Francaisdefrance's Blog

11/11/2010

Humour: une micro-puce révolutionnaire…

Allez. On rigole un bon coup? C’est parti !!!

FDF

Cette micro puce est spécialement destinée aux Islamistes…

 

-Elle a été spécialement conçue pour être injectée dans le front.

-Une fois bien placée, elle permet de Communiquer avec allah.

– Elle est livrée en différentes tailles… voir modèles disponibles plus bas…
– La bonne dimension de l’implant sera sélectionnée par un homme de métier avec expérience, qui fera lui même l’injection. – L’anesthésie ne sera pas nécessaire…- Des saignements et des gonflements peuvent apparaître à l’endroit de l’injection mais la plupart du temps vous ne le ressentez pas.

 

Piqué sur http://www.chemin-de-memoire-parachutistes.org/un-peu-d-humour-f84/communication-divine-t6467.htm

Miss France et sa dauphine…

.

Toujours à la pointe de l’actualité, chez FDF…

Voir: Miss_France_et_sa_dauphine

La provocation du jour vient de…

… l’ONU !

.

 

 

Quelle bande de cons! Ils auraient pu mettre l’Iran, aussi. La prochaine fois…

FDF

.

 

ONU Femmes : l’Arabie saoudite nommée, l’Iran écarté

L’Arabie saoudite, un des pires oppresseurs de femmes au monde, a été élue membre du conseil d’administration de la nouvelle agence dédiée à la condition des femmes


L’Arabie saoudite obtient un siège au conseil d’administration d’ONU Femmes, une agence dédiée à la condition féminine. L’Iran n’a pu obtenir de siège.

Après la controverse entourant les candidatures de l’Arabie saoudite et de l’Iran au conseil d’administration d’ONU Femmes, une agence dédiée à la condition féminine, l’Arabie saoudite a finalement obtenu un siège. Mais l’Iran a été écarté.

L’Iran n’a obtenu que 19 voix, alors qu’il lui en fallait 28 pour faire partie des 41 pays membres du conseil d’administration de l’agence. L’échec de la République islamique est dû à l’entrée en course du Timor-Oriental à la fin de la semaine dernière. Des diplomates ont souligné que la candidature du Timor-Oriental était destinée à barrer la route à l’Iran. Le Timor-Oriental a obtenu 36 voix. L’Iranienne Shirin Ebadi, Prix Nobel de la paix, avait qualifié mardi cette élection de « plaisanterie ». «Je pense que ce conseil, avec les membres que l’on y voit maintenant, n’ira nulle part», avait-elle prévenu.

Cependant, même si l’Arabie saoudite est élue à cette agence, la politique de ce pays à l’égard des femmes est très critiquée. En Arabie saoudite, les femmes n’ont pas le droit de conduire un véhicule et ne peuvent pas prendre de décisions importantes dans la vie quotidienne sans la permission d’un proche masculin.

C’est l’ex-présidente du Chili Michelle Bachelet qui avait été nommée à la mi-septembre à la tête d’ONU Femmes. L’Assemblée générale de l’ONU avait adopté à l’unanimité une résolution portant sur la création de cette «entité de l’ONU pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes». Le lancement effectif de l’agence onusienne aura lieu le 1er janvier 2011.

Source : actualites.ca.msn.com

Halal: Brigitte Bardot tient parole et lance un grand mouvement d’opinion avec 8 organisations !

Chose promise, chose due…

Sans mesures effectives et rapides permettant de modifier les modalités des abattages rituels afin d’abolir la souffrance des animaux et de corriger le système opaque de distribution des viandes qui en sont issues, les associations signataires lanceront dès la rentrée une campagne unitaire d’information et de sensibilisation auprès des citoyens français….(juin 2010)

La promesse faite à cette page a donc été tenue: http://sitasecure.wordpress.com/2010/06/14/abattage-barbare-et-halal-obligatoire-pour-tous-11-associations-demandent-a-nicolas-sarkozy-dagir-sinon-gare-a-la-rentree/

Brigitte Bardot et les 8 organisations de défense des animaux suivantes:

Œuvre d’Assistance aux Bêtes d’Abattoirs (OABA) | Fondation Brigitte Bardot | Confédération Nationale des SPA de France (CNSPA) | Conseil National de la Protection Animale (CNPA) | Fondation Assistance aux Animaux | Protection mondiale des animaux de ferme (PMAF) | Société Nationale pour la Défense des Animaux (SNDA) | Association Stéphane Lamart

Lancent une grande campagne pour dénoncer le scandale de l’abattage rituel israélite et musulman pour sa barbarie envers les animaux égorgés à vif sans étourdissement préalable et aussi le scandale de la présence dans le commerce de viande halal vendue sans que cette mention soit indiquée. Nombreux sont donc ceux qui consomment à leur insu de la viande halal et payent ainsi une taxe versée au culte musulman assimilable à un impôt islamique.

Quelques éléments de réflexion:

D’après la Fédération vétérinaire européenne : « l’abattage des animaux sans étourdissement préalable est inacceptable en toute circonstance ». La Suisse, la Suède, l’Islande ou la Norvège ont ainsi interdit l’abattage rituel sans étourdissement sur leur territoire alors pourquoi cela ne serait-il pas possible en France?

L’Ausralie est un grand pays exportateur de viande halal vers les pays musulmans du Golf. Les musulmans australiens acceptant comme halal de la viande provenant d’animaux ayant subi une électronarcose avant l’abattage. Alors pourquoi les autorités musulmanes française ne l’acceptent pas?

Abattage rituel sans étourdissement : Assez de promesses, Place aux actes !

http://www.abattagerituel.com/

 

http://directdemocratie.wordpress.com

Ecrivez à votre député et au ministre de l’Alimention, de l’Agriculture et de la Pêche (78 rue de Varenne – 75349 Paris 07SP), et demandez-leur d’imposer l’étiquetage des modes d’abattage.

On peut aussi imprimer et envoyer cet article au format PDF:  sitasecure.files.wordpress.com/2010/11/halalbb.pdf

Dans l’attente de cet étiquetage, et dans le doute sur les conditions d’abattage… abstenez-vous ou mangez du cochon.

« L’on est passé d’un racisme “ordinaire”, anti-maghrébin, anti-arabe, à une hostilité, voire une haine visant l’islam ».

Et c’est la faute à qui? Ben aux provocateurs et semeurs de merde racaillisés et islamisés à souhait. Inutile de vous redonner les chiffres répartis par confession religieuse et/ou par origines de la population carcérale en France…

FDF

.

La France montre une défiance croissante à l’égard de l’islam

L’islamophobie aurait en partie supplanté un racisme « ordinaire » visant les Maghrébins

Mahi porte la barbe, une barbe qui marque son attachement à l’islam. Lorsqu’il prend les transports en commun, à Marseille, cet éducateur spécialisé lit régulièrement dans les yeux des autres passagers une forme de défiance, voire de crainte. « Beaucoup hésitent à s’asseoir à côté de moi, quand ils ne changent pas carrément de wagon », déplore-t-il.

De tels comportements, constate-t-il, sont plus ou moins fréquents, selon les soubresauts de l’actualité. « Qu’Al-Qaida revendique un attentat quelque part dans le monde, et la suspicion reprend le dessus », note cet homme de 36 ans, qui dit aussi avoir vécu douloureusement « en tant que citoyen et musulman » le récent débat autour du voile intégral. « Quel signal la représentation nationale donne-t-elle à la population quand elle vote une loi en faisant fi de l’avis défavorable du Conseil d’État ? » s’interroge-t-il.

Ce qui est sûr, veut croire Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman, c’est que « l’on est passé d’un racisme “ordinaire”, anti-maghrébin, anti-arabe, à une hostilité, voire une haine visant l’islam ». Ce phénomène se traduit, affirme-t-il, par une multiplication, ces dernières années, des dégradations de mosquées ou de sépultures. « De même, de plus en plus de femmes portant le voile sont insultées ou agressées. »

Islamophobie ? «terme imposé par des islamistes»

Pour Mohammed Moussaoui, il n’est pas question d’empêcher la critique des fondements de l’islam, « pleinement recevable quand elle s’inscrit dans une logique de connaissance et de dialogue », mais de condamner les manifestations violentes qui visent les institutions et les personnes.

Cela étant, la loi sur le voile intégral a elle aussi favorisé les amalgames entre une pratique marginale, qui ne constitue en rien une obligation coranique, et l’ensemble des musulmans de France. « Beaucoup parmi nous reprochent à cette frange radicale apparue récemment et qui voudrait imposer aux femmes le port du voile intégral d’avoir provoqué une stigmatisation générale. Mais en même temps, la généralisation a contribué à créer des solidarités… »

Faut-il pour autant parler d’« islamophobie » ? Dominique Sopo s’y refuse. Le président de SOS Racisme rejette en tout cas ce terme qui a été « imposé par des islamistes désireux d’introduire une confusion entre critique de la religion et racisme ».

«Une tendance à “islamiser” de façon abusive des questions sociales»

Il n’empêche. Dominique Sopo constate lui aussi la montée d’une haine anti-musulmans liée au reflux d’un racisme fondé sur la biologie ou les origines. « La figure du musulman a, dans le débat public, remplacé celle du beur ou de l’Arabe. On enferme les 4 à 5 millions de Français d’origine arabo-musulmane dans une identité religieuse alors qu’ils sont, dans leur immense majorité, sécularisés, ou qu’ils considèrent le Ramadan comme un repère essentiellement culturel », analyse-t-il.

« Les élites n’acceptent pas que des populations qui, il y a trente ou cinquante ans, rasaient les murs et baissaient la tête, manifestent tranquillement leurs pratiques culturelles et religieuses. Aujourd’hui être antiraciste, c’est reconnaître l’égalité entre toutes les personnes, à condition qu’elles se conforment aux lois de la République », soutient Dominique Sopo.

Présent depuis une quinzaine d’années, le thème de l’islam fait souvent l’objet d’une instrumentalisation.

«Apéro saucisson et pinard»

« Il existe une tendance à “islamiser” de façon abusive des questions sociales, économiques ou culturelles, sans que cela se traduise forcément par des phénomènes de rejet ou de discrimination, analyse Vincent Geisser, chercheur au CNRS et auteur en 2003 d’un ouvrage intitulé La Nouvelle Islamophobie (La Découverte). Beaucoup s’engouffrent dans le débat sur l’islam pour exprimer, de façon assez fédératrice, des craintes assez ordinaires : chez les féministes, ce sera le recul de la condition de la femme ; chez les enseignants, la perte des acquis de l’école publique ; chez les laïcs, une remise en cause de la laïcité, etc. »

Suite et source: http://tinyurl.com/29culs7

Obama prône le dialogue avec le monde musulman !

Quand on pense que les musulmans se refusent à tout dialogue qui n’est pas en leur faveur… Bon courage, Monsieur Obama. C’est un coup d’épée dans l’eau.

FDF

.

Alors que son opinion publique est de plus en plus hostile à l’islam, le président américain veut mettre en avant le « modèle » indonésien, musulman, démocratique et moderne. À cette occasion, «La Croix» essaye de comprendre pourquoi les sentiments anti-musulmans prennent de l’ampleur dans les sociétés occidentales

Le président américain Barack Obama lors d’une conférence de presse à palais de Merdeka, à Djakarta, mercredi 10 novembre (AP/Enny Nuraheni).

Comment concilier les valeurs démocratiques et celles de l’islam ? Réponse : regardons du côté de l’Indonésie. Barack Obama, qui connaît bien ce grand pays à 85% musulman pour y avoir passé une partie de son enfance, tentera mercredi 10 novembre la démonstration dans un discours adressé au monde musulman.

Depuis l’Université d’Indonésie à Djakarta, le président américain a mis en avant le « modèle » indonésien – musulman, démocratique et moderne –, pour relancer le dialogue entamé au Caire en juin 2009.

Pluralisme, développement économique et rôle de l’Indonésie comme le plus grand pays musulman du monde ont fait partie des moments forts du discours. Plus tôt dans la journée, Barack Obama s’est rendu à la mosquée Istiqlal, la plus grande d’Asie du Sud-est.

Une opinion publique de plus en plus hostile à l’islam

Le chef d’État américain aura cependant fort à faire pour retrouver le niveau d’enthousiasme enregistré lors de son discours du Caire. Ses paroles pleines d’espoir ne se sont pas concrétisées. « Entre la présidence de George W. Bush et la sienne, la rhétorique a changé, mais pas tellement les actes », affirme Éric Nisbet, professeur en communication et spécialiste des relations entre les États-Unis et l’islam à l’université de l’Ohio.

Raisons du malaise prolongé ? Le blocage des initiatives de paix au Proche-Orient et le durcissement américain en Afghanistan. La politique de la main tendue n’a pas empêché non plus plusieurs actes de terrorisme, désamorcés ou non, sur le territoire américain : massacre sur la base militaire de Fort Hood au Texas, colis piégés le mois dernier, attentat raté à bord d’un avion de ligne reliant Amsterdam et Detroit et celui de Times Square cette année.

En prononçant un nouvel appel au dialogue, Barack Obama aura sans doute à l’esprit l’opinion publique à domicile, de plus en plus hostile à l’islam. Récemment convertie à la religion musulmane, Mai Mouna a senti le regard des autres changer du jour au lendemain.

Plusieurs manifestations d’islamophobie

Cette jeune Africaine-Américaine a perdu une partie de ses amis, se fait dévisager dans les restaurants et n’est pas à son aise dans « les quartiers blancs ». Un sentiment de vulnérabilité particulièrement fort à l’aéroport. « Je ne l’ai pas dit à mon mari, mais la dernière fois que j’ai voyagé, j’ai enlevé mon voile », confie celle qui préfère ne plus sortir seule le soir.

Le professeur Nisbet note un glissement dans la nature des préjugés : « Après le 11 septembre 2001, la menace terroriste a servi de catalyseur. Mais ces dernières années, la menace terroriste a été remplacée par une menace liée aux aspects symboliques et culturels de l’islam ». Certains hommes politiques républicains parlent d’« islamisation des États-Unis », ou de « Djihad furtif ».

Cet été, le pays a été touché par plusieurs manifestations d’islamophobie. À New York, le projet de mosquée à proximité des anciennes tours jumelles a déclenché un âpre débat sur la liberté de culte, farouchement défendue dans la Constitution américaine. Au plus fort de la polémique, un chauffeur de taxi a été agressé avec un couteau pour avoir osé dire à son client qu’il était musulman.

Plusieurs figures de la droite conservatrice ont participé à ce discours enflammé

En Californie, les vitres d’une mosquée ont été brisées par des vandales qui y ont laissé des slogans du type « Réveille-toi Amérique, l’ennemi est là » ou encore « Pas de temple pour le Dieu du terrorisme ». La croisade de Terry Jones, pasteur fanatique qui menaçait de brûler le Coran en réponse aux attentats du 11-Septembre, a fait le tour du monde.

Plus grave, au Texas, le département chargé de l’enseignement a approuvé récemment une résolution visant à réduire l’importance donnée à l’islam dans les livres d’histoire. Et durant la campagne pour les législatives, plusieurs figures de la droite conservatrice ont participé à ce discours enflammé.

L’ancien président de la Chambre des représentants et possible candidat présidentiel en 2012 Newt Gingrich a fait planer la crainte d’une mainmise de la loi islamique, la charia, dans les cours de justice aux États-Unis. « Avec des musulmans qui représentent moins de 2% de la population, on ne voit pas comment cela pourrait arriver », juge Éric Nisbet.

«Une fabrication, par des gens qui n’y connaissent rien»

Enfin, le mouvement ultra-conservateur des Tea Party, grand vainqueur des dernières législatives, conteste tout simplement la légitimité de Barack Obama, en faisant courir le faux bruit selon lequel celui-ci serait né au Kenya et ne serait pas chrétien mais musulman.

Pour le professeur Nisbet, cette flambée d’islamophobie a été exacerbée par deux facteurs : l’insécurité économique qui tend à discriminer les minorités et l’instrumentalisation de l’islam pour des causes électorales.

« Une fabrication, par des gens qui n’y connaissent rien pour des gens qui n’y connaissent rien non plus », dénonce le gardien de l’école coranique de la 116e rue à New York, qui lève les yeux au ciel quand on l’interroge sur le climat de haine. Lui est né musulman aux États-Unis, et est fier de l’être.

Source: http://www.la-croix.com/

Lettre ouverte de l’ancien Maire de Genève (Claude Haegi) à Mme Viviane Reding au sujet de l’Immigration.

Claude HAEGI (Ancien Maire de Genève)

Président des Fondations Denis de Rougemont pour l’Europe et Européenne FEDRE pour le Développement durable des Régions.

Ancien Maire et Président du Gouvernement genevois

Ancien Président du Congrès des Pouvoirs locaux et Régionaux du Conseil  de l’Europe

******************************************************************************************************

Genève, le 10 novembre 2010

LETTRE OUVERTE  A  MADAME  REDING COMMISSAIRE  EUROPEENNE

Madame la Commissaire Européenne,

L’immigration est un sujet extrêmement  sensible et devrait donc être traité avec infiniment de précaution. En charge de la Justice, des droits fondamentaux et de la citoyenneté, vous avez donné de la voix pour exprimer vos indignations concernant les décisions françaises touchant les Roms. Ignorant que la France est depuis longtemps l’un des pays les plus ouverts et accueillants, ce qui n’est pas sans lourdes conséquences,  vous en avez fait votre bouc émissaire et dans votre élan, vous avez perdu le contrôle de vos mots. Comparant la France à l’Allemagne hitlérienne et évoquant la Shoah, vous avez soulevé une vague de légitime indignation.  Dire ensuite, après l’usage de mots clairs et graves dans leur portée, que ce n’était pas ce vous vouliez exprimer, devient troublant dans l’exercice d’une fonction de l’importance de celle qui vous a été confiée. Le problème des Roms,  qui n’est pas nouveau  mais s’est amplifié, ne se limite pas à la France et à la Roumanie.  Il touche l’Europe et c’est faire preuve d’une singulière hypocrisie que de ne pas le dire. Dans ce registre particulier,  comme vous le souhaitiez, vous avez acquis de la notoriété.  Des parlementaires européens qui devraient regarder comment ces problèmes sont gérés et vécus dans leur propre pays  ont emboîté votre pas et se plaisent à tancer le France.  Mais sur ce ton rien ne s’améliorera alors que l’enjeu est si grand et le dialogue des cultures incontournable. Maire de ma Ville (Genève), j’avais conçu une carte de vœux représentant sur un fond de rose des vents,  deux mains se serrant, l’une  blanche,  l’autre noire et j’avais  ajouté de ma main le mot « Solidaires ».  Mais comment l’être efficacement ? De mes expériences pratiques, notamment à travers le Congrès des Pouvoirs Locaux et Régionaux du Conseil de l’Europe,  j’ai acquis la conviction que même les régions les plus ouvertes et généreuses avaient une limite quantitative dans leur capacité d’accueil. Ne pas en tenir compte nous expose à des tensions, puis des conflits, de l’intolérance, de la xénophobie et du racisme.  Vouloir l’ignorer pénalise directement ceux que l’on dit vouloir protéger. Une personnalité intellectuelle africaine relevait qu’une migration ne pouvait se faire que sur les choix du pays d’accueil. J’ajoute à cela la volonté locale, celles des autochtones avec lesquels il faut créer des conditions qui leur permettront de découvrir  l’enrichissement partagé que peut apporter une immigration adaptée.  La Chancelière allemande vient de proclamer  l’échec de la politique multiculturelle de son pays. « L’Allemagne est marquée par ses valeurs chrétiennes, par ses valeurs juives » a-t-elle ajouté. L’Europe aussi. Que signifie cette constatation ? Que le comportement d’étrangers ne montrant pas le désir de s’adapter à la société allemande crée un inconfort social et des crispations dans la population. Ce n’est pas qu’en Allemagne que cela  est  ressenti. Plutôt que de jeter l’opprobre sur ceux qui expriment  des inquiétudes  et de jouer les censeurs,  demandons-nous ce que nous pouvons faire pour  réussir l’ accueil  de personnes  qui  respecteront  nos cultures,  comme nous devons le faire dans d’autres régions du monde.  L’Europe  n’est pas  composée de territoires vierges mais de 2000 ans de riches histoires. Vous m’avez dit dans un aparté, que je ne peux oublier, tout le mal que vous pensiez du Gouvernement suisse qui  eut tort, selon vous, de soumettre au peuple l’initiative contre les minarets ! La réponse du Souverain, certes malheureuse à plus d’un titre mais à prendre en considération, vous la connaissez et l’avez retenue  au premier degré sans comprendre qu’elle exprimait  les mêmes réactions identitaires que celles des Allemands et d’autres européens. Droite dans vos bottes, vous persistez et signez au moment de la récente sortie  du rapport sur la citoyenneté européenne  en  déclarant  que vous vouliez  « que les citoyens européens puissent  s’installer  à l’étranger sans soucis et qu’ils  devraient  avoir les mêmes droits où qu’ils se trouvent » ! Quelle inconséquence. Pas la moindre allusion à l’emploi, au logement et à une certaine maîtrise de la langue locale. On vous offre aujourd’hui à Genève une tribune sans contradicteur. C’est l’occasion d’y développer une  autocritique sans complaisance. La matière ne vous manquera pas. S’il devait en être ainsi, alors bienvenue Madame  la Commissaire.

Claude HAEGI

Viviane Reding

*****************************************************************************************************

La vice-présidente du Front National, Marine Le Pen, a déclaré mercredi sur Europe 1: « Je ne suis pas islamophobe. Je suis probablement une des dernières à défendre la laïcité. » Elle intervenait à propos des critères nécessaires pour produire de la viande halal, avançant que « un personnel qui n’est pas musulman et qui touche de la viande hallal rend cette viande impure à la consommation ». « Permettez à ceux qui n’ont pas envie de se soumettre (au halal) de pouvoir ne pas s’y soumettre », a-t-elle déclaré.

***************************************************************************************************

Attitude actuelle de la « France » sur l’Immigration : se cacher derrière les autres pays….comme ci-dessous :


Quand tu es dans la merde … je veux dire VRAIMENT dans la merde …regarde droit devant, fais semblant de rien et surtout, surtout … ne dis rien et essayes de t’assimiler à ceux qui t’accueillent !

Source: DB

Florent Pagny ne souhaite pas que ses enfants « parlent rebeu »…

La preuve que Florent Pagny a raison: ça a fait ressurgir ce gros con de Cortex…

FDF

Cortex : La meilleure « preuve » que Pagny pouvait espérer:

http://www.youtube.com/watch?v=pqe6g8OuXJ4&feature=player_embedded

.

Merci beaucoup Florent de faire éructer ce genre de macaques, ça prouve qu’on tape juste. Et si tu as besoin d’un coup de main pour lui faire comprendre qu’il n’ a pas sa place parmi nous, mon blog t’est ouvert…
FDF


Florent Pagny et les rebeus : racisme ordinaire ou bon sens ?


« Il y a un moment où ton môme, il rentre à la maison et d’un seul coup, il se met à parler rebeu…Il y a aussi cette histoire de peur et d’ambiance un peu bizarre où, finalement les mômes raccrochent des codes pour ne pas être emmerdés », a déclaré le chanteur sur Chérie FM.

Comme on pouvait s’y attendre, tout l’establishment anti-raciste lui est tombé sur la tête. Et pourtant… A y regarder de plus près, les propos de Florent Pagny ne sont non seulement pas racistes, mais débordent de bon sens.

Quiconque à des adolescents de 13 à 18 ans dans son entourage peut tout à fait comprendre ce que Florent Pagny explique. Pour plus de politiquement correct, il aurait pu appeler ça « parler banlieue », mais les faits parlent pour lui.

Des beaux quartiers parisiens aux villes de province, la jeunesse a adopté les codes langagiers de la banlieue… et chacun joue à singer les comportements des racailles du 9-3 comme si c’était des modèles de société.

Florent Pagny a mille fois raison quand il dit à son fils : « Tu vas passer à autre chose et tu vas essayer de rattraper le groupe de tête plutôt que de traîner ». Plutôt que se payer Pagny, la société française ferait mieux d’écouter ce qu’il a à dire.


source : lateigne (24actu)

Qui c’est qui va payer nos retraites? Qui est une chance pour nous? hein, qui c’est? et bien c’est…

Eh ben c’est ce genre de chimpanzé.

FDF

Lire:        http://www.dailymotion.com/video/xfgl4i_diallo-jules-yoan_animals

Violences dans un établissement de réinsertion scolaire…

Délinquance: les chiffres sont en baisse… Les « chiffres », ça rassure… Dormez tranquille…

FDF

*******************************************************************************************************

A peine arrivés au collège de Craon en Mayenne, 14 élèves de Seine-Saint-Denis en réinsertion scolaire ont dégradé l’internat de cet établissement mayennais, puis agressé des collégiens. En réaction, les enseignants ont décidé de suspendre les cours.

Pas de cours ce mercredi matin au collège Volney de Craon, en Mayenne. Les enseignants ont en effet décidé d’exercer leur droit de retrait à la suite à des violences perpétrées mardi dans l’établissement.

Les violences ont commencé quelques heures à peine après l’arrivée dans l’enceinte du collège de 14 élèves de Seine-Saint-Denis. Renvoyés plusieurs fois d’autres collèges de leur secteur, ils avaient été accueillis lundi au collège Volney, au sein d’un Etablissement de réinsertion scolaire (ERS) créé dans l’internat désaffecté de l’établissement.

Dès leur première nuit sur le site, les 14 jeunes ont dégradé l’internat. Puis mardi matin, juste après le petit déjeuner, ils s’en sont pris aux autres collégiens. Cinq d’entre eux ont reçu des coups. Les autres restent encore très choqués.

« Ils se sont jetés littéralement sur nos élèves. Il y a eu un moment de panique parce qu’ils frappaient, donnaient des gifles à nos élèves », raconte à Europe 1 Zélia Malhaire, professeur d’anglais. « Ça nous fait un peu mal de demander leur renvoi, mais là, le projet n’est pas convenablement porté pour qu’il fonctionne. Les délégués des parents et les professeurs demandent purement et simplement le retrait de cet ERS pour reprendre le travail. »

L’inspection d’académie de Seine-Saint-Denis tente de dédramatiser en expliquant que les 14 élèves n’ont pas tous été violents. Seuls cinq d’entre eux ont donné des coups, et ils ont immédiatement été renvoyés chez eux. Mais pour les autres, pas question d’arrêter un dispositif préparé depuis plusieurs mois. Il y aura des ajustements.

Cette réponse ne satisfait ni les profs, ni les parents du collège de Craon. Les enseignants sont d’ailleurs prêts à faire durer leur droit de retrait, et préparent déjà des cours par internet.

(Source Europe 1 avec AFP)

Images amateur et témoignages sur les violences au Sahara occidental…

 

Des violences ont éclaté, lundi, à Laayoune, chef lieu du Sahara occidental, le jour de la reprise des négociations entre l’État marocain et le Front Polisario à New York, sous l’égide de l’ONU. Notre Observatrice sur place nous explique ce qui a mis le feu aux poudres.
De source officielle, les affrontements entre la police et des manifestants sahraouis se sont soldés par six morts et une soixantaine de blessés dans les rangs des forces de l’ordre et « 4 blessés » et un mort  » dans un accident de la circulation » du côté des civils. Le Front Polisario parle quant à lui de « 11 morts et de 723 blessés » parmi les manifestants.
Le Sahara occidental, ancienne colonie espagnole, est depuis 1976 l’objet d’un conflit entre les indépendantistes sahraouis et la monarchie marocaine qui revendique sa souveraineté sur l’ensemble du territoire. Les négociations qui ont actuellement lieu à New York ont pour objet l’octroi du statut d’autonomie et le partage de l’administration du territoire entre le Polisario et l’État marocain.
Les Observateurs de FRANCE 24 tient à remercier Naoufal Chaara, Youssef Hamdaoui, Haiba Elhairech et Hammoudi Grid pour leur participation à l’élaboration de cet article. Vous étiez sur place ? Contactez-nous à Observers@france24.com
Il n’existe que des images amateur des incidents de lundi. Quelques vidéos sélectionnées par nos Observateurs :
 

Une banderole dressée par les Sahraouis du campement pour revendiquer leurs droits sociaux. Photo prise le 21 octobre et postée sur Facebook par Lyali Sanadi.

« Après le discours du roi, on s’attendait à une intervention des forces marocaines »

Fatma Mbarki est une Sahraouie de 24 ans qui habite à Laayoune.
Les affrontements ont commencé dans les campements qui se situent à une vingtaine de kilomètres à l’est de Laayoune, avant de se propager en ville. Ce campement de plusieurs milliers de tentes avait été installé le 19 octobre par des Sahraouis de Laayoune en signe de protestation contre la discrimination dont ils s’estiment victimes par rapport aux Marocains. Leur geste revêt une dimension sociale et économique (contre la marginalisation, le chômage, etc.), mais aussi politique, car c’est une façon de demander l’indépendance du Sahara occidental. En plantant ces tentes, les Sahraouis rappellent aux Marocains leurs origines bédouines. Le camp était interdit aux Marocains, mais très surveillé par les autorités.
Après le discours du roi samedi [à l’occasion des 35 ans de la « marche verte » menée par Hassan II qui avait abouti au départ des Espagnols du Sahara occidental], on s’attendait à une intervention des forces marocaines. Ce n’est pas la première fois que de pareils incidents se produisent à Laayoune [des émeutes ont déjà éclaté en 1999 et 2005].
Dimanche soir, sur le coup de 20 heures, les forces de l’ordre ont encerclé le camp, empêchant qui que ce soit d’entrer ou de sortir. On ne pouvait donc plus apporter des vivres à nos proches. Cela a provoqué la colère des habitants des camps et a déjà donné lieu à quelques accrochages.
Le lendemain, à 6 heures, un hélicoptère a survolé le camp pour sommer les habitants de quitter les lieux. On leur a dit qu’ils avaient une demi-heure pour plier bagage. Peu après, ils sont entrés : ils ont utilisé des gaz lacrymogènes, des lances à eau et ont mis le feu à quelques tentes.
Quand ils ont appris cette intervention, les habitants de Laayoune sont entrés dans une rage noire. Des manifestants sont sortis dans la rue en brandissant le drapeau du Polisario, qu’ils sont allés accrocher sur la devanture de tous les bâtiments officiels où flottait jusque-là le drapeau marocain. Ils ont ensuite mis le feu à des banques et à plusieurs bâtiments de l’administration marocaine. Cette vague a déferlé sur tous les quartiers de la ville : sur l’avenue de Smara, Skikima, Kairaouan, dans le quartier de Maatallah, l’avenue Al Qods, etc.
Ces émeutes se sont prolongées jusqu’à l’intervention des forces de l’ordre. La répression a été très violente. Beaucoup de maisons de Sahraouis ont été saccagées. »
Ce billet a été rédigé en collaboration avec Sarra Grira, journaliste à FRANCE 24.

 

Banque saccagée à Laayoun
Jeep bloquant une maison
Magasins brûlés à Laayoun

Ces photos nous ont été envoyées par notre observateur El Filali.

La mosquée d’Annecy va peut-être voir le jour … Coup dur.

Dhimmitude exacerbée…

FDF

*********************************************************************************************************


 

Le tribunal administratif de Grenoble a rejeté le recours des opposants au projet de la construction de la mosquée d’Annecy, rue des Alpins.

Cette décision rend valide son permis de construire. Voilà qui devrait donner un nouvel élan à un dossier ayant soulevé de nombreuses polémiques.

 

source : ledauphine.com

« ISLAMOPHOBIE ET CRAINTE D’UNE ISLAMISATION DE LA FRANCE S’ALIMENTENT »

Pitié! Pas ça !!!

Ambiguïtés? Non . Triste réalité…

FDF

**********************************************************************************************************

 

Spécialiste de l’islam de France, Bernard Godard analyse l’apparition et les ambiguïtés du terme « islamophobie », ainsi que ses ressorts. ENTRETIEN avec Bernard Godard, Auteur de Les Musulmans en France (1)  

De quand date l’apparition du terme «islamophobie»?
Bernard Godard : Il est apparu au Royaume-Uni, dans un contexte électoraliste. En 1997, la Fondation Runnymede pour une « Grande-Bretagne multi-ethnique » a remis un rapport sur l’islamophobie qui décrit le phénomène comme « l’ensemble des positions fermées contre l’islam » – par exemple considérer que « l’islam est monolithique », ou qu’il est une «religion inférieure».

En Grande-Bretagne, l’adjectif muslim renvoie autant à la religion qu’à l’appartenance ethnique : lutter contre l’islamophobie signifie donc lutter contre des discriminations ethniques.

Et en France ?
En France, nous avons l’habitude de séparer les deux. Mais plusieurs phénomènes se sont conjugués pour imposer ce terme, utilisé désormais par les médias et même par le président de la République.

Au tournant des années 2000, les revendications identitaires d’un Tariq Ramadan et des Jeunes musulmans, leur affirmation d’une sorte de « fierté musulmane » adaptée au contexte européen ont suscité à leur encontre des accusations de « double discours ».

En réaction, Vincent Geisser, chargé de recherche au CNRS, a publié fin 2003 un essai sur La Nouvelle Islamophobie, en donnant délibérément une définition large : le terme recouvre selon lui aussi bien les attentats antimusulmans que les discriminations à l’égard des personnes d’origine musulmane (alors qu’il est difficile de déterminer si leur religion ou leur origine ethnique en est la cause).

Certains considèrent également comme islamophobe la thèse de l’historien Sylvain Gouguenheim, auteur de Aristote au Mont-Saint-Michel, selon lequel la transmission du savoir grec n’a pas pu se faire par le biais des Arabes (il nie également l’apport des chrétiens d’Orient).

Enfin, le mouvement des Indigènes de la République lui-même – censé lutter contre les discriminations à l’égard des personnes issues des anciennes colonies – opère la jonction avec l’islam : dans sa dernière campagne, il prétend lutter contre « la négrophobie et l’islamophobie ». À mon avis, le terme est devenu trop vague, et les partisans du « tout-islamophobe » n’ont rien à y gagner.

Pourquoi lui préférez-vous l’adjectif « anti-musulman » ?
La convention-cadre signée le 17 juin entre le ministère de l’intérieur et le Conseil français du culte musulman (CFCM) – consistant en la mise en œuvre d’un « suivi statistique et opérationnel des actes hostiles aux musulmans de France » – montre la volonté de ces instances de ne recenser que les délits matériellement constitués : profanations de cimetières, attaques contre des mosquées ou insultes contre des musulmans.

N’observez-vous pas la montée d’un discours hostile à l’islam?
L’islamophobie (la peur de l’islam) répond à la peur de l’islamisation de la France, autrement dit à la peur que l’islam ne soit plus seulement une religion parmi d’autres dans l’espace laïque mais une appartenance ethnique et identitaire indépassable, notamment dans certains « ghettos » en banlieue.

Ce discours, qui était celui de l’extrême droite et des militants de la laïcité, d’une part les fait se rapprocher – ce sont les « apéros saucisson-pinard » récents – et d’autre part gagne des milieux jusque-là épargnés.

En ce qui me concerne, je le considère comme exagéré. Je ne suis pas contre le discours sur les « territoires perdus de la République » mais il ne faudrait pas réduire le problème à l’islam. Jusque-là, on croyait majoritairement que les musulmans français, même s’ils venaient de pays non laïques, étaient d’abord des citoyens. Aujourd’hui, on croit moins en leur capacité à accepter notre culture, et cela même s’ils sont nés en France : cet atavisme des origines me paraît assez dangereux.

Le phénomène est donc alimenté à la fois par des facteurs internes et externes ?
Oui, tout à fait. Les revendications identitaires émanant de la classe moyenne musulmane émergente – que ce soit le voile ou la nourriture halal – irrite dans un pays qui, traditionnellement, ne veut voir qu’une seule tête. Mais celles-ci se conjuguent avec un tout autre sujet : celui des banlieues, de leur violence parfois, et de la présence, minoritaire, d’un islam radical.

Tout se passe comme si les musulmans français payaient aujourd’hui l’effort de rattrapage entamé il y a dix ans par la République pour donner une place à l’islam, via la construction de mosquées. Pourtant, il ne faut pas y voir une « islamisation » de la France mais bien un rattrapage.

Les musulmans contribuent-ils eux-mêmes à attiser ces craintes ?
Je pense qu’il serait bon, en effet, qu’on arrête par exemple la surenchère en matière de nourriture halal dans les cantines : les revendications doivent être raisonnables.

L’islam de France devrait aussi se doter d’un véritable organe législatif : il est indéniable que le refus du CFCM de se prononcer contre le voile intégral accrédite la thèse selon laquelle il est obligé de tenir compte des courants les plus extrêmes.

Il faudrait, enfin, que certains responsables musulmans cessent d’agiter le chiffon rouge de l’islamophobie à tout instant, par exemple lors de la publication de caricatures sur l’islam. Si l’on ramène toujours tout à cela, on ne peut plus parler de rien.

Comment sortir de ce cercle vicieux islamisation/islamophobie ?
Par l’éducation religieuse d’abord. Malheureusement nous sommes toujours en panne dans la sensibilisation des éducateurs à ce domaine. Mais aussi par de vraies discussions avec des musulmans qui permettront à chacun de se rendre compte que, certes, l’islam est confronté à une certaine raideur sur certains sujets – comme la transmission du Coran – mais que cela ne veut pas dire que les musulmans, depuis des siècles, ne cherchent pas à combiner leur religion avec la modernité.

Recueilli par Anne-Bénédicte HOFFNER

(1) Robert Laffont, 2007.
source : la-croix.com

 

L’islamophobie aurait en partie supplanté un racisme « ordinaire » visant les Maghrébins…

LA FRANCE MONTRE UNE DÉFIANCE CROISSANTE À L’ÉGARD DE L’ISLAM…
.
Franchement: est-ce ça étonne quelqu’un???
FDF

*

.

Mahi porte la barbe, une barbe qui marque son attachement à l’islam. Lorsqu’il prend les transports en commun, à Marseille, cet éducateur spécialisé lit régulièrement dans les yeux des autres passagers une forme de défiance, voire de crainte. « Beaucoup hésitent à s’asseoir à côté de moi, quand ils ne changent pas carrément de wagon », déplore-t-il.

De tels comportements, constate-t-il, sont plus ou moins fréquents, selon les soubresauts de l’actualité. « Qu’Al-Qaida revendique un attentat quelque part dans le monde, et la suspicion reprend le dessus », note cet homme de 36 ans, qui dit aussi avoir vécu douloureusement « en tant que citoyen et musulman » le récent débat autour du voile intégral. « Quel signal la représentation nationale donne-t-elle à la population quand elle vote une loi en faisant fi de l’avis défavorable du Conseil d’État ? » s’interroge-t-il.

Ce qui est sûr, veut croire Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman, c’est que « l’on est passé d’un racisme “ordinaire”, anti-maghrébin, anti-arabe, à une hostilité, voire une haine visant l’islam ». Ce phénomène se traduit, affirme-t-il, par une multiplication, ces dernières années, des dégradations de mosquées ou de sépultures. « De même, de plus en plus de femmes portant le voile sont insultées ou agressées. »

Islamophobie ? «terme imposé par des islamistes»
Pour Mohammed Moussaoui, il n’est pas question d’empêcher la critique des fondements de l’islam, « pleinement recevable quand elle s’inscrit dans une logique de connaissance et de dialogue », mais de condamner les manifestations violentes qui visent les institutions et les personnes.

Cela étant, la loi sur le voile intégral a elle aussi favorisé les amalgames entre une pratique marginale, qui ne constitue en rien une obligation coranique, et l’ensemble des musulmans de France. « Beaucoup parmi nous reprochent à cette frange radicale apparue récemment et qui voudrait imposer aux femmes le port du voile intégral d’avoir provoqué une stigmatisation générale. Mais en même temps, la généralisation a contribué à créer des solidarités… »

Faut-il pour autant parler d’« islamophobie » ? Dominique Sopo s’y refuse. Le président de SOS Racisme rejette en tout cas ce terme qui a été « imposé par des islamistes désireux d’introduire une confusion entre critique de la religion et racisme ».

«Une tendance à “islamiser” de façon abusive des questions sociales»
Il n’empêche. Dominique Sopo constate lui aussi la montée d’une haine anti-musulmans liée au reflux d’un racisme fondé sur la biologie ou les origines. « La figure du musulman a, dans le débat public, remplacé celle du beur ou de l’Arabe. On enferme les 4 à 5 millions de Français d’origine arabo-musulmane dans une identité religieuse alors qu’ils sont, dans leur immense majorité, sécularisés, ou qu’ils considèrent le Ramadan comme un repère essentiellement culturel », analyse-t-il.

« Les élites n’acceptent pas que des populations qui, il y a trente ou cinquante ans, rasaient les murs et baissaient la tête, manifestent tranquillement leurs pratiques culturelles et religieuses. Aujourd’hui être antiraciste, c’est reconnaître l’égalité entre toutes les personnes, à condition qu’elles se conforment aux lois de la République », soutient Dominique Sopo.

Présent depuis une quinzaine d’années, le thème de l’islam fait souvent l’objet d’une instrumentalisation.

«Apéro saucisson et pinard»
« Il existe une tendance à “islamiser” de façon abusive des questions sociales, économiques ou culturelles, sans que cela se traduise forcément par des phénomènes de rejet ou de discrimination, analyse Vincent Geisser, chercheur au CNRS et auteur en 2003 d’un ouvrage intitulé La Nouvelle Islamophobie (La Découverte). Beaucoup s’engouffrent dans le débat sur l’islam pour exprimer, de façon assez fédératrice, des craintes assez ordinaires : chez les féministes, ce sera le recul de la condition de la femme ; chez les enseignants, la perte des acquis de l’école publique ; chez les laïcs, une remise en cause de la laïcité, etc. »

C’est effectivement le discours que tient sur un mode très radical, voire provocateur, le site ripostelaique.com, qui revendique 30 000 abonnés à sa lettre d’information hebdomadaire. Comme lorsqu’en juin dernier, il appelle, avec le Bloc identitaire (extrême droite), à tenir en plein Barbès un « apéro saucisson et pinard ».

Son rédacteur en chef, Pierre Cassen, qui se présente comme étant « de gauche, laïque et républicain », reproche à son propre camp de « sous-estimer, au nom d’un certain relativisme, d’une mauvaise conscience, voire d’une culpabilité post-coloniale, l’offensive islamisante, principal danger pour nos valeurs et notre civilisation ».

«Le pays d’Europe où l’intégration des musulmans se passe le moins mal»
À entendre cet ex-trotskiste, à force d’accommodements « prétendument raisonnables », les musulmans les plus militants demanderaient à la République de s’adapter à leurs dogmes.

« Sans aller jusque-là, nombre de Français, constatant que le cours du capitalisme ne leur laisse plus de prise sur l’avenir, se sont recentrés sur des conceptions républicaines très rigoristes », constate Stéphane Rozès, président de CAP (Conseils, analyses, perspectives).

Pour autant, souligne le politologue, la France reste « le pays d’Europe où l’intégration des musulmans se passe le moins mal ». À preuve, dit-il, dès la deuxième génération, une bonne partie d’entre eux font leur vie avec un conjoint non musulman.

Source: Denis PEIRON
source :  la-croix.com

Halal : « écouillés s’abstenir »…


Dans toutes les bonnes boucheries et charcuteries, « écouillés s’abstenir »
A la devanture de nos bouchers et charcutiers
Il devrait être mentionné,ici nous ne vendons pas de produits HALAL
tous nos produits sont traditionnellement français ou européens, issus de l’abatage
selon les règles en vigueurs sur notre continent, pour info, un beuf abatu selon le
rite européen, c’est une fraction de seconde, selon le rite HALAL, c’est en moyenne
14 minutes d’agonies, faites votre choix ??? et surtout ne vous laisser pas enfumer
par les grandes surfaces !!!

Nouveaux attentats meurtriers contre les chrétiens à Bagdad !

BAGDAD: « religion d’amour, de paix, de tolérance…

FDF

.


Une nouvelle série d’attaques meurtrières a visé ces dernières 24 heures la communauté chrétienne à Bagdad, suscitant la panique des fidèles dont la majorité ne pense plus qu’à fuir le pays.

Dix jours seulement après le carnage dans une église de Bagdad, l’archevêque syriaque catholique Athanase Matti Shaba Matoka, jugeant « tragique » la situation des chrétiens en Irak, a estimé mercredi qu’il « serait criminel de la part de la communauté internationale de ne pas s’occuper de leur sécurité ».

Le Conseil de sécurité de l’ONU a condamné les violences antichrétiennes « dans les termes les plus fermes », selon son président en exercice, l’ambassadeur britannique à l’ONU Mark Lyall Grant, qui a renouvelé « son engagement pour la sécurité en Irak ».

A Rome, le numéro deux du Vatican, le cardinal Tarcisio Bertone, a demandé à Bagdad de « prendre en sérieuse considération » le problème de la défense des chrétiens.

« Depuis mardi soir, il y a eu 13 bombes et deux obus de mortier contre des maisons et des magasins appartenant à des chrétiens, qui ont fait au total six tués et 33 blessés », a indiqué une source au ministère de la Défense, en faisant également état d’une église endommagée.

Mardi soir, trois maisons appartenant à des chrétiens dans le quartier de Mansour, dans l’ouest de la capitale irakienne, ont été la cible d’attentats, qui ont fait trois blessés, dont un enfant de quatre mois.

Le 31 octobre, 44 fidèles et deux prêtres ont péri dans le raid commis en pleine messe par un commando d’Al-Qaïda dans la cathédrale Notre-Dame du Perpétuel secours dans le quartier de Karrada dans le centre de Bagdad.

C’est vers ce même édifice, qui porte toujours les stigmates du carnage, qu’ont convergé des familles paniquées.

« Cela fait deux ans que ma femme tente de me persuader de quitter le pays mais je n’étais pas d’accord. Aujourd’hui, je suis convaincu qu’elle a raison car je ne veux pas me sentir coupable s’il arrivait malheur à un de mes enfants », a affirmé Raëd Wissam, un ouvrier de 42 ans.

Il dormait à son domicile du quartier de Dora (sud) quand une puissante explosion l’a tiré de son sommeil tôt le matin. « J’ai couru sur le toit voir ce qui se passait et j’ai entendu trois autres explosions. Trois maisons de chrétiens venaient d’être visées. Mes deux enfants criaient ».

Emmanuel Karim, un informaticien de 27 ans, se préparait lui à partir au travail à Bagdad quand une bombe a explosé visant la voiture de son oncle, tué pourtant le 31 octobre dans l’attaque de l’église…

Suite et source: http://tinyurl.com/36cpn8w

Islam: comment battre sa femelle. Les explications du (saint) coran…

Allez. Une petite gâterie pour commencer la journée… Désolé, c’est en anglais… Mais, dans ce domaine, les images suffisent…

FDF

.


Lire:  http://www.youtube.com/watch?v=Y-Tw7WhH_aQ&feature=player_embedded

Merci à JLB…

Les desins de Konk…

Merci à toi, Konk. Rire fait du bien, parfois…

FDF

Voir: Vivre_en_France MM

TOCQUEVILLE MAGAZINE: LE FLASH

 

Grèves contre la réforme  des retraites

 

Malgré le vote de la loi, la bataille n’est pas finie et il n’est pas exclu
qu’elle se prolonge longtemps. Il ne faut pas oublier que la promulgation
éventuellement prochaine n’empêchera pas un très grand nombre de recours. Ces
recours sont si nombreux que dans la France d’aujourd’hui personne n’est
jamais sûr de la valadité d’une loi qui peut même être annulée
rétroactivement. L’on peut aussi imaginer pendant une période intermédiaire
toutes sortes de négociations secrètes entre les acteurs avec d’étranges
retournements !

Le monde entier a vu avec stupéfaction la France s’offir une sorte de théâtre
de marionnettes où chacun jouait avec conviction le rôle du guignol qui lui
revenait de droit. Le tout s’est déroulé sur fond de mensonges variés.

LES RETRAITES

Le premier mensonge fut d’affirmer que le projet était une réforme capable  de
sauver les retraites dans le cadre de la répartition, ce qui n’est pas  vrai ;
le système est condamné pas seulement par la démographie mais par sa nature
même. Reculer l’âge de départ à la retraite dans un avenir incertain ne peut
pratiquement  servir à rien. La capitalisation, seul moyen d’assurer l’avenir
des retraites et en particulier de sauver la répartition pour ceux qui veulent
y rester, fut absolument exclue, sur ordre exprès d’un quarteron de chefs
syndicalistes. C’était une grève contre une non réforme.

Nous avons  déjà dit ce qu’il fallait penser de ces collégiens qui annoncaient
dans la rue faire grève pour leur future retraite : pur mensonge car la
meilleure façon pour un collégien de préparer sa retraite est de travailler
afin de gagner sa vie et de pouvoir épargner pour ses vieux jours.

Un étrange raisonnement fut énoncé. L’accroissement naturel du PIB grâce aux
progrès techniques devrait permettre aux gens de travailler moins longtemps
c’est-à-dire de prendre plus tôt leur retraite. Résumons sans vraiment rire :
de longues études et la retraite au plus vite, ceci grâce aux robots !
Un mensonge couramment proclamé y  compris dans les cortèges est que Sarkozy
serait un « ultra-libéral », terme doublement injurieux  dans la sémantique à
la mode. Pour juger sereinement il ne faut pas  s’arrêter aux déclarations
d’un président qui bat la campagne depuis son élection en 2007, la campagne se
déroulant au hasard des sondages : le  jugement doit se porter  sur les actes.
Depuis plus de deux ans le pouvoir a engagé le pays dans une marche forcée
vers le socialisme. Il y a un ministre de l’industrie ce qui est tout à fait
typique d’une orientation  socialiste ; pendant ces événements, ce ministre
est intervenu dans certains dossiers d’une façon tout à fait autoritaire et
anti  liberale. Nous reviendrons prochainement sur cette marche forcée vers le
socialisme qui n’est pas perçue par tous tant le rôle de chacun dans le
théâtre des marionnettes est figé.

LES  MULTIPLES ET PRETENDUES GREVES

La grève est la rupture d’un contrat de travail généralement en vue
d’améliorer les conditions de ce travail. Toute autre  manifestation de colère
n’est pas une grève mais une sorte de guerre.

Ces guerres furent si nombreuses pendant cette période et continuent de l’être
qu’il n’est pas possible de toutes les énumérer. Des ports ont été bloqués
avec des dommages irrémédiables aux armateurs et à l’environnment économique.
Actuellement, des aéroports sont bloqués obligeant  les passagers  à traîner
eux-mêmes leurs bagages sur de longues distances. De même les attaques contre
la circulation et contre les raffineries ne peuvent en aucune façon être
assimilées à des grèves. Le personnel des raffineries  jouit d’un statut très
privilégié  ; en arrêtant ces raffineries, ce personnel a  déclaré une
véritable guerre au peuple français qui a besoin absolument de rouler.

Cela ressemble tout à fait à la véritable guerre permanente qu’un  groupe  de
syndicalistes cheminots a déclarée aux dix millions de banlieusards  habitant
la couronne de Paris et qui ne sont jamais sûrs depuis très longtemps de
trouver un train à l’heure ;  cette guerre permanente s’est rallumée pendant
ces évènements.

Un autre mensonge courant est d’affirmer que le droit de grève étant inscrit
dans la constitution (on se demande pourquoi)  serait supérieur à tous les
autres droits. Or  le droit de circuler librement, de travailler, le droit de
propriété sont normalement supérieurs au droit de grève.

Une contrevérité par omission  fut de ne voir dans les médias que des
personnes favorables à la grève et de ne jamais entendre  l’immense peuple qui
sait bien qu’il faut travailler pour préparer sa retraite.  Dans cette
désinformation mensongère les médias reçurent l’aide de sondages  trafiqués
faisant croire à une approbation populaire.

À la revendication principale et mensongère pour la retraite comme nous
l’avons décrite ci-dessus il s’est très vite ajouté d’autres revendications
multiples et variées n’ayant pas de rapport du tout avec la retraite : les
salaires, l’emploi des jeunes, celui des vieux, le pouvoir d’achat, le
bouclier fiscal… .

Le plus guignolesque dans le jeu des marionnettes fut lorsque les grévistes
publics prétendirent faire grève pour représenter les privés empêchés par leur
mauvais patrons d’arrêter le travail (sic). Il faut reconnaître qu’il est
difficile pour des agents publics d’imaginer que les privés sont les seuls
créateurs de richesse et que le vrai patron c’est le client c’est-à-dire
souvent eux-mêmes. Le scénario des éboueurs de Marseille est assez drôle ; ils
ont arrêté leur grève s’apercevant qu’ils travaillaient contre eux-mêmes en ne
travaillant pas !

Nous passerons sur la non-représentativité des syndicats qui est ben connue et
dont nous avons déjà traité.

LES RUINES

C’est évidemment la ruine. Le gouvernement par la voix de Chistinne Lagarde a
couru au secours des grévistes en déclarant que les dommages à l’économie
étaient finalement négligeables. Ce type de calcul est absolument faux car il
n’est pas possible de totaliser toutes les pertes réalisées au niveau d’une
multitude d’entreprises petites, moyennes et grandes s’ajoutant aux
destructions visibles.

En outre, le dommage principal est l’image détestable que l’étranger a reçu de
la France. Une  décision de délocalisation se prend à un moment donné et il
s’en prend tous les jours. Il est évident que pendant ces événements des
décisions ont été prises dont nous ne connaîtrons jamais les effets sur
l’emploi.  Qui peut mesurer l’étendue de la ruine due au blocage de Marseille
?

Quant aux dégâts moraux ils sont inconnus et inchiffrables. Que dire de ces
collégiens poussés dans la rue avec l’idée d’y préparer leur avenir (sic),
alors que l’opposition manifestait une satisfaction discrète  devant la
perspective d’accidents irréparables ?

UNE VERITE

Dans les cortèges, l’anti-sarkozisme était et reste visible s’inscrivant sur
des pancartes :  le pouvoir actuel fut rendu responsable de tous nos malheurs.
Il est difficile de nier que ce n’est pas sans raison : ayant tout centralisé
d’une façon inattendue au sommet de l’Etat le voici devenu la cible. Mais il y
a un paradoxe : si les manifestants l’accusent c’est à cause de son ultra
libéralisme supposé. Or, s’il est responsable, c’est bien au contraire pour ne
pas avoir desserré le carcan socialiste qui étouffe la France depuis si
longtemps, alors qu’il a aurait pu et dû faire dès l’été 2007.

Le théâtre des marionnettes nous réserve décidément  bien des surprises !

Michel de Poncins

CATHOLIQUES POUR LES LIBERTÉS ÉCONOMIQUES (CLE )
(Association de la loi de 1901)
5, rue Dufrenoy 75116 PARIS

 

*****************************************************************************

C O M M U N I Q U É
Une conférence-débat aura lieu le  lundi 29 novembre 2010 à 18 h 30 dans la
salle de
L’ASIEM 6 rue Albert de Lapparent Paris 75007.
avec pour sujet
« CHRÉTIENTÉ, PROPRIÉTÉ, FAMILLES »
Il sera traité par
Son Altesse le Duc Paul Wladimir d’Oldenbourg.