Francaisdefrance's Blog

28/04/2011

Bon débarras! 28e RAMF : Tariq Ramadan ne reviendra plus au Salon du Bourget.

Est-ce franchement ça émeut quelqu’un d’entre vous? Paraît qu’il est contrarié, l’intellectuel auto-proclamé…

FDF

.

Terminé le Salon du Bourget. Tariq Ramadan ne souhaite plus participer aux prochaines éditions de la Rencontre annuelle des musulmans de France (RAMF), organisée par l’Union des organisations islamiques de France (UOIF). La nouvelle a été annoncée publiquement dimanche 24 avril par l’intéressé, contrarié que le débat sur l’islam de France n’ait pas eu lieu comme il se l’imaginait.

28e RAMF : Tariq Ramadan ne reviendra plus au Salon du Bourget
Bonne route, mon frère…
« Habitué à participer au Salon du Bourget chaque année, Tariq Ramadan est toujours très attendu par des milliers de musulmans. Une véritable guest-star dont la présence aux conférences lors de la 28e Rencontre annuelle des musulmans de Franceont fait, une nouvelle fois, salle comble.Désormais, l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) devra faire sans lui les années prochaines. L’intellectuel et islamologue suisse a déclaré, lors du débat sur l’islam de France dans lequel était présent le journaliste Robert Ménard, que ce sera sa dernière participation au Salon de l’UOIF.Il n’aurait pas apprécié qu’on ne lui ait pas annoncé que le cheikh Ahmed Jaballah, directeur de l’Institut européen des sciences humaines (IESH) de Paris et membre du Conseil européen de la fatwa, ne soit finalement pas présent au débat.« Je me réjouissais d’avoir un autre type de débat avec le cheikh Ahmed Jaballah et puis j’ai été mis devant le fait accompli d’un programme et je ne trouve pas, avec tous les problèmes que j’ai eu ces dernières années, que c’était une façon de faire », s’est-il expliqué devant le public, assurant que sa décision n’était aucunement liée à la présence de M. Ménard. Une vidéo témoigne de sa contrariété manifeste.

« J’ai depuis plusieurs années avalé des couleuvres. Maintenant, je le dis et je le dis publiquement. Insha Allah, ce sera ma dernière participation », a-t-il terminé. L’annonce publique a fait l’effet d’une bombe, bien que, en coulisses, M. Ramadan avait déjà fait part de ses réticences auprès des organisateurs. C’est l’UOIF et Gedis, qui détient le salon commercial de l’organisation, qui devraient avaler quelques couleuvres désormais.

La future absence de Tariq Ramadan n’enchantera pas les foules. Cette mauvaise nouvelle en suit une autre. Selon les premières estimations, qui nous ont été délivrées à l’issue du Salon, près de 100 000 musulmans seulement sont venus à la RAMF 2011 contre 130 000 l’an dernier. Les organisateurs devront certainement revoir leur stratégie de communication pour l’an prochain. »

Source: http://www.saphirnews.com/



Tous avec Marine Le Pen le 1er mai !

Et ce jour là, ce n’est pas qu’avec Marine Le Pen que vous avez rendez-vous; c’est avec la France retrouvée…

FDF

Chances pour la France…

Trop sympa, la justice française; trop sympa. L’acteur a de la chance d’avoir le patronyme idéal pour se sortir d’une affaire aussi crapuleuse… Il se  serait nommé Dupont qu’il aurait pris 10 ans. Je me trompe ou pas? Normalement, en France, on nomme ça de la discrimination positive…

FDF

.

Samy Naceri condamné à 16 mois de prison ferme ! A purger à sa guise…

L’acteur a de nouveau été condamné à la suite d’une agression commise au couteau en janvier 2009. Cette peine aménageable ne devrait toutefois pas le mener derrière les barreaux.

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné Samy Naceri à 16 mois de prison ferme pour une agression au couteau survenue en janvier 2009.  

A cette époque, le comédien vit mal sa séparation d’avec son ancienne petite amie. Il la harcèle au téléphone, la menaçant de mort et de viol. Epuisée, elle aurait demandé à un ami, Nadal, de se faire passer pour son compagnon afin d’éloigner l’acteur.  

Un jour, l’homme appelle Samy Naceri pour exiger qu’il cesse d’importuner la jeune femme. Lors d’un entretien houleux dans une rue du VIIIe arrondissement Paris, Samy Naceri lui porte brusquement un coup de couteau à la gorge, l’entaillant sur seize centimètres et générant 15 jours d’incapacité totale de travail. 

Lors de son audience précédente, le 15 mars, le comédien s’était ému: « Je passe pour une pourriture aux yeux de tout le monde, de toute la production! » Avant d’ajouter, les larmes aux yeux: « Je suis black-listé partout à cause de cette histoire. » 

En dépit de ces suppliques, le héros de « Taxi » s’est montré extrêmement agressif à l’audience, refusant de présenter ses excuses à la victime, arguant la légitime défense et… sa jalousie. 

Un procureur attendri…

Pourtant, le procureur s’était montré clément et avait requis une peine « aménageable » de cinq ans de prison dont trois avec sursis. Avec une telle peine, il pourrait ne pas être réincarcéré car une peine inférieure à deux ans de prison ferme est désormais aménageable. 

Source: http://www.lexpress.fr/

La France que nous allons laisser à nos enfants…

Ca m’étonnerait qu’ils nous disent merci… A moins que nous résistions. Pour eux, pour leurs enfants à eux, je pense que c’est notre devoir. Il ne faut pas qu’ils vivent ce que nous vivons…
FDF

.

Lire: L’invasion-barbare glap1

Sortez vos mouchoirs: l’unique salle de prière musulmane d’Issy-les-Moulineaux ferme ses portes…

Il est certain que lorsque l’on est habitués aux « largesses » de certaines municipalités et que d’autres, fort heureusement, commencent à faire leur travail d’annexe de la République, ça déplait fortement. Enfin; ça donne l’occasion de ressortir les armes de la stigmatisation à outrance… L’islamisation de NOTRE France, c’est pas gagné, les gars! Et une mention spéciale à la mairie d’Issy les Moulineaux, une ! Pour avoir simplement fait son travail…

FDF

.

« Il y a une quinzaine de jours et à leur grande surprise, les musulmans isséens ont appris que leur unique salle de prière, sis 62 avenue du Bas Mendons, fermera ses portes dans les prochains jours. La fermeture était prévue pour le 26 avril puis reportée à début mai, c’est-à-dire dans quelques jours.

Cela fait 20 ans que les musulmans occupent le rez-de-chaussée d’une maison qui fait office de foyer ADES. Une vingtaine d’années que la Mairie soutient les musulmans à occuper cette espace pour pour pratiquer leur culte. Cette période est désormais révolue. La mairie se désengage et le Foyer Adef a carte blanche pour fermer la salle de prière.

Selon la mairie il n’y a plus aucunes raisons pour que les musulmans d’Issy-les-Moulineaux utilisent ce foyer pour les prières quotidiennes. Le Maire a invité les isséens à se rendre à Boulogne Billancourt pour profiter du récent centre cultuel et culturel. Les musulmans isséens viennent de découvrir le pot-aux-roses : la ville d’Issy-les-Moulineaux aurait participé à hauteur de 200.000 € à la construction du nouveau centre cultuel et culturel de Boulogne Billancourt.

Cette surprise est d’autant plus grande que cela fait plus de 10 ans que la communauté musulmane met tout en œuvre afin d’acquérir une indépendance dans la pratique de son culte et construire une mosquée. Des tentatives qui ont toujours été déroutées par la politique locale.

La première question que nous nous posons est : pourquoi le maire n’aurait pas prévenu la communauté musulmane de sa ville qu’elle verserait plus de 200.000€ pour la construction d’un nouveau centre musulman à la ville voisine ? Est-ce que le Maire protégerait-il l’image de marque de sa ville du fait qu’elle pourrait compter une mosquée officielle ?

Quoi qu’il en soit, les musulmans d’Issy-les-Moulineaux se retrouveront dans les prochains jours sans lieux de prières et le silence du Maire traduit une certaine indifférence.

Le musulmans isséens se mobilisent pour faire entendre leurs voix. »

Vu sur: http://www.trouvetamosquee.fr/

Arrêtons de pleurer sur l’immigration et les »pauvres clandestins » que personne n’aime…

Vu sur http://www.polemia.com/article.php?id=3743

Une mise au point qui s’imposait… Je vous laisse y réfléchir; et en tirer les conclusions qui s’imposent…

FDF

.

Enjeu économique de l’immigration : trois bobards des « Echos »

Le quotidien économique et financier les Echos a consacré sa « une » du 26 avril et quatre pages aux enjeux économiques de l’immigration. L’occasion de défendre trois bobards : « L’immigration nette ne dépasse pas 100.000 personnes par an », « L’immigration ne pèse pas au total sur les comptes sociaux », « Seule l’immigration est capable de répondre à la pénurie de main-d’œuvre ». Polémia démonte ces bobards repris sur de nombreux médias audiovisuels dont BFM-TV, Europe1, RTL.

« L’immigration nette ne dépasse pas 100.000 personnes par an » : FAUX

Selon les statistiques du ministère de l’Intérieur, plus de 200.000 titres de séjour ont été délivrés en 2010. Dans le même temps, 50.000 personnes ont sollicité un titre de « réfugié politique », soit 250.000 personnes, non compris les entrées clandestines non déclarées. Certes, il a pu y avoir des départs de France. Mais il faut savoir que les trois quarts des entrées ont vocation à être permanentes puisqu’il s’agit :

-du regroupement familial ou nuptial (les mariages de franco-étrangers avec des hommes ou des femmes du pays d’origine de leur famille) ;
-de délivrance de titres de réfugié ou de travail qui ouvrent eux-mêmes droit au regroupement familial ;
-restent les étudiants qui entrent au rythme de 50.000 par an mais qui ressortent lorsqu’ils ne grossissent pas la masse des clandestins (cas de certains « étudiants » chinois ou africains notamment).
L’arithmétique conduit donc à retenir le chiffre de 200.000 entrées nettes comme un minimum.

Certes, les tenants de la thèse officielle évoquent les chiffres de l’INSEE : 75.000 entrées nettes en 2010… Mais il s’agit de données provisoires appelées à changer. Ainsi, de 1999 à 2005, l’INSEE avait évalué les entrées nettes à 90.000 par an en moyenne, avant, en 2008, de corriger ces chiffres d’un « ajustement » (sic) de 660.000 personnes, soit 95.000 par an de plus. Nous ne pouvons qu’inciter le lecteur à se reporter à ce tableau, ô combien éclairant, sur les méthodes statistiques de manipulation de l’opinion : http://insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATnon02151

Il y a donc eu, selon l’INSEE, de l’ordre de 180.000 entrées nettes de 1999 à 2005. On voit mal comment leur nombre aurait pu baisser depuis, alors même que les délivrances de titre officiel ont augmenté. Tout se passe comme si l’INSEE inscrivait clairement sa démarche dans un déni de réalité : sous-évaluer, année après année, les chiffres de l’immigration et les réévaluer, une fois tous les sept ans, en catimini, sous la rubrique pudique « Ajustement ».

« L’immigration ne pèse pas au total sur les comptes sociaux » : FAUX

Passons sur les nombreuses études sur le sujet : du Rapport Milloz de 1990 aux chiffrages récents de Jean-Paul Gourévitch qui évalue à plus de 30 milliards d’euros le surcoût de l’immigration. Les statistiques de l’INSEE (de 2006) suffisent à montrer la sur-sollicitation des systèmes sociaux (sauf les retraites, mais il s’agit alors de dépenses différées) par les immigrés venus du Maghreb et d’Afrique : 7,5% des dépenses de l’assurance maladie (alors même qu’il s’agit d’une population jeune), 12,6% des dépenses de l’assurance chômage, 25,1% du RMI.

Ces chiffres ne donnent qu’une faible idée du surcoût économique et social de l’immigration :

  • -ils sont déjà anciens ;
  • -ils ne prennent pas en compte la question de la deuxième génération (enfants d’immigrés nés en France) dont le taux de chômage est particulièrement élevé (trois fois plus élevé pour ceux venus d’Afrique, du Maghreb, de Turquie que pour ceux venus d’Europe du Sud, selon le recensement de 1999) ;
  • -ils ne prennent pas en compte les prestations familiales alors qu’en 2009 13% des naissances en France étaient de mère étrangère ;
  • -ils n’intègrent ni les autres dépenses sociales des communes et des départements ni les dépenses de logements sociaux ;
  • -ils ne prennent pas en considération les dépenses d’infrastructures nécessaires (routes, transports en commun, écoles, hôpitaux, logements, prisons) à l’accueil de populations supplémentaires ; investissements dont le montant a été évalué à quatre fois le salaire annuel d’un travailleur par le prix Nobel d’économie Maurice Allais.

« Seule l’immigration est capable de répondre à la pénurie de main-d’œuvre » : FAUX

L’argument est le plus éculé qui soit : « Ils font les travaux que les Français ne veulent pas faire ». Or la situation varie d’une région à l’autre : il y a des régions de France où l’on trouve des Français de souche (ou des immigrés de seconde génération) pour travailler comme terrassiers, aides cuisiniers, femmes de ménage ou aides soignants, et d’autres (l’Ile-de-France) non.

Par ailleurs, n’est-il pas surprenant de constater que la Seine-Saint-Denis, qui compte 115.000 chômeurs, soit aussi le premier département d’arrivée de l’immigration ? Cela s’explique : l’immigration nouvelle tire les salaires à la baisse, rendant l’accès à l’emploi sans intérêt pour ceux qui bénéficient de filets sociaux. Curieusement, les mêmes qui déplorent le chômage de masse dans les banlieues militent pour la poursuite de l’immigration.

Il y a pourtant un moyen simple, en économie libérale, de pourvoir les emplois dont « personne ne veut » : les revaloriser en augmentant les salaires et en améliorant les conditions de travail. Ce dont précisément le MEDEF ne veut pas : ce qui explique l’article de commande des Echos.

Immigration : privatiser les profits, collectiviser les pertes, le choix des oligarques

L’immigration est un élément de la mondialisation. C’est une délocalisation à domicile. Là aussi, c’est une logique financière qui s’applique : maximiser les profits immédiats des firmes (en baissant les salaires) ; transférer les charges collectives (sociales, d’investissement) à l’Etat, c’est-à-dire aux contribuables.

Il est naturel que les Echos, dont le propriétaire Bernard Arnault, patron de LVMH, quatrième fortune mondiale, est un éminent représentant de la superclasse mondiale (SCM), promeuve une telle position : un point de vue que la caste journalistique coupée des réalités défend sans vergogne. Régis Fortin, rédacteur en chef des Echos éditorialise ainsi : « Pour une partie de la population (…) ces évidences (les bobards que nous avons dénoncés – NDLR) sont inaudibles et (…) personne ne se risque à la moindre pédagogie sur le sujet. »

Un peu de pédagogie pour l’oligarchie

Nous aimerions, nous aussi, faire un peu de pédagogie pour les puissants et leur poser les questions suivantes : Régis Fortin a–t-il déjà vécu en banlieue ? Combien y a-t-il d’enfants d’immigrés noirs ou maghrébins dans l’école de ses enfants ? Combien de clandestins, tunisiens par exemple, Bernard Arnault est-il prêt à loger dans son hôtel particulier de 2000 m2 rue Barbet-de-Jouy ?

Les oligarques craignent la révolte du peuple : ils ont raison !

Polémia
27/04/2011


« Marine Le Pen marque des points dans sa quête de respectabilité  » selon les médias d’Angola…

Ce qui suit nous vient d’Angola… Encourageant, non? Pour un parti diabolisé en France en tant que raciste et xénophobe, on peut constater que ces qualificatifs sont véritablement « fabriqués sur mesure ». Encore une barrière qui tombe…

FDF

***************************************************************************************************************************************************************************************************************

23/04/11 12:26


    Paris – Soucieuse d’éviter les dérapages racistes et portée par des sondages favorables, Marine Le Pen, le chef de l’extrême droite française, a gagné un niveau de respectabilité inédit pour sa famille politique, marqué par une forte présence médiatique et des soutiens inattendus,  a appris l’AFP.

    Rompant avec l’image sulfureuse de son père, Jean-Marie, condamné à plusieurs reprises en justice, Marine Le Pen, 42 ans, semble recueillir les fruits d’une stratégie de « dé-diabolisation » du Front national (FN), dont elle a pris la direction en janvier dernier.

    En pleine ascension dans les sondages à un an de la présidentielle de 2012, elle vient ainsi d’être consacrée par le magazine américain Time comme l’une des 100 personnalités les plus influentes en 2011. En France, les signes selon lesquels le Front national est désormais un parti fréquentable se multiplient, qu’ils étonnent ou inquiètent.

    Le remuant journaliste Robert Ménard, ancien patron de l’organisation de défense de la presse Reporters sans frontières, s’apprête ainsi à publier un pamphlet intitulé « Vive Le Pen ! », dans lequel il dénonce le « procès en sorcellerie » attaché au FN.

    « Marine Le Pen, comme Jean-Luc Mélenchon (gauche), disent nombre de choses marquées au coin du bon sens. Et nier les changements au FN aujourd’hui, avec Marine Le Pen, c’est nier l’évidence », juge cet ancien anarchiste et trotskiste, qui se défend d’être d’extrême droite.

    Avocate de formation, Marine Le Pen prend soin d’éviter à son parti toute suspicion d’antisémitisme et de négationnisme. Alors que son père décrivait les chambres à gaz comme un « point de détail de l’histoire de la Seconde guerre mondiale », elle avait en février dernier qualifié les camps nazis de « summum de la barbarie ».

    Cette mère de trois enfants, deux fois divorcée, tient aussi à afficher ses convictions laïques, au risque de froisser une aile de son parti, celle de la tendance catholique intégriste. Un principe de laïcité au nom duquel elle mène un combat virulent contre « l’islamisation de la France ».

    « C’est la version acceptable, soft, du même produit », mais « en dépit d’un certain nombre d’habiletés de langage, le fond du programme est le même », souligne auprès de l’AFP le sociologue Denis Muzet, président de l’Institut Médiascopie.

    Dernière illustration en date du nouveau style de l’extrême droite française, Marine Le Pen a décidé mardi d’exclure du FN un jeune élu qui apparaissait sur une photo en train de faire le salut nazi, au grand dam d’une partie de sa formation politique, dont son propre père.

    « Je serai ferme et brutale s’il le faut, parce que nous en avons soupé de ce type d’agissement », avait averti fin mars cette grande femme blonde, qui aime à se faire appeler simplement « Marine ».

    La nouvelle patronne du FN peut déjà s’enorgueillir d’une percée de son parti aux dernières élections locales en mars et de sondages très favorables : les dernières enquêtes d’opinion la donnent en effet au deuxième tour, capable d’éliminer Nicolas Sarkozy.

Source: http://www.portalangop.co.ao/motix/fr

Piqûre de rappel…

Quoi de mieux en ces périodes pré-électorales des présidentielles de rappeler aux Français à quoi ils pourraient bien avoir à faire face… Ce qui suit était d’actualité pour les dernières élections régionales. C’est toujours valable pour celles de 2012.

A visionner ici: Votez-socialiste(hur)

Ouattara VS drzz.info…

Fais gaffe, Michel; c’est un « nouveau » grand pote à Sarkö Ier…

FDF

.

Le président musulman ivoirien Ouattara aimerait intenter un procès à drzz.info

Communiqué

Le président musulman ivoirien Ouattara aimerait intenter un procès à drzz.info. L’avocat de Monsieur Ouattara prétend qu’un de nos articles serait diffamatoire et porterait atteinte à la considération de Monsieur Ouattara.

Je prends acte du fait que la liberté d’expression – sur l’Internet français – a ainsi été remise en question par le président musulman ivoirien Ouattara.

Je ne fais aucun commentaire additionnel à ce propos.

Michel Garroté

 » Reproduction dans une mosquée  ».

Il est fort possible que la vidéo ait déjà été censurée… Dans ce cas, visitez le blog… On y apprend plein de choses sur la religion d’amour, de paix et de tolérance…

FDF

Scène du nouvel art contemporain intitulée :  » Reproduction dans une mosquée  »

Voir la vidéo sur http://revolteseneurope.over-blog.com/article-scene-du-nouvel-art-contemporain-intitulee-reproduction-dans-une-mosquee-72609654.html

« – Critiquer la religion n’est pas un délit

– Critiquer l’islam n’est pas un délit

– Critiquer l’islam n’est pas raciste car l’islam n’est pas une personne

– Critiquer l’islam est un devoir

– C’est l’inhumanité de l’islam qui témoigne de son origine humaine

– Que chacun pratique sa religion dans son espace privé pour ne pas l’imposer à l’autre, directement ou indirectement. Aujourd’hui, nous ne sommes plus dans cet état d’esprit. Il faut donc remettre les choses à leur place. Le plus tôt sera le mieux. »