Coran réfère par le terme “(fad’)darâdja” (Sourate 2 v.228), souvent mal traduit comme “parce que Dieu l’a fait supérieur à l’autre”. Cette différenciation se retrouve strictement dans les rôles, non dans le statut ou l’honneur.
    Dans le cas d’une dispute familiale, le Coran exhorte le mari à traiter sa femme gentiment et à ne pas négliger ses côtés positifs. Si le problème est relié au comportement de la femme, son mari peut la rappeler à la raison. Dans la plupart des cas, cette mesure suffit. Dans les cas où le problème continue, le mari peut exprimer son mécontentement d’une autre façon pacifique, soit en dormant dans un lit séparé du sien. Cependant, il y a des cas où la femme persiste à maltraiter de façon délibérée son mari et néglige ses obligations conjugales.
    Il s’ensuit que lorsque cette question est ramenée dans son contexte, elle n’a rien à voir au fait de sanctionner “l’abus” ou “la violence conjugale” qui est, malheureusement, répandu dans un pays tel que les États-Unis où toutes les 10 secondes une femme est battue et chaque jour quatre femmes sont tuées par leurs conjoints, ce qui fait de la violence conjugale la cause du tiers environ des meurtres commis sur les femmes aux États-Unis (1993).

    Dans tous les cas, les musulmans qui passent outre les enseignements de leur foi et commettent des excès doivent être condamnés; comme tous les autres transgresseurs, sans distinction de religions.
    L’affirmation erronée que les excès commis par certains musulmans peuvent être mentionnés dans un des versets parmi les 114 sourates du Coran n’est pas plus vraie que d’affirmer que la violence qui sévit contre les femmes aux États-Unis peut être retrouvée dans la Bible.

    En répétant l’exhortation coranique sur le bon traitement envers les femmes, le Prophète Mohammad (Paix et Bénédiction sur lui) a clairement énoncé que “les meilleurs d’entre vous sont les meilleurs (dans leur conduite) envers leur famille et je suis le meilleur d’entre vous (dans ma conduite) envers ma famille”. C’est l’exemple à suivre pour le croyant sincère qui veut dépasser les paroles, et le simple habit extérieur de piété, pour puiser directement ses vertus dans le Coran et la Sounnah (habitudes du prophète).

    Les formes de dissolution du mariage incluent forcément un accord mutuel entre le mari et la femme, si l’on se réfère à la sourate “Talâk” (divorce) du Coran (S.65:1-7 ou S.2:226/30, qui spécifient les différentes étapes d’un divorce); de même dans les hadiths. Le divorce est à l’initiative du mari, en général, mais peut-être l’initiative de la femme dans certains cas, voire, la décision d’un conseil sur l’initiative de la femme. Il est notable que malgré cette facilité apparente, les taux de divorces dans les sociétés musulmanes sont très inférieurs à ceux du monde occidental, car il faut situer cette “facilité” dans la perspective de la cohérence de l’ensemble du message coranique.

    La garde des enfants après le divorce, selon la loi islamique, est le droit de la mère jusqu’à ce que l’enfant soit âgé d’environ sept ans, moment où l’enfant peut choisir le parent avec lequel il veut vivre. Toutefois, le principe directeur qui prévaut réside dans le bien-être de l’enfant et le droit des deux parents à avoir accès à leurs enfants.

    3. En tant que mère: Le Coran prescrit la gentillesse envers les parents, particulièrement les mères. Les musulmans apprennent que “le Paradis se trouve aux pieds des mères”.

    4. En tant que soeur dans la foi: Le Prophète a recommandé la gentillesse, l’attention et le respect des femmes en général car elles sont les soeurs des hommes.

    5. Au sujet de la modestie et des interactions sociales: Il y a aujourd’hui un large fossé entre l’idéal (loi islamique) et la réalité (pratiques culturelles). L’extrémisme, dans un sens ou dans un autre, est étranger à l’esprit de la loi islamique et peut refléter de simples pratiques culturelles.
    Les musulmans croient en une ligne directrice d’essence divine pour la modestie et la vertu se traduisant dans l’habillement et le comportement des hommes et des femmes. Le retrait de la femme dans certaines cultures est étranger à la pratique du Prophète. Des interprétations excessivement strictes faites par des savants dans certaines cultures minoritaires conservatrices (par exemple, les restrictions quant à l’interdiction pour les femmes de conduire) sont le reflet de l’influence de ces cultures conservatrices et non une compréhension généralement acceptée de la grande majorité des savants musulmans à travers le monde.
    L’Islam n’interdit pas la mixité sous deux conditions principales: a) observation d’un devoir de réserve et de pudeur mutuel; b) ils ne doivent pas être seuls (tête à tête).
    L’Islam n’interdit pas la liberté, mais le libertinage, et ce, à l’homme et à la femme. Si la femme a le devoir de pudeur devant l’homme, ainsi de même, l’homme a la même obligation face à la femme. Point de discrimination.

    4. Aspect légal et politique

    Les hommes et les femmes sont égaux devant la loi et les tribunaux. Les changements dans le nombre de témoins, hommes et femmes, dans les tribunaux ne figurent dans le Coran que dans le contexte des contrats financiers. Le but est d’établir l’exactitude du témoignage, dans un cadre donné et auquel les femmes peuvent ne pas avoir été exposées ou être expérimentées en matières commerciales. Le juge peut cependant décider d’assurer la justice sans égard au sexe des témoins.

    CONCLUSION

    L’Islam a été la première culture à admettre la totale indépendance financière de la femme, à lui accorder des droits codifiés, que même certaines parties de l’Europe d’aujourd’hui leur refuse (le vote par ex.).
    Les musulmanes constituent en gros la moitié de la Oummah.
    Dieu, dans sa Sagesse, n’a pas attendu que d’autres dessinent pour elles les plans de leur libération.
    En Islam, chacun est responsable de ses actes et devra en répondre devant Dieu.
    Les musulmans font acte d’Islam non par foi aveugle, mais par acceptation de la cohérence de l’ensemble des principes de Dieu dans le Coran, et l’exemple du prophète, car il faut restituer le problème dans ce cadre et nul autre.

    “Le plus parfait des croyants est celui qui a la meilleure conduite . Les meilleurs d’entre vous sont ceux qui sont les meilleurs avec leurs femmes“ Hadith (Tirmizi).

    En France aucune loi ne punit le blasphème, comme l’a d’ailleurs démontré la récente affaire du coran brûlé et qui a vu la relaxe de l’incendiaire. En conséquence en France, Monsieur Moussaoui, il est permis de brûler un coran si on le souhaite et de caricaturer et de se moquer d’un prophète, fût-il le vôtre.
    Les différentes manifestations hostiles à cette publication de Charlie Hebdo n’ont pas manqué de fleurir sur les forums, certains insultant copieusement les Français, d’autres réclamant à grands cris des caricatures de « juifs de 40 », ce qui semble assez loin de votre souhait d’un « désaccord exprimé dans le respect des lois et de l’intégrité des personnes ».
    Vous devriez d’ailleurs rappeler à vos coreligionnaires si bienveillants et aimants envers les citoyens qui les accueillent que la fête de l’Aïd el-Adha (2) qu’ils vont fêter dans quelques jours est un vibrant hommage à… Abraham, un Juif ! A mon avis certains doivent ignorer ce détail au vu du niveau intellectuel remarquablement bas de leurs commentaires.
    Dans votre interview une phrase m’interpelle tout particulièrement « Dans le même temps, ils doivent accepter et comprendre que dans nos sociétés, le rapport au sacré n’est pas le même pour tous ». J’aimerais savoir de quelle société vous parlez, est-ce la société musulmane, la société française, la société marocaine ?
    Si c’est la société marocaine c’est que vous ne vous sentez pas français, si c’est la société musulmane c’est que vous ne vous sentez pas démocrate et si c’est la société française je vous rappelle qu’elle n’a aucun rapport au sacré puisque séparée du religieux depuis qu’une célèbre loi de 1905 en a décidé ainsi, ce que manifestement malgré

    Société laïque !

    votre récente naturalisation vous ne semblez pas avoir encore bien intégré.(Photomontage choc du pape : le Vatican fait plier Benetton

    Deux pois deux mesures !

    Par L.D., le 16 novembre 2011 à 17h26 , mis à jour le 17 novembre 2011 à 14h26

    Le groupe italien a lancé mercredi une campagne basée sur des photomontages choc au nom de la lutte « contre la haine ». On y voit entre autres le pape Benoît XVI et un imam égyptien s’embrasser. Sous la pression du Vatican qui annonce des « actions légales », la marque a retiré le cliché en question.
    Campagne publicitaire Benetton montrant le pape qui embrasse l’imam sunnite de l’université égyptienne Al-Azhar, Ahmed el Tayyeb. © DR/BENETTON
    L’initiative risquait d’en fâcher certains. Ca n’a pas manqué. Face au tollé provoqué au Vatican et parmi certaines associations catholiques, le groupe italien Benetton a annoncé mercredi soir sa décision de retirer de sa nouvelle campagne publicitaire un photomontage montrant le pape en train d’embrasser un imam au Caire.

    D’ailleurs dans votre document répertoriant les différents abattoirs pour l’Aïd vous illustrez parfaitement la difficulté que vous et vos coreligionnaires avez à vous considérez comme des citoyens
    français à part entière puisque vous adressez vos voeux aux « musulmans de France » et non aux musulmans français.(Touts les musulmans de France ne son pas français, exemple : Mes parents, mes grands parents, et peut être bien les votre).

    Je vous invite donc vous et vos coreligionnaires « de France » à vous interroger sur votre rôle dans notre société française, sur votre capacité à adhérer à nos valeurs laïques et démocratiques et sur votre capacité à pratiquer l’autodérision car décidément, je vous trouve très coincés du turban.

    Définition de laïcité
    Dans l’article « laïcité » de son Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire Ferdinand Buisson, un des inspirateurs des lois laïques de la troisième République, définit plus précisément la laïcité, terme alors nouveau (néologisme): il s’agit de la sécularisation des institutions politiques d’un État, à savoir que cet État ne s’adosse à aucune religion officielle, ni ne suppose quelque onction divine. Le principe de séparation des pouvoirs politique et administratif de l’État du pouvoir religieux en est une application. On ne doit donc pas confondre le caractère séculier d’une société (la population manifeste une certaine indifférence religieuse) avec la laïcité proprement dite (les institutions d’État ne sont soumises à aucune contrainte ni même ne relèvent d’aucune justification de nature religieuse, spirituelle ou théologique). Dans un État laïque, il ne saurait exister de religion civile, serait-elle négative (proposant comme chez Rousseau l’exclusion des croyances fanatiques, ou imposant l’athéisme comme dans les États communistes). Au sens contemporain, elle est le principe d’unité qui rassemble les hommes d’opinions, religions ou de convictions diverses en une même société politique, distincte par conséquent d’une communauté. Dans une perspective laïque, les croyances et convictions qui ont rapport à la religion (religions proprement dites, croyances sectaires, Déisme, Théisme, Athéisme, Agnosticisme, spiritualités personnelles) ne sont que des opinions privées, sans rapport direct avec la marche de l’État. C’est là considérer la politique comme une affaire humaine, seulement humaine. Réciproquement, la liberté de croyance et de pratique doit être entière; dans les limites de « l’ordre public », l’État s’interdit d’intervenir dans les affaires religieuses, et même de définir ce qui est religion et ce qui ne l’est pas (pas de religions officielles ni même reconnues selon l’article 2 de la loi de 1905).

    J’attends avec impatience votre rapport sur les actes islamophobes que vous avez recensés et ne manquerai pas de compiler de mon côté les actes francophobes que je me ferai un plaisir de vous transmettre à mon tour.
    Par ailleurs, en cherchant (vainement) vos coordonnées je tombe à l’instant sur un article du site cfcm.tv (3) particulièrement insultant pour les citoyens français. Je suis très choquée par les relents de xénophobie de cet article dans lequel il est question de la France qualifiée de
    « République malade et satanisme », de
    « Protection bienveillante d’un pouvoir occulte qui trouve toute sa jouissance dans le spectacle du malheur d’une frange in désirée de sa population », de
    « La France victime de son arrogance et de son orgueil».
    En tant que représentant des musulmans en France vous seriez bien inspiré de veiller à ce que le pays qui vous accueille et qui vous a accepté comme citoyen ne soit pas insulté et trainé dans la boue par votre communauté car si la loi sur le blasphème n’existe pas, la loi sur la diffamation existe bel et bien.
    L’immigration Africaine ?

    En août 2004, les célébrations du 6e anniversaire des Débarquements alliés et de la Libération ont permis de rappeler l’engagement des troupes coloniales dans la 2ème guerre mondiale, et en particulier leur participation massive au débarquement du 15 août 1944 ( 1 ).
    La participation des soldats indigènes à la campagne de mai-juin 1940 en France a été longtemps occultée.
    De septembre 1939 à juin 1940, parmi les 100 000 soldats venus des colonies pour défendre la métropole, de nombreux soldats indigènes se sont sacrifiés dans des combats de retardement extrêmement meurtriers, en particulier à La Horgne dans les Ardennes et à Aubigny dans la Somme en mai 1940, puis à Chasselay au Nord de Lyon en juin 1940, et ont été victimes de la la haine raciste des nazis : blessés achevés, prisonniers exécutés ou morts à la suite des mauvais traitements subis dans les camps de fortune où ils ont été parqués après avoir été isolés de leurs camarades blancs.
    Selon l’historien américain Raffael SCHECK, qui a enquêté dans les archives militaires françaises et allemandes, près de 3 000 tirailleurs sénégalais ( terme désignant er ont été exécutés par la Wehrmacht en mai-juin 1940, crime de guerre perpétré non pas par des SS , mais par l’armée régulière allemande ( 2 ).
    Au lendemain de la défaite de juin 1940, près de 70 000 soldats indigènes faits prisonniers par les Allemands, au lieu d’être envoyés dans les stalags en Allemagne, ont été regroupés en France occupée dans 22 Frontstalagsoù ils ont été soumis à des conditions de détention exrêment difficiles.
    Après l’Appel du 18 juin 1940, les unités de tirailleurs sénégalais qui se trouvaient en Afrique équatoriale française se sont ralliées à la France libre et ont combattu à Koufra, Bir-Hakeim, El-Alamein.
    En 1944, près de 120 000 goumiers, tirailleurs et spahis, originaires de 22 pays du Maghreb et d’Afrique noire intégrés alors à l’Empire français, dont beaucoup s’étaient déjà distingués lors des durs combats de laCampagne d’Italie notamment au cours de la bataille de Monte Cassino et de la prise de l’île d’Elbe, ont débarqué sur les côtes de Provence et ont été engagés dans la libération de la France puis en Allemagnejusqu’à la victoire de mai 1945.
    Ils étaient placés sous le commandement du général de LATTRE DE TASSIGNY, chef de l’Armée d’Afrique, devenue l’Armée B, puis la 1ère Armée française.
    En 1947, le général LECLERC, le prestigieux chef de la la 2e DB, avait réclamé que la France s’acquitte pleinement et sans marchander de la dette d’honneur qu’elle avait contractée auprès d’eux.

    Je vous prierais donc de faire en sorte que cet article injurieux soit rectifié afin de ne pas créer davantage de tensions.
    Veuillez agréer, Monsieur Moussaoui, mes salutations définitivement laïques.
    Caroline Alamachère
    Une citation vieille de 2.500 ans environ…
    « On ne prête pas une arme à un brigand, on n’offre pas du grain à son ennemi. Car prêter une arme à un brigand, offrir du grain à un ennemi,
    C’est renforcer le faible,
    C’est faire croître l’infime ;
    Et pour finir, on provoque un
    RENVERSEMENT DES RÔLES QUI RISQUE D’ÊTRE FATAL. »

    *Citation vieille de 5 ans environ VU QUE VOUS AVEZ VRAISEMBLABLEMENT UN PROBLÈME AVEC TOUT CE QUI A PLUS DE 1400 ANS (VOIR ASTERIX-)

    Dieu a tout crée. Dieu a crée le racisme. Mais Dieu a aussi crée l’antiracisme.
    Avec tout le respect que je lui dois. Dieu est un sacré fouteur de merde, mais l’humain aussi!

    Et pour finir, pourquoi chercher ce qui nous séparent? Pourquoi ne pas chercher ce qui nous rassemblent?..

    Merci de filtrer les informations avant de les propagers.

    Cordialement.
    M Anouar.

    Commentaire par anouar — 10/01/2012 @ 18:25 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :