Francaisdefrance's Blog

22/12/2010

NON à une TROISIÈME mosquée à Sochaux !

blason islamique du futur califat de la ville de villefranche-de-rouergue, aveyron22 juillet 2010

C’est avec consternation que nous avons appris que Monsieur le Maire et le Conseil Municipal de notre commune ont décidé de vendre une parcelle de terrain située au bout de la rue de l’Hôtel de vivre ville pour y faire construire un lieu de culte musulman. Le Maire précise lors du Conseil municipal du 25 juin dernier qu’il n’y aura pas de minaret. (…) Sochaux est une commune de moins de 4 500 habitants et il y a déjà DEUX mosquées. Pour défendre son idée, Monsieur le Maire nous informe qu’une mosquée est turque et l’autre bosniaque. Or la nationalité n’a rien à voir dans la pratique d’un culte. Il n’existe pas des églises espagnoles et des églises italiennes !

Nous devons donc nous opposer à la construction de ce troisième édifice dans notre petite commune. Néanmoins, nous sommes obligés de constater un véritable problème de gestion de notre ville. Nos élus desireraient détruire l’Eglise actuelle pour y faire un rond point et favorisent la construction d’une troisième mosquée.

Source : http://www.prvdoubs4.org/2010/07/22/le-sochalien-enchaine-une-troisieme-mosquee-a-sochaux/

22 décembre 2010
Sochaux
Conseil : vente d’un terrain à l’association des Musulmans

Lors du dernier conseil municipal, le maire « Divers Gauche » a fait part des négociations entreprises depuis un an avec l’association des Musulmans relatives à l’édification d’un lieu de culte à un endroit approprié de Sochaux. « L’ancien terrain de l’ASCAP récemment acquis par la commune auprès de PSA, offre une opportunité pour ce projet. En effet, il est proche du site actuellement utilisé par l’association dans les foyers AMAT et dans un environnement favorable ».

Il est proposé de vendre une partie de la parcelle initiale AH72 d’une contenance de 18a28ca pour garder l’autre à l’usage du service technique communal pour stockage de matériel de voirie. La parcelle détachée mise à la vente est la AH 306 d’une contenance de 13a07ca pour 39 000 euros. Cette parcelle comporte l’ancien bâtiment de l’Ascap que l’association démolira au vu de son état de vétusté pour être reconstruit sur l’exacte emprise de l’existant (contrainte PPRI zone bleu foncé). Le prix tient compte de l’engagement de l’association à démolir l’existant (réfaction 25 % du prix du terrain).

Le maire est autorisé à signer les actes. Les frais de la vente et ceux qui en seront la suite et la conséquence seront à la charge de l’acquéreur.

Le conseil municipal autorise le maire à signer tous actes nécessaires pour réaliser la vente de la parcelle AH 306 pour un montant de 39 000 euros.

Sochaux, Conseil : vente d'un terrain à l'association des Musulmans. Lors du dernier conseil municipal, le maire a fait part des négociations entreprises depuis un an avec l'association des Musulmans relatives à l'édification d'un lieu de culte à un endroit approprié de Sochaux. « L'ancien terrain de l'ASCAP récemment acquis par la commune auprès de PSA, offre une opportunité pour ce projet. En effet, il est proche du site actuellement utilisé par l'association dans les foyers AMAT et dans un environnement favorable ». Il est proposé de vendre une partie de la parcelle initiale AH72 d'une contenance de 18a28ca pour garder l'autre à l'usage du service technique communal pour stockage de matériel de voirie. La parcelle détachée mise à la vente est la AH 306 d'une contenance de 13a07ca pour 39 000 euros. Cette parcelle comporte l'ancien bâtiment de l'Ascap que l'association démolira au vu de son état de vétusté pour être reconstruit sur l'exacte emprise de l'existant (contrainte PPRI zone bleu foncé). Le prix tient compte de l'engagement de l'association à démolir l'existant (réfaction 25 % du prix du terrain). Le maire est autorisé à signer les actes. Les frais de la vente et ceux qui en seront la suite et la conséquence seront à la charge de l'acquéreur. Le conseil municipal autorise le maire à signer tous actes nécessaires pour réaliser la vente de la parcelle AH 306 pour un montant de 39 000 euros.
http://www.estrepublicain.fr/fr/montbeliard-et-ses-environs/info/
4356211-Sochaux-Conseil-vente-d-un-terrain-a-l-association-des-Musulmans

Un maire démocrate et républicain, soucieux de l’avenir tant pour sa commune que pour la France, ne devrait JAMAIS autoriser la moindre construction de mosquée. Il existe une multitude de raisons parfaitement fondées à cela, multitude de raisons que tant les maires que les élus municipaux ignorent le plus souvent, ou parfois préfèrent sciemment ignorer afin de pouvoir dire plus tard « On ne savait pas… ».

Informons les élus, et la population, afin que tous sachent pourquoi il ne faut pas autoriser la construction d’une mosquée et qu’ensemble ils prennent les bonnes décisions.

C’est très simple avec la méthode Amnesty International SITA : une lettre dans une enveloppe timbrée, envoyée par la poste (voir tinyurl.com/6r4fsu et tinyurl.com/592ezu )
Et c’est très efficace (voir tinyurl.com/c44rvr)

Action SITA : imprimer, adresser, poster : la nouvelle façon de voter
Démocratie Directe

Quoi mettre dans l’enveloppe ?

– Imprimer la première page du présent article, directement depuis le navigateur (Fichier [ > Mise en page | Aperçu avant impression ] > Imprimer… > Pages de:1 à:1)
Avec ça le destinataire va comprendre à propos de quoi on lui écrit.

Un timbre tarif « 20 grammes » de base permet d’envoyer au moins deux feuilles, vous pouvez donc rajouter une feuille à votre courrier (recto-verso, soit deux pages). Avec le verso libre de la feuille où vous avez imprimé la première page de l’article, cela fait donc trois pages disponibles sur lesquelles expliquer pourquoi il ne faut pas construire de mosquées.

– Imprimer sur ces trois pages l’argumentaire Construction de mosquées : pourquoi il faut dire NON, http://sitamnesty.files.wordpress.com/2009/03/construction-de-mosquees-pourquoi1.pdf.
Pour imprimer ce document pdf en trois pages seulement, ne pas imprimer la page de garde (qui ne contient guère que le titre)
Si vous le souhaitez, vous pouvez imprimer d’autres argumentaires à la place
– soit en trois pages eux aussi (voir la rubrique Argumentaires sitamnesty.wordpress.com/argumentaires au paragraphe Documents en 3 pages).
– soit vous pouvez bien entendu aussi imprimer un argumentaire en seulement une page, ou seulement deux pages, ou panacher en trois pages = 1 page + 2 pages etc. comme il vous plaira (voir les divers argumentaires proposés).

Qui sont les destinataires ?

En priorité les élus, et ensuite optionnellement les habitants.

Les noms des élus municipaux se trouvent sur la page http://sochaux.fr/sochaux/mairie/conseil-municipal-elus.htm
(ou http://www.linternaute.com/ville/ville/elections-municipales/33023/sochaux.shtml)

L’adresse postale de la mairie se trouve sur la page « Mairie » du site sochaux.fr : http://sochaux.fr/sochaux/mairie/horaires.htm

On peut aussi éventuellement rechercher l’adresse publique personnelle des élus sur les pagesblanches.fr de l’annuaire du téléphone tant il est vrai que l’on réfléchit bien mieux seul et chez soi aux conséquences de ses décisions.

Mettre les deux feuilles dans une enveloppe, écrire le nom et l’adresse du destinataire, timbrer et poster.

Voilà, ce n’est pas plus compliqué que ça d’expliquer aux élus pourquoi il ne doivent pas se rendre responsables et coupables de certaines erreurs à ne surtout pas commettre. Ils ne pourront pas dire qu’ils ne savaient pas…

Vous avez une enveloppe ? Un timbre ?
Alors vous avez le……… P O U V O I R ……
… de dire son fait à toute personne publique.

Option « Informer la population »

On note une étrange tendance récurrente des élus, toutes villes et toutes tendances confondues, à ne faire que le minimum syndical pour l’information des riverains lors d’un projet de construction de mosquée dans leur quartier alors pourtant que ces riverains sont bien évidemment concernés au premier chef. D’ailleurs il ne vient même jamais à l’idée des élus de consulter les riverains pour savoir s’ils veulent ou non d’une mosquée, à croire qu’ils n’ont pas confiance en la démocratie, hormis pour se faire élire et en faire ensuite à leur guise au mépris des habitants.
Puisqu’on ne peut pas compter sur les élus pour faire le travail d’information et de consultation pour lequel ils sont pourtant payés, on va le faire à leur place, toujours avec la même méthode citoyenne de tractage postal. La lettre destinée à la population sera la même que celle destinée aux élus, ne reste qu’à trouver les noms et adresses postales des riverains du projet.
Une fois informés, on peut compter sur les habitants pour aller demander des comptes à leurs élus.
Là encore c’est très simple.

On trouve dans l’article prvdoubs4.org ci-avant le nom de la rue à proximité du projet de mosquée : rue de l’Hôtel de ville

Le nom de la rue est suffisant pour trouver noms et adresses postales des habitants de la rue, grâce à l’annuaire du téléphone pagesblanches.fr-recherche détaillée : indiquer le nom de la rue, le nom de la ville, cliquer sur Trouver et l’annuaire vous donne la liste des nom-adresse de tous les habitants de la rue.

Vous pouvez ensuite trouver les noms de rues voisines en cliquant sur le service cartographique de l’annuaire (lien Plan sous les noms)
Si vous préférez, utiliser n’importe quel autre service cartographique indépendant, tel maps.google.fr ou Viamichelin.fr par exemple, en indiquant de même le nom de la rue et la ville.
Le plan permet de voir les rues voisines et donc d’obtenir, de proche en proche via l’annuaire, tous les nom-adresse de tous les habitants de toutes les rues riveraines du projet de mosquée. Cela va permettre d’informer le plus grand nombre possible de riverains.

Vous pouvez bien évidemment répéter l’opération à volonté :-) tant que vous avez des timbres, des enveloppes, du papier, de l’encre dans votre imprimante et un peu de temps.
Petit à petit, internaute après internaute envoyant lettre(s) après lettre(s), vos missives vont toucher élu après élu, habitant après habitant, au hasard, telles des gouttes de pluie.
Inexorablement, l’information va inonder le conseil municipal et la ville, jusqu’à la goutte qui fera déborder le vase, et ce sera peut-être celle que vous aurez envoyée.

Pas de timbre, ni d’enveloppe, ni d’imprimante ? Grosse flemme ?

Bien que cela soit éminemment moins efficace que par tractage postal, vous pouvez participer par courriel, voir sitamnesty.wordpress.com/sita-par-courriels
L’URL court tinyurl.com à indiquer dans votre courriel pour le présent article est tinyurl.com/33488DX

Éventuellement, vous pouvez recenser vos actions au sitathon.blogspot.com afin d’inciter d’autres internautes à agir de même, et vous inscrire à la lettre d’information alertes-sita.blogspot.com pour être averti des prochaines actions.

“Plus personne ne parle librement de la question de l’islam”*…

Normal, c’est devenu punissable par NOS propres lois… En revanche, brûler des voitures et des drapeaux français, c’est du désoeuvrement. Brandir des drapeaux algériens sur le sol de France, c’est une manifestation de joie des mêmes jeunes désoeuvrés.

FDF

.

*Ces propos sont de Michèle Tribalat (Michèle Tribalat est une démographe française à l’Institut national d’études démographiques).

.

Vidéo: http://rutube.ru/tracks/3900034.html?v=4491e3d2ca9a43f188d7b8fcedc59b41

 

 

C’est Noël, offrez-vous un terroriste jihadislamiste…

Joyeux Noël …

.

 

Une vingtaine de terroristes sunnites du Fatah al Islam, sortis d’un « camp palestinien » au Liban, se sont, apparemment, infiltrés en Grèce, en Allemagne et en France. Dans une note, classée ‘confidentiel défense’, les noms de trois terroristes jihadiques – Imad Karoum, Youssef Kayed et Ahmad Sidawi – sont cités. Après avoir gagné la Syrie, puis la Turquie, ils ont, semble-t-il, rejoint l’Europe en utilisant des filières clandestines. Des passeurs en Syrie puis en Turquie les ont acheminés, sans passeport, jusqu’en Grèce et en Bulgarie, où ils se sont fait établir de faux papiers d’identité pour quelques centaines de dollars. Certains de ces djihadistes ont été appréhendés à Sofia. D’autres ont été expulsés par les services grecs et bulgares. Certains, donc pas tous. Ces terroristes jihadiques sont des instruments entre les mains de certaines factions sunnites chez certaines puissances sunnites (factions jihadiques sunnites saoudiennes, irakiennes, yéménites, syriennes ?). Ils n’ont pas de problèmes d’argent. Ils peuvent rester des mois dans leurs maisons à attendre des consignes.

Je rappelle, pour mémoire, que depuis l’assassinat, du général libanais François al Hadj, le mercredi 12 décembre 2007, le Liban n’existe plus. A vrai dire, ce nouvel assassinat, n’était guère surprenant. Dans le quotidien libanais L’Orient-le-Jour, du 6 décembre 2007, on pouvait lire, les propos, tenus la veille, 5 décembre, par Samir Geagea, chef chrétien du Parti des Forces Libanaises : « Le dossier de la présidentielle se trouve désormais en Iran, hélas ». Samir Geagea avait également critiqué, à juste titre, le général Michel Aoun, auquel Geagea avait reproché d’offrir « une façade chrétienne à une république islamique ». Geagea avait encore ajouté que le fond du problème, c’était qu’« il existe une décision délibérée de torpiller l’élection présidentielle au Liban ». Parlant de la Syrie, M. Geagea avait affirmé : « Comme vous le savez, les Syriens sont à la fois le problème et la solution. Ils créent le problème, puis fixent un prix pour son règlement ». Geagea avait également ajouté que le chef du mouvement Amal (ndlr le chiite Nabih Berri) discutait au nom de son mouvement et au nom du Hezbollah : « S’il n’y avait que le mouvement Amal, la question aurait été réglée depuis longtemps ». A propos de la candidature du général Michel Sleiman aux élections présidentielles, Geagea avait affirmé que ce n’est pas la personne du général Sleiman qui faisait problème, mais le fait qu’elle allait exiger un amendement constitutionnel « et qu’elle perpétue la tradition de l’accession d’un militaire à la présidence de la République ».

Mercredi 12 décembre 2007, à 8h43, lexpress.fr lâchait la terrible nouvelle : « Un officier supérieur libanais et quatre autres personnes ont trouvé la mort dans un (…) attentat (…) dans la banlieue est de Beyrouth. (…) Plusieurs dizaines de personnes ont également été blessées par l’explosion survenue à Baabda, une localité chrétienne où se trouve le palais présidentiel. (…) L’officier tué est le général François al Hadj, chef des opérations au sein de l’armée libanaise. Il était pressenti pour succéder à l’actuel chef des armées Michel Sleiman, le candidat de consensus pour la présidence de la République. (…) Lundi (ndlr 10 décembre 2007), le président du parlement libanais (ndlr le chiite Nabih Berri, chef du Amal) a reporté l’élection présidentielle au 17 décembre. Il s’agissait du huitième report de ce scrutin à chaque fois ajourné en raison de divergences entre la coalition anti-syrienne au pouvoir et l’opposition soutenue par Damas. Les deux camps se sont mis d’accord la semaine dernière sur le nom du général Michel Sleiman, un chrétien maronite, pour le poste laissé vacant depuis l’expiration du mandat d’Emile Lahoud, le 24 novembre ».

Le 11 décembre 2007, soit quelques heures avant l’attentat, Le Salon Beige, reprenait, les propos, du journaliste libanais Maroun Charbel, sur le Liban : « Après avoir exigé du général Sleiman qu’il soumette pour approbation, avant son élection, le nom de chacun des membres de son nouveau gouvernement et des grands commis de l’Etat – ce qu’il a refusé de faire – l’opposition rejette ce soir toutes les formules d’amendement de la Constitution avant un accord politique global (…) Plus d’une voix s’est élevée à Beyrouth aujourd’hui pour souligner que les arguties constitutionnelles, le nom du prochain Premier ministre, etc. ne sont que des faux-semblants (…) Après la brèche ouverte en obtenant une invitation à Annapolis, Damas enfonce le clou en se faisant téléphoner deux fois par Sarkozy (ndmg – l’omniprésident à vocation universelle). En recevant le roi de Jordanie Abdallah II qui reçoit en ce moment, en visite officielle, le ministre syrien des Affaires étrangères. Abdallah II est très probablement le truchement du roi Abdallah d’Arabie Saoudite. Et là aussi les tractations vont bon train. Et l’équation est simple : un retour dans le giron de la communauté internationale des pays fréquentables contre l’une des cartes de la main syrienne. Le Liban ou la Terre sainte ».

De son côté, l’AFP, annonçait, le 12 décembre 2007 : « Un général de l’armée libanaise (…) responsable des opérations contre des rebelles islamistes l’été dernier, a été tué mercredi dans un attentat (…) François al-Hadj était chef des opérations l’été dernier lors des combats meurtriers entre l’armée libanaise et les islamistes du Fatah al-Islam dans le camp de réfugiés palestiniens de Nahr al-Bared, dans le nord du Liban. C’était aussi un proche du candidat favori à la présidence, le chef de l’armée Michel Sleiman. Selon plusieurs sources, il était pressenti pour le remplacer à la tête de l’armée après son éventuelle élection (…) L’attentat pourrait être lié aux événements de Nahr al-Bared qui ont fait plusieurs centaines de morts. (…), Pour le député de la majorité parlementaire anti-syrienne Boutros Harb, il s’agirait plutôt d’une réaction contre l’armée au moment où le général Sleiman faisait figure d’un candidat de consensus aux yeux de la majorité et de l’opposition soutenue par Damas ».

Dans L’Orient-le-Jour du 12 décembre 2007, on pouvait lire les propos tenus quelques heures avant l’attentat par Samir Geagea, chef du Parti des Forces Libanaises : « Ce qui s’est passé ces dernières semaines nous pousse à conclure que certaines parties ne veulent pas qu’un président soit élu ou bien désirent que l’État soit un État de façade, à l’instar de ce qui s’est passé entre 1990 et 2005 ». Geagea avait affirmé avoir été « surpris de voir que l’opposition est affublée de deux visages et de deux paroles. (…) Elle s’est empressée d’inventer des prétextes, les uns après les autres, afin de retarder l’opération électorale. (…) Aujourd’hui, nous sommes sûrs que l’opposition ne veut pas d’élection, et peut-être qu’elle ne veut pas de la République non plus », avait affirmé Geagea.

Encore le mercredi 12 décembre 2007, à 8h56, mediarabe.info commentait l’attentat et citait Adnane Ghamlouche, correspondant de la télévision Al Arabiya à Beyrouth : « L’armée libanaise, massivement déployée sur les lieux de l’attentat qui a tué le chef des opérations, le brigadier François al-Hadj, a arrêté deux individus. L’un des deux suspects serait un homme de grande taille, appréhendé à quelques mètres de la voiture qui a explosé au passage de la victime. L’homme serait barbu. Il a été conduit, avec le deuxième suspect, vers le ministère de la Défense. Il pourrait s’agir d’un islamiste barbu. Cette hypothèse rejoint l’hypothèse développée par certains analystes libanais, qui n’excluent pas une implication du Fatah Al-Islam dans l’attentat, dans le cadre d’une vengeance après sa défaite dans le camp de Nahr El-Bared, où François al-Hadj conduisait les opérations de l’armée ».

Mediarabe.info, toujours le mercredi 12 décembre 2007, à 7h10, par l’entremise de Khaled Asmar à Beyrouth, écrivait : « Lors d’une réunion du Front national progressiste, dirigé par le Baas au pouvoir en Syrie, Farouk Chareh, le vice-président syrien, a lancé une virulente offensive politique hier, un événement qui expliquerait, a posteriori, le nouvel attentat survenu ce matin au Liban (…) Farouk Chareh a affirmé en effet que ‘les amis et les alliés de la Syrie sont aujourd’hui plus puissants que jamais, même du temps où l’armée syrienne était présente au Liban’. Chareh, qui représente l’aile dure du Baas, et adepte à la confrontation généralisée, a ajouté que ‘personne ne pourra faire pression sur le président du Parlement Nabih Berri, sur le Hezbollah ou sur l’opposition, quand bien même aurait été sollicitée l’aide d’une puissance externe telle que les États-Unis ou Israël’. Évoquant l’élection présidentielle libanaise, le champion du Baas syrien (ndlr Farouk Chareh, le vice-président syrien) a précisé que son pays était attaché à l’entente entre toutes les parties au Liban et que la solution doit provenir des Libanais eux-mêmes (tout en les empêchant d’y parvenir). (…) Le vice-président syrien (ndlr Farouk Chareh) a insisté sur le choix du futur Premier ministre (ndlr libanais) et sur le tiers de blocage réclamé par l’opposition (ndlr libanaises pro-syrienne et pro-iranienne). Ainsi, (ndlr le vice-président syrien) Chareh a soutenu les conditions imposées par le Hezbollah et par le général Michel Aoun pour accepter de siéger au Parlement et élire le futur président. La majorité libanaise accuse la Syrie d’être derrière le nouvel attentat, puisque Chareh (ndlr le vice-président syrien) s’était félicité de ‘la fermeté avec laquelle Damas avait fait face aux défis, aux pressions et à toutes les tentatives visant à l’isoler’ et avait évoqué que Damas avait brisé l’isolement et avait obligé la communauté internationale à s’ouvrir sur la Syrie, voulant pour preuve les nombreuses visites de personnalités européennes, et plus particulièrement françaises (évidemment…). La Syrie estimait aussi avoir réussi à forcer la communauté internationale et arabe à normaliser leurs relations avec Damas, sans que la Syrie n’ait rien cédé ».

En résumé, on pouvait déjà retenir, à l’époque, ce qui suit. Le dossier de la présidentielle libanaise se trouve en Iran. Le général Michel Aoun veut offrir une façade chrétienne à une république islamique. Les Syriens sont à la fois le problème et la solution. Ils créent le problème, puis fixent un prix pour son règlement. Le chef du mouvement Amal (ndlr le chiite Nabih Berri) discutait au nom de son mouvement et au nom du Hezbollah. S’il n’y avait que le mouvement Amal, la question aurait été réglée depuis longtemps. L’officier tué est le général François al Hadj, chef des opérations au sein de l’armée libanaise. Il était pressenti pour succéder à l’actuel chef des armées Michel Sleiman, le candidat de consensus pour la présidence de la République. Damas enfonce le clou en se faisant téléphoner deux fois par Sarkozy. En recevant le roi de Jordanie Abdallah II qui reçoit en ce moment, en visite officielle, le ministre syrien des Affaires étrangères. Abdallah II est très probablement le truchement du roi Abdallah d’Arabie Saoudite. François al-Hadj était chef des opérations l’été dernier lors des combats meurtriers entre l’armée libanaise et les islamistes du Fatah al-Islam dans le camp de réfugiés palestiniens de Nahr al-Bared, dans le nord du Liban. L’attentat ressemble à une réaction contre l’armée au moment où le général Sleiman faisait figure d’un candidat de consensus aux yeux de la majorité et de l’opposition soutenue par Damas. Certaines parties ne veulent pas qu’un président soit élu. L’opposition pro-syrienne et pro-iranienne s’est empressée d’inventer des prétextes afin de retarder l’opération électorale. L’opposition ne veut pas d’élection, et peut-être qu’elle ne veut pas de la République libanaise non plus. Certains analystes libanais n’excluent pas une implication du Fatah Al-Islam dans l’attentat, dans le cadre d’une vengeance après sa défaite dans le camp de Nahr El-Bared. Farouk Chareh, vice-président syrien, a affirmé, que les amis et les alliés de la Syrie sont aujourd’hui plus puissants que jamais ; et qu’il est un adepte de la confrontation généralisée. La Syrie estime aussi avoir réussi à forcer la communauté internationale et arabe à normaliser leurs relations avec Damas, sans que la Syrie n’ait rien cédé.

Le dossier de la présidentielle libanaise se trouve en Iran. Le général « chrétien » Michel Aoun, allié du Hezbollah, de la Syrie et de l’Iran, veut offrir une façade chrétienne à une république libanaise islamique. La Syrie a reçu le roi de Jordanie Abdallah II qui est en réalité le truchement du roi Abdallah d’Arabie Saoudite. Ce qui n’a pas empêché et n’empêche toujours pas la Syrie de poursuivre sa politique terroriste. La Syrie a été invitée par Madame Rice à la Conférence d’Annapolis. Ce qui n’a pas empêché et n’empêche toujours pas la Syrie de poursuivre sa politique terroriste. L’opposition libanaise pro-syrienne et pro-iranienne ne veut pas d’élection présidentielle. Elle ne veut pas de la République libanaise non plus. Farouk Chareh, vice-président syrien, a affirmé, mardi 11 décembre, qu’il est un adepte de la confrontation généralisée. Quelques heures plus tard, soit ce matin 12 décembre, le général libanais François al Hadj est assassiné. L’Iran, sans lequel le Hezbollah et la Syrie ne sont rien, ne cesse donc de marquer des points. Le Liban, n’existe plus. Ni les USA ni l’Arabie saoudite n’ont bougé le petit doigt. Ce fut le premier fruit pourri de la Conférence d’Annapolis : les mollahs intégristes et génocidaires iraniens ont eu et ont encore le vent en poupe.

Le 22 mai 2007 nos médias racontaient que l’armée libanaise continuait de bombarder le « camp de réfugiés palestiniens » de Nahr al Bared, à proximité de Tripoli, dans le nord du Liban. Des « activistes » du mouvement islamiste Fatah al Islam étaient retranchés dans ce « camp ». Quelques 20 « activistes » du Fatah al Islam, 32 soldats et 27 civils étaient morts depuis le début des combats. C’étaient les combats les plus violents entre l’armée libanaise et des « activistes » depuis la guerre civile de 1975-1990. L’armée libanaise avait renforcé sa présence autour du camp de Nahr al Bared. Voilà pour la version officielle. En réalité, les douze « camps palestiniens » du Liban – et surtout celui de Nahr al Bared – étaient et demeurent de petites villes. Pire, c’étaient et ce sont des Etats (« palestiniens ») dans l’Etat (libanais). En vertu d’un accord aberrant entre les Libanais et les « Palestiniens », l’armée et la police libanaises n’ont pas le droit d’entrer dans ces « camps palestiniens ». Le Fatah al Islam est un mouvement terroriste jihadique, lié à Al-Qaïda, qui a été créé au Liban en novembre 2006. Le Fatah al Islam implanté au Liban se compose de terroristes « palestiniens », mais aussi de terroristes originaires de divers pays musulmans. Le Fatah al Islam avait assassiné des civils chrétiens libanais le 13 février 2007. Le Fatah al Islam avait participé au cambriolage d’une banque au Liban.

Ce sont des terroristes jihadiques sunnites de ce même Fatah al Islam qui, en ce temps de Noël 2010, se sont infiltrés en Grèce, en Allemagne et en France. Pour Noël, offrez-vous un terroriste jihadique.

 

source: Michel Garroté-drzz.info

On place les potes, on se protège… Chroniques d’une auto-destruction.

Chaises musicales et … Tout cela affaiblit la force de ce qui reste de notre République. Et devinez qui va en profiter? Qui est à l’affut?

Au lieu de résister, « on » accumule les conneries, en France. Et après on va aller pleurer qu’on ne les a pas vu arriver, les « envahisseurs »… Nous étions faibles; ils en ont profité. D’ailleurs, ils n’attendaient que ça…

FDF

.

Les copains d’abord…

Rama Yade nommée, en conseil des ministres, ambassadrice auprès de l’Unesco pour l’éducation, les sciences et la culture ! Mais qu’a-t-elle démontré en matière d’“éducation, sciences et culture” ??? Rétribuée, pour ses immenses compétences invisibles à l’œil nu, avec l’argent des contribuables ;

J.F. Copé et C. Jacob qui anéantissent la possibilité de sanctions pénales pour les députés auteurs de déclarations de revenus mensongères, des « députés voyous », comme les a qualifiés René Dosière ;

les députés qui s’amusent à dépenser du temps, par les temps qui courent, sur un projet de loi pour abaisser à 18 ans l’âge d’éligibilité des députés, comme si c’est cela qui allait contribuer à trouver des solutions aux très graves problèmes de la France (ils vivent vraiment dans un monde parallèle) ;

la valse des préfets : « L’émotion est vive en Franche-Comté où le préfet de région Nacer Meddah vient d’organiser son pot d’adieu alors qu’il avait été nommé il y a à peine sept mois. Christian Decharrière, ancien directeur de cabinet d’Éric Besson, va lui succéder […] Depuis le remaniement ministériel du 14 novembre, la valse des préfets s’est intensifiée […] Depuis le mois de juillet, 25 régions et départements ont changé de préfets. » Aussitôt installé, ausitôt débarqué ; très bon pour l’efficacité, n’est-ce pas ?

Savez-vous ce que tout cela m’a inspiré ? Spontanément, je me suis mise à fredonner :

Non ce n’était pas le radeau
De la méduse ce bateau
Qu’on se le dise au fond des ports
Dise au fond des ports
Il naviguait en père peinard
Sur la grand-mare des canards
Et s’appelait “Les copains d’abord”
Les copains d’abord

C’étaient pas des amis de luxe,
Des petits Castor et Pollux,
Des gens de Sodome et Gomorrhe,
Sodome et Gomorrhe,
C’étaient pas des amis choisis
Par Montaigne et La Boétie,
Sur le ventre ils se tapaient fort,
Les copains d’abord.

C’étaient pas des anges non plus,
L’Évangile, ils l’avaient pas lu,
Mais ils s’aimaient toutes voiles dehors,
Toutes voiles dehors,
Jean, Pierre, Paul et compagnie,
C’était leur seule litanie
Leur Credo, leur Confiteor,
Aux copains d’abord.

Au moindre coup de Trafalgar,
C’est l’amitié qui prenait le quart,
C’est elle qui leur montrait le nord,
Leur montrait le nord.
Et quand ils étaient en détresse,
Que leur bras lançaient des S.O.S.,
On aurait dit les sémaphores,
Les copains d’abord.

Lu sur: http://puzzledelintegration.blogspirit.com

Info. Fdesouche.com: changement de serveur en cours…

Ce n’est pourtant pas la période des migrations??? Mal placé pour causer, FDF…

.

Suite à des problèmes récurrents sur son hébergeur, Fdesouche.com va migrer vers un nouveau serveur.

Lire la suite sur : http://desouche.blogspot.com/2010/12/changement-de-serveur-en-cours.html

Vous avez gagné !!!

Bonjour chères lectrices et chers lecteurs de ce blog.

J’ai reçu des dizaines de messages de sympathie suite à ma décision de migrer vers le blog de Sitajoeblack… C’est là que j’ai pu constater que ma contribution par l’intermédiaire de Françaisdefrance à la résistance contre l’islamisation de notre Patrie avait porté ses fruits.

J’ai donc longuement réfléchi… Et finalement, vous avez réussi à me faire effectuer la pirouette nécessaire pour reprendre les manettes. J’en ai discuté avec Sitajoeblack… Discuté, le mot est faible. J’ai négocié, plutôt avec le webmaster du blog qui voyait d’un bon oeil cette aide inattendue de ma part. Ses visites avaient, en seulement deux jours de collaboration, été multipliées par 10.   Mais nous avons trouvé un terrain d’entente. Il a bien voulu reprendre seul les commandes en continuant d’axer ses billets, comme auparavant, exclusivement sur les Actions Sita. Des actions de résistance, boostées grâce à la réussite totale des Assises de l’islamisation de nos pays qui se sont déroulées le week-end dernier à Paris. Mais je me ferai un plaisir de lui donner des coups de main quand le besoin se fera sentir.

Je me remets donc aux commandes de Françaisdefrance.

Je ne peux pas vous laisser en plan comme ça. Il est certain que le rythme des publications ici sera moins soutenu qu’avant mais je m’attellerai à vous fournir l’essentiel de l’information que l’on nous cache et ne peut que nous motiver pour la lutte contre l’islamisme et la charia que le monde musulman veut nous imposer.

Au sujet des fameuses Assises que j’évoque plus haut, visionnez bien la vidéo ci dessous filmée dans le métro à quelques pas de la salle où se déroulait cette conférence. Cela va vous faire réfléchir, aussi… Vous saurez pourquoi nous résistons et pourquoi vous allez certainement le faire.

Moteur!

A très bientôt, donc.

Amitiés patriotes.

FDF