Francaisdefrance's Blog

22/03/2011

Vous voteriez, en France, pour un chef de guerre?

Eh bien, il y en a qui l’ont fait. Dimanche, indirectement, aux cantonales… Au lieu de se préoccuper du peuple de France, Sarkö Ier endosse le costard de chef de la coalition contre Kadhafi. Le plus sûr moyen de prendre une veste… C’est fait… Et il reste un second tour…

FDF

.

Nicolas Sarkozy en «chef de guerre» !

Emporté par sa conviction, le président a mené l’offensive diplomatique avant de prendre la tête de la coalition.

«Tu as bien joué», a glissé à Nicolas Sarkozy l’un de ses ministres régaliens au lendemain du vote de la résolution de l’ONU. «Je n’ai pas joué, j’y croyais», lui a répondu le chef de l’État. Il est vrai qu’il y a encore dix jours, personne ne pariait grand-chose sur l’initiative franco-britannique, jugée par beaucoup comme «aventureuse». Nicolas Sarkozy n’a pourtant jamais voulu se lancer dans une opération militaire contre Tripoli sans le sésame de l’ONU.

Samedi, quand il a autorisé les premiers avions français à attaquer les positions de l’armée libyenne, il a agi en chef de file de la coalition et en chef de guerre. «Les Américains n’auraient jamais envoyé leurs avions sans avoir préalablement tapissé de bombes les défenses antiaériennes de l’ennemi», note un proche du président. Du commencement jusqu’à la fin, Sarkozy a donc estimé que le sauvetage des rebelles libyens valait qu’il renoue avec la stratégie du forcing, celle qui lui avait si bien réussi au mois d’août 2008, pendant la crise russo-géorgienne.

Tout commence le 26 février à l’ONU. La France et ses partenaires européens tentent d’obtenir au Conseil de sécurité le vote de la résolution 1970, qui doit proposer des sanctions économiques et des poursuites judiciaires contre Kadhafi et ses proches. Mohammed Shalgham, l’ambassadeur de Libye, prend la parole et stupéfie des homologues du monde arabe en lançant ce jour-là un appel à l’aide pour faire cesser le «bain de sang». C’est du jamais-vu. Ses homologues des pays arabes lui font un triomphe. Son intervention permet de débloquer un vote favorable.

Nicolas Sarkozy suit de près la partie. Il a en tête les tâtonnements de sa diplomatie face au «printemps arabe», causés pour l’essentiel par les maladresses à répétition de son ex-ministre des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie. Il n’a pas digéré que des diplomates dénoncent dans une tribune la disparition de la «voix de la France», lui qui estime ne pas avoir à rougir de son bilan diplomatique. Dans les jours qui vont suivre «s’offre à lui, sur un plateau, la possibilité de démontrer qu’il n’avait pas rompu avec son volontarisme», note un diplomate élyséen…

Suite et source: http://tinyurl.com/5subssa

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :