Francaisdefrance's Blog

01/12/2010

Chances pour la France: une bande de « jeunes » a pris d’assaut le commissariat de Châlons !

Mais qu’est-ce qui empêche notre Police de riposter? Mais « pour de vrai »… C’est de la légitime défense de réagir à une provocation très violente, non? Les « jeunes », par ce genre d’action, nous prouvent qu’ils souhaitent l’affrontement? On attend quoi? Les moyens de défense de la Police sont légaux et efficaces… Alors?

FDF

.

 

De mieux en mieux. Pauvre France.


Les dégâts occasionnés à l’intérieur et à l’extérieur du commissariat se chiffrent à plus de 5 000 €.


CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE (Marne).

Dimanche matin, une bande de jeunes a pris d’assaut le commissariat de Châlons après l’interpellation d’un des leurs. Pour repousser les assaillants, les policiers ont du faire usage du flashball.

«On avait pas assisté à pareille scène au sein même du commissariat depuis 1995 ». Catégoriques, les policiers Châlonnais, les vieux de la vieille l’affirment haut et fort : « Dimanche, en s’attaquant au commissariat, on a grimpé d’un cran dans la violence »…

Pour comprendre, il faut remonter le temps ! De quelques heures seulement car les faits qui ont abouti, dimanche matin au saccage du commissariat de police de Châlons-en-Champagne ont été commis dans un laps de temps très court, mais sur plusieurs périodes.

1 h 50, dimanche : La fête bat son plein à la salle des fêtes située avenue Jacques-Simon à Saint-Memmie, près de Châlons. Sid Ahmed Ghezzali y célèbre son 20e anniversaire en compagnie d’amis. Régulièrement, les fêtards quittent la salle municipale, histoire de prendre l’air et d’en griller une petite. Peu avant 2 heures, une voiture passe lentement devant les lieux. Parmi les invités, un jeune identifie le véhicule, une citroën Xsara noire comme étant la voiture utilisée par les policiers de la Bac (Brigade Anti Criminalité).

Le jeune homme s’empare alors d’une pierre qu’il projette contre l’automobile banalisée.

« Les policiers ont rapidement identifié le caillasseur mais ils n’ont pas souhaité intervenir en raison du nombre de jeunes présents et leur degré d’excitation », explique le commissaire divisionnaire Ollier, adjoint au DDSP, de permanence ce week-end là. Aucun renfort n’est réclamé. L’interpellation est remise à plus tard.

2 h 15, dimanche : Des riverains contactent le commissariat pour signaler un tapage nocturne émanent des abords du gymnase de Saint-Memmie. Des policiers se rendent alors sur le parking Le Corvusier. Ils reconnaissent la bande de jeunes et surtout le caillasseur de la salle des fêtes. « Ils ont été immédiatement pris à partie », reprend le commissaire Ollier. Cette fois-ci l’interpellation s’impose. Les fonctionnaires de police décident d’appeler du renfort, notamment la brigade canine de Châlons pour repousser leurs assaillants.

Les chiens sont démuselés. « Les policiers devront également faire usage de bombes lacrymogènes ». La confrontation tourne à l’avantage des forces de l’ordre qui finissent pas interpeller l’homme à l’origine du jet de pierre. Samir Bouzeriba est alors placé en garde à vue dans les locaux du commissariat de Châlons.

Ils veulent déposer plainte

2 h 55, dimanche : Une quinzaine d’individus se présente à la porte du commissariat. En tête, se trouve, Abdel Bouzeriba, le frère de Samir. Il exige sa libération. A la porte, les policiers refusent de lui ouvrir. Leur réponse, loin de satisfaire le jeune homme déclenche sa colère. Il tente d’ouvrir la porte principale de l’hôtel de police. Si la vitre blindée ne cède pas, elle en garde encore les traces de l’assaut.
Finalement, le frangin décide de passer par la petite porte vitrée située sur le côté qui finit par céder sous la violence des coups.
Le hall d’accueil est pris d’assaut mais heureusement, aucun visiteur ne se trouve là à cette heure. Abdel Bouzeriba, un habitué des locaux, se dirige sans hésiter vers les geôles de garde à vue.

Le meneur de cet assaut aussi soudain que violent est suivi de près par plusieurs autres individus, les participants de la fête d’anniversaire. Le banc de la salle d’attente ne résiste pas bien longtemps. Une scène digne de Rio bravo, le western de Howard Hawks. A l’image de Nathan Burdette, riche propriétaire terrien fermement résolu à délivrer son frère, Joe, avec l’appui de ses sbires, Abdel Bouzeriba ne semble pas se résoudre à laisser son benjamin croupir en garde à vue. Le parallèle s’arrête là.

Pourtant, pour repousser leurs assaillants, les policiers devront faire usage du flashball. Un tir unique sera nécessaire pour faire fuire la bande de jeunes. Les gardiens de la paix réussiront tant bien que mal à interpeller le grand frère, lui aussi placé en garde à vue à quelques mètres à peine de Samir.

4 h 00, dimanche : Ultime épisode d’un feuilleton à rebondissements. Deux hommes se présentent de nouveau à l’accueil du commissariat. Surprise du planton et de ses collègues qui reconnaissent deux de leurs assaillants.

Sid Ahmed Ghezzali et Ahmed Slah veulent déposer plainte contre les policiers à l’origine de la première interpellation. Agissant en flagrant délit, les gardiens de la paix procèdent à l’arrestation des deux hommes.
Remis en liberté, le caillasseur fera l’objet d’une convocation ultérieure devant la Justice. S’agissant de son frère et de ses deux amis, ils ont fait l’objet d’une procédure de comparution immédiate hier après-midi.
De son côté, le commissaire Ollier assure que l’enquête se poursuit toujours pour identifier les autres fauteurs de troubles. L’officier tient à saluer « le sang-froid et le travail remarquable des policiers châlonnais dans ce dossier ».
Corinne LANGE

2 commentaires »

  1. Remarquable travail dit le commissaire pour féliciter ces troupes.
    5000€ de dégats
    et il est content. On voit que ce n’est pas lui qui paye.
    Il est vrai que cela aurait pu être pire, une baffe dans la g..d’un CPF et bonjour la bavure.

    Commentaire par carlesen — 01/12/2010 @ 11:11 | Réponse

  2. Il est fait allusion aux origines extra-héxagonales des « jeunes ayant pris d’assaut »(le terme est bien fort) le Commissariat de Police de Châlons-en-Champagne,comme si les origines maghrébines des voyous en cause dans cette affaire et leur déliquance était liés!Quel honteux amalgame!Au fait,les prénoms musulmans et les patreonymes nord-africains ne prouvent absolument des origines étrangères:en effets,s’ils sont fils ou descendants d’anciens Harkis,ils sont Français non seulement par naissance,mais par filiation,commes les Français de souche dont les ancêtres ont vécu sur le sol français depuis des temps immémoriaux! Mais,au fait,avant de faire un amalgazme de mauvaise foi entre voyous et ùmaghrébins,il conviendrait peut-être de se rappeler que la Police française et la Gendarmerie française,comme l’Armée française,comptes des Noirs et des Arabes ou Berbères dans leur rangs,et ils ne font certainement de cadeaux aux Noirs et Maghrébins voyous qu’ils arrêtent!

    Commentaire par Dominique BARIS — 01/12/2010 @ 18:53 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :