Francaisdefrance's Blog

06/04/2011

Ca chauffe au Canada, aussi…

Reçu par mail… Excellent texte et imparable avertissement…

FDF

.

 

Nous sommes un peuple très accueillant. Nous l’avons toujours été. Mais là, c’est trop.

Car là, EUX, ils ne sont pas venus en pacifistes. ILS sont venus ici en colonisateurs, voulant que nous acceptions tout et nous pliions à tout. LEUR religion doit trôner partout, en droit, en éducation et même dans le monde médical. Depuis, nous, n’avons plus le droit à nos symboles religieux. Un maire dernièrement était au banc des accusés parce qu’il continuait à dire une prière avant l’assemblée. Ce maire a dit et, avec quelle justesse :  » Quand on parle d’accommodement raisonnable ici, c’est toujours pour les autres religions qui ne sont PAS chrétiennes.  » Devons-nous être traités de racistes parce que nous sommes en train de perdre toutes nos valeurs à cause des musulmans?

Je pense qu’il est réellement temps qu’on se réveille. Il est temps qu’on se tienne debout. Il serait aussi temps que ceux qui ont été accueillis ici depuis des années, qui y ont établi leurs familles pacifiquement nous comprennent aujourd’hui. Si nous, nous voyageons, nous nous adaptons; pourquoi n’en est-il pas ainsi pour eux?

Ça fait réfléchir…

Vous êtes Canadiens… À faire circuler!

Mon arrière grand-père regardait comment ses amis sont morts dans la Première Guerre mondiale, mon père regardait comment ses amis sont morts dans la Seconde Guerre mondiale, et je regarde comment des amis meurent  en Afghanistan. Aucun d’entre eux n’est mort pour un drapeau étranger.

Tout le monde est mort pour le drapeau canadien. Nous avons supprimé la prière chrétienne de nos écoles, car cela pourrait offenser une minorité d’étudiants qui ne sont pas de foi chrétienne.

Il est politiquement incorrect pour les fonctionnaires et agents publics de porter quoi que ce soit que ce soit de nature religieuse tout en servant le public, malgré le fait que certains fonctionnaires sont autorisés à porter le turban au travail en tant que fonctionnaires ou civils. Pourquoi? Parce que c’est contre leur religion de ne pas le porter.

En fait, notre premier ministre a interdit l’utilisation de toute référence chrétienne quand un service commémoratif a eu lieu sur les rives de l’océan Atlantique, près de Halifax. Le mémorial a eu lieu en souvenir des 270  personnes qui ont perdu la vie  lorsque le vol 111 de Pan Am  (1988) s’est écrasé. Ils ont été assassinés par un extrémiste qui,après a été reçu et acclamé comme un héros dans un pays musulman (Libye). Il s’agissait de Abdelbaset al-Megrahi, condamné dans l’attentat de Lockerbie. 

Presque toutes les victimes de l’accident étaient des chrétiens. Nous avons supprimé toute référence auchristianisme dans nos tribunaux, en dépit du fait que nos lois sont fondées sur les principes et les valeurs chrétiennes.

La loi sur les vélos dans presque tous les territoires canadiens exige aux cyclistes de porter un casque de sécurité. Vous l’avez deviné, les gens qui sont tenus de porter un turban en sont exemptés parce qu’un casque n’est pas conçu pour être porté par-dessus un turban (un symbole religieux).

Il y a dix ans, une Commission a été formée en Ontario (pression par les musulmans) afin d’enquêter si cela était indiqué et permettre aux Canadiens de confession musulmane de vivre et d’être jugé selon leur loi religieuse, la  charia. À la tête de la Commission, un ancien procureur général dans le gouvernement néo-démocrate, Bob Rae, a présenté les conclusions de la Commission : permettre une utilisation limitée de la charia pour les Canadiens deconfession musulmane. La charia aurait eu force de loi pour des gens d’allégeance musulmane qui auraient été soustraits aux lois canadiennes.

La recommandation a été rejetée. On aurait jamais dû aller aussi loin et en fait, la question ne devrait même pas avoir atteint le stade de la discussion, et encore moins la formation d’une commission.

Il est politiquement incorrect que nos concitoyens se souhaitent Joyeux Noël. Ça froisse les Musulmans! Et la liste s’allonge encore et encore. Assez, c’est assez!

Ce courriel devrait être lu par tous les Canadiens et tous les Canadiens doivent se tenir debout pour le Canada. Depuis assez longtemps, nous
avons tenté de contenter les nouveaux immigrants (en particulier les musulmans) au Canada.

Je prends position. Je suis révolté parce que des dizaines de milliers de personnes sont mortes en combattant pour notre pays, pour le drapeau canadien, pour nous; eux ils se sont tenus debout pendant que d’autres s’agenouillent lâchement devant des arrivants qui ne s’intégreront jamais (leur religion le leur défend).

Permettez-moi de rendre cela parfaitement clair!

CECI EST… mon pays! Et, parce que je fais cette déclaration.

ILS
Diront que je suis contre l’immigration!

Vous êtes les bienvenus, dans mon pays!
Bienvenus pour venir en toute légalité :

1. Obtenir du parrainage!
2. Obtenir un endroit pour poser votre tête!
3. Obtenir un emploi!
4. Vivre selon nos règles!
5. Payer vos impôts!

Et
6. Apprendre la langue comme tous les immigrants ont fait dans le passé!
ET
7. S’il vous plaît, n’exigez pas que nous remettions toutes
nos économies, accumulées durant notre vie,

à des fonds de sécurité sociale qui vous SERONT destinés.

Si vous ne voulez pas transmettre le présent message,

de peur d’offenser quelqu’un, à nos yeux


vous faites partie de la problématique canadienne!


Il est temps que les Canadiens arrêtent de céder LEURS DROITS?

Nous sommes allés trop loin…
en essayant de ne pas offenser quiconque

CANADIENS et CANADIENNES RÉVEILLONS-NOUS !

Si vous acceptez… Faites circuler cette information.

Si vous n’êtes pas d’accord, vous nous prouvez que vous n’êtes pas CANADIEN et que vous devriez retourner d’où vous venez.

Les SuperZéros du PS débarquent ….

http://tk3.rylyo.com/sy/ev?3&2112-243&0&JBOdK/uWBazpXJlm2rX++Q

Ils sont nuls, mais ils rêvent de gouverner la France.

Leur rêve sera votre cauchemar.

Les SuperZéros débarquent sur internet, les primaires peuvent commencer.

http://tk3.rylyo.com/sy/ev?3&2112-243&1&JBOdK/uWBazpXJlm2rX++Q

Exclusif !

Super Moyen dévoile son programme dans Flop Santé : « Un régime pour la France ». Plus d’impôts et moins d’emplois.

> Lire la suite

http://tk3.rylyo.com/sy/ev?3&2112-243&2&JBOdK/uWBazpXJlm2rX++Q Le Projet socialiste, c’est 50 milliards d’impôts supplémentaires « Ca va taxer !!! » 

>

> Lire la suite

http://tk3.rylyo.com/sy/ev?3&2112-243&3&JBOdK/uWBazpXJlm2rX++Q

Scoop :

le projet socialiste a été chiné à la braderie de Lille.

>

> Lire la suite

Découvrez tous les SuperZéros
Dark Hamon 

L’Incroyable Martine

Le Dr Gang- Banque

Super Moyen

Wonder-Ségo

Mélenchien

Contact > Contact presse 

> Formulaire de contact

 

Site édité en partenariat avec l’UNI 34 rue émile Landrin 92100 Boulogne –

L’Algérie rit jaune!

Vue imprenable sur Alger…

L’info n’est pas récente mais quel plaisir de voir l’arroseur arrosé… Ben les momos, faudra vous y faire. Vous allez connaître les bienfaits du « vivre ensemble ». Et encore, les chinois ne sont pas aussi emmerdeurs et arrogants que vous l’êtes chez nous… Un conseil: n’allez pas traîner dans leurs « quartiers »; ce serait du suicide. Eh oui…

FDF

.

C’est ce qu’on appelle l’effet boomerang…

Tiens, quelle surprise !!!

LA MEILLEURE

Ça mériterait d’être expliqué à nos habitants issus de l’immigration ….

Vu dans des extraits de journaux ça tombe pile en plein débat sur l’identité nationale…. !

Marrant non ?

et ils sont où les donneurs de leçons ????

Vous allez rire, elle est bien bonne ….!!!!!

Les arroseurs arrosés.

Depuis plusieurs semaines, la presse  algérienne se fait l’écho de tensions entre la communauté chinoise  installée en Algérie et la population locale.

Tensions qui ont donné lieu  cet été à de graves agressions à l’encontre de ces immigrés  asiatiques et dont la violence a même poussé les autorités chinoises à intervenir auprès de leurs homologues maghrébins pour leur demander de mettre fin à ces pugilats. …..

Les Chinois ont abusé de la gentillesse des Algériens !

On les a accepté malgré leurs défauts, aujourd’hui ils nous agressent chez nous, a déclaré Mounir à l’A.F.P.

« Ils boivent de l’alcool  devant leurs boutiques au vu et au su des Algériens et s’exhibent parfois en short dans le quartier.

Ce sont des comportements contraires à notre  religion et notre culture », a précisé Abdellah, un autre habitant du  quartier.

Des critiques que Song explique par « un sentiment de  concurrence et de jalousie ».

A Bab Ezzouar, à Alger, plus de 200 commerces appartiennent à des Chinois.

 » Leurs produits sont vendus à des  prix très compétitifs, ils sont ouverts tous les jours, donc ils gagnent  de l’argent, ce qui déplaît aux Algériens », observe-t-il.

Étonnant,  non ?

Ces mêmes chinois sont implantés en France depuis des lustres mais n’ont que rarement attisé le ressentiment des Français, contrairement à  d’autres communautés.

Mais que les Algériens se rassurent,
– leurs immigrés chinois ne brûlent pas encore le drapeau national dans la rue, n’imposent pas leurs coutumes alimentaires dans les écoles,

– n’exigent pas la construction de temples   – ne réclament pas d’horaires de piscine aménagés,

– ne contredisent pas l’enseignement des sciences,

– se satisfont de médecins masculins pour leurs épouses,

– ne profitent pas indûment des aides sociales.

– etc., etc….

Mieux vaut écrire « A mort les porcs » qu’ « islam dehors »!

En graffiti, c’est moins risqué vis à vis des autorités et hautes instances du racisme anti-blanc… J’ai piqué ce qui suit sur Riposte Laïque…

Marine, VITE !!!

FDF

.

Le site Ajib.fr fait partie de ces blogs communautaristes spécialisés dans la dénonciation des misères que l’islam subirait sur notre sol. Mais parfois, il veut trop en faire et se tire une balle dans le pied, par exemple en publiant cette photo, prise je ne sais où ni par qui :

Cette image est destinée à nous montrer combien les musulmans souffrent, puisqu’on peut y lire : « Islam dehors », et même y voir une croix celtique qui nous rappelle les heures les plus sombres de notre histoire la plus ancienne, celle qui remonte aux Celtes et aux druides, qui étaient surement très très méchants comme l’a dit Jules César qui en a zigouillé quelques -uns.

Un détail a pourtant échappé aux compagnons de la pleurniche quand ils ont mis la photo en ligne : l’inscription « Islam dehors » en recouvre une autre qui, elle, est en principe francophobe : « A mort les porcs. On (illisible) la France. »

L’histoire que nous raconte l’image, et que Ajib relaie par bêtise, est donc plus complexe que ce qui parait à première vue. On peut y lire une première provocation, en principe contre les non-musulmans (« les porcs »), provocation allant jusqu’à l’appel au meurtre (« A mort »). L’inscription « Islam dehors » n’est qu’une réponse.

On ne sait trop s’il faut rire ou pleurer. Rire de la bêtise d’Ajib, qui avoue de fait une provocation de la part de supposées victimes de l’islamophobie au moment même où il relaie le rapport du CCIF qui nous statistique plein d’actes supposés islamophobes.

Ou pleurer parce que, si Ajib fait de tels aveux de façon si insouciante, c’est qu’il sait que les auteurs des appels au meurtre contre les « porcs » ne risquent rien, contrairement à ceux qui leur ont répondu par « Islam dehors »). On rappellera que trois étudiants sont convoqués pour le 5 mai devant le tribunal correctionnel d’Angers sous l’accusation avoir écrit « La charia hors d’Europe » et « Marianne ne portera pas le voile ». En sens inverse, à notre connaissance, les graffitis appelant à la mort des « porcs » n’intéressent ni les tribunaux ni la police de la pensée.

Source: http://ripostelaique.com/

Osons parler de la laïcité !

Ca, je ne peux m’empêcher de relayer…

FDF

.

« Mieux encadrer l’exercice de l’abattage rituel. »


(Extrait du discours de Monsieur COPE)…

.

La culture politique, depuis 1940, c’est de promettre et de ne pas tenir. Depuis 1958 c’est même d’accomplir le contraire de ce qui est promis.

Mais là, Monsieur COPE invente un nouveau genre, celui de l’oxymore.

« Mieux encadrer l’exercice de l’abattage rituel ». Voilà une phrase historique, fabuleuse, digne des dévôts de la secte humaniste que ces bigots suivent en découvrant lentement qu’ils sont couchés dans un corbillard.

Comme pour le sang contaminé ou Tchernobyl, le discours pourrait être:

« Voilà le sang et la mort vont vous arriver dessus comme les plaies d’Egypte mais je vous promets que vous ne saurez rien et que vous ne vous en rendrez compte qu’au moment de mourir. Pour le moment continuez de vaquer à vos occupations ».

Il parle d’une barbarie épouvantable tandis que  pas un Français sur mille n’a la moindre idée de ce qu’est l’abattage « rituel ».

Les Français sont habilement rangés sur la voie de garage de la corrida et de son horreur. Les militants défilent contre les corridas au cours desquelles un taureau est mis à mort en 15 minutes alors qu’au même moment, au bout de leurs propres rues, dans les abattoirs officiels, des milliers de bovins, d’ovins et toutes sortes d’autres animaux parcourent le martyre horrible de la mort lente, durant des heures, jusqu’à la vidange totale de leur sang.

Qui proteste ? Personne ! Personne n’est informé !

Les mêmes dissimulateurs qui cachent les horreurs de ces abattages sont ceux qui osent répandre le mythe de « trois à quatre millions de musulmans en France » alors que l’interdiction de leur dénombrement à elle seule prouve que le Mollah de Poitiers – celui de l’appel au Jihad sur la voie publique –  a raison de parler des 15 millions de musulmans en France. Au moins un qui ne ment pas !

Il est vrai que l’abattage rituel concerne l’abattage « casher » tout autant que l’abattage « halal ». Alors ?

Le flou artistique de Monsieur COPE met le feu aux poudres. L’incendie n’est pas prêt de cesser. La Résistance s’est mise en marche. Il faut espérer que le Maire de Meaux ne choisit pas cette attitude en raison de la réalité de son nom d’origine: COPELOVICI. Ce serait bien triste.  Hyper vague pour ne pas faire de vagues. C’est comme des gens qui parleraient des camps sans en rien savoir ou de l’enterrement de milliers de Harkis vivants, sans imaginer un instant ce que ce spectacle peut représenter de réalité constatée.

« Mieux encadrer », qu’est-ce que ça veut dire ?

« L’exercice » …. Mais il se fout de nous ?

« L’abattage rituel » . Là, c’est de la provocation, de l’injure, une atteinte à la vie elle-même.

A-t-on déjà entendu dire que la corrida pouvait être défendable en raison de sa pratique qui serait rituelle ?

Et ça lui fait quoi à la vache de savoir qu’elle est suppliciée pour les impératifs incontournables d’un rite ? Elle souffrira moins ?

Mettre une heure et demie à mourir dans les flots de sang des vaches qui l’ont précédée parce que sa mort, précédée de l’arrachage à mains nue de son oesophage, gorge ouverte, procède d’un rite, ça lui fait quoi à la vache, Monsieur COPE de l’UMPS ?

Les nazis ont-ils expliqué à Nuremberg qu’ils auraient été moins coupables s’ils avaient agi rituellement ?

Tout cela est flou, odieux, cynique, politicien .

Ce qui est plus sûr encore c’est que tous ces politiciens de rencontre, ces courtisans, toutes tendances confondues dès l’instant où ils reçoivent salaire de la politique, et de toutes ascensions, n’espèrent qu’une seule chose, comme Ben Ali et Moubarak. Avoir le temps de se remplir les fouilles avant de quitter la maison en feu.

Ce qui hante ces pantins salariés du chaud bise et de la politique, c’est la montée de Marine. Ruquier traite les millions d’électeurs de Marine Le Pen de « cons » et l’ancien « occidentaliste » Goazguen les traite de « primates ». Imaginons une seule seconde la révolution des antennes paraboliques à laquelle nous aurions assistée si Marine Le Pen avait déclaré que les électeurs de Goazguen sont des primates et que les auditeurs de Ruquier sont des cons. Ou des tarlouzes.

Non ! Ne l’imaginons même pas !

Dans moins de dix ans, si les Jean Moulin ne se lèvent pas, si Madame Christine TASIN et si Monsieur Fabrice ROBERT n’emportent pas les volontés des Français désireux de recouvrer leur liberté, leur indépendance nationale, leur république laïque et leur identité, alors le débat des collabos portera sur la lapidation publique ou privée des femmes infidèles.

Amitié

Vitus

Non décoré de la Légion d’Honneur

Exilé de l’Intérieur

Patagon honoraire


> Chère Amie, Cher Ami,
> > A l’UMP, nous avons la conviction profonde qu’il n’y a pas de débats interdits. Au contraire : nous croyons fermement que ne pas parler d’un sujet est un risque pour le « vivre- ensemble » : l’ignorance est le fondement des incompréhensions, des peurs et des caricatures.
>

Parler de la laïcité, c’est être à l’écoute des Français et c’est prendre nos responsabilités.
> >
> > Certaines pratiques peuvent, à terme, mettre à mal les principes fondateurs de la République telle que nous la concevons : indivisible, laïque, démocratique et sociale. Notre devoir est d’en parler et d’apporter des solutions concrètes afin de permettre à chaque Français d’exercer sereinement son culte dans le respect de celui des autres et des lois de notre pays.

Nous l’affirmons : oui, la laïcité est au cœur du débat républicain. Et c’est dans cet esprit de rassemblement que nous organisons ce mardi 5 avril une Convention intitulée « La laïcité : pour mieux vivre ensemble ».

La consultation de nos adhérents, de clubs de réflexion, de nos élus et de différentes personnalités de la société civile ont permis de faire avancer le débat et de faire émerger 26 propositions. Nous suggérons notamment de :

Rédiger un code de la laïcité et de la liberté religieuse.

Interdire toute soustraction au programme scolaire obligatoire pour motif religieux.

Mieux encadrer l’exercice de l’abattage rituel.

Interdire aux usagers du service public de récuser un agent à raison de son sexe ou de sa
> > eereligion supposée
.

Vous êtes les premiers concernés : qu’en pensez-vous ?

L’UMP est votre parti : nous avons besoin de vos remarques, de votre opinion, car ce n’est qu’ensemble que nous pourrons construire un projet fédérateur pour 2012, pour la France. 

Nous comptons sur vous.

Merci,

Jean-François Copé

Débat sur la place de l’islam : c’est au peuple français de se prononcer !

Oui, mais en France, quand on lance un référendum (ce qui est très rare tellement on a peur des résultats…), comme celui sur l’Europe en 2005:


« on » ne tient pas compte de l’avis du peuple. C’est ça, la démocratie…

FDF

.

Communiqué du Bloc Identitaire:

Lors de la conférence de presse du lundi 4 avril 2011, intitulée : « Face  à l’ampleur de l’islamisation de la France, il faut prendre des mesures de salut public », Pierre Cassen (Riposte laïque), Fabrice Robert (Bloc identitaire) et Christine Tasin (Résistance républicaine) ont expliqué pourquoi l’islam n’est compatible, ni avec notre civilisation, ni avec les principes républicains.

Le pseudo-débat lancé par l’UMP est une supercherie. Sous couvert de rassurer les Français de plus en plus inquiets face à la progression de l’islam, le gouvernement veut, au contraire, favoriser la multiplication de mosquées financées par l’argent public et l’ouverture de centres scolaires musulmans, poursuivre l’adaptation de notre droit aux exigences du Coran et institutionnaliser un peu plus un prétendu « islam de France ».

Pour nous :

• l’islam n’est pas une religion comme les autres, mais un projet politico-religieux totalitaire incompatible tant avec les fondements de la civilisation européenne qu’avec nos principes démocratiques et laïques, sur lesquels il s’appuie pour mieux les détruire demain ; la progression de l’islam en France est la conséquence directe de l’absence totale de maîtrise des flux migratoires extra-européens depuis plusieurs décennies ; • l’islam « modéré » n’existe pas et ne peut pas exister, comme en font la preuve la totalité des pays musulmans dans le monde.

Si les choses continuent ainsi, dans deux générations, la France sera majoritairement peuplée de musulmans, et donc deviendra terre d’islam. Il ne saurait en être question.

En conséquence, en application de nos principes démocratiques les plus élémentaires, le Bloc identitaire demande la tenue d’un référendum portant sur la place de l’islam en France.

Les questions pourraient être formulées ainsi :

• Etes-vous favorable, oui ou non, à la construction de mosquées en France ?

• Etes-vous favorable, oui ou non, à l’édification de minarets en France ?
• Etes-vous favorable, oui ou non, à l’existence d’écoles coraniques en France ?
• Etes-vous favorable, oui ou non, à la révision de la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat en faveur de l’islam ?
• Etes-vous favorable, oui ou non, à l’adaptation du droit français en fonction des règles du Coran ?
• Etes-vous favorable, oui ou non, à l’affectation d’argent public à des projets cultuels ou culturels musulmans ?

Pour nous, à ces six questions, la réponse est non.

• Etes-vous favorable, oui ou non, à l’interdiction en France de l’abattage des animaux sans étourdissement selon le rite halal ?

• Etes-vous favorable, oui ou non, à l’interdiction en France de la commercialisation de viande d’animaux abattus selon le rite halal ?
• Etes-vous favorable, oui ou non, à l’arrêt de l’immigration extra-européenne vers la France (excepté pour les véritables demandeurs d’asile politique) ?
• Etes-vous favorable, oui ou non, à l’arrêt du regroupement familial dont bénéficient en France les étrangers extra-européens ?

Pour nous, à ces quatre questions, la réponse est oui.

Conscient que c’est faire violence aux musulmans que de leur imposer ces règles strictes de protection de notre identité, nous favoriserons les partenariats avec les pays musulmans afin que les musulmans de France puissent vivre pleinement leur foi musulmane en terre d’Islam.

Et d’ores et déjà, avant que le peuple français ne se prononce, nous demandons que soit instauré un moratoire immédiat sur la construction de mosquées en France.

Les mesures que nous proposons sont les seules qui permettront de stopper l’offensive de l’islam. Il en va de l’avenir de nos enfants et de nos petits-enfants, et de leur droit absolu à préserver et à transmettre l’héritage de la civilisation européenne, à continuer à vivre dans une République laïque et à bénéficier des libertés démocratiques.

*****************************************************************************************************************

info@bloc-identitaire.com

www.bloc-identitaire.com
Facebook : http://www.facebook.com/pages/Bloc-Identitaire/120744067952013
Twitter : http://twitter.com/blocidentitaire

« Future » mosquée de Tournon: trente ans que ça dure…

Faisons en sorte que tout cela finisse… dans les oubliettes…

FDF

.

Sur le site de la mosquée, à l’entrée sud de la ville de Tournon, le travail avance à pas comptés : ce sont uniquement les dons de la communauté locale qui financent les travaux. Ici les financements des pays du Golfe persique ne sont « pas souhaitables ». [mais par contre les financements de pays comme l’Algérie, le Maroc ou la Tunisie, là « on leur tend la main » et « ce sera avec plaisir », comme déclaré dans le reportage sur ce projet de mosquée diffusé sur ARTE le samedi 18 mars 2006 à 19h00 (archive)]

Il en a fallu du temps pour voir s’ériger la mosquée de Tournon… et il en faudra sans doute encore pour la voir achevée. [Il en faudra beaucoup moins pour la démonter]

Ce projet, qui remonte à la fin des années 1980, s’est d’abord englué dans des considérations politico-juridiques, conclues par une décision en mars 2010 de la cour d’appel de Lyon qui interdisait à la ville de Tournon de louer le terrain par un bail emphytéotique. L’association culturelle arabo-islamique a dû se résoudre à acquérir les lieux. « Au prix fort (65 000 € les 250m 2, NDLR), selon son responsable. Nous n’avons jamais reçu d’aide ».

Et aujourd’hui, la construction avance à pas comptés…

Tournon-sur-Rhône - La mosquée se construit péniblement avec l’argent des fidèles
ledauphine.com/ardeche/2011/04/04/la-mosquee-de-tournon-se-construit-peniblement-avec-l-argent-des-fideles

[archive]

Ce que le Dauphiné se garde bien de dire en parlant d’un projet « englué dans des considérations politico-juridiques » c’est que si le démarrage du chantier a été si long, et si coûteux pour les musulmans, c’est grâce aux internautes qui dès le départ, ont protesté, avec de simples lettres, ce qui a l’époque avait déchainé la haine des médias. Presse, TV, radios, tous ont bavé leur rage et leurs menaces, dépités par leur impuissance à faire taire la résistance 100% pacifique et démocratique.

Cette tempête médiatique a été impressionnante, mais contre-productive : alertée, l’association La Libre Pensée a eu gain de cause et à fait sauter les subventions déguisées, ruinant l’association musulmane.

Sans cette résistance la mosquée aurait été terminée depuis longtemps.

Alors certes le chantier avance mais ce n’est que de l’acharnement thérapeutique.
On en arrivera inéluctablement à l’étape du débranchement :

Auto-produire la carte postale ci-dessous
et l’envoyer aux destinataires ci-après

pour qu’ils se préparent à faire leur deuil.

Permis de démolir la mosquée de tournon-sur-rhone
.jpg
159 Ko
.png couleurs pures 462 Mo
685×457 – 10×15

Les destinataires

La mosquée en premier lieu, bien évidemment.
Son adresse figure sur le panneau en bas à gauche de la carte postale. La ville est Tournon-sur-Rhône dont le code postal est 07300.
Le facteur distribuera à l’association islamique s’il n’y a pas encore de boîte aux lettres à la mosquée elle-même, c’est pas un souci.

En second lieu, le maire, et tant qu’à y être tous les élus municipaux afin qu’ils soient informés du destin auquel est inéluctablement vouée la mosquée à la construction de laquelle ils ont collaboré contre l’avis de la majorité de la population. Ils pouvaient choisir de ne pas vendre le terrain après la décision du tribunal, ils ont choisi de laisser construire la mosquée malgré qu’ils aient pu constater la forte opposition de la population, alors qu’ils en assument son futur et que cela leur file des angoisses nocturnes jusqu’au dénouement.
Mention spéciale de la honte pour le maire (Frédéric Sausset). Lorsqu’il était dans l’opposition, il a voté « OUI » à la mosquée, à l’unanimité, en conseil municipal, (alors qu’il aurait pu voter « NON ») puis une fois élu (grâce au fait que son prédécesseur n’ait même pas osé se représenter parce que cette histoire de mosquée ne lui laissait aucun espoir) voilà que Frédéric Sausset n’a pas hésité à déclarer que « la décision de la précédente municipalité » était, je cite : « une erreur monumentale »… en oubliant opportunément qu’il faisait parti de cette municipalité et que c’était sa décision !

Vous trouverez les noms de tous les élus à partir de la page www.ville-tournon.com > Conseil municipal > Les élus qui donne aussi l’adresse postale de la mairie.

On peut éventuellement rechercher l’adresse publique personnelle des élus sur les pagesblanches.fr de l’annuaire du téléphone tant il est vrai que l’on réfléchit bien mieux seul et chez soi aux conséquences de ses décisions.

L’insulte anti-française est de bon ton, ces temps-ci…

L’auteur des insultes est à droite, sur la photo, aussi…

.

Et la justice applique la loi en fonction d’où vient l’insulte. Ca ne vous dérange pas, ça? Moi si; énormément. Surtout quand on sait que l’insulte vient d’un député de Paris…

FDF

.

L’INSULTE ANTI FRANCAISE A LA UNE

Ruquier a dit que les électeurs du FN sont des « cons » et Goasguen, député de Paris et ancien d’ »Occident » les a qualifiés de « primates » sans pour autant craindre la condamnation à laquelle il aurait droit s’il avait déclaré des Juifs, des Arabes ou des Francs-Maçons que ce sont des primates.

De la prison ferme et des centaines de milliers d’euros d’amende, voilà quel serait le tarif. En moins d’une heure de débat. Et la Justice trouverait dans la journée les juges, les greffiers, les procureurs et même les avocats pour régler cette affaire !

Les Nationalistes et les Identitaires sont les « juifs » du temps présent que l’on peut encore impunément insulter dans une allégresse de plus en plus pincée et méfiante. La hardiesse des insulteurs ressemble étrangement aux cris de victoire du fantoche tripolitain.

Les Mollahs comptent les points et rient dans leur barbe.

Ceux qui se livrent à ces insultes – le record est détenu par le journal « Libération » dans une insulte inimaginable concernant Marine Le Pen et toute sa dignité de femme – sont exactement ces individus qui dénonçaient, qui raflaient et qui insultaient les juifs durant la précédente Occupation.

En effet si l’insulté n’est pas strictement le même, si le contexte historique n’est pas encore exactement le même, personne ne peut avoir l’indécence de prétendre que celui qui lynchait, qui dénonçait et qui insultait en 1942 n’était pas très exactement de la même indigne espèce de brute que celui qui lynche, qui dénonce et qui insulte en 2011.

En qualifiant de « primates » les électeurs du Front National Monsieur Goasguen qui est un élu de la république, membre du parti qui dirige la France, se conduit comme les Gestapistes qui organisaient même des musées pour que les Français puissent reconnaître les juifs selon les critères définis par le fanatisme et le crétinisme profond des organisateurs de ces mascarades.

Il traite de « primates » les personnages suivants :

- Michel de Camaret, Compagnon de la Libération

- Augustin Jordan, Compagnon de la Libération

- Georges Bidault, Compagnon de la Libération, successeur de Jean Moulin et qui faillit présider le Front National en 1972

- Colonel Horace Savelli, Compagnon de la Libération

- Pierre Clostermann, Compagnon de la Libération, héros des combats aériens sur La Manche

- Commandant Serge Grosjean, Ancien chef du Maquis de l’Oisans

- Rolande Birgy, Juste parmi les Justes, inscrite au Monument Yad Vashem de Jerusalem

- Armelle Bonnefond, Médaillée de la Résistance, évadée du train de la déportation

- Jean Valette d’Osia, Général d’Armée – chef du Maquis haut-savoyard – Grand Croix de la Légion d’Honneur, Croix de Guerre 14-18 – Croix de Guerre 39-45 – Médaille des Evadés – Rosette de la Résistance

- Raymond Merentie, Résistant de l’armée secrète bas-alpine, Croix de Guerre avec Palme, Médaille de la Résistance

- Docteur Jacques Lafay, Officier de la Légion d’Honneur, Croix de Guerre, Croix du Combattant Volontaire de la Résistance

- Robert Hemmerdinger, Croix de Guerre, Médaille de la Résistance, Médaille de la France Libre, Médaille des blessés

- André Figueras, Croix de Guerre, Médaille de la Résistance

Général Georges Noël, Officier de la Légion d’Honneur, Commandeur de l’Ordre National du Mérité, Médaillé militaire 1944, Croix de Guerre 39-45, Croix de la Valeur Militaire

Commandant Louis Ressicaud Officier de la Légion d’Honneur, Médaille Militaire, 7 citations

Général Jean Quelennec, Commandeur de la Légion d’Honneur, Croix de la Valeur Militaire, Croix de Guerre des TOE

Pr Pierre Routhier, Chevalier de la Légion d’Honneur, Croix de Guerre 39-45, Ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure

Gilbert Garnier – Résistant FFI 42-44 – Interné Déporté – Médaille Militaire – Croix de Guerre 39-45 – Médaille de la Résistance

- Marie-Antoinette Colin, Ancienne déportée, Médaille de la Résistance, Croix du Combattant

- Capitaine de Vaisseau Pierre Chesnais, Officier de la Légion d’Honneur, Médaille de la Résistance

Pr Roger Asselineau, Médaille de la Résistance

- Vincent Saint-Gratien, Croix du Combattant Volontaire de la Résistance, Médaille militaire,

- Jacqueline Keller, Croix du Combattant Volontaire de la Résistance, Médaille de la France Libre

- Général Jean de Rostolan, Commandeur de l’Ordre National du Mérite, Croix de Guerre 39-45 avec Palmes, plusieurs fois cité

- Alexis Arette, Médaillé Militaire, Croix de Guerre 39-45

- Alain de Sancy, Croix de Guerre 39-45, Croix du Combattant Volontaire

- Colonel Antoine Argoud, Polytechnicien, Colonel de Cavalerie, Légion d’Honneur, Croix de Guerre, Adjoint des généraux de Lattre de Tassigny, Massu et Salan.

- Jean-Baptiste Biaggi, Croix de Guerre, Officier de la Légion d’Honneur, Médaille de la Résistance, Grand Invalide de Guerre

- Colonel René Challe, Commandeur de la Légion d’Honneur, Médaille de la Résistance, Croix de la Valeur Militaire,

- Jean de Mailly de Nesle, Officier de la Légion d’Honneur, Croix de Guerre 39-35, Résistant déporté

- Bernard Gsell, Commandeur de la Légion d’Honneur, Médaille Militaire, Croix de Guerre 39-45, Médaille de la Résistance, Médaille des déportés, Croix du Combattant volontaire de la Résistance

- Louis Doare, Chevalier de la Légion d’Honneur, Médaille Militaire, Croix de Guerre 39-45, Médaille de la Résistance

- André Delacotte, Croix de Guerre 39-45, Croix du Combattant Volontaire de la Résistance

- Commandant Léon Rolland, Croix de Guerre avec Etoile d’Argent, Médaille Militaire, Croix de la Valeur Militaire avec Etoile de Vermeil, Officier de la Légion d’Honneur, Radio Mitrailleur en 44-45 sur B 26 Marauders de l’US Air Force

- Colonel André Bordes, Officier de la Légion d’Honneur, Croix de la Valeur Militaire, 3 Citations, Combattant volontaire de la Résistance, Interné Résistant, Grand Invalide de Guerre

- Jean Boulic, Pilote des Forces Aériennes Françaises Libres, Combattant Volontaire de la Résistance

- Dr Jean-Jacques Plat, Médaillé Militaire, Médaille des Evadés, Croix du Combattant volontaire de la Résistance ….

Pardon pour toutes les centaines d’oubliés et manque de place …

Il est à craindre pour tous ces très graves irresponsables – du genre Goasguen – qu’ils aient également à rendre des comptes bientôt devant une autre justice que celle de la Correctionnelle car c’est le peuple à nouveau « Occupé », et occupé grâce à eux, qui les traînera sans ménagement devant une certaine Haute Cour de Justice.

En moins de 40 années ces impensables personnages ont substitué à l’identité française une autre identité et cela sans le consentement démocratique de la population indigène. Le seul argument que les allogènes bénéficiaires de la faillite et de la trahison de la caste politicienne peuvent revendiquer est un morceau de carton ridicule qu’on appelle : « Carte d’Identité », comme si l’identité française pouvait se limiter à un chiffon de papier, fut-il glacé. Ou faux.

Il est aisé, du même coup, de comprendre la panique qui s’empare de cette classe politico médiatique. Elle ressemble d’un seul coup à celle de tous ces tyranneaux musulmans qui vacillent tous, ensemble ou en file indienne, sur le pouf troué de leur désuétude.

Le déchaînement de haine et de mauvaise foi dont ils font brillamment preuve clame l’hallali de leur déroute et de leur exil prochain.

Les dérapages verbaux de Monsieur Le Pen qui ont tant coûté à la progression de son Mouvement durant des années deviennent de douces anecdotes protocolaires en comparaison des flots d’insanité que le monde politico médiatique déverse sur le vaste mouvement de Libération qui se met en place, sur ses cadres, sur ses militants et sur ses électeurs.

Monsieur Goasguen vient de faire subitement comprendre que de tous les primates possibles de ce pays de 64 millions d’habitants, il est, à coup sûr, le primate le plus certifié du lot. D’autant qu’à 20 ans il dénonçait déjà un trop plein d’autres primates. L’ancien militant d’Occident a fini par s’oxyder.

C’est à se demander quel chapeau rond a bien pu lui tournebouler son cervelas las.

Source: http://tinyurl.com/3k97h73

Épinay-sur-Seine : 3 millions d’ euros pour une mosquée fermée !

Dans le domaine du gaspillage de l’argent public et celui des subventions déguisées pour la construction des mosquées, nous avons là un champion toutes catégories. La loi de 1905, il ne doit pas la connaître, ce maire… On peut lui rappeler, si besoin est. Et aux prochaines municipales, inutile qu’il songe à s’y présenter. Tout faux sur les deux tableaux, monsieur le maire.

Profitez bien de votre dernier mandat…

FDF

.

La mairie d’ Épinay-sur-Seine ( Seine-Saint-Denis) a financé la construction d’ une mosquée de 700 m² et de 1 400 places. Mais la mosquée demeure fermée.

Le maire Hervé Chevreau ( ex-Modem) a inauguré la mosquée en avril 2009. « Officiellement il s’agit d’une salle polyvalente mise à la disposition d’une association. En réalité la structure sert de mosquée », relate le quotidien 20 Minutes dans un article intitulé : « Obligé de tricher pour bâtir des mosquées ».

« C’est donc bien une subvention déguisée, a admis Hamid Bou Shaki, président de l’association IMS (intégration musulmane spinassienne), mais on le fait déjà pour les synagogues. Pourquoi y aurait-il deux poids deux mesures ? » L’argument, de fait, est imparable.

Source: http://tinyurl.com/3qompeg

Avril 1961 – Il y a 50 ans, disparaissait, en Algérie, la plus prestigieuse unité de Légion étrangère…

Un bien bel hommage…
FDF

.


« J’ai choisi la discipline, mais choisissant la discipline, j’ai également choisi avec mes concitoyens et la nation française, la honte d’un abandon, et pour ceux qui, n’ayant pas supporté cette honte, se sont révoltés contre elle, l’Histoire dira peut-être que leur crime est moins grand que le nôtre » (Général De Pouilly)

LA FIN DU 1er REGIMENT ETRANGER DE PARACHUTISTES

« La mémoire n’est pas seulement un devoir, c’est aussi une quête » (Commandant Hélie de Saint-Marc –  » Les champs de braises « )

«L’Honneur est-il dans l’obéissance absolue au pouvoir légal, ou dans le refus d’abandonner des populations qui allaient être massacrées à cause de nous ? J’ai choisi selon ma conscience. J’ai accepté de tout perdre, et j’ai tout  perdu. (…) Je connais des réussites qui me font vomir. J’ai échoué, mais l’homme au fond de moi a été vivifié. (Commandant Hélie de Saint-Marc, Commandant en second du 1er REP – « L’aventure et l’espérance »)

Extrait de la conférence de José CASTANO :

« Les Seigneurs de la Guerre »

… 22 Avril 1961

Une agitation anormale prenait naissance. On signalait des mouvements imprévus des véhicules de groupes de transport. Il était une heure du matin et les légionnaires du 1er REP, commandés par le Commandant, Elie Denoix de Saint-Marc, fonçaient sur Alger.

Pouvait-on vivre chargés de honte? La France s’enfonçait dans les égouts, la France n’existait plus. A son secours volaient les légionnaires, prêts à verser leur sang si la légion le leur demandait, marchant de leurs pas d’éternité vers la vie, vers la mort, fidèles à eux-mêmes, aux pierres tombales qui jonchaient leur route, fidèles à l’honneur.

Au même moment, d’autres « Seigneurs de la guerre » investissaient les grandes villes d’Algérie : le 1er Régiment Etranger de Cavalerie du Colonel de la Chapelle, le 5ème Régiment Etranger d’Infanterie du Commandant Camelin, le 2ème Régiment Etranger de Parachutistes entraîné par ses capitaines et son commandant, le cdt Cabiro, dès lors que son chef, le colonel Darmuzai était « déficient », les 14ème et 18ème Régiments de Chasseurs Parachutistes des Colonels Lecomte et Masselot, le groupement des commandos de parachutistes du Commandant Robin, les commandos de l’air du Lieutenant-colonel Emery… Les fleurons de la 10ème et de la 25ème Division de Parachutistes.

Et puis d’autres unités se rallient au mouvement : le 27ème Dragons du Colonel Puga, le 7ème Régiment de Tirailleurs Algériens, le 1er Régiment d’Infanterie de Marine du Commandant Lousteau, le 8ème RPIMA du Colonel Lenoir, le 94ème RI du Colonel Parizot,  le 1er RCP du Colonel Plassard, le 9ème RCP du Colonel Brechignac… A noter aussi le ralliement immédiat des harkis du Commandant Guizien, basés à Edgar-Quinet, village situé au pied de l’Aurès. Au lendemain du cessez-le-feu, ils paieront très cher leur fidélité : un millier de ces supplétifs, avec femmes et enfants, seront massacrés dans des conditions effroyables…

J’avais 14 ans lors de ces événements et je me souviens très bien de cette vision sublime, magique, qui anesthésia alors mon esprit, celle des « Seigneurs de la guerre », ces hommes léopards aux corps sveltes, à la démarche altière, aux visages bronzés et résolus qui comptaient parmi les meilleurs du monde.

« Nous sommes des morts en sursis, expliquaient-ils. Notre peau ne compte pas. Nous irons jusqu’au bout de nos idées » et, sur le drapeau tricolore veillé par un parachutiste, était inscrit en lettres de feu : « Tu vas où l’on meurt ! ».

Néanmoins quelque chose avait filtré du projet. Il n’est pas de secret que puissent garder tant d’hommes en marche vers leur mystérieux rendez-vous. De confuses alertes chuchotées de bouche à oreille avaient couru d’un bout à l’autre de l’Algérie, affolant par l’imminence d’un événement qu’ils pressentaient, de courageux officiers qui s’étaient ainsi rués dans l’une de ces échappatoires qui leur permettrait, plus tard, de pouvoir se disculper tant auprès des vaincus que des vainqueurs. Ils s’étaient fait mettre en permission pour éluder le choix et des quatre coins d’Algérie, des chefs étaient partis pour ne pas être présents quand se lèveraient les aurores difficiles… Pourtant, des années durant, sur les tombes des officiers tués au combat, ces mêmes chefs avaient limité leur oraison funèbre à un serment prêté sur les cercueils drapés de tricolore : « Nous n’abandonnerons jamais l’Algérie ! ». Qu’en était-il aujourd’hui ?

Fallait-il dans ce cas employer la force? C’est dans de tels moments que bascule le destin des hommes… et c’est à ce moment-là que bascula celui de l’Algérie française.

Parce que la fraction de l’armée qui s’était révoltée refusait de mener le même combat que la rébellion, la bataille allait être perdue. Parce que les généraux, notamment le général Challe, avaient eu la naïveté de croire qu’une révolution se faisait sans effusion de sang et pouvait se gagner uniquement avec le cœur et de nobles sentiments, ils allaient entraîner avec eux dans leur perte les meilleurs soldats que la France n’ait jamais eus… et tout un peuple crédule et soumis.

A l’évidence, ils négligèrent les recommandations d’un célèbre révolutionnaire : Fidel Castro, dont la doctrine était la suivante : « Pour faire une révolution, il vaut mieux un chef méchant que plusieurs chefs gentils ».

25 Avril 1961

Le général Challe prend la décision de mettre fin au soulèvement et de se livrer au bon vouloir de Paris. Ce faisant, il va consacrer la défaite des plus belles unités, livrer 20 ans de sacrifices et d’expérience. Ce qu’il remet à l’ennemi, c’est la force morale d’une armée qui retrouvait le goût de vaincre, c’est tout un capital jeune et révolutionnaire qu’elle avait amassé avec tant de souffrance pour la nation.

Dès lors, le choc psychologique provoqué par la reddition du chef va être considérable. Dans des circonstances d’une telle intensité dramatique, la fermeté du commandement est la bouée qui retient les faibles et les indécis. Qu’elle vienne à couler et c’est le sauve-qui-peut. Remontent alors en surface les résidus de l’humanité : les attentistes, les lâches et les habiles ! Ah ! Il ne leur reste pas beaucoup de temps pour sortir de leur prudence et prouver qu’ils méritent d’accéder au grade supérieur. Du coup, l’Etat retrouve pléiade de serviteurs zélés, moutons de Panurge revus et corrigés par l’Elysée, même si le grand cordon d’une légion d’honneur leur sert de collier.

C’est désormais la débandade ! Outre les officiers qui ont refusé de franchir le rubicon et qui louent désormais le Seigneur pour leur « bon choix », de nombreux officiers putschistes, sentant le vent tourner, se rallient au pouvoir. Les rats quittent le navire !…

Et ce fut la fin! Les camions défilèrent un à un avec leur chargement de généraux, de colonels, de paras et de légionnaires. Les hommes chantaient une rengaine d’Edith Piaf : « Non, rien de rien… Non, je ne regrette rien » tandis que d’autres camions arrivaient maintenant, portant des soldats du contingent métropolitain qui chantaient, indifférents à la peine des uns et des autres : « Les Pieds-Noirs sont dans la merde » sur l’air des « gaulois sont dans la plaine ».

Ainsi durant quatre jours et cinq nuits, des hommes valeureux avaient tenté de sauver l’Algérie. Son corps se vidait de son sang, tout sombrait. Leur dignité imposait de se  conduire en Seigneurs, même s’ils étaient chargés de tout le désespoir du monde. Ne rien regretter ? Si ! D’avoir perdu. Et des camions qui roulaient maintenant dans la nuit profonde, toujours ce chant qui s’élevait encore plus vibrant :

« Non, rien de rien

Non, je ne regrette rien… »

JE NE REGRETTE RIEN, ce cri allait désormais devenir l’hymne de ceux qui avaient osé et qui avaient tout sacrifié… sauf leur honneur.

C’étaient des hommes vaincus –provisoirement-, courageux et généreux qui connaissaient l’adversité. Les légionnaires se souvenaient pour la plupart de leurs combats pour la liberté en Pologne ou en Hongrie, pour d’autres, ceux des rizières du Tonkin, pour d’autres encore, ceux de That-Khé, Dong-Khé, Cao-Bang, Diên Biên Phu qui furent les tombeaux d’unités prestigieuses telles que les 2ème et 3ème Régiments Etrangers et du 1er BEP -Bataillon Etranger de Parachutistes-, celui-là même dont les légionnaires du 1er REP étaient les fiers héritiers…

Les appelés des 14ème, 18ème RCP et des commandos, trop jeunes pour avoir connu tant de gloire, demeuraient traumatisés par ces visions apocalyptiques qui les hantaient et que représentaient ces visages lacérés où les yeux manquaient, ces nez et ces lèvres tranchés, ces gorges béantes, ces corps mutilés, ces alignements de femmes et d’enfants éventrés, la tête fracassée, le sexe tailladé. Tous, à ce moment ignoraient le désespoir et savaient que demain la lumière brillerait à nouveau. C’étaient des révoltés à la conscience pure, des soldats fidèles, des Hommes… des vrais !

Quel contraste étonnant cependant entre ces Seigneurs de la guerre que l’on montrait aujourd’hui du doigt sous le sobriquet fallacieux de « mercenaires » et de « factieux », ces soldats-loups à la démarche souple de félins accoutumés à la chasse et au guet, infatigables dans le chaos minéral de l’Aurès, soldats perdus dont l’uniforme collait comme une peau de bête, acceptant le défi de la guerre dans les défilés étroits comme des pièges, sur les pitons enneigés ou brûlés par le soleil, dans l’enfer du désert où le monde mort a chassé celui des vivants… et ces hommes flasques qui entonnaient de plus belle leurs incantations à la quille !…

Au lendemain de la reddition des généraux, le général de Gaulle s’empressa d’épurer l’armée française. L’occasion était trop belle d’en finir avec les contestataires trop fidèles à leur idéal et en leur parole. C’est ainsi, qu’outre les centaines d’arrestations opérées dans les milieux militaires, policiers et civils, les régiments qui avaient constitué le « fer de lance » du putsch : 1er REP, 14ème et 18ème RCP, Groupement des commandos Parachutistes et Commandos de l’air, allaient être dissous. Le 2ème RPIMA quant à lui, allait être expulsé de ses cantonnements. Dissoutes, également la 10ème et la 25ème Division de Parachutistes. Ne pouvant  éliminer toutes les unités compromises sous peine de réduire à néant la force opérationnelle, seul leur encadrement serait sanctionné…

C’est ainsi qu’au cantonnement du 1er REP, l’ordre vint, sec et cruel. Le régiment était aux arrêts ! Tous les officiers de cette prestigieuse unité devaient sur le champ se constituer prisonniers. Beaucoup de légionnaires refusaient de s’incliner ; ils voulaient livrer un ultime baroud d’honneur. Leur « Camerone » à eux, ils le souhaitaient, ils le désiraient. Mais toute résistance devenait désormais inutile. Leur sacrifice aurait été vain, l’Etat était trop puissant, la France entière était contre eux, elle les avait reniés et l’Algérie était d’ores et déjà condamnée. Les blindés de la gendarmerie mobile cernaient le cantonnement, prêts à leur donner l’assaut. La flotte était là à quelques encablures, ses canons pointés vers eux. Allons ! Il faut céder. C’en est fini du 1er REP…

La population européenne tout entière se dirigea vers le camp de Zéralda où les légionnaires étaient cantonnés. Elle voulait dire adieu à « son » régiment, le saluer une dernière fois, lui dire encore et toujours : Merci ! Merci à « ses » légionnaires. Les commerçants baissaient leurs rideaux, les jeunes filles portaient des brassées de fleurs. A eux, les portes du camp s’ouvrirent. Les journalistes furent interdits. « Vous ne verrez pas pleurer les légionnaires ! » leur lança un officier. Même les cinéastes du service cinématographique des armées furent refoulés. Pas question de filmer la mort du REP!

Le silence se fit. Une ultime et bouleversante cérémonie aux couleurs, réunit autour du grand mât blanc, la population  et ces valeureux baroudeurs, jeunes d’Algérie et vétérans d’Indochine.

Soudain, de la foule en larmes, surgit  une petite fille. Tel un ange de blanc vêtu, elle s’avança vers les rangs des légionnaires, une feuille à la main. D’une voix douce et faible elle en fit la lecture. C’était l’ultime hommage du petit peuple de Zéralda à leurs enfants en reconnaissance de leurs sacrifices, leur courage et leur fidélité. Puis elle éleva sa petite main jusqu’à sa bouche et dans un geste empreint d’une infinie tendresse, leur adressa un baiser. A ce moment, les applaudissements crépitèrent et une pluie de pétales de rose tournoya dans les airs.

Gagnés par l’émotion et la rancœur, des légionnaires parachutistes, le visage tendu, les yeux rougis, sortirent des rangs et ôtèrent leurs décorations couvertes d’étoiles, de palmes et de gloire et les jetèrent devant eux. L’assistance  regardait avec une sorte d’effroi ces médailles qui jonchaient le sol. Des femmes les ramassaient et en les embrassant, les rendaient aux paras : « Si, si, reprenez-les ! » Des officiers pleuraient.

Puis ce fut l’embarquement dans les camions. Certains criaient : « De Gaulle au poteau ! », d’autres « Algérie française quand même! ». Sur leurs joues, des larmes coulaient. D’autres s’efforçaient de sourire à la foule venue en masse pour les saluer et qui s’époumonait à hurler sur leur passage : « Vive la légion ! », tandis qu’à la vue des képis blancs, les gendarmes mobiles s’effaçaient.

La colonne traversa la petite ville où les Européens qui n’avaient pu se rendre au camp couraient sur les trottoirs, leur lançant un ultime adieu. Des mains jetaient des fleurs sous les roues des camions.

Un à un, les lourds véhicules passèrent au milieu des cris, des larmes, des baisers envoyés à la volée. Alors, de la colonne, couvrant le grondement des moteurs, 1200 légionnaires, partagés entre la colère et le chagrin, entonnèrent un refrain aux lentes cadences, pathétique, triste, entrecoupé de sanglots :

« Non, rien de rien,

Non, je ne regrette rien… »

Le convoi du 1er REP roulait sur un tapis de roses, de  lilas et de pensées. Voie triomphale et triste. Et sous les baisers, les acclamations, les larmes et les fleurs, il disparut dans un dernier nuage de poussière, convoi de mariniers halé par une complainte grave, emportant avec lui les plus folles espérances…

Pauvre régiment ! Si glorieux ! Que triste est ton sort aujourd’hui ! Et dans son sillage se traînait déjà, lamentablement, le fantôme déguenillé de l’Algérie française…

Et tandis que les légionnaires roulaient vers leur destin, d’autres hommes, d’autres « Seigneurs de la guerre », braves et courageux, parachutistes et commandos des unités putschistes dissoutes assistaient, la rage au cœur, à l’amené du drapeau, de ce même drapeau qu’ils avaient eux aussi défendu au prix de larmes et de sang dans les rizières d’Indochine et sur les pentes des djebels. La 10ème et la 20ème Division de Parachutistes avaient fini d’exister !…

Pressentant désormais que la victoire était proche, le FLN multipliait ses attentats barbares… Les enlèvements d’Européens eux aussi se multipliaient… Partout la guerre redoublait de sauvagerie, la guerre qui n’en finissait pas de coucher les hommes égorgés au travers des pistes, de mutiler à tout jamais une jeunesse assoiffée de vie, de présenter son visage de terreur dans les villes en proie à l’insécurité et, en toile de fond, les morts qui criaient vengeance offrant au ciel, comme une gueule béante, les atroces blessures des gorges ensanglantées.

Créé au lendemain de la seconde guerre mondiale, le BEP (Bataillon Etranger de Parachutistes), appellation originelle de l’unité, avait été deux fois sacrifié en Indochine. Une première fois au Tonkin où 17 légionnaires seulement revinrent d’une mission « suicide », puis à Diên Biên Phu où durant deux mois il connut le cauchemar que l’on sait. Sur le millier d’hommes qui reconstituèrent l’unité après leur premier sacrifice, moins d’une dizaine survécurent…

Reconstitué en 1955 pour les besoins de la guerre d’Algérie sous l’appellation de REP (Régiment Etranger de Parachutistes), il mit hors de combat 8000 « fells », récupéra plus de 5000 armes mais compta également 300 tués –dont le Colonel Jeanpierre- et 500 blessés.

Pour son seul séjour en Algérie, le 1er REP avait reçu  pour ses légionnaires parachutistes, plus de trois mille citations. Son drapeau portait cinq palmes et la fourragère aux couleurs de la médaille militaire.

Il était le premier régiment de choc de l’armée française. Premier par sa bravoure, premier par son sacrifice, premier par ses héros qui le composaient, premier par ses citations, douloureusement premier par le nombre de ses morts et premier dans le cœur des Pieds-Noirs.

De toute cette gloire, il ne reste aujourd’hui que des souvenirs…

Puis le « cessez- le- feu » fut proclamé. L’ennemi d’hier devint l’interlocuteur privilégié de l’état français… et ce fut la fin.

Une nouvelle fois le drapeau tricolore fut amené. Une nouvelle fois l’armée française plia bagages poursuivie par les regards de douleur et de mépris et les cris de tous ceux qu’elle abandonnait. Le génocide des harkis commençait…

Dans le bled –comme en Indochine- les Musulmans qui avaient toujours été fidèles à la France s’accrochaient désespérément aux camions et, à bout de force, tombaient en pleurant dans la poussière de la route. Ce sont, là, des images que seuls ceux qui ont une conscience ne pourront de si tôt oublier…

Et c’est de cette façon que mourut l’Algérie française… dans la honte, les larmes et le sang… Oui, c’était bien la fin!… la fin d’un monde… la fin d’une génération de soldats… la fin d’une épopée… la fin d’un mythe… la fin d’une race d’hommes… de vrais… celle des Seigneurs de la guerre !

Et si ces hommes avaient choisi de se battre jusqu’au bout, s’ils avaient vomi le renoncement, c’était encore pour une certaine idée qu’ils se faisaient de la France, c’était pour l’Algérie française leur seul idéal, c’était pour le sacrifice de leurs camarades qu’ils ne voulaient pas vain, c’était pour ces milliers de musulmans qui avaient uni leur destin au leur, c’était pour ces « petits Français de là-bas » qui étaient les seuls à les comprendre et à les aimer et c’était aussi parce qu’ils avaient choisi de se fondre dans un grand corps aux réflexes collectifs, noués dans la somme des renoncements individuels et que par ce chemin, ils atteignaient à une hautaine dimension de la LIBERTE.

Mais le peuple d’Algérie, lui, n’exprimera jamais assez sa gratitude à ces « soldats perdus », à tous ceux qui, par sentiment profond, ont risqué leur vie, ont abandonné leurs uniformes, ont sacrifié leur carrière, ont été séparés de leurs familles –parfois durant de longues années- ont connu la prison, l’exil, le sarcasme de leurs vainqueurs et de ceux qui n’avaient pas osé, des lâches, des poltrons et des traîtres pour être restés fidèles à leurs serments et à leur idéal.

Le temps passera, l’oubli viendra, les légendes fleuriront, mais jamais assez l’histoire ne mesurera la grandeur de leur sacrifice.

José CASTANO

Reflet de la cote de popularité de Sarkö Ier…

L’icône de l’UMP en prend encore un sacré coup dans la poire… Lui qui se voit en symbole de la République. Il s’en remettra.

FDF

.

Pas-de-Calais: Des couples demandent au maire de retirer le portrait de Nicolas Sarkozy de la salle des mariages

Le maire de Bauvin (Pas-de-Calais) a retiré le portrait du président Sarkozy de la salle des mariages de la mairie à la demande de trois couples qui ne souhaitaient pas s’unir devant la photo du président, a indiqué l’élu ce mardi.

«C’est leur mariage, on invite qui on veut à son mariage», a expliqué à l’AFP Louis-Pascal Lebargy, maire divers gauche de Bauvin (5.400 habitants), précisant avoir simplement déplacé en 2010 le portrait dans un couloir à l’entrée de la salle des mariages. «Un couple m’avait demandé, de manière pas polémique du tout, s’il était obligatoire que le portrait du président figure à la table d’honneur», a-t-il raconté.

Le portrait est resté dans le couloir

Le cadre avait ensuite retrouvé son emplacement d’origine, mais deux autres demandes ont suivi, et le portrait est finalement resté dans le couloir, un endroit «pas moins prestigieux qu’un autre», selon le maire, qui n’y voit aucun «affront». «Aucun texte n’impose une place privilégiée ou particulière dans une mairie», pour le portrait du président, fait valoir l’élu de la petite commune, où sont célébrées une petite quarantaine d’unions chaque année.

Le chef de file de l’opposition municipale, Didier Damide, a dénoncé une décision «inacceptable et irrespectueuse des valeurs de la République». «Le Président de la République élu au suffrage universel par les Français, est le Président de tous les Français. Comment s’étonner de la montée du Front National en agissant de la sorte!», a-t-il écrit dans un billet daté du 28 mars publié sur le blog de l’opposition.

C’est «la personnalité du président qui dérange»

Le maire assure de son côté que son geste n’est «ni un acte de provocation, ni un acte de bravoure ou de résistance quelconque». «Ce n’est pas un symbole de la République, (…) ces gens là ne m’ont pas demandé de retirer Marianne ou l’écharpe tricolore», souligne le maire.

Selon Louis-Pascal Lebargy, c’est «la personnalité du président qui dérange» ces couples, mais il se dit ouvert à toute demande inverse, expliquant que le cadre peut être remis sans difficulté. Louis-Pascal Lebargy, maire depuis dix ans, indique avoir déjà refusé des demandes de couples jugées provocantes comme passer la version reggae de Serge Gainsbourg de la Marseillaise ou retourner le portrait présidentiel contre le mur.

Source: http://www.20minutes.fr/

31 mars 2011: Mayotte est devenu un département Français… musulman.

Record de soumission à l’islam battu et de loin par notre gouvernement ! Il est grand temps que le peuple de France se soulève contre toutes ces accumulations d’actes de soumission à cette idéologie qui ne vit que par la guerre, le sang et la haine de l’Occident. Ce sont les collabos du Parti socialiste qui doivent se frotter les mains… Mais jamais ils n’approuveront cette décision; par principe…

Alors, Marine, et vite !!!

FDF

.

Ce 31 mars, l’île de Mayotte est devenue le cent unième département français. Un département qui vivra au rythme de l’islam, religion de la quasi-totalité d’une population dont plus de 60 % ne parlent que le malgache ou le swa­hili… 

A aucun moment, on n’a demandé aux Français s’ils voulaient de ce nouveau département peuplé de 200.000 musulmans et payer de leurs deniers le coût de cette insolite opération.

 


Les Français vont donc découvrir avec stupéfaction qu’à Mayotte, les fêtes musulmanes sont chômées, que les horaires de travail sont alignés sur ceux du ramadan, le droit français devra composer avec un statut personnel dérogatoire au code civil et à la laïcité, très proche de la charia, qui prévoit la polygamie ainsi que la répudiation des femmes . 

 

Les Comoriennes viennent accoucher à Mayotte d’enfants devenant automatiquement citoyens français, ce qui rend la famille inexpulsable. La maternité de Mamoudzou est ainsi la plus importante de France, avec 7.000 naissances annuelles, 65 à 75 % d’entre elles étant issues de l’immigration clandestine.

.

 

 

C’est donc un gigantesque Lampedusa que nos responsables politiques viennent de créer.
.



Les « français récents »: nouvelle appellation des immigrés…

« Rien n’est plus facile qu’une terre brûlée »…


Si ce n’est pas un avertissement pour de futurs projets, ça… Quand on parle d’invasion islamiste, c’est pas du pipo. Et ça ne devrait pas se faire en douceur. D’ailleurs, les prémices le prouvent… Ils ne nous feront pas de cadeaux. Nous non plus…

Lu sur SaphirNew.com… « Ils » ne nous aiment pas, c’est certain. Mais c’est réciproque. Enfin pour les sous-chiens normalement constitués…

FDF

.

De la crise identitaire à la crise des valeurs : autopsie d’un mal ancien

L’article « Pièges républicains »* analysait la question de l’identité des jeunes musulmans, et mettait en évidence la pluralité des réalités et des modèles. Voici la suite de cette réflexion, qui établit le lien entre ces crises identitaires et le phénomène de la dévaluation de valeurs.

Le phénomène de dévaluation des valeurs n’est pas une nouveauté de l’histoire, il est plutôt une loi, une constante ancestrale épousant les développements de l’odyssée humaine, sous des formes évolutives multiples, tantôt caractérisées par des pics de croissance, tantôt figées dans la stagnation et la régression, dans des modalités diverses et complexes, qui n’ont rien de linéaire.Cette problématique, essentielle et récurrente, détermine en grande partie notre propos, dans la mesure où la question identitaire, qu’elle soit musulmane ou nationale, interroge directement la question des valeurs et des principes qui régissent la société française, présentée comme un nationalisme républicain, voire universel, selon ses défenseurs.

Elle met en lumière une crise des valeurs autrement plus grave que la crise économique, qu’on ne cesse de conjurer comme phénomène exceptionnel, lors même que la paupérisation est le quotidien de centaines de millions d’êtres humains sur cette Terre, y compris au sein des forteresses de l’opulence mondiale. Une crise économique et financière qui n’est, à ce propos, que le symptôme le plus emblématique de cette crise première, originelle et cyclique, des valeurs.

La dévaluation des valeurs, du langage et le nihilisme

Il n’est pas une époque, en effet, où n’ait percé ce cri du cœur émanant des plus grands esprits, qui n’ait trouvé à redire sur les mœurs, les valeurs et les comportements déviants, défaillants, décadents, de leurs compatriotes…

Suite et source: http://tinyurl.com/2g4ass9

Images de tolérance à l’école coranique de Grisy-Suisnes…

Peut-être avez-vous oublié cette vidéo?


Ce reportage a été interdit d’ antenne pour ne pas « blesser » les  musulmans….
Trois journalistes de Canal + de l’émission « 90 minutes » s’étaient présentés devant les grilles d’une école coranique du mouvement Tabligh, installée au château de Ville-Maindans à Grisy-Suisnes (Seine-et-Marne)… Voir la suite des « évènements »…


Maintenant que nous sommes entrés (depuis hier) dans le débat sur l’islam la laïcité,  il faudrait en profiter pour  demander à nouveau des explications officielles sur ce genre d’agissements. C’est le moment ou jamais…

FDF.

Reportage ici: http://www.youtube.com/watch?v=2wdUp3f-ISQ

.

Merci à Gérard pour ce petit rappel…