Francaisdefrance's Blog

28/10/2010

Renaissance de l’antisémitisme catholique ?

Les Juifs ne doivent pas se tromper d’ennemis, au présent. En effet, alors que l’islam officiel et une écrasante majorité du milliard et demi de musulmans s’adonnent à la haine antijuive, des Juifs pervers et antinationaux, s’acharnent, pour des raisons diamétralement opposées développées ci-dessous, à raviver la crainte d’un monde catholique profondément et définitivement antijuif. Or, au sein même de l’église catholique, des manipulations politiciennes attisent volontairement des séquelles antijuives réelles, mais résiduelles. C’est le cas de la quatorzième Congrégation générale des Pères synodaux de l’Eglise catholique, au Vatican, le 22/10/2010.

L’importance du synode en question laisse croire qu’il engage, non seulement la position politique officielle de l’église catholique, mais aussi celle de tous les individus catholiques. Pour avoir une idée de ce que pense une très grande partie des catholiques, sans doute même la majorité, le mieux c’est de lire ce qu’écrivent ceux qui s’expriment sur la question qui nous préoccupe, sans souci du « politiquement correct ». Michel GARROTE est l’un de ces plus brillants représentants des catholiques francophones. Les propos et l’attitude de Michel GARROTE et de ses coreligionnaires catholiques qu’il cite, résument-ils toute la réalité catholique ? Certes non. Mais ils illustrent un courant puissant que veulent occulter les Juifs pervers et antinationaux, autant que les pires antijuifs : – Face aux ennemis communs musulmans, il y a un rapprochement entre les catholiques et les Juifs.

Quant aux présents louvoiements de l’église catholique officielle avec le pire antisémitisme de ses siècles obscurs, on peut légitimement prétendre qu’il est entretenu, au moins en partie, par l’attitude des Juifs pervers et antinationaux. Qui sont donc ces Juifs pervers et antinationaux qui ont besoin d’un monde catholique antijuif ?

Sans surprise, nous retrouvons ces Juifs dénoncés depuis plus de dix ans. Commençons par le plus simple. Il s’agit de la lie putride de « gauche ». Pour ces dégénérés juifs, l’islam et les musulmans ne sont pas antijuifs parce que contrairement aux chrétiens d’Europe, ils n’ont pas fait la Shoah. Selon ces tarés juifs, les musulmans du monde entier n’auraient qu’un insignifiant et légitime conflit territorial avec les Israéliens, pas avec les Juifs. Par contre, ignorant volontairement le bouleversement décisif du Concile Vatican 2 et les importantes réformes induites, pour ces juifs débiles de gauche, le catholicisme est toujours, ou presque, celui de l’Inquisition et des croisades. Nous constatons un syncrétisme total entre la lie de gauche juive et la gauche antijuive occidentale. Cette pourriture est horripilée par la souveraineté nationale juive sur la terre d’Israël. La réalité c’est qu’au-delà du prétexte antinational, cette gauche juive refuse viscéralement et férocement ce que cette souveraineté manifeste de manière éclatante : – la réalité puissante de la promesse divine renouvelée plus de cent fois d’Abraham à Moïse. En entretenant la méfiance entre Juifs et catholiques, la lie de gauche juive espère priver d’alliés nombreux, le camp national juif qui défend cette réalité nationale. Mais ces Juifs de gauche allergiques à la réalité du message divin, ne sont pas seuls.

Parmi les juifs dits orthodoxes, il existe un courant minoritaire, pour lequel la souveraineté nationale juive sur la terre d’Israël est une chose embarrassante. Même s’ils n’y sont pas hostiles, pour ces orthodoxes, la souveraineté nationale juive passe après les choses prétendues importantes, comme l’observance méticuleuse des rites et comportements individuels. De plus, aux yeux de ces « orthodoxes », la souveraineté nationale juive tolère des comportements « non cachères ». Donc, ils ne la considèrent pas comme importante pour les Juifs aujourd’hui. Submergés par leur interprétation mystique du judaïsme, ces Juifs négligent trop la contingence présente. Inconsciemment, ils transgressent pourtant l’interdit de la Torah le plus rempli de bon sens, celui de ne pas attendre de miracle pour résoudre un problème matériel. En l’occurrence, celui de se défendre contre les ennemis féroces autour du pays. Comment cela ? Parce que ces orthodoxes hésitent à détruire les musulmans ennemis alentour dont ils préfèrent de beaucoup les mœurs brutales et sanguinaires, au profit des Juifs « laïcs », aux mœurs jugées impures et immorales. Parce que le christianisme est devenu tolérant, ces « orthodoxes » assimilent à tort, les laïcs aux chrétiens, en général et aux catholiques en particulier. L’un de ces orthodoxes tarés commit l’acte répugnant d’écrire à un ramassis d’ulémas antijuifs d’un pays ennemi voisin, pour l’assurer de son débile soutien, contre les propos très mesurés de Benoît XVI à Ratisbonne. Il a été plusieurs fois imité par l’un de ses homologues en France. Parmi ces orthodoxes, des abrutis, souvent incultes, ressassent que les Juifs sont proches d’Ismaël parce qu’il est le demi frère d’Isaac. Les mêmes maudissent le nom d’Edom, représentant l’Occident, pourtant descendant d’Esaü, frère jumeau de Jacob / Israël. A cause de leurs limites intellectuelles, ces juifs orthodoxes confondent les conflits et leurs conséquences réelles.

Alors qu’il existe des opinions rabbiniques passées et présentes, variées, voire antagonistes, mais claires, sur tous les problèmes existentiels, comme précisément celui du renouveau national juif, les opinions rabbiniques sur les relations des Juifs et du judaïsme avec les autres religions, sont certes toujours variées, mais beaucoup moins connues par les non spécialistes. Bien entendu, cette discrétion découle immédiatement du nombre faible de Juifs parmi les non Juifs. Alors que les Juifs sont obligés de vivre parmi eux, ils ne peuvent pas traiter tous les autres de mécréants, au sens propre de « mauvais croyants ». Bien sûr, tout le monde, y compris non juif, connaît la tolérance imposée aux Juifs par la Torah à l’égard des individus non Juifs. On connaît aussi, l’ordre de la Torah aux Juifs de ne pas pratiquer des rites non juifs. Mais les commentaires rabbiniques sur les autres religions sont donc discrets. Hormis quelques courant marginaux, il n’existe pas d’écoles, ou de doctrines juives sur la question. Les relations sont gérées de manière pragmatique.

On peut y ajouter une raison venant directement de la Tradition. En effet, les « nations » resteront les nations, avec leurs spécificités, même quand elles auront demandé à Israël d’intercéder pour la Bénédiction Divine. La Nation Israël officiant alors dans son rôle double de Cohen, le prêtre qui fait monter le korbane vers Hachem, et de prophète qui fait descendre la parole Divine vers la terre. Selon certains commentaires rabbiniques, les rites deviendront alors caducs.

Une explication plus simple est bien connue : – Le christianisme tombe dans l’excès de tolérance, « midat ha hessed » avec le principe de « tendre l’autre joue quand on te gifle », alors que l’islam tombe dans l’excès d’intolérance « midat ha din », avec l’interdiction absolue de la moindre interprétation du sens littéral. On comprend donc aisément pourquoi les bigots juifs préfèrent l’islam au christianisme. Ce n’est qu’une question d’inclination personnelle.

Dans l’absolu, il n’y aura jamais de convergence entre d’une part le christianisme en général et le catholicisme en particulier, et d’autre pat le judaïsme. Pas plus qu’avec l’islam. Il existera toujours une rivalité entre les religions.

Dans la réalité, cette rivalité est aujourd’hui plus paisible entre le christianisme et le judaïsme, même si au sein du christianisme, le catholicisme est plus retors. Alors qu’aujourd’hui, la rivalité avec l’islam a pris, à l’initiative de ce dernier, un mode beaucoup plus violent et sanglant.

En bons idiots qu’ils sont, les « orthodoxes » juifs idiots appliquent un principe qui n’est plus du tout en adéquation avec la situation présente. Ce principe consiste à prier quand les Juifs sont physiquement en danger, exemple de Pourim, et à prendre les armes, quand on veut empêcher les Juifs de pratiquer la Torah, exemple de Hanoucah. Sauf que ces deux exemples sont tirés de situations où les Juifs avaient perdu leur souveraineté nationale. Exil de Babylone pour Pourim et occupation grecque pour Hanoucah. Du temps des premiers rois d’Israël, les Hébreux détruisaient sans états d’âme tous les ennemis qui osaient les attaquer.

On peut comparer la renaissance d’Israël, à la période de la conquête de Josué. Nous devons détruire nos ennemis d’aujourd’hui, les musulmans qui occupent Israël et ceux qui veulent le détruire. Le conflit théologique avec l’église catholique, c’est une tâche intellectuelle non urgente. Par contre, nous devons combattre les catholiques qui aideraient nos ennemis musulmans.

Charles DALGER

Rokhaya Diallo : “Ce que dit Ben Laden n’est pas faux” !

 

Il faut l’atomiser, cette conne là! Elle apporte son soutien aux émeutiers et approuve la haine de Ben Laden envers la France. France qu’elle devrait quitter, d’ailleurs, et vite…

FDF

.

Rokhaya Diallo (“Les Indivisibles”), Yves Thréard (Le Figaro), Michel Godet et Muriel Gremillet étaient les invités de “On refait le monde” sur RTL (27/10/10). Extraits

 

http://www.youtube.com/watch?v=wdXCl1q_IZg&feature=player_embedded#at=99


NB : Le 23 juin 2010, en direct sur i>Télé, Rokhaya Diallo avait apporté son soutien aux émeutiers de Villiers-le-bel et comparé la police à “une force d’occupation”. Voir la vidéo

Gardien d’immeuble HLM, une profession qui joue un rôle capital dans les cités sensibles…

Un rôle capital, certes, mais certainement pas facile tous les jours… Un gardien d’immeubles doit voir des choses réelles que nous ne pourrions pas voir.

FDF

.


 

C’est le cas de Mauricette dans le quartier de La Source à Orléans. Dans sa résidence HLM où vivent 600 personnes, souvent dans des situations très précaires, elle fait la police et joue les assistantes sociales.

Bien qu’elle soit parfois menacée par les jeunes de la cité, elle n’hésite pas à intervenir si elle suspecte par exemple un trafic de scooters volés dans les caves.
Portrait d’une gardienne qui joue les anges gardiens de sa cité.

Mauricette sonne à la porte :

Les enfants sont derrière la porte, ils lui demandent « qui est-ce » en arabe.

– Comment ça se fait que des gens sont enfermés comme ça à l’intérieur, ils n’ont qu’un trousseau de clefs où…?
– Des fois c’est le mari qui enferme.

 

http://www.youtube.com/watch?v=Sr2PUHAHO6E&feature=player_embedded#at=156

Merci à JLB…

Brigitte Bardot à la présidentielle contre le halal.

Il est certain qu’avec le halal comme cheval de bataille, elle va récupérer des voix…

FDF

.


 

Brigitte Bardot envisage de se présenter à l’élection présidentielle. « Ce sont les promesses non tenues du président Sarkozy (NDLR : sur une loi rendant obligatoire l’étourdissement des animaux lors d’un abattage halal) qui ont poussé Brigitte à s’engager, explique son quatrième époux, l’ancien industriel Bernard d’Ormale.

Brigitte est capable de présenter sa candidature pour faire entendre la voix des animaux en danger. » Bernard d’Ormale répète volontiers le message de son épouse : « Elle reçoit tous les jours des lettres et soutiens de la France entière. Des gens de droite et de gauche qui se disent prêts à monter des comités en régions. Brigitte est une vraie écologiste qui agit sans intérêt personnel et fera des propositions. Et même si elle n’obtient que 5 % des voix, les politiques l’écouteront sans doute d’une oreille plus attentive. » Le mois prochain, le Parti de l’alliance écologiste indépendante, dont l’actrice se sent proche, doit se réunir. Préambule à une candidature officielle ?

Source : leparisien.fr

 

« Les Goïms » sont nés seulement pour nous servir »…

Voilà qui pourrait faire du bruit…

FDF

On attend avec impatience la réaction de la LICRA, SOS Racisme, la LDH, etc…

http://www.tp-provence.tk/

Racisme: le lynchage médiatique d’un ophtalmo…

Vous n’allez pas le croire. Je le répète: les racistes ne sont pas ceux que l’on croit, ou que l’on veut nous faire croire. Témoin cette affaire d’un ophtalmo qui a osé ne pas prendre à l’heure un patient. Chez le mien, d’ophtalmo, c’est environ deux heures d’attente et six mois pour obtenir un rendez-vous; et personne ne fait un foin pareil. Mais chez mon ophtalmo, les patients savent se tenir et prendre leur mal en patience… Sauf certains, parfois. Toujours les mêmes, d’ailleurs. Dans le cas qui nous intéresse, le patient impatient s’est cru tout permis et a su monter l’affaire en mayonnaise. Les médias ont suivi, comme des bons dhimmis qu’ils sont… Je soutiens ce de tout mon coeur ce médecin qui fait lui aussi les frais des bienfaits de l’immigration… Vidéo: http://www.dailymotion.com/video/xf8dv2_le-lynchage-mediatique-de-l-ophtalm_news

FDF

.

Racisme: ils se font traiter de «porcs» pendant leur mariage aux Maldives !

Et c’est nous, les racistes ??? L’idéologie musulmane-islamiste commence à me donner de plus en plus d’urticaire. Et je ne suis pas le seul… Attention, les muzz; il va falloir surveiller vos arrières.

FDF

.

Un couple suisse s’est fait insulter à son insu…

Les autorités des Maldives ont exprimé leur «choc» et leur «dégoût» après la publication sur Internet d’une vidéo montrant un couple suisse en train de se faire insulter à son insu par la personne célébrant le renouvellement de leurs voeux de mariage dans un hôtel de luxe. 

Parlant dans la langue des Maldives, le Dhivehi, le célébrant traite notamment le couple de «porc» au cours d’une litanie ayant tous les aspects d’une prière religieuse récitée avec ferveur. La vidéo a été postée sur YouTube voici quelques jours:http://www.youtube.com/v/r3anLy3Hz9I?fs=1&hl=fr_FR

.
Les Maldives, un archipel de l’Océan indien à majorité musulmane, figurent parmi les destinations de vacances les plus chères d’Asie du sud et sont très prisés par les jeunes mariés occidentaux pour leur lune de miel.

Le couple suisse, déjà marié mais qui souhaitait renouveler ses voeux de fidélité, avait réservé à l’hôtel Vilu Reef, qui facture une telle cérémonie 1.300 dollars. La réservation de la suite nuptiale coûte en outre 400 dollars.

Le célébrant a été suspendu de ses fonctions et le groupe hôtelier propriétaire de l’établissement, Sun Hotels and Resort, a déclaré dans un bref communiqué avoir demandé l’ouverture d’une enquête policière.

Source: http://tinyurl.com/329oxxv

Délinquance: Tout juste relâchés, les 2 cambrioleurs de Lizac arrêtés par le SRPJ !

Il y en a qui ne comprendront jamais. Ou plutôt font semblant de na pas comprendre… A part ça, la délinquance est en baisse… Dormez, braves gens.
FDF
.

Deux individus âgés de 31 ans ont été interpellés et mis en garde à vue, lundi, par le Service régional de police judiciaire (SRPJ) de Toulouse dans le cadre d’une vaste affaire de trafics de voitures volées et de cigarettes. Ces deux hommes venaient tout juste d’être relâchés par les enquêteurs de la communauté de brigade de gendarmerie de Moissac qui les avaient entendus tout le week-end (notre édition du 25 octobre). Pris dans la nuit de vendredi à samedi en flagrant délit de cambriolage dans une résidence secondaire de Lizac, les deux malfaiteurs – deux anciens saisonniers qui œuvraient dans les propriétés arboricoles de la commune – n’en étaient pas à leur premier coup d’essai. En effet, si l’un des deux cambrioleurs était déjà connu de la justice pour une affaire de vol avec arme, les perquisitions à son domicile montalbanais ont permis aux enquêteurs de la brigade de recherche de Castelsarrasin et à la cellule Cambri 82 de trouver de nombreux objets provenant de deux autres cambriolages ayant eu lieu ce mois-ci, à Lizac.

Lundi, le parquet, qui devait les entendre à Montauban et vraisemblablement ouvrir une information judiciaire pour déterminer si les autres objets retrouvés provenaient d’autres cambriolages, a finalement décidé de les relâcher pour poursuivre l’enquête. Les deux hommes n’ont toutefois pas longtemps bénéficié de leur liberté retrouvée sous contrôle judiciaire, étant sous le coup d’une autre enquête menée par les limiers du SRPJ. Ces derniers ont procédé dans la même journée à leur interpellation.

Lizac en proie à deux cambrioleurs

Lizac a été le terrain de jeu de deux cambrioleurs, arrêtés ce week-end en flagrant délit./Photo DDM, Delphine Russeil

Islam et Francité : ce que vous devez savoir !

 

Institut Civitas 

secretariat@civitas-institut.com

 

www.civitas-institut.comwww.francejeunessecivitas.com


. Jeudi 4 novembre à 20h – Islam et Francité : ce que vous devez savoir !

Conférence organisée par Civitas – Lieu : ASIEM, 6 rue Albert de Lapparent, Paris 7ème, Métro Ségur

Interventions de Marie-Thérèse Urvoy, professeur d’islamologie, d’arabe classique et de philosophie arabe, et de Hratch Bedrossian, écrivain

PAF : 8 euros LIRE PLUS BAS

 

. Ci-dessous, vous trouverez le calendrier des autres activités nationales de Civitas et de France Jeunesse Civitas :

– 20-21 novembre 2010 : session France Jeunesse Civitas à Châteauroux (sur le thème de la subversion)

– samedi 5 février 2011 : congrès à Paris sur le thème « En route pour 2014 – Les catholiques dans l’action municipale »

– 12-13 février 2011 : session France Jeunesse Civitas à Châteauroux

– dimanche 8 mai 2011 à 15h à Paris : hommage national à Ste Jeanne d’Arc

– du 29 au 31 juillet 2011 : session d’été Civitas à Châteauroux

. Editorial – Islamisation : l’aveuglement politique (revue Civitas)

Par Alain Escada

« Tout le monde doit devenir musulman. (…) Nous avons 50 millions de musulmans en Europe. Il y a des signes qui attestent qu’Allah nous accordera une grande victoire en Europe : sans épées, sans fusils, sans conquêtes. Les 50 millions de musulmans d’Europe feront de cette dernière un continent musulman. Il y aura alors 150 millions de musulmans en Europe. L’Europe subit notre prosélytisme, tout comme l’Amérique. Elle a le choix de devenir musulmane ou de déclarer la guerre aux musulmans. »

Cet avertissement prononcé par Kadhafi à Tombouctou le 10 juin 2006 n’a été suivi d’aucune réaction d’un dirigeant politique européen.

Comme un nouvel écho à la déclaration de Jacques Chirac affirmant que « les racines de l’Europe sont autant musulmanes que chrétiennes », le 26 janvier de cette année 2010, le journal Libération publiait un cahier spécial intitulé « L‘islam, une religion française ». Le même jour, une mission parlementaire remettait à l’Elysée un rapport proposant notamment un effort accru « en faveur de l’enseignement de la langue arabe », une aide directe au financement des mosquées et la reconnaissance de l’Aïd el-Kébir au même titre que Pâques, comme l’exige d’ailleurs Mohamed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman (CFCM) créé par un ministre de l’Intérieur nommé Sarkozy.

Oui, les musulmans ont un allié en Sarkozy qui « reconnaît à l’islam le droit d’être compté comme une des grandes religions de France », « au nom de l’idéal républicain ».

Républicains, les musulmans le sont à géométrie variable. Ils pratiquent la taqia, qui signifie « visière » en arabe. La taqia consiste à faire le gros dos quand on est en situation de faiblesse, et tenir le langage de celui que l’on a en face de soi pour mieux avancer ses pions. Mais derrière, il y a une véritable stratégie de conquête, remarquablement expliquée dans un livre intitulé Un cheval de Troie moderne : la doctrine islamique de l’immigration (1). D’abord, faire accepter des activités caractéristiques de l’islam et banaliser sa présence physique visible (mosquées, écoles coraniques, centres culturels musulmans,…). Ensuite, décourager toute intégration des musulmans et promouvoir l’islamisation de la société d’accueil en l’incitant à accepter des accommodements aux particularismes des musulmans (voyez l’Angleterre où la revendication de tribunaux islamiques pour juger les justiciables musulmans s’est déjà traduite par la coexistence de deux systèmes de jurisprudence). Simultanément, au nom de la lutte contre les discriminations, obtenir pour des musulmans des fonctions visibles en politique, dans les médias, dans les grands corps de l’Etat. Enfin, lorsque la communauté musulmane est assez solide et puissante, commence la bataille pour obtenir un statut spécial et l’application de la charia. Ainsi, aux Pays-Bas en janvier 2009, Ahmed Marcouch, le maire d’un arrondissement d’Amsterdam, a réclamé qu’une partie d’Amsterdam soit déclarée enclave musulmane dans la capitale néerlandaise. Les revendications musulmanes se durcissent au fur et à mesure que les musulmans développent leur poids démographique. Selon l’expression de l’écrivain iranien Chahdortt Djavann (2), il s’agit bien d’une stratégie de « colonisation », si l’on songe que, là où vivent les musulmans, là est pour eux la terre d’islam, et que l’islam est naturellement expansionniste.

Il y a chez beaucoup un véritable aveuglement idéologique qui empêche de comprendre l’ampleur du phénomène, de mesurer ses conséquences et de prendre les remèdes qui s’imposent.

Mais il faut aussi être conscient du piège des intérêts économiques dans lequel se sont laissés enfermer nos dirigeants. En 2004, Tarek Ramadan, auquel Sarkozy avait imprudemment offert une tribune à la télévision, avait répliqué adroitement : « Puisque celui qui défend la lapidation est un « déséquilibré », oserez-vous dire que le roi Fahd d’Arabie Saoudite, qui non seulement la défend mais impose son application, est un « déséquilibré » profond ?» Et Ramadan fustigea, ce qui ne manque pas de sel, le « double discours » de Sarkozy. Et, au-delà de la question des contrats avec des pays comme l’Arabie Saoudite, il serait intéressant d’analyser également le phénomène des banques islamiques, leur propagation en Europe et les conséquences de celle-ci. La finance islamique pesait en 2009 plus de 800 milliards de dollars dans le monde. En 2020, les analystes en espèrent au moins le double. De quoi faire rêver certains milieux financiers avides et sans scrupule. Le Crédit Agricole a ouvert la voie avec la CAAM Islamic, sa première SICAV « Charia compatible » « respectueuse des grands principes fondateurs de l’Islam » et pour lequel il s’est « entouré d’un aréopage d’érudits musulmans, réunis dans un comité de conformité Charia, pour homologuer une forme innovante de financement ».

Face à cette angoissante réalité, prions et agissons avec CIVITAS pour que notre pays dispose rapidement de décideurs politiques qui, comme le ministre italien Roberto Calderoli, oseront fièrement proclamer : « Oui aux clochers, non aux minarets ! ».

Source: www.civitas-institut.com

Burqa: la face caché de l’iceberg…

Parce que nos démocraties sont en grand danger si nous laissons faire, ceci offre aux citoyens qui y sont attachés l’occasion de s’exprimer face au danger que représente l’islam dans nos pays respectifs. Alors, si vous êtes de ceux qui pensez que l’occident est en danger, lisez la charte et signez-là.

La charia est la loi islamique régissant la vie religieuse, politique, sociale et individuelle, appliquée de manière stricte dans presque tous les états où la religion dominante est l’islam. Les principes fondamentaux de la charia Islamique seront considérés comme la principale source de la législation . Ces principes fondamentaux sont tirés des préceptes du Coran et des «hadiths» Les hadiths sont les récits des paroles et des actes de Mohamed rapportés, pour la plupart des lustres après sa mort, par une succession de témoins par procuration. Ce qu’implique la charia : Lapidation-Amputation-Flagellation-Mutilations sexuelles féminines-Polygamie

LUTTONS POUR NE PAS PERDRE NOTRE LIBERTE DE PENSER ET D’AGIR

La Charia et la lapidation des femmes en Iran

Un bonne petite lapidation ?

 

CHARTE DES NATIONS REFUSANT LA CHARIA

Nous, organisations ou citoyen(ne)s libres et responsables de nos actes, au nom et pour la préservation des valeurs de Liberté, de Laïcité et de respect d’autrui présentes dans la Convention Européenne des Droits de l’Homme, qui est un des socles de nos sociétés démocratiques, déclarons en plein accord avec la Cour Européenne des Droits de l’Homme refuser la présence et l’introduction de règles de la Charia sur notre territoire.

Arrêt du 13 Février 2003 de la Cour Européenne des Droits de l’Homme: « la Cour partage l’analyse effectuée par la chambre* quant à l’incompatibilité de la charia avec les principes fondamentaux de la démocratie. »

Les signataires de la charte récusent toute accusation de racisme ou de xénophobie. Condamner la charia est un acte politique et social qui ne concerne en rien la nature des individus ni leur personne. C’est la charia qui, en actant dans les sociétés la classification et la hiérarchisation des groupes humains en fonction de leurs croyances ou de leur sexe et en obligeant les gens à se conduire comme si une partie de l’humanité était impure et inférieure, constitue un inacceptable système de sexisme, de racisme, de xénophobie et d’apartheid religieux.

La Charia qui prétend régir les actes des individus sous la menace de châtiments spirituels ou physiques au nom d’une croyance, est un ensemble de règles qui viole de manière fondamentale les libertés constitutionnelles et la dignité humaine de nos citoyen(ne)s en tentant de les persuader d’abjurer leurs droits inaliénables au profit d’une servitude dégradante.

Nous, signataires de cette charte, constatant l’incompatibilité entre la Démocratie et la Charia, déclarons celle-ci inacceptable dans nos pays respectifs et appelons citoyen(ne)s et organisation de tous ordres à adhérer à cette proclamation et à œuvrer de concert pour la défense de nos libertés fondamentales et de la dignité humaine.

Nous nous engageons à préserver et à protéger de la Charia nos concitoyen(ne)s et nos sociétés ainsi qu’ à œuvrer en vue de son bannissement définitif par tous les moyens en notre possession, dans le respect des lois et des principes démocratiques.

Nous nous engageons à:

– Promouvoir dans nos pays respectifs le vote de lois transformant en délit l’enseignement des règles de la charia ainsi que la promotion ou l’incitation, publique ou privée, de leur application individuelle ou collective en tant que normes comportementales.

– Promouvoir l’adoption, dans nos pays respectifs, de mesures éducatives, législatives et éventuellement répressives efficaces visant à un dépérissement rapide des pratiques sociales liées au respect des règles de la charia.

* La Grande Chambre de la Cour Européenne des Droits de l’Homme est l’instance juridique suprême de l’Europe au sujet des droits de l’Homme, ses décisions s’imposent aux états signataires de la Convention.

Sincerely,

The Undersigned

La burqa ne représente que ce que l’on voit : le haut de l’iceberg.

Iceberg Burqa

 

Source: http://tinyurl.com/33fu495

Saint Ouen: la commune soutient l’ambitieux projet d’une nouvelle mosquée!

Action SITA:  NON ! à la construction d’une nouvelle mosquée à Saint Ouen.

« La municipalité a engagé un travail de concertation avec les représentants de l’association ESSALEM, afin de les soutenir et les aider à mettre en oeuvre un projet ambitieux, en direction de l’ensemble des musulmans, ouvert sur la ville et s’intégrant dans le projet architectural et urbain de la Zac des Docks, elle souhaite l’édification d’un lieu reconnu et apprécié de tous ».
Un maire démocrate et républicain, soucieux de l’avenir tant pour sa commune que pour la France, ne devrait JAMAIS autoriser la moindre construction de mosquée. Il existe une multitude de raisons parfaitement fondées à cela, multitude de raisons que tant les maires que les élus municipaux ignorent le plus souvent, ou parfois préfèrent sciemment ignorer afin de pouvoir dire plus tard « On ne savait pas… ».

Informons les élus, et la population, afin que tous sachent pourquoi il ne faut pas autoriser la construction d’une mosquée et qu’ensemble ils prennent les bonnes décisions.

C’est très simple avec la méthode Amnesty International SITA : une lettre dans une enveloppe timbrée, envoyée par la poste (voir http://tinyurl.com/6r4fsu )

Et c’est très efficace (voir http://tinyurl.com/273xwg2 )

Quoi mettre dans l’enveloppe ?

– Imprimer la version abrégée de la présente page qui se trouve sur ce lien :  >>>>>>>>>>>> st_ouen_action_sita.pdf <<<<<<<<<<<<

Avec ça le destinataire va comprendre à propos de quoi on lui écrit.

Qui sont les destinataires ?

1) Jacqueline rouillon Maire de Saint Ouen 93400.  On peut trouver l’adresse postale de la mairie sur la page suivante: http://www.ville-saintouen.fr/index.php?pge=217
Vous pouvez éventuellement contacter les élus municipaux.  Les noms se trouvent sur la page : http://www.ville-saintouen.fr/index.php?pge=294
2) M. Frédéric Atayi, Directeur général adjoint – Administration / Finances / Prévention sécurité. de Saint Ouen. On peut trouver l’adresse postale en 4ème position en partant du bas sur la page suivante: http://www.ville-saintouen.fr/index.php?pge=220
3) Bruno Le Roux Député de Seine-Saint-Denis. On peut éventuellement  lui écrire directement à l’Assemblée Nationale :
4) Association Culturelle (islamique) ESSALAME. Vous pouvez trouver l’adresse postale sur ce lien:  http://mosqueessalame.free.fr/ ou sur ce lien:
5) La Maison des Projets (Projet architectural et urbain de la Zac des docks) de Saint Ouen. Vous pouvez trouver l’adresse postale sur ce lien (Bas de page ) : http://www.ville-saintouen.fr/index.php?pge=216
6) Neouchy Jean Claude , l’architecte du projet de la mosquée de Saint Ouen . Vous pouvez trouver l’adresse postale sur le lien suivant: http://tinyurl.com/292tul8

Option « Informer la population »

On note une étrange tendance récurrente des élus, toutes villes et toutes tendances confondues, à ne faire que le minimum syndical pour l’information des riverains lors d’un projet de construction de mosquée dans leur quartier alors pourtant que ces riverains sont bien évidemment concernés au premier chef. D’ailleurs il ne vient même jamais à l’idée des élus de consulter les riverains pour savoir s’ils veulent ou non d’une mosquée, à croire qu’ils n’ont pas confiance en la démocratie, hormis pour se faire élire et en faire ensuite à leur guise au mépris des habitants.

Puisqu’on ne peut pas compter sur les élus pour faire le travail d’information et de consultation pour lequel ils sont pourtant payés, on va le faire à leur place, toujours avec la même méthode citoyenne de tractage postal. La lettre destinée à la population sera la même que celle destinée aux élus, ne reste qu’à trouver les noms et adresses postales des riverains du projet.

Une fois informés, on peut compter sur les habitants pour aller demander des comptes à leurs élus.

Là encore c’est très simple.
On trouve sur divers liens et sur la page (citée plus haut) du site de la mairie de Saint Ouen: des indications suffisantes pour déterminer les noms des rues à proximité potentielle de ce projet de mosquée .
Vous pouvez ensuite trouver les noms de rues voisines
Le plan permet de voir les rues voisines et donc d’obtenir, de proche en proche via l’annuaire, tous les nom-adresse de tous les habitants de toutes les rues riveraines du projet de mosquée. Cela va permettre d’informer le plus grand nombre possible de riverains.
Le nom de la rue est suffisant pour trouver noms et adresses postales des habitants de la rue, grâce à l’annuaire du téléphone pagesblanches.fr : indiquer le nom de la rue, le nom de la ville, cliquer sur Trouver et l’annuaire vous donne la liste des nom-adresse de tous les habitants de la rue.
Vous pouvez bien évidemment répéter l’opération à volonté  tant que vous avez des timbres, des enveloppes, du papier, de l’encre dans votre imprimante et un peu de temps. 

Petit à petit, internaute après internaute envoyant lettre(s) après lettre(s), vos missives vont toucher élu après élu,, habitant après habitant, au hasard, telles des gouttes de pluie.

Inexorablement, l’information va inonder le conseil municipal et la ville, jusqu’à la goutte qui fera déborder le vase, et ce sera peut-être celle que vous aurez envoyée.

Vous avez une enveloppe ? Un timbre ? 

Alors vous avez le……… P O U V O I R ……

… de dire son fait à toute personne publique.

Éventuellement, vous pouvez recenser votre action au sitathon.blogspot.com afin d’inciter d’autres internautes à agir de même, et vous inscrire à la lettre d’information alertes-sita.blogspot.com pour être averti des prochaines actions.

SNCF: on plie devant la racaille… Faut pas.

Là, je ne suis pas d’accord. La délinquance est essentiellement composée du « jeunes issus de l’immigration », c’est connu, mais il ne faut pas le dire… Ce qui se passe dans les trains, je l’ai déjà vécu, et plus d’une fois; et justement sur le trajet Aix-Marseille. Ca rentre en bandes d’excités, sans billet, bien sûr, et ça terrorise les passagers, nul ne peut le nier. Alors, si on peut éviter ça…

Supprimer ce fichage, c’est renforcer le sentiment d’impunité à toutes ces sous-merdes (toujours les mêmes) qui sèment la discorde et la peur dans les trains, quand ce ne sont pas des actes de violence ou de viols. Tous les usagers ont un jour ou l’autre pu constater ces « incivilités » fréquentes… Le pire est que PERSONNE ne bouge dans ces moments là. J’irais même jusqu’à proposer que la police des trains soit armée.  Car la racaille, s’il le faut, n’hésitera pas à faire usage d’armes, c’est certain. Et l’origine des semeurs de merde est toujours la même: issus de l’immigration… Ce fichage n’est pas du racisme: c’est de la défense préventive… Je vous redonne les chiffres répartis par ethnies ou origines de la population carcérale, en France? Non; ce n’est pas la peine. Nous nous sommes compris… La Police a le même type de fichage… Et on n’en fait pas tout un plat. Et je peux vous certifier une chose: parmi ces abrutis, très très peu ont le type européen…

FDF

.

SNCF: polémique sur un document.

La direction régionale de la SNCF en Paca a retiré aujourd’hui une fiche de signalement distribuée aux agents de Marseille pour qu’ils fassent remonter à la police ferroviaire des informations sur les auteurs d’agressions dans les trains, notamment sur leurs origines. 

Ce retrait est intervenu après des protestations syndicales, dénonçant un fichage ethnique, dont le quotidien La Marseillaise a fait état dans un article publié sur son site internet et à paraître jeudi. « Le document a été retiré aujourd’hui et aucune fiche n’a été remplie à notre connaissance. Si c’était le cas, elle serait détruite », a déclaré une porte-parole de la SNCF, en précisant que c’était une initiative locale lancée sur la ligne Aix-Marseille.

Intitulé « Restons acteurs de la sûreté », le document diffusé par la SNCF et publié par La Marseillaise présentait un modèle de fiche de signalement « déjà utilisé entre le Service interdépartemental de sécurisation des transports en commun et la Régie des transports de Marseille ». Sous la rubrique « Type », cette fiche prévoyait notamment de préciser si le ou les agresseurs étaient « Européen », « Africain », « Nord Africain », « Asiatique », « Latino-Américain », « Gitan » ou originaire des « Pays de l’Est ».

Source: http://tinyurl.com/3735ptt

Et c’est pour qui le beau nonos ??? Hein?

C’est pour les inutiles de la République que sont SOS Racisme! Vous pensez bien bien, un bel os à ronger. Ils vont pouvoir casser du blanc… Servis sur un plateau, les champions de la préférence anti-nationale ! Au fait, ils n’ont toujours rien fait concernant le cinglé de Limoges? Pas de plainte, rien? Ah oui, c’est vrai, c’est un islamiste…

FDF

.

Plainte pour discrimination raciale à Rungis !

Le parquet de Créteil a ouvert une enquête à la suite d’une plainte d’un négociant en volailles du marché de Rungis qui s’estime victime de discrimination raciale, a appris l’AFP aujourd’hui de source judiciaire. 

Patron de la société Felix Fort, Karim R. estime que la Semmaris, qui gère le marché de Rungis, refuse de lui accorder un emplacement dans le nouveau pavillon de la volaille, en cours d’aménagement, en raison de ses origines maghrébines.

« Quand mon client a repris Felix Fort (qui était déjà installé à Rungis, ndlr), il a commencé à développer de la viande halal. Ca n’a pas trop plu qu’il y ait des Arabes dans le marché aux volailles. C’est très terroir », a affirmé à l’AFP l’avocat du plaignant, Maxime Cessieux. « Sans nouvel emplacement, la société de mon client est condamnée à fermer ses portes », a-t-il ajouté.

Après le dépôt d’une plainte pour discrimination en avril, le parquet de Créteil a ouvert une enquête préliminaire confiée à la police judiciaire.  Contactée par l’AFP, la Semmaris réfute toute discrimination. « Il suffit de voir la diversité des personnes qui travaillent au marché de Rungis pour voir que ces accusations ne tiennent pas », a récemment déclaré à l’AFP son PDG, Marc Spielrein.

Selon la Semmaris, la société Felix Fort s’est vu refuser un emplacement pour de strictes raisons légales: elle a violé à plusieurs reprises le règlement intérieur qui interdit de revendre des marchandises à des sociétés qui ne sont pas dûment immatriculées au registre du commerce. Cette société a d’ailleurs été redressée à hauteur de 800.000 euros pour des infractions de ce type commises entre 2003 et 2004.

« Le problème c’est que la société de mon client est la seule à se voir privée d’emplaçement alors que la pratique reste courante chez nombre de ses concurrents », soutient M. Cessieux, qui assure que son client respecte, depuis, la réglementation. Créé en 1969, le marché d’intérêt national (MIN) de Rungis est le plus grand marché de produits frais au monde.

Source: http://tinyurl.com/375bfza


« Victimes de l’islamisme »; ça fait vendre…

Et si ça fait vendre, notamment des livres, c’est que le sujet intéresse… Et si le sujet intéresse, c’est qu’il y a un public curieux et certainement anxieux quant à ce phénomène qui est absolument incompatible avec notre système de vie, occidental ou pas. Victimes de l’islamisme est un état de fait barbare. Ce mépris de la femme, ce mépris de l’incroyant, cette non-tolérance nettement affichée, cet esprit guerrier et sanguinaire, etc… De toutes façons, l’islam, c’est quoi? Une idéologie. Et comme toute idéologie, ça fait couler beaucoup d’encre; et de sang…

FDF

.

Femmes voilées ou jeunes filles mariées contre leur gré, musulmans convertis au christianisme : de nombreux éditeurs donnent la parole à des victimes de l’islamisme

« Ce n’est pas à cause du Christ que j’ai souffert mais du fait de l’absence de liberté qu’impose la société musulmane. » Prison, tentative de meurtre, condamnation à mort prononcée par l’ayatollah Mohammed Sadr, autorité suprême chiite en Irak, et, aujourd’hui, une vie en France en liberté très surveillée : c’est le « prix à payer » pour Mohammed Moussaoui, converti au christianisme sous le nom de Joseph Fadelle et désormais installé en France, dont le témoignage paru en mars est en tête des ventes de livres religieux.

Sa publication est un beau succès pour la jeune éditrice Marjolaine de Latour, également chargée de la communication de la petite maison d’édition de L’Œuvre. « Nous avons dépassé les 25 000 exemplaires et nous partons allègrement vers les 30 000 », se réjouit-elle.

Les tribulations de Joseph Fadelle ne sont pas les seules à occuper les rayonnages des libraires. En plein débat sur la loi contre le voile intégral, le récit de « Zeina », jeune femme née dans une banlieue française, élevée dans une famille musulmane traditionnelle et à qui son mari a imposé « le hijab, puis le jilbab et enfin le niqab », a été abondamment relayé par journaux et télévisions.

«Critiques vis-à-vis de l’islamisme, non de l’islam»

La liste s’est enrichie tout récemment de deux témoignages venus de l’étranger : celui de Sabatina James, jeune Pakistanaise venue vivre en Autriche et que ses parents ont voulu marier à un cousin et inscrire dans une école coranique, menacée de mort pour s’être convertie au christianisme, et celui de Djemila Benhabib, née d’une mère chypriote grecque et d’un père algérien, qui – dans Ma vie à contre-Coran – raconte son enfance en Algérie sous la pression des islamistes et comment « les revendications du fascisme vert contaminent le Canada » où elle vit désormais.

Son livre y a connu un certain succès (8000 exemplaires vendus, et déjà 4500 en France) contribuant à alimenter le débat sur les « accommodements raisonnables » qu’a accordés le pays aux croyants des différentes religions. Celui de Sabatina James, déjà paru dans plusieurs pays dont l’Autriche, s’est vendu « à plus de 500 000 exemplaires » en Europe, assure Philippe Héraclès, le président-fondateur des Éditions du Cherche-Midi.

Manifestement, aucun des éditeurs de ces ouvrages n’a le sentiment de contribuer à cette « stigmatisation » de l’islam dont se plaignent de nombreux musulmans. « Ils sont critiques vis-à-vis de l’islamisme, non de l’islam », assure le président du Cherche-Midi. D’ailleurs, tient-il à préciser, sa maison a également tenu à « donner la parole » à l’imam de Drancy, Hassen Chalghoumi, « parce qu’il défend un islam d’ouverture et prône le rapprochement entre les religions, le respect des uns et des autres ».

«Son point de vue a d’autant plus d’autorité qu’il vient de l’intérieur»

Installé à Montréal, responsable des essais chez VLB éditeur, Robert Laliberté avoue « n’avoir pas vraiment de sympathie à l’égard des islamistes » mais beaucoup plus pour les musulmans qui font souvent office de « boucs émissaires »…

Suite et source: http://tinyurl.com/2dbhy2n

Ben Laden menace directement la France.

C’est un marrant, ce con là… Il faut qu’il arrête de nous faire peur, sinon on lui envoie Sarkö, ou Hortefeux, ou Kouchner…
FDF
.

Le chef d’al-Qaida, Oussama ben Laden, a affirmé que les musulmans étaient « en droit » de riposter par la violence à l’interdiction du voile intégral en France, dans un nouveau message sonore cité aujourd’hui par la chaîne de télévision Al-Jazira. 

« Si la France est en droit d’interdire aux femmes libres de porter le voile, n’est-il pas de notre droit de pousser au départ vos hommes envahisseurs en leur tranchant la tête? », se demande le chef d’al-Qaida. Ben Laden a tenu ces propos dans un message sonore adressé à la France, dont des extraits ont été diffusés par la chaîne satellitaire, dont le siège est au Qatar.

Source: http://tinyurl.com/37pt3jf

Communautarisme et islamisme: « nous avons devant nous un péril mortel ».

Pillé chez Bivouac-ID

FDF

.

« Le constat est accablant. La faillite est totale. Nous avons besoin d’être rassemblés contre les instigateurs du communautarisme et de l’islamisme en France. Nous avons devant nous un péril mortel»

Public Sénat, le 26 octobre 2010. Ces vidéos ont également été ajoutées à la fin de l’article présentant des extraits du rapport du Haut Comité à l’intégration..

Version courte (4 minutes)

http://www.youtube.com/v/X_INqZVLCw4?fs=1&hl=fr_FR

Version longue (intégrale – 12 minutes)

http://www.dailymotion.com/swf/video/xfeukw

L’école menacée par le communautarisme… Les petites villes sont touchées.

Ainsi que les zones rurales qui sont aussi en passe de connaître les bienfaits de l’immigration… Ca va se régler à coups de fourches à fumier, là… On la paye, la préférence non-nationale; on la paye.

FDF

.

Voici le lien vers l’entretien que le Président du Haut Conseil à l’Intégration, Patrick Gaubert, a donné au Journal Du Dimanche, ainsi que le lien vers l’article rédigé par la journaliste Marie-Christine Tabet. Mme Tabet a eu accès à une version intermédiaire du rapport, qui a évolué depuis. J’ai été plus que surprise de retrouver ce document, qui est un document de travail, sur la toile. Les chiffres évoqués dans cette version, comparant l’immigration avec nos voisins européens, ne prennent pas en compte les deuxième et troisième générations issues de l’immigration. Autant dire que la conclusion apportée sur ce point, et qui se base sur des chiffres partiels, ne doit pas être prise en considération, car elle ne décrit pas la situation réelle à laquelle notre société se trouve confrontée.

Je dois vous dire que chez de nombreux hommes politiques et hauts fonctionnaires, la tentation est forte d’aller vers la facilité, en considérant notamment que la principale raison de la Berezina est sociale, et que la déghettoïsation constitue LA solution. Ils continuent d’évoquer cette déghettoïsation alors qu’ils savent pertinemment que l’État ne peut plus répartir ces populations, car les flux migratoires sont considérables, et le taux de natalité de ces mêmes populations est par ailleurs très élevé.

Il y a désormais des programmes de construction de logements sociaux dans les zones rurales, dans le but d’alléger la pression qui s’exerce sur les banlieues des grandes villes. Des associations se constituent parfois localement pour tenter de faire barrage aux projets des maires qui vont en ce sens. Je vous engage à vous y joindre si vous êtes concernés. A-t-on en effet déjà vu un pompier répartir les braises pour tenter d’éteindre un incendie ? Une voie qui amènerait les politiques à retrouver la raison, c’est qu’ils s’appliquent à eux-mêmes la mixité sociale qu’ils souhaitent imposer aux citoyens telle un remède miracle, et que leurs enfants en vivent au quotidien les conséquences. C’est là que nous verrions le bon sens revenir à eux à la vitesse grand V, ce qui serait très bon pour la France.

Source: http://tinyurl.com/28ewz9z

Il y a une « idéologie de l’immigration ». Décryptage…

Je vous soumets cette excellente analyse et ce constat réaliste de Jean-Yves Le Gallou pour lecture et réflexion…Ca va vous faire réfléchir; du moins je l’espère… Au fait, l’islam est AUSSI une idéologie…

FDF

.

Celle-ci promeut le multiculturalisme et la « diversité », la culpabilité française et européenne et « l’antiracisme ». Selon une grille marxiste, « l’idéologie de l’immigration » est la superstructure intellectuelle de « l’économie de l’immigration » qui en est l’infrastructure. Selon une grille parétienne, « l’idéologie de l’immigration » est la « dérivation » théorique d’intérêts concrets bien réels (« les résidus » tout à fait matérialistes de ceux qui tirent avantage de l’immigration). Bref le discours des professionnels des bons sentiments sert de paravent à des intérêts sordides.

Explications

« L’économie de l’immigration » tel est le sujet traité par Jean-Yves Le Gallou, le 14 octobre 2010, à l’invitation du Cercle des catholiques pour les libertés économiques (CLE), présidé par Michel de Poncins. L’auteur analyse d’abord la macroéconomie de l’immigration et son impact sur la production, les salaires, les prestations sociales, la privatisation des profits et la collectivisation des pertes. Jean-Yves Le Gallou étudie ensuite la microéconomie de l’immigration et dévoile la multiplication des intérêts particuliers qui s’en nourrissent.

La logique d’une production moins chère

Dans l’univers du libre échange mondial et de la mobilité de tous les facteurs de production, les entreprises françaises et européennes sont poussées à un double comportement :

– la délocalisation à l’extérieur (« offshore ») de la production des biens et produits manufacturés et des services informatiques ;
– la délocalisation à domicile par le recours à de la main d’œuvre immigrée pour les services non délocalisables : BTP, restauration et services à domicile notamment. Gagnants et perdants de l’immigration

Cette logique a ses gagnants et ses perdants.

Parmi les gagnants on trouve les entreprises qui diminuent leurs charges (1) et donc augmentent leurs marges. On trouve aussi les particuliers qui utilisent des services : riches particuliers recourant à du personnel de maison ou fréquentant des restaurants de luxe, pas toujours très regardants sur la régularité de leur main d’œuvre de base ; particuliers moins riches bénéficiant de services à la personne, notamment de soins à domicile, ou clients de « fast food ». Et bien sûr les immigrés eux-mêmes qui accèdent – au prix de leur déracinement – au confort d’un pays développé.

Perdants de l’immigration : salariés et chômeurs

Les perdants sont du côté des actifs et des salariés : depuis trente ans la main d’œuvre française est en concurrence avec la main d’œuvre mondiale ; il n’est pas surprenant que ses conditions de travail et de revenus se dégradent ; et qu’un chômage structurel de masse se soit installé. Car il est inexact de dire que «les immigrés prendraient les emplois que les Français ne veulent pas faire » ; dans une économie où il y a 10% de chômeurs, tous les emplois sont susceptibles d’être pourvus, à condition que les salariés ne subissent pas la concurrence déloyale d’une main d’œuvre bon marché venue du monde entier.(2)

Les perdants sont aussi du côté des contribuables car l’immigration privatise les bénéfices mais socialise les coûts.

Privatisation des bénéfices, socialisation des coûts

La main-d’œuvre immigrée est abondante (le monde entier en pourvoit !), son coût direct est donc moins cher que la main-d’œuvre autochtone ; c’est encore plus vrai lorsqu’il s’agit d’une main-d’œuvre immigrée clandestine : car dans ce cas c’est alors une main-d’œuvre docile et à charges sociales réduites sinon nulles.

Mais la main-d’œuvre immigrée coûte cher à la collectivité : un résident au chômage ne produit plus de cotisations mais il bénéficie toujours de prestations ; un résident étranger, même clandestin, bénéficie de prestations et dès qu’il est régularisé ces prestations se généralisent et s’étendent à ses ayants droits : prestations de santé, de famille, de logements. Séjourner en France, c’est aussi accéder à des biens collectifs qui ne sont pas indéfinis : réseaux de transports et d’assainissement, places dans les hôpitaux et les collèges. Selon le prix Nobel Maurice Allais, toute entrée de résident supplémentaire génère un coût d’équipement ; ces investissements nécessaires représentent de l’ordre de 100 000 euros par tête, plus sans doute dans les grandes régions urbaines comme l’Ile de France où les réseaux sont saturés.(3) Un travailleur régularisé avec sa famille peut ainsi coûter de 200 000 à 300 000 euros.

La grande illusion des régularisations

Depuis trente ans, les gouvernements successifs, en France comme chez nos voisins européens, finissent toujours par régulariser les travailleurs en situation clandestine, soit massivement, soit au fil de l’eau. Cette politique a des conséquences désastreuses car toute régularisation engendre deux nouvelles vagues d’immigration :

– celle des ayants droits des personnes régularisés (au titre du regroupement familial et de l’immigration nuptiale) ;
– celle de nouveaux clandestins qui viennent remplacer dans leurs emplois les travailleurs régularisés qui sont devenus moins rentables (et qui accèdent à un plus vaste champ de prestations sociales ce qui rend le travail moins intéressant pour eux).

L’économie de l’immigration se nourrit donc elle-même. D’autant qu’une multitude de corporations et de clientèles vivent de l’immigration

L’économie de la demande d’asile

En 2009, 47 000 personnes – record européen – ont demandé (très souvent abusivement) l’asile politique en France. La situation est la suivante : un Africain ou un Turc ou un Tchétchène arrivant, le dimanche, en France, avec sa famille (avec un visa de tourisme), peut déposer une demande du statut de réfugié politique en touchant le territoire français ; dès le lundi, il pourra solliciter un hébergement de la part de la préfecture la plus proche ; et s’il ne l’obtient pas immédiatement, il pourra engager un référé administratif le mardi ; au final, il sera logé dès le jeudi. Derrière ces règles qui coûtent 500 millions d’euros par an aux contribuables français, il y a beaucoup de bénéficiaires : les associations qui touchent les subventions pour l’aide qu’elles apportent aux demandeurs d’asile, les avocats qui trouvent des causes à défendre et les hôtels qui reçoivent des clients solvables…puisque c’est l’État qui paie.

Avocat de l’immigration : un métier profitable

Chaque année, 20 000 avocats supplémentaires sortent des facultés : la judiciarisation de la société et des affaires ne suffit pas à créer un marché suffisant pour les faire vivre ; mais le développement de l’aide judiciaire et les contentieux de masse fournissent des débouchés précieux supplémentaires : à Paris, Versailles, Lille, Lyon et Marseille, près de la moitié du contentieux administratif relève du droit de l’immigration. Un contentieux d’autant plus important qu’il est à la fois administratif et judiciaire. D’autres avocats se sont spécialisés dans les actions « antiracistes ».

Des dizaines de milliers de gens de robe vivent donc de l’immigration et militent pour une complexification croissante des lois au nom bien sur de la défense des droits de l’homme ; défense qui correspond à leurs intérêts bien compris. D’autres professions bénéficient du même effet d’aubaine: ainsi Le Monde notait récemment qu’en matière judicaire :« les pauvres manquaient d’interprètes. » (4)

L’économie associative

Des milliers d’associations maillent le territoire pour faciliter « l’intégration », « lutter contre l’exclusion » ou « combattre le racisme ». La aussi une multitude d’animateurs sociaux, de pédagogues et de sociologues trouvent des débouchés professionnels dans des structures subventionnées ; structures d’autant plus généreuses que plus une action échoue, plus elle a de chances d’obtenir des crédits supplémentaires car loin d’être abandonnées les actions sans résultats obtiennent des rallonges budgétaires.

Il y a là au niveau local comme au niveau national un terreau d’intérêts.

Les médecins et l’immigration : les paradoxes du numerus clausus

A la différence des avocats, la profession de médecins a subi un numerus clausus sévère : les médecins sélectionnés en France ont donc tendance à se concentrer sur les taches les plus intéressantes ou les mieux rémunérés. Un marché parallèle se développe pour les autres taches : urgentistes des hôpitaux venant du Maghreb et d’Afrique noire souvent moins qualifiés et toujours moins payés. Dentistes venant de Roumanie ou d’autres pays de l’est.

Dans le même temps, certains patrons de services hospitaliers vont chercher des patients intéressants à l’étranger. Ils maintiennent ainsi la voilure de leur service. Situation pour le moins paradoxale : la médecine française importe à la fois des malades et des médecins. Il n’est pas sûr que le patient français et l’assuré qui finance la sécurité sociale soit le gagnant de ces étranges pratiques.

Les universités à la recherche d’effectifs

Faute de sélection, les universités françaises attirent de moins en moins les étudiants français qui préfèrent souvent les filières courtes ou les grandes écoles (y compris les plus « petites » qui se sont beaucoup développées). Présidents d’universités et syndicats d’enseignants ont donc cherché de nouveaux débouchés auprès des étudiants chinois ou africains de petit niveau (les meilleurs intégrant les grandes écoles françaises ou les universités anglo-saxonnes). Là encore on voit mal ce que les Français ont à gagner à un tel dispositif qui se borne à nourrir de petits intérêts. D’autant que le statut d’étudiant accordé sans grand contrôle d’assiduité et de sérieux (ce n’est pas l’intérêt des universités qui cherchent à faire du « chiffre ») est l’une des filières du travail clandestin.

Conclusions

L’intégration des immigrés est un échec.

L’immigration pose des problèmes de moins en moins solubles. Et pourtant l’immigration se poursuit imperturbablement. C’est qu’il y a derrière le mouvement migratoire, le puissant moteur d’une économie de grands et petits intérêts. C’est aussi pour cela que « l’antiracisme » est l’idéologie de l’oligarchie dominante (5)

Jean-Yves Le Gallou
25/10/2010
Polémia

Notes :