Francaisdefrance's Blog

28/10/2010

Islam et Francité : ce que vous devez savoir !

 

Institut Civitas 

secretariat@civitas-institut.com

 

www.civitas-institut.comwww.francejeunessecivitas.com


. Jeudi 4 novembre à 20h – Islam et Francité : ce que vous devez savoir !

Conférence organisée par Civitas – Lieu : ASIEM, 6 rue Albert de Lapparent, Paris 7ème, Métro Ségur

Interventions de Marie-Thérèse Urvoy, professeur d’islamologie, d’arabe classique et de philosophie arabe, et de Hratch Bedrossian, écrivain

PAF : 8 euros LIRE PLUS BAS

 

. Ci-dessous, vous trouverez le calendrier des autres activités nationales de Civitas et de France Jeunesse Civitas :

– 20-21 novembre 2010 : session France Jeunesse Civitas à Châteauroux (sur le thème de la subversion)

– samedi 5 février 2011 : congrès à Paris sur le thème « En route pour 2014 – Les catholiques dans l’action municipale »

– 12-13 février 2011 : session France Jeunesse Civitas à Châteauroux

– dimanche 8 mai 2011 à 15h à Paris : hommage national à Ste Jeanne d’Arc

– du 29 au 31 juillet 2011 : session d’été Civitas à Châteauroux

. Editorial – Islamisation : l’aveuglement politique (revue Civitas)

Par Alain Escada

« Tout le monde doit devenir musulman. (…) Nous avons 50 millions de musulmans en Europe. Il y a des signes qui attestent qu’Allah nous accordera une grande victoire en Europe : sans épées, sans fusils, sans conquêtes. Les 50 millions de musulmans d’Europe feront de cette dernière un continent musulman. Il y aura alors 150 millions de musulmans en Europe. L’Europe subit notre prosélytisme, tout comme l’Amérique. Elle a le choix de devenir musulmane ou de déclarer la guerre aux musulmans. »

Cet avertissement prononcé par Kadhafi à Tombouctou le 10 juin 2006 n’a été suivi d’aucune réaction d’un dirigeant politique européen.

Comme un nouvel écho à la déclaration de Jacques Chirac affirmant que « les racines de l’Europe sont autant musulmanes que chrétiennes », le 26 janvier de cette année 2010, le journal Libération publiait un cahier spécial intitulé « L‘islam, une religion française ». Le même jour, une mission parlementaire remettait à l’Elysée un rapport proposant notamment un effort accru « en faveur de l’enseignement de la langue arabe », une aide directe au financement des mosquées et la reconnaissance de l’Aïd el-Kébir au même titre que Pâques, comme l’exige d’ailleurs Mohamed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman (CFCM) créé par un ministre de l’Intérieur nommé Sarkozy.

Oui, les musulmans ont un allié en Sarkozy qui « reconnaît à l’islam le droit d’être compté comme une des grandes religions de France », « au nom de l’idéal républicain ».

Républicains, les musulmans le sont à géométrie variable. Ils pratiquent la taqia, qui signifie « visière » en arabe. La taqia consiste à faire le gros dos quand on est en situation de faiblesse, et tenir le langage de celui que l’on a en face de soi pour mieux avancer ses pions. Mais derrière, il y a une véritable stratégie de conquête, remarquablement expliquée dans un livre intitulé Un cheval de Troie moderne : la doctrine islamique de l’immigration (1). D’abord, faire accepter des activités caractéristiques de l’islam et banaliser sa présence physique visible (mosquées, écoles coraniques, centres culturels musulmans,…). Ensuite, décourager toute intégration des musulmans et promouvoir l’islamisation de la société d’accueil en l’incitant à accepter des accommodements aux particularismes des musulmans (voyez l’Angleterre où la revendication de tribunaux islamiques pour juger les justiciables musulmans s’est déjà traduite par la coexistence de deux systèmes de jurisprudence). Simultanément, au nom de la lutte contre les discriminations, obtenir pour des musulmans des fonctions visibles en politique, dans les médias, dans les grands corps de l’Etat. Enfin, lorsque la communauté musulmane est assez solide et puissante, commence la bataille pour obtenir un statut spécial et l’application de la charia. Ainsi, aux Pays-Bas en janvier 2009, Ahmed Marcouch, le maire d’un arrondissement d’Amsterdam, a réclamé qu’une partie d’Amsterdam soit déclarée enclave musulmane dans la capitale néerlandaise. Les revendications musulmanes se durcissent au fur et à mesure que les musulmans développent leur poids démographique. Selon l’expression de l’écrivain iranien Chahdortt Djavann (2), il s’agit bien d’une stratégie de « colonisation », si l’on songe que, là où vivent les musulmans, là est pour eux la terre d’islam, et que l’islam est naturellement expansionniste.

Il y a chez beaucoup un véritable aveuglement idéologique qui empêche de comprendre l’ampleur du phénomène, de mesurer ses conséquences et de prendre les remèdes qui s’imposent.

Mais il faut aussi être conscient du piège des intérêts économiques dans lequel se sont laissés enfermer nos dirigeants. En 2004, Tarek Ramadan, auquel Sarkozy avait imprudemment offert une tribune à la télévision, avait répliqué adroitement : « Puisque celui qui défend la lapidation est un « déséquilibré », oserez-vous dire que le roi Fahd d’Arabie Saoudite, qui non seulement la défend mais impose son application, est un « déséquilibré » profond ?» Et Ramadan fustigea, ce qui ne manque pas de sel, le « double discours » de Sarkozy. Et, au-delà de la question des contrats avec des pays comme l’Arabie Saoudite, il serait intéressant d’analyser également le phénomène des banques islamiques, leur propagation en Europe et les conséquences de celle-ci. La finance islamique pesait en 2009 plus de 800 milliards de dollars dans le monde. En 2020, les analystes en espèrent au moins le double. De quoi faire rêver certains milieux financiers avides et sans scrupule. Le Crédit Agricole a ouvert la voie avec la CAAM Islamic, sa première SICAV « Charia compatible » « respectueuse des grands principes fondateurs de l’Islam » et pour lequel il s’est « entouré d’un aréopage d’érudits musulmans, réunis dans un comité de conformité Charia, pour homologuer une forme innovante de financement ».

Face à cette angoissante réalité, prions et agissons avec CIVITAS pour que notre pays dispose rapidement de décideurs politiques qui, comme le ministre italien Roberto Calderoli, oseront fièrement proclamer : « Oui aux clochers, non aux minarets ! ».

Source: www.civitas-institut.com

2 commentaires »

  1. ça va péter les gars !

    Commentaire par henri — 28/10/2010 @ 17:16 | Réponse

  2. Je n’arrive pls a lire sur ce blog,les lettres des messages se chevauchent,et c’est bien dommage-en espérant une amélioration rapide,merci.

    Commentaire par marco — 30/10/2010 @ 17:59 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :