Francaisdefrance's Blog

16/12/2010

« Il faut partir d’ici le plus vite possible ! » hurlent les commerçants des banlieues.

Fini de rire…

Non seulement ils occupent nos rues mais ils nous chassent de chez nous. On ne va tout de même pas se laisser faire, si? Alors que la résistance s’amplifie! Réveillez-vous !

FDF

.




Banlieues de l’immigration : l’exil forcé des commerçants continue…


Exercer normalement une activité commerciale dans l’une des zones de non-droit que sont devenus les banlieues de l’immigration est désormais devenu impossible.

Ainsi, à Thiais (Val-de-Marne), après les départs de la boucherie, du pressing, de l’auto-école, du magasin Franprix, c’est au tour des  boulangers, victimes d’un braquage à main armée, de chercher à quitter le quartier des Grands-Champs. « Il faut partir d’ici le plus vite possible ! » est désormais le cri de ces artisans lassés de vivre dans la peur et la violence.

Cela fait huit ans que la famille Chariot tient la boulangerie du quartier des Grands-Champs dont elle a pu observer la progressive dégradation.

Aujourd’hui, seule la boulangerie et la pharmacie voisine survivent malgré un chiffre d’affaires en baisse, au milieu des stores baissés et des grues de chantier dans ce quartier de 2000 habitants.

Les derniers commerçants n’ont pas d’autre but que de quitter ce cauchemar. Mais à quel prix ? Car dans un tel contexte les repreneurs ne se bousculent pas ou proposent des prix dérisoires.
Une vie de travail et un patrimoine se voient ainsi sacrifié sur l’autel de l’impunité des bandes ethniques.


Source: Novopress.info

5 commentaires »

  1. Il va se monter des « milices populaires » qui vont défourailler dans le tas si cela continue….
    Il sera trop tard pour nos amis muzz.

    Commentaire par henri — 16/12/2010 @ 12:26 | Réponse

  2. Rester demande sans nul doute, mais il le faut.
    Partir, c’est abandonner le terrain à l’ennemi
    et capituler sans conditions. Seule la résiss-tance sera payante

    Rester demande sans nul doute une certaine forme de courage mais…..? partir est la pire des formules. C’est abandonner le terrain à
    l’ennemi, c’est une capitulation sans condi-
    tions et sans honneur. Il y a quelques centai-
    nes d’années d’ici, les corporations françaises
    malmenées par les Rois de France résitèrent
    vaillament avec leur devise  » A COEUR VAILLANT
    RIEN D’IMPOSSIBLE  » Ils obtinrent une charte
    qui fut pour eux, une victoire morale et pra-
    tique et qui leur permit de sauvegarder leurs
    droits. Que tous les commerçants se rappellent
    cette page d’histoire. A.DAUCHOT

    Commentaire par DAUCHOT André — 16/12/2010 @ 12:42 | Réponse

  3. Mais oui Dauchot andré,tu as raison ,mais nous ne sommes plus au temps des rois,aujourd’hui les commerçants souhaitent vivre de leur travail,et en sont empèché par des racailles qui font de l’intimidation »tu pars ou tu meurs »ou quelques chose comme ça,rappelle toi ce qu’ils répètent quelques fois:la france nous appartiens,tu pars ou pour toi,c’est la valise ou le cercueil…bien sur qu’il faut résister,mais nous ne pourrons le faire efficacement que quand enfin la grande majorité des français aura compris le danger qu’elle court,et que d’autre part,toutes les associations qui forment la résistance actuelle auront eux aussi compris qu’il faut se ranger sous un mème drapeau,dispersé nous aurons peu de chance,rassemblés nous sommes déjà une armée…je suis militaire de carrière,et je sais de quoi je parle,on dit souvent:l’union fait la force,c’est évident,et il n’y a rien d’autre a démontrer.

    Commentaire par marco — 16/12/2010 @ 13:50 | Réponse

  4. Si on ne vit pas en banlieue on ne peux pas savoir. En effet, non seulement les habitants étrangers ne font pas marcher les magasins tenus par des européens, mais en plus ils viennent pourrir les alentours et les jeunes se postent pendant des journées entières (à tenir les murs) et une partie de la nuit autour, à faire le vacarme avec leurs voitures qu’ils font tourner pour écouter le bruit du moteur, la musique à fond, ils crachent par terre, jettent les canettes, les papiers, encore heureux quand ils ne menacent pas ou ne volent pas.
    Les choses s’arrangent nettement dès que les commerçants français sont partis pour leur laisser la place.

    Commentaire par dani — 17/12/2010 @ 19:43 | Réponse

  5. Exact, quand on ne vit pas en Banlieue on ne se rend pas compte du réel problème d’être en minorité. Car il faut bien le dire les Blanc européens sont en minorités et il y a beaucoup de dhimis. Moi personnellement je lutte comme je peux et je suis souvent passé pas loin du lynchages (je me rappelle avoir courru pieds nu dans la nuit après une bande d’africains armés de batons, je suis fou !). Aujourd’hui je suis plus posé car adulte avec une famille et tout ça. Mais je regrette amèrement de m’être installé dans cette ville pourrie d’immigrés. Ils vous provoquent sans arrêt, ne respectent rien, bouchent les passages, lancent de pierres sur votre maison si vous dites quoi que ce soit, vous insultent.

    Commentaire par Nicolas — 18/12/2010 @ 11:10 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :