Francaisdefrance's Blog

06/06/2011

Paris. A 15 ans, ils agressent un adulte à coups de marteau au visage !

Là aussi, il faut utiliser les forces armées. Un grand nettoyage s’impose… Des ados agressent au marteau ! Le pronostic vital de la victime est engagé! Mineurs ou pas, il faut un exemple! Y’en y a marre de ces sous-merdes !

INADMISSIBLE !!!

FDF

.

Agression au marteau: 2 ados écroués

Les deux adolescents soupçonnés d’avoir grièvement blessé à coups de marteau dans la nuit de jeudi à vendredi à Paris, un cadre du groupe Barilla et lui avoir volé son portefeuille ont été mis en examen et écroués, indique aujourd’hui une source judiciaire.

Les deux adolescents ont été mis en examen pour tentative d’homicide volontaires, accompagné d’un autre crime, en l’occurence vol avec arme, a précisé la même source, confirmant une information du Parisien. Aucune indication n’a pu être donnée sur l’état de santé de la victime, dont le pronostic vital était « engagé » lorsqu’il a été admis à l’hôpital.

L’homme, un Français âgé de 30 ans et domicilié à Montrouge (Hauts-de-Seine), a été agressé vers 01h00 vendredi par deux jeunes gens qui lui ont dérobé son portefeuille, selon une source policière. Ceux-ci sont présumés l’avoir frappé auparavant « à plusieurs reprises » au visage à coups de marteau dans des circonstances et pour des raisons qui restent à préciser. On ignorait si le cadre avait tenté de résister à ses agresseurs présumés, la source policière précisant qu’il s’agit, selon les tout premiers éléments de l’enquête, d’une « agression crapuleuse » qualifiée en l’état de « sauvage et gratuite ».

Les deux suspects avaient été arrêtés et placés en garde à vue dans les locaux du 2e district de la police judiciaire (DPJ) en charge des investigations. L’un, domicilié dans le XVIIIème arrondissement de la capitale, est âgé de 15 ans et est connu des services de police, selon ceux-ci, pour des vols avec violence. Le second, âgé de 16 ans, vit dans un foyer pour mineurs du XIVème arrondissement de la capitale et est inconnu des services de police, toujours selon ceux-ci.

Source: http://www.lefigaro.fr/

Et encore aux Tarterêts…

Une gamine blessée, ce coup là. On fait quoi? N’est il pas grand temps d’envoyer la troupe, non ? Vous allez voir que la populace du coin va essayer de mettre la faute sur la police… Et de stigmatiser, de chialer, de « dénoncer », de faire encore monter leur haine envers les forces de l’ordre, etc…

FDF

.

Essonne: fillette blessée dans des heurts.

Une fillette de neuf ans a été grièvement blessée à la tête hier soir, lors d’affrontements entre la police et une trentaine de jeunes du quartier sensible des Tarterêts, à Corbeil-Essonnes (Essonne). L’enfant, atteinte par un projectile non-identifié, a été confiée aux pompiers avant d’être transportée à l’hôpital Necker, à Paris, inconsciente, mais dans un état stable, a affirmé une source policière.

La fillette se trouvait au pied de son immeuble lorsque les échauffourées ont éclaté, vers 19h50, a expliqué une source policière, confirmant une information du Parisien. Les pompiers intervenaient sur l’incendie de deux véhicules. Les policiers, présents pour sécuriser l’intervention des soldats du feu, ont été aussitôt pris à partie par une trentaine d’assaillants qui ont lancé des pierres et des bouteilles dans leur direction, a précisé cette même source.

Les forces de l’ordre ont répliqué par plusieurs tirs de pistolets lanceurs de balles de défense et de grenades lacrymogènes.  « C’était un guet-apens », a précisé une autre source policière.

Dans la confusion, un habitant du quartier a amené aux policiers la fillette qui était déjà blessée. Elle présentait une plaie « saignante » au niveau de la tempe. Selon la police, tout semble dire que la fillette a reçu une pierre au visage. « Les parents ont indiqué aux policiers présents sur place que leur enfant avait été blessée par une pierre à la tête, mais je ne sais pas encore si c’est ce que les parents ont vu ou si c’est une déduction qu’ils ont faite », a indiqué à l’AFP Jean-Claude Borel Garin, le Directeur départemental de la sécurité publique (DDSP). « La réponse première des habitants, c’est de dire que c’est la police », a pour sa part déclaré à l’AFP un responsable de la mairie de Corbeil-Essonnes, qui a préféré conserver l’anonymat.

Enquête administrative ouverte

Les forces de l’ordre étaient positionnées à quarante mètres des assaillants…

Suite et source: http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/06/06/97001-20110606FILWWW00488-corbeil-essonnesheurts-fillette-blessee.php

A Pau, on apprécie la « diversité » et les « sans-papiers »…

Heureusement pour lui qu’il n’a pas empoigné son fusil de chasse (rappelez vous l’affaire Gallinier…).

Sans papiers, fugueuses, clandestines et voleuses, il y en assez pour un retour simple au pays, non?

FDF

.

Pau: il se retrouve nez à nez avec les voleuses de son domicile

En rentrant chez lui, un Palois s’est retrouvé nez à nez avec deux jeunes filles Croates qui venaient de fracturer sa porte.

Mauvaise surprise pour un habitant du centre-ville de Pau, vendredi, vers 16 heures: alors qu’il rentre chez lui, il croise deux jeunes filles qui… sortent de son domicile. Il réussit à en intercepter une. Un voisin appelé à la rescousse retient la seconde. La police est appelée sur place et embarque les deux visiteuses, placées en garde à vue au commissariat.

Les deux jeunes filles expliquent aux enquêteurs qu’elles sont mineures (précisant être âgées de 12 et 15 ans), Croates sans domicile fixe ni papiers, et qu’elles ne parlent pas français… Alors même qu’elles avaient employé la langue de Molière pour rétorquer à leur victime. Difficile de démêler le vrai du faux.

Deux tentatives de vol et un vol aggravé (en réunion et par effraction) étaient donc reprochés aux deux jeunes jeunes filles. Le parquet a ordonné leur placement en foyer vendredi soir, à l’issue de leur garde à vue au commissariat. Seulement de passage à Pau, elles n’ont pas tardé à fuguer.

Source: http://www.larepubliquedespyrenees.fr/

Les « casques bleus » à Sevran ? et bientôt dans toute la France !

Reçu par mail…

FDF

.


On demande l’armée à Sevran ! Elle serait donc plus apte à rétablir l’ordre que police et gendarmerie. Si armée il y a c’est donc que nous sommes en situation de guerre : une guerre intérieure mais une guerre.
Le Maire de la localité, Stéphane Gatignon en a assez du climat d’insécurité qui règne à cause d’une rivalité sanglante des gangs. Des balles perdues traversent les salles de classe, les récréations sont émaillées d’incidents : les coups de feu claquent aux oreilles des enfants. Il dénonce l’installation d’une mafia née de la drogue et du trafic de cannabis en lutte d’influence pour la possession des territoires. « C’est Chicago. Il y a eu des tirs samedi, des tirs lundi, des tirs mercredi. La situation ne peut plus durer comme ça » déclare Gatignon.

Nicolas Comte (secrétaire général du syndicat SGP Unité police FO ) confie au Nouvel Observateur voir dans la proposition de Stéphane Gatignon « un vrai cri d’alarme par rapport à une situation plus que préoccupante ». Il pense aussi que faire appel à l’armée n’est pas la solution, mais reconnaît que, « sur place la situation est intolérable » et que « les policiers ne sont pas assez nombreux. » Quelle solution à ses yeux ? « La police nationale doit occuper le terrain de façon permanente. » La guerre vous dit-on !

Claude Guéant fait bien sûr le déplacement pour affirmer sa fermeté : « Dans un État démocratique, c’est à la police républicaine, sous le contrôle de la justice, de rétablir la sécurité. (…) Ce n’est pas possible que l’on tire des coups de feu dans la rue, que l’on prenne une population et une école en otage »
Qui dit armée et guerre suppose des moyens extraordinaires, inhabituels, et en « guerre » l’erreur de jugement est possible, la bavure comme il est banal de dire. Entendez-vous par anticipation le délire qui ne manquerait pas d’envahir les colonnes des journaux et les « clips » des télés si un « tir » inapproprié venait à se produire ? Des cortèges pleins de fleurs pour les pauvres victimes innocentes d’une terrible méprise. Nous toucherions une fois de plus cette extraordinaire contradiction cultivée par les tenants de l’ordre en face des « scories » de ce même ordre. Il ne peut y avoir d’ordre sans fermeté, sans rudesse parfois et souvent sans injustes conséquences.
C’est alors que le maire de Sevran, et d’autres prennent le problème sous une autre formulation. Puisqu’il apparaît difficile voire impossible de rétablir le plein exercice de la Loi Républicaine, supprimons la cause de l’infraction, la pénalisation du trafic en légalisant le cannabis …
Mais OUI, mais c’est BIEN SÛR … Rappelez-vous la prohibition aux States etc. J’en passe et des meilleurs.
Ils oublient simplement une toute petite chose, lorsque le cannabis sera légalisé et vendu au bureau de tabac avec encaissement d’une taxe par l’Etat, les gangs et mafias se reconvertiront avec une rapidité fulgurante dans la distribution frelatée (pour conserver des prix attractifs) de drogues un peu plus dures et les balles continueront de siffler à Sevran et ailleurs.

Un petit rappel: ignominie

Cadeau empoisonné de la part de l’Elysée…

 Dans le genre: « ça t’occupe et ça nous soulage »…

FDF

.

Dominique Baudis, bientôt Défenseur des droits ?

Dominique Baudis
Dominique Baudis DDM

Le président de la République, Nicolas Sarkozy, envisagerait de nommer Dominique Baudis au poste de Défenseur des droits, un nouveau poste, créé par le chef de l’État, qui cumule plusieurs fonctions relatives aux libertés fondamentales.

L’ancien maire de Toulouse, âgé de 64 ans, deviendrait le premier titulaire du poste, déjà très critiqué à cause de son manque d’indépendance et de moyens. Les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat ont été saisis de ce projet de nomination, précise un communiqué de l’Élysée.

Baudis plutôt que Lang

Dominique Baudis s’est engagé en politique dans les années 1980 sous l’étiquette centriste. Il a été élu en 1983 maire de la Ville rose, un mandat déjà occupé par son père et où il est resté jusqu’en 2000.

Il a été ensuite président du Conseil supérieur de l’audiovisuel (2001-2007) et de l’Institut du monde arabe (2007-2009). En 2009, il a repris la politique et s’est fait élire au Parlement européen sous l’étiquette UMP.

Le socialiste Jack Lang avait été cité pour le poste mais, selon les médias français, ses déclarations sur l’affaire de tentative de viol présumée imputée à Dominique Strauss-Kahn l’ont disqualifié aux yeux de l’Elysée.

L’ancien ministre de la Culture avait critiqué le placement en détention de « DSK » en estimant qu’il n’y avait « pas mort d’homme ».

Source: http://www.ladepeche.fr/

Un CRS de Grigny : «Ils veulent se faire un flic» !

Un sacré nettoyage à faire, dans ces quartiers. Et sans vergogne… Beaucoup de « vrais » Français en rêvent.

FDF

.

SOS ! SOS ! A L’HALDE ! A L’HALDE !

Sos ! Y  en a li racisme et y en pas li cra oula li cran bor vinir à not’ socor !  bor la joustice faut criyir à l’Halde !!!

C’est juste rigolo. Rigolo et salaud.

Après l’article publié dans Marianne (qui n’a pas besoin de dessin supplémentaire), c’est le commentaire écrit par un lecteur que nous trouvons excellent.

SOS ! SOS ! A L�HALDE ! A L�HALDE !

Le climat ne s’améliore pas dans les banlieues. Après les affrontements de la Grande Borne, certains jeunes de Grigny annoncent sur les murs de la ville leurs intentions d’en découdre. Comme en 2005 ?

A Grigny (Essonne), dans le sud de la capitale, certains rêvent de se faire des CRS. A la Grande Borne, dans la nuit du mercredi 1er juin, ils ont accueilli une section de la CRS 26 avec des cocktails Molotov. Quatre blessés légers sont signalés dans les rangs, mais le plus grave est ailleurs. Ce sont ces mots inscrits sur un mur, visiblement pour accueillir les CRS, qui décrivent le mieux l’ambiance dans le quartier : « Bienvenue en enfer. On va fumé 1 keuf c’est bientôt l’aïd » (photo).

Nous aurions pu décider d’occulter cette image dont le contenu fait inévitablement le jeu des extrêmes. Nous la diffusons parce que l’occultation, en ce domaine, a montré ses limites. Les émeutes qui secouèrent les quartiers « sensibles » devaient déboucher sur un autre monde, où ces territoires auraient de nouveau leur place dans la République, Nicolas Sarkozy s’y était engagé. Cinq ans plus tard, la situation ne cesse au contraire de se dégrader.

« Cela démontre les difficultés auxquelles sont confrontés les collègues et le sang froid dont ils doivent faire preuve, observe Nicolas Comte, secrétaire général du syndicat Unité SGP Police (majoritaire). Cela nous rappelle aussi que tout peut basculer à tout moment ». « Ils veulent se faire un flic », ajoute un fonctionnaire sur le terrain, qui souhaite que les CRS ne se déplacent plus à moins d’une trentaine de personnes –loin de la fameuse patrouille à deux rêvée par le ministre de l’Intérieur Claude Guéant.
Renouer les fils entre cette jeunesse là et la police ne sera pas une mince affaire.

Commentaire du lecteur, attaché à l’article (pas le lecteur, le commentaire !)

24.Posté par Kder le 02/06/2011 23:16

[ Diffuser une telle image est un acte islamophobe. Mais que fait la HALDE ? Ce journal, Marianne, se livre à des insinuations sordides qui ne sont pas sans rappeler les pires heures de notre histoire.
Il est nécessaire de rappeler aux « journalistes » de Marianne que l’Islam est une religion de paix et d’amour, présente sur le continent européen depuis trois mille ans. En dénigrant l’aïd, au mépris de tout esprit de tolérance, « Marianne », non content de faire le jeu de l’extrême-droite la plus nauséabonde, contrevient aux lois républicaines prévenant le racisme et l’islamophobie et se rend ce faisant coupable de collusion avec la bête immonde. Il est nécessaire d’appeler la HALDE, le CRAN, SOS racisme, la LICRA à prendre leur responsabilités et a trainer « Marianne » en justice pour la publication injustifiable de cette photographie. ]

Amen !

Source: http://echodupays.kazeo.com/

Brocante politique à l’UMP: on brade les cartes d’adhésion !

C’est vraiment minable, ce genre de propagande électorale. C’est l’UMP au pouvoir qui nous a laissé atteindre (pour beaucoup) le seuil de pauvreté et qui maintenant organise un vide-greniers pour faire des adhésions. Je ne crois pas que l’on ai déjà vu ça en France. Quelle bassesse !

Marine 2012, vite !

FDF

.

10 euros l’adhésion à l’UMP, qui dit mieux ?

L’UMP, par la voix de Jean François Copé, vient d’annoncer la baisse du prix de ses adhésions, qui passent de 25 à 10 euros. Et pour ce prix-là, les « parrains » se verront gratifiés d’une rencontre avec ce même Jean- François Copé et d’un certificat signé de sa main. La droite gouvernementale passe donc, à moins d’un an des présidentielles, à l’offensive pour ravitailler ses rangs de citoyens prêts à être accueillis comme des stars.
La situation a donc l’air d’être grave pour l’UMP et en même temps, la mesure prise est à la hauteur de la marchandise qu’il reste dans la boutique, c’est-à-dire, plus grand-chose de nouveau, sans compter les toiles d’araignée qui peuplent les étagères garnies d’idées datant de 2007 et qui ne trouvent plus acheteurs.Malgré les agitations de cette formation politique pour renouveler son stock idéologique et qui n’hésite pas, pour y parvenir, à piller qui elle peut et en particulier sur sa droite, les adhérents n’ont pas l’air de se bousculer pour faire partie de la tribu Sarkozyste. Et bien alors, l’UMP serait-elle en rupture de stock d’humains, de citoyens buveurs de discours avec digestion lente ? C’est à se le demander car pour en arriver à casser les prix jusqu’à plus de 50%, c’est, comme dirait l’autre, « qu’il y a anguille sous roche ».Par ailleurs, il fut un temps où le PS s’était crêpé le chignon (encore une fois) pour une histoire à 20 euros. Vous vous souvenez ? Ségolène pensait aux pauvres tout en criant :
« Ouvrez les fenêtres, les portes, la cave, le grenier et faites entrer le peuple ! »

tandis qu’à Solférino, on redoutait la vague par crainte de voir les caisses se remplir moins vite, et de l’autre côté, les urnes, en période d’élection interne, se bourrer d’un peu de trop bulletins qui pourraient déstabiliser les patrons en place !Le PS vient donc de se faire détrôner dans son commerce militant (certes accouchées dans la douleur et au forceps) dans une ambiance politique où tout est prétexte à concours : l’immigration, l’islam, les pauvres, la laïcité, le sexe même et maintenant, le prix des adhésions !« Allons-y donc citoyens pour 10 euros à l’UMP, qui dit mieux ? » pourrait-on s’imaginer un Copé nous criant cela derrière son étalage !Et le FN ?
C’est sûrement gratuit chez eux, vu qu’ils prennent tous ceux qui cauchemardent à la vue d’un Noir, d’un Arabe ou d’une cité, même s’ils ne les voient que derrière un écran télé. Ou bien, ils ont des adhérents qui paient pour l’espoir d’une France « pure et blanche » promise par leur Cheftaine ! (L’adhésion « classique » est de 50€ au FN, ndlr).(FDF: discrimination politique…)Et au Front de Gauche, c’est combien ?
Eux, ils doivent payer leurs adhérents non ? Car avec un chef qui crie sur tous ceux qui ont plus d’un euro en poche, on l’imagine mal faire payer l’entrée de son officine !Et chez Europe écologie, les verts ?
De ce côté-ci de la galaxie politique, circulez, il y a intérêt à payer pour être certain d’entrer chez les « faux pauvres », enfin, entre « bobos déguisés en smicards ». Parce que chez les verts, on n’a pas besoin d’être beaucoup, mais juste assez pour être une force d’appoint ! et étant donné qu’ils rackettent au PS les mandats, que d’ailleurs les décideurs socialistes, (ou si vous préférez « les autorisés ») pillent aux militants, la question du prix de l’adhésion est donc secondaire. (C’est 10€ aussi chez EELV, ndlr).Quant aux partis du Centre, laissons leur le temps d’organiser leur entreprise en trouvant son PDG, son gérant, ses commerciaux  ; ils auront bien le temps de trouver des clients après 2012. (Chez le MoDem, c’est à partir de 20€, ndlr).Alors, en ces temps de brocantes électorales, où certains vident les greniers, d’autres pillent des caves, tout cela sur fond de grosses soldes du tarif des entrées, il est fortement conseillé aux marchands politiques de faire attention aux chineurs, parce qu’en ces temps de crise, la tentation est grande de chiner les prix…
Et que ce soient ceux des adhésions ou des idées, c’est ambiance brocante politique nationale !

Source: Le Post

À partir de 15h (GMT +2), suivez en direct la spéciale consacrée à l’audience de Dominique Strauss-Kahn sur l’antenne de FRANCE 24.

On va enfin pouvoir constater l’efficacité et la valeur de la justice américaine…

FDF

.

Audience cruciale pour la défense de Dominique Strauss-Kahn…

Dominique Strauss-Kahn doit comparaître ce lundi devant le tribunal pénal de Manhattan. Inculpé notamment pour agression sexuelle et tentative de viol, l’ancien directeur général du FMI a toujours nié les faits qui lui sont reprochés.
Par France 2 (vidéo)
FRANCE 24 (texte)


La saga qui tient le monde politique international en haleine depuis presque trois semaines se poursuit ce lundi avec un nouveau chapitre : l’homme politique français Dominique Strauss-Kahn doit faire savoir au tribunal pénal de Manhattan s’il plaide coupable ou non coupable dans cette affaire où il est notamment accusé d’agression sexuelle et de tentative de viol contre une femme de chambre d’un hôtel de New York. Au total, sept chefs d’inculpation pèsent contre lui…

Suite et source: http://www.france24.com/fr/20110604-dsk-strauss-kahn-etats-unis-affaire-crime-sexuel-tentative-viol-agression-sexuelle-defense-non-coupable?no-cache=1#

L’action de la France au Rwanda: que s’est il passé réellement ?

Lu sur: http://www.medias-france-libre.fr/

Mais quand est-ce que la France va se mêler de SES affaires? Il n’y a pas assez de « boulot », chez nous?

FDF

.

Le Général Didier Tauzin a commandé de 1992 à 1994 le 1er RPIMA, le très prestigieux Premier régiment de parachutistes d’infanterie de marine. À ce titre, il a été, durant cette période, envoyé à plusieurs reprises au Rwanda pour encadrer et former l’armée rwandaise. Depuis, l’action de la France au Rwanda a été mise en cause par la presse, mais aussi très officiellement par le président rwandais, Paul Kagamé, qui l’accuse d’avoir été complice du génocide et d’avoir contribué à « former » les génocidaires. En l’absence de réaction des autorités politiques françaises face à ces accusations gravissimes et répétées, il vient de publier Rwanda, je demande justice pour la France et ses soldats

Le général Didier Tauzin sur l’action de la… par webtele-libre

rwanda-rpima.jpg
Muriel Gremillet : Pourquoi avoir écrit ce livre maintenant, si longtemps après les faits ?
Pour deux raisons : tout d’abord, depuis 1994, on continue à accuser très régulièrement la France et son armée d’avoir participé au génocide rwandais. C’est notamment ce qu’affirme le rapport Mucyo commandé par les autorités de Kigali : à lire ce texte, nous nous serions comportés au Rwanda comme les Waffen SS à Oradour sur Glane. Or, à l’heure actuelle, personne, en France, n’a réagi officiellement. Pourtant, en octobre 2008, Jean-David Levitte, le conseiller diplomatique du président de la République, nous avait promis d’intervenir. Jusqu’à quand les autorités françaises vont-elles laisser ainsi Paul Kagamé cracher sur la France et son armée ainsi ? Nous demandons donc au chef de l’Etat de faire rétablir la vérité. La seconde raison est encore plus simple : nous avons aussi perdu des hommes au Rwanda, j’ai un sous-officier blessé aux Invalides. On finit par se demander quel sens cela a eu.
MG : En 1993, le gouvernement Balladur opère un virage à 180 degrés de notre politique au Rwanda. Pourquoi le regrettez-vous ?
Je crois qu’avec un peu de constance, nous aurions pu éviter des millions de morts sur place. Notre politique a changé au plus mauvais moment et avec trop de légèreté. Les accords d’Arusha (en août 1993) qui devaient pacifier la région en partageant le pouvoir entre Hutus et Tutsis n’ont fait que légitimer officiellement l’intrusion des milices FPR dans le pays. D’ailleurs, le FPR les a violés immédiatement. Mais jamais Paul Kagamé et le FPR1 n’auraient pu gagner la guerre si nous étions restés sur place pour épauler l’armée rwandaise, avec laquelle nous avions des accords de coopération militaire : si le cessez-le-feu n’avait pas eu lieu, les troupes du FPR auraient été repoussées en Ouganda. Mais lorsqu’Edouard Balladur a succédé à Pierre Bérégovoy, notre diplomatie s’est focalisée sur l’Europe centrale au détriment de notre politique africaine. De plus, au-delà de la situation sur le terrain, le FPR a mené et gagné une formidable guerre psychologique à l’intention de l’opinion internationale. La désinformation en temps de guerre est vieille comme le monde, mais l’ampleur qu’elle a atteint autour du Rwanda dépasse l’entendement. Certains journalistes ont systématiquement relayé, consciemment ou non la propagande du FPR, certaines ONG aussi. Certains Etats se sont impliqués, discrètement, mais directement, dans le conflit. C’est ce que montre Pierre Péan, dans Carnages2, où il prouve que les Américains et les Anglais étaient à l’œuvre auprès du FPR dès le tout début des années 90.
Trois mois après l’attentat contre l’avion du président Habyarimana le 7 avril 1994, qui a déclenché le génocide, la France, à la demande de la Communauté internationale, déclenchait l’opération Turquoise. Cette opération a été mise en cause à plusieurs reprises. Nous avons été envoyés sur place trop tardivement. Les tueries étaient pratiquement terminées, et Kagamé finissait de conquérir le Rwanda. Non seulement nous n’aurions jamais permis -et encore moins perpétré !- de tels massacres, mais nous n’étions pas sur place quand ils ont eu lieu ! Une enquête sérieuse et honnête nous laverait de tout soupçon. Je tiens à la disposition des chercheurs de très nombreux témoignages de Tutsis, qui remercient la France et son armée de leur avoir sauvé la vie. De la même façon, je ne peux admettre qu’on laisse croire que les Français soient responsables de l’attentat contre l’avion présidentiel en 1994. Je ne cesserai jamais de le dire : nous ne sommes ni coupables, ni complices de ce génocide.

MG : Au-delà du cas rwandais, vous dénoncez la légèreté des décisions politiques qui, selon vous, sont coûteuses en vies sur le terrain. Comment réagissez-vous aux opérations menées en Côte d’Ivoire et en Libye ?

Je ne me prononcerai pas sur l’opportunité de ces opérations. Nous avons des compatriotes sur place, au sol et dans les airs et je respecte leur engagement. Néanmoins, ces deux exemples attestent malheureusement du fait que la France n’a plus de politique étrangère. Dans l’affaire libyenne, nous recevons un dirigeant en grande pompe, puis nous décidons d’apporter notre concours à ses opposants insurgés dans une guerre d’essence tribale –des insurgés dont il se peut que nous ayons beaucoup à dire dans les mois à venir. À cette occasion, on a accordé à Bernard-Henri Levy –qui est sans doute un homme remarquable- le statut de chef de guerre français en Libye. Personnellement, je ne suis pas persuadé qu’il soit le mieux placé pour connaître le terrain…

MG : BHL n’est pour rien dans l’affaire ivoirienne…

En Côte d’Ivoire, les choses sont encore différentes. Je connais bien ce pays, j’ai travaillé auprès du président Houphouët-Boigny. De l’Indépendance jusqu’aux années 2000, la coopération militaire française n’a eu pour d’autre effet que d’aider ce pays à exister en assurant la paix civile et le développement économique, et donc en stabilisant la ligne de partage entre le Nord et le Sud. En soutenant le nouveau chef d’Etat, Alassane Ouattara, nous avons, de fait, aidé les Musulmans du Nord à achever leur conquête du Sud. Là-bas, comme ailleurs en Afrique, on abandonne du jour au lendemain des pays avec lesquels nous avions des accords de coopération et ensuite on s’étonne que ces pays basculent dans le chaos.
MG : Ne craignez-vous pas un procès en néocolonialisme ?
Je ne crains rien, j’ai l’habitude : c’est une critique classique qui illustre un complexe français classique. Beaucoup de contempteurs de la « Françafrique » préfèrent en rester à leurs idées toutes faites. Alors, quand il s’agit de commenter la situation en Côte d’Ivoire ou en Libye on réagit par l’émotion, on ne se soucie plus de politique. Pour Kadhafi, les choses sont simples, ce dictateur est un tel repoussoir qu’on n’instruit qu’assez rarement le procès de la France. Concernant la Côte d’Ivoire, chacun sait que Gbagbo n’est pas vraiment une sorte de Kadhafi. Alors, on attaque l’intervention par un autre biais, celui du néocolonialisme. Et puis la grille d’analyse médiatique se détermine aussi en fonction des querelles franco-françaises. De fait, le PS penchait pour Gbagbo et l’UMP pour Ouattara : voilà à quoi nous en sommes réduits en matière de politique étrangère ! Aujourd’hui toute action politique est, au mieux, définie à un horizon de cinq ans. Avec une vue aussi courte, il n’est pas étonnant que nous ayons perdu toute influence en Afrique.
Propos recueilli par Muriel Gremillet
Didier Tauzin
Jacob Duvernet
1Le Front Patriotique Rwandais, aujourd’hui parti politique au pouvoir à Kigali, créé en Ouganda, en 1987-1988 par les exilés tutsis. Parti majoritaire depuis le génocide, le FPR s’est coalisé avec d’autres partis pour former les gouvernements depuis le 19 juillet 1994
2Carnages, les guerres secrètes des grandes puissances en Afrique, Pierre Péan, Fayard, 2011

Une femme d’affaires italienne reconnaît avoir reçu une série de SMS « graveleux » d’un certain… Dominique Strauss-Kahn.

Ouhais… Des SMS, ça laisse des traces… Je veux bien reconnaître que DSK est poursuivi (en plus de ses ennuis avec la justice)  par une réputation peu flatteuse pour un haut responsable financier mais là…

FDF

.

Isabella Lenarduzzi, une femme d’entreprise italienne, assure avoir été contactée à plusieurs reprises par l’ancien patron du FMI, selon «Le Soir» de samedi.

Dans une interview accordée au quotidien belge Le Soir, Isabella Lenarduzzi, une spécialiste de la communication et femme chef d’entreprise, évoque le milieu professionnel dans lequel elle évolue. Organisatrice d’événements depuis vingt ans, l’Italienne a rencontré une multitude d’hommes de pouvoir, avec tous un point commun: un machisme assumé.

Et ce, que ce soit par des réflexions ou «des remarques à connotations sexuelles comme « tu sais bien que nous ne sommes pas contre les femmes, nous sommes tout contre elles ». Et c’est encore la plus douce!» Des comportements qui peuvent mener jusqu’à des comportements proches de la «violence sexuelle», précise Isabella Lenarduzzi. Résultat: des propositions déplacées, parfois exprimées oralement. Et dans ce domaine, certains hommes de pouvoir détiennent la palme. «Les pires, ce sont les milieux politiques et académiques, comme s’il y avait là une forme d’omerta.»

DSK plaidera-t-il coupable ou non coupable?

Et la femme d’affaires italienne reconnaît par exemple avoir reçu une série de SMS d’un certain… Dominique Strauss-Kahn. «C’était une vraie forme de harcèlement avec des SMS vraiment graveleux. Au bout de quelques semaines sans réponses, il a arrêté. Mais cela prouve à quel point il devait être obnubilé par ses pulsions… Cela ne prouve pas qu’il soit coupable, bien sûr, mais il a un environnement de culpabilité.»

À noter que Dominique Strauss-Kahn doit se présenter ce lundi devant le tribunal de New York pour plaider coupable ou non coupable des sept chefs d’inculpation retenus contre lui, dont viol et d’agression sexuelle. S’il plaide coupable, la procédure s’arrête et la défense négocie avec l’accusation l’allègement des charges et de la peine. S’il plaide non coupable, ce qui semble être le plus probable au vu des déclarations de ses avocats et par lui-même dans sa lettre de démission du FMI-, un procès sera programmé, à une date encore inconnue.

Source: http://www.lessentiel.lu/fr/

À Oslo, tous les viols sont commis par des non-Occidentaux…

Tiens, quelle coïncidence ?

On raconte ça en France et c’est toute la fronde du racisme anti-blanc qui vous tombe dessus. Et pourtant, Dieu sait si nous sommes confrontés au même problème…

FDF

.

Regardez cette vidéo: http://www.youtube.com/watch?v=uD8jrvf5-HM&feature=player_embedded

Obama est musulman…

C’est du moins ce que l’on peut en déduire en visionnant la vidéo ci-dessous…

FDF

.

Voir: http://www.youtube.com/watch?v=DeanY-vuGOE&feature=player_embedded

L’islam de France se divise. C’est le moment d’en profiter…

Ils se divisent? Et bien, on va reconquérir… Belle opportunité.

FDF

.

L’islam de France plus divisé que jamais

Près de 5 000 délégués sont appelés aujourd’hui à voter pour élire leurs représentants au Conseil français du culte musulman. Dans quinze jours, cette instance en crise aura un nouveau président.

Jean-Pierre Chevènement en avait rêvé, Nicolas Sarkozy s’est targué de l’avoir mis en place. Mais aujourd’hui, la machine est enrayée. En portant sur les fonds baptismaux le Conseil français du culte musulman (CFCM) en 2003, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, espérait faire de cette instance l’incarnation d’un nouvel islam de France, qui aurait été l’interlocuteur unique des fidèles musulmans avec les pouvoirs publics.

Mais après huit années d’existence, et alors que les élections de ses représentants se tiennent aujourd’hui avant la désignation de leur président le 19 juin, le CFCM traverse une crise sans précédent. Elle met à jour les tensions entre les divers mouvements de l’islam en France. Elles sont telles que deux d’entre eux appellent à boycotter le scrutin. Cela risque de réduire le CFCM à ce que beaucoup redoutent qu’il ne soit déjà : une coquille vide.

Des mouvances plus désunies que jamais. En France, les principaux courants de l’islam demeurent marqués par l’influence qu’ont sur eux différents pays étrangers. Proche de l’Algérie, la Fédération nationale de la Grande Mosquée de Paris (FNGMP) bénéficie d’un véritable rayonnement historique derrière son leader, Dalil Boubakeur, mais souffre d’un manque de relais en régions. Au contraire, le Rassemblement des musulmans de France (RMF), proche du Maroc, a déjà pu compter sur la mobilisation de ses troupes, puisque c’est l’un de ses dirigeants, Mohammed Moussaoui, qui dirige actuellement le CFCM.
Les musulmans turcs sont également représentés, au sein du Comité de coordination des musulmans turcs de France. Enfin, l’UOIF (Union des organisations islamistes de France), proche des Frères musulmans, n’a jamais vu d’un bon œil la création d’une instance supérieure, qu’elle soupçonne de trop frayer avec le pouvoir politique.

Un mode de représentativité critiqué. Pour définir les critères d’élection des représentants du CFCM, il a été décidé, lors de sa création, de se fonder sur la superficie des lieux de culte. Plus l’édifice est grand, plus ses fidèles désignent de délégués (près de 5000 personnes votent aujourd’hui, représentant plus de 1000 lieux de culte). Un critère a priori objectif, mais qui ne passe pas auprès de tout le monde. Ainsi, comme en 2008, Dalil Boubakeur et les siens, outrés par « l’iniquité, l’injustice, et le manque de représentativité des critères retenus », ont décidé de boycotter les élections du CFCM, tout comme l’UOIF. Soit deux des plus grands mouvements de France!

Des dossiers qui avancent peu. Charte nationale de la certification halal, formation des imams en France, Fondation pour les œuvres de l’islam en France, censée certifier les fonds nécessaires à la construction de mosquées : autant de projets loin d’être aboutis pour le CFCM. Son équipe sortante — qui a toutes les chances d’être réélue, faute de challenger — souligne, elle, son bilan « honorable », en mettant notamment à son crédit l’augmentation des carrés musulmans dans les cimetières, la mise en place d’un suivi des actes antimusulmans et le développement du dialogue avec les instances des autres religions de France.

Source: http://www.leparisien.fr/

Nico et Ray: de bons potes…

A force de trop regarder les experts et Cie…

FDF

.

Affaire DSK : Nicolas Sarkozy très proche du chef du NYPD, cette police soupçonnée de connivence avec les tabloïds américains.

Des liens très étroits unissent Nicolas Sarkozy et le commissaire qui dirige la police de New-York, Raymond Kelly. Ce dernier très populaire dans cette ville, est à ce poste depuis très longtemps ce qui lui a permis de tisser des liens très solides avec ses homologues français.Le site du Nouvel Obs, nous révèle que que celui qu’on appelle « Ray » Kelly est à la tête du célèbre NYPD depuis janvier 2002, nommé par le maire Michael Bloomberg. Cette nomination se situe quelques mois après les attentats du 11 septembre, ce qui l’a incité à créer un service spécialisé dans la lutte antiterroriste au sein du NYPD. Cette décision découle de l’estimation qu’il a, comme beaucoup d’américains, que le gouvernement fédéral et le FBI ont failli à leur mission de protéger le pays contre le terrorisme international.Selon Le Nouvel Obs, il choisit comme consultant en matière de terrorisme, le criminologue Alain Bauer qui est à l’époque le conseiller en matière de sécurité de Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur. De ce fait, Ray et Nicolas deviennent très proches. Raymond Kelly a une autre attache avec la France, il a pour ami Émile Pérez un ancien attaché de la police française pour les États-Unis de 1997 à 2001, poste basé à Washington. Ce dernier est actuellement chef de la Direction de la Coopération Internationale(DCI) au ministère de l’Intérieur.Le ministre de l’intérieur Nicolas Sarkozy très admiratif de la police de « Big Apple » qui a pour concept la « tolérance zéro », a décoré en 2006 de la légion d’honneur son chef Raymond Kelly, lors d’une cérémonie au consulat de France à New-York.Tout cela serait anodin, si des soupçons très forts de fuites émanant des services de la police new-yorkaise vers les tabloïds américains circulaient au préjudice de l’ancien patron du Fonds monétaire international. Des fuites qui selon Me Brafman et Me Taylor, les avocats de Dominique Strauss Kahn, pourraient influencer des jurés potentiels qui sont abreuvés quotidiennement de ces informations.Dans une lettre adressée fin mai au procureur de New York, Cyrus Vance, les avocats mentionnent notamment un article du New York Times, qui en se référant à une source « informée de l’affaire », raconte dans les détails ce qui se serait passé dans la suite de l’hôtel Sofitel occupée par DSK le 14 mai dernier.

La lettre évoque aussi d’autres fuites qui faisaient état de résultats des analyses ADN des prélèvements faits sur la femme de chambre victime présumée ainsi que dans la chambre d’hôtel et qui ont été comparés aux prélèvement fait sur DSK.

Mais toujours selon Nouvel Obs, le très « francophile » chef de la police de  New York, Raymond Kelly, a déclaré que le témoignage de la femme de chambre était « crédible ». Une prise de position qui peut faire soupçonner les policiers du NYPD et leur chef de partialité et de les suspecter d’être les « gorges profondes » des journalistes. Une suspicion qui a fait dire à Raymond Kelly : « j’espère que ce n’est pas le cas ! »

Cependant les avocats de Dominique Strauss Kahn ont annoncé qu’ils comptaient faire état de cette dérive lors de l’audience de lundi 6 juin devant le juge Michael Obus.

Mais il faut également se poser la question sur la promiscuité des proches de Nicolas Sarkozy avec le procureur Cyrus Vance. Le site du journal Le Point, nous révèle que Jean-Claude Marin, le procureur de Paris ami du président, s’est entretenu pendant trois quarts d’heure avec  le procureur new-yorkais qui dirige l’enquête sur l’affaire de DSK, et cela le 16 mai, soit deux jours après l’arrestation de l’ex-directeur du FMI.

Que se sont-ils dit ? Selon le haut magistrat français, l’affaire DSK n’aurait pas été évoquée, et nie avoir transmis aux autorités françaises des éléments du dossier. Mais on est dans l’incapacité de vérifier sa version des faits. Et on peut se demander si l’Élysée n’a pas été informé dans ses moindres détails de cette affaire, tout de suite après l’arrestation de DSK, ce qui peut-être très embarrassant pour le chef de l’État.

Source: Le Post- http://www.lepost.fr/article/2011/06/05/2514920_affaire-dsk-nicolas-sarkozy-tres-proche-du-chef-du-nypd-cette-police-soupconnee-de-connivence-avec-les-tabloids-americains.html