Francaisdefrance's Blog

09/11/2010

Lapidation…

Il est sûr que cet homme, ayant sans doute bravé les lois de la charia, ne recommencera plus; et pour cause… Horrible !

FDF

.

Accrochez-vous:


Et dire qu’il y en a qui cautionnent ça. Même en France… Le « peloton », douze balles et on n’en parle plus, des cautionneurs Occidentaux de la charia…

384 millions d’euros de fraudes à la Sécu ont été repérés en 2009 !


Soit une hausse de 68% par rapport à 2006, a annoncé jeudi soir aux députés le directeur de la Sécurité sociale, Dominique Libault, selon Les Echos de ce mardi.

Les bienfaits de l’immigration, de l’ouverture des frontières, de l’AME, du regroupement familial et autres cerises sur le gâteau offert par la France… D’autant apprécieront…
FDF
 

384 millions d’euros. C’est le montant des fraudes détectées par les différents organismes de la Sécurité sociale (assurance-maladie, allocations familiales, Urssaf) en 2009, selon le bilan dressé lundi soir par le directeur de la Sécurité sociale Dominique Libault devant les députés, et publié par Les Echos ce mardi.

Interrogé dans le cadre de la mission d’évaluation et de contrôle de l’Assemblée nationale sur la lutte contre la fraude sociale, Dominique Libault a précisé que ce montant s’inscrivait en hausse de 68% par rapport à 2006, où 228 millions d’euros avaient été détectés. «Est-ce la fraude qui augmente ou la politique de détection qui est meilleure ? Dans certaines branches, le contrôle et la détection de la fraude était autrefois assez limités. Aussi, je pense que l’évolution s’explique par une meilleure détection dans la période récente», a-t-il souligné. Sur ces 384 millions d’euros fraudés, la Sécurité sociale ne pourra cependant en récupérer que 90 ou 100 millions, les taux de recouvrement étant assez faibles lorsqu’il s’agit, par exemple du travail au noir.

Un déficit record en 2009

La fraude à l’assurance-maladie a représenté en 2009 près de 40% du total, avec 151 millions d’euros de fraude détectés. Si un million d’arrêts de travail sont contrôlés chaque année, le directeur de la CNAM, Frédéric van Roekeghem, a cependant admis que des progrès restaient à accomplir dans certaines régions. La CNAM estime l’ampleur de la fraude réelle à environ 1% des dépenses… Soit 1,5 milliard d’euros de fraudes, c’est-à-dire cent fois plus que les montants détectés en 2009 !

Les Urssaf, qui prélèvent les cotisations sociales et ouvrent donc la chasse au travail au noir ou dissimulé, représentent de leur côté un tiers des fraudes détectées en 2009. Dans la mesure où il permet à la fois de ne pas payer de cotisations sociales et de recevoir des prestations sociales indues, «le travail dissimulé reste le sujet le plus lourd en terme financiers et d’enjeu global pour la protection sociale» a souligné Dominique Libault, repris par Les Echos. Les Caisses d’allocations familiales enfin, ont détecté 11.733 fraudes en 2009, pour un montant de 85,6 millions d’euros. 70% de ce montant provient d’une fraude au RSA.

Alors que la Sécurité sociale a enregistré en 2009 un déficit record de 20,3 milliards d’euros et que tout l’enjeu de l’examen du projet de loi de financement de la sécurité sociale ayant débuté lundi à l’Assemblée nationale est de réussir à contenir ses dépenses, la lutte contre la fraude constitue un enjeu majeur. Accentuée en 2006, elle est toujours l’un des talons d’Achille de la Sécu, comme l’a rappelé récemment la Cour des Comptes.

LIRE AUSSI :

» De nouvelles taxes pour financer la Sécu


Résistance Républicaine: Pourquoi nous rejoindre?

Le 26 novembre, nous allons faire notre premier banquet républicain pour Paris-Ouest. D’autres régions de France l’on déjà organisé. Ce sera l’occasion de nous rassembler, de prendre langue, de débattre de nous organiser afin que dans chaque ville il y est un, deux voire plusieurs représentant de notre association. L’idée étant que plus nous serons nombreux plus nous pourrons peser sur la politique. notre association est apolitique. Chacun peut adhérer à notre association pour peu qu’il soit en phase avec nos valeurs. La défense de la Laïcité et de la liberté d’expression. la lutte contre l’application de la charia qui est pour nous le symbole d’un système politique et juridique avant même que d’être religieux.

Rappel: Banquet Républicain à 19 h 30, à Vernouillet (78) : avec Christine Tasin et René Marchand, écrivain, auteur de « La France en danger d’islam ». Thème : islamisation de la France, fantasme ou réalité, comment défendre la laïcité en 2010 ?

Ainsi que les formalités pour participer au banquet républicain: du 26 novembre, chèque à l’ordre de Riposte Laïque, envoies à Pierre Cassen  80 sente des Chatelets 78510 Triel sur Seine. proposer à des soutiens qui veulent découvrir RR de s’inscrire aussi ce serait l’occasion”.

Gérard Brazon

Comment rejoindre Résistance Républicaine ?

Les républicains que nous sommes assistent depuis des années au déchirement du tissu social, à la contestation de nos valeurs, issues des Lumières, à la remise en cause des fondements de la République française, la liberté, l’égalité, la fraternité et la laïcité.

Alors, nous échangeons des informations, nous nous réconfortons en voyant que nous sommes de plus en plus nombreux à refuser la société que veulent nous imposer des politiques, des associations prétendument droitdelhommistes, de fumeux idéalistes à l’abri dans leurs ghettos dorés, des barbares imposant leur loi dans les territoires perdus de la République quand ce ne sont pas des voyous et délinquants en tous genres souvent islamisés, des fascistes islamistes et des religieux obscurantistes qui reprennent du poil de la bête.

Mais, autour de nous, l’édifice France est ébranlé, la souveraineté nationale mise à mal, le drapeau français piétiné et même brûlé, la Marseillaise sifflée, l’espace public confisqué sous prétexte de prières par une minorité tyrannique, l’égalité homme-femme remise en cause par toutes ces femmes qui arborent le signe de leur soumission-appartenance, qu’il s’appelle voile intégral ou voile tout court, la liberté d’entreprendre et de se nourrir remise en cause par le développement du halal et les revendications communautaristes dans les cantines et la restauration rapide et la liberté d’expression court un immense danger à cause des menaces qui pèsent sur tous ceux qui osent dire les périls de l’islam…

Nous ne pouvons plus attendre que les politiques, complices de l’offensive islamique, mettent un coup d’arrêt à celle-ci. Nous devons nous prendre en charge et passer à l’action, par des actes de résistance, qui fédèrent, aux quatre coins de l’Hexagone, toutes les bonnes volontés. Instaurons une veille citoyenne, un réseau d’hommes et de femmes déterminés, prêts à agir, à écrire, à manifester, à inventer des ripostes, à dire non, pour faire un rempart à la France que nous voulons léguer à nos enfants et petits-enfants et pour que vive la respublica.

Alors qu’attendons-nous pour devenir des citoyens vigilants, pour nous réunir, pour nous fédérer et passer à la résistance ? Celle-ci doit être républicaine, faite au nom de la République et pour la République. Rejoignez-nous à Résistance républicaine.

La Présidente de Résistance Républicaine,

Christine Tasin

Nous vous proposons d’adhérer à notre nouvelle association, Résistance républicaine, soit en imprimant le bulletin ci-dessous et en nous l’envoyant, soit en faisant une demande directe via notre site http://resistancerepublicaine.fr : cliquez sur « Contacts », puis sur « S’inscrire pour une éventuelle adhésion », complétez le formulaire en ligne, vous recevrez sous 48h au plus tard un courriel vous autorisant à accéder au site ; vous pourrez à ce moment-là consulter les statuts en cliquant sur « Pour adhérer après pré-inscription » et, s’ils vous conviennent, valider votre demande d’adhésion ; il ne vous restera plus qu’à confirmer en envoyant un chèque de 30 euros à l’ordre de Résistance républicaine à l’adresse indiquée ci-dessous. Dès réception, vous aurez accès à l’ensemble du site.

Bulletin d’adhésion à envoyer à Résistance républicaine, La Grange, l’Ermite, 32120, Homps.

Je soussigné

NOM ………………………………….

PRENOM………………………………….

NE(E) le ………………………………………..

ADRESSE……………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………………………………

REGION………………………………………………………………………………….

TELEPHONE……………………………………………………………………………..

PORTABLE……………………………………………………………………………….

COURRIEL……………………………………………………………………………

Atteste avoir lu les statuts sur le site de l’association Résistance Républicaine et les accepter sans restriction et demande à devenir membre de l’association. Ci-joint chèque de 30 euros à l’ordre de Résistance républicaine (chômeurs et étudiants peuvent obtenir une réduction sur simple demande).

SIGNATURE……………………………………………………

Responsable Paris Ouest

Gérard Brazon

Vidéo: Marine le Pen en Jeanne d’Arc. Ou sont les frontières?

Je ne résiste pas à vous faire écouter une vidéo ou Marine le Pen dit son fait aux syndicalistes, aux Partis souverainistes, aux Partis de gauche et singulièrement socialiste et bien entendu au Président de la République qu’elle ne porte pas dans son coeur manifestement.

Cette vidéo est publique et tirée du émission politique. Donc, je récuse à l’avance (mais pourquoi je le fais d’ailleurs?) le procès que certains de mes « amis politiques » vont me faire en reprochant que je fais la part belle au FN. Je leur réponds comme toujours, « si l’on considère le FN comme un parti politique illégal et non républicain, alors il faut l’interdire« . Sinon, au nom de quoi devrais-je m’interdire d’en parler? Pire, de censurer les propos de Marine le Pen?

D’autant plus, ce concernant les syndicalistes qui se sont trompés de siècle, les pitoyables diatribes islamisantes d’une gauche débilitante et les souverainistes aux petits bras. Dans cette vidéo, elle n’a pas tout faux.

Dans tous les cas, faîtes-vous votre opinion car aprés tout, un vrai citoyen responsable, c’est un citoyen informé c’est à dire en capacité de se faire un jugement. Je vais même vous avouer un secret de polichinelle. Je préfère Marine le Pen à Olivier Besancenot et à Martine Aubry-Brochen!

Gérard Brazon

Source et vidéo: http://tinyurl.com/35trzs7:

France: interpellation de « présumés » djihadistes…

Ils voulaient s’en prendre à notre Boubakeur national… Faut pas toucher à Boubakeur: il est trop marrant. Pour une fois que l’on a un  islamiste qui nous fait rire…

FDF

.

Cinq personnes interpellées dans le cadre du démantèlement des filières jihadistes

Source AFP

Cinq personnes ont été interpellées lundi et mardi à l’aéroport de Roissy et à Paris, soupçonnées d’appartenir aux filières jihadistes de combattants formés dans les zones tribales à la frontière pakistano-afghane, a-t-on appris de sources concordantes. Parmi ces cinq, certains sont suspectés d’avoir voulu s’en prendre au recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, selon une source proche de l’enquête, confirmant une information de RTL.

Ces arrestations sont intéressantes « dans le cadre de la menace globale (contre la France) récemment évoquée », a déclaré à l’AFP une seconde source proche du dossier. Elle a ajouté que ces personnes étaient soupçonnées de faire partie des réseaux de candidats au jihad formés dans les zones tribales de l’ouest du Pakistan, à la frontière afghane, où combattent des talibans alliés à Al-Qaeda.

Arrétés à leur descente d’avion

Les deux premiers individus ont été arrêtés à Roissy-Charles-de-Gaulle à leur descente d’un avion en provenance d’Égypte et de retour de la zone frontalière entre le Pakistan et l’Afghanistan, tandis que les trois autres ont été interpellés à Paris, dans le cadre d’une commission rogatoire d’un juge antiterroriste, a ajouté la source proche de l’enquête. D’après cette source, certains suspects avaient menacé le recteur Boubakeur, lequel fait l’objet depuis cet été d’une protection rapprochée. Il n’était pas joignable mardi pour commenter cette information.

Depuis la fin de l’été, le gouvernement répète qu’il existe une « menace terroriste réelle » visant la France. Samedi, un Français d’une trentaine d’années, soupçonné de s’être rendu dans cette région, avait été mis en examen et incarcéré. Depuis la fin de l’été, le gouvernement répète qu’il existe une « menace terroriste réelle » visant la France. Des jihadistes qui entreprennent de rentrer des zones tribales pakistano-afghanes sont la « principale inquiétude » des autorités d’États européens, selon une source proche des services français. Elles craignent que ces combattants aguerris ne soient en mesure de se fédérer et d’organiser des groupes, pour l’heure informels et atomisés.


Source: http://tinyurl.com/29w4yen


Le train de vie de la Halde a interpellé les députés de la majorité…

Il est certain qu’au niveau restriction de budget, la Halde ne se sent pas concernée. C’est une « Haute Autorité ». Et pourtant…Le père Schweitzer y avait déja brillé par des dépenses inconsidérées… Avant que ça ne transpire, on l’a remplacé. Peine perdue…

On y dépense allègrement, du fric, pour « lutter contre les discriminations »…

FDF

.

Geler le budget de la HALDE !


Le député UMP Richard Mallié et 80 de ses collègues veulent geler le budget de la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (Halde) alors que celle-ci a vu son budget “flamber” depuis 2008.

“Notre pays traverse actuellement un contexte particulier et le train de vie de la Halde a interpellé les députés de la majorité”, écrit dans un communiqué M. Maillé, auteur d’un amendement gelant le budget de cette instance. Celui-ci sera étudié lors de l’examen des crédits de la Halde dans le cadre du budget 2011, en commission lundi après-midi et en séance publique à l’Assemblée nationale le 15 novembre.

Le Figaro

http://tinyurl.com/39c9efn

Drapeau brûlé à Lavaur : une bêtise qui fait du bruit.

Nicolas? Ce n’est un prénom de « brûleur de drapeau Français », ça…

FDF

.

A moins de cinquante mètres du monument aux morts, l'école du Centre où flottait le drapeau tricolore qui a été brûlé./Photo DDM, R.B.
A moins de cinquante mètres du monument aux morts, l’école du Centre où flottait le drapeau tricolore qui a été brûlé./Photo DDM, R.B.

Relayée par les médias nationaux, l’affaire du drapeau brûlé dans une école de Lavaur a fait beaucoup parler dans la ville. Nous avons retrouvé l’unique témoin des faits.

Nicolas, un lycéen de 17 ans, a reconnu avoir brûlé partiellement un drapeau français, le 29 octobre à Lavaur. Ce drapeau flottait dans la cour de l’école du Centre, à quelque 50 mètres du monument aux Morts de la ville.

Placé en garde à vue par les gendarmes de la communauté de brigades de Lavaur, samedi matin, avec plusieurs autres jeunes, il aurait fini par reconnaître les faits. Selon nos informations, il affirme avoir trouvé le drapeau tricolore en piteux état, par terre et, par jeu, il l’aurait troué avec une cigarette, ce qui aurait entraîné sa combustion.

Le jeune Vauréen a pu quitter les locaux de la gendarmerie samedi, en fin de matinée, à l’issue de son audition.

« Pas d’atteinte à la Nation » pour le parquet

« Il n’y a pas d’atteinte à la Nation. Les jeunes, non connus des services de police, n’ont pas mesuré la portée de leurs actes », a expliqué, dimanche soir, Anissa Oumohand, substitut du procureur de la République de Castres. La magistrate a précisé que le mineur de 17 ans se verrait signifier un atteinte à la Nation par un délégué du procureur dans le courant du mois de novembre. Face à cette réponse de la justice, proportionnée aux faits, le député-maire UMP de Lavaur avait livré une réaction forcément plus politique.

Bernard Carayon, qui avait porté plainte puisque les faits avaient eu lieu dans l’enceinte d’une école de la commune, avait eu cette formule : « On n’insulte pas sa mère, on ne profane pas un cimetière, on ne brûle pas le drapeau de son pays ».

Avec le battage national fait autour de cette affaire, l’auteur de cette « bêtise de gamin » en a sans doute pris pleinement conscience.


Un témoin de la scène raconte

Hier, nous avons rencontré un riverain qui pourrait bien être le seul témoin de la scène. « J’étais dans ma chambre dont la fenêtre donne sur le square Mengaud. Il était 17 heures environ, je venais de finir ma sieste et je regardais par la fenêtre. Il y avait une dizaine de jeunes qui jouaient avec un ballon de rugby. Puis, malencontreusement le ballon a atterri dans la cour de l’école. Trois jeunes sont allés le récupérer en enjambant la grille. Je les ai vus ensuite sur le toit du hangar à vélo, tout près du mât où se trouve le drapeau », se souvient-il. Ce retraité de 79 ans ne peut pas dire si ces trois jeunes ont décroché le drapeau. « J’ai vu qu’ils repartaient avec. Ils ne se sont pas attardés au square Mengaud et se sont dirigés en courant en faisant flotter le drapeau sur leurs épaules. » Ce dont il est certain, c’est d’avoir vu le drapeau en haut du mât, le matin où se sont produits les faits. La nuit tombée, un homme habitant le quartier, qui promenait son chien, a retrouvé le drapeau au sol, partiellement brûlé et troué par une cigarette. Il l’a ramené à la brigade de gendarmerie de Lavaur.

Source: http://tinyurl.com/33uu4pm

Toujours plus… Les Bleus veulent toucher leurs primes !

Tout cela vous étonne? Moi pas… Mais au vu des « performances » dont les Bleus nous ont gratifiés au Mondial 2010, c’est vraiment se foutre de notre g…..

FDF

.

Mondial 2010 : les Bleus ne renonceraient pas à leurs primes

Les déçus de la Coupe du Monde de football 2010 croyaient avoir tout vu et tout entendu ? Pas si sûr. Contrairement à ce qu’avait affirmé leur ancien capitaine, Patrice Evra, les Bleus veulent toucher leurs primes, affirme ce mardi le journal «l’Equipe». «On renoncera à toutes les primes», avait pourtant déclaré Evra le 22 juin, après la débâcle de l’Equipe de France, ajoutant : « On n’acceptera pas un seul centime des sponsors et de tout ce qui va avec ». 


L’accord signé avec la Fédération française de football (FFF) ne prévoyait à l’origine aucune indemnité pour les joueurs en cas d’élimination à l’issue du premier tour. En revanche, les Bleus étaient en droit de se répartir une partie des gains liés au sponsoring. Ces droits, calculés non pas au titre de la Coupe du Monde, mais en fonction des recettes et du nombre total de matches joués sur l’ensemble de la saison sportive, sont estimés à 2 millions d’euros par le quotidien sportif.

«Evra a parlé un peu vite»

La FFF pensait en faire bon usage et renflouer ses caisses déficitaires. Mais quatre mois après le Mondial, le Bleus auraient l’intention de se partager le pactole. Selon «L’Equipe», ceux à qui la FFF a présenté un texte qui formalise leur renoncement ont jusqu’ici refusé de le signer. «Dans leur ensemble, les joueurs estiment n’avoir jamais voulu abandonner cette prime, considérant qu’Evra a parlé un peu vite et poussé le bouchon trop loin», écrit encore le journal. En clair, personne ne veut renoncer à ces primes, même si certains seraient cependant prêts à refuser la partie des recettes correspondant à la Coupe du Monde.

Alou Diarra, qui va représenter les joueurs dans cette affaire, devrait prochainement se rendre à la FFF pour expliquer cette décision.

QUAND L’HISTOIRE JUGERA DE GAULLE…

QUAND L’HISTOIRE JUGERA DE GAULLE…

« On peut se demander ce que connaîtront nos petits-enfants de l’Histoire de France, et surtout comment ils comprendront qu’un homme qui a signé, non pas la capitulation, mais un armistice devant une armée ennemie victorieuse, peut être un traître… et qu’un autre, tel De Gaulle, put accepter la défaite en Algérie, alors que son armée avait gagné la guerre, livrer aux couteaux des égorgeurs des dizaines de milliers de civils, près de cent mille de ses soldats, et être quand même placé au Panthéon des Héros ! » (Roger HOLEINDRE)

Le 70e anniversaire de l’Appel du 18 juin 1940, commémoré en 2010, a été l’occasion d’un rassemblement hétéroclite de menteurs… de falsificateurs… de résistants de la 25e heure qui, de façon assez bizarre, auront tous été d’accord pour falsifier définitivement notre Histoire, et pour, au nom soi-disant de la “vraie vérité”… inculquer aux enfants de France leur “histoire politiquement correct”… en fait, l’abrutissement final !

Pendant une longue semaine d’affabulations, ces messieurs ont tout simplement oublié l’essentiel… à savoir….

Dès le 16 avril 1922, des accords secrets avaient été signés entre l’Allemagne nazie et la Russie des Soviets, accords dits de Rapallo.

L’URSS s’engageait à livrer à Hitler des centaines de milliers de tonnes de matières premières nécessaires à son industrie de guerre, des minerais stratégiques, des marchandises manufacturées, et lui allouait secrètement de grands espaces pour entraîner ses armées terrestres et aériennes.

La pièce maîtresse de ces accords secrets était un réseau de fournitures de produits pétroliers, dénommé D.E.R.O.P. « Deutsch-Russische Petroleumgesellschaft » qui permettait aux bolcheviques de fournir tous les carburants nécessaires aux divisions motorisées et blindées teutonnes, et ce, jusqu’à l’occupation de Paris… ce qui valut les félicitations de Staline au Führer.

Le 23 août 1939 Molotov pour Staline, et Ribbentrop pour Hitler, signent un pacte de non-agression. Immédiatement, tous les partis communistes du monde s’alignent sur La Mecque bolchevique et prônent l’entente avec l’Allemagne nazie.

Devant le défaitisme du Parti communiste dit français, qui organise des sabotages dans nos usines d’armement… le 20 février 1940, l’Assemblée nationale, issue du Front populaire, vote la déchéance de 60 députés communistes sur 67. Elle interdit la parution de « Ce Soir » et de « L’Humanité », puis dissout le parti lui-même. Maurice Thorez, son secrétaire général, déserte … Il passera toute la guerre tranquillement près de Moscou, sous le nom d’Ivanov (Sic).

Lors de l’offensive suivant la « drôle de guerre », Hitler ménage le corps expéditionnaire anglais, à deux doigts d’être anéanti à Dunkerque et pour cela, le 24 mai 1940, donne ordre à ses troupes de lever le pied.

Le 14 juin 1940, les troupes allemandes entrent dans Paris, déclarée ville ouverte depuis le 11 juin.

Dès le 15 juin 1940, des émissaires du “PCF clandestin” réfugiés en Belgique, arrivent à Paris en voitures diplomatiques avec toutes les autorisations de circulation nécessaires leur permettant ainsi de traverser toutes les lignes allemandes.

Il s’agit de Jacques Duclos, chef de la direction du PCF, caché en Belgique depuis le 26 septembre 1939 ; de Maurice Tréand, chef de l’organisation clandestine du PCF, et d’Eugen Fried, représentant officiel de Staline en France. Ils sont logés le soir même à l’Ambassade soviétique de Paris.

Le 18 juin 1940, le jour même de l’appel de De Gaulle à la continuation de la guerre, nos trois compères entament des pourparlers avec les Allemands pour faire reparaître L’Humanité. Ils s’engagent à soutenir la politique de collaboration russo-allemande, et prônent une entente Allemagne-Russie-France.

Pour ce faire, ils envoient une délégation de trois militants, dont Maurice Tréand et Denise Ginollin, à la toute récente Kommandantur avec ordre d’y rencontrer le lieutenant Weber, chargé de la presse pour la Wehrmacht…

Pendant ce temps, L’Humanité clandestine appelle la population française à faire bon accueil aux soldats allemands… « Prolétaires en uniforme ».

Les 21 et 22 juin 1940, la France et l’Allemagne signent l’armistice à Rethondes. Hitler ne demande ni l’Empire, ni la flotte, ni même aucune base navale ou aérienne outre-mer, car il savait que Pétain n’aurait pas accepté.

L’histoire, la vraie, retiendra que les premiers à rejoindre De Gaulle à Londres furent des hommes qui aujourd’hui seraient classés à l’extrême droite.

Par la suite, les principaux ténors de la collaboration pure et dure… furent des hommes de gauche, Doriot, ancien secrétaire général du parti communiste ; Déat, ancien secrétaire général du parti socialiste… A des échelons bien moindres, apparaissent les noms du père de Jospin… du père de Giscard d’Estaing, sans parler de Georges Pompidou, et le plus malin, qui deviendra le “patron” des socialistes, François Mitterrand, qui sera même décoré de la Francisque.

Le 27 juin 1940, une nouvelle délégation communiste se rend à l’Ambassade d’Allemagne à Paris, pour rencontrer Otto Abetz, représentant personnel d’Hitler en France. C’est uniquement sur instruction de la police française, encore aux ordres de Vichy, que les communistes, un moment arrêtés, mais libérés par les Allemands, ne réussiront pas à faire reparaître légalement leur presse. L’Humanité, de moins en moins clandestine, continuera pourtant à paraître, attaquant De Gaulle comme Pétain, exhortant les peuples coloniaux à se soulever aussi bien contre la France libre que contre Vichy. Les plus virulents sont les membres des Jeunesses communistes, dont fait partie le “héros” de M. Sarkozy, le jeune Guy Môquet.

Un peu partout, les militants communistes qui ne goûtent pas l’entente Joseph-Adolf, et veulent résister à l’occupant, sont abattus par les hommes des TP (Travaux Spéciaux) qui deviendront par la suite des FTP (Francs Tireurs et Partisans).

Les communistes jouaient très sérieusement le jeu de l’entente germano-soviétique et les murs de France se couvraient d’une affiche reproduisant un appel de Marcel Cachin, doyen des communistes et directeur de L’Humanité de 1918 à 1939, disant… « … Les attentats individuels se retournent contre le but que prétendent atteindre leurs auteurs. Je ne les ai jamais, ni préconisés, ni suscités. J’en ai toujours détourné mes camarades.

Le 3 juillet 1940, c’est MERS-EL-KEBIR. Parmi tous les faits, toutes les dates cachées par les “résistants de 2010”, cet oubli est le plus criminel, car Mers el Kebir… c’est la destruction d’une grande partie de notre flotte… l’assassinat de 1 300 de nos marins ! C’est surtout un évènement qui donna à réfléchir à tous ceux qui désiraient continuer la lutte aux côtés des Anglais.

Le même jour d’ailleurs, Churchill faisait attaquer et saisir tous les bâtiments de guerre français qui s’étaient rendus très nombreux, dans les ports anglais… faisant des morts et des blessés parmi nos équipages qui, presque tous furent emprisonnés avant que la plupart d’entre eux ne demandent à revenir en France.

Précisions elles aussi oubliées, à Vichy, les 9 et 10 juillet 1940 les deux Chambres réunies avaient voté les pleins pouvoirs au maréchal Pétain.

Article unique – L’Assemblée nationale donne tous pouvoirs au gouvernement de la République, sous l’autorité et la signature du maréchal Pétain, à l’effet de promulguer par un ou plusieurs actes, une nouvelle constitution de l’Etat français.

Cette constitution devra garantir les droits du travail, de la famille et de la patrie.

Elle sera ratifiée par la Nation et appliquée par les Assemblées qu’elle aura crées.

Ce texte a été voté par 569 voix contre 80.

Se sont abstenus, 17.

Le 9 juillet 1940, la Chambre et le Sénat avaient voté séparément, une « résolution tendant à réviser la constitution ». Cette résolution qui constitue, en fait, le texte décisif, a obtenu :

A la Chambre  Pour : 395 / Contre : 3

Au Sénat  Pour : 229 / Contre : 1

Dès le 9 juillet 1940, la quasi-unanimité de la Chambre et la quasi-unanimité du Sénat estimaient nécessaire la réforme constitutionnelle. Chacun savait que cette réforme constitutionnelle était liée à l’attribution de pleins pouvoirs au maréchal Pétain.

Quelle était, en effet, la situation en ce début de juillet 1940 ?

Plus de 100 000 hommes tués au combat en trois semaines. Des millions de civils errant sur les routes, mêlés à des soldats ayant abandonné tout équipement et tout espoir avec, dans certaines unités, une indiscipline et une anarchie héritées du mauvais esprit propagé par les communistes.

L’Angleterre : Son armée avait été également détruite. Ce n’est d’ailleurs, on l’a vu, que sur ordre du « Furher » que les troupes allemandes avaient levé le pied… l’Allemagne espérant une entente avec Londres. Accord qui aurait laissé toute l’Europe au Reich allemand et toutes les colonies européennes à l’Angleterre et à la France.

La Russie : Elle était liée à l’Allemagne par le pacte germano-soviétique du 23 août 1939, et participait à la curée avec les nazis.

L’Amérique : Le 13 juin 1940, M Paul Reynaud avait adressé au président Roosevelt un appel désespéré. Mais la réponse du président ne fut qu’une… “manifestation de sympathie”.

Le 16 juin 1940, à Bordeaux, M. Paul Reynaud remet à M. Albert Lebrun, Président de la République, la démission du Cabinet.

Le président de la République charge le maréchal Pétain de constituer un gouvernement.

Dans ce gouvernement, entrent deux députés socialistes. Ces deux députés y sont avec l’acquiescement de Léon Blum.

Le 9 juillet, à Vichy, a lieu la séance de la Chambre pour travailler sur la résolution tendant à « la révision de la constitution ». Le principe de cette révision est décidé à la quasi-unanimité (3 voix contre).

Cette réunion donne lieu à une allocution élevée et émouvante de M. le Président Herriot, “adoubant” le maréchal Pétain.

Au même moment, le Sénat se réunissait sous la présidence de M. Jules Jeanneney, qui passait pour le guide éclairé et le conseiller éminent de la IIIe République. Il sera à la Libération, ministre d’Etat du général De Gaulle.

Or, on trouve dans son discours la plupart des arguments et des slogans que la propagande de l’Etat français emploiera à profusion au service du nouveau gouvernement : « Le sort de la France semble être de se régénérer dans le malheur. En aucun temps, son malheur ne fut plus grand. A la besogne pour forger à notre Pays une âme nouvelle, pour y faire croître force créatrice et foi, la muscler fortement aussi, y rétablir enfin, avec l’autorité des valeurs morales, l’autorité tout court ! » C’est lui qui, dans toutes ses interventions, emploiera les mots Travail-Famille-Patrie !

Le gouvernement des Etats-Unis et le gouvernement de l’Union soviétique, n’ont fait aucune difficulté pour reconnaître « de jure » le gouvernement de Vichy, et ont, d’une part accrédité auprès du maréchal Pétain des ambassadeurs ; d’autre part ils ont accepté les représentants diplomatiques de ce dernier.

Le 22 mars 1941, le gouvernement soviétique a élevé à la dignité d’ambassadeur M. Bogomolof, son chargé d’Affaires auprès du maréchal Pétain.

Toute cette activité politique légale… découlait du fait que le 16 juin 1940, à Bordeaux, M. Paul Reynaud, Président du Conseil, avait remis démocratiquement à M. Albert Lebrun, Président de la République, la démission du Cabinet. M. Albert Lebrun, tout aussi démocratiquement, chargea alors le maréchal Pétain de constituer le gouvernement.

Ce nouveau gouvernement, comme prévu, demande aussitôt l’armistice. Cet armistice est signé avec l’Allemagne le 22 juin 1940, avec l’Italie le 24 juin 1940. Il n’y eut donc jamais de capitulation !

¡ Le 9 juillet 1940, la Chambre des députés et le Sénat se réunissent séparément pour examiner le projet qui leur était soumis par le gouvernement. Les présidents des deux assemblées, M. Herriot à la Chambre, M. Jeanneney pour le Sénat, prononcèrent à nouveau des discours émouvants qui eurent une influence décisive sur le vote.

Aussi, par 395 voix contre 3 à la Chambre, par 229 contre 1 au Sénat, le projet du gouvernement fut adopté.

Les parlementaires comptés comme n’ayant pas pris part au vote, sont ceux qui ne se trouvaient pas à Vichy ce jour-là. Soit parce qu’ils n’avaient pu s’y rendre en raison des difficultés de transport, soit parce qu’ils étaient retenus comme prisonniers par les troupes allemandes, soit parce qu’ils avaient trouvé plus habile de ne prendre aucune responsabilité, soit pour tout autre raison.

Aussi, le 9 juillet 1940, la Chambre et le Sénat, à la quasi unanimité, font droit à la demande du gouvernement et ainsi que cela leur est demandé dans l’exposé des motifs, manifestent leur confiance au maréchal Pétain, président du Conseil. Il n’y a que quatre opposants.

L’histoire… veut que… aucun chef de groupe ou de parti ne demanda la parole pour faire connaître son opinion. Nulle voix ne s’éleva pour combattre le projet. Nulle critique ne fut ouvertement prononcée contre le texte présenté. Personne ne “mit en garde” les députés et les sénateurs contre l’attribution des pleins pouvoirs au maréchal Pétain.

Le projet de Loi constitutionnelle est le suivant :

Article unique – l’Assemblée nationale donne tous pouvoirs au gouvernement de la République, sous l’autorité et la signature du maréchal Pétain, à l’effet de promulguer par un ou plusieurs actes une nouvelle constitution de l’Etat français. Cette constitution devra garantir les droits du travail, de la famille et de la Patrie.

Elle sera ratifiée par la Nation et appliquée par les assemblées qu’elle aura crées.

Fait à Vichy, le 10 juillet 1940

Par le Président de la République : Albert Lebrun

Le Maréchal de France, Président du Conseil : Philippe Pétain.

Ce texte fut voté par 569 voix contre 80

Se sont abstenus : 17

Le nouveau Président du Conseil… Philippe Pétain, était en retraite au début de la guerre de 1914. En juillet 1940, l’écrasante majorité de l’Assemblée nationale (Chambre des députés et Sénat réunis) lui remet les pleins pouvoirs… Il a… 84 ans.

Il est de bonne guerre de classer tous ceux qui auraient soi-disant refusé de voter pour… Pétain, parmi les résistants. Ce qui est certain, c’est que personne… personne… jamais… ! n’a entendu aucun éclat de voix, n’a vu un homme se lever et hurler son indignation ou son refus…

Toute la Chambre, l’écrasante majorité des députés et des sénateurs, majoritairement à gauche et pour les députés, issus du Front populaire… ont voté comme un seul homme refusant de prendre en charge la situation réelle du pays, préférant « refiler le bébé » à un vieillard.

Car la situation du pays, répétons le, était dramatique ! La moitié de la France était sur les routes, mêlée aux Belges, aux Luxembourgeois, aux soldats… et pour couronner le tout, nos Alliés de la veille faisaient un carnage à Mers el-Kébir.

De Gaulle, qui avait sauté le Rubicon, pouvait dès lors pour se couvrir, dire n’importe quoi ! Il ne pouvait pas déclarer le gouvernement du Maréchal d’“illégal” !

Mensonge que nous payons encore aujourd’hui, car, dès lors, les “gaullistes politiques” firent uniquement la guerre à Vichy… et, d’Alger à Paris, ne pensèrent qu’à l’“épuration”, justifiée peut-être par quelques rares salauds, mais qui frappa aussi des hommes qui n’avaient fait que leur devoir… sanctions qui firent jurisprudence dans la haute administration, et se font sentir encore aujourd’hui… où chacun ouvre le parapluie.

A l’époque, il fallut attendre le 21 juin 1941, et un coup de tonnerre énorme, démentiel… Hitler lance ses troupes à la conquête d’ l’Union Soviétique. Immédiatement, les communistes, dits français, virent à 180 degrés… Ils n’ont qu’une hâte… Faire oublier qu’ils ont trahi… qu’ils ont collaboré. Ils s’emploient dès lors à supprimer tous ceux qui savent ! Tous ceux qui ont vu ou entendu certaines choses !

Au pays des Soviets, le « Petit père des peuples » en appelle à la Sainte Russie et réhabilite toutes les valeurs chrétiennes et monarchiques pour sauver son régime.

En août 1942, il y a un os et de taille… STALINGRAD ! En novembre 1942, les Allemands, sans aucun préavis, occupent la zone libre. A Toulon, comme promis, la flotte se saborde. Les amiraux ont tenu parole !

L’armée française, sauvée par Weygand, rentre à nouveau en force dans la guerre. Les pieds-noirs sont mobilisés au maximum : 17 classes, du jamais vu ! Les troupes indigènes restées fidèles sont là aussi en nombre et en qualité. C’est l’Armée d’Afrique, celle qu’a réussi à préserver Vichy, qui fera le poids auprès des Alliés… avec ou sans De Gaulle la France serait repartie en guerre… Au moment où à travers ce 70e anniversaire de 1940, tout et le contraire de tout est raconté… parfois avec naïveté, souvent avec haine… parlant du maréchal Pétain comme d’un traître.

C’est encore une possibilité de réconciliation nationale qui est jetée aux poubelles de l’Histoire ! Pour quels intérêts politiques sordides ?

J’aimerais quand même signaler que : en 1942, Churchill qui était plus qu’excédé contre De Gaulle (ce dernier devant se rendre en Afrique), fit parvenir à Vichy… pour Pétain, l’immatriculation de l’avion du « Chef de la France libre », l’itinéraire prévu et les escales envisagées… Pétain fit détruire ces documents et déclara… « Je ne mange pas de ce pain là ».

A côté des mensonges du « politiquement correct », il y a l’Histoire… Un jour viendra où elle jugera !

Roger HOLEINDRE

Président du Cercle National des Combattants

e-mail : cerclenationalcombattants@orange.fr

« On » dérange le procès du gang des barbares…

Si les informations apportées par cette journalistes sont fondées,on ne peut que s’en féliciter… Nous sommes au moins tenus au courant de ce qui gravite autour de ce sombre crime. Le gang des barbares a fait couler beaucoup de sang. Il fait couler désormais beaucoup d’encre…

FDF

.

Procès du gang des barbares: le blog qui dérange Croquis d’audience représentant les « appâts » et certains des geôliers d’Ilan Halimi dans le box des accusés au palais de Justice de Créteil, le 25 octobre 2010. 

AFP / BENOIT PEYRUCQ

.

La journaliste Elsa Vigoureux raconte dans le détail les audiences du procès en appel et à huis clos du gang des barbares. Au grand dam de certains avocats.

Peut-on raconter dans le détail des audiences à huis clos? C’est le périlleux exercice auquel se livre Elsa Vigoureux, journaliste au Nouvel Observateur, en chroniquant quasi quotidiennement le procès en appel du gang des barbares. Escarmouches entre avocats, interventions du président, attitude du témoin Youssouf Fofana… Pas un détail n’échappe à l’auteur de L’Affaire du gang des barbares*.

« En tant que journaliste, c’est normal que quand on ferme des portes, on continue à chercher à savoir ce qui se passe », explique la journaliste de 35 ans. « Le huis clos s’arrête à la porte du prétoire« , confirme Me Eolas, avocat blogueur. D’un point de vue juridique, les avocats – et même l’avocat général – ne sont pas tenus au secret professionnel, explique Me Eolas. « Y compris dans le cas d’un procès à huis clos », ajoute-il. « Si un conseil estime que c’est dans l’intérêt de son client d’interpeller la presse, il est en droit de le faire », précise l’avocat qui rappelle que seuls les jurés et les juges sont tenus au silence.

Un blog « bancal »

« Le problème, estime l’avocat blogueur, c’est qu’Elsa Vigoureux blogue sur un procès auquel elle n’assiste pas. Il y a donc un risque de manipulation… » Si la journaliste admet être « tributaire » de ses interlocuteurs, elle assure recouper les témoignages auprès de plusieurs sources.

Les avocats des parties civiles, eux, jugent ses chroniques trop favorables aux accusés. « Cela ne fait que véhiculer la rumeur », confie l’un d’eux. Me Romain Boulet, avocat de la défense, juge pour sa part le blog « bancal ». « On a du mal à se faire une idée, si c’est pro-défense, pro-accusation ou si c’est neutre. »

(*) L’affaire du gang des barbares, Flammarion, Elsa Vigoureux, journaliste au Nouvel Observateur, spécialiste des affaires criminelles.
Source: http://tinyurl.com/2uuwsl6

Tous avec Marine Le Pen à Paris dimanche prochain !

Chers amis de Marine Le Pen,

Nous tenons à vous remercier de votre inscription au comité de soutien de Marine Le Pen. Votre soutien sera une aide précieuse dans son combat pour le redressement de la France.

Mais pour ce fair e, il faut que Marine devienne présidente du Front national à l’occasion du congrès du FN en janvier prochain.

Afin de présenter sa candidature, Marine Le Pen animera un Grand buffet-débat le dimanche 14 novembre à midi
au Back Up (18, rue de la Croix-Nivert) à Paris XVème (paf : 8 € ou 4 € pour les moins de 30 ans)


Renseignements et réservations au 01 45 22 25 91, en cliquant sur l’image ci-dessus, ou soutien-marinelepen@hotmail.fr


Nous devons faire de ce grand rendez-vous une éclatante démonstration de force frontiste.

En vous remerciant de votre forte mobilisation en faveur de Marine et de la France,

Alain Jamet
Président du Comité de soutien

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Comité de soutien de Marine Le Pen
78, rue des Suisses
92000 NANTERRE
http://marinelepen.com

Toujours rien du maboule de Limoges?

Il faut nous rassurer; nous donner de BONNES nouvelles. Un connard a insulté notre République à Limoges; souvenez-vous: http://www.youtube.com/watch?v=OJviivbNJTw

Il est passé où, ce con? On l’ a viré de chez nous, j’espère…

FDF

Affaire de la crèche Baby Loup: la Halde reviendrait-elle à de loyaux sentiments?

La Halde remonte dans mon estime… Jusqu’à quand? En attendant, en réponse à cette provocation à la crèche Baby Loup, et pour la première fois que Jeannette Bougrab fait parler d’elle dans son rôle de remplaçante de Louis Schweitzer à la tête de la Halde, elle « frappe » un beau coup médiatique pour cette institution qui nous a habitué à plutôt pratiquer la préférence non-nationale… Pourvou que ça doure… Nous ne sommes pas « au bal masqué », en France.

FDF

Salariée voilée et licenciée : la crèche soutenue par Jeannette Bougrab.

La crèche associative poursuivie devant les prud’hommes par une salariée licenciée en 2008 parce qu’elle souhaitait porter le voile, a bénéficié lundi du soutien de personnalités, notamment la présidente de la Halde, Jeannette Bougrab.

« Il n’y a pas de raison que la laïcité soit moins bien protégée que la liberté religieuse, ce sont deux principes de valeur constitutionnelle », a déclaré Mme Bougrab, en marge de l’audience.

La présidente de la Haute autorité de lutte contre les discriminations a défendu la possibilité pour la crèche incriminée de choisir « l’option philosophique de la laïcité », quand d’autres établissements peuvent opter pour l’option religieuse.

La Halde avait pourtant rendu en mars un avis en faveur de la salariée avant que la nouvelle présidente de l’institution, Mme Bougrab annonce en octobre un réexamen du cas. La Halde n’a pas encore rendu de nouvel avis, Mme Bougrab précisant que le dossier était « en cours d’instruction ».

D’autres personnalités se sont rendus lundi au palais de justice de Mantes-la-Jolie pour soutenir la crèche, comme la philosophe Elisabeth Badinter, qui n’a pas souhaiter faire de déclaration, le député-maire PS d’Evry Manuel Valls ou la présidente de Ni putes, ni soumises Sihem Habchi.

« Comme maire ou élu local, nous pouvons être soumis aux pressions des extrémistes », a déclaré à la presse M. Valls, qui a souhaité que « les enfants devaient en être protégés ».

La crèche Baby Loup, située en plein coeur du quartier sensible de la Noé à Chanteloup-les-Vignes (Yvelines), ouvre 24 heures sur 24 et sept jours sur sept depuis 1991.

En décembre 2008, une salariée de retour d’un congé parental, a fait part à la directrice de sa volonté de porter le voile. Or, le règlement intérieur de la structure interdit le port de signes religieux au nom du principe de « neutralité ».

L’employée, qui avait le statut de directrice-adjointe, a été mise à pied après, selon les responsables de la crèche, une « altercation » et licenciée pour faute grave le 19 décembre 2008. Dénonçant un licenciement abusif, elle a saisi le conseil des prud’hommes et réclame plus de 80.000 euros de dommages et intérêts. Elle avait aussi saisi la Halde.

Le premier témoin entendu par le conseil des prud’hommes, une ancienne salariée de Baby Loup, voilée à l’audience, a déclaré que sa collègue « portait le voile quand (elle) la voyait sur son lieu de travail ».

L’avocate de la salariée licenciée, Me Majda Régui, a plaidé que sa cliente « portait son voile et le retirait de temps à autre » à la crèche, considérant que son licenciement pour faute grave était intervenu « pour faire des économies ».

« Ella voulait trouver un accord après la mise en place du nouveau règlement intérieur et aucune alternative ne lui a été proposée », a ajouté l’avocate, qui estime qu' »il s’agit d’une instrumentalisation du dossier pour faire passer Mme A. pour celle qui va faire couler Baby Loup ».

Mme A. a quitté le palais de justice sans faire de déclaration, en se dissimulant sous un manteau pour échapper aux journalistes.

Le jugement a été mis en délibéré au 13 décembre.

Source: http://tinyurl.com/2e66p3t

Victime de six actes de délinquance en deux ans, une commerçante de Romans quiite la ville.

C’est décidément encore une victoire des sous-merdes sur les souchiens. Et c’est une de trop. Je comprends cette dame. Mais à d’autres commerçants dans la même situation je leur conseille vivement la résistance. La vraie: celle qui incite les survivants à ne pas imiter ceux qui payé l’addition… S’il faut en arriver là…

FDF

.

« C’est décidé, je mets en vente mon commerce, je quitte Romans

Angle rue Pêcherie Le ton est monocorde. Elle est dépitée, triste et remontée. Madame Rebillon est la propriétaire du café « le Zinc ». Dans la nuit du mercredi 27 octobre, aux alentours de 23h selon nos informations, une vitrine de son établissement a été brisée par une pierre. La sécurité a fonctionné puisque depuis peu un double vitrage avait été installé.

Le ou les individus surpris par la sécurité (vitrage) ou dérangés n’ont pu s’introduire à l’intérieur du commerce, ce qu’ils cherchaient certainement à faire. Un acte de trop pour Madame Rebillon, rencontrée dimanche 31 octobre.

« J’en ai ras-le-bol. C’est la 6e fois en deux ans que je subis des détériorations ou des vols. Depuis le mois de juin, c’est la troisième fois. Lors du dernier méfait des individus étaient rentrés. Ils avaient détérioré le matériel, volé des bouteilles, du matériel et un fond de caisse ». Et d’ajouter : « J’ai investi pour 6000 euros de baies vitrées, mon assurance me pose des problèmes… Je suis écœurée j’ai contacté plusieurs fois la mairie, mises à part deux visites de monsieur Brillaud (adjoint au commerce), je n’ai pas de nouvelle. Depuis plus d’un mois nous ne voyons plus de médiateurs de rues… »
J’ai le sentiment que certains font des actes répréhensibles et continuent à vivre en toute impunité. C’est de la provocation en permanence. C’est décidé, je mets en vente mon commerce, je quitte Romans ».
Une plainte a été déposée pour le bris de vitrine. Le lendemain, une deuxième plainte a été déposée pour « agression verbale et menaces ».
Il semblerait que le bas de la ville soit confronté à une montée de certains méfaits.
A la résidence « La Presle », selon nos informations, une locataire aurait eu une vitre de brisée (3e étage), de nombreuses dégradations de véhicules sont à comptabiliser… »

Merci à Résurgence

Barbarie : un adolescent de Longjumeau frappé à coups de hache !

Banlieues, quartiers, repaires des sous-merdes. La barbarie  y est enseignée et pratiquée. Encore une preuve…

FDF

.



Les banlieues de l’immigration en Île-de-France n’ont désormais plus rien à envier aux « township » d’Afrique du Sud. Comme là bas, on y règle ses comptes et on s’y agresse à coups de machette ou de haches.

Ainsi, un adolescent de 16 ans a été trouvé par la police dans une camionnette avec des traces de coups de hache dans le crâne, samedi à Longjumeau (Essonne). Il a été hospitalisé dans un état grave et son pronostic vital est réservé. La police avait poursuivi et arrêté le véhicule parce qu’il était maculé de sang.

Dans le même véhicule les policiers ont trouvé deux majeurs qui ont déclaré qu’ils transportaient le blessé à l’hôpital et n’ont pas donné d’autres indications. Ils ont été mis en garde à vue.

Source: Novopress.info

Danger: islam… Un « audio » à na pas manquer.

Prenez quelques minutes et écoutez ceci…

FDF

.

france danger islam V Fin 1/2

Source: http://ndpherault.hautetfort.com/

Samy Nacéri jugé pour agression à l’arme blanche.

Il y a presque deux ans, Samy Nacéri était impliqué dans une affaire d’agression par arme blanche à Paris. Son procès devrait se tenir ce jour à Paris.

Et un passage de plus devant le tribunal pour un « irrécupérable ».
FDF
.

C’est devenu une habitude, comme les fêtes de Noël ou le passage à l’heure d’hiver.

À 49 ans, l’acteur est accusé d’avoir agressé au couteau, en janvier 2009, un homme dans un bar parisien. Ce dernier avait été blessé à la gorge, alors qu’il s’était interposé dans une dispute entre l’acteur de Taxi et sa compagne de l’époque. Le couple vivait apparemment une séparation traumatisante et Samy Nacéri semblait ne pas l’accepter.

Le comédien avait alors été incarcéré plusieurs mois en détention préventive, c’était la neuvième « affaire » pour lui, après huit condamnations pour braquage (en 1984), violences volontaires en récidive ou encore outrage…

Toutefois, d’après Le Parisien, il se pourrait que le procès qui doit se dérouler au tribunal correctionnel de Paris soit renvoyé à une autre date. Il avait déjà été annulé une première fois, suite à l’hospitalisation de Samy Nacéri à la veille de l’audience.

Source : Voici.fr

Aïd-El-Kébir : le conseil général du 93 signe une convention avec le CRCM !

Et pourquoi pas voter des subventions pour acheter des couteau à égorger bien affûtés à cette bande de sauvages?A savoir que le Conseil Général c’est vous, c’est moi, c’est nous, les « souchiens »… Dégueulasse. On paye de par nos impôts cette barbarie que nous n’approuvons pas !

FDF

.

Mille moutons de l’Aïd seront abattus à Dugny!!!

Des centaines de moutons gambadant tranquillement près du tarmac de l’aéroport du Bourget, à deux pas des fusées du musée de l’Air et de l’Espace : cette scène peu banale s’est déroulée tout le week-end à Dugny, sur l’aire des Vents. Et elle a franchement réjoui les dizaines de musulmans qui avaient fait le déplacement.

Car c’est sur ce terrain départemental de 25 ha, situé à l’extrémité du parc de La Courneuve, que se sont installés il y a dix jours et pour dix jours encore un marché au vif et un abattoir mobile, à l’occasion de la fête de l’Aïd-el-Kébir qui commencera le 16 novembre.
Un abattoir mobile pour sacrifier les bêtes selon le rite musulman : cela ne s’était pas vu depuis six ans en Seine-Saint-Denis qui compte pourtant le plus grand nombre de musulmans en Ile-de-France, soit environ 450000.

Une anomalie réparée pour longtemps puisque le conseil général de Seine-Saint-Denis et le Conseil régional du culte musulman d’Ile-de-France (CRCM) ont signé une convention prévoyant la mise à disposition pour cinq ans de l’aire des Vents pendant l’Aïd.

Ce genre de lieu manquait cruellement et cela obligeait les gens à enfreindre la loi.

(…) Venu en voisin de Dugny avec sa fille de 6 ans, Mohamed ne cache pas sa satisfaction. « Jusqu’ici, faute d’abattoir, j’envoyais de l’argent au Maroc pour qu’un mouton soit égorgé à mon nom et que la viande soit distribuée aux nécessiteux », confie le trentenaire qui reconnaît avoir déjà songé à l’abattage clandestin. « Ce genre de lieu manquait cruellement dans le département et cela obligeait les gens à enfreindre la loi, résume Malek. Aujourd’hui, on peut enfin acheter un mouton dans un cadre légal, avec une sécurité sur le produit. »
Pour autant, cet équipement dans lequel un peu moins de 1000 bêtes seront abattues la semaine prochaine est encore loin de suffire, reconnaît Rachid Bouchama, responsable de l’abattage au Conseil régional du culte musulman d’Ile-de-France. « En Seine-Saint-Denis, la demande dépasse les 10000 à 15000 agneaux : cet abattoir va donc répondre à moins de 10% des besoins. Sans compter que sur toute la région on compte seulement une dizaine d’abattoirs contre 30 l’année dernière. » A Dugny, l’opérateur installé sur l’aire des Vents, et qui reviendra chaque année jusqu’en 2013, explique qu’il lui est possible d’augmenter sa cadence d’abattage. « Si le succès est au rendez-vous, nous pourrions venir avec plus de moutons l’an prochain », promet-il.

Source : Le Parisien.fr