Francaisdefrance's Blog

14/02/2011

Marine Le Pen=1/Mélanchon=0…

J’ai écouté ce débat. En toute honnêteté et malgré son air triomphaliste, l’ami des cocos « soumis » a pris une leçon de citoyenneté. La diabolisation du FN, c’est terminé, monsieur Mélanchon. Ce n’est pas sur ce terrain là qu’il va falloir se battre. Trouvez d’autres arguments. Et qui sait; l’UMP va peut-être vous proposer un poste? En attendant, bon courage.

FDF

.

Déjà en lice à quatorze mois de la présidentielle de 2012, Marine Le Pen (FN) et Jean-Luc Mélenchon (PG) se sont affrontés lundi matin sur BFMTV et RMC, lors d’un débat vif et courtois qui a souligné, sans surprise, leurs profondes divergences sur l’immigration et la laïcité.

Candidats autoproclamés de la rupture avec le « système », la patronne du Front national et le leader du Parti de gauche se sont renvoyés la balle sur ce terrain en évitant soigneusement d’apparaître trop agressifs.

« Ne venez pas nous dire aujourd’hui que vous êtes un rebelle à ce système », a lancé Mme Le Pen, accusant son adversaire d’avoir accompagné, en étant ministre de Lionel Jospin, plusieurs privatisations en France.

« Vous allez apporter vos voix à Madame Aubry et même à M. Strauss-Kahn » en 2012, a attaqué celle qui balaye toute idée d’alliance avec l’UMP.

« Je vous confirme un point: contre vous, on fera tous bloc à gauche », lui a rétorqué M. Mélenchon, ajoutant: « vous ça fait 40 ans que vous existez (…) vous n’avez jamais servi à rien à part amener la haine ».

« C’est à nous et à personne d’autre qu’on doit la retraite à 60 ans, la 5e semaine de congés payés, la dépénalisation du délit d’homosexualité, la fin de la peine de mort », s’est défendu le quasi-candidat du Front de gauche à la présidentielle.

Poil à gratter du PS, Jean-Luc Mélenchon a voulu montrer qu’il était le mieux à même de démonter « rationnellement » la mécanique frontiste, ce qu’il a résumé à un « effet Dracula »: « il faut allumer la lumière, et pouf… ça s’en va en petits morceaux ».

Côté petites phrases, Marine Le Pen n’était pas en reste: « vous êtes un peu la Yvette Horner de la politique, tous les combats que vous menez ont trente ans de retard ».

Avec l’immigration comme point de départ, le débat a d’emblée mis en exergue les profonds clivages entre les deux protagonistes, que certains observateurs rangent dans la case « populisme ».

A un Mélenchon qui veut la régularisation des sans-papiers et voit l’immigration comme une « richesse » économique et culturelle pour la France, la fille de Jean-Marie Le Pen a opposé une cause de la « baisse des salaires des Français » et de « la déstabilisation massive de notre système de protection sociale ».

S’empoignant sur l’aide médicale d’état (AME), accordée aux étrangers aux faibles ressources, Jean-Luc Mélenchon a demandé à Marine Le Pen si elle était prête à « laisser quelqu’un crever de sa maladie », pendant qu’elle s’insurgeait de « droits scandaleux » ouverts à « des clandestins ».

Le duel est resté clivé sur la laïcité, que Marine Le Pen voit menacée par une « montée de l’intégrisme musulman ». Faux, selon Mélenchon: « il n’y a pas de problème avec l’islam » mais « avec une poignée de fanatiques que nous mettrons à merci ».

« Nier les racines chrétiennes de la France (…) m’apparaît être une absurdité historique et politique », a plaidé Mme Le Pen face à M. Mélenchon, pour qui la « laïcité a été arrachée à l’obscurantisme religieux ».

« Vous madame, vous faites le tri avec vos intégristes, il y a les bons et les mauvais (…) la seule chose que vous avez c’est une obsession anti-arabes et anti-musulmans », a-t-il accusé.

L’échange entre les deux eurodéputés s’est conclu sur l’euro, dont Marine Le Pen réclame la sortie, tandis que M. Mélenchon, lui aussi en lutte contre l' »Europe libérale », prône une monnaie unique permettant d’instaurer « un Smic européen ».

A la sortie du débat, ce dernier, sûr de lui, se félicitait d’avoir « envoyé au tapis » sa rivale. De son côté, Marine Le Pen a placé la barre plus haut: Mélenchon, ce « n’est pas mon adversaire prioritaire, c’est +l’UMPS+ ».

Source: http://actu.orange.fr/

Caméra cachée dans le système scolaire musulman en Grande-Bretagne.

Ne riez pas. C’est sans doute pareil dans les écoles coraniques en France (que nos élus se font un honneur de subventionner avec notre argent)… Ahhhhhhhhhhhh, cette « religion » d’amour, de paix et de tolérance…

FDF

 



 

La scène se passe dans une grande salle du type que l’on peut trouver dans une école ordinaire. Des garçons âgés de 11 ans et plus, sont assis en tailleur sur le sol en lignes droites.

Ils font face à l’avant de la salle et écoutent attentivement. Mais ce n’est pas un cours ordinaire. Celui qui captive l’attention des enfants est un homme en robe islamique coiffé d’une calotte qui caresse sa longue barbe noire pendant qu’il parle.

«Vous  n’êtes pas comme les non-musulmans, dehors» dit le professeur, en montrant la fenêtre. «Toutes ces choses diaboliques que vous voyez dans les rues, ces gens qui ne portent pas le hijab correctement, ces gens qui fument. . . vous devez détester tout cela, vous devriez détester marcher dans cette rue. “

Il appelle les non-musulmans «kouffar», un terme souvent péjoratif qui signifie mécréant ou un infidèle.

Bienvenue dans l’une des écoles religieuses islamiques les plus réputées en Grande-Bretagne, l’une des 2.000 écoles au minimum de ce type en Grande-Bretagne,  qui enseignent à plein temps pour certaines, ou à temps partiel pour d’autres.

Elles témoignent de l’essor d’un système éducatif parallèle.

Cette école est le lycée Darul Uloom islamic à Birmingham, un institut indépendant avec plus d’élèves inscrit que sa capacité ne le permet.

Les écoles Ulooms Darul sont des écoles islamique de renommée mondiale, et leur objectif est de produire la prochaine génération de leaders musulmans.

En fait, ces écoles ont été décrites comme l’«ENA de l’Islam».

Cette école est tenue d’enseigner la tolérance et le respect des autres religions, par des inspections. Mais l’émission “Dispactches” de la chaîne de télévision Channel 4 a filmé en caméra cachée à l’intérieur de l’école – et, a découvert qu’au contraire, c’est l’apartheid religieux et de la ségrégation sociale qui sont enseignés aux enfants musulmans.(…)

Et nous avons rencontré des élèves  qui disent que les «mécréants» sont «les pires créatures» et que les musulmans qui adoptent des manières soi-disant non-musulmanes, telles que le rasage, le fait de danser, d’écouter de la musique et – dans le cas des femmes – d’oter leur foulard, seront torturés dans l’au-delà avec une fouche avec un manche de fer.

En 2009, cette école avait été encensée par les équipes d’inspection approuvées par le gouvernement pour ses enseignements interreligieux. Le rapport dit que «les élèves apprennent sur les croyances et les pratiques d’autres religions et on leur apprend à faire preuve de respect envers les autres religions».

Source : Daily Mail via Weasel Zippers Traduction Bivouac-id.

Greta : accueillir une stagiaire voilée impose de déménager… à la cure !

Mais quand va t’on arrêter de se prosterner devant l’envahisseur? A cause d’une pouffiasse voilée, on est obligé de changer de lieu une formation avec en outre les frais que ça implique. Ca devient démentiel ! Français: vous compter vous réveiller quand ?

FDF

.

L’affaire que vient de révéler le journal Le Progrès, sous le titre « Greta : accueillir une stagiaire voilée suppose de déménager… à la cure,»  risque de faire du bruit. Parce qu’une musulmane refuse d’enlever son voile lors d’une formation d’ « assistante maternelle » donnée par le GRETA au lycée Alexandre-Bérard d’Ambérieu, il a été décidé de déménager la formation !

En effet, au lieu de faire appliquer la loi prohibant le port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les établissement scolaire, le GRETA a trouvé la solution pour le moins alambiquée de faire les cours dans un local privé !

Et c’est le presbytère qui a été loué moyennant finances pour que les cours s’y déroulent…. Selon Jacques Vieille, le président du Greta, « le problème a été identifié dès le dépôt des candidatures, en juin dernier. La première session de formation s’est déroulée en novembre et d’autres, de 10 à 12 jours, suivront dans le courant de l’année scolaire.»  Avant de rajouter : « Délocaliser 50 personnes, ça entraîne forcément un surcoût. L’information a été remontée auprès de la trentaine de Greta du conseil interétablissements. Auprès des conseils général et régional aussi, dont nous sommes les prestataires de service. »


Source: Novopress.info, 2011

« Il m’a fallu cinq mois pour comprendre que le Coran n’était pas, ne pouvait pas être parole de Dieu ».

Ils ont des points faibles (les muzz)… Il suffit de les trouver…

FDF

.

L’islam interdit le « prosélytisme » pour empêcher toute évangélisation.

Lors du colloque qui se tenait les 12 et 13 février à l’ICAM de Lille, le Père Samir Khalil Samir raconte qu’au cours d’un voyage à Marrakech, 3 jeunes marocains entrent dans l’église un vendredi saint. Les trois jeunes commencent à interroger, il répond à leur question ; le franciscain en charge de l’église arrive sur ces entrefaits, chasse les trois jeunes et récrimine contre le jésuite copte, l’accusant de prosélytisme. « Mais je répondais juste à leur question« , fait remarquer Père Samir. Voilà ce qui peut être considéré comme prosélytisme en Orient.

Joseph Fadelle en a fait la douloureuse expérience :

« J’ai été repoussé de partout, je ne pouvais pas raconter mon histoire. J’ai fini par nouer des liens avec des chrétiens. Ce n’est qu’après trois ans qu’un ami chrétien a réussi à me présenter à un prêtre ».

Un franciscain de Damas indique :

« quand un musulman veut se convertir, je lui dis d’aller chercher en dehors de la Syrie ».

Quant à convertir les musulmans, Joseph Fadelle indique qu’il faut permettre aux musulmans de voir et de comprendre leur religion.

« Il m’a fallu cinq mois pour comprendre que le Coran n’était pas, ne pouvait pas être parole de Dieu. Quand je demandais des explications à mon ayatollah, c’était encore pire. Par exemple, j’ai voulu comprendre pourquoi l’adoption était interdite dans le Coran. L’ayatollah m’a expliqué comment Mahomet était tombé amoureux de la femme de son fils adoptif. L’adoption est interdite dans l’Islam pour assouvir les désirs sexuels de Mahomet !« 

Partir du Coran est une règle fréquemment employée par les syriaques ou les coptes qui s’essaient à l’évangélisation.

Source: http://www.chretiente.info/

Martine Aubry fait campagne en Afrique…

Pour le moins surprenant, non? De toutes façon, sa préférence non-nationale n’est plus à démentir. Mais pourquoi l’Afrique??? Serait-elle devenue une colonie Française? Vous remarquerez au passage la tenue (souvent portée) par Marine Aubry: TOUJOURS DES VÊTEMENTS BLANC QUI SONT TRÈS SIGNIFICATIFS POUR LES ISLAMISTES… Et tout le monde connait les accointances de la première secrétaire du PS avec les muzz… Il va falloir qu’elle comprenne un jour que l’électorat français est en France et pas chez les muzz que ses courbettes doivent bien faire rire.

2012, vite, et qu’on n’en cause plus!

FDF

.

Horrible! Tony Meilhon a tenté de mettre fin à ses jours!

 

Voilà ce que titre http://www.lefigaro.fr/actualite-france/ de ce lundi. Eh ben, ce genre d’info me donne à réfléchir. Et je ne devrais pas être le seul.

Ce meurtrier (il a avoué mais les médias se complaisent à le nommer « présumé meurtrier »…) a soi-disant tenté de se suicider. Tout de suite, il passe donc du rôle d’assassin à celui de victime. Elle n’est pas belle, celle-là? Et il se fout du monde, en plus: il aurait commis cette « tentative de suicide » pour dénoncer l’alimentation qui lui est OFFERTE dans sa cellule.  Le pire: c’est que partout, on insiste bien sur le fait « que ses jours ne sont pas en danger« . Je trouve ça tout simplement écoeurant! Et la famille de Laëtitia, elle en pense quoi? C’est petit, minable…

FDF

.

Innocente victime d’une justice aveugle…

 

Le principal suspect (FDF: il a avoué mais est encore suspect…) du meurtre de Laëtitia a ingéré des produits ménagers dimanche. Ses jours ne sont pas en danger. Il aurait agi ainsi pour dénoncer l’insuffisance de calories dans les repas servis à la prison.

Nouvelle provocation de la part de Tony Meilhon ? Incarcéré depuis plusieurs semaines à la maison d’arrêt de Vezin-le-Coquet (Ille-et-Vilaine), près de Rennes, il a tenté, dimanche, de mettre fin à ses jours dans sa cellule. Transporté au CHU de Rennes, où il se trouvait toujours lundi, ses jours ne sont pas en danger. Il a été placé en chambre sécurisée et fait l’objet d’une surveillance renforcée par le GIPN.

Dimanche vers 18 heures, le détenu aurait ingéré «une dose de lessive (5 ml), 10 ml d’une crème à récurer et 12 cl d’eau de javel diluée», avant d’alerter un surveillant de son geste, a indiqué lundi le procureur de Nantes, Xavier Ronsin. Ces produits ménagers avaient été mis à sa disposition par le centre pénitentiaire dans un «kit d’hygiène», distribué à chaque détenu.

«Mutique» face aux juges

Cette «tentative de suicide», a expliqué Xavier Ronsin, aurait été motivée par la volonté de «dénoncer l’insuffisance de calories des repas fournis par la prison». Une accusation totalement réfutée par la direction de la prison, qui indique «qu’au contraire, les rations qui lui sont journellement données sont en quantité supérieures à celles distribuées aux autres détenus», a rapporté le procureur.

Auditionné dimanche soir, Tony Meilhon n’a pas fait référence au meurtre de Laëtitia dont on l’accuse. Le moment choisi est pourtant troublant : son geste est intervenu en effet à la veille de la présentation par le garde des Sceaux du rapport de l’Inspection générale des services aux syndicats judiciaires. Celui-ci, selon des extraits publiés par Le Figaro, révèle de nombreuses failles dans le suivi pénitentiaire du jeune homme.

Laëtitia Perrais, 18 ans, avait disparu le 18 janvier près de Pornic (Loire-Atlantique). Tony Meilhon, arrêté le 20 janvier, a toujours affirmé avoir accidentellement tué la jeune fille, dont une partie du corps a été retrouvée le 1er février dans une carrière inondée d’eau à Lavau-sur-Loire (Loire-Atlantique). Il a toujours refusé d’indiquer où il avait dissimulé le reste du corps.

Vendredi, face aux juges d’instruction, Tony Meilhon a une nouvelle fois refusé de s’exprimer. Il est resté «totalement mutique», selon le procureur.


L’hypocrisie du halal dans les cantines.

Halal pour tout le monde? C’est ce qu’on va voir !

Il faut se mettre une bonne fois dans la tête que aucune « règle religieuse » n’a à « être respectée » dans nos établissements publics!

Nous sommes en République Française, merde !

FDF

.

Un article sur les cantines scolaires publiques de Reims (Marne) me fait bondir. Non pas que l’auteur prenne une position qui me choque : il reste d’une neutralité remarquable en cette époque de grande dhimmitude de certains journalistes Mais il est vrai que la presse de province est moins soumise au diktat politico-médiatique que le microcosme parisien d’idiots utiles. Ce qui me choque dans cet article, c’est qu’une fois de plus l’islam veut imposer sa charia de Bédouins du 7ème siècle dans les services publics de la République, et qu’une fois de plus il y a des fonctionnaires zélés qui sont prêts à trahir nos valeurs et nos lois pour celles de l’islam.

L’article commence par une interrogation forte : « Les cantines rémoises auront-elles leurs menus halal ? » Inutile d’expliquer encore et encore que la réponse républicaine et laïque ne peut être que trois fois non. Non, on ne reconnaît pas une religion dans l’espace public. Non, il n’y a aucune raison de financer ainsi indirectement le culte d’Allah et de Mahomet. Non, il ne faut en rien cautionner la cruauté sadique de l’égorgement halal (ou casher) et les souffrances animales qui en résultent.

L’article dit que derrière le vocable hypocrite de « menus spéciaux » s’abrite le débat du « respect des règles religieuses au sein de l’école de la République ». Là encore, ce n’est même pas à discuter : aucune « règle religieuse » n’a à « être respectée » dans nos établissements publics.

On note une « augmentation considérable des demandes » : « quelques cas isolés au milieu des années quatre-vingt-dix » et 1165 sur 6350 enfants qui refusent aujourd’hui de manger du porc. Ca donne la mesure de l’islamisation de notre pays et du rejet de l’assimilation et de l’intégration des parents de ces enfants.

Sur le faux problème spécifique du porc, l’article ne tombe heureusement pas dans le politiquement correct. Il dit que ces enfants « refusent » de manger du porc (sur l’injonction de leurs parents évidemment) et non pas comme on le lit habituellement, qu’ils ne « peuvent pas » manger du porc…

Suite et source: http://tinyurl.com/6bhnwjc

Immigration: la Corse inflexible.

Eux, au moins, sont de vrais patriotes !

FDF

.

Nos amis Corses, sur leur île  n’y vont pas par « quatre chemins » pour faire régner leur loi et celles de la république. C’est publié par un « comité de la majorité silencieuse », transmis par un ami. Clair, net et sans bavures. Au moins, les musulmans savent à quoi s’en tenir. Ce qui n’est pas la cas partout… Continuez dans votre action et détermination, amis Corses. Nous autres, résistants du Continent, vous envions…

Lire: corse

Délinquance: au moins 30 000 personnes condamnées à l’emprisonnement restent en liberté…

Justice à la française. De quoi se convertir en délinquant. En outre, en ces temps qui courent, tout le monde est un délinquant: toi, le « sous-chien » qui a oublié de mettre ta ceinture au volant, tu es un criminel. Toi aussi, le citoyen français qui a traité de « sale bougnoule » (et « on » t’a entendu…) un « jeune défavorisé issu de l’immigration » qui est passé sciemment au volant de sa BM flambant neuve à un feu rouge à 100 kmh et que tu as su éviter car tu as pensé à tes mômes assis à l’arrière de ta voiture. Toi, le terroriste qui t’es fait flasher à 56 kmh et que l’on menace de tous les maux si tu ne payes pas ton PV dans les 15 jours (mais tu payeras, tu es solvable, toi; tu payes des impôts)…

Comme dit un pote à moi: « 

Quand je dis souvent qu’il faudrait ré-ouvrir Cayenne.
La pelle et la pioche et un coup de gourdin dans la gueule quand ça se rebiffe. »

Pauvre France.

FDF

.

Des milliers de peines de prison non exécutées !

Exemple: en Loire-Atlantique, plus de 1 600 personnes attendent l’exécution de leur peine.

Le ministre de la Justice doit rendre, aujourd’hui, les conclusions de l’inspection ordonnée dans le cadre de l’affaire Laëtitia. Elle dira si se sont effectivement produits les « dysfonctionnements » dont le président de la République a accusé les magistrats nantais.

En matière de « dysfonctionnement », il y en a un que personne ne conteste : celui des peines non exécutées. Lors de son intervention télévisée, jeudi, Nicolas Sarkozy a reconnu, a minima, que 30 000 personnes, condamnées à de la prison ferme, n’ont pas purgé leurs peines. D’autres sources, et un rapport de 2009, donnent un nombre trois fois plus important…

Manque de places dans les prisons.

Selon une source judiciaire, le nombre des peines à exécuter s’élevait, à la fin 2010, à 1 500 à Aix-en-Provence ; 1 700 à Marseille ; 2 000 à Bordeaux et 1 600 à Nantes. « Des gens qui, dans 98 % des cas, doivent purger moins de deux ans de prison, précise cette source. Sachant que, pour être condamné à six mois ferme, il faut déjà en avoir fait beaucoup… Pourquoi ces jugements ne sont-ils pas mis à exécution ? Faute de place dans les prisons, par exemple. » À Nantes, la maison d’arrêt d’une capacité de 300 places compte déjà plus de 400 détenus.

Les juges d’applications (trois à Nantes pour quatre postes) manquent aussi de ressources pour mettre en place les aménagements de peine prévus par la loi pénitentiaire de 2009, qui pourraient permettre aux condamnés à moins de deux ans d’effectuer leur peine en dehors des prisons bondées.

Une priorité pour le ministre.

Lorsque des « fiches de recherche » sont émises, les forces de l’ordre ( police et gendarmerie ) ne disposent pas de services dédiés pour rechercher les personnes visées. Dans ces conditions, il ne reste plus qu’à espérer un faux pas du condamné : un feu rouge grillé, un flagrant délit. « Aux audiences de comparution immédiate, on juge souvent des gens qui ont commis un délit alors qu’ils faisaient l’objet d’une fiche de recherche pour une peine à exécuter », se désole un magistrat.

Comment expliquer à une victime que son agresseur, condamné à deux ans de prison, reste en liberté ? Pour le condamné aussi, les conséquences peuvent être lourdes : « Dites aujourd’hui à un homme, condamné en 2006, qu’il doit exécuter ses six mois de prison, illustre un magistrat. Il vous répondra que, depuis, il s’est marié, qu’il a des enfants et un boulot… »

« Cette situation n’est pas acceptable, elle fait perdre son sens et sa crédibilité à la décision de justice, tant pour les condamnés que pour les victimes », reconnaît le garde des Sceaux, Michel Mercier, qui promet d’en faire une priorité. Des moyens devraient être attribués pour « ramener le stock à des niveaux raisonnables », selon la formule d’une note interne. Ce qui finira par se heurter aux murs des prisons, déjà pleines.

Source: http://www.ouest-france.fr/

L’autre invasion…

Tous les prétextes sont bons pour envahir l’Occident. Tous…  A nous d’être vigilants et de changer radicalement notre politique d’immigration. Si on laisse faire, les immigrés, ce seront nous…Des grappes de clandestins tunisiens abordent massivement l’Italie qui s’est déclarée en état d’urgence » et fait appel à l’Union Européenne. Et ce n’est que le début.

En France, les algériens sont là depuis des décennies. Et comme la révolution commence à secouer leur pays, il est fort à parier qu’on va avoir à faire face à un « nouvel arrivage »… La fermeté sera alors de rigueur. Il n’y aura pas d’allocs pour tout le monde…

FDF

.

L’incertitude économique et politique a poussé des milliers de Tunisiens à rejoindre les côtes européennes ces derniers jours. L’Italie a proclamé samedi l’état d’urgence humanitaire.

La petite île italienne de Lampedusa se sent dépassée. En cinq jours, ce sont environ 5000 immigrants, pour la plupart Tunisiens, qui y ont débarqué, selon les garde-côtes italiens. Sur la seule nuit de samedi à dimanche, un millier de personnes sont arrivées illégalement. «La situation est difficile», a reconnu le commandant du port de Lampedusa Antonio Morana, «les débarquements se poursuivent à un rythme incessant». L’incertitude économique et politique règne toujours en Tunisie, alors que le pays s’apprête à fêter lundi son premier mois depuis la chute du régime de Ben Ali. Le gouvernement de transition reste sous forte pression sociale et politique. Les inquiétudes liées à la reconstruction ont poussé des milliers de Tunisiens à fuir leur pays et à tenter de rejoindre clandestinement les côtes européennes. Un voyage qui n’est pas sans risque. Un jeune Tunisien s’est noyé et un autre était porté disparu samedi, après le naufrage d’une barque transportant 12 immigrants, a rapporté l’agence tunisienne TAP.

Les jasmins sont flétris: Aprés l’euphorie, voici le choc de la réalité… et ce n’est encore qu’une toute petite avant-garde.
Lisez l’ouvrage prémonitoire de Jean Raspail, « Le Camp des Saints », récemment réédité…

Les Suisses pourront garder leur arme de service à la maison…

Et ce n’est pas pour autant qu’ils s’en serviront. Mais ça peut calmer certaines ardeurs sous-jacentes comme en France où des bandes armées font régner leur loi, sachant que les français, les vrais, les « soumis », n’ont pas le droit de se défendre… Après les minarets, voici une nouvelle preuve que les Suisses avancent doucement, mais sûrement…

FDF

.

Les Suisses pourront garder leur armes à la maison en dehors des périodes de service militaire, la majorité des cantons ayant rejeté dimanche une initiative qui voulait mettre fin à une tradition existant depuis 1874.

Le peuple a refusé par 56,3% de voix l’initiative « Pour la protection face à la violence des armes ». En outre, seuls 6 cantons sur 26 — Genève, le Jura, Vaud, Neuchâtel, Zurich et Bâle-ville — ont dit oui.

Présenté notamment par le parti socialiste suisse et le « Groupement pour une Suisse sans armée », le projet exigeait que toutes les armes de service soient dorénavant déposées à l?arsenal, ainsi que la création d’un registre central des armes à feu.

Elle voulait aussi interdire aux hommes se retirant de l’armée de pouvoir garder chez eux leur fusil ou leur arme de service.

« Malgré son échec en votation, l’initiative a contribué à une véritable prise de conscience », selon le parti socialiste suisse.

Amnesty International a également estimé que la Suisse avait « manqué l’occasion de jouer un rôle de pionnier sur la scène internationale en devançant, par la création d’un registre central, les exigences du futur traité international sur le commerce des armes ».

« Par leur Non, les citoyennes et citoyens se sont clairement prononcés en faveur de la neutralité et donc de l’armée de milice », s’est en revanche félicité le parti de la droite populaire UDC sur son site internet.

« L’UDC se félicite de la préservation de la liberté et de la responsabilité individuelle des citoyennes et citoyens », a-t-il écrit.

Lancée en 2007, l’initiative faisait suite à divers faits divers lors desquels des personnes ont été tuées avec une arme de service et visait notamment à prévenir la violence conjugale et les suicides. Les défenseurs de l’initiative avaient ainsi souligné que le taux de suicides par armes à feu en Suisse est trois fois plus élevé que dans le reste de l’Europe.

Mais l’argument du suicide a été jugé « émotionnel » par les partisans du « Non » à l’initiative, qui ont souligné que l’arme de service à la maison est une tradition suisse.

« Aujourd?hui, la population a démontré que les vraies valeurs suisses telles que la responsabilité individuelle et la liberté priment encore sur les arguments réducteurs basés sur les peurs, l’émotion et l’insécurité qui émanent de la gauche », ont expliqué les libéraux-radicaux.

Car garder son arme de service dans l’armoire familiale fait en quelque sorte partie de la doctrine de défense de la Suisse (environ 200.000 soldats) qui repose sur sa capacité à mobiliser rapidement des milliers de réservistes armés.

Selon le ministère de la Défense, quelque deux millions d’armes à feu circulent ainsi dans la Confédération, une pour un peu plus de trois habitants, et 240.000 armes ne seraient pas enregistrées.

Le gouvernement suisse, également opposé à l’initiative, avait argué que « l’arme personnelle fait partie de la disponibilité de base d’une armée crédible » et est « l’expression de l’attachement et de la confiance liant notre Etat et ses citoyens ».

Berne avait aussi souligné que les hommes et femmes qui font leur service militaire doivent déjà laisser leurs cartouches à la caserne.

Commentant les résultats au nom du gouvernement suisse, la ministre de la Police et Justice Simonetta Sommaruga, a ainsi relevé lors d’une conférence de presse qu' »il y a des instruments (légaux), il faut les utiliser », faisant allusion notamment à la possibilité laissée aux hommes de confier leur arme à l’arsenal.

Mme Sommaruga a par ailleurs souligné l’existence d’un « projet d’harmonisation » des registres cantonaux d’achat des armes. Un projet qui doit démarrer en mai, a-t-elle indiqué.

Source: AFP

Les nouveaux délinquants…

Malgré des promesses kärchérisées à souhait, c’est de pire en pire dans les banlieues et « zones d’éducation prioritaires ». Notre cher président, donc, ne restant jamais sur un échec, va s’attaquer à une autre forme de délinquance, histoire de faire baisser les chiffres.  La racaille routière, car tel est son nom, va trinquer. Et là, des moyens énormes sont mis. Vous, moi, les vaches à lait, allons trinquer. Car vous, moi, nous sommes solvables et serviles. Et les caisses de l’Etat se vident… Il est certain que ce n’est pas avec des actions solides envers la racaille des banlieues qu’on va remplir les coffres du Roi. Et puis, le laxisme pratiqué jusqu’alors fait qu’à ce jour, la racaille, elle rigole… Avez vous vu le film « Balieue XIII » ? Non? Un conseil: visionnez le.

Alors, nous voici, nous les nouveaux délinquants, amenés plus que raison à ouvrir nos porte-monnaie déjà bien vides… Mais si tel est le prix de la « paix sociale ».

Nous sommes vraiment des beaux cons. 2012, vite !!!

FDF

.

Sarko contre la « racaille automobiliste » !

Après avoir publiquement reconnu à la télévision son échec à résorber l’insécurité et, au passage, à tenir quelques autres des promesses majeures qui lui ont assuré son élection, Nicolas Sarkozy ne range pas pour autant son désormais célèbre « Kärcher ». Cette fois, c’est une autre forme de « racaille » qui sera visée et, n’en doutons pas, avec plus de succès, car celle-ci ne bénéficie d’aucun soutien ni d’aucune reconnaissance socio-politico-philosophique : il s’agit de la racaille automobiliste !

Jugez plutôt :

D’ici 2012, 1.000 nouveaux radars installés sur le bord de nos routes avec sans doute le même discernement qu’à l’habitude consistant à négliger les zones réellement accidentogènes au profit de celles, plus juteuses, où le père de famille rentrant du bureau excèdera de 2 km/h la vitesse limitée, déclenchant immédiatement le bras inflexible de la Justice qui, on le sait, ne badine pas avec la délinquance et ne tolère aucun récidivisme…

Parmi ces nouveaux et redoutables moyens de rétablir l’ordre et la sécurité là où le besoin s’en fait le plus sentir, c’est-à-dire sur la route, on découvre le « radar tronçon » qui contrôlera la vitesse sur une distance donnée. Les commerciaux surbookés, véritable gangrène de la société, n’ont qu’à bien se tenir !

Ajoutons-y 1.800 éthylomètres embarqués et 24.000 terminaux permettant de dresser des procès-verbaux électroniques et l’on devra bien admettre que d’ici 2012, la France aura recouvré la quiétude et la douceur de vivre qui manquent à tant de ses quartiers.

Source: NP Info Auvergne

« Débarrassez-vous des islamistes, et la liberté s’épanouira ».

L’Egypte et l’avenir de la démocratie arabe, par Charles Krauthammer.
(le New York Daily News)
 

Aujourd’hui, tout le monde et son cousin soutient le « programme pour la liberté ». Bien entendu, hier, c’était juste George W. Bush, Tony Blair et une bande de néoconservateurs disposant d’inhabituels pouvoirs hypnotiques, qui avaient osé contester les idées reçues sur l’exception arabe – la notion que les Arabes, par opposition aux Asiatiques de l’Est, Latino-Américains, Européens et Africains , étaient particulièrement allergiques à la démocratie. En effet, la gauche a passé la majeure partie des années Bush à écorcher l’agenda de la liberté soit qu’il s’agissait là d’une fantaisie ou encore d’un autre sordide exemple de l’impérialisme américain.

Maintenant tout le monde, même la gauche, se montre enthousiaste pour la démocratie arabe. Très bien ! Compagnons de route, soyez les bienvenus. Cependant le simple fait d’être en faveur de la liberté ne suffit pas. Avec l’Egypte dans la tourmente et au beau milieu d’une transition périlleuse, nous avons besoin de principes de politique étrangère afin d’assurer la démocratie pour le long terme.

Nul besoin de réinventer la roue. Nous avons déjà vécu quelque chose d’analogue dans le passé. Après la Seconde Guerre mondiale, l’Europe occidentale venait d’être libérée, mais demeurait instable, en ruines – et en jeu. La démocratie, nous l’avons privilégiée, sur le continent, face aux menaces internes et externes du totalitarisme communiste. Les États-Unis ont adopté la doctrine Truman qui a déclaré l’intention de l’Amérique de défendre ces nouvelles nations libres.

Cela ne signifiait pas seulement protéger des alliés à la périphérie, comme la Grèce et la Turquie, de l’insurrection et des pressions extérieures, mais aussi de soutenir les éléments démocratiques au sein de l’Europe occidentale contre les puissants et très déterminés partis communistes.

Puissants, ils l’ont été. Les communistes n’étaient pas seulement les mieux organisés et les plus disciplinés. En France, ils devinrent le plus grand parti de l’après-guerre ; en Italie, le deuxième. En vertu de la doctrine Truman, les présidents américains ont utilisé tous les instruments disponibles, y compris l’assistance massive – secrète et manifeste, financière et diplomatique – des partis démocratiques afin de maintenir les communistes éloignés du pouvoir.

De même, les Etats de l’Orient arabe, après s’être débarrassés de décennies de dictature, voient leur avenir démocratique faire face à la menace majeure d’un nouveau totalitarisme : l’islamisme. Comme à l’époque soviétique, la menace est à la fois interne et externe. L’Iran, une mini version de l’ancienne Union soviétique, a ses propres alliés et satellites – la Syrie, le Liban et Gaza – et son propre Komintern, avec des agents dans toute la région chargés d’étendre l’influence des islamistes et de saper les États laïques pro-occidentaux. C’est précisément pourquoi, dans ce moment révolutionnaire, l’Iran se targue du fait qu’une onde islamiste balaie le monde arabe.

C’est ainsi que nous avons besoin d’une politique étrangère qui ne soutient pas seulement la liberté en théorie, mais qui soit guidée par des principes pratiques inscrits sur le long terme afin d’y arriver – une doctrine de la liberté composée des éléments suivants:

(1) Les États-Unis soutiennent la démocratie dans tout le Moyen-Orient. Ils useront de leur influence pour aider tous les démocrates à se débarrasser de la dictature.

(2) La démocratie est bien plus que des élections. Elle requiert une presse libre, la primauté du droit, la liberté d’organiser la création de partis politiques indépendants et le transfert pacifique du pouvoir. Par conséquent, la transition vers la démocratie et des élections initiales doit permettre à ces institutions, notamment les partis politiques, de se mettre en place.

(3) Le seul intérêt des États-Unis dans la gouvernance interne de ces nouvelles démocraties est d’aider à les protéger contre les totalitaires, étrangers et nationaux. Le récent coup d’État du Hezbollah au Liban et la dictature du Hamas à Gaza ont démontré de façon spectaculaire comment des éléments anti-démocratiques peuvent atteindre le pouvoir démocratiquement et détruire la démocratie qui les avait mandatés.

(4) Par conséquent, tout comme pendant la guerre froide les Etats-Unis ont contribué à maintenir les partis communistes d’Europe éloignés du pouvoir, la politique des États-Unis sera de s’opposer à l’inclusion des partis totalitaires – les Frères musulmans ou, d’ailleurs, les communistes – dans tout gouvernement, qu’ils soient provisoires ou élus, issu des Etats arabes nouvellement libérés.

Certes nous n’avons pas le pouvoir d’empêcher cela. Les Frères Musulmans sont-ils même déjà suffisamment puissants en Egypte, pour que l’obtention d’un siège à la table des négociations soit inévitable. Cependant en aucun cas un porte-parole présidentiel devrait se permettre de dire, à l’instar de Robert Gibbs, que le nouveau régime « devra inclure toute une série d’importants acteurs non séculaires ». Pourquoi légitimer aussi gratuitement les islamistes? Au lieu de cela, les Américains devraient de toute urgence soutenir les partis laïques et démocratiques en Egypte ou ailleurs, en conseils, en ressources et en diplomatie.

Nous sommes, encore une fois involontairement, les pions d’une longue lutte crépusculaire, cette fois-ci avec l’islamisme – notamment l’Iran, ses mandataires, et ses alliés potentiels, sunnites et chiites. Nous devrions être lucide sur nos objectifs – de véritables démocraties régies par des démocrates engagés – et élaborer des politiques pour les atteindre.

Une doctrine de la liberté est un agenda de la liberté fixant un cap avec l’aide de principes directeurs. Truman l’a fait. En sommes-nous capables ?

source : extremecentre.org