Francaisdefrance's Blog

27/06/2011

Libye: mais à quoi joue Sarközy ???

Droit dans ses bottes, Sarkö et toujours dans le sens du vent. Un exercice où il excelle, no’t président. Obama dit « on retire nos troupes en Afghanistan », Sarkö dit « moi aussi » (un 63 ème soldat Français vient de tomber là-bas…).

Obama dit: « Kadhafi caca »; Sarkö dit « tout à fait d’accord ». Mais il a la mémoire courte où il nous prend pour des guignols. La seconde hypothèse me plait bien…

FDF

.

Souvenez-vous:

Sarkozy défend l’action de l’Europe en Libye !

Le président français a sèchement remis à sa place le chef du Pentagone, vendredi, en marge du Conseil européen à Bruxelles.

Les Alliés ne laisseront pas tomber la Libye. C’est le message qu’a martelé Nicolas Sarkozy vendredi, en assurant que «les opérations se poursuivront jusqu’à ce que les Libyens puissent construire leur démocratie». Réunis en sommet à Bruxelles, les chefs d’État et de gouvernement des Vingt-Sept ont réitéré leur appel à un départ «immédiat» de Mouammar Kadhafi et leur soutien au Conseil national de transition (CNT) pour son «rôle essentiel». «La transformation démocratique de la Libye reste d’un intérêt primordial pour l’UE», souligne la déclaration finale.

Alors que des flottements se sont fait sentir ces derniers jours au sein de l’Alliance, avec la demande par Rome d’une suspension immédiate des opérations, le président français a tenu à justifier le rythme adopté par les alliés. «Si nous n’allons pas plus vite, c’est que nous avons un consensus sur la nécessité de ne pas avoir de bavure. C’est ce qui fait la distinction entre une armée au service de la démocratie et une armée au service d’une dictature», a-t-il affirmé. À Bruxelles cependant, on s’inquiète en coulisses de la déstabilisation qu’un conflit prolongé pourrait provoquer dans la région, et des dégâts potentiels dans l’opinion publique des pays arabes. «Personne n’aime Ka-dhafi, mais cela ne veut pas dire que les gens se satisfont de l’intervention occidentale. Cela rappelle l’Irak», glisse une source européenne.

Mise en garde à Assad 

Dans ce contexte, Nicolas Sarkozy a jugé «particulièrement déplacés et totalement faux» les propos du chef du Pentagone, Robert Gates, sur le peu d’engagement financier des Européens au sein de l’Otan. «Je n’ai pas l’impression qu’en Libye l’essentiel du travail soit fait par nos amis américains», a-t-il lancé, en attribuant les critiques de Gates à une «amertume» de préretraité. Le secrétaire général de l’Otan, Anders Fogh Rasmussen, qui avait approuvé ce constat sévère pour l’Europe, en a, lui aussi pris, pour son grade. «Je peux vous dire qu’il se réjouit de l’implication des avions et des hélicoptères français», a insisté Nicolas Sarkozy.

Sur la Syrie, l’UE a haussé le ton en dénonçant la répression «inacceptable et choquante» menée par le régime de Bachar el-Assad. «En faisant le choix de la répression plutôt que de tenir les promesses de réformes de grande ampleur qu’il a lui-même faites, le régime sape sa légitimité», affirme la déclaration des Vingt-Sept.

Le président français a tenu à souligner l’importance d’une politique régionale européenne au sud de sa zone d’influence. «C’est à nous de nous occuper de l’Afrique du Nord si nous voulons que l’Europe politique existe», a-t-il estimé. Il a mis en avant le soutien du Conseil européen aux demandes de sanctions réclamées par les Français et les Britanniques au Conseil de sécurité de l’ONU. Nicolas Sarkozy a également confirmé que l’initiative d’une conférence de paix israélo-palestinienne à Paris «avant la fin de l’été» avait été validée par les Vingt-Sept.

Il a également voulu justifier le retrait progressif des troupes françaises d’Afghanistan. «Le transfert des responsabilités vers les autorités afghanes fonctionne bien, les terroristes musulmans ont essuyé une série de défaites et on constate une amélioration de la sécurité dans plusieurs régions», a-t-il avancé, en rappelant que le retrait définitif n’était pas prévu avant 2014. «Si la situation s’améliore plus vite, nous pourrons l’anticiper», a-t-il ajouté.

Le président français est aussi revenu sur les conséquences des révolutions arabes sur l’Europe de Schengen. La pression migratoire ayant suscité des tensions entre la France et l’Italie sur le contrôle des frontières, Nicolas Sarkozy s’est félicité de l’accord du Conseil pour modifier le traité de Schengen, à la demande de Paris. «Une clause de sauvegarde permettra aux pays membres de rétablir les contrôles à leurs frontières», a-t-il noté.

Source: http://www.lefigaro.fr/

Un commentaire »

  1. Il peut faire le fier « talonnette », le pognon de cette foutue intervention libyenne ne sort pas de ses poches mais des nôtres « pov con-tribuables ».

    Commentaire par drouin — 29/06/2011 @ 13:37 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :