Francaisdefrance's Blog

09/07/2011

Histoires d’eau…

A quand une taxe sur l’air (vicié) que nous respirons?

FDF

.

La facture salée des canalisations d’eau

Le réseau national de distribution d’eau fuit de partout. Un député veut augmenter les impôts et le prix de l’eau, mais les usagers ont déjà payé pour ces travaux.


 


L’association des canalisateurs, les entreprises qui posent les tuyaux d’eau, a présenté hier une analyse alarmante du réseau de distribution français. « L’état des canalisations est catastrophique », a révélé Jacques Dolmazon, président de la fédération. Vieillesse des tuyaux, absence d’entretien, vétusté des installations… 6 milliards de mètres cubes fuient des canalisations chaque année, soit 25% de la consommation d’eau en France.

L’urgence est réelle et le rythme actuel des travaux n’atteint même pas 0,6% du réseau. Selon Jacques Dolmazon, « il faut investir immédiatement 1,5 milliard d’euros par an pour remplacer les milliers de kilomètres et rattraper le retard ». De son côté, Marc Reneaume, directeur général adjoint de Veolia Eau dénonce ce catastrophisme et assure « de la qualité de ses installations »

Augmenter la facture d’eau et les impôts

Qui va payer? Pour répondre à cette question stratégique, les entreprises de canalisations ont laissé répondre… un député, invité à la présentation du rapport. André Flajolet, vice président du Conseil national de l’eau et député UMP du Pas-de-Calais : « Les contribuables et les usagers de l’eau devront être sollicités, de façon raisonnable. » Une solution simple et efficace. Mais, curieusement, ce député, reconnu pour son expertise du secteur et des entreprises de l’eau, ainsi que les canalisateurs, ont oublié que les consommateurs avaient déjà payé, depuis des années, une partie de la facture.

Le magot des provisions pour renouvellement

Explications. Jusqu’en 1998, sur chaque facture d’eau, une petite somme (quelques euros) était prélevée par les entreprises du secteur (Veolia, Suez, Saur) pour réparer les réseaux. Les petites rivières faisant les grands fleuves, les distributeurs d’eau ont ainsi engrangé entre 3 et 10 Mds€, selon les estimations. Et ils n’ont pas tout dépensé en travaux. En novembre 2003, Jean-Luc Touly, salarié de Veolia, et Roger Lenglet publient un livre* explosif dans lequel ils révèlent que Vivendi (ex-Générale des eaux), sous la houlette de Jean-Marie Messier, siphonnait depuis des années l’argent des tuyaux vers une filiale en Irlande pour revenir à la maison mère. Pour légaliser ce tour de passe-passe, Jean-Marie Messier avait eu l’idée « géniale » de transformer les milliards des provisions en prime de garantie en cas d’accidents du réseau. Du coup, dans toute la France, des collectivités et des associations sont montées au créneau pour réclamer ces sommes indûment perçues. Ainsi, à Lille, la chambre régionale des comptes a épinglé les distributeurs d’eau, estimant à 160 M€ les travaux non réalisés. Quant à Paris, l’équipe Delanoë, avec Anne Le Strat, PDG de la Sagep (Eaux de Paris), a obtenu un retour, sous forme de travaux, de plus de 150 M€ détenus par Veolia et Suez. Comme par miracle, le taux de fuite a chuté de 10 à 3,5%. Une belle performance qui n’a pas empêché les deux géants de l’eau de se faire éliminer de la capitale avec le retour en régie.

* « Multinationales de l’eau, les vérités inavouables », Ed. Fayard.

Source (c’est le cas de le dire…): http://www.leparisien.fr/economie/la-facture-salee-des-canalisations-d-eau-07-07-2011-1523674.php

Merci à DG pour l’info…

Minarets en Suisse: retour de bâton pour les muzz !

A trop faire fonctionner la stigmatisation…

En Suisse, l’appel du muezzin semble bien compromis… Qui s’en plaindra, à part les fanatiques islamistes ?

FDF

.

Les juges de la Cour européenne des droits de l’homme ont déclaré irrecevables deux requêtes concernant l’interdiction des minarets en Suisse. Ils considèrent que les requérants ne sont pas victimes d’une violation de la Convention européenne.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a déclaré vendredi irrecevables deux requêtes concernant l’interdiction de la construction des minarets en Suisse. Selon les juges, les requérants ne sont pas «victimes» d’une violation de la Convention européenne des droits de l’homme.

Les requêtes avaient été déposées les 15 et 16 décembre 2009, par Hafid Ouardiri, co-président de la Fondation de l’entre- connaissance, et par la Ligue des musulmans de Suisse avec trois autres organisations, après le «oui» du peuple suisse à l’initiative anti-minarets.

«Les requérants dans leur ensemble soutenaient que l’interdiction de construire des minarets constituait une violation de la liberté religieuse et une discrimination en raison de la religion», indique la cour dans un communiqué.

Les sept juges qui se sont penchés sur ces requêtes ont estimé que les requérants se plaignent essentiellement que cette modification de la constitution «heurte leurs convictions religieuses», mais n’allèguent pas que celle-ci ait eu un «effet concret à leur égard». Ils ne sont donc «pas directement victimes de la violation alléguée de la Convention». Les requérants ne sont pas non plus des victimes indirectes, pas plus que des victimes potentielles, puisqu’aucun d’entre eux n’a soutenu «qu’ils pourraient envisager dans un avenir proche la construction d’une mosquée pourvue d’un minaret», ajoutent les juges. Ces décisions sont définitives.

Hafid Ouadiri se doutait de l’irrecevabilité de la requête

Le co-président de la la Fondation de l’entre- connaissance Hafid Ouardiri s’est déclaré «positif et serein» après la décision de la Cour européenne des droits de l’homme de déclarer irrecevable sa requête sur l’interdiction des minarets en Suisse. Un processus a malgré tout été entamé, estime-t-il.

«Nous nous doutions de cette irrecevabilité, mais cette démarche était nécessaire», a déclaré M. Ouardiri vendredi à l’ats. Il avait déposé sa requête à la mi-décembre 2009, juste après le «oui» du peuple suisse à l’initiative anti-minarets. La Ligue des musulmans de Suisse, alliée à trois autres organisations, avait fait de même.

Selon Hafid Ouardiri, en refusant d’entrer en matière, la cour a malgré tout «déclenché un processus» en rappelant ses devoirs à l’Etat suisse. Les autorités helvétiques devront trouver une solution à ce genre de problématique afin d’éviter qu’elle ne se reproduise. Pour lui, seul un renforcement de l’Etat de droit permettra de bonnes relations entre les religions.

Source: http://www.tdg.ch/

Epidémie au PS…

Et encore un ! Et encore du PS ! C’est pas possible; il doit y avoir un nid d’addicts aux agressions sexuelles, au PS! C’est la bande à Dodo; pas la bande à Bonnot… En attendant, avant les primaires, on dirait que le PS nettoie ses écuries d’Augias.

FDF

.

PS : condamné pour agression sexuelle, Mahéas démissionne

Le sénateur-maire de Neuilly-sur-Marne, reconnu coupable d’avoir commis des agressions sexuelles sur une ex-employée municipale, a annoncé lui-même son départ devant la commission des conflits du parti.

Après les affaires Tron et DSK, la commission des conflits du PS, chargée de statuer vendredi sur l’appartenance au parti du sénateur-maire Jacques Mahéas, condamné pour agression sexuelle, était attendue au tournant. Elle n’aura finalement pas eu à prendre de décision, l’édile socialiste de Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis) ayant choisi par lui-même de démissionner. Membre du PS depuis 1974, il a annoncé sa décision pendant son audition par les 38 membres de la commission, présidée par Bernard Pignerol.

Les premiers éléments de cette affaire remontent à l’été 2002. Deux employées de la mairie de Neuilly-sur-Marne dénoncent le même type d’actes : baisers forcés, attouchements…. Après le retrait d’une des plaignantes, Jacques Mahéas est condamné en juin 2008 en première instance à 4 mois d’emprisonnement avec sursis et 35.000 euros de dommages et intérêts, pour des agressions sexuelle. L’élu dit être victime d’un complot ourdi par un élu local de gauche, et fait appel. En 2009, sa peine est transformée en une amende de 10.000 euros. Après un ultime pourvoi en cassation, rejeté, sa condamnation devient définitive en mars 2010.

Un soutien embarrassant pour Hollande

Dans une lettre envoyée mi-avril à Martine Aubry, le porte-parole du PS, Benoît Hamon, et Gaëlle Lenfant, secrétaire nationale au droit des femmes, deamandent l’exclusion de Jacques Mahéas du parti, estimant que ses actes et sa condamnation «sont de nature à porter préjudice au parti». Arrive l’affaire DSK, au mois de mai. Pour le PS, Jacques Mahéas devient gênant . Se voulant exemplaire, la direction du PS convoque la commission des conflits, malgré les plusieurs demandes de renvois formulées par Jacques Mahéas.

Plusieurs personnalités du PS demandent son exclusion, notamment le député PS de l’Essonne Manuel Valls et le sénateur David Assouline, secrétaire national du PS à la communication. Le maire de Neuilly-sur-Marne continue de nier les faits, criant à «un complot politique» contre lui en raison notamment de son «soutien» à François Hollande, candidat à la primaire socialiste, dont il se dit «ami». Embarrassée, la garde rapprochée du député de Corrèze a réplique finalement par la voix de Stéphane Le Foll, affirmant n’avoir pour lui «aucune mansuétude».

Source: http://www.lefigaro.fr/

On ne frappe pas un policier Suisse quand on est sur le point d’être expulsé…

Sinon, la riposte est immédiate: boum! Heureusement que les Suisses sont plus fermes concernant le problème de l’immigration clandestine. Et un bien pour eux: ils n’ont pas le MRAP, la Halde, le CRAN et autres vermines pour leur mettre des bâtons dans les roues…Il ont Amnesty? Bof…

On leur offre un billet d’avion, aux clandestins, Ca semble les fâcher…

FDF

.

Un requérant d’asile tabassé par la police…

Un incident violent s’est produit lors du renvoi forcé d’un demandeur d’asile. Des images, diffusées par la télévision suisse alémanique et reprises par la TSR, montrent un policier matraquer un Africain à l’aéroport de Zurich.

Plus d’un an après la mort d’un Nigérian suite à un malaise à l’aéroport de Zurich, la Suisse a repris jeudi ses vols spéciaux pour les renvois forcés de requérants d’asile expulsés.

«Dix-neuf hommes ont été transportés vers Lagos à bord d’un avion de Swiss. Le vol s’est déroulé sans incidents». C’est du moins ce que rapporte, très brièvement, l’Office fédéral des migrations (ODM).

Une tout autre impression se dégage néanmoins des images diffusées jeudi soir par la télévision alémanique dans son émission «10 vor 10»: deux requérants expulsés s’étaient opposés à monter à bord de l’appareil. Un des deux Nigérians s’est fortement débattu, ce qui a entrainé des coups de poings et de matraque de la part des policiers. L’expulsion des deux requérants a finalement été interrompue.

Une enquête réclamée par Amnesty International

Interrogée par «10 vor 10», Denise Graf d’Amnesty International, dénonce sévèrement cet incident: «Nous exigeons une enquête indépendante, allant de la phase de préparation jusqu’au retour à la prison».

La police cantonale zurichoise a également ouvert une enquête. Mais pour Marcel Strebel, chef de presse de la police zurichoise, la matraque a été utilisée pour calmer le Nigérian. Car ce dernier aurait donné des coups de pied à un agent dans «la région proche des parties génitales».

L’Office fédéral des migrations n’a, quant à lui, pas voulu s’exprimer à ce sujet jeudi.

Source et vidéo: http://tinyurl.com/3sxwpxp

La France n’a plus les Américains derrière elle en Libye. Mais continue la guerre…

En France, on est cons… Enfin, quand je dis « on », je ne parle pas du peuple…

Les Américains se sont cassé les dents au Vietnam. Les Américains, après les Russes, prennent une tôle en Afghanistan. Ils vont en partir. En Libye, les Américains ont compris. Il ne reste plus qu’un pays qui continue la guerre en armant les forces rebelles: c’est la France. Le « seigneur de guerre » Français ne veut pas rester sur un échec; même si ça coute des vies « dommages collatéraux » et énormément de fric aux contribuables. La France aime bien continuer à être la risée du monde. La France n’a pas encore remarqué que c’est sur SON TERRITOIRE que beaucoup de problèmes sont à régler. La France entretien une guerre civile en Libye. Alors qu’elle est sur le point d’exploser sur ses propres terres..

Et quand je dis la France, je n’évoque pas les Français…

FDF

Après la Russie et le Royaume-Uni, c’est au tour du Congrès américain de prendre ses distances avec l’initiative française d’armer les rebelles.

Click here to find out more!

Après avoir fustigé l’intervention américaine en Irak, la France jouerait-elle désormais le mauvais rôle en Libye ? Paris se trouve en tout cas chaque jour davantage isolé auprès de ses alliés, en dépit de l’annonce mardi de l’abandon du parachutage français d’armes aux rebelles libyens. Après la Russie et le Royaume-Uni, c’est maintenant au tour des États-Unis de prendre leurs distances avec l’initiative française. En effet, la Chambre américaine des représentants a voté jeudi un amendement interdisant au Pentagone de fournir tout équipement, entraînement ou soutien militaire aux opposants de Muammar Kadhafi, sans pour autant couper les fonds nécessaires à la poursuite de la guerre en Libye. À l’origine du vote, le représentant républicain Tom Cole, qui a insisté sur la « responsabilité du Congrès (…) à mettre fin à cette aventure irréfléchie en Libye ».

Pour Jean-Vincent Brisset, directeur de recherche à l’Institut des relations internationales et stratégiques (Iris) et ancien militaire de haut rang dans l’armée de l’air, ce vote possède à la fois des portées intérieures et internationales. « Il s’agit d’une réaction logique du Congrès américain qui n’a pas été consulté au moment de l’engagement américain en Libye », explique le chercheur. « Mais c’est aussi un sérieux rappel à l’ordre vis-à-vis de la France et de son interprétation extrêmement limite de la résolution 1973 de l’ONU. »

Des missiles en guise d’aide

Les résolutions 1970 et 1973, qui ont ouvert la voie à une intervention occidentale en Libye, sont notamment censées, d’une part, prévoir une zone d’exclusion aérienne visant les forces du colonel Kadhafi et, de l’autre, mettre en oeuvre « tous les moyens nécessaires » pour éviter des exactions contre les populations civiles. Des « moyens » qui ont donc pris la forme de lance-roquettes, de fusils d’assaut, de mitrailleuses et de missiles antichars parachutés par avion dans la région montagneuse du djebel Nefoussa, au sud de Tripoli, a-t-on appris le 28 juin dernier dans les colonnes du Figaro.

Or, c’est avec des mots très durs que Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, a condamné publiquement le 1er juillet l’initiative française, devant un Alain Juppé médusé. Pour le chef de la diplomatie du Kremlin, qui a dénoncé une « violation grave de la résolution 1970 », cette résolution permettrait en réalité « à n’importe qui de faire n’importe quoi, n’importe quand ». Faux, répond le ministre français des Affaires étrangères, qui met en avant la situation « extrêmement précaire » des populations attaquées par Kadhafi pour expliquer le geste français, qui, selon lui, rentre donc « exactement dans le cadre des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU ». Mais Paris était loin de se douter que la gronde irait jusqu’à gagner son principal partenaire en Libye, c’est-à-dire le Royaume-Uni.

« Une guerre civile »

« Cette résolution ne prévoyait pas d’armer un camp contre un autre dans une guerre civile, à l’intérieur d’un pays dont on avait oublié qu’il n’avait pas vocation à rester uni », estime Jean-Vincent Brisset, qui pense que l’on sous-estime les soutiens dont dispose encore Muammar Kadhafi dans le pays. Tandis que le conflit va bientôt entrer dans son quatrième mois et que Tripoli est toujours aux mains du colonel Kadhafi, cette dernière polémique ne symbolise-t-elle pas l’enlisement d’une coalition dont l’intervention ne devait pourtant pas dépasser la quinzaine de jours, dixit les membres du Conseil national de transition libyen, réunis en mars à Paris ? Et l’ancien pilote de chasse de mettre en cause certaines décisions politiques : « Peut-être les gouvernements engagés auraient-ils dû se concerter avec de véritables connaisseurs de la Libye avant de s’engager. »

Source: http://www.lepoint.fr/

Le double connard du jour est…

… Mohamed !

.

Et pourquoi double connard? C’est simple; voyez son adresse mail: bikonar@hotmail.fr

Faut déjà être doublement con pour se choisir une adresse mail telle que celle-ci, non? En outre: une phrase (courte), une faute…

FDF

.

Auteur : Mohamed (IP : 212.198.52.186 , 212-198-52-186.rev.numericable.fr)

E-mail   : bikonar@hotmail.fr

Adresse :

Whois    : http://whois.arin.net/rest/ip/212.198.52.186

Commentaire :

bande de raciste de merde !

Dominique Baudis épinglé.

Et ça continue! Quand ce ne sont pas des affaires de sexe, ce sont des affaires de fric. Elle est pas belle, notre République « irréprochable » (comme dit Sarkö) ?

FDF

.

Dominique Baudis : 36 000 € de notes de frais… aux frais du contribuable !


Dominique Baudis : 36 000 € de notes de frais… aux frais du contribuable
On dit « merci qui », Monsieur Baudis?

Ça commence mal ! À peine vient-il d’être nommé Défenseur des droits que Dominique Baudis se fait épingler par le site Médiapart qui révèle qu’il a bénéficié pour plus de 36 000 € de notes de frais indues lorsqu’il présidait l’Institut du Monde Arabe (IMA). Selon le site d’information, l’IMA, que l’ancien maire de Toulouse a présidé de 2007 à 2011, a fait l’objet en septembre 2010 d’un redressement de l’Urssaf pour « frais professionnels non justifiés » et « dépenses personnelles » au bénéfice de Dominique Baudis. Dans une lettre datée du 17 septembre 2010 dont Mediapart a obtenu une copie, la contrôleuse de l’organisme relève notamment des frais – tous pris en charge par l’institut – au profit de l’épouse de Baudis (dont un voyage à Dubaï) et de son fils, des notes de restaurant lors de jours fériés, des billets d’avion pour des déplacements personnels. Pour ces dépenses, « le caractère de frais professionnels n’est pas démontré. Leur montant ne peut donc être exonéré de charges sociales », souligne l’Urssaf. Le redressement imposé à l’IMA s’est élevé à plus de 12 000 €. Baudis affirme que « ce ne sont pas des détournements ni des malversations ». Il précise avoir remboursé une partie des frais engagés, ainsi qu’une partie des cotisations sociales. Allez, encore un effort !

Source: http://www.ladepeche.fr/

Honteux! Les voleurs de bronze s’attaquent aux cimetières !!!

Plus aucun respect, même des morts. Ca dépasse l’entendement…

FDF

.

Trois petits cimetières de Sénart ont été profanés. Des voleurs de métaux y ont dérobé divers objets : crucifix, angelots, insignes religieux…

«C’est honteux. On ne respecte même plus nos morts. » Cette habitante de Savigny-le-Temple se remet difficilement du choc qu’elle a eu en se rendant sur la tombe de son mari, au cimetière de Nandy. « Je venais déposer une fleur, comme toutes les semaines. Et là, je découvre qu’on m’a volé. Quelqu’un avait pris la grande croix en bronze qui était sur la tombe.

Elle mesurait 30 cm de long environ, c’était une croix droite, toute simple. Ça m’a fait un choc. J’ai prévenu la police municipale. C’est là qu’on a découvert que des objets en métal avaient disparu sur une dizaine d’autres tombes. »

Au total, trois cimetières de la ville nouvelle de Sénart ont été la cible de voleurs de métal entre le 17 et le 25 juin : Nandy, Vert-Saint-Denis et Réau. Uniquement des petites communes, aux cimetières discrets et peu fréquentés. « A Nandy, treize tombes ont été volées », s’indigne Thierry Jacquemard, responsable de la police municipale. Les malfaiteurs se sont emparés de divers ornements : crucifix, christs, angelots, insignes religieux… « Ils ont même cassé une belle croix en marbre pour prendre le christ en bronze qui était dessus. Mais les tombes n’ont pas été dégradées ou profanées », précise Thierry Jacquemard.

« Ils n’étaient intéressés que par les objets en métal », confirme Alain Auzet, le maire (SE) de Réau.

Il faut dire que le bronze est un alliage d’étain… et de cuivre, matériau dont le cours flambe actuellement. « Un christ en bronze premier prix coûte 150 à 180 €, sans compter la pose. Après, les prix s’envolent bien au-delà selon la taille, la qualité… » précise l’habitante de Savigny.

En avril, des dizaines de plaquettes en cuivre qui servent à personnaliser les ornementations funéraires avaient été dérobées au cimetière voisin de Saint-Pierre-du-Perray (Essonne).

« C’est une profanation. Symboliquement, c’est terrible, confiait à l’époque Patrick, dont la tombe de l’épouse a été pillée. C’est déjà assez dur de perdre un être proche. »

Le commissariat de Moissy-Cramayel a été chargé de l’enquête concernant les vols dans les cimetières de Nandy, Réau et Vert-Saint-Denis. La police scientifique et technique est venue sur place la semaine dernière effectuer des relevés d’empreintes.

Source: http://www.leparisien.fr/

Poème…

De notre ami Bobby, pour celles et ceux qui n’auraient pas vu son commentaire…

FDF

.

« Voici un poème sur l’islam que j’ai écrit, et la vidéo associée que j’ai monté :
http://www.youtube.com/watch?v=RCojlKECc2c
A mes amis patriotes de juger, sachez que mon compte youtube a été fermé… »
Merci Bobby, beau travail…

La préférence étrangère n’est pas un leurre…

Encore une preuve, encore des chiffres. Le Front National s’empare de l’affaire. Tout est dit ci-dessous. Le peuple de France saura en tirer les conclusions qui s’imposent…

FDF

.

Voir: tract_retraite_immigres couleurs.indd

Bonus: http://tinyurl.com/5s755zd

Martine s’en va en guerre…

Faux! Je n’ai rien reçu…

Elle marche dans les pas d’Anne Sinclair, Martine: voler au secours de son époux « secoué » par les sites qui divulguent la vérité. Elle ne sait plus quoi inventer pour se faire médiatiser, la miss PS.

Il ne peu pas se défendre tout seul, Brochen? Il est pourtant avocat, non? Ah oui, c’est vrai: il est connu pour être l’avocat des islamistes…

FDF

Aéroport de Lille. Maire: Martine Aubry. A gauche, le drapeau algérien. No comment…

.

Aubry menace de porter plainte contre des sites propageant des rumeurs sur son mari…

Martine Aubry a affirmé vendredi avoir écrit aux sites internet qui propageaient des rumeurs sur son mari, l’avocat Jean-Louis Brochen, le présentant comme islamiste, pour leur demander de retirer ces allégations, faute de quoi elle porterait plainte.

    augmenter la taille du texte diminuer la taille du texte


« On a écrit aux sites pour leur demander de retirer. La plupart retirent au fur et à mesure et ceux qui ne retireront pas, on porte plainte », a-t-elle expliqué à quelques journalistes, en marge d’un déplacement à Turin.

« Par ailleurs, comme j’ai des témoignages, je peux porter plainte contre ceux qui ont diffusé les rumeurs », a-t-elle également souligné.

« On ne se laissera pas faire », a assuré la candidate à la primaire PS.

Affirmant ne pas craindre une campagne vile, Mme Aubry a affirmé avoir subi « suffisamment d’attaques » dans sa vie « pour être blindée ».

« Il y a la justice pour répondre (aux attaques ndlr). Je pense encore que nous sommes dans une République. Je fais confiance aux institutions de mon pays », a poursuivi Mme Aubry.

« Sur mon mari, je sais qui a lancé cette rumeur » et « je l’ai appris avant que ça sorte de deux sources différentes ».

Elle a également fait allusion à un écho paru dans L’Express après les voeux du président en janvier 2010, relatant des propos que Nicolas Sarkozy aurait alors tenus: « Vous connaissez bien Carla et Nicolas, vous ne connaissez pas Martin et Martine ». Or, a-t-elle expliqué, « Martin et Martine, c’est une légende dans le Nord, Martin et Martine sont des géants d’Arras et Martin est un musulman qui s’appelle Hakim et qui doit se marier avec Martine ».

Né à Roubaix le 7 juin 1944 d’un père breton et d’une mère nordiste, Jean-Louis Brochen, qui a épousé Mme Aubry en secondes noces en 2004, est avocat depuis novembre 1969, spécialiste du droit social et du droit pénal.

Il a été secrétaire général, puis président du Syndicat des Avocats de France.

Conseiller municipal à Roubaix dans l’opposition d’André Diligent, il démissionna pour devenir bâtonnier de l’Ordre des avocats au barreau de Lille, puis fut jusqu’en 2001 adjoint au maire chargé de la culture à Lille sous Pierre Mauroy.

Adhérent de la Ligue des Droits de l’Homme, il a été l’avocat de nombreuses associations de salariés, notamment de la CFDT, et a défendu les plus démunis.

M. Brochen a défendu en 1993, à une époque où aucune loi ne réglementait le port de signes religieux ostentatoires à l’école, des jeunes filles portant le foulard islamique menacées d’exclusion et défendu également un jeune homme portant kippa menacé d’exclusion de son lycée. »

Source: http://actu.orange.fr/

Suisse: l’UDC veut faire revoter le peuple sur les étrangers.

Et ils ont bien raison. La ténacité bien dirigée finit toujours par payer…

FDF

.

L’UDC lancera une nouvelle initiative sur le renvoi des criminels étrangers

Craignant pour la mise en place de son initiative, l’UDC lancera d’ici 2012 un nouveau projet sur le renvoi des criminels étrangers. Le parti veut faire revoter le peuple.

Le groupe de travail mis sur pied par la ministre de justice et police Simonetta Sommaruga pour concrétiser la volonté populaire dans la loi a présenté ses travaux il y a une semaine. Quatre variantes d’application de l’initiative sont sur la table et le Conseil fédéral devrait mettre un projet en consultation.

L’UDC siégeait au groupe de travail mais n’est pas satisfaite. Les trois solutions privilégiées par le reste des membres requièrent une peine minimale de six mois pour exiger un renvoi. Ainsi, 84% des délinquants étrangers ne pourraient pas être expulsés, a dénoncé le vice-président du parti Christoph Blocher. Et le Zurichois de dénoncer un mépris de la volonté populaire. Le parti ne veut pas attendre pour imposer celle-ci. Il a décidé de transformer la variante défendue par ses deux représentants au groupe de travail en une nouvelle initiative populaire «prête à l’emploi». Elle sera soumise aux délégués de l’UDC cette année encore pour un lancement début 2012 au plus tard, a annoncé le président du parti Toni Brunner.

La gravité de la peine ne joue aucun rôle

Le texte met l’accent sur les délits sexuels et les actes de violence. Il comprend une large liste allant de crimes comme l’assassinat jusqu’à des infractions comme des lésions corporelles simples. Il suffirait qu’un étranger soit condamné pour une de ces infractions pour être expulsé. La gravité de la peine ne joue aucun rôle.

La compétence d’ordonner le renvoi reviendrait au juge ou au ministère public. Les cantons devraient l’exécuter immédiatement. A l’exception du non-refoulement, l’examen d’aucun autre obstacle au renvoi n’est prévu. Selon la majorité du groupe de travail, cela violerait les principes de base du droit constitutionnel et du droit international.

Source: http://www.tdg.ch/

Le terrifiant bilan de l’une des promesses phare du candidat Sarkozy de 2007…

« Une République irréprochable« , promettait Sarközy.

A moins d’un an des présidentielles en France, le bilan Sarközien est vite épluché. Ce qui suit devrait faire réfléchir le peuple de France… Et lui permettre de ne pas pas se laisser prendre au piège une nouvelle fois…Mais ce n’est pas une raison pour voter socialo-momo. Vous devinez ce qui reste?

FDF

.

Les 36 scandales de la République irréprochable…

À la lecture de cette liste on constate d’une part que les condamnations judiciaires restent relativement rares (les ministres qui n’ont pas été condamnés restent donc officiellement innocents des faits évoqués par la presse) ; par ailleurs, on note que les rares condamnations ? inscrites au casier judiciaire – n’empêchent pas ceux qui en ont fait l’objet d’accéder à des postes de pouvoir.

Diké

Lu Kabylie.net

A l’heure où l’homme est à nouveau candidat et use de tous les artifices pour sa survie à l’Elysée, voici une liste, qui s’allongera encore d’ici le 6 mai 2012, de ces affaires qui polluent la Sarkofrance depuis plus de 4 ans.

Certaines affaires ne datent pas d’hier (cf. 23, 24 et 27), mais leurs auteurs ont été promus sous Nicolas Sarkozy pour des raisons de politique interne à l’UMP.

Depuis 2007, les médias nous informent régulièrement d’affaires ou de possibles scandales impliquant des ministres des gouvernements Fillon, sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Bien sûr, la plupart de ces informations n’ont pas été suivies de condamnations judiciaires et pourraient faire l’objet d’attaques en diffamation si nous n’étions pas prudents quant aux termes employés pour les rappeler.

Cependant, à moins d’un an de la prochaine élection présidentielle, il importe de garder à l’esprit tous ces scandales de la « République irréprochable » prônée par Nicolas Sarkozy, qu’ils soient avérés ou simplement dénoncés par les médias.

1. En pleine révolution tunisienne, Michèle Alliot-Marie propose le 11 janvier 2011 à l’Assemblée nationale que « le savoir-faire de nos forces de sécurité, qui est reconnu dans le monde entier, permette de régler des situations sécuritaires de ce type ». La livraison de grenades lacrymogènes aurait finalement été annulée par la ministre le 18 janvier 2011, soit quatre jours après la fuite de Ben Ali.

2. Mais Le Canard enchaîné révèle aussi que Michèle Alliot-Marie a passé ses vacances de fin d’année en Tunisie, alors que les Tunisiens avaient déjà commencé leur révolution. Michèle Alliot-Marie, son compagnon Patrick Ollier, et ses parents auraient effectué deux trajets dans le jet privé d’ Aziz Miled, un homme d’affaires qui aurait été proche de la famille Ben Ali-Trabelsi. Il aurait même été question d’une transaction immobilière en Tunisie. Mediapart a ajouté que Michèle Alliot-Marie se serait également entretenue au téléphone avec « le président en fuite » pendant ses vacances. Elle a finalement démissionné.

3. L’affaire Visionex concerne une société qui aurait proposé à des cafetiers l’achat de bornes internet qui, selon l’accusation, seraient en fait des machines à sous permettant des paris clandestins. Une enquête pour infraction à la législation sur les jeux de hasard a été ouverte. Mais le 6 octobre dernier, Le Canard enchaîné a révélé que lors d’une perquisition effectuée chez David Sénat (mis en examen le 1er octobre 2010) les policiers de la brigade de répression du banditisme auraient trouvé une lettre écrite en juillet 2008 par Michèle Alliot-Marie, annotée par Rachida Dati, alors ministre de la Justice, pour demander de « clôturer les investigations dans le cadre de la commission rogatoire, car la bonne foi a été prouvée ». Or, l’enquête impliquait le fils de l’ancien garde des Sceaux Albin Chalandon, Fabien Chalandon, mis en examen le 20 mai 2010. Rachida Dati a dit qu’il s’agissait d’une déclaration mensongère et qu’elle envisageait de porter plainte.

4. D’après Le Canard Enchaîné, deux frères de Fadela Amara auraient occupé son logement de fonction de 120 m² (trois pièces, un bureau, deux salles de bains et un cuisinier à disposition) à Paris pendant plusieurs semaines, un hébergement de ses proches aux frais de la République.

5 . Le Canard enchaîné a révélé que Christian Blanc a fait acheter sur le budget de son secrétariat d’État pour 12.000 € de cigares en dix mois. Il aurait remboursé 3.500 euros correspondant, selon ses dires, à sa « consommation personnelle », avant de rembourser la totalité de la dépense…

6. Le Canard enchaîné a révélé en juin 2010 que Jeannette Bougrab avait fait doubler son indemnité de présidente de la HALDE (de 6.900 à 14.000 euros mensuels). Après qu’elle ait déposé plainte pour diffamation, le tribunal correctionnel de Paris l’a déboutée soulignant que l’enquête du Canard enchaîné était sérieuse et que les chiffres déclarés étaient « tout sauf fantaisistes ».

7. La mission sur la mondialisation confiée à Christine Boutin par l’Élysée. L’ex-ministre était rémunérée 9.500 euros par mois pour cette mission (dont certains professionnels jugeaient qu’elle ne présentait qu’un intérêt mesuré), auxquels elle a ensuite renoncé, et qu’elle cumulait avec sa retraite mensuelle de députée et de conseillère générale.

8. Nous connaissons les positions de Christine Boutin sur l’homosexualité, dans son livre Le Mariage des homosexuels (paru en 1998), Christine Boutin pose la question : « où placera-t-on la frontière, pour un enfant adopté, entre l’homosexualité et la pédophilie ? ». Mais n’oublions pas l’opposition de Luc Châtel à la diffusion du court-métrage d’animation « Le Baiser de la lune » dans les écoles, destiné à la prévention contre l’homophobie, et la manière dont Valérie Pécresse aurait poussé Roger Karoutchi à faire son « coming-out » lors de l’investiture UMP pour les élections régionales en Ile-de-France, en sous-entendant qu’un chef de région était d’abord un chef de famille, ce que M. Karoutchi ne pouvait pas être… Enfin, notons que l’actuel ministre de la Défense et des anciens combattants, Gérard Longuet, aurait fait un rapprochement entre homosexualité et pédophilie, en juillet 2008, au Sénat. Il ne souvient pas avoir tenu ces propos.

9. Marc Robert, procureur de la République de Riom depuis 2000, a été muté (en 2009) car il aurait critiqué la réforme de la carte judiciaire conduite par Rachida Dati, un procédé appelé « promotion-sanction ». Or, le 30 décembre 2010 le Conseil d ?État a annulé le décret de mutation de Marc Robert (qui avait déjà été muté à Paris) au motif qu’elle était irrégulière. Il est à nouveau Procureur de la République de Riom depuis le 30 mars 2011.

10. Le Canard enchaîné a révélé que Christian Estrosi aurait annulé les réservations d’un vol régulier d’Air France qui aurait dû le conduire , lui et une délégation d’élus et de journalistes, à Washington. Il aurait fait louer à la place un Falcon 900 car les horaires du vol d’Air France ne lui auraient pas permis d’assister à un cocktail organisé à l’Élysée. Le Canard enchaîné a indiqué que ce changement de programme a coûté la somme de 138.000 euros à l’État. Christian Estrosi a présenté ses excuses.

11. Le Canard enchaîné a également révélé que Christian Estrosi aurait occupé deux logements de fonction : un appartement à Bercy et un un hôtel particulier parisien de 2.900 m² (avec cuisinier) appartenant à la République, et que sa fille aurait occupé. Il a invité la presse à se rendre dans ce logement, pour s’expliquer sur cette information…

12. Le Canard enchaîné a pointé du doigt l’économe Pénélope Fillon qui aurait utilisé un jet privé pour se rendre à Roscoff (Manche) où avait lieu le baptême d’un navire de la flottille des Britanny Ferries qui fait le lien entre la France et l’Angleterre. Coût du vol : 10.000 euros. Elle n’aurait pas voulu prendre le TGV, dont le coût n’aurait été que de 130 euros aller-retour.

13. Fin septembre 2008, François Fillon et sa famille étaient sur le trajet retour d’un « week-end privé » dans la Sarthe quand un avion de tourisme aurait frôlé l’avion du Premier ministre. Problème : les coûteux avions de la République doivent être utilisés dans un cadre strictement professionnel… Le Premier ministre semble avoir pour habitude de se rendre dans son château de la Sarthe en Falcon, alors que cette résidence est à 1h20 de Paris en TGV.

14. Le Canard enchaîné a révélé que le Premier ministre et sa famille auraient séjourné à titre privé, lors des fêtes de fin d’année 2010, en Égypte dans des hôtels luxueux d’Assouan. Ils auraient été invités par Hosni Moubarak, président déchu suite à la révolution égyptienne.

15. Lors de ses vacances italiennes (en Toscane), François Fillon aurait obtenu le prêt d’une Ferrari bleue pour la journée, et ce gratuitement, auprès du patron de la marque (Charlie Hebdo).

16. Une femme qui se trouvait à moto sur la rocade de Rennes, le 19 mai 2009, a été doublée par un 4×4 avec quatre jeunes à bord, dont le conducteur était le fils de François Fillon, Edouard Fillon. Ceux-ci se sont amusés « à la coller », suffisamment pour que la moto soit rayée à l’arrière, puis ont pris la fuite. Elle a indiqué : « J’ai vraiment eu la trouille de ma vie, Il y avait deux jeunes hommes à l’avant. Ils m’ont collée. Moi, je roulais en appui contre la voiture. Un moment, ils ont ralenti. J’ai accéléré. Ils sont restés derrière moi quelques instants avant de me dépasser à nouveau. Là, j’ai eu droit à diverses insultes. » (JDD) Le lendemain, elle a déposé plainte au commissariat de Rennes avec le numéro d’immatriculation du véhicule qu’elle avait relevé. Le fils de François Fillon mis en cause n’a fait l’objet que d’un rappel à la loi, le 16 septembre, par un délégué du procureur.

17. Le 28 février 2011, le site internet Lesinrocks.com révèle que Henri Guaino, conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, a passé les fêtes de fin d’année en Libye.

18. Brice Hortefeux est condamné le 4 juin 2010 par le tribunal correctionnel de Paris à 750 euros d’amende pour injure non publique envers un groupe de personnes à raison de leur origine, à 2.000 euros de dommages-intérêts à payer au MRAP, et à la publication d’un communiqué de presse compte tenu de « l’effet délétère sur le lien social d’un tel propos, quand il est tenu par un responsable de si haut niveau ». La phrase incriminée, visant un jeune homme d’origine maghrébine, était la suivante : « Quand y’en a un, ça va. C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes. ».

19. Brice Hortefeux a également été condamné le 17 décembre 2010 par le tribunal de grande instance de Paris pour atteinte à la présomption d’innocence de David Sénat, ancien conseiller de Michèle Alliot-Marie, devant lui verser un euro de dommages-intérêts. Il avait laissé entendre que David Sénat était à l’origine de fuites au journal Le Monde dans l’affaire Woerth-Bettencourt. Il a fait appel des deux condamnations.

20. Alain Joyandet a fait louer un jet privé pour 116.500 € afin de se rendre en Martinique, où il devait participer à une conférence internationale.

21. Le Canard enchaîné a par ailleurs révélé que le même Alain Joyandet aurait bénéficié d’un permis de construire illégal pour l’agrandissement de sa villa dans le Var. Le ministre a ensuite renoncé à ce permis de construire…

22. Le Canard enchaîné, en 1995, a révélé un document interne de la Ville de Paris, signé de la main d’Alain Juppé, donnant ordre à ses services de diminuer le loyer de son fils Laurent Juppé qui habitait un appartement de 189 m² appartenant à la Ville de Paris (rue Jacob, dans le 6ème arrondissement, commune la plus chère de France). Des travaux, pour un montant de plusieurs millions de francs, effectués aux frais des contribuables, y ont par ailleurs été effectués. Une plainte pour « prise illégale d’intérêts » a été déposée par l’Association des contribuables parisiens créée ad hoc par Arnaud Montebourg. Une information judiciaire a été ouverte par le procureur de la République de Paris, Bruno Cotte, qui a considéré que le délit de « prise illégale d’intérêts » était établi. Il a annoncé cependant son intention de classer le dossier si Alain Juppé quittait cet appartement. Le procureur général près la cour d’appel de Paris, Jean-François Burgelin, a publié alors un communiqué, approuvé par le ministère de la Justice, affirmant que l’infraction n’était pas constituée et qu’elle était de toute façon prescrite. Cependant, la décision de classement a imposé à Alain Juppé de déménager. Le 28 août 1995, le Garde des Sceaux, Jacques Toubon, a ordonné à Bruno Cotte de quitter le parquet de Paris (Blog de Laurent Remise)…

23. Dans l’affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris, Alain Juppé a été le 1er décembre 2004 condamné à quatorze mois de prison avec sursis et un an d’inéligibilité par la cour d’appel de Paris. Il avait été d’abord condamné par le tribunal correctionnel de Nanterre, le 30 janvier 2004, à dix-huit mois de prison avec sursis et dix ans d’inéligibilité.

24. Scandale sur fond de Françafrique et de conflits d’intérêts. En 2009, Pierre Péan, dans son livreLe Monde selon K a révélé que Bernard Kouchner avait eu des activités de conseil auprès des autorités du Gabon (république où l’alternance politique est inexistante) et de la République du Congo (où les élections sont marquées par nombre d’irrégularités) dans le cadre de la réforme du secteur de la santé de ces deux pays. Bernard Kouchner serait aussi intervenu dans le recouvrement de factures pour deux sociétés de conseil, Africa Steps et Imeda, alors même qu’il était ministre des Affaires étrangères de Nicolas Sarkozy.

25. Le 10 mai 2011, le procureur général de la Cour de cassation, Jean-Louis Nadal, a demandé une enquête pour « abus d’autorité » contre Christine Lagarde dans l’affaire de l’arbitrage privé ayant débouché sur l’attribution de plusieurs centaines de millions d’euros à Bernard Tapie en 2008. Mais le procureur ferait une erreur factuelle en affirmant que Christine Lagarde aurait décidé d’un arbitrage en mai 2007, puisqu’elle était à l’époque ministre de l’Agriculture et non des Finances, poste qu’elle occupera à partir du 19 juin 2007. Ce serait Jean-Louis Borloo, ministre de l’Economie, des finances et de l’emploi du 18 mai au 19 juin 2007 qui devrait donc être visé. Nous précisons que Jean-Louis Borloo a été l’avocat de Bernard Tapie mais qu’il serait aussi un ami très proche. Une enquête préliminaire sur d’éventuels « abus de pouvoirs sociaux » dans l’affaire Lagarde-Tapie vient d’être ouverte. Elle vise les décisions prises par des hauts fonctionnaires (Jean-François Rocchi et Bernard Scemana), qui auraient dissimulé des éléments de la procédure d’arbitrage et ajouté dans le projet d’arbitrage la notion de préjudice moral (chiffrée à 45 millions d’euros pour les époux Tapie). La Cour de justice de la République a mis en délibéré au 8 juillet sa décision sur une éventuelle ouverture d ?enquête contre Christine Lagarde.

26. Très récemment, Mme Lagarde a déclaré sa candidature à la direction du Fonds Monétaire International (FMI), pour succéder à Dominique Strauss-Kahn, inculpé par la justice américaine. Obtenir ce poste nécessite de mener une campagne d’auto-publicité dans le monde entier. Or, comme l’ont pointé de nombreux journaux, non seulement Christine Lagarde consacre du temps (théoriquement dédié à son poste de ministre de l’Économie) mais aussi de l’argent public à cette cause. Le 16 juin 2011, l’Expansion avançait le chiffre de 150.000 euros pour le coût en argent public de cette campagne pour un poste pourtant privé. Mme Lagarde, qui touchera 35.000 euros par mois si elle devient directrice générale du FMI, continue de percevoir pendant sa campagne son salaire de ministre : plus de 20.000 euros par mois.

27. Gérard Longuet est connu pour différentes affaires judiciaires pour lesquelles il n’a jamais été condamné. Ainsi, il a été mis en examen en 1995 dans l’enquête sur le financement occulte du Parti républicain mais il a bénéficié d’un non-lieu le 8 mars 2010, en partie grâce à la loi d’amnistie de 1990 sur les financements politiques. Dans une affaire concernant la construction de sa villa de Saint-Tropez où il est accusé de « recel d’abus de crédit », le ministre est relaxé en première instance, puis par la cour d’appel de Paris en 1998. Il a également été mis en garde à vue en mai 2001, pour recel de corruption dans l’affaire des marchés publics d’Île-de-France mais il est relaxé en 2005.

28. En 2010, Gérard Longuet s’oppose à la nomination de Malek Boutih à la tête de la HALDE car il considère qu’« il vaut mieux que ce soit le corps français traditionnel qui se sente responsable de l’accueil de tous nos compatriotes », excluant ainsi M. Boutih d’un « corps français traditionnel » supposé.

29. Le quotidien La République du centre a révélé qu’Olivier Marleix, conseiller technique du président de la République et fils de l’ancien ministre Alain Marleix, circulait à bord d’une voiture du parc automobile de l’Élysée lorsqu’il a été arrêté par les gendarmes pour avoir circulé à 119 km/h au lieu des 70 autorisés. Il aurait fait valoir ses relations auprès des militaires et leur aurait comprendre qu’il serait « préférable de classer l’incident ». M. Marleix a démenti ; il a affirmé que le gendarme l’ayant reconnu en tant que Maire d’Anet, aurait spontanément renoncé à le verbaliser.

30. Le site Rue89 nous a informé qu’une employée de 36 ans du Printemps de Nancy aurait été licenciée suite à une altercation avec Nadine Morano. Dans un communiqué, Nadine Morano a réfuté être à l’origine de ce licenciement, qui aurait relevé selon elle de la seule appréciation de l’employeur… Mme Morano avait fait venir le directeur du magasin pour l’informer du comportement de cette employée… ce qui aurait entraîné son licenciement.

31. Patrick Ollier, compagnon de Michèle Alliot-Marie, ancien président de l’Assemblée nationale, ministre des relations avec le Parlement depuis le 14 novembre 2010 est aussi un ami de Mouammar Khadafi, et est à la tête du groupe d’amitié France-Libye à l’Assemblée nationale.

32. Le 22 juin 2011, Georges Tron est mis en examen pour « viols et agressions sexuelles en réunion » sur deux employées de sa Mairie de Draveil. Il est placé sous contrôle judiciaire.

33. La presse a en outre relayé les doutes des élus d’opposition de la ville de Draveil concernant la provenance des fonds qui auraient financé l’installation d’un cabinet de réflexologie de Georges Tron attenant à la mairie.

34. L’épouse d’Éric Woerth, ministre du Budget, aurait, selon les dires de Patrice de Maistre enregistrés par un majordome de Liliane Bettencourt, été engagée pour faire plaisir au ministre, au sein de la société Clymène chargée de gérer le patrimoine de la milliardaire héritière de L’Oréal. Florence Woerth a démissionné le 25 juin 2010 après des accusations de conflits d’intérêt concernant son mari. Le site internet de l’Express a de plus révélé qu’Éric Woerth avait remis la Légion d’honneur à Patrice de Maistre.

35. Éric Woerth a également été critiqué pour le cumul de ses fonctions ministérielles avec celle de trésorier de l’UMP. Or, selon l’ex-comptable de Liliane Bettencourt, Claie Thibout, 150.000 euros d’argent liquide, dépassant le plafond légal de 7.500 euros, auraient été remis à Éric Woerth par l’intermédiaire de Patrice de Maistre pour financer la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Le ministre a annoncé sa démission du poste de trésorier de l’UMP le 13 juillet 2010.

La presse s’est aussi étonnée du fait que bien que la 2e fortune de France ait admis elle-même avoir fraudé le fisc (elle a dit avoir remis de l’ordre dans ses comptes depuis), les services fiscaux, de leur côté, n’ont jamais posé aucune question à Mme Bettencourt sur le sujet…

36. Le Canard enchaîné et Marianne ont révélé qu’Éric Woerth avait autorisé, en mars 2010, la vente de gré à gré d’une parcelle de la forêt domaniale de Compiègne à un prix largement inférieur à celui du marché, à l’association privée Société des courses de Compiègne. Saisi par le procureur général de la Cour de cassation, Jean-Louis Nadal, la Commission des requêtes de la Cour de justice de la République a donné le 13 janvier 2011 un avis favorable à l’ouverture d’une enquête pour « prise illégale d’intérêts ».

À la lecture de cette liste on constate d’une part que les condamnations judiciaires restent relativement rares (les ministres qui n’ont pas été condamnés restent donc officiellement innocents des faits évoqués par la presse) ; par ailleurs, on note que les rares condamnations ? inscrites au casier judiciaire – n’empêchent pas ceux qui en ont fait l’objet d’accéder à des postes de pouvoir. »

Cet article, signé Diké, est un terrifiant bilan de l’une des promesses phare du candidat Sarkozy de 2007…

Diké