Francaisdefrance's Blog

08/05/2011

LE LOBBY PRO-IMMIGRATIONNISTE ET SES CONSÉQUENCES…

Excellent article pillé à José Castano…
FDF
.

« Ce que je ne parviens pas à comprendre et qui me plonge dans  un abîme de perplexité navrée, c’est pourquoi et comment tant de Français avertis et tant d’hommes politiques français concourent sciemment, méthodiquement, je n’ose dire cyniquement, à l’immolation d’une certaine France sur l’autel de l’humanisme utopique exacerbé »  (Jean Raspail) 

Il ne se passe pas un jour où l’actualité (pourtant assez réservée dans ce domaine) ne dévoile son lot de violence dans les rues, les cités, les écoles, les transports publics, les manifestations syndicales… Force est de constater (les associations « antiracistes » vont s’étrangler) qu’elles ont pour principaux acteurs des « jeunes » issus de l’immigration maghrébo-africaine. Cette violence, cette haine à l’égard de la France, de son hymne, de ses couleurs, s’exprime-t-elle par souci de manifester un ressentiment face à une situation inextricable de rejet ? Bien sûr que non ! Il y a là tous les ingrédients d’un racisme violent anti-français que nos analystes ne savent pas ou ne veulent pas décrypter par incompétence, lâcheté, idiotie ou crainte d’être taxés de démagogues… voire, de racistes.

Depuis plusieurs années déjà, nous subissons les revers d’une immigration sauvage qui est à l’origine de ces troubles et qui deviennent désormais monnaie courante. Durant des années des accusations de racisme ont été portées à tort et à travers contre des hommes qui dénonçaient cette immigration sauvage, génératrice d’incompréhension, de haine, et souvent de violence meurtrière venant, la plupart du temps, d’immigrés inassimilables… qu’un certain Ministre de l’Intérieur, aujourd’hui Président de la République, avait qualifié de « racaille ».

Et ces hommes furent condamnés et jetés en pâture à la vindicte publique parce qu’ils dénonçaient courageusement, sans trêve, ceux qui voulaient de droit une nationalité, la nôtre, qu’ils méprisaient mais qui leur donnait des avantages sociaux et économiques ; ceux qui, rassemblés par SOS Racisme, le MRAP, la LICRA, la Ligue des Droits de l’homme… choisissaient soigneusement les accidents « racistes », ignoraient les attentats dont étaient victimes les citoyens à peau trop pâle et ne retenaient que les « horreurs » qui concernaient les peaux brunes ; ceux qui, ayant une place dans le monde grouillant de la politique, voulaient l’élargir en exploitant un mouvement dont ils n’ignoraient pas les artifices et même en l’accélérant ; ceux qui, bornés par une conception nationale ridiculement étriquée, n’admettaient aucune différence.

Nous avons à être ouverts et tolérants envers les immigrés, mais nous avons le devoir d’exiger la réciprocité. Notre tolérance n’est pas une raison pour que nous soyons de « bonnes poires » et nous sommes en droit d’exiger que cette tolérance soit appliquée aux nôtres ! Du reste, encouragés par le lobby pro-immigrationniste, ces jeunes « désœuvrés » ne cessent de se lamenter et de se plaindre, qualifiant leur violence coutumière « d’actes désespérés » et les justifiant par le rejet etl’exclusion dont ils se disent victimes. Et les raisons d’une telle violence ne manquent pas : Mépris, discrimination à l’embauche, chômage, manque de projet politique à l’égard de ces jeunes délaissés, racisme, xénophobie, échec de l’intégration… en bref, tout ce que nous avons coutume d’entendre depuis des décennies… mais de racisme anti-français on ne parle point!

 Cependant, on constate qu’outre les centaines de milliards d’euros engloutis en pure perte pour détruire des tours, rénover des quartiers et construire des infrastructures permettant le « mieux vivre », les centres culturels islamiques, les mosquées – qui ne cessent de s’implanter – les radios islamiques, les journaux, les revues et même les émissions de télévision qui se multiplient prouvent, à l’évidence, que nous sommes un peuple tolérant.

Chaque année, le Fonds d’Aide Social (F.A.S) distribue à près de deux mille associations, censées s’occuper d’immigration, deux cents millions d’euros, prélevés sur les Caisses d’Allocations Familiales. En revanche, la réciproque, présence d’ecclésiastiques, ouverture d’églises ou de synagogues en terre d’Islam est tout à fait impensable vu le fanatisme notoire qui sévit dans les pays musulmans.

Y a-t-il, là, justice ? Et  c’est,  précisément, cet excès de tolérance que nous affichons à l’égard de ces jeunes immigrés ou fils d’immigrés –la plupart possédant la nationalité française- qui les poussent aux pires extrémismes.

Pour la petite histoire, souvenons-nous de ce Lies Hebbadj, polygame aux quatre femmes, aux 17 enfants et aux quatre maisons vivant à Rezé (Loire-Atlantique) qui a perçu en trois ans la coquette somme de 175 000 euros de prestations sociales pour « entretenir » sa smala… Il aurait probablement pu jouir encore longtemps de cette manne providentielle si l’une de ses compagnes n’avait eu la fâcheuse idée de refuser d’ôter saburqa lors d’un contrôle routier. Ah ! « Quel bon pays est la France, à tous les escrocs, les aventuriers et les fripons ! » s’était déjà exclamé en son temps le Duc de Saint-Simon.

Par conséquent, au nom de la « lutte contre l’exclusion », ces mêmes partisans antiracistes, avec l’appui des plus hautes personnalités de l’Etat, veulent priver les citoyens français de la liberté de préférer. Le parlement n’est plus un lieu où l’on s’efforce de convaincre, mais le terrain où s’affrontent les idéologies, par parlementaires interposés.

Ainsi, s’instaure progressivement, un climat de violence idéologique de plus en plus éloigné des principes démocratiques de tempérance et d’équilibre, sans parler du respect des opinions d’autrui.

Ce qui m’attriste et m’horripile le plus dans cette situation, c’est qu’il existe une frange de la population, couverte par des lois ineptes et des magistrats bienveillants, qui voudrait nous interdire d’affirmer que notre pays, la France, doit appartenir en priorité aux citoyens français.

Pour les représentants de l’anti-France, notre fidélité à cette terre pour laquelle tant de nos pères se sont offerts en sacrifice ne serait dictée que par la haine de l’Autre, de celui qui est différent. Comment faire comprendre que cette accusation est grotesque et nous en avons assez de le répéter à tout propos.

Nous reconnaissons à tout être humain le droit le plus absolu d’être fier de sa race, de son drapeau et de lutter pour la grandeur et l’indépendance de sa Patrie. De même, nous réclamons le droit, pour nous, de pouvoir en faire tout autant, sans être soupçonnés aussitôt de fascisme, de racisme, de xénophobie ou de quelque désir inavouable de génocide !

« Tout royaume divisé contre lui-même court à la ruine » Paroles du Christ. Saint Jean 12 – 25

Les politiciens sociaux-démocrates construisent un peuple désincarné dont les jeunes déracinés de SOS Racisme et du MRAP constituent l’avant-garde. Nous, au contraire, nous jugeons plus raisonnable de décider de rester ce que nous sommes plutôt que de devenir ce que nous ne sommes pas et nous mettrons toute notre volonté à défendre notre identité en nous conformant à cette ligne de conduite : Vouloir sauvegarder l’identité de sa patrie et de la civilisation dont elle fut le creuset n’est pas du racisme… « Aimer l’autre implique que l’on reste soi même ! »

L’engeance la plus exécrable, c’est bien cette intelligentsia « progressiste » -la même qui a servi les tueurs du FLN durant la guerre d’Algérie- constituée par tous ces pseudo-intellectuels qui forment une hiérarchie malfaisante et dominatrice, prétendent monopoliser aujourd’hui la culture et hurlent au racisme quand on évoque un tant soit peu les inconvénients de l’immigration. Pour comprendre ces problèmes de cohabitation, lorsque l’on réside dans des quartiers « sélects », des hôtels de luxe, des palaces, voire des ministères, il faut venir sur les lieux mêmes, en subir toutes les nuisances. Que ces professeurs de morale viennent donc sur place affirmer leur « respect de l’autre » !…

La France, terre de liberté, est allée sans nul doute beaucoup trop loin dans l’usage de cette liberté, jusqu’au libertinage, à la perte des valeurs morales et familiales, oubliant que les droits sont peu de choses auprès des devoirs et que la liberté de l’autre est au moins aussi sacrée que la sienne propre. Mais il est possible de revenir à ces valeurs, chrétiennes souvent, en tout cas humaines qui ont fait l’unité et la grandeur de la France et son rayonnement dans le monde sans laisser notre pays se travestir en colonie de l’Iran, du Maghreb ou d’un quelconque pays d’Afrique…

Barrés écrivait : « L’intelligence, quelle petite chose à la surface de nous-mêmes ! »

La France, de génération en génération, se reconnaît à travers ces lignées. Elle n’a pas besoin pour exister d’une référence extérieure. Cette existence implique que tout pouvoir politique en charge du peuple, et qui se voudra démocratique, se devra de préserver l’identité française puisqu’elle sera l’une des sources de sa légitimité.

Il y a une loi de la vie des civilisations et elle est immuable : Lorsque les peuples s’abandonnent, ils sont conquis par une force vitale extérieure, celle qui manque à leurs cœurs amollis et à leurs intelligences perverties. La démocratie meurt de la mort des lâches.

Citations :

« Honneur aux pays qui se lèvent et honte aux pays qui se couchent »(Chateaubriand)

« Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire »(Albert Einstein)

En Indochine, nous nous sommes battus à la porte du jardin,
En Algérie, nous nous battions à la porte de la maison,
Et aujourd’hui, c’est à l’intérieur de la maison,
Où s’est introduit l’adversaire, qu’il nous faut mener le combat.
Le danger n’est plus imminent, il est là, présent !
Aussi, loin de nous abandonner à une passivité coupable,
Nous devons constituer le fer de lance de cette nouvelle résistance
Et y  appeler nos compatriotes, car dans ce combat,
Il n’y a pas de neutres et tous les hommes sont concernés.

(ASSOCIATION DES COMBATTANTS DE L’UNION FRANÇAISE)


2 commentaires »

  1. Tout ça est tellement vrai, tellement flagrant ! Comment tant de gens peuvent-ils rester sourds et aveugles à ce qui se passe ?! Syndrome de Stockholm ?

    Commentaire par Godefroy — 08/05/2011 @ 17:22 | Réponse

  2. Helas ce n’est que trop vrai. Voir cet article en terre d’Egypte sur ce qui pourrait nous arriver dans un futur lointain mais si proche
    http://www.francesoir.fr/actualite/international/coptes-d-egypte-nouveau-en-deuil-99512.html
    Les coptes d’Egypte à nouveau en deuil
    Cette communauté chrétienne d’Egypte a été, samedi, la cible d’une nouvelle attaque des islamistes.

    Durant la nuit du Nouvel An dernier, un attentat contre l’église des Saints, à Alexandrie, avait fait 21 victimes SIPA
    Le bilan est lourd : 12 morts et plus de 200 blessés. Tout a commencé lorsque 500 salafistes ont convergé samedi vers l’église Saint-Mina à Imbaba, un faubourg du Caire. Ils exigeaient qu’on leur remette une femme copte, convertie selon eux à l’islam, mais qui, accusaient-ils, était retenue contre son gré dans l’édifice religieux. Un peu plus loin, une autre église, dédiée à la Vierge Marie, était saccagée. Une banale histoire de mésentente familiale aurait servi de prétexte à cette nouvelle journée de violence contre les chrétiens égyptiens. En fait, il s’agit de deux histoires. Wafa Constantine, épouse d’un prêtre copte, aurait quitté il y a sept ans le domicile conjugal. Il y a un an une autre épouse de religieux copte, Camilia Chehata, aurait également fait ses valises. Les musulmans affirment que les deux chrétiennes se seraient librement converties à l’islam. Les coptes répliquent qu’elles y auraient été contraintes après avoir été enlevées, une pratique qu’ils n’ont que trop souvent subie. Et ils les auraient délivrées. Maintenant, les salafistes accusent les coptes de maintenir cloîtrées les deux femmes et exigent qu’elles puissent réintégrer leur nouvelle communauté religieuse.
    Toutes sortes de discriminations
    Alors que, vendredi, ces extrémistes islamistes ont manifesté au Caire leur soutien à Oussama Ben Laden, les morts de dimanche vont peser davantage sur l’existence des coptes d’Egypte. Marginalisés, soumis à toutes sortes de discriminations, victimes de pogroms, ces héritiers de la lointaine civilisation des pharaons se sentent de plus en plus étrangers dans leur propre pays, où ils représentent désormais moins de 10 % de la population. Déjà, durant la nuit du Nouvel An dernier, un attentat contre l’église des Saints, à Alexandrie, avait fait 21 victimes. Auparavant, le 24 novembre, une manifestation contre l’interdiction de construire une église dans un quartier du sud-est du Caire, s’était soldée par deux morts… Depuis que, dans les années 1950, de véritables chasses xénophobes ont poussé à l’exil les juifs égyptiens et les chrétiens européens, leur situation n’a, en effet, cessé de se détériorer. On a même vu, en 2008, le syndicat des médecins égyptiens, inspiré par les Frères musulmans, demander l’interdiction des dons d’organes entre musulmans et chrétiens.
    Le pouvoir officiellement embarrassé
    Hier, le Premier ministre égyptien, Essam Charaf, a tenu une « réunion d’urgence » de son cabinet « pour examiner les événements d’Imbaba » qu’il a qualifiés de « regrettables ». Et de reporter la tournée qu’il prévoyait aux Emirats arabes unis et à Bahreïn. Dépositaire du pouvoir depuis la destitution du président Hosni Moubarak le 11 février dernier, l’armée a annoncé qu’elle allait déférer devant des tribunaux militaires les 190 personnes arrêtées dans le cadre de ces violences. Par ailleurs, elle a exhorté « toutes les communautés en Egypte, les jeunes de la révolution et les théologiens musulmans et chrétiens à s’opposer fermement aux tentatives de groupes obscurantistes de torpiller l’unité nationale ».
    La société minée
    Toutefois, il s’agit d’un courant profond qui mine la société égyptienne. Dans un livre, qui doit paraître prochainement aux éditions Maxima, intitulé Pourquoi on tue des chrétiens dans le monde aujourd’hui ?, Alexandre del Valle, chroniqueur à France-Soir, écrit : « Dans les enceintes de la plus prestigieuse université du monde musulman, la célèbre al-Azhar du Caire, le djihad contre les juifs et les chrétiens est présenté comme un devoir collectif des musulmans pour la défense et l’expansion de l’islam. » Et de citer une phrase édifiante tirée d’un colloque qui s’y est tenu en 1968 : « Les non-musulmans doivent venir à l’islam soit de leur plein gré, soit par la force. »
    Par Alain Vincenot
    C’est sur France Soir !

    Commentaire par PICAZO — 09/05/2011 @ 22:55 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :