Francaisdefrance's Blog

19/11/2010

Face à la racaille, faisons bloc !

Chances pour la France…

FDF

Après Craon en Mayenne, c’est au tour de la population de Portbail de se mobiliser contre la racaille importée sur son territoire en provenance de Seine-Saint-Denis. Le 8 novembre, un groupe multiethnique d’une dizaine de membres, venant de Seine-Saint-Denis, emménageaient dans le nouvel établissement de réinsertion scolaire (ERS) de cette petite commune de la Manche, un site chargé d’accueillir des collégiens au potentiel délictuel.

 

Trois jours seulement après leur arrivée, huit jeunes du 93 ont attaqué les clients d’un bar de Portbail, sous prétexte qu’ils ne pouvaient pas fumer à l’intérieur du commerce. « A Bobigny, on ne nous dit rien », auraient-il déclaré pour expliquer ces violences accompagnées de menaces de mort. Ils ont été rapatriés d’urgence en Seine-Saint-Denis. Après Craon et Portbail, une autre ville française doit accueillir des représentants de Seine-Saint-Denis. Jamais deux sans trois : un dicton bien connu de la racaille ?

Source: http://tinyurl.com/29wwcas

Les comités Théodule…

 

Un fait nouveau vient d’intervenir dans le fonctionnement intime de la
« République Fromagère » (R.F.). Le pouvoir vient de s’apercevoir qu’il
existe  697 « comités Théodule »  pour conseiller le premier ministre et
les autres ministres. Les étranges intitulés foisonnent :  comité de la
prévention et de la précaution (sic), comité national de l’initiative
française pour les récifs coralliens, commission nationale d’indemnisation
des dégâts du gibier. Sauf quelques suppressions, le pouvoir depuis 2007  en
a créé une vraie marée : Grenelle de l’environnement, commission pour la
libération de la croissance,  conférence sociale sur les salaires et le
pouvoir d’achat,  comité consultatif de réforme de la carte judiciaire,
commission chargée de l’élaboration d’un livre blanc sur la défense et
la sécurité nationale, commission sur les PME et les marchés publics.
Mentionner aussi la conférence sur l’emploi et le pouvoir d’achat avec
plusieurs groupes de travail sur le Smic,  les allégements de charges, et le
revenu de solidarité active. L’architecture enchevêtrée est pleine de
doubles emplois et de comités plus ou moins dormants. Les intérêts
embusqués derrière chaque organisme sont tels que le ménage est impossible
à faire sauf volonté politique qui n’existe pas.

Le  projet de loi de finances pour 2011 évalue le coût de ce cirque à 25
millions d’euros mais nous allons voir comment  cette évaluation manque
complètement de sérieux.

L’ETENDUE DU DESASTRE

C’est un désastre économique car les entreprises croulent sous les impôts
pour payer les  fonctionnaires en excédent et nul besoin de commissions pour
faire leur travail. Ce vrai maquis dépasse largement les 697 soudainement
devenus à l’ordre du jour.

A l’échelon central il existe des autorités administratives indépendantes
(AII), qui prolifèrent avec allégresse. Leur pouvoir dépasse celui des
commissions puisqu’elle ne se contentent pas d’opiner du bonnet mais exercent
de véritables pouvoirs. Voici quelques-unes d’entre elles :  la Halde ou
Haute autorité de lutte contre la discrimination et pour l’égalité, la
C.R.E.  ou commission de régulation de l’énergie, la C.N.I.L. ou commission
nationale de l’informatique et des libertés, le C.S.A. ou conseil supérieur
de l’audiovisuel. le conseil de la concurrence et bien d’autres. Tous ces
« machins » quasiment indépendants sont  dispensés de vrai contrôle
financier.

Mais il faut ajouter les innombrables commissions des conseils régionaux,
des conseils généraux et des grandes mairies. Le nombre total de ces
commissions décentralisées est absolument impossible à connaître et doit
être de l’ordre de 10000, ceci dans un meli-melo et un désordre
épouvantable avec de nombreux doublons.

Ne pas oublier les  « Hauts Conseils » dont la liste est impossible à
faire (Il n’existe pas de Bas Conseil !). Un  Haut Conseil s’occupe de
l’assurance maladie ; il réuni 53 représentants de ceux qui se  dénomment
les forces vives de la nation et qui ne sont en fait que des branches mortes
avec en particulier des syndicalistes.

LE POURQUOI ET LE  COMMENT

Plusieurs explications peuvent permettre de comprendre ce véritable tsunami.

En premier lieu se situe le principe des calamités. Les pouvoirs dirigistes,
créant  des calamités diverses par leur propre action et ne voulant surtout
pas réformer.,  déclenchent de nouvelles calamités pour prétendument
corriger les  premières : ce sera une commission ou mieux une nouvelle
structure ; le semblant d’action permet de  passer à autre chose après avoir
communiqué pour faire croire que l’on s’agitait.

Le reclassement des camarades en perdition, une habitude dans ce
« milieu » des politiques, est un des moteurs. Qui ne la respecte pas n’en
bénéficiera pas le  moment venu. Dans le foisonnement se trouvent beaucoup
de cadres syndicaux. C’est un aspect parmi d’autres de l’opacité scandaleuse
et d’ailleurs souvent illégale du financement des syndicats.

En toile de fond se situe le refus de l’économie de marché qui est la seule
façon de créer de la richesse. La plus grande partie des problèmes dont
l’État et ses succursales se saisissent abusivement  se  trouveraient
résolus si le marché les géraient dans la liberté des contrats. Voici un
exemple parmi des quantités d’autres ; beaucoup de conseils régionaux et
généraux  ont un comité  du tourisme et à l’échelon national, idem, avec
en plus un ministère du tourisme. Ce sont des organismes totalement abusifs ;
les entreprises travaillant dans le tourisme sont seules qualifiées pour
développer leur business. Les  superstructures inutiles les écrasent par les
impôts nécessaires pour les nourrir et financer leur luxe extravagant ; au
lieu de les aider elles les ralentissent. Le même schéma peut être
appliqué à toutes les calamités d’origine publique.

LES DEPENSES

Une grande majorité de ces structures ne dispose pas d’une véritable
comptabilité. Quand il en existe elles ne rendent pas compte de l’essentiel.

L’essentiel c’est principalement  le temps passé dans les parlottes le plus
souvent sans aucun résultat concret : les rapports viennent vite garnir les
étagères des fonctionnaires !.  Ces parlottes rassemblent  des personnes
supposées de qualité qui pourraient créer de la richesse dans des
activités privées  au lieu de voir leurs talents dissipés dans la marée
des structures publiques. Si par un calcul impossible à réaliser le nombre
d’heures ainsi perdues était connu et multiplié par leur valeur, ce serait
un total astronomique représentant une richesse purement détruite par la
superstructure.

Il faut ajouter dans le coût global du cirque le désordre introduit dans
tout le fonctionnement de l’économie. Les  entrepreneurs, en particulier de
moyennes et petites entreprises, qui sont les principaux créateurs de
richesse dans le pays souffrent gravement de ce désordre : temps et énergie
passé à comprendre, recherche épuisante d’aides éventuelles, attente
insupportable de la  réunion d’une commission qui se réunit tous les trois
mois !

En évoquant à nouveau les syndicats, mentionnons que, dans la mesure où ces
structures abritent bien au chaud des cadres syndicalistes, elles servent avec
les impôts versés pour les nourrir à entretenir des gens qui s’attachent
ensuite à détruire les entreprises et donc la richesse nationale par leurs
actions.

L’EXEMPLE DE L’ECOLE

En 2003 l’école était en déroute et depuis longtemps. Une grandissime
parlotte fut organisée par Raffarin dans   toute la France ; treize mille
établissements ont gaspillé des heures précieuses sur le sujet avec des
milliers de réunions. Les moulins à paroles ont brassé du vent dans le
vide. Au sommet une Commission nationale  régnait pour organiser la
parlotte. Il existait pourtant un Haut Conseil de l’évaluation de
l’école qui est peut-être encore là.  Quelle finalité donner à
l’école ? » était une  question soumise aux participants. Or les gens
raisonnables pensent que la finalité de l’école est d’enseigner, ce qui
pour des raisons idéologiques ne convient pas aux syndicats vrais patrons de
l’Éducation Nationale. Plusieurs années après l’école est toujours en
déroute.

La solution, pourtant,  est connue et porteuse d’espoir : c’est la libération
de l’enseignement  en commençant par le bon scolaire qui marche fort bien
ailleurs.

Au risque de paraître optimiste il faut affirmer que toute calamité
étatique comporte des solutions à condition qu’elles ne soient pas noyées
dans des comités Théodule avec des parlottes interminables.

Michel de Poncins

Source: www.libeco.net

Chili: une écolière autorisée à garder son hijab à l’école…

Ca commence… Et « ils » ne sont que 1%, au Chili… On est mal. Ca va « leur » donner encore des idées. Et il faudra encore nous défendre…

FDF

.

Le ministre chilien de l’éducation Joaquin Lavin est intervenu récemment lors d’un conflit opposant les parents de la jeune Yasmine Elsayed âgée de 9 ans à l’école W. A. Mozart de Santiago.

L’école interdisait à la jeune musulmane de porter le hijab* au prétexte qu’il n’était pas compatible avec l’uniforme. La famille de Yasmine a directement écrit au ministre de l’éducation qui s’est saisi du dossier. Les musulmans ne représentant qu’un pour cent de la population chilienne et l’État chilien a du faire face pour la première fois à un conflit de ce type. Incident qui a été réglé sans en faire une affaire d’État. Le ministre a demandé à l’école d’accepter Yasmine avec son hijab et de renouveler son inscription. Il déclare :

La loi sur l’éducation protège le droit de Yasmine de porter le foulard avec son uniforme

Il ajoute qu’« il ne doit y pas avoir de discriminations religieuses » et que « le Ministère de l’Éducation Chilien défendra les droits des musulmans comme il le ferait pour les adeptes d’autres religions si un cas similaire se produirait « . Le ministre de l’Éducation a rencontré la famille Elsayed au centre islamique de Santiago, une rencontre qui était attendue par les ambassadeurs du Liban, de l’Irak, de la Jordanie et de l’Iran.

hijab au chili

En France le hijab est interdit dans les écoles publiques et la majorité des écoles privées, un choix pris au nom de la laïcité mais qui a mis un coup d’accélérateur au développement des écoles privées musulmanes.

* Le hijab n’est pas obligatoire pour les fillettes, il le devient dès l’âge de la puberté.

Via PressTV

Source: http://www.ajib.fr/2010/11/chili-hijab-ecole/

La LDF vous présente…

Une vidéo piquée à la LDF* sur le « rite halal » à laquelle les enfants et les personnes sensibles ne devront avoir accès. Merci pour eux…

Pour les autres, ayez le coeur bien accroché… La barbarie bat son plein. Et on appelle ça un rite « religieux »… Quelle horreur. Une belle « religion », non?

C’est Brigitte Bardot qui va être contente.

FDF

.

Lire: http://www.youtube.com/watch?v=83fJ9x0g-sQ

.

 

*LDF: Ligue de Défense Française

Suisse: la revanche du peuple…

 

 

 

L’exemple vient d’un « petit » pays; par sa surface. Mais grand, par son énergie à ne pas se laisser faire…

FDF

Une initiative contraire au droit international, inapplicable, qui exposerait notre pays aux pires représailles? On a déjà essayé de le faire croire aux Suisses. Ceux-ci ont toutefois compris que par là, on essayait de les empêcher de parler vrai d’un vrai problème, en l’occurrence l’Islam. A une majorité mémorable, ils ont donc plébiscité l’interdiction des minarets et montré au monde entier leur volonté de rester libres face aux pressions réelles ou imaginaires.

 

 

Mais manifestement, le message n’a pas passé. Ca recommence. Ainsi, notre ministre des affaires étrangères, Mme Calmy-Rey, à l’étranger (c’est un comble), fait a part récemment de ses “doutes” sur une éventuelle application de l’initiative UDC sur le renvoi des étrangers criminels. Elle regrette l’absence d’une censure préalable des initiatives (car c’est bien de censure qu’il s’agirait), soutenant qu’on se “fiche” des Suisses en les laissant voter sur un tel texte. 

Mais ceux qui se fichent des Suisses, ne sont-ce pas justement tous ces censeurs qui veulent les empêcher de dire ce qu’ils pensent sur les vrais problèmes, sur certaines réalités de l’immigration et sur la montée de la criminalité étrangère? Ne sont-ce pas ceux qui veulent nous faire croire que nous, Suisses, ne sommes plus libres de décider seuls de notre destin et en particulier du sort que méritent les criminels étrangers?

Le 28 novembre, le peuple dont on se moque ainsi a une nouvelle occasion de prendre sa revanche sur ceux qui veulent l’empêcher de parler, en disant OUI à l’initiative sur le renvoi des étrangers criminels et NON au contre-projet qui cherche à empêcher toute politique efficace de renvoi de criminels qui n’ont rien à faire chez nous.Jean-Luc Addor
Chef du groupe UDC

 

Premier accroc dans la formation des imams… Ca vous étonne?

Il n’a pas fallu attendre longtemps pour les premiers dérapages…


Prière du vendredi à la Grande Mosquée de Paris. En 2008, l'institution avait sélectionné les premiers élèves, essentiellement algériens, appelés à devenir des «imams à la française».
Prière du vendredi à la Grande Mosquée de Paris. En 2008, l’institution avait sélectionné les premiers élèves, essentiellement algériens, appelés à devenir des «imams à la française». Photo : Le Figaro

Un élève a été exclu la semaine dernière du cursus suivi à l’Institut catholique pour propos antisémites.

Par trois fois, un imam marocain a dérapé. Presque effrontément. En pleine formation dispensée par l’Institut catholique pour transformer des imams étrangers en «imams à la française». Un cursus d’un an, financé par le ministère de l’Intérieur, pour comprendre la laïcité, les institutions, l’histoire de France et les autres religions.

C’est à l’occasion du cours sur le monde juif qu’Abdessamad Merimi, qui prêchait auparavant à Grigny, s’est, semble-t-il, montré antisémite. Le sionisme n’étant à ses yeux qu’un vaste complot contre les musulmans. On évoque encore d’autres sarcasmes, comme «Lévi-Strauss, encore un Juif…». Des propos qu’il nie au­jourd’hui, évoquant un malentendu. Ce sont cependant d’autres imams choqués qui ont porté l’affaire à la connaissance des dirigeants de la Catho. Des semaines de tergiversations ont rendu l’af­faire opaque. Mais il a finalement été «exclu» de la formation, assure le ministère de l’Intérieur. «Il était important de réagir. L’exclusion a une vertu pédagogique. C’est un rappel à la loi.»

Créer un comité de pilotage

Alerté par les autorités, le Rassemblement des musulmans de France, le RMF, émanation de l’islam consulaire marocain, a prié son imam de ne plus paraître en cours. Pour éviter un nouvel incident, le président Anouar Kbibech insiste pour qu’un comité de pilotage veille désormais à la bonne marche de la formation. «Pour construire des réponses dans la concertation.» Car certains imams fraîchement débarqués de l’étranger ne réalisent guère que des propos qu’ils jugent anodins sont en France inacceptables.

La direction de la Catho s’est, elle, partagée entre les tenants de l’exclusion et les partisans de la pédagogie. «Car il relève aussi de notre mission de traiter les dérives.» Depuis, à la demande du directeur des études, Olivier Bobineau, un module interculturel a été spécialement conçu pour déconstruire les préjugés antisémites. «Cela s’est très bien passé. Lors d’un cas pratique, ils ont tous pris le parti d’une famille juive discriminée», s’enorgueillit dans un mail le professeur, Robert Crane. À plus long terme, la Catho sait qu’elle devra faire face dans ses promotions à des fondamentalistes. En 2008, ses premiers élèves, essentiellement des Algériens sélectionnés par la Grande Mosquée de Paris, n’avaient pas posé de problème.

Cette année, sur les 25 élèves finalement retenus, 15 sont des aumôniers militaires, déjà «intégrés, acquis à nos valeurs» et dix sont des imams de terrain, étrangers. «C’est un bon compromis. On ne peut se contenter d’instruire ceux qui pensent comme nous, ni se consacrer uniquement aux extrêmes, car ils se ligueraient», concède-t-on avec prudence à la Catho.

Tous craignent que l’incident ne rallume les critiques qui avaient préludé à la naissance de cette formation. Les musulmans l’avaient perçue comme un contrôle indu de l’État. Et s’étonnaient de se retrouver… à la Catho ! Tandis que certains laïcs pestaient de voir les deniers publics financer un cursus pour imams.

Cette solution ne fut d’ailleurs retenue qu’après avoir vainement tenté durant des années de créer un véritable institut de formation des imams en France. Mais les rivalités entre courants et nationalités qui composent le Conseil français du culte musulman ont fait échouer cette tentative. Il fut donc imaginé ce module citoyen, pour «mettre les imams en conformité avec la République». Sa capacité à répondre aux dérives, à convaincre ou filtrer est un enjeu d’avenir, alors que la majorité des imams en France sont étrangers.

Source: http://www.lefigaro.fr

La France prépare l’adhésion de la Turquie dans l’UE…

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 18:15

timbrePiqûre de rappel…

La Turquie membre de l’UE en 2023 ? En annonçant ce week-end qu’il soutenait l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne, le Président américain Barack Obama a mis l’Elysée et l’Ump dans un certain embarras, à deux mois des élections européennes. Au point que Philippe de Villiers a proposé un face à face télévisé à Nicolas Sarkozy pour débattre de la question turque. Le leader du « non » accuse en effet le Président de la République de « contradictions totales entre les discours et les actes depuis deux ans. »
Certes Nicolas Sarkozy et le parti présidentiel ont répété avec une belle constance leur opposition à cette adhésion. Le problème est que sur ce sujet comme sur bien d’autres, la rhétorique du Président et de son parti s’effondre devant leurs actes : la France de Nicolas Sarkozy a accepté depuis 2007 l’ouverture de 8 nouveaux chapitres de négociation dont les deux derniers sous présidence française, l’UMP vote au Parlement les crédits de préadhésion à la Turquie (plus de 560 millions annuels, soit 96 millions par la France), le Président et sa majorité ont supprimé en juillet 2008 le verrou référendaire pour tout nouvel élargissement, ils soutiennent le plus ardent avocat de l’adhésion turque, M. Barroso, pour un nouveau mandat de Président de la Commission et l’UMP siège au sein du Parti populaire européen aux côtés de l’AKP, le parti du Premier ministre turc Erdogan. Ce n’est plus du grand écart, c’est de la schizophrénie. Puisque Le Figaro annonce aujourd’hui que le débat est réouvert, le moment est venu d’aller au-delà des mots.



Lisez bien ceci:
I – L’engagement ferme du candidat Sarkozy contre l’adhésion turque

« Je demande la suspension de toutes les négociations avec la Turquie pour une raison très simple : La Turquie n’applique pas le protocole d’Ankara, la Turquie n’accepte pas que des avions venant de Chypre se posent sur ses aéroports, ou que des bateaux venant de chypre rentrent dans ses ports, Chypre est un des 25 état de l’union européenne. Comment peut on discuter de l’adhésion éventuelle d’un pays qui ne reconnaît pas l’Europe des 25 et qui décide unilatéralement que l’Europe ce n’est pas 25 pays mais 24. Ce n’est pas négociable et ce n’est pas acceptable » (Emission, « A vous de juger, France 2, 30 novembre 2006) 

« La Turquie est un pays d’Asie mineure (…) « A s’élargir sans limite, on prend le risque de détruire l’union politique européenne, je ne l’accepterai pas. » (Congrès de l’UMP, 14 janvier 2007)

II – Elu, le Président Sarkozy ouvre les portes de l’Union européenne à la Turquie

1) Huit chapitres de négociation ont été ouverts avec l’accord de Nicolas Sarkozy

Dix chapitres sur trente-cinq ont été ouverts en trois ans, depuis le début des négociations d’adhésion en octobre 2005, dont deux sous la présidence de Jacques Chirac et huit sous celle de Nicolas Sarkozy.

– 26 juin 2007 : chapitre 18 (Statistiques) et chapitre 32 (Contrôle financier)

– 17 décembre 2007 : chapitre 21 (réseaux transeuropéens) et chapitre 28 (consommateurs et santé)

– 17 juin 2008 : chapitre 6 (droit des sociétés) et chapitre 7 (droit de la propriété intellectuelle).

Sous présidence française de l’Union européenne par Nicolas Sarkozy :

– 19 décembre 2008 : chapitre 4 (libre circulation des capitaux) et chapitre 10 (société de l’information)


2) La consultation obligatoire des Français par référendum a été supprimée le 21 juillet 2008

Depuis mars 2005, l’article 88-5 de la Constitution dispose : « Tout projet de loi autorisant la ratification d’un traité relatif à l’adhésion d’un Etat à l’Union européenne et aux Communautés européennes est soumis au référendum par le Président de la République. »

Le 21 juillet 2008, Nicolas Sarkozy faisait adopter par le Parlement une révision de cet article permettant de faire sauter ce « verrou référendaire » :

« Toutefois, par le vote d’une motion adoptée en termes identiques par chaque assemblée à la majorité des trois cinquièmes, le Parlement peut autoriser l’adoption du projet de loi selon la procédure prévue au troisième alinéa de l’article 89. » (celle du Congrès du Parlement)

Il en résulte que pour tout élargissement, la consultation des Français peut être écartée, au profit du Parlement, si ce même Parlement – c’est à dire le pouvoir politique du moment auquel obéit une majorité – le décide.


3) Depuis l’élection de Nicolas Sarkozy, les déclarations se multiplient pour laisser la porte ouverte à l’adhésion de la Turquie

– Nicolas Sarkozy, Président de la République, s’adressant pour la première fois aux Ambassadeurs de France :

« La France ne s’opposera pas à ce que de nouveaux chapitres de la négociation entre l’Union et la Turquie soient ouverts dans les mois et les années qui viennent, à condition que ces chapitres soient compatibles avec les deux visions possibles de l’avenir de leurs relations: soit l’adhésion, soit une association aussi étroite que possible sans aller jusqu’à l’adhésion » (28 août 2007, Conférence des ambassadeurs)

– Bernard Kouchner, nommé Ministre des affaires étrangères par Nicolas Sarkozy :

« La Turquie est en Europe (…) Les opposants à l’adhésion avancent de faux prétextes. En réalité, ils veulent maintenir une Europe conçue comme un club chrétien, réservé aux pays de tradition chrétienne. De même qu’on a souhaité l’adhésion de pays de l’Est parce qu’ils sortaient du communisme, il convient de tendre la main à la Turquie, le seul pays musulman à avoir su organiser la séparation entre la religion et l’Etat (…) Jusqu’à nouvel ordre, le parti islamiste modéré, vainqueur des dernières élections turques, est comparable aux partis démocrates-chrétiens ancrés dans une série de démocraties européennes. L’adhésion devrait cependant être assortie de conditions claires, notamment sur le respect des droits de l’homme (et singulièrement de la femme) et de la minorité kurde. » (Le Soir, 11 décembre 2002)

– Jean-Pierre Jouyet, nommé secrétaire d’Etat aux affaires européennes par Nicolas Sarkozy:

La France « n’a pas l’intention de briser le processus de négociation actuellement en cours » (juin 2008)

Bruno Le Maire, nommé secrétaire d’Etat aux affaires européennes par Nicolas Sarkozy (succédant à M. Jouyet) :

« Je ne suis pas favorable, actuellement, à l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne. (…) Aujourd’hui les conditions ne sont pas réunies. » (RTL, 15 décembre 2008)

José Manuel Barroso, Président de la Commission européenne soutenu pour un nouveau mandat par Nicolas Sarkozy et l’UMP :

« Aujourd’hui, la Turquie est une part intégrante de notre agenda pour l’élargissement. Notre objectif communément partagé est que la Turquie devienne un membre à part entière de l’UE. Beaucoup de gens dans les Etats membres comme en Turquie, veulent s’attarder sur ce qui ne fonctionne pas dans nos relations, sur les obstacles à court terme et les difficultés que nous pouvons rencontrer. Dans l’UE ils peuvent dire que la Turquie n’est pas prête pour l’adhésion ; tandis que beaucoup de gens en Turquie disent qu’au final l’UE ne voudra pas de l’entrée de la Turquie. A tous ceux là, je déclare que notre présent et notre futur sont intimement liés. » (devant le Parlement Turc à Ankara, avril 2008)


III – Le Parti de Nicolas Sarkozy n’a cessé de donner des gages à l’adhésion turque

1) Le 21 juillet 2008, les députés et sénateurs UMP ont voté « pour » la suppression du référendum obligatoire (article 88-5) de soumettre au référendum toute nouvelle adhésion d’un Etat à l’Union européenne (voir I. 2)

2) La majorité UMP vote chaque année, dans le projet de loi de finances, les crédits de préadhésion à la Turquie.  Elle aura  touché à ce titre :

– 2,13 milliards de 1996 à 2006
–  2,256 milliards de 2007 à 2010, soit 564 millions par an

Des crédits qui ne vont cesser d’augmenter : « S’agissant de la Turquie, compte tenu de la taille et de la capacité d’absorption du pays, l’aide  augmentera progressivement sur la période 2007-2013« . (Communication de la Commission européenne sur l’Instrument de Préadhésion du 8 novembre 2006, téléchargeable ci-dessous)

Pour la France, qui contribue à hauteur de 17% au budget européen (2ème contributeur net), cela représente 96 millions d’euros par an versés à la Turquie via le budget européen.

4) Au sein du Parti Populaire Européen (parti européen regroupant un grand nombre de partis de centre-droit membres ou candidat à l’Union européenne), l’UMP de Nicolas Sarkozy siège depuis 2005 aux côtés de l’AKP, le parti au pouvoir issu de la mouvance islamiste dirigé par M. Erdogan et qui est membre observateur du PPE.

5) Le 11 mars 2004, l’UMP au Parlement européen votait le rapport Brok déclarant, en son paragraphe 64 que si Chypre est réunifiée, l’Union européenne serait prête à immédiatement « accepter le turc en tant que langue officielle« .

6) Le 27 septembre 2006, le Parlement européen adoptait le rapport Eurlings déclarant : « Les négociations visent à faire de la Turquie un membre de l’UE et que la concrétisation de cet objectif dépendra des efforts des deux parties. (…) La capacité d’absorption de la Turquie par l’UE tout en maintenant le rythme de l’intégration est une considération importante dans l’intérêt général tant de l’UE que de la Turquie »

Ce rapport a été adopté par 429 voix, avec celles du PS français et l’abstention des eurodéputés UMP.

Le même jour, la quasi totalité de l’UMP et le PS [1] ont en revanche voté contre l’amendement Villiers déposé au nom du groupe Indépendance et Démocratie

« – 1 demande au Conseil et au gouvernement turc, étant donné l’opposition à l’adhésion de la Turquie d’une grande majorité des peuples de l’Union européenne, régulièrement confirmée par les sondages d’opinion Eurobaromètre, et les réserves croissantes du peuple turc à cet égard, de s’en tenir à l’objectif d’une coopération privilégiée  »

Les déclarations tonitruantes du Président de la République et de l’UMP contre l’entrée de la Turquie n’y changeront rien : toutes leurs décisions à Paris, Bruxelles et Strasbourg depuis deux ans déroulent tranquillement le tapis rouge de l’adhésion turque à l’Union européenne.

[1] Résultat du vote par appel nominal

Pour :
MPF : de Villiers, Louis
UDF :   Beaupuy, Bourlanges, Cavada, de Sarnez, Fourtou, Laperrouze, Lehideux, Morillon
UMP : Bachelot, Descamps, de Veyrac
FN : Gollnisch, Lang, JM Le Pen, Marine Le Pen, Le Rachinel, Martinez, Schenardi
Contre :
PC : Henin, Wurtz
UMP : Audy, Daul, Fontaine, Gaubert, Gauzès, Grossetête, Guellec, Lamassoure, Mathieu, Saïfi, Sudre, Toubon, Vlasto
PS : Arif, Bono, Bourzai, Carlotti, Castex, Cottigny, Désir, Douay, Ferreira, Fruteau, Guy-Quint, Hamon, Patrie, Peillon, Poignant, Reyndaud, Rocard, Roure, Savary, Trautmann, Vaugrenard, Vergnaud, Weber.
Verts: Aubert, Bennahmias, Flautre, Isler Béguin, Lipietz, Onesta


Marseille…en France?

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 17:10
Tags: , , , ,

franceestanousqw711


[VIDEO]
http://www.youtube.com/watch?v=VPQ58pv8BAI&eurl=http%3A%2F%2Fwww%2Enationspresse%2Einfo%2F&feature=player_embedded

La mairie de Bordeaux confirme son soutien aux rappeurs !!!

Honteux !!!

On sait bien que Juppé (maire de Bordeaux) est un grand ami des islamistes; mais là, ça va un peu loin…

FDF

.

Katia Beyris, est chargée de développement à la direction du développement social de la mairie de Bordeaux. Elle « travaille » avec l’association depuis quelques années.

On se doutait bien qu’ils n’allaient pas chanter Au clair de la lune ! Il fallait les laisser exprimer leurs maux, avec ce qu’ils sont. En trois ans, ils ont évolué.”

Sud Ouest via Infos-Bordeaux

“33 Allstarz” : clip réalisé avec le soutien de la Mairie de Bordeaux, du Conseil Général de Gironde et du Conseil Régional d’Aquitaine.

http://www.youtube.com/watch?v=VFmsHB8WVlE&feature=player_embedded

On a la came qui vous fait planer (…) Les bourges viennent nous voir pour s’en foutre plein le nez (…) J’pars en vacances grâce à la CAF (…) J’arrache les sacs pour la BNP (..) Je nique les képis (…) Personne n’est épargné, ça va saigner”



Rats (cailles ?) des villes chez les rats (cistes ?) des champs ?

A lire. Ca vaut le coup…

FDF

.

C’est la version sécuritaire de la fable du rat des villes et du rat des champs. Les établissements de réinsertion scolaire (ERS), voulus par Nicolas Sarkozy au printemps, sont déjà en proie à de grandes tensions. 

A Craon (Mayenne), Portbail (Manche) et à Saint-Dalmas-de-Tende (Alpes-Maritimes), des incidents avec des élèves de Seine Saint Denis se sont opposé des Saint-Dalmas-de-Tendeaux avec des enseignants, collégiens et habitants des villages accueillant les ERS.

A Saint-Dalmas-de-Tende où l’ERS accueille quinze pensionnaires, la situation est « tendue », selon un éducateur francilien :

« C’est un projet pas préparé. Il y a eu des vols, des bagarres, des intimidations. Les gens sont remontés contre les gamins. On ne sait pas comment ça peut finir. »

Le rectorat de Nice ne souhaite pas communiquer mais ne dément pas. En octobre, une bagarre entre deux filles (l’une en cursus classique) au collège Jean-Baptiste-Rusca s’était soldée par le renvoi de l’une d’elles.

A Portbail, c’est l’ensemble des huit pensionnaires qui ont été renvoyés le 14 novembre, six jours après leur arrivée dans la Manche suite à une altercation. Deux pour s’être violemment affrontés avec leurs éducateurs. Les six autres, mineurs, pour s’en être pris au patron de bar qui aurait refusé de leur vendre des cigarettes.

A Craon, c’est une véritable mobilisation contre les jeunes franciliens qui s’est organisée en début de semaine. Profs, parents d’élèves et commerçants ne veulent plus de l’ERS.

« Des coups et des claques sans raison apparente »

La semaine dernière, une bagarre éclate sur le chemin de la cantine. Selon le témoignage d’une enseignante recueilli par Le Parisien, les jeunes originaires du 93 ont « distribué des coups et des claques sans raison apparente ». Les collégiens « cursus classique » se planquent alors dans les bureaux du proviseur. Cinq des treize pensionnaires de l’ERS sont impliqués dans l’incident.

Interpellés par les gendarmes et renvoyés chez leurs parents, ils devraient comparaître devant un juge. Selon Ouest-France, trois plaintes ont été déposées : deux par des familles de victimes et une pour détérioration par le principal de l’établissement.

L’affaire aurait pu en rester là mais les enseignants du collège Volney refusent de reprendre le travail si l’ERS n’est pas fermé. Certains parents ont retiré leurs enfants de l’établissement. (Voir le reportage de BFMTV)
http://www.dailymotion.com/swf/xfl51x

Selon les témoignages des élèves renvoyés et de l’un de leurs encadrants, ils ont été victimes « de provocations avec injures racistes » de la part des collégiens locaux et de leurs parents. David Guiot, coordinateur de l’ERS, a choisi d’interdire tout contact entre les collégiens des deux cursus :

« J’ai entendu personnellement des “sales arabes, sales nègres” et vu des mimiques de singes […] On a recadré les choses concernant l’interdiction d’entrer en contact avec les autres élèves […] je regrette cette mesure car on n’est pas là pour les enfermer, et ça a été dur de le leur faire accepter, mais c’est une condition expresse des parents du collège. »

Un collégien de Seine-Saint-Denis, interrogé par Europe 1, réfute cette version :

« C’est eux qui nous cherchent […]. Ils nous faisaient des doigts d’honneur. Ils nous disaient “sale racaille” […].

On leur a mis juste des petites claques, juste pour leur montrer comme on est et après ils sont revenus nous provoquer, c’est quoi ? C’est inadmissible ! Nous on est descendus, on les a refrappés. » (Voir la vidéo)

http://www.dailymotion.com/swf/xfnec3

« C’est l’image même de Saint-Dalmas qui va pâtir » de l’ERS

Au mois de septembre, le site Menton ma ville rapportait les propos hostiles à l’ERS de Saint-Dalmas-de-Tende avant même son ouverture. Une boulangère :

« Nous allons devoir investir dans la sécurité, alors que nous laissions tout ouvert jusque-là. Nous allons désormais travailler avec méfiance et c’est l’image même de Saint-Dalmas qui va pâtir de l’arrivée de ces élèves. »

A qui la faute ? Aux habitants frileux ? Aux collégiens voyous ? A l’encadrement insuffisant ? Ce projet -scolariser des élèves en décrochage scolaire dans des structures de petite taille et les placer en internat loin de leur résidence d’origine-, avait pourtant eu assez peu d’opposants à l’annonce de sa création. Il concerne aujourd’hui un peu plus de 200 personnes dans une dizaine d’établissements. Le profil :

« Les élèves sont âgés de 13 à 16 ans, sont issus des classes de cinquième, quatrième et troisième, ont fait l’objet de multiples exclusions et ne relèvent ni de l’enseignement spécialisé et adapté, ni d’un placement dans un cadre pénal. »

Les collégiens sont en principe encadrés par un professeur coordonnateur spécialisé, un professeur des lycées, un professeur d’éducation physique et sportive et cinq assistants d’éducation. Un encadrement « insatisfaisant » que Luc Chatel a promis de renforcer là où c’est nécessaire, sur France Info :

« Nous l’avons fait à Craon la semaine dernière en Mayenne, nous nous adapterons à la réalité.

Mais je crois qu’il ne faut surtout pas tirer un trait sur ce projet, qui est ambitieux et qui est nécessaire, pour ces élèves qui sont en phase de décrochage […] c’est par l’école que nous réussirons à réintégrer ces jeunes dans le système éducatif et ce n’est pas autrement. »

Le ministère, très réticent à communiquer sur le sujet, refuse de transmettre la liste officielle des ERS en France.

Source: http://tinyurl.com/3akeoac

L’UOIF encourage ses membres à être fiers d’être musulmans.

alah20imam20of20mars5b15d

LE BOURGET (AFP)

Soyez fiers d’être musulmans tout en réussissant votre intégration dans la société moderne: tel est le principal message transmis aux milliers de participants qui ont assisté durant quatre jours à la Rencontre annuelle des musulmans de France, au Bourget.

Tariq Ramadan, l’islamologue suisse d’origine égyptienne, petit-fils du fondateur des Frères musulmans, a donné le ton en exhortant les musulmans de France à « ne pas s’isoler » et à rester fidèles à eux-mêmes.

« Ne vous isolez pas. Ce n’est que comme cela que vous ne ferez pas peur », a-t-il dit devant une salle comble et enthousiaste. « Vous êtes là pour être fidèles à vous mêmes », a-t-il ajouté, s’appliquant à donner des éléments de compréhension pour conjuguer l’islam et la vie quotidienne dans une société occidentale.

« Nous devons faire en sorte que nos croyances ne colonisent pas les croyances des autres. Nous n’imposons à personne de croire ce que nous croyons », a-t-il expliqué, sous les applaudissements du public.

Rappelant que les musulmans devaient « orienter le visage du côté de la Mecque« , il a concédé que dans une société moderne, l’Etat de droit « est nécessaire pour vivre ensemble ». « C’est cet Etat de droit qui doit nous permettre de garder la voie dans notre vie privée et dans notre vie publique », a-t-il précisé.

Son frère Hani Ramadan, également islamologue, qui a parlé de « la loi musulmane face aux acquis et aux dérives de la modernité », a eu un discours plus radical, estimant notament que l’islam souffre « de se voir appliquer des critères réducteurs propres à la culture occidentale ».

Le jihad fait peur car il est ressenti comme synonyme de « guerre », alors que le mot signifie « effort, lutte en faveur de la paix », a-t-il expliqué, ajoutant que « si l’islam est attaqué, Dieu commande de le défendre ».

« Aujourd’hui, c’est l’Islam qui est attaqué, en Tchétchénie ou à Gaza, et les musulmans ont le droit de se défendre », ajoute-t-il, invitant les musulmans à « s’engager ».

Quant à la fierté d’être musulman, elle a été entretenue par plusieurs historiens qui ont planché sur « l’apport de la civilisation musulmane à l’humanité »‘ en médecine, philosophie, et sur le prophète Mahomet, un modèle pour les croyants « et pour l’humanité tout entière ».

Tout au long de ces quatre jours il a été question de respect des valeurs de l’islam et d’intégration à la société. Concernant la vie en France, l’UOIF (Union des organisations islamiques de France), qui organisait cette Rencontre, salue la loi sur la laïcité mais conteste fortement les restrictions du port du voile (loi de juin 2004 sur les signes religieux ostentatoires) qu’elle assimile à une discrimination.

Le président de l’UOIF, Lhaj Thami Breeze, qui faisait le bilan de son mandat (une nouvelle élection doit avoir lieu en juin), a dit que l’ambition de son mouvement était d' »aider les musulmans à renouer avec leur religion et à réusir leur intégration ».

Le concept de « laïcité positive » lancé par le président Sarkozy « appelle de notre part une réponse positive »‘ a-t-il encore déclaré, tout en regrettant que l’islam ne soit pas « aussi bien traité que les religions plus anciennement implantées en France ».

Quelque 150.000 personnes ont assisté à ce rassemblement qui mêle activités de divertissement, conférences pédagogiques et temps de prière, et où les musulmans viennent en famille, une grande majorité des femmes étant strictement voilées.

L’UOIF, proche des Frères musulmans, est le deuxième mouvement représentatif des musulmans en France après le RMF (Rassemblement des musulmans de France).

vu sur http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jwcyDkpGhgvagf3llz2j2FRIFVeg

Abattage sauvage des moutons pour l’Aïd El-Kebir. La barbarie continue… En privé.

Abattage dit « normal »… La barbarie autorisée… Mais dans les baignoires, ça se fait encore… Et pour en parler, ils se planquent, les muzz… Quel courage!

Le plaisir de tuer…

.

Les musulmans célèbrent actuellement l’Aïd El-Kebir, la fête du sacrifice. Malgré l’interdiction, l’abattage sauvage des moutons à domicile reste une pratique courante.

http://www.dailymotion.com/video/xfnywp_abattage-sauvage-des-moutons-pour-lyaid-el-kebir_news#from=embed&start=5

.

Quand on habite en France, on n’égorge pas le mouton dans son appartement.”
Nicolas SarkÖzy, 5/02/2007

Le budget de l’Etat diminue, sauf pour les clandestins… Par Pierre-Louis Hikoum.

Lu sur le blog de Pierre-Louis Hikoum… Excellente analyse. Parole de « connaisseur »…

FDF

.


Vous vous en souvenez sans doute, j’avais fait un article sur l’AME, l’C. Pour mémoire il s’agit de l’équivalent de notre Sécurité Sociale, cette disposition est une aide médicale GRATUITE exclusivement réservée aux immigrés clandestins arrivés sur notre territoire depuis plus de trois mois. Précisons pour être précis que cette aide est accompagnée d’une franchise totale des frais médicaux et qu’elle couvre également, tenez-vous bien, les cures thermales, la chirurgie réparatrice et l’aide à la procréation ! Pour information, ce type de traitement coûte, d’après le site FIV France de 3100 à 4100 €uros sans compter les dépassements d’honoraires qui « peuvent varier considérablement d’un praticien à l’autre dans le secteur privé ». Pour la cure thermale, la moyenne étant aux alentours de 1.000 €uros avec l’hébergement, vous pouvez à présent estimer ce que la collectivité offre à des gens qui n’ont même pas été invités….

Suite et source:http://tinyurl.com/2ah2hev


Immigration et islamisation angoissent les classes moyennes…

Et on comprend pourquoi…

Et une petite couche, une !!!

FDF

.




Elles « redoutent un avenir plus sombre pour leurs enfants », titre ce jour Le Parisien. Qui « Elles » ? Les classes moyennes françaises. Une enquête de l’IFOP révèle qu’un Français sur deux craint le pire pour l’avenir de son pays et de sa famille. En tête des préoccupations : le chômage, l’immigration, l’islamisation et la mondialisation.

Ainsi, 76% de la « classe inférieure » (71% de la « classe médiane »), se déclare préoccupée par l’expansion de l’islam dans l’Hexagone. Selon les catégories, 59 à 69% des interrogés estiment qu’il y a trop d’immigrés en France. Problème : les politiciens ne transforment pas ces attentes en actes.

Novopress.info, 2010
[http://fr.novopress.info]

Liberté d’expression: bouté hors de Lausanne, l’UDC tiendra congrès… en plein air !

Et mis à part ça, les partis ou formations patriotes de tous pays ont totale liberté d’expression…

FDF

.

Le congrès national du parti agrarien, indésirable au Palais de Beaulieu et à l’UNIL, se tiendra finalement dans une clairière de Coinsins, au-dessus de Gland. Qu’il pleuve ou qu’il neige.

 

KEYSTONE | Début décembre, Toni Brunner et Guy Parmelin troqueront leur confortable tribune pour un champ.

Le choix est contraint, certes. Mais il provoque un singulier retournement de situation. Et offre un génial coup de pub à l’UDC: indésirables en ville, notamment au Palais de Beaulieu ou à l’Université de Lausanne (UNIL), les délégués du plus grand parti du pays se réuniront finalement en congrès à la campagne, dans un champ et en plein air.

«On va faire une sorte de Landsgemeinde. On sera tous debout exposés aux quatre vents, ça ne s’est jamais fait», se réjouit Claude-Alain Voiblet, secrétaire vaudois du parti.

Plus de 700 congressistes bravant le froid pour exercer leur droit démocratique, l’image sera forte et chargée de sens.

Le conseiller national zurichois Hans Fehr jubile déjà: «C’est une idée formidable! Se retrouver ainsi sur le terrain face à la réalité de la météo, pour penser en profondeur à la démocratie, c’est très intéressant. On est dans la vraie vie!»

Le parti ne pouvait rêver plus fort retour aux racines, au propre comme au figuré.

Petit rappel des faits

Souhaitant tenir son congrès du 4 décembre 2010 en ville de Lausanne, l’assemblée des délégués de l’UDC Suisse s’est tout d’abord adressée à Beaulieu. Le centre de congrès, en juin dernier, a confirmé l’accueil du groupe en son sein.

C’était sans compter sur le syndicat UNIA, qui, assemblée à la même période dans le même lieu, s’est opposé à la venue de l’UDC, craignant une montée de violence.

La Municipalité répond donc négativement à la demande d’autorisation de manifestation déposée par l’UDC.

Sollicitée par Beaulieu SA, l’Université de Lausanne (UNIL) accepte à son tour d’accueillir l’assemblée du groupe. Là encore, des craintes face aux risques de débordements changent la donne.

Lausanne exclue, le groupe se tourne vers de nombreuses autres municipalités. « A noter que, malgré la forte médiatisation de la situation, aucune commune n’a spontanément offert ses infrastructures », relève Claude-Alain Voiblet.

La commune d’Yvonand se propose, mais ses infrastructures s’avèrent trop petites pour accueillir le groupe de 700 délégués.

« Souhaitant maintenir son assemblée dans le canton de Vaud », selon les dires de Claude-Alain Voiblet, ce sera finalement dans une clairière de Coinsins, au-dessus de Gland, que l’assemblée tiendra son congrès, debout et quel que soit le temps.

« Il faut s’attendre à une participation de 300 invités en plus des 700 délégués, annonce Claude-Alain Voiblet. Qui pose la question de « savoir pourqoi les rencontres internes de l’UDC, nous ne parlons même pas de manifestations publiques, déclenchent dans le canton de Vaud autant d’hostilités. »

Source: http://tinyurl.com/36oykdq

Mais que vont devenir nos « pauvres » immigrés ?

Leur principale source de revenus ferme momentanément…

immigratio-france

http://www.dailymotion.com/video/x8wgq6_seinesaintdenis-la-caf-ferme-tempor_news

A ceux qui ont trahi l’Occident pour l’islam: “Nous vous demanderons des comptes” !

Samedi 30 octobre avait lieu à Amsterdam une manifestation en soutien à Geert Wilders et pour la liberté d’expression. L’auteur Paul Weston, représentant de l’International Free Press Society en Angleterre, a prononcé ce discours. A noter que le clip ne comprend pas la totalité du discours. Lire la traduction ci-dessous pour la version complète  :

Le clip peut être visionné à cette page: http://www.youtube.com/v/k9H2ZPnBAok

Nous vous demanderons des comptes

Paulweston Bonjour, mon nom est Paul Weston et je représente l’International Free Press Society. Je suis ici aujourd’hui parce que nos élites libérales ont trahi nos pays pour l’islam.

Il y a 42 ans, le politicien britannique Enoch Powell a prononcé son célèbre discours des «rivières de sang» dans lequel il déclarait que «la fonction suprême de l’homme d’Etat est de parer aux fléaux évitables.» Nos politiciens d’aujourd’hui font exactement le contraire : ils promeuvent activement un fléau évitable.

Il y a 80 ans, un homme, Winston Churchill a été très clair sur la prévention d’un fléau manifeste et actuel, Herr Hitler et les nazis. Mais Churchill était la voix solitaire qui crie contre la vague d’apaisement, et un carnage qui aurait pu être évité a eu lieu avec une intensité redoublée.

L’Europe se retrouve aujourd’hui dans une situation similaire. L’islam croît aux plans démographique, territorial et militant tout en étant présenté comme une «religion de paix» par des politiciens lâches et carriéristes du type que ceux qui ont apaisé Hitler.

Pour Winston Churchill, l’islam n’était pas une religion de paix. Il l’a décrite comme une religion de sang et de guerre. Toute personne ayant une connaissance de la fondation et de l’histoire de l’expansion islamique sait que c’est la vérité.

Mahomet était un seigneur de guerre. Et il excellait. Il a vaincu militairement et converti la plupart des tribus païennes et chrétiennes de la péninsule arabique. Après sa mort, l’islam s’est rapidement répandu par l’épée, il a vaincu d’anciennes civilisations et envahi des continents.

Aujourd’hui, l’islam est en Europe, il est en Occident, et il exige ce qu’il a toujours exigé : la domination islamique totale. Et si nous voulons résister, ils utilisent la terreur contre nous.

Nos politiciens traîtres continuent pourtant de parler d’une «religion de paix », et ils nous disent que si nous refusons cette notion fantasmatique et ridicule et choisissons plutôt de croire Churchill qui disait que l’islam est une religion de sang et de guerre, nous serons jetés en prison.

Bien sûr, l’islam n’est pas une religion de paix. Son fondateur était un guerrier, et le plus grand honneur accordé à un musulman est la promesse de hordes de houris parfumées [ndlr : esclaves sexuelles] et de rapports sexuels éternels dans l’Au-delà qui se méritent non pas par des actes de bon samaritain, mais en mourant en martyr en combattant pour répandre l’islam impérialiste.

Islam signifie littéralement soumission. Quel genre de religion se définit par la «soumission» ?

L’islam divise le monde en deux sphères : la Maison de l’islam (soumission) et la Maison de la guerre. Quel genre de religion se définit par la conquête militaire?

Pourtant, nos dirigeants nous disent que nous ne pouvons pas critiquer l’islam parce que c’est une religion, pendant que l’Organisation de la conférence islamique s’efforce, avec la connivence des Nations unies, de rendre illégale toute critique de l’islam.

Mais l’islam est beaucoup plus qu’une religion. Il s’agit d’un cadre politique, social, juridique et structurel qui domine totalement la vie d’un dévot musulman, et souhaite incidemment dominer aussi la vie de tous les dévots non musulmans.

L’islam est profondément intolérant et profondément antidémocratique. Il ne croit pas aux lois édictées par les hommes dans une démocratie, préférant se conformer à la parole absolue d’Allah telle qu’elle a été interprétée au 7e siècle par un analphabète du désert.

Nos politiciens ont importé cette idéologie intolérante et antidémocratique dans les démocraties libérales de l’Occident, puis ils osent nous criminaliser quand nous nous y opposons !

Mais comment ne pas critiquer l’Islam? Nos politiciens peuvent-ils vraiment protéger l’islam en tant que religion, le mettant ainsi hors de la portée de la loi ?

Quand des homosexuels sont pendus à des grues, est-ce l’islam politique en action ou l’islam religion? Quand des femmes adultères sont enterrés jusqu’aux épaules puis lapidées à mort, est-ce l’islam politique ou l’islam religion ? Quand les musulmans qui veulent quitter l’islam sont condamnés à mort, est-ce l’islam politique ou l’islam religion ? Quand des épouses et des filles sont tuées par des maris, des pères et des oncles pour préserver l’honneur familial, est-ce l’islam politique ou l’islam religion ?

S’il s’agit de l’islam politique, il faut dénoncer sa cruauté et sa barbarie. Si c’est l’islam religion, comment peut-on ne pas la dénoncer également ? Ce qui est mal est mal et ce qui est barbare est barbare et ne peut être soustrait à la critique en s’abritant sous le mot «religion».

En criminalisant la liberté d’expression, nos dirigeants socialistes montrent leur ambition dictatoriale. La liberté d’expression est la marque d’une société libre. La supprimer est un acte totalitaire d’autant plus grave que cette liberté est notre seul moyen de défense dans l’opposition pacifique à l’idéologie totalitaire islamique étrangère.

J’espère que vous saisissez l’ironie de la situation. Pour protéger et promouvoir une idéologie totalitaire étrangère, nos gouvernants sont prêts à utiliser des méthodes totalitaires domestiques pour nous empêcher de défendre notre démocratie et notre liberté.

L’Occident se conforme à la Convention européenne des droits de l’homme. Mais pas l’islam. Ils ont plutôt signé la Déclaration du Caire sur les droits de l’homme en islam. Et ils ont une réserve très importante : en cas de conflit entre la charia et les droits de l’homme, devinez ce qui l’emporte ? Tout à fait. La charia prévaut sur les droits de l’homme.

C’est comme si un signataire de la Convention de Genève assassinait et torturait des prisonniers de guerre mais qu’il échapperait à un procès pour crimes de guerre parce que «ça fait partie de sa religion.»

Quand nos politiciens prétendent que l’islam est une religion de paix et laissent les musulmans imposer leurs lois chez nous, à l’Union Européenne et à l’ONU, alors nos politiciens trahissent leur pays et trahissent leur peuple. C’est un acte de haute trahison.

«Peut-on commettre un acte de trahison en période de paix ?» se demandent certains. Mais sommes-nous vraiment en paix ?

Nous ne nous considérons pas comme étant en guerre avec l’islam, mais l’islam se considère, lui-même, comme étant en guerre contre nous. Et cette guerre nous sommes en train de la perdre. Sur les plans du territoire, de la démographie, de la politique et de la démocratie.

En effet, cette guerre est une agression sur deux fronts. D’un côté l’islam radical, de l’autre la trahison de la gauche.

On impose à nos enfants de célébrer le multiculturalisme et l’islam, sans leur dire la vraie histoire de l’islam violent et expansionniste. Par contre, on leur raconte que leur propre histoire, leur religion, leur culture, leurs traditions, leur existence même, est juste une litanie d’impérialisme, de racisme, de meurtres et d’esclavage. C’est l’une des techniques psychologiques efficaces dont le but est de rendre l’ennemi sans défense, ou, pour citer Alexandre Soljenitsyne, «afin de détruire un peuple, il faut d’abord détruire ses racines».

Un gouvernement qui fait subir cela à son propre peuple, à ses propres enfants, est un gouvernement qui, manifestement, mérite d’être renversé.

Quelqu’un peut-il vraiment argumenter en disant qu’un gouvernement qui flatte l’envahisseur étranger, tout en arrachant les défenses psychologiques et légales de ses propres citoyens, est un gouvernement qui ne serait pas coupable de haute trahison ?

Maintenant, nous arrivons à une partie plus réjouissante de ce monologue déprimant, parce que dans ce moment de la bataille, nous avançons. Lentement, il est vrai, mais constamment, et je pense que personne ne pourra nous arrêter.

Geert Wilders en Hollande, René Stadtkewitz en Allemagne, dont la popularité soudaine a obligé Angela Merkel à faire un virage à 180 degrés et à dénoncer le multiculturalisme.

Les Démocrates Suédois, Heinz-Christian Strache en Autriche, le Parti du Peuple Suisse, et en Angleterre où nous prévoyons un mouvement politique qui reprendra le flambeau de l’English Defense League et qui grandit rapidement.

Et cette croissance ne peut que s’accélérer. De plus en plus de gens ont pris conscience de la nature de l’islam et de la profondeur de la trahison des gouvernants de gauche, et plus important, dans la mesure où les gens perdent leur crainte d’être traités de racistes – cette étiquette ayant été spécialement inventée pour nous retirer toute résistance contre un envahisseur racialement désigné et qui utilise le thème racial comme arme contre nous.

En fait, regardons de près cette étiquette «raciste» maintenant. Ce n’est pas raciste de défendre notre pays contre une menace évidente et grandissante. Ce n’est pas raciste de défendre notre culture, notre héritage et nos traditions. Ce n’est pas raciste de s’efforcer d’assurer un avenir démocratique à nos enfants et à nos petits-enfants.

Si vous choisissez de ne pas défendre votre culture, votre pays et un avenir démocratique pour vos enfants, alors vous pouvez vous tapoter l’épaule dans les cocktails au champagne des « non racistes » socialistes à Islington. Vous pouvez adorer les idoles «anti-racistes» des autres autant que vous adorez les vôtres, mais cela n’enlève en rien de ce que j’ai dit de vous : des traîtres.

Vous êtes un traître à votre patrie, un traître à votre culture, et un traître envers vos enfants à naître.

Et de plus vous êtes un vrai raciste, un raciste génocidaire. Dans une génération à peine, les jeunes Européens de souche vont devenir une minorité ethnique dans leur propre pays, si l’immigration de masse et la démographie galopante des musulmans continuent à ce rythme.

On peut appeler cela poliment une immigration de remplacement. Plus crument, cela s’appelle un génocide non sanglant.

L’ONU est très claire sur ce point. La définition d’un génocide est la suivante, je cite :

Article 2 : Dans la présente convention, le terme génocide signifie tout acte commis avec l’intention de détruire, totalement ou en partie, un groupe national, racial ou religieux.

Nous avons été trahis.

L’un des plus tristes aspects de cette trahison est l’effet produit sur nos vétérans, sur tous ceux qui ont combattu pour leur pays et qui sont encore une vivante mémoire.

L’ancien pilote de Spitfires, Alex Henshaw, est décédé il y a trois ans. Il était parfaitement conscient de la trahison politique de son pays. Il a dit :

«Je ressens une profonde tristesse en pensant aux hommes jeunes que j’ai connus et qui ont donné leur vie pour une cause à laquelle ils croyaient. Je me dis souvent, si ces hommes jeunes revenaient maintenant et marchaient dans leurs villages, leurs villes, et voyaient ce qu’il nous advient, ils se diraient : nous avons été trahis.»

Oui, Mr Henshaw, vous avez été tous trahis, et vous tous, gauchistes, socialistes et verts, vous allez devoir reconnaître ce que vous avez fait.

Allez donc faire un tour dans vos villes, vos villages, et regardez les centaines de milliers de tombes, comme un testament du sacrifice ultime fait par des hommes jeunes, afin que vous puissiez vivre, aujourd’hui, en toute liberté dans une démocratie. Vous allez devoir apprendre que ce n’est pas une simple trahison, mais une triple trahison :

  • La trahison de tous nos parents qui ont combattu pour notre liberté,

  • La trahison de ma génération, que vous menacez d’emprisonner lorsque nous défendons l’héritage de notre liberté, et

  • La trahison de nos enfants à naître, qui, sauf si nous n’arrêtons pas les tendances, immédiatement, vont hériter d’un pays ravagé par des haines tribales et religieuses, ce qui entraînera, inévitablement, une gigantesque guerre multiculturelle à échelle continentale qui fera ressembler le conflit Yougoslave à une légère escarmouche.

Et, bien sûr, c’est la trahison totale de la liberté et de la démocratie.

En effet, la liberté et la démocratie ne sont pas apparues magiquement. Elles ont évolué sur 2500 ans, enracinées dans l’héritage Gréco Romain et Judéo Chrétien, et elles ont été défendues dans le sang et le sacrifice.

La démocratie et la liberté ne sont des possessions personnelles dont les socialistes pourraient disposer à leur gré, sans notre accord, au profit des descendants de guerriers du désert vivant encore comme au 7e siècle, et qui jugent notre attachement à la démocratie comme une simple faiblesse à utiliser contre nous.

Je ne blâme pas l’islam. Les islamistes font exactement ce qui est prescrit dans leur livre. Mais je blâme nos politiciens. Il y a deux camps dans cette guerre de civilisation, et nos politiciens sont dans le camp de l’ennemi.

Alors, je leur dis :

Vous avez les leviers du pouvoir en ce moment, mais nous effectuons une ascension irrésistible. Pensez-vous sérieusement que vous pourrez continuer à faire tout ce que vous avez fait subir à votre propre peuple, sans des répercussions futures ?

Vous pouvez encore arrêter tout cela, si vous le choisissez, tout simplement, en mettant l’intérêt de votre peuple avant celui de l’islam.

Mais vous ne le ferez pas, n’est-ce pas ? Alors, vous nous mettez dans une mauvaise posture. Si nous ne faisons rien, nous devons accepter que nos enfants devront vivre un jour sous le joug des lois de la charia.

Et si nous faisons quelque chose, alors ce sera, par définition, une révolution. Mais ce n’est pas nous qui l’avons voulue. C’est vous. La plupart d’entre nous étions satisfaits de tondre notre pelouse, d’aller au travail et de payer nos impôts.

Vous avez fait de nous des révolutionnaires. Votre comportement montre que vous avez plus peur de l’islam que de nous, mais laissez-moi vous dire ceci, à vous tous, menteurs et traîtres carriéristes socialistes :

Vous détenez le pouvoir maintenant, mais dans une décennie nous détiendrons le pouvoir et nous vous demanderons des comptes. Nous vous traînerons devant un tribunal du style Nuremberg où vous serez jugés pour haute trahison, où vous serez jugés pour crimes contre l’humanité, et pour la première fois depuis longtemps, nous serons vos juges.

 

Source : “We Will Hold You To Account”, sur le site Gates of Vienna

Traduction par Suzanne en collaboration avec Poste de veille

Action SITA : imprimer, poster - La nouvelle façon de voterhttp://directdemocratie.wordpress.com

On applique la bonne vieille méthode SITA inspirée par Amnesty International: envoi d’un courrier, dans une enveloppe timbrée, par la poste ( http://tinyurl.com/6r4fsu et http://tinyurl.com/592ezu)

Quoi mettre dans l’enveloppe?

1) Un document PDF de 3 pages contenant  le texte du présent article situé au-dessus du mot ACTION, après sa conversion en PDF et qui est  logé par exemple à l’adresse: http://sitasecure.files.wordpress.com/2010/10/paulwestonstatement.pdf (Pour imprimer on va sur cette page  ,  le document apparait  puis on coche l’option choisie, par exemple page active pour imprimer la page que l’on voit ou bien pages 2-2 pour imprimer la page 2 puis on lance l’impression en cliquant sur OK. On répète éventuellement l’opération pour imprimer la deuxième page au verso de la première)

2)En finition : des textes  imprimés sur l’islam en appliquant les consignes suivantes :

Un timbre au tarif de base “20 grammes” permet d’envoyer deux feuilles soit 4 pages en tout. Vous pouvez donc compléter votre courrier en imprimant sur les pages encore disponibles des informations  afin de permettre a vos interlocuteurs une meilleure compréhension de l’islam. Au choix à cette page des argumentaires et tracts au format PDF: http://tinyurl.com/ksudr9

A qui envoyer les courriers?

A votre député dont vous trouverez le nom et l’adresse à cette page: www.assemblee-nationale.fr/qui/insee_circonscriptions/index.asp
A un sénateur de votre département dont vous trouverez le nom et l’adresse à cette page: senat.fr/elus.html

ATTENTION: pas d’insultes ni de menaces  dans un courrier SITA. Ceux qui se laisseraient aller à de telles pratiques le feraient sous leur entière responsabilité.

Votre courrier SITA est prêt, il vous reste à le timbrer et à le poster . Si vous le souhaitez  vous pourrez  aussi suivre les  consignes facultatives suivantes.

–Pour prolonger et compléter cette action SITA par courrier postal on peut aussi mener une action par courriels dont la technique est exposée à cette page  http://sitasecure.wordpress.com/2009/06/01/action-par-courriels/

Invitation au sitathon

Eventuellement, vous pouvez recenser vos actions au Sitathon, http://sitathon.blogspot.com afin d’inciter d’autres internautes à agir ainsi et vous inscrire à la lettre d’information alertes-sita.blogspot.com pour être averti des prochaines actions.

–Information sur SITA

Pour des informations plus détaillées  sur les actions  SITA, vous pouvez consulter le kit SITA à la page: http://planete-sita.bravehost.com/kitsita.html

Vous avez une enveloppe, un timbre alors vous avez le……………… P O U V O I R ………de dire son fait à toute personne publique. C’est la nouvelle façon de voter;c’est efficace:tinyurl.com/C44RVR

Contrôle parental, ou contrôle politique ? le « filtre oriental » est passé par là…

Liberté d’expression! Accès aux véritables informations! Mais dans quelle république bananière vit’on? « ON » nous censure de tous cotés. La libre pensée est devenue du terrorisme! Le Mot « LIBERTE » n’est t’il pas inscrit sur le fronton de notre République???

FDF

.

 

Le contrôle parental pourrait bien préfigurer l’internet, pour ne pas dire la « démocratie » de demain. Un lecteur a ainsi eu la surprise , après activation du contrôle parental fourni par Orange, de voir supprimer son accès à ses blogs et sites préférés.  En fait tous les sites de la mouvance dissidente (comprendre: non conformes au politiquement correct) . À l’inverse, ceux de la cinquième colonne (au hasard:  les indigènes de la république, oumma.com …) restent accessibles à vos chères têtes blondes. Alors contrôle parental … ou contrôle politique ? La réponse, on la trouve dans la Charte protection des enfants d’Orange en France:

Orange se donne pour objectif de toujours mieux servir ses clients et se préoccupede protéger les personnes, les mineurs notamment, des conséquences nonsouhaitables de l’évolution des technologies de notre secteur en prévenant uneexposition :
– à des usages jugés inappropriés par les autorités et les éducateurs(parents,…)
– les contenus « odieux » (NDLR: en français dans le texte…) comme la pédopornographie, l’incitation à lahaine raciale et à la violence, l’atteinte à la dignité humaine, l’apologie descrimes contre l’humanité,…
– les contenus inappropriés en fonction de l’âge et de la sensibilité quipeuvent nuire à l’épanouissement physique, mental ou moral des mineurs ( Big Brother veille sur votre progéniture …)

On retrouve donc à la base de cette censure nos bonnes vieilles lois mémorielles. Et ce n’est pas pour rien que notre ministre de la culture, amateur de jeunes garçons de son état,  s’est vu confirmé à son poste et même adjoint celui de la communication. Pour ce qui est d’Orange, le fait que la quasi totalité de ses « services d’appel » soit externalisée au Maghreb n’est pas non plus étranger dans le choix de ce filtre « oriental » …

Vu sur http://dissiblog.rsfblog.org/archive/2010/11/15/controle-parental-ou-controle-politique.html