Francaisdefrance's Blog

04/03/2011

Combien aura coûté l’amitié Sarkozy Kadhafi ?

Et maintenant, la France d’en bas va en faire les frais… En revanche, l’ISF, on met ça aux oubliettes…

FDF

.

 

Alors qu’en 2007, Sarkozy recevait en grandes pompes le Colonel Kadhafi tout en expliquant qu’il faisait ceci pour vendre des contrats, force est de constater maintenant que cette politique n’a mené à rien.

Que nous avait promis Nicolas Sarkozy à propos des commandes de son ami Kadhafi ? Lors de la venue de Kadhafi à Paris en 2007, Sarkozy avait annoncé 10 milliards d’euros de contrats, le contrat le plus emblématique étant celui de la vente de 14 avions Rafale. Or le contrat de vente de ces ces avions à la Libye n’a  jamais été signé, Kadhafi préférant se fournir chez les Russes. Au final, Sarkozy n’aura signé que 300 millions d’euros de contrats avec Kadhafi, notamment pour remettre en vol de 12 Mirage F1, ayant servi à bombarder les manifestants cette semaine… Bien loin des 10 milliards annoncés par Sarkozy et devant lesquels s’extasiaient une grande partie de la presse à l’époque. ( Voir Combien de contrats fictifs Sarkozy va-t-il signer avec les chinois ?

Une fois de plus, de vaines promesses et autant de contrats que de beurre en broche.
Non seulement il y a ce manque à gagner mais encore pire: le coût de la crédibilité de la France (déjà mis à mal par l’affaire Tunisienne ou égyptienne ) et le fait que les successeurs de Kadhafi auront sans nul doute plaisir à mettre les entreprises françaises à la fin de la queue pour faire payer à la France de Sarkozy la réception en grandes pompes et la réintégration de Kadhafi dans le concert des nations en 2007.

Qu’il soit intérieur ou extérieur, le Sarkozysme commence vraiment à coûter cher à la France et l’ UMP aura beau jeu d’expliquer que les difficultés sont dues à la crise, les français ont de moins en moins de peau de saucisson devant les yeux pour voir que toutes les difficultés rentrent

 

 

mal sous le tapis pourtant pratique du  » c’est la faute à « ...

 

Source http://www.impots-utiles.com/combien-aura-coute-l-amitie-sarkozy-kadhafi.php

Vandalisme à la Chapelle de Caubin…

C’est quelque peu passé entre les gouttes, ça… Ah oui, c’est vrai. ça risquerait de « heurter », de « sitgmatiser »…

Mais je ne cite personne…

FDF

.

Des actes de vandalisme ont été perpétrés à la Chapelle de Caubin, monument historique du XIIe siècle. Trois vitraux ont été brisés à coups de cailloux, dont un littéralement défoncé avec une grosse pierre ; une lanterne a été détruite et le projecteur du gisant arraché ; des tuiles surplombant le mur extérieur ont été décollées et cassées ; enfin, une croix du cimetière a été brisée en trois morceaux.

Constatés vendredi 25 février, ces dégâts ont dû être commis quelques jours auparavant, peut-être dans la nuit du samedi 19 février où des dégradations en série ont eu lieu dans le village.

Plainte a été déposée à la gendarmerie, et l’association Les Amis de Caubin se posent des questions quant à la répétition des actes d’incivilité. « Dégrader gratuitement les équipements publics est déjà répréhensible ; mais quand on ne respecte plus les symboles sacrés et les valeurs religieuses, cela devient inadmissible et extrêmement inquiétant ! » s’indigne Laurent Toral, président de l’association Les Amis de Caubin.

Arthez-de-Béarn faits divers

Des musulmans peuvent-ils être vraiment français ? Exceptionnellement, oui.

Les gains territoriaux de l’islam en France sont une réalité !

C’est le Figaro qui l’écrit :

« La préfecture des Alpes-Maritimes a jugé aujourd’hui illégale l’organisation d’un « apéro porchetta-rosé » dans un quartier musulman du centre-ville de Nice, à l’appel du groupuscule d’extrême-droite Nissa Rebela


Le pire, c’est que ce journal a raison : il faudrait juste que les politiques et les catholiques acceptent cette réalité et réagissent enfin à la hauteur de la gravité de cette situation. Méditons ceci et agissons avant qu’il ne soit trop tard :

Pdf Si nous n’avons pas su faire des Français de ces peuples, ils nous chasseront.

Le seul moyen qu’ils deviennent Français est qu’ils deviennent chrétiens.
Il ne s’agit pas de les convertir en un jour ni par force mais tendrement, discrètement, par persuasion, bon exemple, bonne éducation, instruction, grâce à une prise de contact étroite et affectueuse, œuvre surtout de laïcs français qui peuvent être bien plus nombreux que les prêtres et prendre un contact plus intime.
Des musulmans peuvent-ils être vraiment français ? Exceptionnellement, oui. D’une manière générale, non. Plusieurs dogmes fondamentaux musulmans s’y opposent ; avec certains il y a des accommodements ; avec l’un, celui du medhi, il n’y en a pas : tout musulman, (je ne parle pas des libres-penseurs qui ont perdu la foi), croit qu’à l’approche du jugement dernier le medhi surviendra, déclarera la guerre sainte, et établira l’islam par toute la terre, après avoir exterminé ou subjugué tous les non musulmans.

Dans cette foi, le musulman regarde l’islam comme sa vraie patrie et les peuples non musulmans comme destinés à être tôt ou tard subjugués par lui musulman ou ses descendants; s’il est soumis à une nation non musulmane, c’est une épreuve passagère ; sa foi l’assure qu’il en sortira et triomphera à son tour de ceux auxquels il est maintenant assujetti ; la sagesse l’engage à subir avec calme son épreuve; « l’oiseau pris au piège qui se débat perd ses plumes et se casse les ailes ; s’il se tient tranquille, il se trouve intact le jour de la libération », disent-ils ;

ils peuvent préférer telle nation à une autre, aimer mieux être soumis aux Français qu’aux Allemands, parce qu’ils savent les premiers plus doux ; ils peuvent être attachés à tel ou tel Français, comme on est attaché à un ami étranger; ils peuvent se battre avec un grand courage pour la France, par sentiment d’honneur, caractère guerrier, esprit de corps, fidélité à la parole, comme les militaires de fortune des XVIe et XVIIe siècles mais, d’une façon générale, sauf exception, tant qu’ils seront musulmans, ils ne seront pas Français, ils attendront plus ou moins patiemment le jour du medhi, en lequel ils soumettront la France » (Bienheureux Charles de Foucaud, Lettre à René Bazin).

Eric Zemmour : Otages : quand la fin justifie les moyens…

Encore des vérités dites par Eric Zemmour… C’est sûr que ça va pas plaire à tout le monde…

Et c’est pourtant la vérité.

FDF

.

Voir ici: http:

Al-Qaida oublié dans les révolutions arabes…

C’est à se demander s’ils ont bien existé un jour, ces cons. Et puis, si Al Quaida existe, il ne faut pas oublier que c’est sur eux que l’on colle la responsabilité de tous tes attentats contre l’Occident… Il leur faut bien un bouc émissaire, à nos « amis » musulmans, adeptes de la « religion » d’amour, de paix et de tolérance. A méditer…

FDF

.

 

Pillé sur: http://www.magharebia.com/

Les deux révolutions populaires qui ont renversé les Présidents Zine El Abidine Ben Ali en Tunisie et Hosni Moubarak en Egypte constituent un nouveau défi pour al-Qaida et ses idéologues.

« Ce défi ne résulte pas d’une frappe militaire ciblée ni de restrictions supplémentaires aux déplacements des leaders d’al-Qaida dans leurs zones de retraite préférées, à la frontière afghano-pakistanaise.

Il résulte plutôt d’un rêve devenu réalité : la chute de régimes habituellement décrits comme « dictatoriaux » ou « apostats » pour avoir gouverné d’une manière contraire aux enseignements de la charia islamique.

Mais l’ironie de la situation est que ce rêve a créé un problème idéologique épineux pour les leaders d’al-Qaida. Les régimes qualifiés de dictatoriaux et oppressifs peuvent être renversés par des soulèvements populaires pacifiques et non seulement par l’action armée, dont certains djihadistes affirment depuis longtemps qu’elle constitue le seul et unique moyen de parvenir à un changement de régime.

Le dilemne intellectuel d’al-Qaida est apparu clairement immédiatement après la chute des régimes tunisien et égyptien. Le Dr Ayman al-Zawahiri, numéro deux d’al-Qaida, a diffusé une série de messages apparemment enregistrés quelques jours seulement avant la démission de Moubarak, à la suite des manifestations qui ont rassemblé dans les rues d’Egypte des millions de manifestants pacifiques appelant à « la chute du régime ».

Ces messages ont été les premiers commentaires faits par al-Zawahiri sur le soulèvement populaire en Egypte. Il y attaque le régime de Moubarak pour s’être présenté comme un régime laïc et démocratique utilisant la charia islamique comme une source de législation et non pas comme fondement unique. Il l’a également critiqué pour avoir affirmé que la souveraineté vient du peuple.

Al-Zawahiri a qualifié le régime de Moubarak de « Jahilia » (non islamique) et l’a critiqué pour avoir affirmé que « le processus démocratique ne peut être que laïc et non religieux ». Il a critiqué les Etats doté de systèmes démocratiques, affichant son dédain pour les islamistes qui appellent à l’adoption « du système connu sous le nom d’Etat civique ».

Les déclarations d’al-Zawahiri semblent hors de propos face aux aspirations des jeunes hommes et femmes qui sont descendus dans les rues d’Egypte et de Tunisie pour demander des régimes véritablement démocratiques en remplacement de ce qu’ils considéraient comme les régimes corrompus de Moubarak et de Ben Ali.

Ses paroles rappellent un message vidéo diffusé il y a des années, dans lequel il affirmait que le changement dans les pays islamiques ne peut être accompli d’une manière pacifique. Dans ce message, qui a été publié sur les forums de discussion en même temps que son dernier appel, il mettait au défi ceux qui ne partagent pas son opinion de fournir « un seul exemple » de révolution pacifique ayant réussi à changer un régime.

Bien que les messages d’al-Zawahiri, à la fois l’ancien et le nouveau, aient été publiés en ligne, le vice-président égyptien Omar Suleiman a annoncé que Moubarak démissionnait, en réponse aux demandes des manifestants. L’armée égyptienne, qui a assumé le pouvoir durant la période de transition, est apparue sérieuse dans sa volonté de répondre aux aspirations des manifestants. Ces derniers ont souhaité le départ de Moubarak, une campagne de lutte contre la corruption rampante dans les institutions de l’Etat, et des amendements constitutionnels qui ouvriraient la porte à une démocratie réelle permettant le transfert pacifique des pouvoirs, le pluralisme politique et la liberté de la presse.

Les autorités égyptiennes ont immédiatement entamé les poursuites contre les responsables de l’ancien régime pour leur implication dans la corruption et ils ont amendé les articles de la constitution permettant une plus grande concurrence pour la présidence et les fauteuils des parlementaires. La nouvelle direction a également commencé à autoriser des partis politiques qui attendaient une autorisation depuis vingt ans, comme le Parti du centre, fondé par d’anciens dirigeants des Frères musulmans.

Cette fraternité semble prête à devenir un parti légal après avoir été interdite pendant des décennies.

Des décennies de violence ont engendré l’oppression, pas le changement

La capacité de la population égyptienne à changer de régime par des manifestations pacifiques remet en mémoire trois décennies de troubles sécuritaires que l’Egypte avait connues après que des djihadistes comme al-Zawahiri eurent insisté sur l’emploi de la violence et de l’action armée comme seules moyens de changer le régime.

Les djihadistes avaient assassiné le Président Anouar Sadate en 1981. Le régime suivant, dirigé par Moubarak, avait réagi en imposant un état d’urgence, en luttant violemment contre les islamistes et en empêchant toute activité politique pouvant conduire à un changement de régime (comme l’a montré la dissolution du Parti des travailleurs et l’interdiction faite aux Frères musulmans de participer à la vie politique).

Ces mesures énergiques à caractère sécuritaire et politique furent renforcées pendant les années 1990 parce que les djihadistes accentuaient leurs actions violentes contre les symboles de l’Etat, contre les responsables politiques et de la sécurité, ainsi que contre des touristes occidentaux en visite en Egypte, et qui constituent un maillon essentiel des moyens d’existence d’une grande partie des employés égyptiens dans le secteur du tourisme.

Cela est devenu la formule proposée par les responsables égyptiens lorsque les visiteurs étrangers soulevaient la question de l’ouverture du champ de plus grandes libertés politiques : tout relâchement de la poigne de fer avec laquelle le régime contrôle les différents segments de la société favoriserait l’accession des islamistes au pouvoir, affirmaient-ils.

Certains responsables acceptaient cet argument et ont ignoré pendant de nombreuses années les atteintes aux droits de l’Homme et les mesures répressives politiques et sécuritaires mise en place en Egypte, ainsi que dans d’autres Etats »policiers ». D’autres tentèrent de persuader l’Egypte et d’autres pays que les réformes politiques et la réponse aux demandes populaires pouvaient aider et non menacer les efforts de lutte contre al-Qaida et ceux décrits comme des militants islamistes.

Mais le régime égyptien s’empressait de refuser les appels à la libéralisation politique, affirmant qu’elle permettrait aux islamistes d’arriver au pouvoir, comme cela avait été le cas des Frères musulmans lors des élections à l’assemblée populaire égyptienne en 2005, et avec le Hamas lors des élections en Palestine en 2006.

Bien que cet argument puisse être vrai dans une certaine mesure, c’est-à-dire que les élections puissent porter les islamistes au pouvoir, la faiblesse fondamentale est, semble-t-il, la confusion entre l’Islam politique et al-Qaida. Il existe de fait une différence fondamentale entre l’Islam politique et le mouvement djihadiste, en ce que ce dernier utilise la violence armée comme moyen essentiel, et parfois le seul, de changer un régime.

Islam politique et al-Qaida

Mais la différence la plus fondamentale entre les islamistes politiques et al-Qaida est leur point de vue différent concernant le pluralisme politique. Bien que la fraternité l’accepte et défende sa participation dans des parlements comportant des partis non islamistes (qui peuvent être laïcs ou nationalistes), al-Qaida et les autres mouvances djihadistes partageant une idéologie similaire ne l’acceptent pas. Ils rejettent ce qu’ils considèrent comme des « parlements infidèles » (dans la mesure où ils contrôlent les lois sur le statut des personnes), rejettent le système du multipartisme, et refusent d’accepter tout transfert démocratique des pouvoirs.

Le Mouvement tunisien du renouveau islamique a fait partie des premiers groupes islamistes à avoir répondu à cette ligne de pensée, qui stipule qu’il n’est pas permis pour des islamistes d’abandonner le pouvoir s’ils perdent les élections. Ce groupe tunisien a déclaré, lors de ses réflexions durant les années 1990, qu’il renoncerait au pouvoir si les islamistes perdaient les élections.

Il est vraisemblable que ce débat entre Islam politique et al-Qaida réapparaisse, alors que le premier se prépare à s’engager dans les luttes électorales qui auront lieu dans les mois qui viennent en Egypte et en Tunisie. Il est également vraisemblable que leur participation politique rencontrera l’opposition des partisans d’al-Qaida au prétexte qu’elle est contraire aux enseignements corrects de l’Islam. »

Les « hautes instances musulmanes de France » ont peur du débat sur l’islam…

Et on les comprend… Vous savez quoi? « ILS » ont la trouille… Et ils ont raison d’avoir la trouille. On a re-distribué les cartes. Et débat sur l’islam ou pas, c’est tous les musulmans de France qui sont en ligne de mire, maintenant.

Ca va ch… pour eux et le savent très bien. La stigmatisation a eu son heure de gloire, les « heurtés » passent pour des cons. Alors, dans un dernier sursaut… C’est les nerfs, comme on dit… La haine du chrétien, on la paye un jour ou l’autre; surtout si on la pratique sur ses terres…

FDF

.

Des responsables musulmans français contre le débat sur l’islam

Des responsables religieux musulmans français ont lancé un appel pour que le débat, qui stigmatiserait les musulmans, n’ait pas lieu.

Des responsables du culte musulman en France lancent un appel, dans Le Monde, contre la tenue du débat sur l’islam, le 5 avril, qui « pourrait renforcer des amalgames déjà ancrés dans l’esprit de nombreux de nos concitoyens ». Ce collectif, qui regroupe notamment les recteurs des mosquées d’Addawa (Paris), de Villeurbanne et de Décines (Rhône), de Bordeaux (Gironde) ou le président du collectif des institutions musulmanes de Roubaix (Nord), estime « légitime » le débat sur l’islam en France ». Mais ils craignent que le calendrier électoral et les termes de la campagne politique à venir » ne lui portent préjudice, en renforçant des amalgames « trop ancrés dans l’esprit de nombre de nos concitoyens au sujet de l’islam, deuxième religion de France ». « En effet, soulignent-ils, la confusion entre islam, immigration, insécurité, extrémisme islamiste est un danger qui guetterait ce débat. » 

« Le débat sur la place de l’islam en France le placerait, de fait, à l’écart des autres religions sous-entendant qu’il y aurait une incompatibilité entre notre religion et les valeurs de la République et la laïcité, notamment. » « Or, soulignent les signataires, parmi lesquels Miktar Ahmed, président de l’association Imams du Nord, et Najah Mohamed, imam de la mosquée de Vigneux (Essonne), les musulmans de France n’ont jamais demandé jusqu’alors un quelconque traitement d’exception à la loi de 1905. Par conséquent, nous demandons aux politiques de respecter le principe de laïcité et de s’abstenir de dicter aux musulmans la manière dont ils doivent comprendre leur religion. Quant aux problèmes tels que les prières dans les rues, la construction des mosquées, les minarets… ils demandent le plus souvent des solutions techniques dans le cadre juridique déjà en vigueur, à condition que l’on sorte du démagogique et de l’idéologique. »

Source: http://www.lepoint.fr/

Résistance, puis guerre civile, s’il le faut…

La guerre civile… Inévitable. Inéluctable. Pas de reddition envers ces envahisseurs. De la Résistance, de la vraie, avec un grand R. Et l’affrontement qui ne semble plus très lointain. De toutes façon, c’est ce qu’ils veulent. Encore ce policier qui a pris un parpaing sur la tête jeté d’un immeuble alors qu’il ne faisait que son travail (http://tinyurl.com/6y8fdnz)… C’est ça, la sécurité? C’est ça, le rappel de NOTRE loi?

Il est temps, grand temps, que la peur change de camp… Et elle va changer de camp…

FDF

.


Il y a aujourd’hui en Europe de nombreuses victimes du multiculturalisme comme Marie-Neige Sardin.

Dans la banlieue nord de Paris une buraliste nommée Marie-Neige Sardin garde son magasin comme une forteresse militaire. En tant que femme blanche elle est une minorité dans cette zone musulmane où l’on parle arabe. Elle a été victime d’une douzaine d’agressions. Elle a été violée, volée, et on lui a jeté de l’acide. Elle dit que tout est fait pour qu’elle parte. Mais elle est la fille d’un soldat et surnom erre maintenant son magasin « un petit bout de France dans un territoire occupé ». Elle dit qu’elle ne partira pas. « Je ne peux pas imaginer devoir dire à mes petits enfants que je n’ai rien fait pour préserver nos valeurs française… alors rester ici est  une façon de ne pas abandonner le territoire ». Récemment la chancelière allemande Angela Merkel a admis que le multiculturalisme avait échoué. Le premier ministre britannique David Cameron l’a dit aussi. Et ils ciblaient spécifiquement les immigrés venant des pays musulmans Le rêve multiculturel en Europe était de donner à l’islam une place spéciale dans la société…sans aucune exigence d’assimilation en retour.  Le multiculturalisme à été encouragé par le radicalisme musulman et la loi de  la charia. Ceci conduit à la banalisation de groupes organisés selon des courants ethniques et religieux. Dans plusieurs villes d’Europe seule la Police fait face à ce qui ressemble a des guérillas urbaines entre différents groupes. A Paris, en Suède au Danemark, et en Grande-Bretagne. La France a environ 750 zones de non-droit le gouvernement français les a renommées  << zones urbaines sensibles>>. Mais en réalité, elle sont dangereuses  pour les blancs et les non-musulmans. « cela signifie qu’il y a des zones du pays où la Police ne va plus, les pompiers n’y vont plus, et même les médecins et ambulances n’y vont plus, sauf s’ils n’ont pas d’autre choix ».  » C’est ainsi parce que ces zones du pays…sont entre les mains des trafiquants de drogue, des bandes et des imams ». Ceci conduit à la formation de groupes qui s’opposent à l’islam et qui veulent protéger les populations française natives blanches. Un des dirigeants de ces groupes Philippe Vardon du bloc Identitaire, m’a confié qu’ils entrainent leurs membres au combat de rue. Il envisage un avenir sombre. « Maintenant, notre gouvernement et nos politiques nous conduisent à la guerre ». Vardon dénonce le fait que la majorité Blanche soit traitée comme une minorité par le gouvernement marginalisée politiquement et cible des crimes commis par les immigrés. « Alors d’un côté on a le discours politique qui dit Okay…tout est ok, c’est si bon de ressentir la différence, de vivre ensemble…C’est une communion, c’est parfait ». »Et de l’autre côté vous avez la réalité de ce que les gens ressentent ». « Ils se sentent comme s’ils étaient eux-mêmes des étrangers dans leur propre pays ». La France prend des initiatives contre l’Islamisation comme la loi sur le voile intégral. Mais à Marseille nous avons vu des femmes musulmanes portant le voile intégral face à des policiers qui n’ont rien fait…et nous avons vu des musulmans bloquer des rues illégalement pour la prière du vendredi. » Marseille est la seconde ville du pays et aujourd’hui il y a un quart de musulmans…mais il y a des zones de Marseille comme celle ci qui sont presque totalement musulmane». Certaines zones de non-droit fonctionnent comme des microsociétés gouvernées ou influencées par les lois islamiques de la charia. « Nous voyons notre société se séparer et se diviser…entre ceux qui sont musulmans, ceux qui sont noirs et ceux qui sont blancs ». Je lui ai demandé à quoi conduira une telle situation. « C’est très simple à comprendre: ça sera la guerre civile ». »Ca ne sera pas une réelle guerre civile comme en Espagne sous le régime de Franco…çà sera une sorte de guerres civiles locales ». » Je pense qu’un jour la situation sera tellement insupportable que l’Etat sera obligé d’envoyer l’armée« . Il y a aujourd’hui en Europe de nombreuses victimes du multiculturalisme comme Marie-Neige Sardin. Des gens sans représentation politique…des gens parfois effrayés de quitter leur domicile. Marie nous dit qu’elle refuse de se rendre.  » Voulons-nous que nos filles soient voilées ? Voulons-nous qu’elles vivent sous la charia ?  » Voulons-nous que la lapidation soit pratiquée ? «  Non, ce n’est pas possible .

 » Je veux être le symbole du refus, je veux dire STOP ! »

Bonus:

Si autour de vous il y a encore des gens « aveugles ou sourds »,
dites-leur d’écouter 5 minutes cette vidéo profondément édifiante de ce qui nous attend dans notre pays.

Vous y verrez cette commerçante qui défend « bec et ongles » un « petit bout de France »
en Angleterre dans un quartier envahi par les musulmans.

Encore une vidéo qui nous vient de l’étranger, et que les médias français ne vous feront « jamais visionner ».
Faites circuler ce message et ce lien sans retenue, ne nous voilons pas la face,

rejetons le « politiquement correct » qui détruit notre pays.

http://www.youtube.com/embed/A3YQANdvvbY

Ca sent les élections… Sarközy: « « La Chrétienté a donné une civilisation à la France ». »…

Le grand pardon…

Ca y est! La mémoire lui est revenue! On n’y croyait plus. Sarkö Ier délaisse l’ilslam pour avoir une révélation: c’est celle qui lui rappelle qu’il dirige un pays aux racines chrétiennes et qui entend bien les garder. Un homme politique en vue qui ne sait plus à quel saint se vouer, surtout à l’approche d’échéances électorales.Il est vrai que nos églises et temples sont de plus en plus cachées par des mosquées gigantesques.

J’en profite pour attirer l’attention des Boudhistes vivant en France: c’est le moment d’en profiter. Vous allez avoir TOUTES les promesses que vous voulez entendre. Des temples boudhistes; payés avec l’argent des contribuables !!! Si si!

Nous, les français de souche, on a déjà pratiqué… Nous savons de quoi on parle…

Eh oui, Monsieur le Président: il y a des Français, des chrétiens, en France. Pas que des musulmans… Ca fait 40 ans que Le Pen le dit…

FDF

.

En visite au Puy en Velay, hier, notre président a eu une révélation.

« La Chrétienté a donné une civilisation à la France ».

Et, de rajouter, comme si cela état nécessaire pour convaincre les sceptiques : « C’est la vérité ! »

La vérité vraie, c’est la campagne électorale qui s’annonce désastreuse pour lui et son camp UMP.

Machines arrière toutes ! On rejoue le scénario de 2007. On va leur en mettre plein la vue et ils nous élirons encore une fois.

Nan ! Nan ! Nan ! Monsieur Sarkozy. Les français ont toujours su que la France était chrétienne et pour tout vous dire, cela fait quelques années qu’ils le crient haut et fort. Mais vous n’avez rien voulu entendre.

D’ailleurs, votre ex ministre de l’Industrie, le maire de Nice,  Estrosi, ne vous entend pas de la même oreille. Pas plus tard qu’hier, il interdisait à ses administrés (voir Nice-Matin) de se réjouir de cette chrétienté en faisant annuler leur gentille réunion qui devait avoir lieu dans les rues de sa cité. Rejoignant, en cela, les cris d’orfraie des socialistes Vauzelle and C°, qui se disent indignés par les provocations de ces foutus chrétiens envers leurs protégés immigrés de confession musulmane.

On croit savoir que vous pourriez le surnommer « la Gaffe » votre ex ministre et pour cause. Voilà-t-il pas qu’il vient mettre quelques grains de sables supplémentaires dans votre Région de prédilection pour les élections prochaines, la PACA.

Se prononçant contre tous ces Français d’Algérie et ces Niçois bon teint qui la peuplent, votre dévoué -mais malhabile- représentant vient conforter vos efforts de complaisance envers l’Algérie, pendant que vous annoncez, à l’autre bout de la France, que nous sommes une civilisation chrétienne.

Vous êtes-vous demandé, vous-même, si la dernière disposition de l’Etat à indemniser TOUS les Harkis, ne gênait pas précisément TOUS les Français ?

Quand on sait que les vrais Harkis et supplétifs de l’Armée française, vivant en France, depuis l’exode de 1962, ne possèdent que la nationalité française, vous incorporez dans cette catégorie, ceux qui ont la double nationalité – algérienne ET française.

Vous en connaissez beaucoup de vrais Harkis qui ont pu rester, en Algérie, jusqu’en 1973 ? Quand on sait, surtout, que l’Algérie refuse, depuis son indépendance, le retour des vrais français Harkis dans leur pays d’origine.

Oui, Monsieur Sarkozy, notre France a hérité d’une civilisation chrétienne, mais, à force de privilégier les civilisations immigrées qui ont, peu à peu, envahi le pays,  vous l’avez quelque peu oublié, depuis votre élection.

Les Français, eux, n’ont rien oublié de leurs racines, de leur identité et de leur civilisation.

Source: http://echodupays.kazeo.com/

9 « jeunes » devant la justice pour un viol collectif dans un train !

Je ne vois vraiment pas pourquoi on perd du temps et de l’argent à juger une affaire dégueulasse comme celle-ci. Il va falloir par ré-ouvrir Cayenne. Ca calmerait les ardeurs violentes, la haine et le sentiment d’impunité de ce genre de sous-merdes…Mineurs où pas,au moment de leurs actes, ces connards étaient responsables. Qu’ils assument. J’ai vu hier soir l’interview de l’un de leurs avocats: lamentable. Et pourquoi des avocats? Pourquoi? Pour leur trouver des circonstances atténuantes? Mais il n’y en n’a pas; point barre!

FDF

.

Les faits remontent au 18 avril 2009.

Ce samedi-là, il est 6h30 quand une jeune fille de 18 ans rentre d’une soirée à Paris.

Elle monte dans un RER à Châtelet pour regagner son domicile.

A Poissy, la jeune fille change de train et se retrouve dans la même voiture qu’un groupe de jeunes.

Elle demande une cigarette à l’un d’ente eux, selon Le Parisien.

Elle est alors bousculée par un membre du groupe qui lui aurait arraché son lecteur MP3.

Arrivée à Verneuil, la jeune fille tente de changer de voiture.

Elle en est empêchée par un des jeunes qui l’aurait poussée sur une banquette.

Le jeune se serait livré à des gestes déplacés sur la jeune fille.

Puis quatre autres ados l’immobilisent, la giflent et se livrent, selon ses propos, à des attouchements.

La jeune fille est ensuite victime d’un viol collectif.

Les agresseurs, après avoir volé à leur victime ses papiers, son téléphone portable et son lecteur MP3, descendent à la gare des Mureaux.

Grâce aux images de vidéosurveillance de la SNCF et aux empreintes génétiques retrouvées dans les préservatifs abandonnés dans le train, les suspects sont rapidement identifiés par les enquêteurs.

Au cours de l’enquête et de l’instruction, six des agresseurs, âgés de 14 à 18 ans, sont soupçonnés d’avoir participé aux viols.

Un seul des suspects passe aux aveux, indique Le Parisien.

Les cinq autres minimisent leur participation.

Un autre prévenu est soupçonné d’avoir volé les effets personnels de la jeune fille.

D’autres suspects interpellés sont soupçonnés d’avoir assisté au viol collectif.

Jeudi matin, neuf adolescents, âgés de 16 à 20 ans, comparaissent, à huit-clos, devant la cour d’assises des mineurs de Versailles pour ce viol collectif, rapporte Le Parisien.

Les suspects sont originaires du quartier de La Vigne-Blanche aux Mureaux.

Source: http://www.lepost.fr/

Le verdict est attendu le 11 mars. On vote pour les cantonales le 20. C’est le moment de voter CONTRE l’insécurité… Vous voyez ce que je veux dire?



Eric Zemmour ovationné par des élus UMP !!!

Va y, Eric. Nous sommes avec toi.

Il a tapé là où ça fait mal, Zemmour. J’en connais un qui doit « taper de la talonnette »… Le vent de la révolte souffle. Le PS s’éparpille en guerres fratricides. L’UMP perd toute crédibilité avec un changement radical de cap de la part de certains de ses élus. Et qui va en profiter? C’est Marine Le Pen… Ouf. Il était temps.

FDF

.

Le journaliste Eric Zemmour, condamné pour provocation à la discrimination raciale, a été chaudement applaudi lors d’un débat de l’UMP dont il était l’invité mercredi 2 mars. « La liberté d’expression, c’est la liberté d’avoir tort », a-t-il proclamé lors d’un long discours lu à la tribune, devant un parterre d’élus, dont Jean-François Copé et l’organisateur, Hervé Novelli, brièvement rejoints par le ministre de la défense, Gérard Longuet.

Se comparant à un « taureau » dans « une arène médiatique et judiciaire », le journaliste n’a voulu retenir qu’une « seule phrase de l’arrêt » du tribunal qui, a-t-il dit, l’a « interloqué ». « J’aurais, selon les magistrats, ‘dépassé les limites autorisées du droit à la liberté d’expression' ». « Je crois savoir ce qu’est la liberté d’expression », a poursuivi le journaliste, citant Montaigne, Voltaire et Zola, « mais je ne sais pas ce que sont les limites de la liberté d’expression, où elles se situent, qui les fixe, comment et au nom de quoi on les fixe ».

« LÉGISLATIONS LIBERTICIDES »

La liberté d’expression « fut une lente conquête historique (…) et il nous faudrait sacrifier ce combat séculaire sur l’autel judiciaire », a-t-il dit. Et d’ajouter : « C’est désormais le code pénal qui régirait les règles de bienséance de la parole publique ».

« La République, de Gambetta au général de Gaulle, a très bien vécu sans ces législations liberticides », a affirmé l’éditorialiste en citant notamment la loi Gayssot (visant à réprimer « tout propos raciste, antisémite ou xénophobe ») et la loi Taubira (reconnaissant l’esclavage comme un crime contre l’humanité).

SUPPRIMER LES SUBVENTIONS DES ASSOCIATIONS ANTI-RACISTES

Il s’est ensuite tourné vers les élus UMP pour les appeler à « supprimer » notamment les lois mémorielles, et « l’action pénale pour les associations anti-racistes ». Et d’ajouter sous les applaudissements : « Et pendant que vous y êtes, si vous pouviez supprimer leurs subventions, cela ferait du bien au budget de l’Etat ».

Le 18 février, le chroniqueur a été condamné à 2 000 euros avec sursis pour provocation à la discrimination raciale.

Source: http://www.lemonde.fr/

Interdiction du voile intégral: premier avertissement…

File d’attente à une Caisse d’allocations familiales en France…

C’était la loi tant attendue par bon nombre de patriotes. Ca y est. C’est fait. Elle entrera en vigueur au 11 avril. Avec certains « aménagements », bien entendu. Il ne faut pas trop « heurter »…  C’est aux Allocs et à la SECU que ça risque de poser le plus de problèmes car c’est en ces lieux que l’on rencontre la plus forte concentration de voilées…

Mais d’ici là, vous verrez qu’ils vont nous en balancer, du voile intégral. A tel point que l’on pourra en faire une overdose. Ces gens-là sont venus pour nous em……; et ils ne vont pas se gêner… Vous verrez. Prenez des photos et envoyez les moi; On va bien s’amuser…

Bon. On n’a plus qu’à attendre une loi anti mosquées et on aura franchi un grand pas…

FDF

.

Voile intégral: la conduite à tenir dans les services publics.

Une circulaire du 3 mars précise les modalités d’application de la loi interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public.

A compter du 11 avril, les agents pourront refuser d’accueillir et de délivrer une prestation à une personne voilée.

Près d’un mois avant l’application de la loi interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public, prévue le 11 avril prochain, le Premier ministre a diffusé le 3 mars au Journal officiel une circulaire en précisant les modalités d’application.

Le texte rappelle tout d’abord que l’infraction, punie par une contravention de 2e classe (150 euros) est constituée dès lors qu’une personne porte une tenue destinée à dissimuler son visage et qu’elle se trouve dans l’espace public ».

Sur le premier point, la circulaire ne prétend pas à l’exhaustivité mais mentionne « le port de cagoules, de voiles intégraux (burqa, niqab…), de masques ou de tout autre accessoire ou vêtement ayant pour effet, pris isolément ou associé avec d’autres, de dissimuler le visage ».

Sont exclus de l’interdiction : les casques de moto, les tenues justifiées par des raisons de santé ou de travail et celles portées dans le cadre de « pratiques sportives, de fêtes ou de manifestations artistiques ou traditionnelles », ce qui intègre également les processions religieuses.

Quant à l’espace public, il est défini par les voies publiques, les lieux ouverts au public ou affectés au service public (voir ci-contre).

Concrètement, à compter du 11 avril, les agents chargés d’un service public « seront fondés à refuser l’accès au service à toute personne dont le visage est dissimulé ».

Rappel à la réglementation par les agents
Dans le cas où la personne est déjà entrée dans les locaux, il est recommandé aux agents de lui rappeler la réglementation et de l’inviter à la respecter, en se découvrant.

Les agents ne disposent pas de pouvoir de contrainte et, en cas de refus d’obtempérer, devront s’en remettre aux forces de police, les seules à pouvoir constater l’infraction.

Au demeurant, « la dissimulation du visage fait obstacle à la délivrance des prestations du service public ».

Responsabilité du chef de service
La circulaire souligne en outre la responsabilité du chef de service dans la mise en œuvre des dispositions législatives et dans la préparation des personnels.
Ainsi que dans l’information au public, qui, sous forme d’affiches prochainement diffusées sur le web(1), dorénavant obligatoire à l’entrée des bâtiments.
Une campagne particulière d’information sera en outre dirigée vers les personnes concernées.

Si la circulaire du 2 mars vient éclairer les responsables publics sur la future mise en œuvre de l’interdiction de dissimuler son visage dans l’espace public, elle ne peut prévoir dès aujourd’hui les nombreuses situations que va engendrer l’institution d’une telle nouvelle infraction.
Seule la bonne volonté des usagers mais aussi des agents publics permettra de respecter juridiquement une législation politique.

Et en Europe, qu’en est il?

BELGIQUE: Une proposition de loi interdisant le voile intégral dans les services publics mais aussi dans la rue, a été approuvée fin avril 2010 par la Chambre des députés. Le texte n’a toutefois pas pu être adopté par le Sénat en raison de la crise politique et de la dissolution du Parlement.
DANEMARK: Le gouvernement a décidé en janvier 2010 de limiter le port de la burqa et du niqab dans l’espace public, mais sans l’interdire, laissant le soin aux écoles, à l’administration et aux entreprises de fixer des règles.
PAYS-BAS: Plusieurs projets de loi concernant l’interdiction du port du voile intégral sont en préparation, notamment dans l’enseignement et la fonction publique.
ESPAGNE: Après quelques initiatives locales, notamment en Catalogne, interdisant le voile intégral dans les édifices publics, le gouvernement envisage d’inclure dans une future loi sur la « liberté de religion » une mesure restreignant l’usage de la burqa dans les lieux publics.
ITALIE: Une loi de 1975, faisant partie des « dispositions de protection de l’ordre public », interdit de se couvrir complètement le visage dans les lieux publics (voile, casque de moto). Quelques maires de la Ligue du Nord ont interdit, localement, la burqa, le niqab ou la tenue de bain islamique (burkini). Le gouvernement est divisé sur l’opportunité d’une interdiction générale et le dossier n’est pas jugé prioritaire.
ALLEMAGNE: Le 2 février 2011, le Land de Hesse a été le premier Etat régional à interdire par décret le port du voile intégral dans les services publics. Jusqu’à présent, quelques Länder, dont la Rhénanie du nord-Westphalie, la Bavière et le Bade-Wurtemberg, interdisaient aux enseignantes d’être voilées.
ROYAUME-UNI: Aucune loi n’interdit le port du voile intégral. Un parti anti-européen fait cependant campagne pour son bannissement et le ministère de l’Education a publié en 2007 des directives permettant aux directeurs d’établissements d’interdire le niqab.
SUISSE: Le ministère de la Justice voudrait interdire le voile intégral au niveau cantonal dans les lieux publics, tout en envisageant un système d’exceptions pour les touristes musulmanes.

Source: http://www.lagazettedescommunes.com/

Pierre de Ronsard: déjà, à l’époque, cet homme voyait juste…

Et encore un visionnaire. que l’on n’a pas pris au sérieux, bien sûr. Qu’il soit rassuré. En 2011, ça n’a pas changé…
FDF
.

 

        • Pierre de Ronsard (1524 -1585):
        • France de ton malheur tu es cause en partie, Je t’en ai par mes vers mille fois avertie. Tu es marâtre aux tiens, et mère aux étrangers qui se moquent de toi quand tu es au danger, Car la plus grande part des étrangers obtiennent les biens qui à tes fils justement appartiennent…

Ca étonne quelqu’un, non ?

Et vont suivre les égyptiens, les marocains, les libyens, les algériens (ah non: ils sont déjà là…), les yéménites, les iraniens, etc…Il va falloir « pousser les murs ».

Les Allocs et la SECU vont prendre encore une sacré baffe. Et notre pouvoir d’achat aussi…

Allez, les assocs pro-clandestins, au boulot. Ca ne va pas manquer. Et il y a de la stigmatisation dans l’air.

Désolé; je ne peux pas en prendre chez moi, j’ai déjà une grande famille…

FDF

.

La police « submergée » par l’afflux de clandestins dans le sud-est de la France

Des dizaines de Tunisiens arriveraient quotidiennement d’Italie.

Des policiers en charge du contrôle de l’immigration ont affirmé jeudi qu’ils étaient « submergés » par l’afflux de clandestins dans le sud-est de la France, venus principalement de Tunisie. Le ministre de l’Intérieur Claude Guéant doit à ce titre se rendre vendredi dans la région niçoise, à la frontière franco-italienne.

Depuis le 1er février, quelque 460 clandestins tunisiens ont été interpellés, dans les Alpes-Maritimes à la frontière franco-italienne, soit dix fois plus que l’an dernier à la même période, a-t-on appris jeudi de source administrative. Une cinquantaine d’autres, venus par la même route, ont, en outre, été interpellés dans les départements voisins du Var et des Bouches-du-Rhône, selon la même source. Sur les 460 personnes arrêtées dans les Alpes-Maritimes, arrivant essentiellement de Tunisie via l’île italienne de Lampedusa, figuraient 27 passeurs.

Des services de police submergés

Depuis le début de l’afflux, une centaine de policiers, sécurité publique, CRS, police aux frontières, sont affectés à la frontière du département. « Il y a des dizaines de clandestins chaque jour venus d’Italie, dont une majorité de Tunisiens », et « nous sommes submergés », ont indiqué ces sources. « Les services de police sont à flux tendu en dépit de renforts et sous la pression hallucinante de flux migratoires venant d’Italie », a ajouté une de ces sources, faisant état de la présence de clandestins tunisiens, notamment aux abords et dans les gares de Nice, Vintimille ou Cannes. « Nous n’en sommes qu’au début », ont déclaré ces sources, affirmant que des prévisions estiment à 15 000 le nombre de personnes susceptibles de venir en France en provenance d’Italie après être arrivées en Europe par l’île de Lampedusa.

Le député-maire (UMP) de Nice, Christian Estrosi, s’est entretenu mercredi avec Claude Guéant pour exprimer ses « inquiétudes concernant les flux migratoires en provenance d’Italie », à la suite notamment de la chute du régime tunisien, a-t-il indiqué mercredi soir.

Source: http://www.lepoint.fr/

Histoire « drôle » sur Ribéry…

Allez, Bilal, t’es plus à ça près…

FDF

On sait maintenant pourquoi Stephane Guillon s’est fait virer.

Et il n’est pas le premier, en outre, à se faire virer pour les mêmes raisons. C’est parce que, comme nous, il vit dans un pays démocratique ou la liberté de penser, de s’exprimer, de ne pas être d’accord n’existe pas. Comme dans toutes les républiques bananières, d’ailleurs… En Iran, c’est la pendaison; la lapidation, ou la mort par torture. Chez nous, nous sommes en retard; c’est l’éviction, seulement. La prison, parfois…

L’objet du délit: S.Guillon

Et l’on s’étonne que le peuple gronde; de plus en plus. Et à l’approche d’élections, c’est pas le top…