Francaisdefrance's Blog

26/04/2011

Clandestins Tunisiens: des policiers aux frontières confient qu’ils ont « le sentiment de travailler pour rien ».

Et quand on voit ce qui se passe (comme à Paris où ils squattent les squares…), on les comprend, ces policiers…

FDF

.

« Très sollicités, mes collègues ont le sentiment de travailler pour rien. Les Tunisiens interpellés vont de toute façon être laissés libres », résume Frédéric Heller, délégué syndical d’Unité SGP-Police, représentant la police aux frontières (PAF) dans les Alpes-Maritimes.(…)

« Ils savent qu’à terme, même s’ils sont interpellés et ramenés en Italie, ils passeront. Ils vont juste être retardés », décrit le représentant syndical.

« On a l’impression de faire un combat de retardement, plutôt que quelque chose d’efficace », confirme un responsable de la PAF qui souhaite garder l’anonymat.

Le malaise provient aussi d’un certain flou juridique. Dans une lettre adressée au préfet, Unité SGP-Police indique que les agents sont déconcertés par les directives contradictoires émanant de la préfecture et la justice. D’un côté, la préfecture préconise le placement en centre de rétention sans procédure judiciaire, de l’autre le procureur de la République de Nice dit qu’un migrant ne peut être en infraction car les documents remis par les autorités italiennes sont valides sur notre territoire

Depuis une semaine, les migrants tunisiens arrivent avec des permis de séjour de six mois valables dans l’espace Schengen, délivrés par les Italiens au grand dam de Paris.

Pour entrer en France, ils doivent disposer de ressources suffisantes. La barre est fixée à environ 200 euros minimum dans les Alpes-Maritimes, révèle Frédérick Heller, délégué syndical Unité SGP-Police. « Les choses sont simples », stipule le préfet, « les gens qui arrivent n’ont aucune ressource et sont donc en situation irrégulière ». La somme requise ? « Ca dépend si l’étranger dit qu’il va rester une semaine, s’il a un billet retour ». Quelque 120 Tunisiens, contrôlés samedi à Marseille et titulaires du permis de séjour, ont par exemple été laissés libres.

Source:http://www.defrancisation.com/

Pour quelques points de plus dans les sondages…

Est-ce que Sarkö Ier serait prêt à nous entraîner dans une véritable troisième guerre mondiale et et tout ça pour gagner quelques points dans les sondages??? Sarkö Ier sait il que la France va de plus en plus mal???

Et dire qu’il n’y a pas si longtemps:


FDF

.

Sarkozy hausse le ton contre le régime syrien !

Sarkozy hausse le ton contre le régime syrienNicolas Sarkozy a précisé que toute intervention militaire en Syrie serait encadrée par une résolution de l’ONU.REUTERS/Alessandro Bianchi

En marge du sommet franco-italien, Nicolas Sarkozy a évoqué la situation en Syrie, où le régime de Bachar el-Assad a utilisé ce week-end des chars contre des manifestants.

Nicolas Sarkozy a dénoncé ce mardi la « brutalité inacceptable » de la répression des manifestations qui défient le régime en Syrie, sur un ton ferme qui laisse présager des sanctions de l’Onu et semble tirer un trait sur la main tendue par la France à Bachar al-Assad. 

Depuis le début de la contestation en Syrie, le chef de l’Etat avait laissé à son ministre des Affaires étrangères Alain Juppé le choix des mots pour condamner l’escalade de la violence. L’entrée en scène meurtrière des chars contre les habitants de Deraa, au sud de Damas, l’a contraint à taper publiquement du poing sur la table. 

« La situation est devenue inacceptable », a déclaré ce mardi Nicolas Sarkozy à la faveur d’un sommet franco-italien à Rome, « on n’envoie pas face à des manifestants des chars, l’armée. On ne leur tire pas dessus ». 

Presque simultanément, le Quai d’Orsay a souligné ce changement de ton en expliquant que Paris exigeait désormais des « mesures fortes » pour faire cesser « l’usage de la force contre la population ». En clair des sanctions, aussi bien des Nations unies que de l’Union européenne (UE). 

« Nous sommes aux côtés des peuples arabes dans leur aspiration à la démocratie et à la liberté », a-t-il répété, « c’est un changement historique, c’est un tournant majeur dans la politique étrangère de notre pays et c’est un changement dont nous assumons toutes les conséquences ». 

Jusque-là, Nicolas Sarkozy avait tracé une ligne claire entre le dictateur libyen et l’autocrate syrien. « Kadhafi est un cas extrême. Quand on utilise des armes lourdes contre son peuple, on franchit un seuil« , plaidait-on il y a quelques jours encore dans son entourage, « et puis la situation en Syrie est complexe, elle joue un rôle important sur la scène régionale ». 

« On est très dur à juste raison vis-à-vis de Kadhafi et on ne dit rien vis-à-vis de la Syrie, c’est incompréhensible », a pointé du doigt ce mardi le député PS Jean-Christophe Cambadélis sur Canal+. « Il faut une intervention de l’Onu rapide », a renchéri l’ex-Premier ministre socialiste Laurent Fabius sur Europe 1

Conscient du danger, le chef de l’Etat a reconnu ce mardi qu’il ne saurait y avoir « deux poids et deux mesures » dans la politique française. Mais il a tenu à mettre en garde contre la tentation de « dupliquer » les situations. 

« Ca ne veut pas dire pour autant que nous allons intervenir partout dans le monde », a souligné Nicolas Sarkozy à Rome, « il ne saurait être question de quoi que ce soit tant qu’il n’y a pas une résolution du Conseil de sécurité (…) ce n’est pas si facile à obtenir ». 

Source: http://www.lexpress.fr

Des militantes pro-Kadhafi manifestent en Libye et accusent Sarkozy de crime de guerre…

Il a décidément la cote partout, Sarkö Ier… Il va bientôt se retrouver sur le banc des accusés au tribunal international de la Haye, si il continue… C’est peut-être ça qu’il recherche, en fait. Ca lui ferait de la pub dans les médias.

FDF

.

Voir ici: http://www.memritv.org/clip/en/0/0/0/0/0/0/5080.htm?lang=fr

PS: si le lien ne fonctionne pas, suivez les instructions..

Islam: encore des interdits…

Les musulmans se cachent pour sévir… C’est pas nouveau, je sais, mais à ce congrès, il y avait beaucoup trop d’interdits… On sait très bien pourquoi…

FDF

.

Tariq Ramadan et Robert Ménard au congrès de l’UOIF.

Enquête et Débat était le seul média présent aux 28è Rencontres annuelles des musulmans de France. Voici un extrait de son compte-rendu :

T

L’autoproclamé « intellectuel » de service…

« Le nombre de femmes voilées est important, majoritaire même, mais on trouve également des femmes habillées à l’occidentale, voire de façon sexy pour certaines. Le nombre de burqas est infime, peut-être du fait de la nouvelle loi (les femmes en portant refuseront toutes notre demande d’interview), par contre on croise très souvent des hijab qui ne laissent apparaître que le visage. Des hommes barbus pour la plupart font la quête […] il s’agit de financer des mosquées un peu partout sur le territoire français. Il n’y a ce jour-là pas un seul drapeau français, alors que nous sommes en France, et que tous parlent d’Islam de France mais nous ne voyons que des drapeaux algériens ou palestiniens.

L’espace presse nous accueille, mais nous apprenons tout de suite que nous ne pourrons interviewer aucun intervenant, ni avant ni après la conférence-débat. Puisque nous insistons un peu, un responsable essaie de convaincre M. Ramadan, mais son assistante nous rappelle, ce ne sera pas possible aujourd’hui. […] Plus gênant encore, il nous sera interdit de filmer la conférence, et surtout de poser une question depuis le public, les questions à la presse étant interdite. […]

Ramadan tient un discours un peu plus virulent que ce qu’on peut voir d’habitude dans les médias, contre la France “qui trahit certains principes qui font pourtant partie de sa tradition“, contre “l’assimilation colonisatrice de la France“, contre “le PS et l’UMP qui normalisent le discours de l’extrême-droite“, car “il ne faut jamais, même sous prétexte d’humour ou de provocation, n’est-ce pas Robert [Ménard], normaliser l’extrême-droite“.
Le public a l’interdiction d’applaudir, il n’y aura donc pas un bruit tout au long de la conférence, ce qui donnera une impression très bizarre aux 4 participants non-musulmans que nous sommes. […] Le Robert Ménard à la tribune de l’UOIF n’a fait montre d’aucune provocation, alors qu’il aurait pu répéter certains propos qu’il avait tenus publiquement auparavant, du genreJe n’ai pas envie qu’il y ait autant de mosquées que d’églises dans mon pays“, ou encore “S’il y avait eu la démocratie directe en France, notre peuple aurait voté pour l’interdiction des minarets comme les Suisses“. »

Source: http://www.chretiente.info/

Egypte: Le chantage des musulmans a eu raison du gouverneur chrétien !

Et si on pratiquait cette chasse aux sorcières en Occident? Parce que, des musulmans, des imams, des recteurs et prédicateurs islamo-intégristes de tous poils, c’est pas ça qui manque… Il y a « de la monnaie à rendre »…

FDF

.

Le 18 avril, de nombreux islamistes avaient entamé une manifestation monstre pour demander le départ d’Emad Mikhail, le gouverneur chrétien de la province de Qena. Ils reprochaient en particulier au nouvel élu de ne pas appliquer la charia et brandissaient plusieurs slogans antichrétiens. Ces pressions ont eu raison d’Emad Mikhail, puisque le Premier ministre, Essam Charaf, l’a suspendu pour trois mois. Les manifestants islamistes, qui bloquaient des lignes de chemin de fer et entravaient le quotidien des Egyptiens, ont commencé à partir. Apparemment, on reprochait aussi au gouverneur déchu ses liens avec l’ancien régime de Moubarak.

Source: http://www.alliance-presse.info/

Si la Turquie entrait dans l’UE…

… elle recevrait 125 milliards d’euros !!!

En plus d’islamiser l’Europe, on débourserait des quantités d’argent pour qu’elle puisse devenir le premier pays musulman d’Europe. Faut déjà être passablement con pour laisser faire ça, non???

Eh bien, il y en a qui n’ont toujours pas compris… Si si…

FDF


.

« L’entrée de la Turquie dans l’Union européenne ferait tout simplement exploser le budget de cette dernière. C’est la conclusion alarmante d’un audit réalisé par un rigoureux institut d’analyses économiques qui a « fuité » dans la presse allemande au moment où le premier ministre turc faisait une incroyable campagne électorale… en Alsace !

Etablissement indépendant, le Gefra (Gesellschaft für Finanz und Regionalanalysen), établi dans la ville universitaire de Münster avait chiffré le coût réel des élargissements à la demande du député européen Markus Pieper (élu du Parti chrétien-démocrate allemand). Son rapport, daté du 6 janvier dernier et rédigé par son directeur, le professeur Gerhard Untiedt a « fuité » dans les médias d’outre-Rhin. Le contenu est éloquent. On y apprend qu’en cas d’adhésion, «l’Etat turc ne recevrait pas moins de 124,9 milliards d’euros au titre des fonds structurels européens soit un tiers du montant total de ces fonds». […] Les experts allemands s’accordent sur les chiffres suivants: «Les fonds structurels prévoient pour les exercices 2007 à 2013 un total de 350 milliards d’euros.» Les principaux bénéficiaires sont, en principe, les vieilles nations européennes qui ont rejoint la famille en 2004: la Pologne devrait ainsi percevoir un total de 67 milliards, la République tchèque 27 et la Hongrie 25. «L’adhésion de la Croatie, encore à venir, ne coûterait que 7,6 milliards. En cas d’adhésion turque, par contre, ces versements devraient être suspendus, à moins évidemment d’augmenter le budget global… de 40 %

Source: http://lesalonbeige.blogs.com/

Libye: essayons de comprendre dans la jungle d’infos contradictoires qui nous tombent dessus…

Que se passe-t-il (réellement) en Libye ?


Des éclaircissements non dénués d’intérêt… Et l’on se demande pourquoi Sarkö Ier arme les les rebelles.

FDF

.

Le texte ci-dessous est repris du blog de Frédéric Delorca un universitaire proche de la gauche radicale. Si on laisse de côté les idées politiques du blogueur, très hostile au mouvement national, ce témoignage est intéressant car il nous donne un point de vue très différent de celui de la « propaganda staffel » des grands médias.

Je viens de rencontrer hier des amis polonais qui rentraient de Tripoli où ils ont passé quelques jours comme observateurs. Voilà en résumé quelques-unes de leurs observations qui sont évidemment très partielles mais donnent un écho différent de celui qu’on entend le plus souvent, et qu’il faut aussi prendre en compte à côté des autres. C’est fourni ‘brut de béton » sans aucune opinion personnelle de ma part. Pour essayer de comprendre dans la jungle d’infos contradictoires qui nous tombent dessus :

– ces amis étaient logés dans un hôtel au bord de la mer et donc dormaient très mal car il y avait juste à côté d’eux des batteries de DCA qui se mettaient à tirer à chaque passage des avions de la coalition humanitaire, mais ils ne descendaient pas dans les abris car personne à Tripoli ne pense se mettre dans les abris. Ce serait une honte ! La population vaque à ses occupations sans porter attention aux bombardements, inch’ Allah…

– La vie à Tripoli est normale comme si le pays n’était pas en guerre. On ne voit à Tripoli centre-ville la guerre qu’à la TV, dans le ciel …et quand on va dans les hôpitaux.

– Le régime organise des manifestations d’appui à Kadhafi (pour les étrangers) qui apparaissent très manipulées. En revanche, il suffit de se promener disent-ils dans les rues de la ville ou dans les villages environnant pour voir des gens qui d’une façon ou d’une autre témoignent spontanément de leur appui au régime contre l’intervention étrangère. L’impression générale est que, plus on descend dans l’échelle de la richesse, plus l’appui est fort, plus on monte, moins l’enthousiasme en faveur du régime est débordant. Les officiels de leur côté reconnaissent que si le peuple de l’ouest libyen est largement pro-Kadhafi, les tribus de l’Est, où était implantée l’ex famille royale, sont au moins en partie opposées au régime, et l’ont toujours été en partie. Ils ont tendance à présenter cela comme « Libyens modernes et éduqués » contre « Libyens archaïques et incultes ». « Islam dynamique » contre « islam conservateur ». « Nationalisme arabe contre tribalisme », « révolution contre réaction ». Mais on peut supposer que c’est « un peu plus compliqué que cela »….

– Cela étant, il y a en fait « trois Libyes » : l’ouest qui se bat majoritairement pour Kadhafi, l’Est majoritairement rebelle, et les réfugiés en Egypte de la Libye orientale qui sont dans des camps dont personne ne parle, qui ont fui les violences et répressions des anti-Kadhafi et qui sont pro-Kadhafi. Et sur qui Kadhafi compte pour « rentrer » un jour par l’est, avec l’appui des Egyptiens en révolution pour marcher sur Benghazi. Car, selon les kadhafistes, l’opinion égyptienne est majoritairement contre les rebelles et surtout contre l’OTAN, et soutiendra bientôt avec les élections libres le camp « anti-impérialiste ». Déjà disent-ils des Egyptiens, et des tribus du côté égyptien de la frontière, aident les kadhafistes à rétablir des réseaux et des groupes armés dans l’est libyen, en particulier dans le désert au sud-est d’Ajdabiya.

– Les kadhafistes expliquent leur rapprochement avec les USA après 1991 par le soucis de préserver dans un monde désormais dominé par les USA les « acquis économiques et sociaux » du régime sur le plan intérieur, en renonçant à être présent sur la scène internationale et même arabe, …mais cela a semble-t-il permis l’émergence d’une bourgeoisie libyenne réellement pro-libérale et pro-occidentale, y compris au sein du régime kadhafiste, qui est la véritable source du conflit actuel et de la rébellion, en liaison avec les royalistes de Londres.

– A Misrata, la vie est disent-ils normale, sauf le quartier du port qui est aux mains des rebelles, mais cela ne concerne que quelques rues. La ville est très largement contrôlée par les kadhafistes et les administrations fonctionnent normalement. La TV gouvernementale libyenne a passé en boucle les « images de Misrata » qui passaient sur CNN …et qui se sont révélées être des images des bombardements de …Falloujah, en Irak. Ce qu’on pouvait facilement déceler en regardant les plaques des voitures ….incendiées. – Kadhafi n’a pas placé la grande partie de « son » argent (en valeurs occidentales) à l’étranger comme les princes du Golfe, ce qui fait qu’il est toujours en Libye, ce qui garantit aux Libyens qui vivent dans les zones gouvernementales au moins deux ans (en cas de blocus prolongé) de versements des prestations sociales (santé, assurance chômage, allocations familiales, salaires, etc…) versées par le régime à la population …Dans les zones rebelles, les versements ont cessé et le délabrement du système social, sanitaire et urbain commence …Kadhafi compte sur la lassitude de la population dans cette zone pour reprendre pied. Il compte sur le développement d’une « opposition à l’opposition » dans l’Est. Certains envisagent de recommencer déjà à verser les prestations sociales dans ces zones …sous condition d’allégeance politique.

– les kadhafistes reçoivent des armes et des munitions via plusieurs pays africains qui l’aident, ce qui permet de contrebalancer l’effet des aides occidentales aux rebelles. Et les Africains ont très peur que la circulation des armes dans les zones mal gouvernées aux mains des rebelles ne généralisent les groupes armés et mafieux dans tous les pays du Sahel. D’où leur appui à Kadhafi qui a une vraie armée. L’Algérie partage apparemment aussi cette approche, mais c’est le Tchad qui est le plus actif.

– Les kadhafistes soupçonnent les occidentaux de vouloir que la Libye soit durablement divisée en deux parties dans une guerre longue, qui feraient leur affaire en casant durablement le monde arabe. Ils ont, pour éviter cela, offert à plusieurs reprises de négocier un gouvernement d’union nationale avec les rebelles. Et ils comptent sur les fissures qui vont apparaître dans l’OTAN pour favoriser ces initiatives. …en jouant en particulier sur la concurrence entre les grandes compagnies pétrolières, en particulier en Italie et en Allemagne. – Les kadhafites, mais plus largement la population dans la rue, ne semble pas comprendre « pourquoi la France est tombée si bas avec un Sarkozy « fou » et « guignol de cinéma » …Le thème de la « folie » des dirigeants de l’ouest semble revenir souvent à Tripoli …Comme en écho au « fou » Kadhafi présenté par nos médias.

Kadhafi continue à exporter selon les contrats signés gaz et pétrole vers l’Italie, même s’il n’est plus payé par les Italiens, car il compte sur le fait qu’à moyen terme, l’Italie reviendra sur une position pro-Kadhafi dans le cadre de la rivalité Franco-italienne pour les contrats en Libye et quand elle aura compris que « le régime Kadhafi ne tombera pas » …Apparemment, Ashton aurait dit : « dans un an, nous serons bien obligé de recommencer à négocier avec Kadhafi puisqu’il n’est pas tombé et ne tombera donc pas ».

– les négociations sont pour le moment impossibles en raison des divisions dans les deux camps. Divisions chez les Occidentaux, mais aussi chez les Libyens. Chez les rebelles, il y a un conflit larvé entre les ex-kadhafistes qui représentaient le « lobby » pro-occidental dans le gouvernement libyen, ce que reconnaissent les officiels kadhafistes, et les différents groupes dits islamistes qui ne sont pas d’accord entre eux par ailleurs (Iran, Saoudie, salafi, Aqmi, « CIAlqaida » revenus d’Irak, etc…) et les royalistes liés à la Grande Bretagne. …Mais dans le camp Kadhafi il y a aussi des divisions. Seif el islam dirige la fraction prête à la négociation, à un compromis avec l’occident et les rebelles, et à un gouvernement d’union nationale avec Kadhafi sur le retrait avec une simple position honorifique de « conseiller », et la faction dure du régime qui veut mener le combat sur tous les fronts possibles, intérieurs et extérieurs, y compris en passant à la guérilla pour reconquérir les tribus de l’est …Cette faction s’appuie sur Aicha Kadhafi, la fille du « guide ».

– l’armée de Kadhafi n’a plus d’aviation mais plus de tanks non plus. Mais pour les combats de rues, c’est la kalachnikov et les mortiers qui suffisent, et entre les villes les embardées en pick-up.

– les médecins libyens sont extrêmement inquiets des conséquences des bombardements à l’uranium appauvri pour l’avenir de la santé publique de la population. La véritable bombe à retardement de l’OTAN sur le peuple libyen, toutes orientations politiques confondues, comme en Irak, où les taux de mortalité infantile et de malformations natales chez les sunnites comme chez les chiites, les Kurdes ou les chrétiens, ont déjà atteint des sommets inconnus dans un pays « normal ». Selon eux, c’est là que se réalise le génocide réel des peuples arabes, en différé, et inéluctable. Il en est de même à Gaza d’ailleurs (et au Kosovo, Serbie, Bosnie). – les combats ne sont pas très durs dans les faits car, de part et d’autres, ce sont des Libyens, et aucun des deux camps n’a vraiment envie de tirer pour tuer sur ceux d’en face, qui sont souvent des mêmes familles ou des copains de lycée ou de promotion, ce qui explique les va et vient rapides des lignes, et le fait que très peu de soldats sont tués de part et d’autre. On fait beaucoup de bruit et on tue peu. Les militaires kadhafistes, eux même le reconnaissent, ils n’ont pas trop envie de tuer ceux d’en face, qui eux aussi font de même. …en revanche, ils ont envie de tirer sur les interventionnistes occidentaux et pensent que les simples combattants de ceux d’en face retourneraient leurs fusils contre les occidentaux si ceux-ci débarquaient avec des troupes dans le pays …ce qui explique pourquoi les militaires US ne veulent pas d’autre intervention que aérienne… ce qui en plus garantit une guerre longue, sans camp victorieux. – les conseillers militaires étrangers, surtout russes, ukrainiens et biélorussiens, qui travaillaient pour l’armée libyenne, travaillent toujours. Ils sont (bien) payés par les Libyens. Un salaire nettement supérieur à celui qu’ils reçoivent dans l’armée de leur pays. L’armée n’a pas besoin de « mercenaires étrangers », mais elle a besoin de ces conseillers.

– les kadhafistes préparent une campagne médiatique sur « les meurtres racistes et massifs de noirs, étrangers mais aussi libyens (populations Toubous originaires du sud libyen) qui ont été perpétrés dans la région de Benghazi » et sur les traitements dans les prisons aux mains des rebelles. – les entreprises et les chantiers sont la plupart fermés à cause du départ de la main d’œuvre étrangère. Beaucoup de boutiques aussi sont closes. Sur le long terme, cela menace l’avenir du pays.

– Beaucoup de Libyens parlent français et s’adressent spontanément aux étrangers dans la rue en français (plus rarement en anglais !). Les gens parlent spontanément aux étrangers et veulent surtout comprendre pourquoi, comme ils disent, « tant de haine en Occident contre le peuple libyen ».

Source: NationPress-info


Pâques : La prière musulmane en plein Rome doit être comprise comme une déclaration de guerre !

« Ils » l’ont bien cherché… Un peuple abruti par l’idéologie et la haine de l’Occident en rajoute tous les jours. Un cran de plus a été atteint vendredi Saint, juste avant Pâques… Bandes de malades! Ne nous parlez plus de tolérance. Vous voulez la guerre? Vous l’avez. Et sachez que nous « ne ferons pas de prisonniers »… C’est une image; pour l’instant…

FDF

.

Vendredi 22 avril 2011, des dizaines de musulmans ont prié en public en plein centre de Rome, sur des bâches qu’ils avaient apportées.

Ces prières illégales ont eu lieu Piazza Venezia, devant le monument national à Victor-Emmanuel II, et plus précisément… devant l’Autel à la Patrie !

Il s’agissait donc d’une déclaration de guerre à la Patrie italienne.

Le vendredi 22 avril étant le Vendredi Saint, il s’agissait aussi d’une déclaration de guerre aux chrétiens du monde entier.

Regardez la vidéo que nous venons de monter sur ce scandale :

Il est important de signaler qu’au même moment l’immense mosquée de Rome était pratiquement vide…

Les prières musulmanes publiques sont des actes de guerre

Les organisations musulmanes qui avaient appelé à participer à cette prière publique illégale ont déclaré qu’elles voulaient ainsi réclamer que l’administration municipale paie les factures d’électricité, d’eau et de gaz de leurs lieux de prière….

Suite et source: http://ripostelaique.com/paques-la-priere-musulmane-en-plein-rome-doit-etre-comprise-comme-une-declaration-de-guerre.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+ripostelaique%2FznSM+%28Riposte+Laique%29

Le Conseil général des Hauts de Seine va expulser des gendarmes!

C’est tout simplement honteux!!!  Des « logements éducatifs sociaux ». Pour y loger des « cas sociaux »! Et savez-vous qui sont ces « cas sociaux »??? Ce sont ceux dont la progéniture a comme idéal de « casser du flic »! Eh bien, pour commencer, « on » les y aide …

FDF

.

 Des familles de gendarmes sommées sans état d’âme de déguerpir de leur logement de fonction à la caserne de Levallois Perret (92).

C’est vrai que les gendarmes et leur famille  avaient  tous une tête d’enterrement à cette réunion de mardi dernier (19 avril 2011), où on leur a expliqué et annoncé qu’ils devaient dégager fissa de leur logement de fonction de la caserne de gendarmerie de Levallois Perret, sise –comme on dit- dans les Hauts de Seine, département cher au Président.

Dix familles de gendarmes de tous grades, dont 7 sont arrivées depuis moins d’un an, doivent en théorie déguerpir avant le mois d’août pour transformer les appartements « en logements locatifs sociaux » selon une délibération du Conseil général des Hauts de Seine en date du 7 mars 2011.

Voilà qui est aberrant et incompréhensible : les logements sont déjà locatifs puisque la Gendarmerie paye un loyer au département et ils ont bien un caractère social. Ce ne sont, en effet, que des logements de sous-officiers, nullement luxueux, et la modicité relative des soldes des gendarmes, atteste du caractère social de la destination de ces appartements. Mais ces critères de bons sens ne sont pas ceux de la loi. Et ce n’est pas la vision du Conseil général, propriétaire des lieux.

Haro sur les gendarmes.

Pour l’Etat employeur, les gendarmes sont une poule aux œufs d’or. Tout d’abord, ils sont militaires, donc a priori obéissants, sauf quand ils décident de descendre dans la rue comme en 2001. Ils ne sont pas non plus syndiqués, ce qui garantit une absence de résistance quand on touche à leurs intérêts. Ce n’est pas comme les policiers, qui sont parvenus à stopper la dissolution de deux CRS à Lyon et Marseille, voici quelques mois. Et puis, les gendarmes n’ont pas d’horaires de travail à respecter. On peut presser le citron. On ne risque pas de voir débouler l’inspection du travail, même en cas de suicide.

Ils ont toutefois un grave défaut, au regard de l’Etat et de ses élus : ils sont logés par nécessité absolue de service pour être sifflés par leurs chefs, quand ça les arrange.

En région parisienne, il y a beaucoup de gendarmes qui travaillent dans les ministères, et les administrations diverses et variées qui en dépendent. Il y a donc un besoin important en logements. En 2007, la Gendarmerie, le petit doigt sur la couture du pantalon, a créé, non pas une bulle …immobilière, mais le BUL, bureau unique du logement, chargé de « rationaliser ». Bilan : plus de 600 baux de logements hors casernes résiliés et une économie de plus de 10 millions d’euros. Mais, elle n’en est pas récompensée pour autant.

Dans le même temps, la plupart des unités de gendarmerie de Paris et de la petite couronne ont été fermées. C’est ce qui est arrivé à la brigade de Levallois Perret à partir du 1erjuillet 2010. Les logements de la caserne, dont le Conseil général des Hauts de Seine est propriétaire, n’en continuent pas moins d’être occupés par dix familles.  L’usage et la bienséance justifieraient  que l’évacuation d’une caserne en vue de sa restitution au propriétaire soit étalée dans le temps pour tenir compte de la situation sociale des familles et de la gestion des personnels. Pas dans les Hauts de Seine ! Est-ce parce que cela se passe dans le département du président ou bien parce que d’autres facteurs plus personnels interviennent ?

Attention, un Patrick peut en cacher un autre.

A Levallois, il y a des programmes immobiliers et des expropriations en cours, notamment dans le secteur de la rue Anatole France où se trouve la caserne. Alors, certains  auraient été prêts à voir  la main de Patrick, l’ami de Sarko, dans cette mauvaise manière faite aux gendarmes. On ne prête qu’aux riches.

Mais non ! C’est l’autre Patrick… Devedjian,  un peu moins copain que le précédent avec l’occupant du château, qui est à l’origine du coup de poignard dans le dos.

A l’automne 2010, la gendarmerie a envoyé en éclaireur un colonel  pour s’enquérir auprès du Conseil général des intentions du propriétaire sur la caserne de Levallois. Toutes les assurances verbales ont alors été données à ce missi dominici. Mais, c’est connu, les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent.

Et  le 23 décembre, en guise de cadeau de Noël, le Conseil général a fait part de son intention de vendre l’immeuble. Après une visite des locaux par des acquéreurs potentiels, la vente a été autorisée par une délibération du 7 mars 2011, qui fixe sans concertation la remise des locaux libres de toute occupation au 1er août, sans se préoccuper du sort des occupants.

Garde à vous et déguerpissez ! Peu importe que le propriétaire n’ait pas adressé de préavis officiel. Peu importe que la plupart des occupants soient arrivés depuis moins d’un an. Peu importe que les enfants soient déstabilisés par un déménagement et une réinstallation dans un lieu inconnu à ce jour. Peu importe que telle famille doive préparer son déménagement alors que l’époux, le père, sert en Afghanistan. Ah, qu’il est réconfortant pour les gendarmes et leurs familles, considérés ainsi comme de vulgaires meubles meublants d’un casernement, de se sentir si bien soutenus par les élus !

Ultime manœuvre désespérée voire utopique, promise par le colonel du BUL : solliciter du nouveau propriétaire une prolongation du bail permettant aux familles de se maintenir dans les lieux deux années de plus, afin que l’évacuation des locaux corresponde aux mutations des militaires.

Mais, pour quelle raison, M. Dova, conseiller général  d’Antony (Centre), président de l’Office Public Départemental de l’Habitat des Hauts de Seine, qui va devenir l’heureux acquéreur de la caserne serait-il plus compréhensif ?

M. Devedjian et M. Dova s’apprêtent à commettre une mauvaise action. Le comprendront- ils ?

Peut-être !

A défaut, les gendarmes ne leur disent pas : Merci !

Source:http://adefdromil.org/13457

Question à NOS députés… Que NOUS avons élu…

« L’islam fait-il partie de la France ? » Les députés répondent à StreetPress. Posée ainsi, cette question pourrait faire croire que l’islam est une région… Je n’ai pas écrit « une religion », car ce n’est n’est pas une… C’est une idéologie; enfoncez vous ça bien dans le crâne…

Bref; à cette question, nos députés ne brillent pas par des réponses franchement formelles… Terrain glissant.

FDF

.

La vidéo (pillée à Rue 89) ici: