Francaisdefrance's Blog

29/06/2011

Sarkö-Fillon: « je t’aime, moi non plus »…

Pas besoin d’aller vous enfermer dans les salles obscures, en ce moment. Tout se joue  en « direct-live », en France. Entre Martine Aubry qui annonce sa candidature à la présidentielle 2012 en occultant les primaires du PS, Europe Ecologie qui fait pitié tant les acteurs sont pitoyables et Sarkö Ier qui normalement devrait emporter le premier prix d’interprétation au prochain festival de Cannes tellement son jeu est évident, nous sommes aux premières loges avec les médias… Quel cinoche!

FDF

.

« P….., encore un an ! »

Sarkozy et Fillon jouent l’unité pour contrer le PS

Le chef de l’État s’est affiché au côté de son Premier ministre pour jouer du contraste avec la joute électorale qui s’engage au PS.

Click here to find out more!

« Nicolas Sarkozy en déplacement dans le fief de François Fillon, ce n’était pas arrivé depuis 2007. Et pour cause, les relations entre le président et son Premier ministre ont longtemps été tendues. Mais mardi matin, les deux hommes affichent une parfaire unité au cours d’un déplacement sur le thème de la sécurité alimentaire à Sablé-sur-Sarthe.

L’occasion est trop belle de parasiter l’entrée en campagne de Martine Aubry. La première secrétaire du PS annonce le matin même sa candidature à la primaire depuis sa ville de Lille. Au moment même où elle prononce son discours, Nicolas Sarkozy et François Fillon visitent un élevage de poulets jaunes de la coopérative de Loué… L’objectif : montrer que l’exécutif est au service des Français quand le PS court le risque d’étaler ses divisions pour départager Hollande, Montebourg, Valls, Royal et Aubry.

Le « sens de l’État de Fillon« 

Lâcher de poulets en dehors de leur abri, caresse d’un poussin, arrêt devant un buffet de produits locaux… l’image est soignée. Nicolas Sarkozy et François Fillon, venus en hélicoptère, se rendent dans l’exploitation dans la même voiture. Tous deux en costume gris, l’un rayé, l’autre uni, s’accordent même un très court aparté, pour mieux scénariser leur entente. « Nous sommes très fiers que la deuxième visite d’un président de la République, après le général de Gaulle, soit celle de Nicolas Sarkozy », déclare un peu plus tard le chef du gouvernement en inaugurant la table ronde sur la sécurité alimentaire qui conclut la visite.

Nicolas Sarkozy, lui, se charge de répondre par avance à ceux qui pourraient s’étonner de voir les deux hommes sur les terres de François Fillon : « Le fait qu’il soit Premier ministre et enfant de la Sarthe, ça ne doit tout de même pas m’empêcher de venir ! » lance-t-il devant 2 000 personnes, dont les quelque 1 030 producteurs de poulets de Loué, success story de la région. Et le chef de l’État de vanter le travail de son Premier ministre : « François Fillon s’est dédié depuis quatre ans au service de la France. » Tonnerre d’applaudissements dans la salle. Alors Nicolas Sarkozy en rajoute : « Ce fut toujours pour moi un grand soutien que de pouvoir compter sur le conseil et le sens de l’État de François Fillon. » Oublié, le temps où il le traitait de simple « collaborateur« …

Tacle à Martine Aubry

Nicolas Sarkozy soigne aussi son image de président au service des Français. Comme lors de sa conférence de presse à l’Élysée la veille, il vante son action en faveur « de l’intérêt général ». « C’est la spécificité du rôle de François Fillon comme du mien : coller aux préoccupations des Français. » Et la préoccupation du jour, c’est l’agriculture. Nicolas Sarkozy n’a pas assez de mots pour vanter la qualité des produits, dont les poulets Label rouge sont érigés en symbole. « Vous ne vous en sortirez que par la qualité (…) c’est encore plus important que le prix », avance-t-il, en appliquant son raisonnement à l’industrie. Pour les y aider, le président se prononce pour réserver une partie du marché de la restauration collective pour « les produits de qualité ». Une volonté déjà affichée le 15 juin dernier par Martine Aubry, lors de son déplacement chez un éleveur de l’Oise. Le chef de l’État dénonce enfin les importations incontrôlées de productions dont la traçabilité n’est pas toujours assurée. Avant d’apostropher la grande distribution : « Partagez la valeur avec les éleveurs ! »

Mais au-delà de l’agriculture, c’est l’ensemble de sa politique que le président défend. « De la sécurité alimentaire à la sécurité routière », le président trace une parallèle. Avec au passage un nouveau tacle à Martine Aubry et les 35 heures. « Le travailler moins (…) on a vu ce que ça a donné, des chômeurs en plus et des salaires en moins. » On ne saurait être plus clair, le président est en campagne sans le dire. Avec le soutien de son Premier ministre. »

Lu sur Le Point.fr

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :