Francaisdefrance's Blog

14/06/2011

L’euro-délire…

Ca, on le savait. Pour les euro-sceptiques, voir ce qui suit…

FDF

.

L’euro-délire a détruit l’économie et l’industrie française


François Langlet s’exprime sur le déficit commercial record de la France. Écoutez donc cet homme qui a la langue qui se délie : oui l’euro détruit l’économie de la France alors qu’il était censé améliorer la convergence de notre économie avec l’Allemagne … C’est tout sauf ça !

François Langlet précise : « L’euro c’est une monnaie unique, un peu trop grande pour les petits (pays), un peu trop petite pour les grands […] l’euro est pénalisant pour la France, les parts de marché de la France se sont détériorées ».


Voir: http://youtu.be/GoOsARxWMfM

Source: http://www.nationspresse.info/

Dijon: un drapeau Français arraché, lacéré, incendié, sur un momument aux morts !

Inutile de chercher bien loin les auteurs de cette infamie. Qui peut détester notre drapeau à ce point? Je vous laisse deviner…

FDF

.

Le Comité du Souvenir Français, entre « Ecoeurement et colère »

Le Comité de Dijon du Souvenir Français tient à communiquer : « Nous venons d’apprendre que le drapeau tricolore qui flottait au vent devant le Mémorial des Morts pour la France en Extrême-Orient, Place Gaston Gérard, a été arraché, lacéré, et qu »on » a même tenté d’y mettre le feu »

« Au-delà des haut-le-coeur qui nous saisissent, nous tenons à crier notre colère et à réaffirmer avec force (le monument a déjà été profané il y a plusieurs mois !) que ce délit, car c’en est un (Art. 1 du Décret n°2010.835 du 21 juillet 2010) relatif à l’incrimination de l’outrage au drapeau), est un outrage qui ne doit pas rester impuni. Comment accepter, pire encore, nous résoudre sans nous trahir, que l’emblème de nos pères tombés au champ d’honneur pour que nous vivions libres soit ainsi souillé ?

Au nom du sang versé pour leur liberté, que ces voyous sachent bien que la lâcheté de leurs actes minables les déshonore à jamais ! En s’attaquant à notre symbole national, ce sont les valeurs universelles de Liberté d’Egalité et de Fraternité qu’ils nient, c’est la mémoire de nos pères qu’ils insultent, c’est l’Histoire du pays qu’ils injurient et bafouent. Cette infamie, jamais nous ne l’accepterons ! Notre drapeau n’est pas qu’une simple pièce d’étoffe, ses plis renferment la gloire et l’honneur d’une nation, sa souffrance et son sang. Voilà ce que ces gens-là ont profané. Un tel acte, de tels individus ne méritent que notre mépris.

Qu’ils comprennent bien toutefois que nous ne resterons pas impassibles? Le drapeau est sacré. Il représente la France. Et la France sera toujours « le soldat de l’idéal ». Résolus, absolument déterminés, patriotes responsables et libres, nous saurons faire notre devoir. »

Source: http://www.bienpublic.com/fr/

Viol d’une fillette à Toulouse: encore un récidiviste en liberté !

Ci-dessous, une explication et une analyse fort convaincantes de l’Institut pour la Justice.  Je serais plus « expéditif », concernant le criminel en question.


A lire jusqu’au bout.

FDF

.

Viol d’une fillette à Toulouse par un récidiviste : où est la faille ?

Le violeur présumé de la petite fille de 5 ans avait été condamné à 15 ans de réclusion en 1996 pour avoir commis 12 viols sur des mineurs de 15 ans, puis à deux ans de prison ferme en 2009 pour agression sexuelle sur mineur, une condamnation assortie d’une injonction, de soins.Décryptage de cette affaire par les experts de l’Institut pour la Justice en 5 questions :

  • Comment un agresseur sexuel peut-il récidiver alors qu’il sort d’une séance chez son psychologue ?
  • Pouvait-on prévoir qu’il allait récidiver ?
  • Pourquoi n’était-il pas sous castration chimique ?
  • Pourquoi la Justice ne lui a-t-elle pas imposé un bracelet électronique GPS ?
  • Pourquoi la Justice l’a-t-elle condamné à seulement deux ans de prison en 2009 ?

—————————————

  • Comment un agresseur sexuel peut-il récidiver alors qu’il sort d’une séance chez son psychologue ?

En France, la majorité des psychiatres et psychologues sont peu ou pas formés aux soins visant à réduire la récidive des délinquants sexuels. Par défaut, beaucoup entreprennent des thérapies simples, non spécialisées, d’inspiration psychodynamique, alors qu’aucune étude française ou internationale n’a montré d’impact de ces traitements sur le risque de récidive.

Extrait du rapport de l’Académie de médecine de juin 2010 :

« Les méthodes actuarielles étaient les plus efficaces dans la prévision de la récidive, le jugement clinique non structuré s’avérant le moins efficace, l’évaluation clinique structurée ayant une efficacité intermédiaire »

  • Pouvait-on prévoir qu’il allait récidiver ?

D’un point de vue criminologique, l’individu conjuguait de nombreux facteurs de risque de récidive. Le principal étant le nombre d’infractions sexuelles commises dans le passé : plus ce nombre est élevé, plus le risque de récidive sexuelle l’est aussi.

Dans leur étude de référence ( source), les criminologues Harris et Hanson signalent un taux de récidive sexuelle de 37 %, 15 ans après leur sortie de prison, des délinquants sexuels déjà condamnés par la Justice à deux reprises (contre 19 % pour ceux condamnés une seule fois). Ce qui était le cas du violeur présumé de la petite fille.

Dans la mesure où il avait de surcroît fait 12 victimes hors du cercle familial entre 1993 et 1996, il entre manifestement dans la catégorie des prédateurs les plus dangereux.

Le problème est que son risque de récidive n’a peut-être jamais été évalué correctement, c’est-à-dire avec les outils criminologiques utilisés par tous nos voisins. Car les méthodes criminologiques, dites « actuarielles », sont peu répandues en France ; la méthode dominante reste l’évaluation clinique non structurée (entretien libre).

Extrait du rapport de l’Académie de médecine de juin 2010 :

« Les méthodes actuarielles étaient les plus efficaces dans la prévision de la récidive, le jugement clinique non structuré s’avérant le moins efficace, l’évaluation clinique structurée ayant une efficacité intermédiaire »

  • Pourquoi ce violeur récidiviste n’était-il pas sous castration chimique ?

Les traitements freinateurs de libido constituent le traitement le plus efficace pour prévenir la récidive sexuelle des pédophiles récividivistes. Il est préconisé par la Haute autorité de santé pour la prise en charge des auteurs d’agression sexuelle sur mineurs de 15 ans.

Pourtant, aucune castration chimique ne semble avoir été prescrite au violeur présumé. Vraisemblablement parce que les psychiatres français, peu formés à la délinquance sexuelle, ont une méconnaissance importante de ce traitement – et pour certains d’entre eux une réticence de principe à l’utiliser.

Dans une étude à paraître dans les Annales médico-psychologiques, les Dr Baratta, Halleguen et Morali, à partir d’un questionnaire rempli par 67 psychiatres provenant de 18 centres hospitaliers et de 2 UMD, montrent que :

– 40 % d’entre eux étaient dans l’incapacité de nommer une des molécules autorisées pour la castration chimique

– 62 % d’entre eux ne souhaitent pas imposer de castration chimique

– 76 % ne connaissent pas les recommandations de la Haute Autorité de santé de 2009 (préconisant la castration chimique)

  • Pourquoi la Justice n’a-t-elle pas imposé un bracelet électronique GPS à ce récidiviste sexuel?

La loi ne le permet pas. Pour pouvoir se voir imposer le bracelet GPS à l’issue d’une peine de prison, il faut avoir été condamné à 7 ans de prison ferme minimum (ou à 5 ans en état de récidive légale).

Il s’agit là d’une faille importante dans la loi car la dangerosité d’un individu ne se mesure pas à la gravité des faits commis lors de sa dernière infraction (l’exemple de Tony Meilhon l’avait déjà montré).

Le bracelet GPS est une mesure de sûreté minimale d’autant plus nécessaire, en cas de libération d’un violeur récidiviste, que les traitements médicaux les plus efficaces (castration chimique et TCC) n’ont d’effet que dans 25 % des cas.

Extrait du rapport de l’Académie de médecine de juin 2010 :

« [Recommandation 2] : Définir une politique qui ne soit pas uniquement basée sur des moyens médicaux. Les traitements à visée hormonale ou psychologique ayant une efficacité très partielle (…) ne peuvent être le seul outil d’une politique de prévention de la récidive »

  • Pourquoi la Justice a-t-elle condamné ce multirécidiviste à seulement deux ans de prison en 2009 ?

Dans son étude publiée en novembre dernier, Xavier Bébin, juriste et criminologue, indiquait que le grave défaut de la rétention de sûreté et du système français :

« est de faire l’impasse sur le cas de criminels dangereux, ayant un lourd passé judiciaire, mais dont la dernière infraction n’est pas jugée suffisamment grave par elle-même pour conduire à une peine de 15 ans d’emprisonnement. En l’état des pratiques, les magistrats français tendent en effet à prononcer des peines essentiellement liées à la gravité de l’infraction, sans prendre suffisamment en compte le passé judiciaire de l’individu. »

Le cas présent nous en donne une illustration : la récidive – même d’une gravité modérée – d’un agresseur sexuel déjà condamné pour 12 viols aurait dû alerter sur sa dangerosité et aurait pu conduire à l’imposition d’une peine se rapprochant du maximum prévu par la loi.

L’autre possibilité est de prendre exemple sur le système québécois, qui prévoit des peines indéterminées (c’est-à-dire potentiellement à vie) pour les délinquants déclarés « dangereux », déclaration qui peut avoir lieu après une infraction de gravité modérée car « la gravité de l’acte est moins déterminante que la dangerosité persistante qu’il révèle ».

Extrait du rapport de la Commission du Sénat relatif à la rétention de sûreté en 2008 :

« [Exemple au Québec]. L’accusé plaide coupable [il a commis une infraction sexuelle de gravité modérée]. Le rapport présentenciel établi par les services d’enquête fait état de très nombreux antécédents concernant le plus souvent des infractions sexuelles dont certaines d’ailleurs d’une plus grande gravité que celle justifiant la dernière comparution. (…) Ces considérations ont conduit le procureur de la République à saisir le juge d’une demande de déclaration de délinquant dangereux qui a finalement été prononcée. Le cas peut paraître paradoxal, il est néanmoins révélateur : le dernier fait délictueux commis par X ne conduit à la peine indéterminée que parce qu’il est la suite d’une longue série d’infractions et que ce comportement déviant paraît sans remède. En d’autres termes, la gravité de l’acte est moins déterminante que la dangerosité persistante qu’il révèle. »

***

La position de l’Institut pour la Justice

L’Institut pour la Justice dénonce un système inadapté à la prévention de la récidive sexuelle et criminelle et demande :

– Le prononcé de peines davantage adaptées à la dangerosité des agresseurs sexuels (et non pas seulement proportionnelles à la seule gravité de leur dernière infraction),

– Un élargissement des conditions permettant d’imposer des mesures de sûreté aux agresseurs récidivistes, en particulier le placement sous bracelet électronique GPS,

– Une profonde réforme de la psychiatrie conduisant à une généralisation des méthodes fiables d’évaluation de la dangerosité criminologique et à une adaptation des traitements conformes aux préconisations de la Haute autorité de santé et de l’Académie de médecine.

Publications de l’Institut pour la Justice en lien avec ce thème :

Source: http://www.publications-justice.fr/

Marine Le Pen: « pourquoi pas la polygamie? »…

Je ne dirai qu’une chose: vivement 2012…

FDF

.

Mariage homosexuel: « pourquoi pas la polygamie? », demande Marine Le Pen.

La présidente du Front National, Marine Le Pen, a exprimé mardi son opposition au mariage homosexuel, estimant qu’on pouvait aussi se demander « pourquoi pas la polygamie! »

Parmi « les règles de notre société », « le mariage s’effectue entre un homme et une femme« , a déclaré Mme Le Pen sur France Inter.

« Je ne pense pas qu’il soit positif de changer cette règle, parce que si on part de ce principe, on peut aller à la limite très loin dans la modification de notre civilisation », a-t-elle jugé.

« Pourquoi pas l’autorisation de la polygamie! », a-t-elle poursuivi. « Il existe des familles polygames, pourquoi est-ce que demain un certain nombre de groupes politico-religieux ne demanderaient pas que la polygamie, sous prétexte d’égalité des droits, soit inscrite dans le code civil français? », a-t-elle ajouté. « Et bien, c’est une autre civilisation », a-t-elle estimé.

« On peut décider pourquoi n’a-t-on le droit de se marier qu’avec un homme, et pas avec plusieurs? Et vous aurez des gens qui le demanderont », a-t-elle assuré.

Mme Le Pen a également réaffirmé qu’elle était « contre le droit d’adoption » pour les homosexuels.

Source: http://www.lepoint.fr/

« Ce que les journalistes politiques ne racontent jamais »…

Intéressant…

FDF

.

« Bien entendu, c’est off »


Libres propos

On dit des ouvrages à caractère politique foisonnant chaque année qu’ils perdent tout intérêt au-delà de l’immédiate période à laquelle ils s’attachent. Pourtant, le plaisir de la relecture – ou de la découverte rétroactive – de quelques ouvrages choisis peut s’avérer riche en pépites.

Daniel Carton, journaliste emblématique du Monde durant de longues années a ainsi publié en 2003 un court opuscule intitulé Bien entendu, c’est off – Ce que les journalistes politiques ne racontent jamais. 8 ans plus tard, à l’aune des évènements récents, l’on ne peut s’empêcher de sourire…

« En s’escrimant à vouloir tout dire sur Le Pen, la presse a tenu son rôle, mais ce rôle ne tient plus quand les mêmes s’évertuent à en dire le moins possible sur les autres. ». Ce qui était alors valable l’est davantage aujourd’hui, la suite du livre ne fait que le confirmer.

« De sa vie, de ses mœurs, chacun est libre, bien sûr. Mais lorsque ce chacun est un politique, ce ne peut être qu’une liberté surveillée. ». Ou comment clore en une phrase le débat qui agite depuis le 14 mai le landernau médiatique…

« Le super-off. (…) ’’Et le sénateur machin, toujours le même entrain pour les petits garçons de Marrakech ? ’’ ». En imaginant que Daniel Carton – par pudeur ou crainte de représailles – ait à l’époque transformé un ministre en sénateur, la coïncidence avec l’affaire récemment révélée par Luc Ferry paraît plus que troublante…

Evoqué par certains journalistes comme possible protagoniste de ladite affaire, Jack Lang était par-ailleurs, dès les années 90, étrangement considéré par ses camarades socialistes : « Jack Lang se serait bien vu candidat des socialistes à l’élection présidentielle de 1995. (…) Daniel Vaillant, qui était alors le numéro 2 du parti, me confia qu’une telle candidature serait ’’moralement insoutenable’’. (…) Je savais d’ailleurs qu’on ne pouvait pas toucher aux Lang, que le seul éditeur qui s’y était essayé était suisse et que ce livre était resté enfoui dans l’anonymat. ». Qui l’en déterrera ?

Le probable futur candidat du PS à la présidentielle 2012, François Hollande, laboure quant à lui depuis longtemps le terrain journalistique : « Lorsqu’il se perd dans les méandres de la pensée socialiste, parmi les chausse-trapes des camarades et dans le labyrinthe de la gauche, le journaliste sait qu’il y a toujours ’’François ’’ à son service. Capable de vous faire un titre, de vous donner un papier clé en main. Avec lui, pas de soucis. Dépannage assuré. ». D’un coup, l’on comprend mieux les ressorts de la lente et inexorable ascension de Hollande durant les derniers mois…

Si – comme c’est à craindre – les prochaines campagnes électorales se livrent à coups de boules puantes, les munitions ne manqueront pas : il suffira d’exhumer çà et là quelques petits livres trop vite oubliés !

Source: http://www.nationspresse.info/

Les bon plans « immigration »…

Eh si. C’est officiel…

FDF

.

Lu sur: http://www.senegalaisement.com/

Europe 2010 : les nouveautés


Comme chaque année depuis 4 ans, Senegalaisement.com vous présente en 2010 les tendances et bons plans « émigration » de l’année sous forme de packs détaillés. Les chiffres fournis, basés sur des enquêtes minutieuses et des sources de qualité permettent de se faire une véritable idée des divers canaux migratoires. Cette année, vous pourrez découvrir dans cette page, les packs baptisés Clit’Cut®, Immigr’Art® et ImmiSPORT®.

Vous retrouverez à la fin de cette page, les packs des années précédentes et leurs perspectives pour 2010.

Réfugiés clitoridiens (le pack Clit’Cut®) :

C’est la grande révolution, déjà amorcée en 2009 et qui devrait exploser en 2010. Comme tous les packs, les premiers arrivés seront les mieux servis ! Il s’agit du pack Clit’Cut®, inventé et développé au Mali. En effet :
« en 2001, l’Ofpra* accordait pour la première fois le droit d’asile à un couple de parents maliens qui craignaient pour leur vie après s’être opposés à l’excision de leur fille. Dès lors, en 2006, on comptabilisait 117 demandes de ce type. En 2007, un millier de demandes étaient exaucées. En 2008, environ 2 000 demandes similaires étaient accueillies favorablement pour les seuls Maliens. »
(sources : journal Le Monde, 12/02/2009).
* OFPRA : (Office des Protection des Réfugiés et apatrides

On peut estimer pour 2010 à 5000 familles (soit de 15 à 20 000 personnes) le seuil de tolérance de l’OFPRA et des ambassades avant qu’il ne s’aperçoivent qu’il y a anguille sous roche.

Le Sénégal fait partie de la liste des pays pratiquant notoirement l’excision (particulièrement dans les régions du Boundou et du Fouladou). Vos chances d’obtenir l’asile avec le statut protecteur et rémunérateur de réfugié sont donc totales. Le statut de réfugié est la garantie d’une installation durable en France (ou en Europe) et de conditions matérielles privilégiées.

Dans tous les cas, ne limitez pas seulement votre tentative à la France ou la Belgique. Même si ces deux pays sont les plus accueillants et les plus rémunérateurs, d’autres peuvent s’avérer intéressants. L’éternel Zapatero qui a fait de l’Espagne un paradis est toujours au pouvoir. Berlusconi, malgré quelques unes de ses célèbres tirades a fait de l’Italie également un Eden pour l’émigré sénégalais.

Le mode d’emploi du pack Clit’Cut® n’est cependant pas forcément évident. L’idéal étant bien-sûr de vous rendre en famille en séjour en France ou en Europe et de demander sur place le statut de réfugié clitoridien. Hélas, on le sait, voyager en Europe est devenu très difficile et il est peu probable que l’on vous accorde un visa de tourisme. Si néanmoins tel est le cas, le taux de réussite est de 100%. En effet, une fois sur place le statut de réfugié vous sera forcément accordé.

L’autre solution est plus aléatoire et dépend de l’ambassade choisie. Elle consiste à pénétrer dans une ambassade en famille (avec la mineure dont vous affirmerez craindre l’excision) et, sur place, de demander l’asile. Il est important évidemment de coordonner vos versions et d’inventer une histoire qui se tient. Si les fonctionnaires d’ambassades et de l’OFPRA ne sont pas des génies, ils ne sont pas non plus totalement idiots. Il est donc primordial que votre histoire tienne la route et que votre crainte de l’excision de la mineure semble vraiment justifiée. Avoir l’air apeuré, pauvre, voir ahuri est un gage de succès. La visite en famille dans l’atelier d’une exciseuse peut éventuellement permettre de donner plus de poids à votre histoire car la petite fille n’aura pas à simuler sa peur. Si votre demande d’asile est acceptée, vous serez alors expédiés en Europe GRATUITEMENT, en vol régulier, et ferez l’économie de coûteux billets d’avion.

ATTENTION : si l’on tente de vous expulser de l’ambassade, n’hésitez pas à crier et vous débattre. Généralement les fonctionnaires de l’ambassade feront tout pour éviter le scandale et votre histoire n’en tiendra que plus la route. Si néanmoins vous vous faites expulser avec violence, arrangez-vous pour qu’un membre de la famille filme la scène avec son téléphone mobile. Grâce à Youtube, le monde entier pourra avoir pitié de vous et voir la sauvagerie des fonctionnaires de l’ambassade.

Notre conseil malin : n’hésitez pas tenter le coup dans les petites ambassades suisse, hollandaise ou luxembourgeoises. Evitez évidemment les ambassades de pays tels que l’Iran ou le Mali.

Taux de réussite : 100% si la demande est faite sur le seul européen, 50% si la demande est faite dans une ambassade.

Comparatif : LONASE/PMU : 1 chance sur 2 869 320 – Pack Clit’Cut: 50 à 100% réussite

Avantages >>>
– L’adhésion aux principes de base du pays d’accueil et la maîtrise de sa langue ne sont pas obligatoires
– Technique non risquée, rapide, sûre et peu coûteuse
– Prestations et protection sociales instantanées (CMU, allocations etc..), allocation d’attente temporaire puis allocations demandeurs d’asile, logement prioritaire, possibilité immédiate de travailler (si les quelques milliers d’euros mensuel d’allocations et d’avantages en nature ne suffisent pas).
– Possibilité d’émigrer en famille
– Même si votre fille est excisée, cela ne pose pas de problème (aucune visite médicale n’est imposée, car c’est contre les droits de l’homme, comme les tests ADN)

Inconvénients >>>
– Nécéssité d’avoir une fille mineure
– Nécessité de payer plusieurs billets d’avion (sauf en cas de demande d’asile à l’ambassade)

ESTIMATION DU COÛT DU PACK CLIT’CUT® :
– 640€ (billet charter + visa + passeport) si vous demandez l’asile une fois en Europe
– gratuit, si vous demandez l’asile sur place au Sénégal dans une ambassade

Voyages sportif ou artistiques (les packs Immigr’Art® ou ImmiSport®) :

1) Le PACK IMMIGR’ART® :
Immigration artistique !La technique est simple et consiste à se joindre à un groupe de musiciens, de plasticiens ou à tout autre groupe artistique lors d’une de leurs tournées ou voyages professionnels en Europe. Il est inutile de pratiquer vous-même la musique ou la discipline artistique de la troupe. Les ambassades qui délivrent les visas n’ont pas vocation a être critique d’art et à vérifier vos compétences. La plupart des « artistes » africains procèdent à ce type d’arrangement avec les candidats à l’émigration.

Le prix de la prestation va de 2 à 5 millions de CFA (3000 à 7500€). Attention cependant à vous adresser à des artistes qui exercent la fonction de passeur honnêtement car certains d’entre eux sont des escrocs à temps partiel qui encaisseront votre argent sans vous fournir l’aide précieuse à l’immigration. La presse africaine et internationale se fait régulièrement l’écho d’affaires de ce genre (Papa Wemba en prison ou fin 2009, entre autres affaires d’Immigr’ART®, celles des chanteurs de l’orchestre Djolof Band de Viviane Ndour, ‘Joe’ Mbaye, ou celle du chanteur Daby (photo à droite) condamné le 6 janvier 2010).

Quelques liens sur ces affaires : (Daby, Joe Mbaye , Papa Wemba le Congolais).

Cette méthode est employée depuis des années, mais c’est une valeur sûre. Le nombre de candidats Immigr’Art® et ImmiSport® tend d’ailleurs à grimper chaque année. La directive française dite « Bockel » est un bonus annuel inespéré pour 15 000 nouveaux immigrants africains. Seuls 12% des visas d’artistes sont refusés selon les chiffres officiels.

La plupart des artistes sénégalais effectuant des tournées en Europe ont déjà au moins à une reprise servi de passeurs moyennant finance. En 2008, sur l’ensemble des chanteurs et musiciens sénégalais se rendant dans l’espace Schengen en tournée, près de 23% n’ont jamais utilisé leur billet retour. On peut légitimement penser que ces 23% de passagers-retours fantômes ont disparu dans la nature dans la foule des millions de clandestins présents en Europe.

Pour vous aider, le Comité Visas Artistes mis en place en 2009 est opérationnel dès maintenant, à partir de JANVIER 2010. Comme toute filière, celle-ci ne sera pas éternelle. Les premiers à se jeter dessus seront les mieux servis : CLIQUEZ ICI POUR PLUS D’INFOS SUR LE COMITE « VISAS ARTISTES »

Sources : http://www.zonefranche.com/details-actus-zf.php?id_news=965

Nous vous conseillons DANS TOUS LES CAS, de ne jamais payer à un artiste plus de 3 millions de CFA (4500€) pour ce type de prestation et de ne jamais payer l’ensemble de cette somme avant d’avoir effectivement obtenu le visa. Les récentes affaires des chanteurs-escrocs Daby ou Joe Mbaye montrent que la vigilance est toujours nécessaire compte-tenu des sommes engagées.

En France, l’année 2010 s’annonce très visagène pour les artistes sénégalais grâce à la directive du ministre Jean-Marie Bockel datant de 2008 et qui commence seulement depuis quelques mois à être mise en application. Cette directive a pour ambition d’accorder 15 000 visas d’artistes supplémentaires à l’Afrique en passant de 30 000 à 45 000 visa accordés (sources : journal le Monde du 20 mars 2008, journal Libération de 9 novembre 2009).

Pour les autres pays européens la situation varie en fonction des dispositifs. Ainsi, la Belgique est toujours un excellent plan Immigr’ART® avec la France. On se souvient de ce brave belge de Jacques Deck qui nous disait l’année dernière :
« Nous venons de faire une très grosse opération avec le Congo et le Zaïre. On a fait venir 154 artistes de tous les domaines, et l’on a réussi à avoir tous les visas. Tous les artistes ne sont pas rentrés, mais ce n’est pas grave. On ne peut pas toujours surveiller les artistes, ils peuvent nous échapper, mais le plus important c’est qu’ils se montrent.« 

Sur les 154 « artistes », 83 se baladent en effet actuellement sans papiers entre la Belgique et la France (et ne couchent pas, on s’en doute, chez ce brave Jacques DECK qui n’a donc en effet aucune raison de voir de gravité dans cette situation).

D’autres pays, comme la Norvège ou les Pays-Bas ont mis en place des organismes de garantie et de caution pour la venue d’artistes sénégalais facilitant ainsi grandement l’octroi de visas pour les groupes de musiciens. Aux Pays-Bas, la SICA a permis à plusieurs centaines d’artistes africains d’immigrer en Europe alors que leurs visas avaient été refusés par d’autres pays de l’Espace Schengen. (Lien : www.sica.nl)

1) Le PACK IMMISPORT® :

Comme le pack Immigr’ART®, le pack ImmiSPORT® a le vent en poupe. Hélas, bien que ce ne soit pas toujours le cas, les fédérations et clubs sportifs sénégalais exigeront la plupart du temps que vous pratiquiez le sport à un haut niveau afin de participer à la compétition internationale qui vous permettra d’émigrer.

Cependant l’éventail des disciplines est très large et peut permettre à beaucoup d’entre vous d’envisager le voyage. Que vous soyez champion de Scrabble®, de badmington, de rugby, de ping-pong ou même pourquoi pas de ski de fond ou de bobsleigh (comme dans Rasta Rocket, photo à droite) vous n’aurez que l’embarras du choix des compétitions internationales. Pas une journée ne passe en Europe sans rassemblement sportif. Malgré le comique que peut revêtir la vue d’un Sénégalais dans une compétition de sports d’hiver, le peu de concurrents africains inscrits peut vous assurer une qualification. Qui sera le premier président de la Fédération Sénégalaise de Sports d’Hiver ? Dans cette optique nous vous conseillons de vous lancer dans la pratique amateur de sports (ou de jeux) non encore présents au Sénégal afin d’être en tête de liste des candidats africains invités ou sélectionnés aux rendez-vous internationaux.
Parmi les innombrables affaires ayant défrayé la chronique de la presse sénégalaise en 2009, figurent encore de nombreux sportifs ayant déserté la nation lors d’une meeting sportif en Europe. Ferez-vous partie des prochains élus ?

Comparatif : LONASE/PMU : 1 chance sur 2 869 320 – Packs Immigr’Art ou ImmiSPORT : 88% réussite (selon les chiffres officiels)

Avantages >>>
– Facilité d’obtention du visa
– Aucun risque physique
– Solution rapide
– En fonction de la durée du visa, jusqu’à 3 mois de séjour régulier, durée suffisament longue pour se marier (voir le pack Weddings® également valable depuis la France). Un travail dans la restauration est également envisageable : la plupart des restaurateurs emploient des clandestins leur permettant ainsi de se faire régulariser à l’issue d’un certain délai. Les régularisations « au cas pas cas » (expression utilisée par les médias et les préfectures pour rassurer les électeurs) sont TOUJOURS en fait des régularisations massives.

Inconvénients >>>
– Prix important du pack Immigr’ART® en raison de la rémunération de l’artiste qui sert de passeur
– Nécessité de pratiquer un sport de haut niveau ou un sport rare pour le pack ImmiSPORT®

ESTIMATION DU COÛT DES PACKS Immigr’ART® et ImmiSPORT® :
– Immigr’ART® : 5000€ (billet charter + visa + passeport + frais artistiques)
– ImmiSPORT®: généralement gratuit (ou frais de visa + passeport)

PERSPECTIVES EUROPENNES POUR 2010

L’Europe semble s’être ancrée massivement à droite malgré quelques curieux bastions tels que l’Espagne. En dépit des discours en apparence défavorables à l’immigration que vous pourrez écouter sur RFI ou TV5, la situation n’a jamais été aussi favorable pour émigrer vers l’Europe. En effet, les discours politiques ne sont destinés qu’à rassurer les électeurs européens. Dans la pratique, la classe politique européenne sert les intérêts des patrons et donc favorise par divers encouragements et stratagèmes la venue massive de nouveaux travailleurs tendant à faire monter le chômage et faire baisser ainsi le coût de la main d’oeuvre. Quant aux quelques gouvernements de gauche, ils font la même chose mais le font honnêtement, sans le cacher derrière de faux discours anti-immigration. La situation pour les années à venir est donc plutôt positive.

PACKS DES ANNEES PRECEDENTES

Voici un petit récapitulatif des packs et tendances des années précédentes car certains d’entre eux ne sont plus d’actualité :

Pack SLAVOPOLAK : Il est toujours d’actualité avec des ouvertures certaines vers la Serbie qui vient de faire acte de candidature pour l’entrée dans l’Union Européenne. D’autres pays de la zone slavopolak ont par contre diminué le nombre de visas accordés aux Sénégalais voyant que ceux-ci en profitaient pour s’échapper vers l’Europe libre.
>>> Voir en détail le pack SLAVOPOLAK

Pack D-DAY : Désormais à éviter. Les vedettes de l’armée sénégalaise et des armées espagnole et marocaine se sont équipées de radars et ont un soutien aérien pour repérer les pirogues. Outre le fait que le D-DAY est saisonnier (on ne peut entreprendre la traversée l’hiver) il se révèle un très mauvais investissement : près d’une pirogue sur deux se fait désormais arraisonner et les passeurs ne remboursent jamais une traversée non aboutie. Les budgets alloués à FRONTEX (l’agence européenne de surveillance des frontières) ont été augmentés et cela n’augure rien de bon. De grosses pirogues, équipées de GPS et de plus de vivres tentent le coup vers un débarquement directement en Andalousie. Nous ne saurions vous recommander une telle équipée.
>>> Voir en détail le pack D-DAY

Pack STUDENT : c’est toujours une valeur sûre avec des milliers d’étudiants sénégalais qui émigrent dans le monde chaque année pour y faire des études qu’ils pourraient faire au Sénégal. Moins de 3% des étudiants sénégalais reviennent au pays après leurs études (il s’agit généralement de fils à papa n’ayant pas d’inquiétude particulière pour leur avenir).
>>> Voir en détail le pack STUDENT

Pack WEDDINGS : Egalement une valeur sûre pour 2010 même si les autorités françaises devant l’ampleur du phénomène des mariages dits « gris » souhaite légiférer. Le nombre de mariages entre des vieilles peaux européennes et des « antiquaires », « artistes » ou « guides » sénégalais ne cesse de croître et grâce à Dieu, le nombre de mariages dissouts au bout de quelques mois n’inquiète pas pour le moment les ambassades qui continuent de délivrer les visas à la vitesse GRAND V.
>>> Voir en détail le pack WEDDINGS

Pack IN THE BACKYARD : les faits divers relatés par la presse sénégalaise impliquant des sénégalais homosexuels arrêtés et emprisonnés a fait rayonner enfin le Sénégal à travers le monde. Tout homosexuel sénégalais (ou tout sénégalais se faisant passer pour un homosexuel) peut, PLUS QUE JAMAIS, demander l’asile en Europe. Cet asile ne lui sera pas refusé. C’est un des meilleurs plans à exploiter en 2010.
>>> Voir en détail le pack IN THE BACKYARD

(Et pendant ce temps, en France, les Bobos du Showbiz, les Gauchos Mondialistes, les « Associations » soutenues par les Bien Pensants,

continuent à manifester comme des Idiots pour défendre les « Demandeurs d’Asile » et les Sans Papiers » sans se rendre compte que tous ces « Quemandeurs » se fichent de

leur gueule et prennent tous les Français pour des Gogos !
Et nous, nous payons ! Quelles dispositions prend le Gouvernement en place ??? AUCUNE !!!

Et les prochains, s’ils sont de gauche, ce sera encore pire!!!)

La taqiyya (tromperie permise par l’islam), vous connaissez ???

Après avoir lu ce dossier très explicite, plus rien ne vous fera vous poser des questions sur cette fourberie propre à l’islam…

Bonne lecture.

FDF

.

Raymond Ibrahim : Comment la taqiyya modifie pour l’islam les règles de la guerre

La taqiyya (tromperie permise par l’islam) inclut le mensonge aux infidèles d’une manière générale, tant en paroles qu’en actes.  La taqiyya est très présente dans la politique islamique, et particulièrement à l’époque moderne. Raymond Ibrahim explique cette doctrine, que les Occidentaux ont tout intérêt à connaître pour vaincre le djihadisme.

Raymond Ibrahim est directeur associé du Middle East Forum.

Taquia

Aussi posté sur Bivouac-Id et Muslims Against Sharia

_________________________

Vaincre le terrorisme djihadiste

Aux yeux des non-musulmans, l’islam doit apparaître comme une religion paradoxale. D’un côté, on le dépeint sans cesse comme la religion de paix ; de l’autre, ses adeptes sont responsables de la majorité des attaques terroristes dans le monde. Les apologistes de l’islam mettent en avant qu’il s’agit d’une religion fondée sur des critères éthiques élevés ; d’autres insistent sur le fait que c’est une religion de la loi. La dualité des notions de vérité et de mensonge pour l’islam révèle mieux sa nature paradoxale : alors que le Coran interdit à un croyant de tromper d’autres croyants – puisque « certainement Allah ne guide pas celui qui est outrancier et imposteur » [1] – la tromperie à l’égard des non-musulmans, ce qu’on appelle généralement en arabe la taqiyya, est elle aussi préconisée par le Coran et relève de la catégorie juridique des choses permises aux musulmans.

En fait, la tromperie, qui trouve son fondement dans la doctrine de l’islam, est souvent décrite comme égale – voire supérieure – à d’autres vertus militaires universelles comme le courage, la bravoure ou le sens du sacrifice. La taqiyya s’utilise essentiellement dans deux cas. Le plus connu est la situation où il s’agit de masquer son identité religieuse quand on craint une persécution. C’est l’usage historique de la taqiyya dans les communautés chiites, partout et chaque fois que leurs rivaux sunnites étaient plus nombreux et par conséquent les menaçaient. À l’inverse, les musulmans sunnites, loin de souffrir de persécutions, et chaque fois qu’ils en ont eu la possibilité, ont déclenché le djihad contre le royaume de la mécréance ; et c’est là qu’ils ont déployé la taqiyya – non pas en tant que manœuvre de dissimulation mais en tant que tromperie active. En fait, la tromperie, qui trouve son fondement dans la doctrine de l’islam, est souvent décrite comme égale – voire supérieure – à d’autres vertus militaires universelles comme le courage, la bravoure ou le sens du sacrifice.

Pourtant, si les musulmans sont exhortés à être dignes de confiance, comment la tromperie peut-elle non seulement exister mais même être agréable à Allah ? Qu’est-ce exactement que la taqiyya ? Comment est-elle justifiée par les savants et ceux qui y recourent ? Comment s’inscrit-elle dans une vision plus large du code éthique de l’islam, en particulier en ce qui concerne les relations avec les non-musulmans ? Plus concrètement, en quoi la doctrine de la taqiyya pénètre-t-elle toutes les interactions entre musulmans et non-musulmans ?

La doctrine de la taqiyya

Selon la charia … le mensonge est non seulement permis dans certaines situations mais il peut être considéré comme obligatoire dans certaines autres. Selon la charia – l’ensemble des règles de droit qui définissent la manière dont le musulman doit se comporter dans toutes les circonstances – le mensonge est non seulement permis dans certaines situations mais il peut être considéré comme obligatoire dans certaines autres. Contrairement à la tradition chrétienne des origines, par exemple, les musulmans qui ont été forcés de choisir entre renier l’islam ou être persécutés avaient le droit de mentir et de feindre l’apostasie. D’autres juristes ont décrété que les musulmans ont le devoir de mentir pour se protéger [2], cette prescription se fondant sur les versets coraniques qui interdisent aux musulmans d’être les instruments de leur propre mort [3].

Telle est la définition classique de la doctrine de la taqiyya. Fondée sur un mot arabe évoquant la peur, la taqiyya a longtemps été comprise, et en particulier par les universitaires occidentaux, comme une attitude à laquelle recourir dans les temps de persécution religieuse, et c’est pour l’essentiel dans ce sens qu’elle a été utilisée par les groupes chiites minoritaires vivant au sein de majorités sunnites hostiles [4]. La taqiyya permettait aux chiites de masquer constamment aux sunnites leur appartenance religieuse, non seulement par la clandestinité, en cachant leur propre croyance, mais également de manière active en priant et se comportant comme des sunnites.

Cependant, l’un des quelques livres consacrés au sujet, At-Taqiyya fi’l-Islam (La dissimulation dans l’islam), montre très clairement que la taqiyya n’est pas limitée à la dissimulation des chiites menacés de persécution. Écrit par Sami Mukaram, ancien professeur d’études islamiques à l’université américaine de Beyrouth et auteur de quelque vingt-cinq livres sur l’islam, cet ouvrage met clairement en évidence l’ubiquité et le large domaine d’application de la taqiyya :

La taqiyya revêt dans l’islam une importance fondamentale. Pratiquement toutes les sectes islamiques en admettent le principe et la pratiquent…. On peut aller jusqu’à dire que la pratique de la taqiyya est très majoritaire dans l’islam, et que les quelques sectes qui ne la pratiquent pas s’écartent de ce courant majoritaire… La taqiyya est très présente dans la politique islamique, et particulièrement à l’époque moderne [5].

La taqiyya n’est donc pas, comme on le croit souvent, un phénomène limité au chiisme. Bien entendu, en tant que groupe minoritaire dispersé parmi leurs ennemis sunnites, les chiites ont historiquement eu davantage de raisons de se dissimuler. À l’inverse, l’islam sunnite a rapidement dominé de vastes empires qui s’étendaient de l’Espagne à la Chine. De ce fait, ses adeptes n’avaient de compte à rendre à personne, ils n’avaient à s’excuser de rien, et ils n’avaient pas à se cacher des infidèles mécréants (parmi les rares exceptions figurent l’Espagne et le Portugal pendant la Reconquista, époque où les sunnites ont effectivement dissimulé leur identité religieuse [6]). Pourtant, l’ironie des choses fait que les sunnites vivant en Occident se trouvent aujourd’hui dans la situation du chiisme. Ils sont la minorité entourée de ses ennemis traditionnels – les infidèles chrétiens – même s’il est rare que ceux-ci, contrairement à leurs prédécesseurs de la Reconquista, passent aux actes ou même reconnaissent cette inimitié historique. En bref, les sunnites vivent aujourd’hui la situation générale qui a amené la taqiyya à faire partie intégrante du chiisme, mais sans la menace physique qui avait imposé cette attitude.

Formulation de la taqiyya

Le verset 3:28 du Coran est souvent considéré comme le principal de ceux qui préconisent la dissimulation envers les non-musulmans : « Que les croyants [les musulmans] ne prennent point pour alliés des infidèles [les non musulmans] plutôt que des croyants. Ceux qui le feraient ne doivent rien espérer de la part d’Allah, à moins que vous n’ayez à craindre quelque chose de leur côté »  [7].

Muhammad ibn Jarir at-Tabari (décédé en 923), auteur d’un commentaire classique du Coran qui fait autorité, explique ce verset 3:28 de la manière suivante :

Si vous [les musulmans] vous trouvez sous leur [les non-musulmans] autorité et que vous craignez pour vous, comportez-vous loyalement avec eux en paroles tout en gardant en vous de l’animosité contre eux… [sachez que] Allah a interdit aux croyants l’amitié ou l’intimité avec les infidèles plutôt qu’avec d’autres croyants – sauf quand les infidèles sont placés au-dessus d’eux [en termes d’autorité]. Si c’était le cas, qu’ils agissent amicalement envers eux tout en préservant leur religion [8].

« Sourions à la face de certaines personnes alors que notre cœur les maudit »Sur ce même verset 3:28 du Coran, Ibn Kathir (décédé en 1373), une autre autorité de premier plan sur le Coran, écrit : « Quiconque, en quelque lieu et en quelque temps que ce soit, craint… qu’il lui soit fait du mal [par des non-musulmans] a le droit de se protéger par son attitude extérieure ». À l’appui de cette interprétation, il cite un proche compagnon de Mahomet, Abu Darda, qui disait : « Sourions à la face de certaines personnes alors que notre cœur les maudit ». Pour un autre compagnon, simplement connu sous le nom de Al-Hasan, « pratiquer la taqiyya est admissible jusqu’au jour du Jugement [c’est à dire éternellement] »  [9].

D’autres savants de premier plan, comme Abu’Abdullah al-Qurtubi (1214-73) et Muhyi’d-Din ibn al-Arabi (1165-1240), ont étendu la taqiyya aux actions. Autrement dit, les musulmans ont le droit de se comporter comme des infidèles et même pire – par exemple en se prosternant devant des idoles ou des croix et en les adorant, en faisant de faux témoignages et même en révélant à l’ennemi infidèle les faiblesses de leurs frères musulmans – tant qu’ils ne vont pas jusqu’à vraiment tuer un musulman : « La taqiyya, même pratiquée hors de toute contrainte, ne conduit pas à un état d’infidélité – même si elle conduit à un péché méritant le feu de l’enfer »  [10].

La tromperie dans les exploits militaires de Mahomet

Mahomet – « le plus parfait des hommes » … – autorisait le mensonge dans trois situations : pour mettre fin à une querelle entre deux parties, pour apaiser sa femme, et à la guerre.

Mahomet – « le plus parfait des hommes », dont l’exemple doit être suivi dans le moindre détail – avait quant au mensonge une attitude opportuniste. Il est bien connu, par exemple, qu’il autorisait le mensonge dans trois situations : pour mettre fin à une querelle entre deux parties, pour apaiser sa femme, et à la guerre  [11]. Selon un manuel de droit arabe consacré au djihad par les quatre écoles juridiques, « les ulémas s’accordent pour penser que la tromperie pendant la guerre est légitime… le mensonge est une forme d’art de la guerre »  [12]. De plus, selon Mukaram, cette tromperie est considérée comme un acte de taqiyya : « La taqiyya utilisée pour duper l’ennemi est autorisée » [13].

Plusieurs ulémas estiment que le mensonge fait partie intégrante de la conduite de la guerre : Ibn al-‘Arabi déclare que « dans les hadith [paroles et actions de Mahomet], la pratique du mensonge à la guerre est bien décrite. D’ailleurs, il est présenté comme plus nécessaire que le courage ». Ibn al-Munir (décédé en 1333) a écrit : « La guerre est le mensonge, c’est à dire que la guerre la plus complète et la plus parfaite qu’il soit possible de mener dans la guerre sainte est une guerre de tromperie et non d’affrontement, parce que celle-ci est intrinsèquement dangereuse et qu’il est possible d’atteindre la victoire par la tricherie sans subir soi-même de dommages ». Et Ibn Hajar (décédé en 1448) conseille aux musulmans « d’être très prudents à la guerre, tout en se lamentant et en pleurant [publiquement] afin de duper les infidèles »  [14].

Plus récemment, des complices de l’attentat du 11 septembre, comme Khalid Sheikh Muhammad, ont rationalisé leur conspiration dans leur défense devant le tribunal en citant la déclaration du prophète selon qui « la guerre est le mensonge ». Cette notion musulmane selon laquelle la guerre est le mensonge remonte à la Bataille de la tranchée (627), qui a opposé Mahomet et ses fidèles à plusieurs tribus non musulmanes connues sous le nom de Al-Ahzab. L’un des Ahzab, Na’im ibn Mas’ud, s’est rendu au camp des musulmans et s’est converti à l’islam. Quand Mahomet a découvert que les Ahzab ignoraient cette conversion de leur compagnon, il a conseillé à Mas’ud de retourner vers les siens et d’essayer d’amener les forces païennes à abandonner le siège. C’est là que Mahomet a fait sa mémorable déclaration : « Car la guerre est le mensonge ». Mas’ud a rejoint les Ahzab, qui ne savaient pas qu’il avait changé de camp, et il a commencé à donner intentionnellement de mauvais conseils à ses anciens proches et alliés. Il s’est également beaucoup activé pour fomenter des querelles entre les diverses tribus jusqu’au point où, ne se faisant plus du tout mutuellement confiance, elles se sont séparées et ont levé le siège imposé aux musulmans, sauvant ainsi l’islam de la destruction à un stade encore embryonnaire [15]. Plus récemment, des complices de l’attentat du 11 septembre, comme Khalid Sheikh Muhammad, ont rationalisé leur conspiration dans leur défense devant le tribunal en citant la déclaration du prophète selon qui « la guerre est le mensonge ».

L’anecdote qui suit illustre de manière plus convaincante encore la légitimité du mensonge aux infidèles. Le poète Ka’b ibn Ashraf avait offensé Mahomet, qui s’était exclamé : « Qui va tuer cet homme qui a blessé Allah et son prophète ? ». Un jeune musulman qui s’appelait Muhammad ibn Maslama s’était porté volontaire à la condition d’être autorisé à mentir au poète pour pouvoir s’en approcher suffisamment. Mahomet avait accepté. Ibn Maslama était allé voir Ka’b et s’était mis à dénigrer l’islam et Mahomet. Il avait continué de la même manière jusqu’à devenir assez convaincant pour que Ka’b lui fasse confiance. Peu après, Ibn Maslama s’était présenté avec un autre musulman et, alors que Ka’b était sans méfiance, il l’avait tué ( [16].

Mahomet a dit d’autres choses qui jettent une lumière positive sur le mensonge, et notamment : « Allah m’a ordonné d’entretenir le doute chez les gens tout comme il m’a commandé de créer les obligations [religieuses] » ; ou « J’ai été envoyé pour jeter un voile de confusion » ; ou encore « celui qui vit sa vie dans la dissimulation meurt en martyr »  [17].

En bref, les plus anciennes données historiques sur l’islam montrent clairement le recours à la taqiyya comme arme de guerre islamique. De plus, on décrit souvent la manière dont les premiers musulmans mentaient pour se dégager de leurs obligations en général en reniant ou insultant l’islam ou Mahomet – souvent avec l’approbation de celui-ci, son seul critère étant que leurs intentions (niya) soient pures  [18]. Pendant les guerres contre les chrétiens, chaque fois que ceux-ci étaient en position de pouvoir, la pratique de la taqiyya devenait encore davantage partie intégrante de leur vie. Selon Mukaram, « la taqiyya a été utilisée comme moyen d’écarter le danger des musulmans, surtout aux temps critiques et lorsque leurs frontières ont été exposées aux guerres avec l’empire byzantin puis, par la suite, aux incursions [croisades] des Francs et autres » [19].

La taqiyya dans la révélation coranique

Le Coran lui-même témoigne de la taqiyya. Puisque les musulmans croient que c’est Allah qui a révélé ces versets, il est considéré par défaut comme le véritable responsable du mensonge – ce qui n’est pas surprenant puisqu’il est décrit dans le Coran comme le meilleur makar, autrement dit le meilleur menteur ou conspirateur (p. ex. : 3:54, 8:30, 10:21).

…les commentateurs ont mis au point la doctrine de l’abrogation, qui affirme pour l’essentiel qu’en cas de désaccord, les versets révélés plus tard dans la carrière de Mahomet prennent le pas sur les versets antérieurs. Certes, d’autres écritures contiennent des contradictions, mais le Coran est le seul livre dont les commentateurs ont bâti une doctrine pour expliquer les très visibles différences qui apparaissent d’une injonction à l’autre. Aucun lecteur attentif ne peut manquer de remarquer les nombreux versets contradictoires du Coran, et plus précisément la manière dont des versets pacifiques et tolérants figurent pratiquement à côté de versets violents et intolérants. Les ulémas ont d’abord été déroutés quand il s’est agi de déterminer les versets à codifier dans la vision mondiale de la charia : celui qui affirme qu’il n’y pas de contrainte en religion (2:256), ou ceux qui ordonnent aux croyants de combattre tous les non-musulmans jusqu’à obtenir leur conversion ou, au moins, leur soumission à l’islam (8:39, 9:5, 9:29) ?. Pour se tirer de cet embarras, les commentateurs ont mis au point la doctrine de l’abrogation, qui affirme pour l’essentiel qu’en cas de désaccord, les versets révélés plus tard dans la carrière de Mahomet prennent le pas sur les versets antérieurs. Pour savoir quels versets abrogeaient quels autres, il est apparu une science religieuse vouée à la chronologie des versets coraniques (on l’appelle an-Nasikh wa’l Mansukh, l’abrogeant et l’abrogé).

Mais pourquoi, tout simplement, y a-t-il des contradictions ? On considère habituellement que, dans les premières années de l’islam, Mahomet et sa communauté étant bien moins nombreux que leurs adversaires infidèles alors qu’ils vivaient à côté d’eux à La Mecque, un message de paix et de coexistence était à l’ordre du jour. Mais, lorsque les musulmans ont émigré à Médine en 622 et ont acquis de la force militaire, les versets les incitant à passer à l’offensive ont lentement été « révélés » – en principe, envoyés par Allah – toujours en accord avec les capacités croissantes de l’islam. Dans les textes juridiques, ces versets sont classés en niveaux : passivité à l’égard de l’agression, autorisation de répliquer contre les agresseurs, ordres de combattre les agresseurs, ordres de combattre tous les non-musulmans, qu’ils commettent des agressions ou non  [20]. La force croissante des musulmans est le seul paramètre qui explique ce changement progressif de politique.

D’autres savants ont fourni une autre explication en arguant que, sur une période de vingt-deux ans, le Coran a été révélé par fragments, passant de versets passifs et spirituels à des prescriptions et injonctions de droit pour répandre la foi par le djihad et la conquête, et cela simplement pour permettre l’acclimatation des premiers convertis musulmans aux obligations de l’islam et éviter de les décourager dès le départ par les contraintes spectaculaires qui devaient être révélées dans des versets plus tardifs [22] – auraient été hors contexte lorsque la guerre n’était pas envisageable dans les faits.

…lorsque les musulmans sont faibles et en position de minorité, ils doivent prêcher et se comporter conformément à l’esprit des versets de La Mecque (paix et tolérance) ; quand ils sont forts, en revanche, ils doivent passer à l’offensive en se fondant sur les ordres formulés dans les versets de Médine (guerre et conquête). Quelle que soit l’explication retenue, l’interprétation classique de l’abrogation coranique dans les versets sur la paix et la guerre consiste à dire que lorsque les musulmans sont faibles et en position de minorité, ils doivent prêcher et se comporter conformément à l’esprit des versets de La Mecque (paix et tolérance) ; quand ils sont forts, en revanche, ils doivent passer à l’offensive en se fondant sur les ordres formulés dans les versets de Médine (guerre et conquête). Les vicissitudes de l’histoire islamique témoignent de cette dichotomie, qui est bien traduite par une notion répandue chez les musulmans et fondée sur un hadith : si c’est possible, le djihad doit être mené par la main (la force), et sinon, par la langue (le prêche) ; et si cela non plus n’est pas possible, par le cœur ou par les intentions  [23].

La guerre est perpétuelle

Que l’islam légitime le mensonge pendant la guerre n’a évidemment rien de bien étonnant ; après tout, comme le disait l’écrivain élizabéthain John Lyly : « Tout est permis en amour et à la guerre » [24]. D’autres philosophes et stratèges non musulmans – comme Sun Tzu, Machiavel et Thomas Hobbes – ont justifié le mensonge à la guerre. Tromper l’ennemi pendant une guerre relève du simple bon sens. La différence essentielle, dans l’islam, c’est que la guerre contre les infidèles est une affaire perpétuelle, qui doit durer, selon les termes mêmes du Coran, jusqu’à ce que « tout chaos prenne fin et que toute religion appartienne à Allah »  [25]. Dans son article sur le djihad dans l’Encyclopédie de l’islam, Emile Tyan écrit : « Le devoir de djihad existe tant que la domination universelle de l’islam n’a pas été obtenue ». La paix avec les nations non musulmanes n’est donc qu’une situation provisoire ; seul le hasard des circonstances peut la justifier temporairement »  [26].

« le djihad, c’est lorsque les musulmans font la guerre aux infidèles, après qu’ils les ont appelés à embrasser l’islam ou au moins à payer le tribut [jizya] et à vivre en soumis, et qu’ils ont refusé » De plus, pour revenir à la doctrine de l’abrogation, les savants musulmans comme Ibn Salama (décédé en 1020) sont d’accord pour penser que le verset 9:5 du Coran, connu sous le nom de verset de l’épée (ayat as-sayf), a abrogé quelque 124 versets plus pacifiques de La Mecque, ainsi que « tous les versets du Coran qui ordonnent ou impliquent moins qu’une offensive totale contre les non-croyants » [27]. En fait, les quatre écoles sunnites de jurisprudence tombent d’accord pour considérer que « le djihad, c’est lorsque les musulmans font la guerre aux infidèles, après qu’ils les ont appelés à embrasser l’islam ou au moins à payer le tribut [jizya] et à vivre en soumis, et qu’ils ont refusé »  [28].

Le caractère obligatoire du djihad s’exprime au mieux dans la vision dichotomique du monde par l’islam, qui oppose le royaume de l’islam au royaume de la guerre. Le premier, dar al-Islam, est le « royaume de la soumission », le monde où la charia gouverne ; le second, dar al-Harb (le royaume de la guerre), est le monde non islamique. La lutte continue jusqu’à ce que le royaume de l’islam soumette le monde non islamique – et c’est une situation perpétuelle qui persiste encore aujourd’hui. Ibn Khaldun (décédé en 1406), célèbre historien et philosophe musulman, exprime clairement cette division :

Dans la communauté musulmane, le djihad est un devoir religieux en raison du caractère universel de la mission des musulmans et de l’obligation de convertir tout le monde à l’islam, par la persuasion ou par la force. Les autres groupes religieux n’avaient pas de mission universelle, et le djihad n’était pas pour eux un devoir religieux, sauf pour des objectifs de défense. Mais l’islam est dans l’obligation de prendre le pouvoir sur les autres nations  [29].

…le mensonge musulman peut être vu comme un moyen à peine moins que noble au service d’un objectif glorieux, l’hégémonie islamique sous la charia, qui est vue comme bonne aussi bien pour les non-musulmans que pour les musulmans. En dernier lieu, sans tenir compte des éléments de preuve et au cas où il paraîtrait encore déraisonnable qu’une religion rassemblant plus d’un milliard de croyants oblige à une guerre en son nom en l’absence de toute provocation, il est intéressant de noter que le djihad expansionniste est vu comme une entreprise altruiste, qui n’est pas sans rappeler l’idéologie du « fardeau de l’homme blanc » au dix-neuvième siècle. La logique, c’est que le monde, qu’il vive en démocratie, en régime socialiste ou communiste ou sous tout autre système de gouvernement, vit inévitablement enchaîné dans le péché, puisque le bien de l’humanité réside dans le fait de vivre selon la loi d’Allah. Dans ce contexte, le mensonge musulman peut être vu comme un moyen à peine moins que noble au service d’un objectif glorieux, l’hégémonie islamique sous la charia, qui est vue comme bonne aussi bien pour les non-musulmans que pour les musulmans.

Cette manière de voir les choses est ancienne : peu après la mort de Mahomet (634), lorsque les combattants du djihad sont sortis de la péninsule arabique, un chef perse qui devait être rapidement soumis demanda aux envahisseurs musulmans ce qu’ils voulaient. Leur réponse mémorable fut la suivante :

Allah nous a envoyés et conduits ici pour nous permettre de libérer ceux qui le désirent de la servitude aux puissants de la Terre et d’en faire des serviteurs d’Allah, pour changer leur pauvreté en richesse et les libérer de la tyrannie et du chaos des [fausses] religions et les amener à la justice de l’islam. Il nous a envoyés pour apporter sa religion à toutes ses créatures et les appeler à l’islam. Ceux qui accepteront cela de nous seront saufs, et nous les laisserons en paix ; mais ceux qui refuseront, nous les combattrons jusqu’à ce que nous ayons accompli la promesse d’Allah.  [30]

Mille quatre cents ans plus tard – en mars 2009 – l’expert juridique saoudien Basem Alem faisait publiquement écho à cette vision des choses :

En tant que membre de la vraie religion, j’ai davantage le droit d’envahir [les autres] pour imposer un certain mode de vie [conforme à la charia], dont l’histoire a montré que c’est la meilleure et la plus juste de toutes les civilisations. Telle est la vraie signification du djihad offensif. Lorsque nous lançons le djihad, ce n’est pas pour convertir les gens à l’islam mais pour les libérer du sombre esclavage dans lequel ils vivent.  [31]

Et il va sans dire que la taqiyya au service de l’altruisme est autorisée. Par exemple, et tout récemment, après avoir raconté en public l’histoire d’un musulman qui avait piégé un juif et l’avait fait se convertir à l’islam – en le prévenant que s’il cherchait à abandonner l’islam, les musulmans le tueraient pour apostasie – le religieux musulman Mahmoud al-Masri a estimé que c’était « un joli tour »  [32]. Après tout, d’un point de vue islamique, c’est le juif qui, finalement, bénéficiait de la tromperie qui l’avait amené à l’islam.

Traités et trêves

…la plupart des juristes sont tombés d’accord pour estimer que dix ans représentent la durée maximale pendant laquelle les musulmans peuvent vivre en paix avec les infidèles ; Le caractère perpétuel du djihad est souligné par le fait que, sur la base du traité de Hudaybiya (628) signé pour 10 ans entre Mahomet et ses adversaires Koraïsh, la plupart des juristes sont tombés d’accord pour estimer que dix ans représentent la durée maximale pendant laquelle les musulmans peuvent vivre en paix avec les infidèles ; une fois le traité expiré, il convient de réexaminer la situation. D’après l’exemple de Mahomet qui a rompu le traité au bout de deux ans (en prétextant une infraction des Koraïsh), l’unique fonction de la trêve est de donner aux musulmans affaiblis le temps nécessaire pour se regrouper avant de reprendre l’offensive [33] : « Par nature même, les traités doivent être de durée temporaire, parce qu’en théorie juridique musulmane, les relations normales entre territoires musulmans et non musulmans ne sont pas pacifiques, mais conflictuelles »  [34]. De ce fait, « les fuqaha [juristes] sont d’accord pour estimer que les trêves illimitées sont illégitimes si les musulmans ont les forces nécessaires pour reprendre la guerre contre eux [les non-musulmans] »  [35].

Même si la charia ordonne aux musulmans de respecter les traités, ils ont une voie pour échapper à cette contrainte, un voie qui laisse la porte ouverte aux abus : si les musulmans pensent – même sans preuves sérieuses – que leurs adversaires sont sur le point de rompre le traité, ils peuvent prendre les devants en le dénonçant les premiers. Qui plus est, certaines écoles juridiques islamiques, comme celle des Hanafites, affirment que les leaders musulmans ont le droit d’abroger les traités pour le simple motif que cela paraît avantageux pour l’islam  [36]. Cela fait référence aux hadith canoniques suivants : « Si vous prêtez un jour serment de faire quelque chose et découvrez par la suite que quelque chose d’autre est mieux, alors dénoncez votre serment et faites ce qui est le mieux »  [37]. Et qu’y a-t-il de mieux, de plus altruiste, que de faire régner la parole d’Allah en relançant le djihad chaque fois que possible ? Traditionnellement, les dirigeants musulmans respectaient l’engagement de lancer un djihad au moins une fois par an. Ce rituel est particulièrement net sous les sultans ottomans, qui passaient la moitié de leur vie sur le champ de bataille [38]. Le devoir de djihad était si important que les sultans n’étaient pas autorisés à faire le pèlerinage à La Mecque, un devoir individuel pour tout musulman. Leur conduite du djihad permettait à ce devoir collectif de se perpétuer ; sans eux, il serait tombé en désuétude  [39].

En résumé, la condition nécessaire pour qu’il y ait paix ou réconciliation est que les musulmans aient l’avantage. En résumé, la condition nécessaire pour qu’il y ait paix ou réconciliation est que les musulmans aient l’avantage. C’est formulé de manière très claire dans un texte sunnite de droit islamique, Umdat as-Salik, écrit au quatorzième siècle par un savant égyptien, Ahmad Ibn Naqib al-Misri : « Il faut qu’il y ait quelque avantage [maslaha] accordé en cas de trêve, autre que le statu quo : ‘Alors, n’ayez pas le cœur faible et n’appelez pas à la paix si c’est vous qui avez le dessus’ [Coran 47:35] ». [40]

Plus récemment, et c’est très significatif pour les leaders occidentaux qui préconisent la coopération avec les islamistes, Yasser Arafat, peu après avoir négocié un traité de paix critiqué parce qu’il cédait trop à Israël, s’est adressé à une assemblée de musulmans dans une mosquée de Johannesburg où il a justifié ses actions : « À mes yeux, cet accord n’est rien de plus que l’accord signé entre notre prophète Mahomet et les Koraïsh à La Mecque » [41]. En d’autres termes, comme Mahomet, Arafat ne donne sa parole que pour la reprendre si « quelque chose de mieux » se présente – c’est à dire une fois que les Palestiniens seront devenus assez forts pour reprendre l’offensive et poursuivre la route vers Jérusalem. Ailleurs, il est apparu que le nom d’Hudaybiya était un mot clé pour les islamistes radicaux. Le Front islamique de libération Moro avait trois camps d’entraînement au sein du complexe d’Abu Bakar, aux Philippines. L’un d’eux était le camp Hudaybiya [42].

L’hostilité masquée sous forme de plaintes

Dans leurs déclarations destinées à des publics européens ou américains, les islamistes prétendent que le terrorisme qu’ils exercent contre l’Occident n’est que la réponse à des décennies d’oppression occidentale et israélienne. Mais, dans les écrits destinés à leurs coreligionnaires musulmans, ces actions sont présentées non comme une réaction à des provocations militaires ou politiques mais comme le produit d’une obligation religieuse.

Par exemple, en s’adressant à des publics occidentaux, Oussama Ben Laden présente des listes de plaintes comme motifs de sa guerre contre l’Occident – de l’oppression des Palestiniens à l’exploitation des femmes par l’Occident et même le refus américain de signer le protocole de Kyoto sur l’environnement – toutes choses compréhensibles du point de vue occidental. En revanche, il ne justifie jamais les attaques d’Al Qaida sur des cibles occidentales par le simple motif que les pays non musulmans sont des entités infidèles qui doivent être soumises. Effectivement, il commence souvent son message à l’Ouest en disant : « La justice commande la réciprocité » ou « Paix à ceux qui suivent la voie d’Allah » [43] – alors qu’il veut dire quelque chose de totalement différent que ce que ses auditeurs occidentaux entendent dans des mots comme « paix », « justice » ou « voie ».

C’est quand Ben Laden parle aux musulmans que la vérité se fait jour. Quand un groupe de musulmans de premier plan a écrit une lettre ouverte au peuple américain peu après les frappes du 11 septembre, expliquant que l’islam cherche à coexister pacifiquement  [44], Ben Laden a écrit pour les fustiger :

Quant à la relation entre musulmans et infidèles, elle est résumée par la parole du Très-Haut : « Nous [les musulmans] vous [les non-musulmans] renions. Entre vous et nous, l’inimitié et la haine sont à jamais déclarées,  jusqu’à ce que vous croyiez en Allah, seul » [Coran 60:4]. Il y a donc une inimitié, dont témoigne une hostilité viscérale farouche, et telle  hostilité, c’est-à-dire cette guerre, ne cessera que si l’infidèle se soumet à l’autorité de l’islam, ou s’il est interdit de verser son sang [c’est à dire s’il est un dhimmi, ou minorité protégée], ou si les musulmans sont à ce moment-là faibles et incapables. Mais si la haine viscérale s’éteint à un moment quelconque, c’est une grande apostasie ! … Tels sont donc la base et le fondement de la relation entre l’infidèle et le musulman. Combat, animosité et haine, du musulman envers l’infidèle, sont les fondements de notre religion. Et nous considérons que c’est faire preuve de justice et de bonté envers eux [45].

Les discours de Ben Laden à l’Occident avec ses mots de justice et de paix sont des exemples manifestes de taqiyya.

Les quatre écoles de jurisprudence du courant principal de l’islam apportent leur soutien à cette vision du monde hostile en parlant de l’infidèle en des termes similaires. Les discours de Ben Laden à l’Occident avec ses mots de justice et de paix sont des exemples manifestes de taqiyya. Non seulement il est engagé dans un djihad physique, mais aussi dans une guerre de propagande, c’est à dire une guerre de mensonge. S’il parvient à convaincre l’Occident qu’il est entièrement responsable du conflit actuel, il engrange de la sympathie pour sa cause. En même temps, il sait que si les Américains venaient à comprendre que rien, sauf leur soumission, ne pourra jamais apporter la paix, sa campagne de propagande serait vite compromise. D’où la nécessité constante de se dissimuler et de citer des plaintes car, comme l’a dit le prophète de Ben Laden, « la guerre est le mensonge ».

Implications

La taqiyya pose toute une série de dilemmes éthiques. Quelqu’un qui croit vraiment que Allah justifie et, à travers l’exemple de son prophète, va même jusqu’à encourager le mensonge, n’éprouvera aucun scrupule d’ordre moral à mentir. Voyons le cas de Ali Mohammad, le premier « mentor » de Ben Laden, et agent d’Al Qaida depuis longtemps. Egyptien, il était initialement membre du Djihad islamique et a servi dans les renseignements de l’armée égyptienne. Après 1984, il a travaillé un moment pour la CIA en Allemagne. Bien que considéré comme non fiable, il s’est débrouillé pour aller en Californie où il s’est engagé dans l’armée américaine. Il semble probable qu’il ait continué à travailler dans une certaine mesure pour la CIA. Plus tard, il a formé des djihadistes aux États-Unis et en Afghanistan et on le retrouve derrière plusieurs attaques terroristes en Afrique. Ceux qui le connaissaient le considéraient avec « crainte et respect pour son incroyable confiance en soi, son incapacité à se laisser intimider, sa détermination absolue et violente à détruire les ennemis de l’islam, et sa croyance fervente dans les principes du fondamentalisme islamique militant » [46]. En fait, cette phrase résume tout : parce qu’une croyance fervente dans les principes de l’islam, qui légitime le mensonge pour faire prévaloir sur tout la parole d’Allah, contribue certainement beaucoup à donner une « incroyable confiance en soi » quand on ment [47].

…le bien et le mal, dans l’islam, n’ont pas grand chose à voir avec les normes universelles et se réfèrent uniquement à l’enseignement de l’islam lui-même, où beaucoup de choses s’opposent à l’éthique occidentale. Pourtant, la plupart des Occidentaux continuent à penser que les mœurs, les lois et les contraintes éthiques des musulmans sont pratiquement identiques à celles de la tradition judéo-chrétienne. Avec naïveté ou arrogance, les leaders multiculturalistes d’aujourd’hui projettent leur propre vision du monde sur les islamistes, et pensent qu’une poignée de mains et un sourire autour d’un café, avec de nombreuses concessions, suffiront à démanteler le pouvoir de la parole d’Allah et de siècles de tradition immuable. Le fait demeure : le bien et le mal, dans l’islam, n’ont pas grand chose à voir avec les normes universelles et se réfèrent uniquement à l’enseignement de l’islam lui-même, où beaucoup de choses s’opposent à l’éthique occidentale.

Il faut donc comprendre que, contrairement à des hypothèses classiques admises depuis longtemps, la doctrine de la taqiyya va bien au-delà de la dissimulation religieuse dans laquelle les musulmans s’engageraient dans l’intérêt de leur propre sauvegarde, et qu’elle inclut le mensonge à l’ennemi infidèle d’une manière générale. Ce phénomène devrait éclairer le contexte dans lequel se manifeste le zèle de l’Iran chiite – car la taqiyya est vraiment une seconde nature pour le chiisme – à acquérir la puissance nucléaire tout en insistant sur le fait que ses motivations sont entièrement pacifiques.

La taqiyya ne se limite pas non plus aux affaires étrangères. Walid Phares, de la National Defense University, a déploré que des islamistes formés ici agissent sans aucun frein sur le sol américain grâce à leur recours à la taqiyya : « Notre gouvernement sait-il ce que prêche réellement cette doctrine et, plus important encore, les autorités forment-elles notre appareil de défense contre cette menace masquée qui est parmi nous ? »  [48]. Après le massacre de Fort Hood, où Nidal Malik Hasan, un Américain musulman qui avait exhibé de nombreux signes d’islamisme sans que personne en prenne acte, a tué treize de ses compagnons d’armes, hommes et femmes, on est forcé de répondre par la négative.

« Tant que l’islam persiste, la réconciliation de ses adeptes, même avec les juifs et les chrétiens, et plus encore avec le reste de l’humanité, restera un problème insoluble » Voici donc le dilemme : la loi islamique sépare sans aucune ambiguïté le monde en deux moitiés en guerre perpétuelle – le monde islamique contre le non-islamique – et considère que la volonté d’Allah est que le premier soumette le second. Mais si la guerre contre les infidèles est une affaire perpétuelle, si la guerre est le mensonge, et si les actes sont justifiés par l’intention – des musulmans en nombre impossible à déterminer en conclueront tout naturellement qu’Allah leur donne le droit de mentir, tant qu’ils croient que leur mensonge sert à aider l’islam « jusqu’à ce que tout chaos prenne fin et que toute religion appartienne à Allah »  [49]. Qui plus est, ces mensonges seront considérés comme un moyen au service d’un but altruiste. Les ouvertures des musulmans à la paix, au dialogue ou même à des trêves temporaires doivent être vues sous cet éclairage, en pensant aux remarques pratiques formulées il y a plus d’un siècle par le philosophe James Lorimer : « Tant que l’islam persiste, la réconciliation de ses adeptes, même avec les juifs et les chrétiens, et plus encore avec le reste de l’humanité, restera un problème insoluble »  [50].

Pour conclure, si dans le contexte occidental l’alternance naturelle est entre la guerre et la paix, elle se fait plutôt dans le cadre de l’islam entre la guerre et le mensonge. Parce que, du point de vue de l’islam, les temps de paix – ceux où l’islam est significativement plus faible que ses adversaires infidèles – sont des temps de paix simulée et de mensonge, en un mot, de taqiyya.

Source : How Taqiyya Alters Islam’s Rules of War, The Middle East Quarterly, Winter 2010. Traduction Poste de veille (Merci à mon traducteur)

___________________________________

[1] Coran 40:28.

[2] Fakhr ad-Din ar-Razi, At-Tafsir al-Kabir (Beirut: Dar al-Kutub al-‘Ilmiya, 2000), vol. 10, p. 98.

[3] Coran 2:195, 4:29.

[4] Paul E. Walker, The Oxford Encyclopedia of Islam in the Modern World, John Esposito, ed. (New York: Oxford University Press, 2001), vol. 4, s.v. « Taqiyah, » pp. 186-7; Ibn Babuyah, A Shi’ite Creed, A. A. A. Fyzee, trans. (London: n.p., 1942), pp. 110-2; Etan Kohlberg, « Some Imami-Shi’i Views on Taqiyya, » Journal of the American Oriental Society, 95 (1975): 395-402.

[5] Sami Mukaram, At-Taqiyya fi ‘l-Islam (London: Mu’assisat at-Turath ad-Druzi, 2004), p. 7, author’s translation.

[6] Devin Stewart, « Islam in Spain after the Reconquista, » Emory University, p. 2, accessed Nov. 27, 2009.

[7] See also Quran 2:173, 2:185, 4:29, 16:106, 22:78, 40:28, verses cited by Muslim jurisprudents as legitimating taqiyya.

[8] Abu Ja’far Muhammad at-Tabari, Jami’ al-Bayan ‘an ta’wil ayi’l-Qur’an al-Ma’ruf: Tafsir at-Tabari (Beirut: Dar Ihya’ at-Turath al-‘Arabi, 2001), vol. 3, p. 267, author’s translation.

[9] ‘Imad ad-Din Isma’il Ibn Kathir, Tafsir al-Qur’an al-Karim (Beirut: Dar al-Kutub al-‘Ilmiya, 2001), vol. 1, p. 350, author’s translation.

[10] Mukaram, At-Taqiyya fi ‘l-Islam, pp. 30-7.

[11] Imam Muslim, « Kitab al-Birr wa’s-Salat, Bab Tahrim al-Kidhb wa Bayan al-Mubih Minhu, » Sahih Muslim, rev. ed., Abdul Hamid Siddiqi, trans. (New Delhi: Kitab Bhavan, 2000).

[12] Ahmad Mahmud Karima, Al-Jihad fi’l Islam: Dirasa Fiqhiya Muqarina (Cairo: Al-Azhar, 2003), p. 304, author’s translation.

[13] Mukaram, At-Taqiyya fi ‘l-Islam, p. 32.

[14] Raymond Ibrahim, The Al Qaeda Reader (New York: Doubleday, 2007), pp. 142-3.

[15] Mukaram, At-Taqiyya fi ‘l-Islam, pp. 32-3.

[16] Ibn Ishaq, The Life of Muhammad (Karachi: Oxford University Press, 1997), pp. 367-8.

[17] Shihab ad-Din Muhammad al-Alusi al-Baghdadi, Ruh al-Ma’ani fi Tafsir al-Qur’an al-‘Azim wa’ l-Saba’ al-Mithani (Beirut: Dar al-Kutub al-‘Ilmiya, 2001), vol. 2, p. 118, author’s translation.

[18] Mukaram, At-Taqiyya fi ‘l-Islam, pp. 11-2.

[19] Ibid., pp. 41-2.

[20] Ibn Qayyim, Tafsir, in Abd al-‘Aziz bin Nasir al-Jalil, At-Tarbiya al-Jihadiya fi Daw’ al-Kitab wa ‘s-Sunna (Riyahd: n.p., 2003), pp. 36-43.

[21] Mukaram, At-Taqiyya fi ‘l-Islam, p. 20.

[22] Coran 2: 216.

[23] Yahya bin Sharaf ad-Din an-Nawawi, An-Nawawi’s Forty Hadiths, p. 16, accessed Aug. 1, 2009.

[24] John Lyly, Euphues: The Anatomy of Wit (London, 1578), p. 236.

[25] Coran 8:39.

[26] Emile Tyan, The Encyclopedia of Islam (Leiden: Brill, 1960), vol. 2, s.v. « Djihad, » pp. 538-40.

[27] David Bukay, « Peace or Jihad? Abrogation in Islam, » Middle East Quarterly, Fall 2007, pp. 3-11, f.n. 58; David S. Powers, « The Exegetical Genre nasikh al-Qur’an wa-mansukhuhu, » in Approaches to the History of the Interpretation of the Qur’an, Andrew Rippin, ed. (Oxford: Clarendon Press, 1988), pp. 130-1.

[28] Jalil, At-Tarbiya al-Jihadiya fi Daw’ al-Kitab wa ‘ s-Sunna, p. 7.

[29] Ibn Khaldun, The Muqadimmah. An Introduction to History, Franz Rosenthal, trans. (New York: Pantheon, 1958), vol. 1, p. 473.

[30] Hugh Kennedy, The Great Arab Conquests (Philadelphia: Da Capo, 2007), p. 112.

[31] « Saudi Legal Expert Basem Alem: We Have the Right to Wage Offensive Jihad to Impose Our Way of Life, » TV Monitor, clip 2108, Middle East Media Research Institute, trans., Mar. 26, 2009.

[32] « Egyptian Cleric Mahmoud Al-Masri Recommends Tricking Jews into Becoming Muslims, » TV Monitor, clip 2268, Middle East Media Research Institute, trans., Aug. 10, 2009.

[33] Denis MacEoin, « Tactical Hudna and Islamist Intolerance, » Middle East Quarterly, Summer 2008, pp. 39-48.

[34] Majid Khadduri, War and Peace in the Law of Islam (Baltimore: The Johns Hopkins Press, 1955), p. 220.

[35] Ahmad Mahmud Karima, Al-Jihad fi’l Islam: Dirasa Fiqhiya Muqarina, p. 461, author’s translation.

[36] Ibid., p. 469.

[37] Muhammad al-Bukhari, « Judgements (Ahkaam), » Sahih al-Bukhari, book 89, M. Muhsin Khan, trans., accessed July 22, 2009.

[38] Michael Bonner, Jihad in Islamic History: Doctrines and Practice (Princeton: Woodstock Publishers, 2006), p. 148.

[39] Ahmed Akgündüz, « Why Did the Ottoman Sultans Not Make Hajj (Pilgrimage)? » accessed Nov. 9, 2009.

[40] Ahmad Ibn Naqib al-Misri, Reliance of the Traveller: A Classic Manual of Islamic Sacred Law (Beltsville: Amana Publications, 1994), p. 605.

[41] Daniel Pipes, « Lessons from the Prophet Muhammad’s Diplomacy, » Middle East Quarterly, Sept. 1999, pp. 65-72.

[42] Arabinda Acharya, « Training in Terror, » IDSS Commentaries, Institute of Defence and Strategic Studies, Nanyang Technological University, Singapore, May 2, 2003.

[43] « Does hypocrite have a past tense? » for clip of Osama bin Laden, accessed Aug. 1, 2009.

[44] Ibrahim b. Muhammad al-Shahwan, et al, « Correspondence with Saudis: How We Can Coexist, » AmericanValues.org, accessed July 28, 2009.

[45] Ibrahim, The Al Qaeda Reader, p. 43.

[46] Steven Emerson, « Osama bin Laden’s Special Operations Man, » Journal of Counterterrorism and Security International, Sept. 1, 1998.

[47] For lists of other infiltrators of U. S. organizations, see Daniel Pipes, « Islamists Penetrate Western Security, » Mar. 9, 2008.

[48] Walid Phares, « North Carolina: Meet Taqiyya Jihad, » International Analyst Network, July 30, 2009.

[49] Coran 8:39.

[50] James Lorimer, The Institutes of the Law of Nations: A Treatise of the Jural Relations of Separate Political Communities (Clark, N.J.: The Lawbook Exchange, Ltd., 2005), p. 124.

Vu sur: http://www.postedeveille.ca

Belgique: on se croirait en France…

En France, ce sont devenues des scènes de la vie quotidienne, malheureusement. Et tant qu’une main de fer n’aura pas empoigné sérieusement le problème, ça n’ira qu’ en s’accentuant. Jusqu’où? Beaucoup n’en doutent pas…

Amis Belges, ne laissez pas cette gangrène vous envahir. Vous pouvez encore la tuer dans l’oeuf. Bon courage.

FDF

.

Les pompiers interviennent pour plusieurs incendies à Liège.

Les pompiers de Liège ont dû intervenir à plusieurs reprises dans la nuit de dimanche à lundi pour de multiples incendies.

Un violent incendie s’est déclaré dans un immeuble de la rue Sainte Aldegonde au centre de Liège, durant la nuit de dimanche à lundi. Le feu a pris au rez-de-chaussée pour une raison encore inconnue. Les pompiers sont intervenus. Les dégâts sont importants mais aucune victime n’est à déplorer.

Par la suite, des inconnus ont mis le feu à des poubelles vers quatre heures du matin rue Ferdinand Nicolay à Tilleur. Les pompiers ont rapidement contrôlé le feu mais ont dû refroidir un container qui se trouvait à proximité. Ce dernier contenait des bonbonnes d’acétylène.

Par après, les pompiers de Liège sont encore intervenus pour une voiture Chrysler en feu rue François Lefèvre à Liège-Rocourt.

Les pompiers se sont également rendus rue Wyertz, à Liège, où une Mini Cooper avait été incendiée. La voiture, qui avait été volée, était complètement détruite. (belga)

Source: http://www.7sur7.be/

18 juin 2011- un seul emblème: le drapeau Français !

« Que dire d’un homme qui préfère obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes, et qui en conséquence a la certitude d’entrer au Paradis en vous tranchant la gorge ? »
Voltaire.

**************************************************************************************************************************************************

A noter dans vos tablettes…

FDF

.

18 juin : Jour J-4

Nous serons au rendez-vous, et même si la météo n’était pas avec nous, nous chanterions, radieux et sans nous émouvoir pour si peu sous nos parapluies bleu blanc rouge !

En effet, plus que jamais, nous devons résister à l’entreprise de destruction de notre pays commencée il y a plus de trente ans et qui s’accélère d’une effrayante manière ces derniers temps. Il n’est, partout, question que d’une « nouvelle civilisation » (le PS), que de la soi-disant nécessité d’une immigration large en période de chômage (partis de gauche et UMP confondus, relayant les diktats de Bruxelles), que de Français d’origine qui devraient s’adapter aux nouveaux arrivants et s’effacer devant eux (Les Indigènes de la République, relayés par l’extrême gauche, les Verts d’Europe Ecologie et le Parti Communiste), que de la nécessité de faciliter la pratique de l’islam, quand bien même ce système totalitaire refuserait le droit des femmes et nos lois… (tous les précédents confondus, relayés par les extrémistes islamistes).

Alors, attaqués dans notre identité, niés dans notre histoire, accusés parce que républicains, stigmatisés parce que patriotes amoureux de leur pays, qui reste, pour on ne sait combien de temps, la patrie des droits de l’homme, menacés par les fascistes islamisés et leurs complices actifs des medias et des associations droidel’hommistes, nous avons envie de vivre, l’espace d’un après-midi, le sentiment d’appartenance à une seule nation, nous tous qui sommes des descendants de Saint-Louis, d’Italiens, de Portugais, d’Espagnols, de Maghrébins, de Russes ou de Roumains… arrivés dans notre pays depuis plus d’un siècle. Qui sait qui sont nos ancêtres ? Qui connaît nos origines ? Peu nous chaut. L’important est ailleurs. L’important c’est que nous sommes français, nous sommes devenus français ; l’important, c’est que nos ancêtres n’ont eu de cesse de devenir français, de donner des prénoms français à leurs enfants, ont fait l’effort de parler français à la maison pour faciliter l’avenir de leurs enfants, et ont avec fierté répété, comme Rachid Kaci, « nos ancêtres les Gaulois »(1).

Nous devons être fiers de notre pays, l’orgueil n’est pas une faute mais une légitime nécessité. Oui nous avons apporté au monde 1789, les Lumières, Montaigne et Voltaire ; oui nous sommes les héritiers des Grecs et des Romains qui ont su inventer la démocratie, la « res publica », cette extraordinaire notion de bien commun qui a accouché de la République, et la philosophie, cette mère de la liberté d’expression comme de la liberté religieuse !

Alors oui, la France mérite bien d’être chantée le jour anniversaire d’une date historique, en même temps que la Résistance, indispensable, et c’est bien ce que nous disent nos chants patrimoniaux que sont la Marseillaise, le Temps des Cerises ou le Chant des Partisans…
Nous vous avons donné la semaine dernière une partie des titres des chansons que vous pourrez entendre samedi prochain, une adhérente de Résistance républicaine est allée en chercher le texte pour vous, pour que vous n’ayez qu’à imprimer pour réviser(2). Merci à elle.
Alors, à samedi, en bleu, blanc, rouge, sans autre emblème que le drapeau tricolore, parce que nous nous rassemblerons indépendamment de nos choix politiques !

Christine Tasin

Résistance républicaine

(1) http://www.iris-france.org/informez-vous/archive_articles/note.php?numero=140

(2) Les paroles de quelques chansons du 18 juin

Le Chant des Partisans
Ami, entends-tu
Le vol noir des corbeaux
Sur nos plaines?
Ami, entends-tu
Les cris sourds du pays
Qu’on enchaîne?
Ohé! partisans,
Ouvriers et paysans,
C’est l’alarme!
Ce soir l’ennemi
Connaîtra le prix du sang
Et des larmes!

Montez de la mine,
Descendez des collines,
Camarades!
Sortez de la paille
Les fusils, la mitraille,
Les grenades…
Ohé! les tueurs,
A la balle et au couteau,
Tuez vite!
Ohé! saboteur,
Attention à ton fardeau:
Dynamite!

C’est nous qui brisons
Les barreaux des prisons
Pour nos frères,
La haine à nos trousses
Et la faim qui nous pousse,
La misère…
Il y a des pays
Ou les gens au creux de lits
Font des rêves;
Ici, nous, vois-tu,
Nous on marche et nous on tue,
Nous on crève.

Ici chacun sait
Ce qu’il veut, ce qu’il fait
Quand il passe…
Ami, si tu tombes
Un ami sort de l’ombre
A ta place.
Demain du sang noir
Séchera au grand soleil
Sur les routes.
Sifflez, compagnons,
Dans la nuit la Liberté
Nous écoute…

La Marseillaise
Allons enfants de la Patrie
Le jour de gloire est arrivé !
Contre nous de la tyrannie
L’étendard sanglant est levé
Entendez-vous dans nos campagnes
Mugir ces féroces soldats?
Ils viennent jusque dans vos bras.
Égorger vos fils, vos compagnes!
Aux armes citoyens
Formez vos bataillons
Marchons, marchons
Qu’un sang impur
Abreuve nos sillons
Que veut cette horde d’esclaves
De traîtres, de rois conjurés?
Pour qui ces ignobles entraves
Ces fers dès longtemps préparés?
Français, pour nous, ah! quel outrage
Quels transports il doit exciter?
C’est nous qu’on ose méditer
De rendre à l’antique esclavage!
Quoi ces cohortes étrangères!
Feraient la loi dans nos foyers!
Quoi! ces phalanges mercenaires
Terrasseraient nos fils guerriers!
Grand Dieu! par des mains enchaînées
Nos fronts sous le joug se ploieraient
De vils despotes deviendraient
Les maîtres des destinées.
Tremblez, tyrans et vous perfides
L’opprobre de tous les partis
Tremblez! vos projets parricides
Vont enfin recevoir leurs prix!
Tout est soldat pour vous combattre
S’ils tombent, nos jeunes héros
La France en produit de nouveaux,
Contre vous tout prêts à se battre.
Français, en guerriers magnanimes
Portez ou retenez vos coups!
Épargnez ces tristes victimes
À regret s’armant contre nous
Mais ces despotes sanguinaires
Mais ces complices de Bouillé
Tous ces tigres qui, sans pitié
Déchirent le sein de leur mère!
Nous entrerons dans la carrière
Quand nos aînés n’y seront plus
Nous y trouverons leur poussière
Et la trace de leurs vertus
Bien moins jaloux de leur survivre
Que de partager leur cercueil
Nous aurons le sublime orgueil
De les venger ou de les suivre!
Amour sacré de la Patrie
Conduis, soutiens nos bras vengeurs
Liberté, Liberté chérie
Combats avec tes défenseurs!
Sous nos drapeaux, que la victoire
Accoure à tes mâles accents
Que tes ennemis expirants
Voient ton triomphe et notre gloire!

Ma France, Jean Ferrat
De plaines en forêts de vallons en collines
Du printemps qui va naître à tes mortes saisons
De ce que j’ai vécu à ce que j’imagine
Je n’en finirais pas d’écrire ta chanson
Ma France

Au grand soleil d’été qui courbe la Provence
Des genêts de Bretagne aux bruyères d’Ardèche
Quelque chose dans l’air a cette transparence
Et ce goût du bonheur qui rend ma lèvre sèche
Ma France

Cet air de liberté au-delà des frontières
Aux peuples étrangers qui donnaient le vertige
Et dont vous usurpez aujourd’hui le prestige
Elle répond toujours du nom de Robespierre
Ma France

Celle du vieil Hugo tonnant de son exil
Des enfants de cinq ans travaillant dans les mines
Celle qui construisit de ses mains vos usines
Celle dont monsieur Thiers a dit qu’on la fusille
Ma France

Picasso tient le monde au bout de sa palette
Des lèvres d’Éluard s’envolent des colombes
Ils n’en finissent pas tes artistes prophètes
De dire qu’il est temps que le malheur succombe
Ma France

Leurs voix se multiplient à n’en plus faire qu’une
Celle qui paie toujours vos crimes vos erreurs
En remplissant l’histoire et ses fosses communes
Que je chante à jamais celle des travailleurs
Ma France

Celle qui ne possède en or que ses nuits blanches
Pour la lutte obstinée de ce temps quotidien
Du journal que l’on vend le matin d’un dimanche
A l’affiche qu’on colle au mur du lendemain
Ma France

Qu’elle monte des mines descende des collines
Celle qui chante en moi la belle la rebelle
Elle tient l’avenir, serré dans ses mains fines
Celle de trente-six à soixante-huit chandelles
Ma France

Douce France, Charles Trenet
Il revient à ma mémoire

Des souvenirs familiers

Je revois ma blouse noire

Lorsque j’étais écolier

Sur le chemin de l’école

Je chantais à pleine voix

Des romances sans paroles

Vieilles chansons d’autrefois

{Refrain:}

Douce France

Cher pays de mon enfance

Bercée de tendre insouciance

Je t’ai gardée dans mon coeur

Mon village au clocher aux maisons sages

Où les enfants de mon âge

Ont partagé mon bonheur

Oui je t’aime

Et je te donne ce poème

Oui je t’aime

Dans la joie ou la douleur

Douce France

Cher pays de mon enfance

Bercée de tendre insouciance

Je t’ai gardée dans mon coeur

2. J’ai connu des paysages

Et des soleils merveilleux

Au cours de lointains voyages

Tout là-bas sous d’autres cieux

Mais combien je leur préfère

Mon ciel bleu mon horizon

Ma grande route et ma rivière

Ma prairie et ma maison.

{au Refrain}

A Paris, Montand
A Paris
Quand un amour fleurit
Ça fait pendant des semaines
Deux cœurs qui se sourient
Tout ça parce qu’ils s’aiment
a paris

Au printemps
Sur les toits les girouettes
Tournent et font les coquettes
Avec le premier vent
Qui passe indifférent
Nonchalant

Car le vent
Quand il vient à Paris
N’a plus qu’un seul souci
C’est d’aller musarder
Dans tous les beaux quartiers
De Paris

Le soleil
Qui est son vieux copain
Est aussi de la fête
Et comme deux collégiens
Ils s’en vont en goguette
Dans Paris

Et la main dans la main
Ils vont sans se frapper
Regardant en chemin
Si Paris a changé

Y a toujours
Des taxis en maraude
Qui vous chargent en fraude
Avant le stationnement
Où y a encore l’agent
Des taxis

Au café
On voit n’importe qui
Qui boit n’importe quoi
Qui parle avec ses mains
Qu’est là depuis le matin
Au café

Y a la Seine
A n’importe quelle heure
Elle a ses visiteurs
Qui la regardent dans les yeux
Ce sont ses amoureux
A la Seine

Et y a ceux
Ceux qui ont fait leur nid
Près du lit de la Seine
Et qui se lavent à midi
Tous les jours de la semaine
Dans la Seine

Et les autres
Ceux qui en ont assez
Parce qu’ils en ont vu de trop
Et qui veulent oublier
Alors y se jettent à l’eau
Mais la Seine

Elle préfère
Voir les jolis bateaux
Se promener sur elle
Et au fil de son eau
Jouer aux caravelles
Sur la Seine

Les ennuis
Y’en a pas qu’à Paris
Y’en a dans le monde entier
Oui mais dans le monde entier
Y a pas partout Paris
V’là l’ennui

a paris
Au quatorze juillet
A la lueur des lampions
On danse sans arrêt
Au son de l’accordéon
Dans les rues

Depuis qu’à Paris
On a pris la Bastille
Dans tous les faubourgs
Et à chaque carrefour
Il y a des gars
Et il y a des filles
Qui sur les pavés
Sans arrêt nuit et jour
Font des tours et des tours
a paris

Chevaliers de la Table ronde
Chevaliers de la Table Ronde
Goûtons voir si le vin est bon
Chevaliers de la Table Ronde
Goûtons voir si le vin est bon
Goûtons voir, oui, oui, oui
Goûtons voir, non, non, non
Goûtons voir si le vin est bon.
Goûtons voir, oui, oui, oui
Goûtons voir, non, non, non
Goûtons voir si le vin est bon.

S’il est bon, s’il est agréable
J’en boirai jusqu’à mon plaisir

J’en boirai cinq a six bouteilles
Et encore ce n’est pas beaucoup

Si je meurs, je veux qu’on m’enterre
Dans une cave où il y a du bon vin

Les deux pieds contre la muraille
Et la tête sous le robinet

Et les quatre plus grands ivrognes
Porteront les quat’ coins du drap

Pour donner le discours d’usage
On prendra le bistrot du coin

Et si le tonneau se débouche
J’en boirai jusqu’à mon plaisir

Et s’il en reste quelques gouttes
Ce sera pour nous rafraîchir

Sur ma tombe je veux qu’on inscrive
Ici gît le Roi des buveurs

La Carmagnole
Madam’ Veto avait promis (bis) / De faire égorger tout Paris (Bis)
Mais son coup a manqué / Grâce à nos canonniers
Dansons la carmagnole / Vive le son, vive le son
Dansons la carmagnole / Vive le son du canon!

Monsieur Veto avais promis / D’être fidèle à son pays
Mais il y a manqué / Ne faisons plus quartier

Amis restons toujours unis / Ne craignons pas nos ennemis
S’ils viennent nous attaquer / Nous les ferons sauter.

Antoinette avait résolu / De nous faire tomber sur le cul
Mais son coup a manqué / Elle a le nez cassé

Son mari se croyant vainqueur / Connaissait peu notre valeur
Va, Louis, gros paour / Du temple dans la tour

Les Suisses avaient promis / Qu’ils feraient feu sur nos amis
Mais comme ils ont sauté / Comme ils ont tous dansé !

Quand Antoinette vit la tour / Elle voulut faire demi-tour
Elle avait mal au coeur / De se voir sans honneur.

Lorsque Louis vit fossoyer / A ceux qu’il voyait travailler
Il disait que pour peu / Il était dans ce lieu.

Le patriote a pour amis / Tout les bonnes gens du pays
Mais ils se soutiendront / Tous au son du canon.

L’aristocrate a pour amis / Tous les royalistes de Paris
Ils vous le soutiendront / Tout comme de vrais poltrons!

La gendarmerie avait promis / Qu’elle soutiendrait la patrie.
Mais ils n’ont pas manqué / Au son du canonnier

Oui je suis sans-culotte, moi / En dépit des amis du roi
Vivent les Marseillois / Les bretons et nos lois!

Oui nous nous souviendrons toujours / Des sans-culottes des faubourgs A leur santé buvons / Vive ces francs lurons!

Le Temps des Cerises
Quand nous en serons au temps des cerises
Et gai rossignol et merle moqueur
Seront tous en fête
Les belles auront la folie en tête
Et les amoureux du soleil au cœur
Quand nous chanterons le temps des cerises
Sifflera bien mieux le merle moqueur

Mais il est bien court le temps des cerises
Où l’on s’en va deux cueillir en rêvant
Des pendants d’oreilles
Cerises d’amour aux robes pareilles
Tombant sous la feuille en gouttes de sang
Mais il est bien court le temps des cerises
Pendants de corail qu’on cueille en rêvant

Quand vous en serez au temps des cerises
Si vous avez peur des chagrins d’amour
Evitez les belles
Moi qui ne crains pas les peines cruelles
Je ne vivrai pas sans souffrir un jour
Quand vous en serez au temps des cerises
Vous aurez aussi des chagrins d’amour

J’aimerai toujours le temps des cerises
C’est de ce temps-là que je garde au cœur
Une plaie ouverte
Et Dame Fortune, en m’étant offerte
Ne saura jamais calmer ma douleur
J’aimerai toujours le temps des cerises
Et le souvenir que je garde au cœur

Ma Liberté, Reggiani

Ma Liberté

longtemps je t’ai gardée

comme une perle rare.

Ma Liberté,

c’est toi qui m’as aidé

à larguer les amarres,

on allait n’importe où

on allait jusqu’au bout

des chemins de fortune,

on cueillait en rêvant

une rose des vents

sur un rayon de lune!

Ma Liberté

devant tes volontés

ma vie était soumise

Ma Liberté,

je t’avais tout prêté

ma dernière chemise

Et combien j’ai souffert

pour pouvoir satisfaire

toutes tes exigences!

J’ai changé de pays,

j’ai perdu mes amis

pour gagner ta confiance!

Ma Liberté,

tu as su désarmer

mes moindres habitudes

Ma Liberté,

toi qui m’as fait aimer

même la solitude.

Toi qui m’as fait sourire

quand je voyais finir une belle aventure,

toi qui m’as protégé

quand j’allais me cacher

pour soigner mes blessures!

Ma Liberté,

pourtant je t’ai quittée

une nuit de décembre.

J’ai déserté

les chemins écartés

que nous suivions ensemble,

lorsque, sans me méfier,

les pieds et poings liés

je me suis laissé faire,

et je t’ai trahi

pour une prison d’amour

et sa belle geôlière!

et je t’ai trahi

pour une prison d’amour

et sa belle geôlière!

Sous le ciel de Paris, Piaf
Sous le ciel de Paris
S’envole une chanson
Hum Hum
Elle est née d’aujourd’hui
Dans le cœur d’un garçon
Sous le ciel de Paris
Marchent des amoureux
Hum Hum
Leur bonheur se construit
Sur un air fait pour eux

Sous le pont de Bercy
Un philosophe assis
Deux musiciens quelques badauds
Puis les gens par milliers
Sous le ciel de Paris
Jusqu’au soir vont chanter
Hum Hum
L’hymne d’un peuple épris
De sa vieille cité

Près de Notre Dame
Parfois couve un drame
Oui mais à Paname
Tout peut s’arranger
Quelques rayons
Du ciel d’été
L’accordéon
D’un marinier
L’espoir fleurit
Au ciel de Paris

Sous le ciel de Paris
Coule un fleuve joyeux
Hum Hum
Il endort dans la nuit
Les clochards et les gueux
Sous le ciel de Paris
Les oiseaux du Bon Dieu
Hum Hum
Viennent du monde entier
Pour bavarder entre eux

Et le ciel de Paris
A son secret pour lui
Depuis vingt siècles il est épris
De notre Ile Saint Louis
Quand elle lui sourit
Il met son habit bleu
Hum Hum
Quand il pleut sur Paris
C’est qu’il est malheureux
Quand il est trop jaloux
De ses millions d’amants
Hum Hum
Il fait gronder sur eux
Son tonnerr’ éclatant
Mais le ciel de Paris
N’est pas longtemps cruel
Hum Hum
Pour se fair’ pardonner
Il offre un arc-en-ciel

Les bourgeois, Brel

Le coeur bien au chaud
Les yeux dans la bière
Chez la grosse Adrienne de Montalant
Avec l’ami Jojo
Et avec l’ami Pierre
On allait boire nos vingt ans
Jojo se prenait pour Voltaire
Et Pierre pour Casanova
Et moi moi qui étais le plus fier
Moi moi je me prenais pour moi
Et quand vers minuit passaient les notaires
Qui sortaient de l’hôtel des « Trois Faisans »
On leur montrait notre cul et nos bonnes manières
En leur chantant

Les bourgeois c’est comme les cochons
Plus ça devient vieux plus ça devient bête
Les bourgeois c’est comme les cochons
Plus ça devient vieux plus ça devient…

Le coeur bien au chaud
Les yeux dans la bière
Chez la grosse Adrienne de Montalant
Avec l’ami Jojo
Et avec l’ami Pierre
On allait brûler nos vingt ans
Voltaire dansait comme un vicaire
Et Casanova n’osait pas
Et moi moi qui restait le plus fier
Moi j’étais presque aussi saoul que moi
Et quand vers minuit passaient les notaires
Qui sortaient de l’hôtel des « Trois Faisans »
On leur montrait notre cul et nos bonnes manières
En leur chantant

Les bourgeois c’est comme les cochons
Plus ça devient vieux plus ça devient bête
Les bourgeois c’est comme les cochons
Plus ça devient vieux plus ça devient…

Le coeur au repos
Les yeux bien sur terre
Au bar de l’hôtel des « Trois Faisans »
Avec maître Jojo
Et avec maître Pierre
Entre notaires on passe le temps
Jojo parle de Voltaire
Et Pierre de Casanova
Et moi moi qui suis resté le plus fier
Moi moi je parle encore de moi
Et c’est en sortant vers minuit Monsieur le Commissaire
Que tous les soirs de chez la Montalant
De jeunes « peigne-culs » nous montrent leur derrière
En nous chantant

Les bourgeois c’est comme les cochons
Plus ça devient vieux et plus ça devient bête
Disent-ils Monsieur le commissaire
Les bourgeois
Plus ça devient vieux et plus ça devient…
Les copains d’abord, Brassens
Non ce n’était pas le radeau
De la méduse ce bateau
Qu’on se le dise au fond des ports
Dise au fond des ports
Il naviguait en père peinard
Sur la grande mare des canards
Et s’appelait « Les copains d’abord »

Les copains d’abord, Georges Brassens

Ses fluctuat nec mergitur
C’était pas de la littérature,
N’en déplaise aux jeteurs de sort,
Aux jeteurs de sort,
Son capitaine et ses matelots
N’étaient pas des enfants de salauds,
Mais des amis franco de port,
Des copains d’abord.

C’étaient pas des amis de luxe,
Des petits Castor et Pollux,
Des gens de Sodome et Gomorrhe,
Sodome et Gomorrhe,
C’étaient pas des amis choisis
Par Montaigne et La Boetie,
Sur le ventre ils se tapaient fort,
Les copains d’abord.

C’étaient pas des anges non plus,
L’Evangile, ils l’avaient pas lu,
Mais ils s’aimaient toutes voiles dehors,
Toutes voiles dehors,
Jean, Pierre, Paul et compagnie,
C’était leur seule litanie
Leur Credo, leur Confitéor,
Aux copains d’abord.

Au moindre coup de Trafalgar,
C’est l’amitié qui prenait le quart,
C’est elle qui leur montrait le nord,
Leur montrait le nord.
Et quand ils étaient en détresse,
Que leur bras lançaient des S.O.S.,
On aurait dit les sémaphores,
Les copains d’abord.

Au rendez-vous des bons copains,
Y’avait pas souvent de lapins,
Quand l’un d’entre eux manquait a bord,
C’est qu’il était mort.
Oui, mais jamais, au grand jamais,
Son trou dans l’eau ne se refermait,
Cent ans après, coquin de sort!
Il manquait encore.

Des bateaux j’en ai pris beaucoup,
Mais le seul qui ait tenu le coup,
Qui n’ai jamais viré de bord,
Mais viré de bord,
Naviguait en père peinard
Sur la grand-mare des canards,
Et s’appelait les Copains d’abord
Les Copains d’abord.

Des bateaux j’en ai pris beaucoup,
Mais le seul qui ait tenu le coup,
Qui n’ai jamais viré de bord,
Mais viré de bord,
Naviguait en père peinard
Sur la grand-mare des canards,
Et s’appelait les Copains d’abord
Les Copains d’abord.
Ne m’appelez plus jamais France, Michel Sardou
Quand je pense à la vieille anglaise
Qu’on appelait le « Queen Mary »,
Echouée si loin de ses falaises
Sur un quai de Californie,
Quand je pense à la vieille anglaise,
J’envie les épaves englouties,
Longs courriers qui cherchaient un rêve
Et n’ont pas revu leur pays.
Ne m’appelez plus jamais « France ».
La France elle m’a laissé tomber.
Ne m’appelez plus jamais « France ».
C’est ma dernière volonté.
J’étais un bateau gigantesque
Capable de croiser mille ans.
J’étais un géant, j’étais presque
Presqu’aussi fort que l’océan.
J’étais un bateau gigantesque.
J’emportais des milliers d’amants.
J’étais la France. Qu’est-ce qu’il en reste ?
Un corps-mort pour des cormorans.
Ne m’appelez plus jamais « France « .
La France elle m’a laissé tomber.
Ne m’appelez plus jamais « France ».
C’est ma dernière volonté.
Quand je pense à la vieille anglaise
Qu’on appelait le « Queen Mary »,
Je ne voudrais pas finir comme elle
Sur un quai de Californie.
Que le plus grand navire de guerre
Ait le courage de me couler,
Le cul tourné à Saint-Nazaire,
Pays breton où je suis né.
Ne m’appelez plus jamais « France ».
La France elle m’a laissé tomber.
Ne m’appelez plus jamais « France ».
C’est ma dernière volonté.

.

Source: http://ripostelaique.com/

La mosquée de Tarare (France), victime d’un incendie. Commentaires d’Outre-France…

Reçu par mail d’un pays frontalier…

FDF

.

« La mosquée de Tarare (France), victime d’un incendie. Cette mosquée située 9 Rue Boucher de Perthes est gérée par l‘Association Cultuelle pour la connaissance de l’islam.

Il s’agirait d’un incendie d’origine criminel dans la mesure où, après des tags, des traces d’essence ont été retrouvées devant la porte d’entrée de la mosquée.

Mais, contrairement au prescrit de la Loi de 1905, la Mairie Socialiste veut reconstruire la Mosquée à neuf ! Elle devra cependant attendre 2012. Car le PS a annoncé son intention de financer massivement la construction de mosquées avec l’argent public en remettant en cause la loi de 1905 qui garanti la laïcité et la séparation de l’Etat avec les religions !

Arguments électoraux directement à l’intention des musulmans…

Mais un PS qui veut construire des mosquées « à tour de bras », c’est quoi ça… 

On est en droit de se demander si le PS ne confond pas « Parti Salafiste » avec « Parti Socialiste »…  Mais en ce cas, muer dans les faits en parti musulman radical, c’est illégal !

Comment le gouvernement français, comment les partis traditionnels, comment les Français pourraient-ils accepter un pareil outrage au Code Civil français et à la démocratie ?

Comment se fait-il que les socialistes français – bouffeurs de curés et rempart oublié de la laïcité –, ne montent-ils pas aux créneaux pour attaquer ces provocations ?

Pourquoi nos bons socialistes « progressistes », après avoir bouffé du curé jusqu’à la nausée, ne goûtent-ils pas à un peu d’imam ?

Il faut progresser, messieurs les « progressistes »…

Les curés d’aujourd’hui sont devenus une espèce en voie de disparition, donc par définition, une espèce à protéger ! Alors que les imams, il en sort de partout ! Ça pullule, comme les rats et les cafards, comme des porcinets dans une porcherie ! Alors, messieurs du PS, à vos fourneaux, à vos couverts, car il y a de l’imam à cuisiner, de l’imam à bouffer …

Allons enfants de la patrie… »

Clin d’oeil au PS…

Désolé, pas pu m’empêcher… Oh, et puis ça change, non?

FDF

.


Lire: H-ritage

Et « ils » veulent faire appliquer la charia en Occident…

Un PPS connu mais « refondu » et mis au goût du jour. Ecoeurant…

FDF

.

Ici: R_voltant___

Merci à C.H…….

Estrosi traité d’islamophobe et de raciste par les musulmans de sa ville…

Et c’est reparti ! Et pourtant: http://fr.novopress.info/66516/fete-de-l%E2%80%99aid-dominique-estrosi-renouvelle-son-soutien-a-la-grande-mosquee/


Les momos de Nice « heurtés » à leur tour. Christian Estrosi sera t’il poursuivi en justice par les sangsues qui pompent la France (Halde, SOS Racisme, MRAP, etc…) ? Attendons pour voir.

FDF

.

Les musulmans de Nice très remontés contre Christian Estrosi

Extrait du communiqué de l’association Al Baraka du 11 juin 2011 :

« Ainsi Monsieur ESTROSI Maire de Nice a décidé d’exercer son droit de préemption dans le seul but d’empêcher l’association musulmane AL BARAKA, d’acquérir les locaux de la salle de prière qu’elle occupe depuis 11 ans. Alors que nous avons signé le compromis de vente avec le propriétaire des lieux il y a deux mois et nous avons rassemblé la somme globale de 161 000 euros pour finaliser l’achat de notre salle de prière.

Ainsi l’histoire se répète avec acharnement, de préemption en préemption, pour empêcher la communauté musulmane d’acquérir sa salle de prière au centre de Nice. (…)L’acte de préemption du Maire de Nice est un acte ISLAMOPHOBE et RACISTE que nous condamnons avec force et que nous allons combattre tant au niveau juridique par la voie d’un recours pour excès de pouvoir devant la juridiction administrative tant qu’au niveau de l’opinion publique.(…)Cette volonté affichée du Maire de Nice d’expulser les musulmans de leur salle de prière met en émoi les fidèles, elle est de nature à porter atteinte à la paix sociale et à l’ordre public. » lire le communiqué intégral

Note: la préemption, loin d’être islamophobe, consisterait selon nos informations à installer un centre culturel musulman lié à la Mairie, un relent colonial et paternaliste que ne supporterait pas l’association Al-Baraka.

Source: http://www.islamisation.fr/