Francaisdefrance's Blog

28/01/2011

Présence de porc dans les Herta Knacki halal…

Bon appétit, les Zamis…

Le halal à papa, c’est fini… Lu sur Al-Kanz.

FDF

.

Casino retire les Herta Knacki halal incriminés de tous ses magasins

« Volte-face du groupe Casino qui, suite à cet article, n’a pas manqué d’être contacté et s’est laissé convaincre de reprendre l’approvisionnement. Le principe de précaution ne vaut pas non plus chez Casino quand il s’agit des consommateurs musulmans. Le service consommateur indique s’être basé sur les analyses d’Herta, qui pourtant ne donnent absolument pas satisfaction (voir Herta « halal » : que vaut la contre-analyse de Nestlé ?). C’est dommage pour Casino, qui se tire une balle dans le pied, et son projet Wassila. C’est vendredi, les mosquées débordent de fidèles. N’hésitez pas à faire passer le mot.

Voilà dix jours que le site Débat-Halal.fr a publié un rapport d’analyses émanant du laboratoire Eurofins et indiquant la présence de porc dans des Herta Knacki halal (lot n° 1028081701 05 M09 11:35), certifié par la SFCVH-mosquée de Paris mais non contrôlées par des contrôleurs permanents et surtout indépendants, puisque cet organisme de certification ne dispose d’aucun employé dédié à cette tâche et laisse le soin à ses partenaires industriels de décider de ce qui sera ou non estampillé halal, ce dans la plus grande discrétion. Depuis dix jours, malgré les centaines (milliers ?) d’appels de consommateurs musulmans inquiets et en colère, Nestlé louvoie. Impossible d’avoir des réponses claires et définitives sur cette affaire. Nestlé pensait éteindre l’incendie que la société a contribué à étendre en méprisant ces consommateurs. Dernière action en date, la diffusion, via la SFCVH-mosquée de Paris, un rapport d’analyses commandé à un laboratoire allemand, rapport qui loin de lever le doute, l’entretient (voir Affaire Herta halal : la SFCVH-mosquée de Paris diffuse un rapport d’analyses).

Pire, après une première attaque, par communiqué de presse, mardi 18 janvier contre notre blog, Al-Kanz.org, le recteur de la mosquée de Paris a récidivé cette semaine en publiant un texte en Une du site de ladite mosquée. Depuis, Nestlé et SFCVH laissent entendre qu’ils comptent lancer une procédure judiciaire contre nous. Pourquoi ? Pour avoir demandé à Nestlé de s’expliquer sur la présence de porc dans ses Herta Knacki halal. Mais briser le thermomètre ne fera pas baisser la température, bien au contraire.

En février 2009, le groupe Casino frappait un grand coup retirant définitivement les poulets non halal estampillés halal Dar al-Mazak, marque du géant Doux. Ces poulets, comme l’ensemble de la production Doux, sont certifiés halal, mais non contrôlé par l’AFCAI, laquelle est couverte depuis juillet 2010 par… la SFCVH-mosquée de Paris (voir Pour couvrir l’AFCAI, KFC non halal sollicite la mosquée de Paris). Aujourd’hui, suite aux révélations concernant Knacki Herta halal, Casino a décidé de suspendre l’approvisionnement de ce produit de tous ses magasins situés sur le territoire national. Selon nos informations, l’enseigne est dans l’attente que toute la lumière soit faite sur le produit mis en cause. On peut par ailleurs penser qu’une alerte qualité sera lancée en interne, comme c’est la procédure dans la grande distribution. Nestlé avait l’occasion de mettre rapidement un terme à toute cette affaire. Par sa gestion catastrophique et son silence inacceptable, la multinationale, comme ce fut le cas récemment avec Greenpeace, a envenimé la situation. Le pire est peut-être à venir : imaginons que Casino fasse faire des analyses et découvre que d’autres lots sont aussi contaminés par des traces de porc.

La mobilisation des consommateurs musulmans, déterminés à être considérés comme des consommateurs à part entière, porte ses fruits. Mais elle ne doit pas faiblir. Nous vous invitons dès maintenant à contacter Auchan, Leclerc et même Carrefour, dont la marque Carrefour haram halal ne répond pas aux exigences islamiques du halal, pour leur demander de faire comme Casino. De même, appelons Casino pour ce geste fort. S’il est légitime de dire sa colère quand ça ne va pas, il faut encourager les entreprises qui vont dans le bon sens. Mieux, Casino a peut-être compris qu’il est grand temps de ne travailler qu’avec entreprises dont les produits sont contrôlés de façon systématique et indépendante par des contrôleurs salariés par l’organisme certificateur. Espérons que le site http://www.wassila.fr, tout comme les rayons halal du groupe, sera rapidement vidé de tous ces produits qui ne donnent pas satisfactions aux consommateurs musulmans. »


Petit voyage en Afghanistan…

Heuhhhhhhhhhh; éloignez les enfants, c’est plus sûr…  Ce sont des images rapportées de la-bas, mais tout de même.

FDF

.

http://www.rtbf.be/info/monde/afghanistan/une-lapidation-filmee-en-afghanistan-299782

Prosélytisme musulman: les « Verts » battus à plate couture !

Ils auraient voulu se tirer une balle dans le pied qu’ils n’auraient pas mieux agit…

FDF

.

Plus fort que les Verts, FO propose un calendrier musulman aux ouvriers!

 

De plus en plus fort! Une organisation syndicale se met au prosélytisme musulman. Force Ouvrière dont on connaît tous, le passé laïque, le combat permanent pour se libérer de la tutelle de la pensée communiste, sa volonté ancienne de rester au service des travailleurs sans être sous la coupe des doctrinaires staliniens, verse désormais dans le religieux.

Cette organisation qui ne voulait pas, refusait l’absolutisme et la dictature communiste accepte désormais la dictature religieuse et facilite sa diffusion dans les entreprises y compris auprés d’ouvriers et d’adhérents laïques voire, chrétiens ou juifs.

Force Ouvrière, sachez-le camarade syndiqué, est devenue non pas une force des ouvriers au service des ouvriers mais une force d’Allah et de son prophète Mahomet.

FO n’hésite pas à proposer un calendrier musulman aux ouvriers de Peugeot Citroën de Poissy

Robert Bothereau secrétaire de cette organisation syndicale de 1948 à 1963 doit se retourner dans sa tombe. Je ne parle pas de Léon Jouhaux secrétaire général de la CGT de 1909 à 1947 qui a toujours défendu l’indépendance syndicale vis à vis des partis politiques qui serait outré de l’allégeance de son syndicat à l’islam. Faut-il que les cotisations soient faibles pour que cette OS en arrive là, à se trahir elle-même. Ancien militant et permanent syndical, j’ai eu souvent l’occasion de me heurter à FO. Mais c’était pour des rasons de politiques syndicales dans l’entreprise, sur des désaccords concernant un dossier, une négociation. J’ai honte pour mes camarades de luttes syndicales! Je me souviens encore d’avoir défilé à Strasbourg avec eux. C’est si loin désormais. J’ai honte tout simplement.

Décidément, la France, y compris ouvrière, ne tourne pas bien rond. Au secours…

Gérard Brazon

par Christine Tasin

Décidément, on ne recule devant rien pour accroître sa représentativité chez les syndicats ! On avait remarqué que la CGT, comme la FSU, surfaient sur les vagues du soutien aux sans-papiers, élément essentiel, comme chacun sait, de la défense des salariés qu’ils sont censés représenter, mais il manquait ce monument que nous vous présentons ci-dessous : le calendrier 2011 proposé par FO métaux du Val de Seine.

Qu’on en juge : destiné à des gens qui vivent en France, qui travaillent en France et dont nul ne devrait connaître la religion (nous ne sommes pas dans une théocratie et, chez nous ces affaires-là sont privées) ce calendrier représente trois photos de mosquées, avec au premier plan de l’une d’entre elles trois Belphégor en noir, vision horrifique des femmes donnée à admirer…

Quant au texte… de quoi faire se lever sur leur tête les cheveux des plus tolérants des hommes. Il y a bien -quelle complaisance !- une petite colonne 2011 avec les principaux jours fériés français (fort utiles pour savoir quand on travaille ou pas dans une entreprise) mais la colonne de droite présente la date musulmane (d’une utilité indéniable quand on vit en France), « 1432-1433 » et dessous la liste des évènements musulmans, écrits en arabe, dans un pays, la France, dont la constitution précise qu’il ne doit y avoir qu’une langue, le français, utilisée sur tout le territoire. Bref, FO fait comme si la Charte des langues minoritaires qui n’a pas été ratifiée par la France, pour raison, précisément, d’inconstitutionnalité, était en application… Un syndicat qui respecte la République, FO ?

Mais le pire est à venir. Le pire c’est que ce calendrier n’est pas un calendrier, mais « L’horaire des prières de Paris ». Imagine-t-on une seconde que soit distribué dans n’importe quelle entreprise un calendrier intitulé « Horaire des prières à Notre-Dame de Paris » ? Bien évidemment non parce que chacun se sentirait offensé par l’obligation qui lui serait faite de se sentir chrétien sans l’être. Or, il y a là un mépris indéniable du travailleur de chez FO métaux de Poissy. Ce calendrier laisse supposer que les musulmans sont majoritaires dans l’entreprise mais, surtout, impose à tous, qu’ils soient chrétiens, protestants ou athées cette propagande religieuse, faisant de la discrimination et en même temps du délit de facies. Comme si on ne pouvait pas être d’origine maghrébine ou africaine et être athée ou chrétien…

En effet, ce calendrier, non seulement est bilingue (on félicitera au passage FO pour les efforts de la centrale pour que les travailleurs étrangers s’intègrent…) mais est une apologie de l’islam.

Ce calendrier, qui n’est pas distribué dans une mosquée mais dans une entreprise française, rappelle ce qu’est l’islam, les devoirs du croyant, le mode d’emploi des ablutions rituelles, les piliers de la prière etc. avec ces morceaux d’anthologie qui devraient faire hurler les responsables d’un syndicat qui avait, jusqu’à présent, été un peu plus laïque et républicain que tous les autres : pour que le ramadan soit valide, il faut « la cessation de l’écoulement du sang menstruel » et, pour le pèlerinage obligatoire, la femme « doit être accompagnée du mahram ». Ainsi donc, sont clairement, et sans vergogne, énoncés deux éléments de l’islam incompatibles avec la République parce qu’ils établissent l’infériorité de la femme. D’abord la superstition qui fait qu’un femme qui a ses règles doit être exclue de la communauté pour un fête importante, superstition qui devrait avoir disparu en 2011 et ensuite que la femme ne peut voyager seule, qu’elle est une éternelle mineure sous la surveillance d’au moins un homme avec lequel elle ne peut avoir de rapports sexuels (mahram) comme son père ou son frère.

On passera pour pertes et profits la mention, plus que ridicule dans l’absolu mais surtout dans un calendrier syndical : « ce calendrier contient des versets coraniques et des hadiths du Prophète. Prière de ne pas jeter ses feuilles et de les brûler ».

Depuis trente années, les organisations syndicales courent après l’islam, notamment dans l’automobile. Rappelons-nous, lors des grandes grèves des années 1980, les revendications de la CGT de tapis de prières dans les entreprises, et d’aménagements d’horaires lors du ramadan. Dernièrement, lors de l’affaire de la crèche Baby-Loup de Chanteloup-les-Vignes, près de Poissy, la CGT avait soutenu, lors d’élections professionnelles, les amis de la voilée, contre la directrice laïque, Natalia Baleato.

Depuis trente ans, la gauche court après l’islam. On l’a vu en 1989, incapable de régler la première affaire de voile dans une école, à Creil. On a vu, récemment, un élu vert de Grigny sortir un calendrier, dans le même esprit que celui de FO Talbot, mettant les dates musulmanes sur le même plan que les dates de notre calendrier.

Pourtant, tout le monde connaît les risques ! Lors de la mission parlementaire sur le voile intégral, présidée par le député communiste André Gerin, le syndicaliste de Force ouvrière Carl Pincemin avait témoigné sur l’emprise des religions, et notamment l’islam, dans les entreprises. Il est également intervenu aux assises de Charenton, le 18 décembre, où il s’était étonné de l’absence totale de réaction syndicale, à FO et ailleurs, au lendemain de son audition au Parlement.

Dans ce contexte, FO, au lieu d’aider les ouvriers du secteur Métaux à s’intégrer pour aller vers plus d’assimilation, renforce le communautarisme, le sentiment d’être à part et de devoir l’être pour respecter les règles religieuses, fussent-elles incompatibles avec la République.

FO ne défend pas les travailleurs français, FO fait du prosélytisme religieux pour attirer le chaland, FO se vend, FO trahit la France et se tire une balle dans le pied.

C’est d’autant plus cocasse que Force ouvrière, du temps de Marc Blondel hier, et de Jean-Claude Mailly aujourd’hui, est très influencé par l’ancien Parti des Travailleurs, devenu le Parti Ouvrier Indépendant (POI), qui a pris le contrôle de la Libre Pensée, tenue de main de fer par le lambertiste Christian Eyschen, qui se présente comme anti-clérical ! L’anti-cléricalisme de Marc Blondel, à présent président de la Libre Pensée, ne l’a pas empêché de défendre bec et ongles la burqa, lors de la-dite mission parlementaire.

Remarque subsidiaire : les adhérents FO qui liront ce texte et ne demanderont pas de comptes à leur direction sont les complices de ces trahisons laïques, indignes d’une organisation ouvrière.

Christine Tasin et Paul le Poulpe

http://resistancerepublicaine.info/

Un russe converti à l’islam serait à l’origine de l’attentat de Moscou.

Ouhais… 35 morts: il a droit à ses 72 putes au paradis d’Allah.

FDF

.

L’auteur de l’attaque serait un homme que les services de police recherchaient dans le cadre d’une enquête sur un autre attentat.

La piste d’un Russe converti à l’islam wahhabite se précisait vendredi, quatre jours après l’attentat qui a fait 35 morts à l’aéroport de Moscou, selon les informations de la presse locale, alors que les enquêteurs restaient très discrets sur l’avancée de leurs investigations. Le quotidien Kommersant a précisé vendredi ses révélations de la veille qui désignaient un militant islamiste russe comme le principal suspect de l’attaque suicide de l’aéroport Domodedovo. L’individu, Vitali Razdoboudko, 32 ans, était connu de la police depuis sa conversion à l’islam lorsqu’il était étudiant à Piatigorsk, dans la région de Stavropol, au pied du massif du Caucase. Selon un responsable des forces de l’ordre locales, Vitali Razdoboudko était déjà recherché dans le cadre d’une enquête sur un autre attentat, la police le soupçonnant d’appartenir à un groupe rebelle, le « nogaïsski djamaat ». Il aurait disparu en novembre avec sa concubine et leur nouveau-né. 

Selon Kommersant, la police étudie de près la relation du couple avec leurs colocataires : Anvarbek Amangaziev, interpellé en octobre dans le cadre d’une enquête sur une série d’attentats, et sa compagne Zeïpan Souiounova. Cette dernière a été interpellée en janvier après l’explosion accidentelle d’une ceinture d’explosifs à Moscou, qui avait tué une autre femme s’apprêtant, selon plusieurs médias, à commettre un attentat-suicide le 31 décembre. Kommersant laisse entendre que cette femme pourrait être la compagne de Razdoboudko, et que celui-ci aurait pu perdre la vie à son tour en commettant l’attentat de Domodedovo.

« Le sentiment de frustration idéologique monte »

Autre révélation, selon Kommersant : Razdoboudko a été converti à l’islam par un imam russe, Anton Stepanenko, un islamiste wahhabite présumé dont les disciples ont participé à une attaque rebelle contre Naltchik (Kabardino-Balkarie, Caucase) en octobre 2005 (des dizaines de morts). Selon Kommersant, la police a aussi saisi des livres, des DVD à caractère extrémiste et un guide de fabrication d’engins explosifs, lors d’une perquisition à son domicile en 2006.

« Les gens sont déçus par le pouvoir en place (en Russie), les pratiques, l’engagement politique des hiérarques de l’Église orthodoxe », explique Sergueï Aroutiounov, expert sur le Caucase à l’Académie russe des sciences, expliquant la propagation de l’islam radical parmi les non-musulmans. « Le sentiment de frustration iéologique monte, les gens psychologiquement instables cherchent une nouvelle foi, de nouvelles idoles », explique-t-il. Pour un expert militaire indépendant, Alexandre Golts, « le problème n’est pas que des Slaves apparaissent parmi les wahhabites, il est bien plus grave : une génération entière a grandi pendant la guerre (dans le Caucase) et s’est constituée dans cette idéologie ».

Jusqu’à présent, les enquêteurs n’ont donné aucune information officielle sur les pistes étudiées en lien avec l’attentat de Domodedovo. Après la première guerre de Tchétchénie (1994-1996) entre forces russes et indépendantistes, la rébellion s’est progressivement islamisée et a de plus en plus débordé les frontières tchétchènes pour se transformer au milieu des années 2000 en un mouvement armé actif dans tout le Caucase du Nord. Les autorités russes ne parviennent pas à juguler ces violences, qui présentent un grave risque pour la sécurité des Jeux olympiques d’hiver de 2014 à Sotchi, à seulement quelques centaines de kilomètres des zones instables.

Source: http://www.lepoint.fr/

Front National: Louis Aliot nommé vice-président.

Un personnage déterminé qui fera certainement un excellent travail.

Bonne chance dans ta nouvelle mission, Louis!

FDF

.

L'homme fort du FN est Ariégeois
L’homme fort du FN est Ariégeois

Le nouvel homme fort du Front National est Ariégeois d’origine : nouvellement nommé vice-président du parti frontiste, Louis Aliot, originaire d’Ax, compagnon de Marine Le Pen, vient ainsi d’accéder à un poste clef de son mouvement. Baptisé « M. Marine Le Pen » par France Soir, Louis Aliot, avocat de profession, a collé des affiches du côté de Lavelanet et de Tarascon, où il a longtemps joué au rugby. Il a été ensuite secrétaire départemental de son parti en Haute-Garonne, avant de devenir directeur de cabinet de Jean-Marie Le Pen.

France: 8% de la population fait peur au reste…

Pourquoi l’islam fait peur… Pour plein de raisons. En attendant, 8% de la population fait peur au reste…
FDF

.


Heureusement que la Résistance veille…

42 % des Français considèrent les  musulmans comme une “menace”. 68% jugent qu’ils ne sont “pas bien  intégrés”. D’où vient cette défiance sans précédent ? Comment en est-on  arrivé là ?

Cela faisait plusieurs semaines, déjà, que l’Ifop avait réalisé son sondage coup de poing avant que le Monde ne   se décide, courageusement, à le publier le 5 janvier. Venant à l’encontre de bien des idées reçues sur l’intégration de la “communauté musulmane” en France (et en Allemagne, l’étude portant sur les deux pays), c’est peu dire, en effet, que ses résultats se situent aux antipodes du discours “politiquement correct” ambiant. Et encore le Monde n’a-t-il   pu rendre compte que d’une partie seulement des… quarante-quatre pages   de données que comprend ce sondage – auquel nous avons eu accès dans sa  globalité. À noter aussi que sont intégrées dans cette étude les réponses des musulmans et personnes de culture musulmane eux-mêmes (8 à 9   % de la population).

« Très sévères sur le fond » (les principes de l’islam), « très critiques sur la forme » (la volonté d’intégration des musulmans) et, ceci expliquant cela, « très inquiets pour leur avenir » (leurs   valeurs et leur mode de vie) : tels sont aujourd’hui, selon Jérôme Fourquet, de l’Ifop, les sentiments majoritaires des Français.

« S’ils se montrent de plus en plus hostiles, c’est que cette hostilité a changé de registre, décrypte, pour Valeurs actuelles, le directeur adjoint du département opinion de l’institut de sondage. Autrefois    limitée, dans les années 1980-1990, à des reproches et à des    inquiétudes liés à l’insécurité et à la concurrence économique des    immigrés, voire du terrorisme, cette défiance est désormais    principalement identitaire et culturelle, de type “choc des    civilisations”. »

Très sévères , donc, sont les jugements des Français sur l’islam .   Sur les huit formules (quatre positives, quatre négatives) qui leur ont  été soumises par l’Ifop, ce sont les quatre défavorables qui « correspondent le mieux à l’idée » qu’ils s’en font aujourd’hui : “rejet des valeurs occidentales”, “fanatisme”, “soumission” et “violence” (72 % de citations en premier au   total). Arrivant en tête des réponses, le “rejet des valeurs occidentales” (31 %) a presque doublé en dix ans (17 % en 2001) !

Les quatre jugements favorables sont, quant à eux, relégués en  queue de classement : “protection de la femme”, “justice”, “liberté”, “démocratie” (9 % de citations en premier, soit huit fois moins que les opinions hostiles). Principale explication, selon Fourquet, de ce rejet,  sur le fond, de l’islam : « le réveil identitaire et religieux,  constaté depuis quelques années, d’une partie des musulmans ». « Très  médiatisé, celui-ci apparaît pour beaucoup comme une menace pour la  “laïcité à la française” » : affichage à la hausse du voile et de la burqa (auxquels 59 % des Français sont opposés dans la rue ; voir graphique page 15),   ramadan de plus en plus suivi, prières sur la voie publique, revendication de nourriture halal dans les écoles, les étals de supermarché et les fastfoods, ou encore d’horaires aménagés dans les piscines… Un « choc visuel et psychologique » qui explique que, pour 55 % des Français, “l’influence et la visibilité de l’islam” sont “trop importantes”.

Conséquence de cette perception d’une pratique religieuse  jugée trop “conquérante” : un jugement (très) négatif sur leur volonté  et leur capacité d’intégration. Si 68 % des personnes interrogées  estiment que les musulmans ne sont pas bien “intégrés”, c’est en raison,  d’abord, de leur “refus de s’intégrer” et de leurs “trop fortes  différences culturelles”. « Les Français, relève Fourquet, ont  pris conscience que cette communauté n’avait pas vocation à partir, revendiquait sa place, et qu’il allait donc falloir “cohabiter” avec elle. » D’où cette “inquiétude” pour le maintien de certaines de leurs valeurs (tolérance, égalité homme-femme…) et de leur mode vie (liberté de mœurs, codes vestimentaires, alimentation…) : seuls 22 % des Français considèrent que les musulmans sont un “facteur d’enrichissement culturel”, contre près du double (42%) qui voient en eux une “menace pour l’identité de [leur] pays”.

Alors que de précédents débats (tel le référendum sur la Constitution européenne de 2005) faisaient apparaître une vraie césure “France d’en haut contre France d’en bas”, le jugement porté sur les musulmans témoigne, lui, d’un profond clivage droite-gauche : 71% des sympathisants de droite (UMP + FN) considèrent ainsi leur présence comme   une “menace”, contre 24 % seulement à gauche.

Selon Jérôme Fourquet, les résultats de cette étude sont, par ailleurs, annonciateurs d’un casse-tête pour Sarkozy dans la perspective   de 2012 : « Face à ce qu’ils considèrent comme une menace culturelle  et idéologique, les Français perçoivent bien l’impuissance du pouvoir :  “Que peut-il faire ? Pas grand-chose”… » Mais le “piège” peut aussi se refermer sur la gauche : «   Une forte minorité de ses électeurs est, elle aussi, inquiète, notamment sur la laïcité, et ne se reconnaît pas dans les discours “bienpensants” de ses représentants », poursuit- il. De quoi, « si l’un ou l’autre camp ne trouve pas de réponse adaptée, offrir une importante marge de progression au FN ». Surtout, si la question de l’islam figure, comme le prédit l’Ifop, « parmi les thèmes dominants de la prochaine présidentielle ».

Source : Valeurs Actuelles

Soumission: en Afghanistan, les femmes de l’Armée française doivent porter le voile !

Encore un bel acte de soumission… Dément. Elles vont devoir bientôt porter la burqa, aussi? Mais où est passée notre patriotisme et où sont nos valeurs républicaines?  Chez nous, en France, les musulmans font ce qu’ils veulent; on les laisse vivre selon leurs coutumes et on les encourage, même. Chez eux, en terres islamistes, c’est nous qui devons nous plier à leurs « lois ». Vous trouvez ça normal? Moi pas.

Tout ceci me révolte au plus haut point.

FDF

.

 

chèche

Un aumônier catholique ayant récemment servi en Afghanistan vient de dé-voiler une affaire bien peu glorieuse pour la hiérarchie des armées françaises.

Afin de ne « pas indisposer les afghans », il a été imposé à une jeune femme sergent-chef de se couvrir les cheveux et le visage à l’aide du voile local, un chèche !
Que cela nuise à la vision périphérique de la demoiselle, et contribue ainsi – comme si besoin était ! – à la mettre davantage en danger, importe visiblement peu à ses supérieurs…

On se demande donc ce que viennent faire les forces françaises dans ce pays qu’elles sont censées protéger, si elles se montrent incapables d’assumer leur nationalité devant de simples quidams, fussent-ils musulmans ?

Les combattants adverses doivent rire de ces précautions, lesquelles démontrent que même à l’international, le baissage de treillis devant les islamistes est devenu la règle d’or des représentants de l’Etat.

 

Source : Marianne du 22/01/11 

 

Vu sur http://www.nationspresse.info/

La décadence de Rome version 2011…

Mêmes causes (ou pratiquement), mêmes effets…

L’Histoire se répète toujours. Mais ça ne sert pas de leçon…

FDF

.

Je vous laisse maintenant méditer…

Made in xxx: ça peut toujours servir…

Pour changer, une info concernant l’origine des produits de consommation que nous achetons tous les jours. Toujours bon à savoir…

FDF

.

C’est un fait ! Tout le monde a plus ou moins peur des produits faits en Chine.
Mais pouvez-vous différencier, parmi les produits que vous achetez, lesquels sont
faits aux USA, Philippines, Taiwan ou Chine ? Non, n’est-ce-pas !
Laissez-moi vous dire comment faire… Les 3 premiers chiffres du code-barres d’un
produit indiquent en fait le code du pays où le produit a été fait.
Exemples:
Tous les codes qui commencent par 690, 691, 692 jusqu’à 695 sont faits en Chine.


C’est notre droit d’être informés.
Mais le gouvernement et les services associés ne tiennent pas à renseigner les
consommateurs, sur ce sujet.
Par conséquent, nous devons nous protéger par nous-mêmes.
De nos jours, les Hommes d’Affaires Chinois savent que les consommateurs ne
préfèrent pas les produits « faits en Chine ». Alors ils n’indiquent pas de manière
lisible le pays dans lequel sont faits les produits.
Cependant pour le savoir, vous pouvez maintenant vous référer au code-barres.
Souvenez-vous des 3 premiers chiffres 690 à 695 qui indiquent « Fait en Chine ».

Un produit venant de Taïwan…

Voici tous les codes-barres utilisés :

00 à 13 : USA et Canada
30 à 37 : France
40 à 44 : Allemagne
49 : Japon
50 : Grande-Bretagne
57 : Danemark
64 : Finlande
76 : Suisse et Liechtenstein
471 : Taïwan.
480 à 489 : Philippines.
628 : Arabie Saoudite
629 : Émirats Arabes Unis
690, 691, 692 jusqu’à 695 : Chine
740 à 745 : Amérique Centrale

La Russie dit non à l’invasion migratoire !

 

Bravo à eux! Ils semblent avoir enfin compris.
FDF

.


En matière démographique, les Russes sont moins naïfs que les Européens de l’Ouest déniant les catastrophiques réalités, endoctrinés par la nouvelle religion droit-de l’hommiste ! Les Occidentaux ont raillé la Russie qui doit faire face au déclin de sa population, mais s’ils ont effectivement bien vu la paille dans l’œil de la Russie, ils ont oublié la poutre de l’immigration extra-européenne qui était dans le leur ! Certes les Russes vont connaitre encore des moments très difficiles, mais suite aux mesures prises par les présidents Poutine et Medvedev, ils font face et vont s’en sortir progressivement, sans compromettre leur avenir et leur identité, alors que les élites dirigeantes de l’Europe de l’Ouest commettent un crime, une trahison inadmissible ,celui de porter atteinte à la patrie charnelle des peuples européens, en acceptant des masses d’immigrés (l’immigration continue derrière les rideaux de fumée médiatiques avec le Président Sarkozy, soit 250 000 personnes par an et une agglomération comme Lille tous les 3 ans) dont beaucoup sont pratiquement inassimilables, principalement en provenance de l’Afrique.

Europe de l’ouest à l’image de la Bosnie, du Kossovo, du Liban, de l’Afrique de l’ouest

Aujourd’hui, les perspectives réelles de l’Europe de l’Ouest, c’est à terme une inéluctable guerre civile comme en ont connu le Liban, la Bosnie, le Kosovo, la Géorgie, les pays africains, Ceylan.., si des mesures favorisant la natalité des populations de souche européenne ne sont pas prises immédiatement. A contrario  l’avenir appartient toujours à la Russie, au-delà de difficultés structurelles, suite en particulier, à la catastrophique décennie de 1990 à 2000 avec une natalité en chute libre et une perte de population de 800 000 individus par an, pendant l’ère de Boris Eltsine. Le déclin démographique, le mal être, la baisse de la natalité de la Russie avait commencé en fait, dans les années 80, dès les premiers signes de l’essoufflement et de l’implosion à venir de l’URSS. En 2007, au moment même où Poutine exposait son projet de stabilisation démographique, la Russie ne comptait déjà plus que 142 millions d’habitants, alors que la population était encore de 150 millions en 1992. Un rapport présenté en Russie en 2007 et largement diffusé par l’agence Novosti illustrait de manière criante l’érosion inéluctable : chaque heure, la Russie perd cent habitants ; toutes les vingt et une secondes, on enregistre une naissance, mais une mort se produit toutes les quinze secondes(1).

Russie : une opinion publique hostile à l’immigration

En Russie, l’opinion publique est hostile à l’immigration. Contrairement aux affabulations de l’Occident, même si le « péril jaune » passe pour très réel à terme, plus particulièrement en Sibérie et en Extrême Orient, il y a à ce jour en Russie , un maximum de 400 000 Chinois, selon Zhanna Zayonchkouskaya, Chef de laboratoire de migration des populations de l’Institut National de prévision économique de l’Académie des Sciences de Russie, et non pas plusieurs millions comme cela a pu être annoncé. Les Russes ont veillé au grain et ont pris des mesures très sévères pour éviter une possible migration de masse.

Le rapatriement des Russes hors frontières

La seule immigration qui a été favorisée est le rapatriement de Russes établis dans les anciennes républiques soviétiques (Kirghizstan, Kazakhstan, Pays baltes, Turkménistan.). Des villes comme Vladivostok, Irkoutsk, Khabarovsk, Irkoutsk, Krasnoïarsk et même Blagovetchensk, à la frontière chinoise, sont des villes européennes  avec seulement quelques commerçants ou immigrés chinois en nombre très limité. Une invasion aurait pu avoir lieu en Extrême Orient dans les années 1990, tant la situation s’était dégradée. Il est à remarquer que les migrants chinois de l’époque ont profité du laxisme et de l’anarchie ambiante pour filer à l’ouest de la Russie. Être clandestin n’est pas aisé aujourd’hui en Extrême Orient et en Sibérie : la frontière est relativement imperméable; le risque est grand ; les hôtels sont sous contrôle étroit ; le chaos qui suivit l’éclatement de l’URSS est déjà loin.

Quelques millions d’immigrés en provenance du Caucase

Quant aux immigrés en Russie de l’Ouest en provenance du Caucase (Géorgie, Arménie, Azerbaïdjan) ou de l’Asie centrale (Tadjikistan), ils sont quelques  millions, dont beaucoup de clandestins, mais ne représentent aucun danger ou aucune menace réelle à ce jour sur le territoire russe tant par leur nombre, que par leur implantation contrôlée d’une façon très étroite par la police et les autorités. La population russe autochtone les perçoit souvent d’une façon très défavorable avec des sentiments nationalistes, comme a pu le montrer l’émeute villageoise pendant plusieurs jours à Kondopoga en Carélie, en septembre 2006, à l’égard de communautés caucasiennes, principalement tchéchènes.

Natalité à relever et politique nataliste

La Russie a réagi à la crise démographique selon le bon sens, en pensant courageusement et d’instinct natalité à relever. Dès 2003, suite à la proposition du député conservateur Alexandre Tchouev, le Parlement a supprimé la pratique de l’IVG pour raisons sociales ; l’avortement n’est autorisé qu’en cas de viol, si la mère est déchue de ses droits parentaux, ou si le père est handicapé. En mai 2006, le Président Poutine a confirmé la mise en place d’une politique nataliste. Cette politique permet aux mères de bénéficier d’une « prime de maternité » importante (1 250 000 roubles, soit 17 350 euros (en 2006) pour la naissance d’un second enfant et 1 300 000 roubles (18 825 euros pour le troisième). Depuis février 2006, des « certificats de naissance » ont été introduits dans les maternités : remplis lors de la naissance d’un enfant, ils permettent à la mère de toucher sa « prime de maternité » et à la sage-femme de bénéficier d’une « prime d’assistance » de 10 000 roubles (294 euros) pour chaque enfant né dans son service.

La Russie a dû aussi faire face à un véritable drame humanitaire en matière de logement avec l’absence d’espace physique pour l’enfant qui conduisait à l’enfant unique. La construction, en plein essor, devrait contribuer au redressement de la natalité. Le logement, l’éducation, l’agriculture et la santé constituent les quatre « projets nationaux » des perspectives 2020 pour la Russie. Aux États-Unis, le « baby boom » avait été la conséquence d’une migration de masse des centres-villes vers les banlieues, « vers la terre ».

La remontée de l’espérance de vie

L’espérance de vie, selon Boris Revitch du Centre de démographie russe, était de 59 ans pendant les années 1990 à la naissance, soit vingt ans de moins qu’en Europe  occidentale. Elle est aujourd’hui en 2011, supérieure à 69 ans. Les fléaux que la Russie devait affronter au début des années 2000 en matière démographique étaient en ordre de grandeur les suivants : l’alcoolisme (34 500 morts par an), le tabagisme (500 000 morts par an), les maladies cardio-vasculaires (1,3 millions de morts par an),le cancer (300 000 morts par an), le sida, les accidents de la route (39 000 morts par an ), les meurtres (36 000 par an), les suicides (46 000 par an), la déficience du système de santé qui faisait la fierté de l’URSS et qui est devenue une catastrophe sanitaire. La mortalité infantile, 11 pour 1000, est deux fois plus élevée que dans l’UE. Au delà de la nouvelle législation en place, des progrès doivent encore être faits pour la diminution du nombre d’avortements qui a diminué de 25% entre 2003 et 2008, mais on recensait tout de même encore 1,234 millions d’avortements en 2008,pour 1,714million de naissances de la même année ! Par ailleurs la Russie doit faire face à un effet d’hystérésis, suite à la structure de sa population et à toutes ces années catastrophiques, ce qui a généré un rétrécissement de la strate de population en âge de procréer.

Retour aux valeurs traditionnelles et sortie de l’habitude de l’enfant unique

Le retour aux valeurs traditionnelles, à la religion orthodoxe devrait aussi contribuer à sortir de l’habitude de l’enfant unique .Tout progrès réel repose en fait sur une révolution des mentalités favorisant la famille nombreuse. Il semble que la situation à ce sujet soit moins désespérée en Russie qu’en Allemagne. Le président Medvedev a proposé en 2010, en plus des mesures Poutine ci-dessus mentionnées, une réduction d’impôts de trois mille roubles (72 euros) par mois et par enfant à partir du troisième enfant. Pour les autres familles avec enfants, il s’est déclaré également favorable à une réduction des impôts, sans pour autant donner de chiffres. Un exemple anecdotique, mais hautement symbolique de l’attitude politique russe envers les familles et les naissances, est la campagne officielle « Donnez naissance à un patriote pour la fête de l’Indépendance de la Russie », dans la région d’Ulyanovsk située à environ 850km à l’est de Moscou, campagne dotée de prix, dont le premier est une voiture !

En 2005, la population avait décru de 760 000 habitants, ce qui était le record absolu. En 2006, la baisse ne fut que de 520 000 habitants, puis 280 000 habitants en 2007, 116 000 habitants en 2008. La bonne nouvelle, c’est qu’en 2009 avec 1,76 millions de naissances, 1,95 millions de décès, 100 000 émigrants, et 330 000 naturalisations, la population russe a augmenté pour la première fois depuis 15 ans de 50 000 habitants. Le taux de fécondité de 1,9 enfants par femme en 1990, tombé à 1,1 enfant par femme en 2000, est remonté à 1,56 enfants par femme en 2009, soit un taux similaire à celui de l’Union européenne qui était de 1,57enfants par femme en 2008.

Vers le retour à l’équilibre ?

Trois prévisions démographiques majeures ont été envisagées pour la démographie en Russie en 2010. Selon une prévision estimée mauvaise du ministère de la santé russe, la population devrait continuer à baisser pour atteindre 139.630.000 habitants en 2016 et 128 000 000 d’habitants en 2030.Le taux d’immigration resterait faible autour de 200 000 personnes par an pour les 20 prochaines années.

Selon une prévision estimée moyenne du même ministère, la population russe devrait légèrement augmenter jusqu’en 2016 pour atteindre 142 160 000 habitants, puis recommencer à légèrement baisser, de 200 000 ou 300 000 habitants dès 2020 pour atteindre 139 372 000 habitants en 2030. Le taux d’immigration serait contenu à une moyenne de 350 000 nouveaux entrants/an, ce qui est à peu près la moyenne de 2009, année durant laquelle 334 500 étrangers et apatrides ont reçu la nationalité russe. Une partie étant d’origine russe ou ukrainienne.

Selon une prévision haute toujours du même ministère de la santé, la population devrait augmenter à près de 144 000 000 d’habitants en 2016 et continuer à augmenter jusqu’à 148 000 000 en 2030. Le taux d’immigration serait plus élevé dans cette variante, soutenant la hausse de la population et avoisinerait les 475 000 nouveaux entrants/an. D’ici 20 ans, on arriverait à une « immigration » équivalente à 8% de la population du pays. Celle-ci serait principalement du Caucase et de la CEI, donc de populations post-soviétiques, russophones, dont des communautés sont déjà présentes en Russie et pas foncièrement déstabilisantes.

La Russie à l’écart des erreurs occidentales ?

En conclusion, la hausse de la natalité est le résultat de la politique volontaire de Vladimir Poutine, de Dimitri Medvedev et de leurs gouvernements. La baisse de la natalité dans les pays occidentaux, elle, est le résultat de la politique volontaire de l’oligarchie mondialiste au pouvoir qui ne tient pas compte des causes qu’elle a créées : déchristianisation, corruption des mœurs, libéralisation de la contraception, de l’avortement, de l’homosexualité, féminisme et travail des femmes, destruction des petits agriculteurs, regroupement des populations dans les métropoles, diminution des allocations familiales – qui ne sont plus réservées aux citoyens français de souche, mais bien au contraire de plus en plus aux populations immigrées, ce qui est le comble de la bêtise et du suicide programmé – bref, ce qu’on appelle « la Culture de mort ». Déjà Emmanuel Le Roy Ladurie, membre de l’Institut, remarquait que la France reste un pays où le pourcentage des avortements (220 000 par an) égale le taux de mortalité des bébés âgés de moins d’un an au temps de Louis XIV. Peut-on vraiment parler de progrès dans ces conditions ?» L’oligarchie mondialiste considère que l’unique remède contre la dénatalité est l’immigration. L’objectif est de fabriquer à l’échelle planétaire, une population d’apatrides et de déracinés opposés les uns aux autres dans une guerre civile mondiale, les peuples devenant des minorités dans leurs propres patries. (2)

La Russie qui fait  face à des difficultés bien plus grandes que l’UE a dit non à ces folies occidentales. Elle nous montre le chemin du redressement démographique, du coup d’arrêt à donner à l’immigration, bref le chemin de la survie de   notre civilisation européenne !

source : Polémia

Enterrer la loi de 1905 pour mieux financer les mosquées…

Pour ça, le PS et l’UMP sont « main dans la main »… Cette collaboration est digne de…………………… collabos.

FDF

.

 

Au travers de l’affaire des « prières de rue », Marine Le Pen a réussi à placer le thème de l’islamisation dans le débat politique, et à y entraîner malgré eux ses rivaux socialistes et sarkozystes.


Pourtant, l’UMP avait bien espéré enterrer ce sujet dit sensible avec la « loi sur la burka ». Il faut tout de même se rappeler que lors des débats de la mission parlementaire présidée par André Gérin, les personnes auditionnées et même quelques députés ont largement évoqué toutes les offensives d’islamisation dans nos administrations, nos écoles, nos hôpitaux, nos cantines, nos rues, nos entreprises, nos commerces, etc. Comme je le disais dans un chapitre de notre ouvrage collectif « Résistance républicaine », « derrière l’arbre de la burka » se cache « la forêt des accommodements raisonnables » (1). Tout cela était connu depuis au moins 2004, au travers des rapports Obin (2) et Denécé (3), d’alertes de la part des Renseignements généraux et des préfectures, et évidemment du travail de ré-information de sites internet.

Inutile donc de refaire une fois de plus la liste de toutes ces atteintes à la laïcité et à nos valeurs humanistes et républicaines. Mais que constate-t-on un an (quasiment jour pour jour) après les conclusions de la mission Gérin ? Nos politiques ont fait la loi sur le voile intégral (même pas soutenue par la gauche sauf quelques exceptions) et… rien d’autre, rien de rien sur tout le reste, sur tous les « accommodements déraisonnables ». Silence radio à l’UMP comme au PS, au Modem comme à la gauche de la gauche.


Et pourtant la droite ne cesse de se vanter de « sa » loi sur la burka. Nicolas Sarkozy en parle chaque fois qu’il le peut, y compris dans ses vœux de nouvel an. Jean-François Copé, patron de l’UMP matraque le même refrain à chacune de ses interventions à propos de la laïcité, histoire de dire : voyez, on s’en occupe, on a fait la loi sur le voile intégral !

Le piège que je subodorais dans « Résistance républicaine » est donc confirmé : cette loi a permis à la majorité présidentielle de botter en touche tous les autres problèmes d’islamisation. Et la gauche se garde bien de les raviver.

Jusqu’à ce que Marine Le Pen mette les pieds dans le plat, et pas uniquement sur l’affaire des « prières de rue ». Dans ses meetings, elle a aussi parlé du halal, des cantines, des hôpitaux, des entreprises, etc. Mais comme la gauche a cru bon de faire monter en sauce le mot « occupation » (elle doit s’en mordre les doigts…), l’UMP et le PS se voyaient contraints de prendre position sur cette affaire, tout en continuant d’ignorer superbement les autres « accommodements déraisonnables ».

On remarquera également que les autorités musulmanes comme le CFCM ont arrêté de faire du ramdam sur la burka. On peut se demander : quel marché ont-elles conclu avec le pouvoir politique ? Qu’est-ce que l’UMP et le PS ont pu proposer en échange ? Eh bien tout simplement… l’officialisation du financement public des mosquées, comme nous allons le voir.

Pour cela, l’UMPS utilise sans vergogne… l’affaire des prières publiques. La propagande officielle reprend la thèse mensongère selon laquelle ces gens prient dans la rue par manque de lieux de culte. Par exemple dans un récent reportage de TF1 tourné à Marseille (4), et dans lequel Manuel Valls (PS) nous explique sans rire qu’il y un problème d’« inégalité » de traitement de l’Etat et des collectivités locales entre d’une part « églises et synagogues » (construites avant 1905), et d’autre part « mosquées et pagodes ». Evidemment, les pagodes bouddhistes ne sont là que pour donner le change, puisqu’on ne voit jamais leurs fidèles prier dans la rue ou exiger des maires des terrains et des financements pour leurs lieux de culte.

Et comment Manuel Valls veut-il financer encore plus ouvertement la construction de mosquées avec l’argent des contribuables ? Il l’explique dans l’émission « A vous de juger » jeudi dernier sur France 2 où il reprend sa comparaison entre églises et mosquées (5). Avec un culot incroyable, il nous dit que pour ne pas toucher à la loi de 1905, il suffit que l’Etat finance la Fondation des œuvres de l’islam créée par Dominique de Villepin, et cette fondation peut financer les mosquées. Evidemment, il noie cette trahison de la laïcité républicaine (et donc des Français) dans une logorrhée tortueuse pour masquer la transitivité du financement, mais c’est bien ce qu’il veut dire. Et pour faire passer cette soupe indigeste, il enchaîne immédiatement sur le « livre nauséabond » de Théo Sarrazin qui s’est vendu à plus d’un million d’exemplaires en Allemagne (vous vous rendez compte, quelle horreur !) et sur la montée de « l’extrême-droite ». Le procédé est grossier : si vous n’êtes pas d’accord avec moi, alors vous êtes des fachos. Se rend-il seulement compte qu’il insulte là une majorité de Français et d’Allemands ?


Ce n’est pas mieux à droite. Les mêmes ficelles sont utilisées par tous les acteurs politiques de l’UMP ayant certainement reçu des « éléments de langage » depuis l’Elysée, tant leurs discours sont tous calqués sur le même moule. Le Président de la république lui-même, par exemple, lors de ses vœux aux autorités religieuses, a lié les prières de rue au manque de lieux de cultes. Jeannette Bougrab, dans une interview au Figaro en ligne (6), reprend la même fable : « Il y a effectivement des problèmes cultuels. Ce n’est pas normal de voir des personnes qui n’ont pas de lieux de culte pour prier, de voir des gens dans la rue… (…) Ce ne sont pas des gens qui vont dans la rue pour manifester de manière ostentatoire. (…)Rue Myrha, c’est un problème de capacité d’accueil. »

Et comme preuve que c’est une stratégie commune à l’UMP, il suffit de constater que ce parti annonce ouvertement qu’il veut faire de « l’exercice des cultes » un sujet essentiel de débat pour 2011 (7). Selon Jean-François Copé, « l’exercice des cultes religieux dans la République laïque avec un point particulier sur l’exercice du culte musulman » sera l’un des trois thèmes majeurs de la campagne présidentielle. On se demande pourquoi il ne parle pas du tout de l’islamisation et des « accommodements raisonnables » et pourquoi la construction de mosquée devrait être l’une des priorités de la République laïque, en contradiction totale avec sa Constitution et ses lois !

Et Jean-François Copé remet le couvert dans le débat sur France 2 face à Manuel Valls, mais plus habilement que celui-ci. Entre deux rappels de « sa » loi sur la burka (il en use et en abuse), le patron de l’UMP dit qu’« il faut mettre le débat sur la table pour 2012 » et qu’il n’y a pas de « sujets tabous » dans son parti. C’est un grand classique chez lui : pour sabrer des acquis sociaux ou des valeurs républicaines, il ne les attaque pas de front mais prépare le terrain en disant qu’on peut toujours en débattre. D’autres se chargent ensuite d’en remettre une couche caricaturale, et Copé apparaît alors comme le chevalier blanc qui trouve une solution du juste milieu, mais qui consiste bien en des reculs sociaux, républicains ou démocratiques.


Valls et Copé, et tout le PS et toute l’UMP, avancent donc masqués pour nous imposer peu à peu l’idée d’un financement officiel de la construction de mosquées, en sautant sur le prétexte des prières de rue.

Certes, les élus de droite et de gauche font déjà payer une grande partie des nouvelles mosquées par leurs contribuables, via des baux emphytéotiques quasiment gratuits et le financement de « centres culturels » adossés aux mosquées mais qui ne sont que des annexes de celles-ci (école coranique, bibliothèque, etc., et même salles d’ablution !). Ou, comme à Drancy (et ailleurs), en construisant en douce une « mosquée municipale » à 2,1 millions d’euros, et en faisant payer à l’association locataire un loyer dérisoire qui ne rembourse même pas les frais d’entretien (y compris le ménage…) entièrement à la charge de la commune.

Mais ça commence à se savoir, toutes ces combines en parfaite contradiction avec notre Constitution et nos lois, et nos élus craignent les foudres des tribunaux administratifs. Alors l’UMPS, sous la pression de soldats de l’islam politique, s’apprête à franchir le cap du sabordage de la loi de 1905. Sarkozy voulait la « nettoyer », l’UMP le fera. Marc-Philippe Daubresse, son vice-président en charge d’une mission de réflexion sur la stratégie à conduire face au FN et au PS, se demande s’il ne faudrait pas « revisiter la loi de 1905 ». Qu’en termes faux-cul tout cela est dit ! Et côté PS, c’est Manuel Valls qui a trouvé une solution géniale : le contribuable finance une Fondation soi-disant d’utilité publique qui finance les mosquées.

Eh bien, qu’ils continuent ainsi, tous ces tartuffes ! Qu’ils continuent à prendre les Français pour des imbéciles ou des fachos ! Ils l’ont déjà largement fait à propos du sondage Ifop/Le Monde sur notre perception de l’islam et des musulmans (8). Et maintenant ils vont remettre le couvert en pensant qu’on va gober le fait que nos impôts, en pleine crise sociale et économique, aillent contribuer à payer des oratoires à Allah et Mohamet ? Ils se fourrent le doigt dans l’œil.

D’ailleurs, pour donner un autre exemple de leur mépris du peuple, dans le débat sur France 2, Valls et Copé ont superbement ignoré les Français, quand un journaliste a fait la synthèse des questions posées par les internautes du Parisien sur le thème de la laïcité : « est-ce qu’on ne fait pas une place privilégiée à l’islam ? » Et apparemment, il y avait nombre de Français qui râlaient dans ce sens, ce qui confirme totalement le sondage Ifop/Le Monde, selon lequel 55% des Français et 49% des Allemands pensent que l’islam est « trop visible » dans nos pays respectifs.


La réponse de Copé à ces internautes ? Nous sommes trop « silencieux » sur les attaques contre les chrétiens… d’Orient. Donc rien à voir avec la question posée. Et Valls, lui, reprend son thème de l’« injustice » envers les musulmans parce que l’Etat entretient les églises et pas les mosquées, et il repart sur la Fondation des œuvres de l’islam. Ni l’un ni l’autre n’ont entendu les internautes, ou alors ils ont fait tous deux mine de ne pas les entendre. Et après cela, ils viennent pleurer parce que Marine Le Pen monte dans les sondages !

Ce sont des minables et des lâches. Ils jouent les autruches sur l’islamisation de la France, laissant ainsi les Français se débrouiller individuellement face aux avancées islamistes dans leur vie quotidienne. Ils se servent d’une atteinte à la laïcité (les prières de rue) pour justifier une autre atteinte à la laïcité (le financement public de mosquées), ils noient le tout dans un verbiage pseudo-humaniste et ils honnissent et insultent le peuple de France. Bref, ils aggravent leur cas de jour en jour, jusqu’à ce que la ficelle casse. Et elle cassera, c’est inévitable, et le plus tôt sera le mieux.


 

 

Source et publication: Roger Heurtebise

 

Les provocations de Tareq Oubrou.

Et on tolère ce genre d’individus? A savoir que c’est un très bon pote à Juppé… C’est ça, l’islam: En dire le moins possible sauf s’il s’agit d’attiser la haine contre les chrétiens. Tareq Oubrou n’a rien à faire sur notre territoire. Ce type m’écoeure…

FDF

.

L’imam de Bordeaux reste évasif à des questions sur l’islam…

T

Jeudi 20 janvier, Tareq Oubrou, imam de Bordeaux et président de l’Association des musulmans de Gironde, tenait une conférence-débat sur le thème : « Islam et République ». Les identitaires d’Aquitaine étaient là aussi. Dès le début, un appel a été lancé pour que soit respectée une minute de silence en mémoire des coptes tués dans un attentat à la bombe en Egypte et des deux journalistes français assassinés au Niger. Appel rejeté par l’organisateur !

Un militant identitaire interpella Tareq Oubrou sur la question des violences faites aux femmes et sur le manque de considération porté à celles-ci par le Coran, citant pour cela le verset 224 de la sourate 2 :

«Vos épouses sont pour vous un champ de labour ; allez à votre champ comme vous le voulez et œuvrez pour vous-mêmes à l’avance.»

Réponse : mauvaise interprétation. Tareq Oubrou mis ensuite en avant la vie « exemplaire » du prophète et de son épouse Aicha, omettant de préciser que cette dernière n’avait que six ans lors de son mariage ! Sur son appartenance à l’UOIF et au Conseil européen de la fatwa, Tareq Oubrou n’a pas répondu.

Source: Michel Janva