Francaisdefrance's Blog

15/10/2010

Rama Yade, la France, l’Afrique et l’océan Atlantique…

Excusez, Mme la secrétaire d’Etat aux Sports; mais là, on ne pouvait pas vous « louper ». C’était « offert sur un plateau d’argent »… Faut dire aussi, qu’à votre décharge, les problèmes de l’immigration ne sont pas professionnellement de votre ressort… La géographie non plus, vous n’êtes pas à « l’Outre Mer »… Quoi que, bientôt, peut-être ?

FDF

.


Rama Yade (Ramatoulaye Yade) était hier soir sur France 2 dans « A vous de juger ». Elle en a profité pour nous donner une petite leçon de géographie:

« Il y a de l’héroïsme dans le parcours des migrants. Parce que quand on traverse l’océan Atlantique depuis l’Afrique pour venir en France sur une pirogue en bois (…). « 


50 ième militaire Français tué en Afghanistan !

L’ICS Thibault Miloche était marié et père de deux enfants (crédit : 126e RI)

.

Et encore un! On arrête quand de les envoyer au massacre dans une guerre qui ne nous concerne pas, nos soldats français, alors que sur notre sol la lutte contre la délinquance s’amplifie et que les forces de Police auraient bien besoin de renforts?

Bon. Avec ce petit communiqué du ministre et une petite légion d’honneur à titre posthume, ça devrait aller… La famille se sentira rassurée. Cette fois, « ON » n’a pas évoqué un accident… Pas tous les coups, quand-même…

FDF

 

Communiqué de Hervé Morin:

« Jeudi 14 octobre, en fin d’après-midi, au cours d’une mission de reconnaissance aux côté des forces nationales de sécurité afghanes, à proximité du village de Rodbar, un sous-officier et un militaire du rang du détachement du groupement tactique interarmes (gtia) de Surobi ont été blessés par un tir de roquette.

Le sous-officier, infirmier, est décédé à l’hôpital militaire de Kaboul des suites de ses blessures. Le militaire du rang, auxiliaire sanitaire, est en cours de rapatriement vers la France.

Mes premières pensées vont aux familles de ces deux militaires.

Avec toute la communauté de défense, je m’associe pleinement à leur douleur et leur adresse mes condoléances attristées et mes vœux les plus sincères de rétablissement.

Je sais qu’au-delà de la légitime souffrance des familles et des proches, ce nouveau sacrifice n’est pas vain. Le combat que mènent nos soldats, avec ceux des 25 pays européens au sein de la coalition internationale, est celui de l’espoir.

Les Afghans savent que tout abandon de notre part les soumettrait inévitablement à la dictature des talibans, aux lapidations et à la torture. Seul le retour de la sécurité et de la liberté peut créer les conditions de développement auquel aspire le peuple afghan.

La mort d’un soldat au combat n’est pas une mort ordinaire.

Je rends hommage aux hommes et aux femmes qui s’engagent au service de la paix et de la sécurité internationales et réaffirme tout mon soutien aux forces françaises actuellement en opérations. »

D’après le site indépendant icasualties.org, l’année 2010 est la plus meurtrière en Afghanistan avec 521 morts.

Procès Wilders: « critiquer une religion n’est pas punissable ».

Et qu’on se le dise !!!

On avance, on avance… « ILS » vont finir par reculer…

FDF

.

AMSTERDAM 

Critiquer une religion n’est pas « punissable« , a estimé vendredi le parquet dans son réquisitoire contre le député néerlandais d’extrême droite Geert Wilders, jugé à Amsterdam pour incitation à la haine raciale et à la discrimination envers les musulmans.

« La critique ne peut être punissable que si elle se dirige de manière incontestable vers les individus eux-mêmes et non uniquement vers leurs convictions« , a déclaré la procureur Birgit van Roessel>.

« Blesser les sentiments, les sentiments religieux, ne joue aucun rôle », a souligné la magistrate.

Le parquet avait demandé mardi, en entamant son réquisitoire, que M. Wilders ne soit pas poursuivi pour « outrage à un groupe de personnes », l’un des cinq chefs de prévention dont le chef de file du parti d’extrême droite PVV doit répondre.

Le ministère public avait estimé que « comparer Mein Kampf au coran » pouvait être « blessant » mais que cela ne constituait pas un délit.

Le parquet devait commencer vendredi par se prononcer sur la culpabilité de M. Wilders concernant les quatre chefs d’incitation à la haine raciale et à la discrimination envers les musulmans pour lesquels il est poursuivi avant de requérir une peine.

Geert Wilders, dont le parti a terminé troisième aux élections législatives du 9 juin, comparaît pour avoir notamment qualifié l’islam de « fasciste » et réclamé l’interdiction du coran, comparé au livre « Mein Kampf » d’Adolf Hitler.

Le procès du député, qui encourt un an de prison ou 7.600 euros d’amende, s’était ouvert le 4 octobre. Sept journées d’audience sont prévues. Le jugement devrait être rendu le 5 novembre.

Le PVV de Geert Wilders, arrivé troisième aux élections législatives anticipées du 9 juin avec 24 sièges de députés, a apporté son soutien au gouvernement libéral-chrétien-démocrate minoritaire du nouveau Premier ministre néerlandais, le libéral Mark Rutte.

Source: http://tinyurl.com/2cu7b83

Future mosquée de Forbach: la NDP écrit au maire.

Construction d’une mosquée à Forbach : Armand Weber, délégué de la NDP, écrit au maire de sa ville.




Suite à l’annonce de la construction d’une mosquée à Forbach, le délégué local de la Nouvelle Droite Populaire, Armand Weber, a adressé la lettre ouverte suivante au maire de cette ville mosellane, Laurent Kalinowski.

Monsieur le Maire.

Les pouvoirs publics apportent désormais 30 % des fonds nécessaires à l’édification des lieux de culte musulmans, en contravention avec la loi ou en la détournant.

Partout, des mosquées sortent de terre. Quelques 150 projets sont lancés. Les mairies utilisent de surcroît les activités culturelles de la mosquée, parfois un simple salon de thé, pour verser des subventions.

Le CFCM souhaite passer de 2 000 mosquées à 4 800.

Pourtant.

Savez-vous que l’islam n’est pas seulement une religion, mais qu’il préconise un ordre social basé sur la sharia (loi islamique résultant du Coran et des hadith) et la prééminence de l’ouma (la communauté des musulmans), ce qui est totalement antinomique avec les valeurs et les normes propres à notre société européenne ?

Savez-vous que les mosquées fonctionnent comme catalyseurs de l’islamisation des quartiers urbains, qu’elles insistent, de toute leur autorité au sein de la communauté musulmane, sur l’exigence d’une pratique stricte de l’islam, ce qui contribue à freiner l’intégration de ces minorités musulmanes ?

Savez-vous que certains musulmans placent les lois divines islamiques au dessus des lois civiles ? Qu’il existe en outre, parmi les populations musulmanes, une tendance à la radicalisation qui se manifeste par une animosité croissante à l’encontre de notre civilisation occidentale et des valeurs qui la fondent  ?

Savez-vous que 85% des Français sont contre le financement public des mosquées ?

Savez-vous que l’Europe est une terre de cathédrales et de beffrois et non de mosquées et de minarets ?

Avec tout le respect dû à votre fonction et dans le respect des lois de la République.

Source: Nouvelle Droite Populaire

Les aventures de Bilal à la mosquée… Redif.

J’ai retrouvé cette petite vidéo (ci-dessous) relatant les aventures de notre star du foot et des scandales qui a l’air plus à l’aise chez les muzz que sur le gazon des stades…

FDF

.

Voir: http://facefoot.blogspot.com/2010/10/video-de-ribery-la-mosquee.html

Islam: le devoir de mentir…

Pillé chez: NDP Herault 34… 

FDF

.


Question:

Est-ce que les musulmans sont autorisés à mentir?


Réponse rapide
: 

Les érudits musulmans enseignes que les musulmans se doivent de dire de façon générale la vérité, à moins que le but du mensonge soit d’apaiser des différents.

Il y a deux formes de mensonges autorisées à dire aux mécréants sous certaines circonstances, la taqiya et le kirman. Ces circonstances sont typiquement celles qui servent la cause de l’islam, dans certains cas dans le but de gagner la confiance des mécréants afin de les laisser exposer leur vulnérabilité et de les vaincre.


Le Coran:
 

Coran (16:106) – Ce verset montre qu’il y a des circonstances qui peuvent « pousser » un musulman à mentir.

Coran (3:28) – Ce verset demande aux musulmans de ne pas prendre les mécréants comme alliés ou amis, à moins que cela ils n’y soient « contraint par un péril à redouter ».

Coran (9:3)« … Dieu et Son Messager sont déliés de tout engagement vis-à-vis des polythéistes… » Au sujet de la dissolution des serments passés avec les païens qui restèrent à la Mecque après sa capture. Ils n’avaient rien fait de mal, mais ils furent tout de même expulsés.

Coran (40:28) – Un homme est présenté comme un croyant mais qui devait « dissimuler sa foi » parmi ceux qui n’étaient pas croyants.

Coran (2:225)«  Dieu vous tiendra rigueur non pas d’un serment que vous aurez prononcé à la légère, mais de celui que vous aurez proféré en toute conscience »

Qur’an (66:2)« Dieu a pourtant institué pour vous un moyen de vous délier de certains de vos serments. »

Coran (3:54)« Ils [les mécréants] ont usé de ruse [contre Jésus], et Dieu aussi a rusé ; Dieu est le meilleur des stratèges. » Le mot arabe utilisé ici pour « ruse » ou « stratagème » est makara, ce qui veut dire littéralement tromperie. Si Allah lui-même use de ruse ou complote contre les mécréants, cela confirme que les musulmans sont autorisés à faire de même.

Collectivement, ces différents versets expriment l’idée qu’il y a des circonstances dans lesquelles un musulman est « contraint » de mentir à autrui si cela est fait dans un but honorable.


Les Hadiths:
 

Bukhari (52:269)« Le prophète dit: ‘La guerre est basée sur la tromperie’  » Ce verset justifie le meurtre de Usayr ibn Zarim et de trente des ses hommes désarmés par Mahomet après la promesse d’un sauf-conduit. (voir Information complémentaire plus bas).

Bukhari (49:857)« Celui qui fait la paix entre les gens en inventant et en disant de fausses informations, celui là n’est pas un menteur. » Mentir est permis quand la fin justifie les moyens.

Bukhari (84:64-65) – Alors qu’il était en position de force à la période de cet hadith, Ali confirme qu’il est possible de mentir afin de tromper l' »ennemi ».

Bukhari (52:271) – Cet hadith raconte le meurtre d’un poète, Ka’b bin al-Ashraf, sur la sollicitation de Mahomet. Les hommes qui se portèrent volontaire pour son assassinat utilisèrent la fourberie pour gagner la confiance de Ka’b, feignant qu’ils s’étaient retournés contre Mahomet. Ainsi trompée, la victime sortit de sa forteresse, et fut massacré sans merci bien qu’il défendît farouchement sa vie.

La loi islamique:

Umdat al-Salik wa Uddat al-Nasik (p. 746 – 8.2) – « Parler est un moyen pour atteindre ses objectifs. Si un but honorable peut être atteint à la fois par la vérité et par le mensonge, il est contraire à la volonté d’Allah que d’atteindre ce but grâce au mensonge et non grâce à la vérité. Lorsqu’il est possible d’atteindre un tel but en mentant mais non en disant la vérité, il est alors permis de mentir si le but à atteindre est permis (c.-à-d. lorsque le but de mentir est de mettre en échec quelqu’un qui vous empêche d’atteindre ce but), et il devient obligatoire de mentir si le but est obligatoire… Il est prudent, d’un point de vue religieux, en toutes circonstances d’utiliser des mots qui donnent une impression trompeuse… » On doit comparer les conséquences néfastes engendrées par le mensonge aux conséquences néfastes engendrées par la vérité, et si les conséquences de dire la vérité sont plus dangereuses, on a alors toute licence pour mentir.

 


Information complémentaire:
 

Les musulmans sont autorisés à mentir aux mécréants afin de les vaincre. Il y a deux formes de mensonge:

Taqiya – Dire quelque chose qui n’est pas vrai.

Kitman – Mentir pas omission. Un exemple de kitman est lorsque les défenseurs de l’islam citent seulement un extrait du verset 5:32 (que lorsque quelqu’un tue, il « est considéré comme le meurtrier de l’humanité tout entière ») tout en omettant de dire que le reste du verset (et le suivant) donne licence au meurtre dans des cas, pas vraiment bien défini, de « sédition » et de « désordre ».

Bien que ne l’appelant pas Taqiya explicitement, Mahomet utilisa clairement la fourberie lorsqu’il signa un accord de 10 ans avec les habitants de la Mecque qui lui autorisait l’accès à cette ville alors que dans un même temps il préparait ses propres forces pour la prise du pouvoir. Les habitants sans méfiance furent vaincus facilement après que le prophète eut rompu le traité deux ans plus tard, et certaines personnes dans la ville qui lui avaient fait confiance furent exécutées.

Un autre exemple de tromperie est lorsque Mahomet emmena par la ruse ses ennemis personnels a baisser la garde et à s’exposer au massacre en feignant de vouloir faire la paix. Ceci fut le cas par exemple de Ka’b bin al-Ashraf (voir plus haut) et peu après de nouveau contre Usayr ibn Zarim, un des chefs survivant de la tribu des Banu Nadir, qui avaient été expulsés de leurs maisons à Médine par les musulmans.

À cette époque, Usayr ibn Zarim essayait de rassembler une armée, contre les musulmans, avec des hommes de la tribu alliée des Quraish (contre lesquels Mahomet avait déjà déclaré la guerre). Les « émissaires » de Mahomet vinrent trouver ibn Zarim et le persuadèrent de quitter ses bases, se mettant ainsi en danger, afin de rencontrer le prophète de l’islam à Médine pour des pourparlers de paix. Lorsqu’il fut vulnérable, le chef et ses trente compagnons furent massacrés facilement par les musulmans, alors qu’ils n’étaient pour la plupart pas armés, la garantie d’un sauf-conduit leur ayant été donné (Ibn Ishaq 981).

Ainsi était la réputation des musulmans pour mentir et par la suite tuer, si bien que même ceux qui « accepté l’islam » ne se sentait pas rassurés pour autant. Le sort des Jadhima en est une tragique évidence. Lorsque les « missionnaires » musulmans abordèrent leur tribu, un des membres affirma qu’ils seraient massacrés bien qu’ils se fussent déjà « convertis » à l’islam afin d’éviter la mort. Cependant, les autres membres de la tribu furent convaincus qu’ils pouvaient avoir confiance dans la promesse du chef musulman qu’il ne leur serait fait aucun mal a la condition qu’ils n’offrissent aucune résistance. (Après avoir convaincu le membre de la tribu sceptique de déposer les armes, les hommes ainsi désarmés furent rapidement attachés et décapités – Ibn Ishaq 834 & 837).

De nos jours, les musulmans essaient bien souvent de justifier les meurtres, perpétrés par Mahomet, des poètes et d’autres qui critiquaient le prophète à Médine en arguant le fait qu’ils avaient trahis leurs accords par leurs actions. Pourtant, ces mêmes musulmans qui défendent leur religion n’accordent que peu d’importance aux accords rompus par les musulmans. De Mahomet à Saddam Hussein, les promesses faites aux non musulmans n’engagent clairement à rien dans l’esprit des musulmans.

Les pirates de l’air du 11 Septembre 2001 employèrent la tromperie en allant dans des bars et en buvant de l’alcool, ôtant ainsi toute suspicion possible à leur égard qu’ils fussent des intégristes se préparant au djihad. Leur ruse marcha si bien, que même des semaines après le 11 Septembre, John Walsh, l’animateur d’une émission très regardée à la télévision américaine, déclara que la consommation dans les bars était une preuve que l’on cherchait à tromper l’opinion publique.

Dans les échanges radio avec le vol 93 les pirates de l’air disent aux passagers déjà condamnés à mort qu’il y a une « bombe à bord » mais que tout le monde sera « sain et sauf » tant que « leur exigences leur sont accordées ». Bien évidement rien de tout ceci n’était vrai, mais ces hommes, qui étaient tellement dévoués à la cause de l’islam qu’ils étaient d’accord pour « tuer et être tué au nom d’Allah » (comme le dit le Coran) ne virent aucun obstacle pour eux à utiliser la taqiya afin de faciliter leur tuerie.

La quasi absence de verset dans le Coran et d’Hadith digne de foi qui encourage à dire la vérité est quelque peu surprenant, étant donné que de nombreux musulmans sont convaincus que leur religion enseigne l’honnêteté. En fait, c’est à cause de cette croyance bien ancrée que la plupart des musulmans sont honnêtes.

Finalement, les circonstances dans lesquelles Mahomet autorise un croyant à mentir sont limités à:

  1. La promotion de la cause de l’islam
  2. Éviter tout ce qui peut nuire au bien être d’un musulman (et vraisemblablement aussi au bien être d’autres musulmans)

Bien qu’il ne faudrait pas perdre ceci de vue lorsqu’il s’agit de négocier dans des affaires impliquant la sécurité du monde entier, comme par exemple les intentions de l’Iran sur le dossier nucléaire, ce n’est pas un motif suffisant pour supposer que tout les musulmans que l’on rencontre dans la rue ou au travail sont moins honnête la moyenne.

Tariq Ramadan, un menteur?

Il est bon de savoir quand on s’intéresse à l’islam et aux débats télévisés sur l’Islam si les musulmans invités sur les plateaux de TV sont sincères quand ils se disent modérés, comme par exemple Tariq Ramadan.

Les érudits musulmans enseignent que les musulmans se doivent de dire de façon générale la vérité, à moins que le but du mensonge soit d’apaiser des différents.

Il y a deux formes de mensonges autorisées à dire aux mécréants sous certaines circonstances, la taqiya et le kirman. Ces circonstances sont typiquement celles qui servent la cause de l’islam, dans certains cas dans le but de gagner la confiance des mécréants afin de les laisser exposer leur vulnérabilité et de les vaincre.

Le Coran:

Coran (16:106) – Ce verset montre qu’il y a des circonstances qui peuvent “pousser” un musulman à mentir.

Coran (3:28) – Ce verset demande aux musulmans de ne pas prendre les mécréants comme alliés ou amis, à moins que cela ils n’y soient “contraint par un péril à redouter”.

Coran (9:3)“… Dieu et Son Messager sont déliés de tout engagement vis-à-vis des polythéistes…” Au sujet de la dissolution des serments passés avec les païens qui restèrent à la Mecque après sa capture. Ils n’avaient rien fait de mal, mais ils furent tout de même expulsés.

Coran (40:28) – Un homme est présenté comme un croyant mais qui devait “dissimuler sa foi” parmi ceux qui n’étaient pas croyants.

Coran (2:225) Dieu vous tiendra rigueur non pas d’un serment que vous aurez prononcé à la légère, mais de celui que vous aurez proféré en toute conscience”

Qur’an (66:2)“Dieu a pourtant institué pour vous un moyen de vous délier de certains de vos serments.”

Coran (3:54)Ils [les mécréants] ont usé de ruse [contre Jésus], et Dieu aussi a rusé ; Dieu est le meilleur des stratèges.” Le mot arabe utilisé ici pour “ruse” ou “stratagème” est makara, ce qui veut dire littéralement tromperie. Si Allah lui-même use de ruse ou complote contre les mécréants, cela confirme que les musulmans sont autorisés à faire de même.

Collectivement, ces différents versets expriment l’idée qu’il y a des circonstances dans lesquelles un musulman est “contraint” de mentir à autrui si cela est fait dans un but honorable.

Les Hadiths:

Bukhari (52:269)“Le prophète dit: ‘La guerre est basée sur la tromperie’ ” Ce verset justifie le meurtre de Usayr ibn Zarim et de trente des ses hommes désarmés par Mahomet après la promesse d’un sauf-conduit. (voir Information complémentaire plus bas).

Bukhari (49:857)“Celui qui fait la paix entre les gens en inventant et en disant de fausses informations, celui là n’est pas un menteur.” Mentir est permis quand la fin justifie les moyens.

Bukhari (84:64-65) – Alors qu’il était en position de force à la période de cet hadith, Ali confirme qu’il est possible de mentir afin de tromper l’”ennemi”.

Bukhari (52:271) – Cet hadith raconte le meurtre d’un poète, Ka’b bin al-Ashraf, sur la sollicitation de Mahomet. Les hommes qui se portèrent volontaire pour son assassinat utilisèrent la fourberie pour gagner la confiance de Ka’b, feignant qu’ils s’étaient retournés contre Mahomet. Ainsi trompée, la victime sortit de sa forteresse, et fut massacré sans merci bien qu’il défendît farouchement sa vie.

La loi islamique:

Umdat al-Salik wa Uddat al-Nasik (p. 746 – 8.2) – “Parler est un moyen pour atteindre ses objectifs. Si un but honorable peut être atteint à la fois par la vérité et par le mensonge, il est contraire à la volonté d’Allah que d’atteindre ce but grâce au mensonge et non grâce à la vérité. Lorsqu’il est possible d’atteindre un tel but en mentant mais non en disant la vérité, il est alors permis de mentir si le but à atteindre est permis (c.-à-d. lorsque le but de mentir est de mettre en échec quelqu’un qui vous empêche d’atteindre ce but), et il devient obligatoire de mentir si le but est obligatoire… Il est prudent, d’un point de vue religieux, en toutes circonstances d’utiliser des mots qui donnent une impression trompeuse…” On doit comparer les conséquences néfastes engendrées par le mensonge aux conséquences néfastes engendrées par la vérité, et si les conséquences de dire la vérité sont plus dangereuses, on a alors toute licence pour mentir.

Information complémentaire:

Les musulmans sont autorisés à mentir aux mécréants afin de les vaincre. Il y a deux formes de mensonge:

Taqiya – Dire quelque chose qui n’est pas vrai.

Kitman – Mentir pas omission. Un exemple de kitman est lorsque les défenseurs de l’islam citent seulement un extrait du verset 5:32 (que lorsque quelqu’un tue, il “est considéré comme le meurtrier de l’humanité tout entière”) tout en omettant de dire que le reste du verset (et le suivant) donne licence au meurtre dans des cas, pas vraiment bien défini, de “sédition” et de “désordre”.

Bien que ne l’appelant pas Taqiya explicitement, Mahomet utilisa clairement la fourberie lorsqu’il signa un accord de 10 ans avec les habitants de la Mecque qui lui autorisait l’accès à cette ville alors que dans un même temps il préparait ses propres forces pour la prise du pouvoir. Les habitants sans méfiance furent vaincus facilement après que le prophète eut rompu le traité deux ans plus tard, et certaines personnes dans la ville qui lui avaient fait confiance furent exécutées.

Un autre exemple de tromperie est lorsque Mahomet emmena par la ruse ses ennemis personnels a baisser la garde et à s’exposer au massacre en feignant de vouloir faire la paix. Ceci fut le cas par exemple de Ka’b bin al-Ashraf (voir plus haut) et peu après de nouveau contre Usayr ibn Zarim, un des chefs survivant de la tribu des Banu Nadir, qui avaient été expulsés de leurs maisons à Médine par les musulmans.

À cette époque, Usayr ibn Zarim essayait de rassembler une armée, contre les musulmans, avec des hommes de la tribu alliée des Quraish (contre lesquels Mahomet avait déjà déclaré la guerre). Les “émissaires” de Mahomet vinrent trouver ibn Zarim et le persuadèrent de quitter ses bases, se mettant ainsi en danger, afin de rencontrer le prophète de l’islam à Médine pour des pourparlers de paix. Lorsqu’il fut vulnérable, le chef et ses trente compagnons furent massacrés facilement par les musulmans, alors qu’ils n’étaient pour la plupart pas armés, la garantie d’un sauf-conduit leur ayant été donné (Ibn Ishaq 981).

Ainsi était la réputation des musulmans pour mentir et par la suite tuer, si bien que même ceux qui “accepté l’islam” ne se sentait pas rassurés pour autant. Le sort des Jadhima en est une tragique évidence. Lorsque les “missionnaires” musulmans abordèrent leur tribu, un des membres affirma qu’ils seraient massacrés bien qu’ils se fussent déjà “convertis” à l’islam afin d’éviter la mort. Cependant, les autres membres de la tribu furent convaincus qu’ils pouvaient avoir confiance dans la promesse du chef musulman qu’il ne leur serait fait aucun mal a la condition qu’ils n’offrissent aucune résistance. (Après avoir convaincu le membre de la tribu sceptique de déposer les armes, les hommes ainsi désarmés furent rapidement attachés et décapités – Ibn Ishaq 834 & 837).

De nos jours, les musulmans essaient bien souvent de justifier les meurtres, perpétrés par Mahomet, des poètes et d’autres qui critiquaient le prophète à Médine en arguant le fait qu’ils avaient trahis leurs accords par leurs actions. Pourtant, ces mêmes musulmans qui défendent leur religion n’accordent que peu d’importance aux accords rompus par les musulmans. De Mahomet à Saddam Hussein, les promesses faites aux non musulmans n’engagent clairement à rien dans l’esprit des musulmans.

Les pirates de l’air du 11 Septembre 2001 employèrent la tromperie en allant dans des bars et en buvant de l’alcool, ôtant ainsi toute suspicion possible à leur égard qu’ils fussent des intégristes se préparant au djihad. Leur ruse marcha si bien, que même des semaines après le 11 Septembre, John Walsh, l’animateur d’une émission très regardée à la télévision américaine, déclara que la consommation dans les bars était une preuve que l’on cherchait à tromper l’opinion publique.

Dans les échanges radio avec le vol 93 les pirates de l’air disent aux passagers déjà condamnés à mort qu’il y a une “bombe à bord” mais que tout le monde sera “sain et sauf” tant que “leur exigences leur sont accordées”. Bien évidement rien de tout ceci n’était vrai, mais ces hommes, qui étaient tellement dévoués à la cause de l’islam qu’ils étaient d’accord pour “tuer et être tué au nom d’Allah” (comme le dit le Coran) ne virent aucun obstacle pour eux à utiliser la taqiya afin de faciliter leur tuerie.

La quasi absence de verset dans le Coran et d’Hadith digne de foi qui encourage à dire la vérité est quelque peu surprenant, étant donné que de nombreux musulmans sont convaincus que leur religion enseigne l’honnêteté. En fait, c’est à cause de cette croyance bien ancrée que la plupart des musulmans sont honnêtes.

Finalement, les circonstances dans lesquelles Mahomet autorise un croyant à mentir sont limités à:

  1. La promotion de la cause de l’islam
  2. Éviter tout ce qui peut nuire au bien être d’un musulman (et vraisemblablement aussi au bien être d’autres musulmans)

Bien qu’il ne faudrait pas perdre ceci de vue lorsqu’il s’agit de négocier dans des affaires impliquant la sécurité du monde entier, comme par exemple les intentions de l’Iran sur le dossier nucléaire, ce n’est pas un motif suffisant pour supposer que tout les musulmans que l’on rencontre dans la rue ou au travail sont moins honnête la moyenne.

Racisme: deux adolescents chez le juge pour une agression antisémite.

Photo d’archives FDF

Est-ce qu’il y a autant de battage lorsque c’est un blanc agressé par des arabes ? (quoique ce pourrait être le cas…). Ben non. Et tout le monde « condamne »…. C’est tout. Affaire classée; médiatiquement, du moins.

FDF

.

Deux adolescents, déférés mercredi soir au parquet de Bobigny après l’agression à caractère antisémite, le 8 octobre, d’un élève dans un lycée du Blanc-Mesnil, doivent être présentés ce jeudi à un juge.

Mardi, l’audition de témoins avait permis de confirmer le caractère antisémite de l’agression, avancé par la famille de la victime. Il y aurait notamment eu des insultes racistes. Et mercredi matin, c’est en tout quatre « jeunes » de 15 ans qui ont été placés en garde à vue dans cette affaire. Deux ont par la suite été libérés. Ces adolescents n’étaient pas connus des services de police, a-t-on précisé de source judiciaire.

Une agression condamnée par Luc Chatel

Les « jeunes » agresseurs présumés sont scolarisés au lycée Aristide-Briand du Blanc-Mesnil, le même établissement que la victime, qui s’est vu prescrire une incapacité totale de travail de 30 jours, avec notamment une fracture du pouce. Il s’agit d’un adolescent de 15 ans, qui « a été frappé par trois autres élèves dans les vestiaires de son collège. Ils lui ont masqué les yeux avec sa capuche et ils ont commencé à le passer à tabac« , avait raconté dimanche sa mère.

Le ministre de l’Education nationale, Luc Chatel, a « condamné » cette agression « avec la plus grande fermeté« , dans un communiqué, annonçant qu’il présenterait « dans les prochains jours, une série de mesures destinées à ancrer la notion de vivre ensemble au coeur des écoles et des établissements scolaires« . Luc Chatel a demandé par ailleurs au recteur de l’académie de Créteil « de mener un travail spécifique de prévention du racisme et de l’antisémitisme au sein de cet établissement« . Le maire PCF du Blanc-Mesnil, Didier Mignot, a exprimé dans un communiqué sa « condamnation la plus ferme » de cette agression.

Source: http://tinyurl.com/2crqsfr

Dîner-débat le 11 novembre à Lyon avec L’Observatoire International des Libertés.

Religion, Liberté, Laïcité en France et dans le monde : une cohabitation de plus en plus impossible ?

.

A ne pas manquer: dîner-débat sur ce sujet le jeudi 11 novembre à Lyon (voir le PDF ci-dessous).

FDF

Oil-conf-11-novembre-10-bis

Dhimmitude et profits: le Code des Impôts a « plongé »…

« Plusieurs instructions ont été publiées dans le Journal Officiel n° 78 du 24 août 2010. Elles veulent adapter le code français, qui est déjà extrêmement complexe, aux caractéristiques de la finance islamique. Où est l’égalité devant l’impôt ?, se demande Nicolas Lecaussin.

Une première instruction a pour objet de préciser le régime fiscal applicable à un des principaux outils de la finance islamique : l’opération de murabaha avec ordre d’achat, à laquelle s’ajoutent les opérations de tawarruq (opérations de financement réalisées au travers d’une opération de murabaha) et de dépôt rémunéré par une opération de murabaha. La murabaha avec ordre d’achat est un contrat de financement aux termes duquel un client demande explicitement à un Financier de financer l’achat d’un actif déterminé ou d’un portefeuille d’actifs déterminés, en réalisant en particulier deux transferts successifs de propriété se présentant de la manière suivante : un vendeur vend l’actif à un Financier qui le revend à un Client moyennant un prix payable à tempérament, supérieur au prix d’acquisition à hauteur d’un Profit.
Une deuxième instruction a pour objet de préciser le régime fiscal applicable à un autre outil de la finance islamique : les sukuk d’investissement et autres instruments financiers assimilés. Les sukuk d’investissement sont des titres financiers hybrides négociables dont la rémunération et, le cas échéant, le capital, sont indexés sur la performance d’un ou plusieurs actifs sous-jacents détenus directement ou indirectement par l’émetteur.
Une troisième instruction du Journal Officiel concerne le contrat d’ijara sur actif. L’ijara est un contrat aux termes duquel une entité met un bien à disposition d’un client pendant une durée déterminée, en contrepartie du versement de loyers. Ce contrat peut être assorti d’une promesse de vente ou d’une option d’achat.
Enfin, une dernière instruction concerne le contrat d’istisna. C’est un contrat de financement  par lequel un Financier finance pour son compte propre ou pour le compte de son Client, la construction d’un ouvrage mobilier ou immobilier auprès d’un tiers qui le construit (« le Fabricant »). Le Financier paie le fabricant au comptant ou avec un échéancier durant la phase de construction…

Suite et source: http://tinyurl.com/36t9mv5

Il nous en faudrait un, en France, de « Geert Wilders » !

Un peu critique, cet article, et manquant d’objectivité en cherchant à dénigrer Geert Wilders… Mais Wilders, nous avons de la chance qu’il existe. Il est en train de rendre aux Pays-Bas son identité nationale et pour ce faire, aimerait faire appliquer des lois adéquates. Mission ardue s’il en est, mais tâche ôh combien gratifiante et fort utile. Ce type ne pliera jamais devant l’islam; il n’en n’a pas peur, lui au moins…

FDF

.

« Super, je trouve ça super que Geert Wilders ait son mot à dire. Il y a trop d’immigrés ici. Ils arrivent, on leur donne une indemnité, un logement, un vélo, que sais-je encore… C’est vraiment dingue. » Frans découpe le traditionnel hareng cru sur le grand marché Albert Cuyp à Amsterdam. Quelques adroits coups de couteau pour trancher des filets bien gras du poisson de la mer du Nord, des oignons crus par dessus : on fait la queue devant son stand. À côté, Jos vend des cosmétiques : « Wilders a raison sur des tas de plans. Il faut arrêter cet énorme flot d’immigrants criminels qui entre dans notre pays. » À entendre les forains de ce quartier populaire, qui change rapidement sous les coups de boutoir de la spéculation immobilière, le leader populiste et antimusulman est l’homme providentiel des Pays-Bas.

L’immigration, son cheval de bataille…

Depuis le 14 octobre, c’est officiel : Wilders va soutenir – sans y participer – la coalition minoritaire des libéraux et des chrétiens-démocrates qui va diriger les Pays-Bas sous la houlette de Mark Rutte, quadragénaire libéral et sans complexes, qui veut « rendre le pays aux Néerlandais qui travaillent ». Mais Wilders a vendu très cher le soutien de ses 24 députés : le programme de la législature durcit fortement les lois sur l’immigration. Il prévoit de priver les immigrés délinquants de la nationalité néerlandaise, de durcir les conditions de regroupement familial, une interdiction de la burqa, ainsi qu’une forte réduction des demandes d’asile. « Wilders a marqué de son empreinte le programme du gouvernement, analyse Paul Scheffer, politologue à l’université d’Amsterdam. Mais pas seulement dans le domaine de l’immigration, son cheval de bataille. Sur le social, il a bloqué des envies de réforme de Rutte car, sur ce plan, Wilders défend des idées d’extrême gauche. »

Les discours islamophobes du leader peroxydé, qui compare le Coran à Mein Kampf et qualifie l’islam de « religion fasciste », se sont disséminés dans la société néerlandaise en perte de repères, déboussolée par les assassinats d’un autre populiste, Pim Fortuyn, et du polémiste Theo Van Gogh. À écouter ses électeurs et sympathisants, le musulman est au mieux un profiteur, au pire un ennemi. Rayaa, une jeune Marocaine qui sert dans un restaurant branché du quartier, s’en émeut : « On donne une image de la majorité des musulmans qui ne correspond qu’à une minorité. C’est dur d’être Marocain en Hollande aujourd’hui. »

OPA sur la lutte contre l’homophobie et l’antisémitisme

Plus d’un Néerlandais sur six a voté Wilders en juin dernier. Populiste atypique, Wilders accuse l’islam d’intolérance vis-à-vis des homosexuels et des juifs. Et il ratisse aussi dans ces communautés, explique Laurent Chambon, chercheur sur la diversité, ancien élu local travailliste de l’arrondissement d’Albert Cuyp et homosexuel engagé : « Les chiffres des violences physiques ou verbales montrent que les trois quarts sont de l’antisémitisme ou de l’homophobie, dont à peu près les deux tiers sont le fait de jeunes d’origine marocaine, et le tiers restant de l’extrême droite blanche. Donc Wilders a un point quand il attaque là-dessus. Il a fait une OPA sur la lutte contre l’homophobie et l’antisémitisme. »

Pour Paul Scheffer, Wilders profite du vide laissé par les partis traditionnels en panne d’idées face à la mondialisation et à la chute des frontières. Mais son ascension est aussi le signe d’une normalisation, d’un bas-les-masques des Pays-Bas : « On se croyait très tolérants, cosmopolites, une exception en Europe. Les problèmes d’identité nationale étaient réservés aux autres. On voit maintenant que les Pays-Bas ne sont pas différents de l’Autriche ou de la France. Et je me demande si dans dix ans, on verra cette époque comme une période de transition, ou comme le début du déclin des normes de civilisation et de démocratie. Je ne peux pas exclure qu’on vive une érosion démocratique beaucoup plus profonde qu’on ne le croit. »

Source pour le moins manquant d’objectivité: http://tinyurl.com/28k2f3n

La dictature islamiste est en marche. À nous de l’arrêter!

Voilà qui est clair et bien argumenté…

FDF

.

Dehors toutes ces crapules et si le coup de pied dans le cul, pour leur donner de l’élan ne suffit pas, il faudra faire gronder les armes… C’est ainsi que cela se passera pour les courageux qui n’abdiqueront pas devant ces caverneux parasites. Les collabos et autres couilles molles se terreront telles les taupes. Il y aura beaucoup de casse mais, nous aurons le dernier mot. Nous n’avons jamais vu et ne verrons jamais l’archaïsme l’emporter sur les libertés.
Alors que faire ? Internet c’est bien beau mais d’une part, c’est limité à « quelques » utilisateurs car, tous les Français ne disposent pas de cet outil moderne. Nous sommes des millions à partager l’idée de lutter fermement face à ce danger qui n’est plus larvaire, mais qui a bien pignon sur rue, avec l’aide des crapules de collabos à la tête desquels, se trouvent politiciens et journalistes acquis, nous ne savons pas pourquoi aux doctrines et dogmes muridiens. Face aux rustres, soyons rustiques. Une idée, comme ça, en l’air, le support papier, la photocopie, l’imprimerie…
Qui n’a pas une photocopieuse chez lui et une rame de papier ? Qui n’a pas dans ses relations directes ou indirectes, un imprimeur partageant notre opinion ? Alors, qu’attendons nous, « tractons » (métro, marchés, grandes surfaces, dans les rayons hallal par exemple, enfin partout où l’on pourra), balançons des feuillets tous azimuts… Discrètement, non pas par peur, mais pour ne pas faire échouer la démarche. Ce qui sera lu puis répété, touchera obligatoirement les esprits et en réveillera. Fini l’isolement, les gens qui ronchonnent dans leurs moustaches car nous ne nous sentirons plus seuls à lutter. Et puis de grace, l’union dans cette lutte, au delà des partis, associations ou autres mouvements.
Je ne vais pas développer plus au delà, vous m’avez compris. Alors, qu’attendons nous ?
Que pensez vous de ça, chers Amis qui avez décidé de lutter et de gagner ?
Fraternité.
Source: Jakin

Les islamistes appartiennent à une culture qui ne tolère en aucune manière la liberté d’expression. Les dissidents dans les pays musulmans, selon l’enseignement de la religion musulmane découlant du coran et de la tradition de Mahomet, sont voués aux pires sanctions. Mahomet le dit clairement: « Celui qui quitte l’islam, tuez-le« . Quoi de plus explicite?

Vous êtes libre, voire encouragé par des moyens parfois sournois à devenir musulman, et si vous refusez de le faire, vous êtes réduit à un statut d’humilié, de soumis, de dhimmi. Les musulmans se permettent d’enseigner haut et fort que les autres religions sont fausses et que leurs livres sacrés sont falsifiés, mais si vous critiquez leur Coran ou leur prophète, qui leur sert de modèle suprême, ils font tout pour vous éliminer, soit physiquement, soit socialement.

Les islamistes qui vivent en Occident tentent par tous les moyens possibles et imaginables à imposer cette manière de voir en Occident. Ils font tout pour empêcher ceux qui les critiquent de le faire en les qualifiant d’islamophobes et de racistes. Ils n’hésitent pas le cas échéant de recourir aux menaces de mort contre leurs adversaires et de semer la terreur dans le coeur des occidentaux pour les intimider et leur boucler le bec. On l’a bien vu avec le cas d’Oskar Freysinger auquel les hôtels belges ont refusé une salle pour donner une conférence. Les Belges ne sont plus maîtres de leur destin et de leur pays. Les islamistes en disposent à leur guise. Ce phénomène va se répéter de plus en plus en Occident, et les occidentaux seront obligés pour finir de baisser leurs culottes devant les islamistes chaque fois que ces derniers le voudront.. On l’a aussi vu après le vote français contre le voile intégral: la France vit actuellement sous la menace d’attentats terroristes et des barbus intégristes se permettent de prendre possession de la place publique de Limoges pour vomir leur haine contre la France qui les abrite et les nourrit. Les Français aussi ne sont plus maîtres de leur destin et de leur pays. Les islamistes en disposent à leur guise.

http://www.youtube.com/v/OJviivbNJTw?fs=1&hl=fr_FR

C’est la dictature islamiste en marche. C’est à nous de l’arrêter si nous ne voulons pas devenir les esclaves des islamistes dans un proche avenir.

Qu’on me permette de rappeler ici ce que dit un musulman, membre du groupe Sharia4Belgium, dont le but avoué est l’application du droit musulman en Belgique, sans fioriture et sans masque:

« La démocratie n’a rien à voir avec l’islam. Les lois c’est Allah qui les donne. (…) Préparez-vous à déménager, les musulmans sont venus ici pour dominer. (…) Celui qui n’accepte pas le niqab, qu’il déménage, qu’il change de pays. On va faire de la Belgique un État islamique. »


http://www.youtube.com/v/PJTmeVOOcq0?fs=1&hl=fr_FR


Un musulman (ou une musulmane) intervenant sur mon blog sous le nom de « Mouchkito », écrivait le 22 juin 2010:

@ Carlitos de Unamuno

La terre est grande si vous n’arrivez pas à vous intégrer en Suisse, vous n’avez qu’à chercher un autre pays qui répond à vos attentes. Idem pour Sami Aldeeb et les autres qui se plaignent de la présence musulmane en Suisse. Il faut que vous vous adaptiez avec la nouvelle composante de la Suisse.


Quoi de plus explicite? Ces propos ne doivent pas être pris à la légère. Et si vous le faites, c’est la preuve que vous êtes déjà apprivoisé par les islamistes et vous êtes fin prêt à devenir leur esclave, sans la moindre résistance. Préparez-vous à baisser vos culottes…

La liberté se mérite ! Et qui veut rester libre doit rester éveillé ! Il est minuit moins cinq ! La dictature islamiste est en marche. C’est à nous de l’arrêter.

A bon entendeur salut !

Source: http://tinyurl.com/27rczfo

Procès de Geert Wilders : le témoignage de Wafa Sultan.

 

Pour la première fois, une cour de justice occidentale accepte d’entendre officiellement l’avis d’une femme de culture musulmane sur l’islam (Wafa Sultan est d’origine syrienne), en tant qu’experte reconnue par le tribunal. La cour lit devant les caméras la déclaration de Wafa Sultan. Nous donnons ici les vidéos et la transcription anglaise suivie de la transcription française de ce témoignage. Source 

images?q=tbn:ANd9GcS-NbGfM05Zt9mUtedO6oIBj2elz0Bs0lbhKvvg6I2GeO9DgFM&t=1&usg=__hBAxuf2nhhpC5fvNJVyo5nl9qoc=

Je suis née et ai été élevée en tant que musulmane. J’ai pratiqué l’islam pendant trente ans. Je suis née en Syrie et de ma première année d’école à la remise de mon diplôme universitaire, j’ai étudié le Coran deux heures par jour. J’ai étudié la médecine à l’Université d’Aleppo en Syrie, puis j’ai reçu mon diplôme de docteur en médecine en 1981 et me suis spécialisée en tant que psychiatre hospitalier durant quatre années. J’ai donc travaillé en psychiatrie jusqu’en 1989, l’année de mon départ pour les Etats-Unis d’Amérique. Depuis mon arrivée aux E.-U., je me suis impliqué dans l’islam au niveau scientifique, car, aux E.-U., j’ai pu faire mes recherches sur ce sujet librement, de façon indépendante.

Lorsque je travaillais, en Syrie, en tant que médecin, j’étais alors tellement endoctrinée que je ne pouvais pas concevoir par moi-même ce qui n’allait pas dans ma propre religion. Pourtant, j’avais de nombreuses interrogations, mais je n’osais pas les formuler, ni même faire des recherches. Cependant, aux E.-U., j’ai pu le faire. Mes recherches scientifiques consistent à comparer les sciences médicales, la psychiatrie, et ce que dit l’islam. J’ai cherché des explications à l’arriération qui prévaut dans le monde islamique. La croyance mène à certains comportements.

Toutes les actions sont le produit de ce que nous apprenons. Ce qui est généralement le cas, et spécifiquement dans l’islam. Si vous me questionniez sur le soi-disant débat inné/acquis, je suis plutôt du côté de l’acquis. Il y a à mon avis 50% « d’inné » et 50% «d’acquis ». Mais, au fil du temps, l’acquis s’inscrit dans le code génétique, et l’islam existe déjà depuis 1400 ans. Vous me questionnez au sujet de mes publications : je suis une écrivain renommée dans le monde arabe. J’ai publié trois livres et pour un aperçu de mes livres, je vous renvoie à mon site internet.

Vous me demandez si je connais Geert Wilders. Je le connais et je l’ai rencontré à deux reprises lors d’évènements aux E.-U où il devait prononcer un discours. L’un de ces évènements a été organisé par une organisation appelée, il me semble, « Stand with us » (en français, « Rejoignez-nous »). L’autre a lieu à Los Angeles. Les deux évènements ont eu lieu en 2009, il y a environ un an. J’avais vu auparavant le film « Fitna » : j’étais donc au courant du message que veut faire passer Geert Wilders. Lors de ces évènements, je l’ai salué et je lui serré la main. Je lui ai dit que j’étais fier de lui. Pourquoi ? Parce qu’il est assez courageux pour dire la vérité. Vous me demandez quelle est cette « vérité ». Que le problème auquel est confronté le monde actuellement est profondément enraciné dans les enseignements islamiques, dans le Coran et dans la biographie de Muhammad.

Vous demandez quel est le problème. [réponse] Que les Musulmans sont encouragés à tuer des non-musulmans. Le coran dit que Muhammad doit être le modèle pour tout musulmans. Vous me questionnez à propos de la « International Free Press Society » (Société Internationale de la Presse Libre) du Danemark. Oui, j’ai oublié de mentionner que j’ai aussi été invitée au Danemark, en 2009 je crois. J’y ai tenu un discours, tout comme G. Wilders. Je l’ai aussi salué là-bas. Il s’en est allé immédiatement à la fin de son discours, donc je n’ai pas pu converser plus longtemps avec lui. Vous me dite que vous avez reçu une lettre que l’avocat de la partie plaignante vous a remise, qui est datée du 27 mai 2007 et à laquelle est jointe une photographie sur laquelle on peut me voir en compagnie de G. Wilders. Cela peut être vrai. Vous demandez à quelle occasion cette photo a été prise.

Cela peut être au moment où j’ai prononcé mon discours et où G. Wilders a dû un moment que ce soit son tour. En tous les cas, je n’ai pas participé à un débat avec lui. Je ne peux nier que je soutiens G. Wilders. Vous me dites que je suis citée à quelques reprises dans cette lettre et me demandez de lire lesdits passages et de vous dire s’ils sont authentiques. En effet, Tous ces passages sont absolument authentiques. La seule chose qui soit erronée est que je n’ai pas voulu dire que l’Occident devait lâcher une bombe atomique sur le monde arabe (passage n°7). Néanmoins, j’ai dit que l’Occident se devait d’exercer beaucoup de pression. C’est-à-dire, des pressions économiques et politiques. Toute ma famille est musulmane ; je ne souhaite en aucun cas qu’on lâche une bombe atomique sur ma famille.

Pour le reste, je maintiens les passages mentionnés dans la lettre. Je ne connais pas personnellement le professor Jansen ou Simon Admiraal. M. Wilders et moi même ne nous sommes pas mis d’accord sur les déclarations que je fais aujourd’hui. L’avocat de M. Wilders m’a appelé pour me demander si je voulais témoigner, et j’ai dit oui. Le procureur (l’avocat des plaignants ?) ne m’a jamais contacté et personne ne m’a jamais dit ce que je devais dire. Mon message est toujours le même.

[Le juge reprend la parole en son nom et donne ensuite des extrait du témoignage de Mme Sultan]
Dans la citation à comparaître, Mme Sultan dit :
« Vous me demandez si je suis tombé sur certains propos que M. Wilders auraient prononcés et qui sont erronés, incorrects. Non, il n’y a rien d’incorrect dans ce qu’a pu dire M. Wilders. »

Ensuite, Mme Sultan est entendue sur un certain nombre de citations. A partir de maintenant, je vais citer les passages [c’est le juge qui parle], puis lire les explications données par Mme Sultan.

• Premiere citation : « L’islam dominera, soumettra et cherchera à détruire notre société occidentale. »

Mme. Sultan déclare que cette citation est juste. Dans le coran, il est dit que le monde islamique cherche à dominer. Les lois de Mahomet sont la preuve que l’islam veut dominer le monde. A la mort de mahomet, il ne restait aucun ennemi vivant. Il avait massacré tous ceux qui étaient contre lui. C’est écrit dans la biographie de mahomet, qui a été rédigée dans les deux premiers siècles après sa mort. Il est mort en 670, ou au 7e siècle, de toutes les façons.

• Citation suivante: « arrêtez l’islamisation ».

D’après Ms. Sultan, « les valeurs islamiques sont incompatibles avec les valeurs occidentales. L’islam n’accorde aucune valeur à la vie humaine. Les musulmans sont sur terre pour tuer ou être tués au nom d’allah, pour la gloire d’allah, pour répandre l’islam et alors vous recevrez un billet gratuit pour le paradis ». « Vous me demandez », dit-elle, « comment les musulmans en Occident font en sorte que l’islam domine : ils demandent d’abord aux non-musulmans de se convertir à l’islam, d’abord d’une manière pacifique, mais s’ils refusent, ils les tueront. »

• Citation suivante : « un islam modéré n’existe pas ».

Mme Sultan : « en effet, en Syrie, je n’ai jamais entendu parler d’un islam modéré ou d’un islam strict. Il n’y a qu’un islam et c’est l’islam dont je parle. Récemment, le premier ministre turc a aussi déclaré que « islam modéré » était une expression horrible.

• Citation suivante: « Et l’islam se trouve dans le coran et nulle part ailleurs que dans le coran ».

Mme Sultan : « c’est exact, Ce sont les paroles d’allah.

• Citation suivante: « et le coran est le Mein Kampf d’une religion qui cherche à éliminer les autres. »

Mme Sultan: « Je suis assez d’accord avec cela. Le coran est pire que Mein Kampf, car Mein Kampf est un livre politique, alors que le coran est un mélange de politique et de religieux. A mon avis, il est plus facile de surmonter une idéologie politique qu’une idéologie politique emballée dans une idéologie religieuse.

• Citation suivante: « L’islam fasciste et ce livre fasciste ».

Mme Sultan: C’est exact. Je vais donner un exemple d’un verset coranique: »Je frapperai les coeurs des incroyants avec la terreur. Je leur trancherai la tête et les bouts des doigts. » N’est-ce pas du fascisme ?

Mme Sultan ajoute:  je ne sais pas de tête où se trouve ce verset. Vous me dites qu’il existe un courant aux Pays Bas qui explique ce verset de telle manière qu’il ne serait valable qu’en temps de guerre. Non, pour les musulmans, le coran est [valable] pour toute époque et tout lieu.
Selon les musulmans, c’est la parole absolue d’allah et tout musulman doit s’y conformer. Le procureur me dit que tous les musulmans ne se comportent pas selon le coran et m’en demande la raison. c’est parce qu’ils ne connaissent pas suffisamment le coran.

Le coran est écrit en arabe et 80% des musulmans ne sont pas arabes. Le coran n’a jamais été traduit d’une façon correcte et honnête. Les traductions sont souvent plus douces – édulcorées, dit-elle – que le texte arabe original. »

Le terrorisme est plus lié aux arabes musulmans qu’aux autres arabes, car les arabes musulmans sont bien conscients de ce qui est écrit dans le coran. S’ils appliquent strictement le message, cela peut conduire au terrorisme contre l’Occident. L’Afghanistan n’a jamais été terroriste, jusqu’à ce que les mujahideen arabes arrivent et l’Indonésie, il y a 30 ans, était différente.

Les Saoudiens ont arabisé l’Indonésie avec l’argent du pétrole. Maintenant, ils sont plus wahabites et plus strictes que les Saoudiens eux-mêmes. La citation suivante, qui est une citation du Prof. Israëli, avec laquelle je suis totalement d’accord, dit qu’Allah vous aidera à vous multiplier, et en étant présent en plus grand nombre, vous l’emporterez sur les non-musulmans. Pénétration, propagande et changements démographiques (excusez-moi) je lis ceci, car cela fait partie d’une citation: pénétration, conversion et changements démographiques.

Et puis Mme Sultan dit: « De cela, j’en ai été témoin, à la fois en Syrie et aux États-Unis. » et comme elle évoque ensuite ses propres expériences, le juge d’instruction lui a fait prêter serment en tant que témoin. « En 1990, j’étais  nouvelles aux États-Unis et on m’a offert 1500 $ par mois pour me voiler et enseigner dans une école arabo-islamique l’arabe et l’ étudesde l’Islam. Je ne l’ai pas fait. Qui me l’avait demandé ? Une femme libanaise qui était voilée elle-même.

Elle m’a dit qu’elle recrutait des femmes musulmanes et qu’elle s’était voilée une fois aux USA. Vous m’avez demandé au nom de qui elle m’a demandé cela. Je crois un groupe saoudien, mais je n’en suis pas sûre. A ce propos, après le 11 septembre 2001, cette femme libanaise a à nouveau enlevé son foulard. Ce n’était donc pas seulement une proposition d’emploi d’enseignant. Dans mon milieu musulman aux USA, des femmes musulmanes étaient envoyées pour recruter. J’ai entendu cela de musulmans qui avaient vécu aux USA depuis longtemps que moi.

L’étape suivante consistait à convertir des non-musulmans. J’ai également entendu dire que tout homme qui ajoutait le nom de Muhammad à son propre nom recevait 1000$. Vous me demandez de qui. Des Saoudiens je suppose. On ne me l’a jamais dit exactement. J’ai entendu dire cela dans ma communauté musulmane. Un exemple de cela est le « sniper de Washington » qui a abattu des gens il y a quelques années. Il avait un nom américain et avait ajouté le nom de Muhammad. Je suppose qu’il a reçu ces 1000 $.

• Citation suivante : « Les Pays Bas comme un pays de mission islamique ». Chaque pays dans le monde est considéré par les musulmans comme un pays  à conquérir pour l’islam. Je mentionne les USA comme un exemple. Ils tentent d’infiltrer la société américaine. Par exemple, un professeur d’histoire dans mon quartier a organisé un projet scolaire: toute personne qui l’effectuait pendant une journée de jeûne de ramadan recevait 10 points supplémentaires. C’était dans une école publique. Quand le procureur m’a demandé si ce professeur était musulman,  j’ai répondu : je ne sais pas.

• Citation suivante : « L’islam est une religion violente. » – Mme Sultan : «c’est vrai. Quand vous lisez dans le Coran, ‘Coupez leur tête et les bouts de leurs doigts ‘, vous ne pouvez pas parler d’une religion de paix. Enfant, en Syrie, on m’a dit avec fierté que Mahomet avait tué 800 juifs en une seule nuit. Il passa la nuit avec une juive, dont il venait lui-même de tuer le père et les frères. »

A huit ans, si l’on me demandait : « Préfères-tu un bonbon ou tuer un juif », je répondais : « tuer un juif. », dit Mme Sultan.

Mahomet débuta par la Mecque où, en l’espace de treize ans, il a converti en prêchant 150 personnes. Puis il se mit en route vers Médine où il devint violent. En neuf ans, il tua toutes les personnes qui étaient contre lui. A la Mecque, le coran est encore quelque peu pacifique, mais une fois à Médine, ce n’est plus du tout le cas.

Vous devez être familière avec le terme « abrogation ». Les versets les plus récents et aussi les plus violents sont à préférer aux versets les plus anciens. Les versets  plus récents remplacent les anciens versets. Je vais vous donner un exemple.

De nos jours, ceci est valide : « Combats les non-croyants qui ne croient pas en Allah et en son messager jusqu’à ce qu’ils paient la dîme  ou jusqu’à ce qu’ils meurent. » Alors qu’avant, le sens était différent : « Parlemente avec un non-croyant et laisse-le seul pendant un moment. » Prochain passage : « Le Coran, débarrassé de tous les versets de haine, aurait la taille d’un canard. »

Mme  Sultan affirme la chose suivante à propos de ce passage : Je suis d’accord avec ce passage. Je me base sur ce que je sais du Coran et sur ce que j’en ai appris. Concernant une question du plaignant, je dois dire que je ne peux pas porter de jugement sur les jeunes Marocains vivant au Danemark.

Elle déclare ensuite, à propos du film « Fitna » : J’ai vu le film plusieurs fois, mais pas en préparation de cette audience. J’ai vu le film avec des sous-titres en anglais ; je parle arabe. En ce qui concerne la question de l’avocat [Moszckowicz], vous me demandez si le livre que l’on voit au début du film est bien le Coran ; à cela, je vous réponds oui, sans aucun doute.

Vous me demandez de traduire le mot « Irhab » : terrorisme. Vous me dites que dans le film, on peut voir les musulmans qui s’expriment de façon négative sur les Juifs et les homosexuels et vous  me demandez si cette perception est la règle  de l’Islam. Oui, c’est exactement ça.

Le comportement dans le film correspond aux enseignements coraniques. Les images correspondent aux textes du coran. Il y a verset coranique qui dit : « Attrape le non-croyant, même s’il est dans une tour. » Il y a des Musulmans qui croient voir dans ce verset du Coran une corrélation avec les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis. En outre, les violences faites aux femmes et aux homosexuels sont des pratiques courantes dans l’Islam.

Cela découle de la doctrine. Dans le coran, par exemple, il est déclaré : « Bats ta femme si elle refuse de dormir à tes côtés. ». Dans la version anglaise, il est dit : « Bats-la gentiment. » C’est ce que je veux par « traduction édulcorée ». Dans la version arabe originale du Coran, il n’est pas du tout dit que tu dois la battre « gentiment ».

Quant aux homosexuels, il est dit que vous devez  les amener en haut d’une montagne et les jeter en bas. Je pense que c’est la charia. Dans la charia, il est même dit qu’une femme qui est vierge et qui est condamnée à mort doit tout d’abord être violée. Ceci d’après Mme Sultan.

Puis aux questions posées par le procureur, Mme Sultan a répondu ceci : Vous me demandez, A quel moment j’ai eu mes premiers doutes sur ce que l’islam enseigne. J’ai rencontré mon mari en 1975. Il est né en Syrie et originellement  musulman, mais il a abjuré l’islam . Après la mort de son père, il a été élevé par un ami chrétien de celui-ci. Dès notre première rencontre, il a essayé de me faire changer, mais j’étais têtue comme un rocher. En 1978, j’ai été témoin de l’assassinat de mon professeur par les Frères Musulmans. Ils ont criblé son corps de balles en criant « Allahu Akhbar, Allahu Akhbar ».

Par la suite j’ai commencé à me poser des questions. Je n’osais pas douter de l’Islam, mais j’avais des questions du genre « quel est donc ce dieu Allah qui permet ce genre de crime? »  Est-ce que ces personnes  ont mal compris l’islam, ou y-a-t-il un problème avec l’islam lui-même? Vous me dites qu’il semble qu’il y ait une contradiction entre l’islam qui opprimerait  les femmes et moi-même qui ai reçu une éducation comme psychiatre. La Syrie est un pays relativement laïque.

Comme je l’ai également décrit dans mon livre, j’ai travaillé aux Etats-Unis au début comme caissière dans une station service. Là, en tant que caissière, j’y étais  mieux traitée qu’en tant que psychiatre en Syrie. Par exemple, en Syrie, j’ai été harcelée par des collègues masculins. Je ne pouvais rien faire contre ça, parce que, selon les règles islamiques, en tant que femme vous avez besoin de présenter quatre témoins, tel qu’il est prescrit  dans le Coran. Si je n’avais pas été capable de les trouver, j’aurais été accusée d’adultère. Aux États-Unis, je n’étais même pas harcelée, et si je l’avais été, j’aurais pu entamer des poursuites judiciaires.

Je vous donne un autre exemple. Mon frère, qui est de deux ans mon cadet, n’a même pas terminé ses études secondaires, mais en l’absence de mon mari, je devais  lui demander sa permission pour pouvoir sortir me promener. Aux États-Unis, ce n’est bien sûr pas nécessaire. Vous me demandez en quoi ces différences sont à mettre en corrélations avec l’islam, et non pas par exemple avec les  différences culturelles et géographiques. La manière dont les femmes sont traitées est décrite dans le Coran. Si votre femme ne suit pas vos instructions: battez-la.
Dans le Coran il est également mentionné que les femmes sont trop déficientes mentalement pour pouvoir prendre soin d’elles-mêmes. Vous me demandez si je dois me soucier de ma sécurité par rapport au message que je transmets. Certainement. Je vis dans la clandestinité. J’étais consciente du prix que j’aurais à payer pour faire passer mon message. Pourtant, je suis heureuse de la vie que je mène.

Je reçois des menaces de mort quotidiennement. Des courriers électroniques par exemple qui disent: « Nous savons où est l’école de vos enfants. » La plupart des menaces sont en arabe et anonymes. Un jour, un groupe qui s’appelle « Les soldats d’Allah » a sorti une liste de 30 noms, dont le mien et de quatre autres personnes vivant aux États-Unis. Ils ont prononcé une fatwa [de mort] contre ces personnes.

-Et cette déclaration, est aussi soussignée par Mme Sultan. Je regarde rapidement l’horloge. Je continue à lire la déclaration, au moins la petite partie que nous avons reçu de Maître Moszkowicz, qui a été écrite par Raphaël Israeli, et je crois que votre demande est de prendre cette partie du dossier que je dois lire .
-[M. Moszkowicz] « S’il vous plait ».
-Je vais vous lire cette partie. Je la vois pour la première fois, alors j’espère que vous me pardonnerez si je ne le lis pas bien.
-Vous êtes pardonné d’avance.
« A mon avis, il est correct d’affirmer que l’islam cherche à maîtriser et à dominer les autres civilisations.
C’est sur la base de la doctrine du djihad, qui stipule que l’islam est supérieur, et qu’il est nécessaire de soumettre les autres religions pratiquées par  ces civilisations. Voir pour référence le dernier livre de Mark Durie. [Le troisième choix: l’islam, la dhimmitude et la liberté ]…

Source: http://tinyurl.com/233d5rk

http://www.youtube.com/v/lKveFlDaK8c?fs=1&hl=it_IT

http://www.youtube.com/v/iCbyES20A3I?fs=1&hl=it_IT

Ahmadinejad au Liban: quand l’islam rencontre l’islam, sur fond d’armement…

Pas bon, ça. Pour renforcer sa puissance, le fou iranien veut pactiser avec le Liban… Si ces deux pays s’unissent pour le jihad, on est cuits…

FDF

.

Avec des femmes et des enfants pour narguer Israël…

« Cette visite est importante, mais pas exceptionnelle dans la mesure où le président iranien Khatami s’était déjà rendu au Liban en 2006. Lui aussi avait mobilisé les foules chiites. L’intérêt de l’Iran pour le Liban et l’État libanais est antérieur à la révolution islamique iranienne.

Les relations libano-iraniennes existent indépendamment des relations particulières entre la révolution islamique et le Hezbollah.

Cette visite, prévue depuis plusieurs mois, intervient cependant au moment où le Liban traverse à nouveau une situation de tension politique aiguë autour de la question du Tribunal spécial chargé de juger les assassins de l’ex-premier ministre Rafic Hariri, dont les actes d’accusation sont attendus et pourraient mettre en cause le Hezbollah.

Du coup, cette visite pèse sur la politique intérieure libanaise et soulève des réactions régionales et internationales.

Une forte dimension « Hezbollah »

Il n’empêche que c’est aussi une visite d’État. Les partis de la majorité gouvernementale pro-Hariri se sont félicités de la visite au palais présidentiel de Baabda à laquelle ils ont participé.

Et ce y compris le chef de Forces libanaises Samir Geagea, qui s’est félicité publiquement du discours prononcé par Ahmadinejad quand il a été reçu par son homologue libanais Michel Sleimane.

Cette visite a aussi une forte dimension « Hezbollah », l’acteur politico-militaire le plus puissant sur la scène libanaise. En dépit de sa défaite aux élections législatives de 2009, ce dernier a la capacité de bloquer les initiatives de la majorité et d’imposer au gouvernement ses choix de politique régionale et étrangère, en particulier l’ouverture vers la Syrie et la résistance contre Israël.

Cette visite représente donc une carte de plus dans la main du Hezbollah, un signe de puissance, après les tensions de l’été dernier entre l’État libanais et les pays occidentaux à la suite des accrochages avec Israël.

L’Iran veut faire basculer le Liban dans son camp

Le commandement de l’armée libanaise avait reproché aux États-Unis et à la France de ne pas lui fournir les armes pour se défendre contre Israël, chose que le Hezbollah s’est déclaré prêt à faire.

L’Iran cherche toutes les occasions de renforcer son allié libanais et de faire basculer le Liban dans son camp. Dans ses deux premiers discours, Mahmoud Ahmadinejad s’est abstenu de propos incendiaires à l’égard d’Israël.
Ce serait contre-productif pour le Hezbollah car cela réduirait à néant toute possibilité de rééquilibrage du jeu politique libanais en sa faveur. »

Source: http://tinyurl.com/2foq6ww

Les femmes dans l’armée pakistanaise…

En cas de conflit avec le Pakistan, il faudra particulièrement se méfier des femmes-soldats que les barbus enverront bien évidemment au front en se planquant derrière… C’est la coutume. Pour les adversaires, le risque sera réel… Voyez pourquoi.

FDF

.

La ligne de front…

Charia: premier prêt islamique accordé en France. C’est la BRED qui « inaugure »…

Et la BRED, c’est une filiale de la Banque Pop! La France vient officiellement de se soumettre à la charia… Pour une histoire de fric…

FDF

.

La charia à l’honneur à la Bred, filiale du groupe Banque Populaire…

Le premier prêt « habitat » compatible avec la charia en France vient d’être accordé, nous apprend Le blog du Monde, qui bien entendu nous explique que c’est tout simple et sans conséquences ; la charia interdisant les intérêts, la banque achète la maison pour la revendre à son client qui la lui paye en mensualités… On passera sous silence le fait qu’il s’agit d’un tour de passe-passe puisque la banque qui n’a pas vocation, charia or not charia, à être philanthrope, prélève sa dîme en revendant le bien plus cher qu’elle ne l’a acheté, ce qui équivaut à des intérêts et ne change rien financièrement.

Ce qui change, par contre, c’est la reconnaissance et l’acceptation par une banque d’une règle religieuse dans ses façons de procéder ; cela introduit donc la possibilité pour chacun d’échapper au sort commun, celui du citoyen ou du consommateur en fonction d’un marqueur religieux. C’est bien la laïcité qui est attaquée ! C’est bien le vivre ensemble et l’égalité de traitement qui est en question.

Tout est fait, partout et de plus en plus, pour que les musulmans se mettent à part, aient un traitement particulier, viande halal, horaires spéciaux dans les piscines pour les femmes, femmes emburkinées ou marquées par le voile, prières dans les lieux publics… La religion, qui doit selon la loi du 9 décembre 1905 être du domaine privé impose ses règles partout et instaure le communautarisme comme la norme.

En effet, partout se dessinent deux grands groupes, les musulmans et les non musulmans. Où est la République une et indivisible ? Où est l’égalité républicaine ? Où est la possibilité pour les nés musulmans d’échapper à leur destin et de choisir une autre voie ?

Le pire est que notre ministre de l’Economie applaudit, encourage et est prête à tout pour attirer les capitaux islamistes...

Suite et source: Christine Tasin


Reportage sur le business du halal: « ils » n’ont pas trop aimé, nos « frères »…

C’est sûr que, après des siècles de propagande et de pratiques barbares, prendre un tel reportage en pleine tronche, c’est un coup à se convertir au Christianisme…

FDF

.

Le business du Hallal est un marché extrêmement florissant qui vaut son pesant d’or, ou plutôt ses 5 milliards d’euros, attire tous les regards et n’en finit plus d’attiser toutes les convoitises.

C’est l’envers du décor qui a été mis en pleine lumière par un récent documentaire de Canal + dans le cadre du magazine « Spécial investigation », soulevant un coin du voile sur les dessous d’un business en plein boom pas si irréprochable que cela.

Le ver serait donc dans le fruit juteux. Des bonbons confectionnés avec de la gélatine de porc aux volailles abattues mécaniquement, en passant par l’absence de réglementation et le foisonnement de pseudo-organismes de certification halal, l’enquête journalistique dissipe tous les doutes : les abus sont légion, et la fraude, une pratique coutumière. (Ca, c’est sûr; demandez aux Allocs…   FDF).

PARTIE 1

http://www.youtube.com/v/CldwlNKjc7k?fs=1&hl=fr_FR

PARTIE 2

http://www.youtube.com/v/fVLGRos7Nys?fs=1&hl=fr_FR

PARTIE 3

http://www.youtube.com/v/2BPL9hGRnno?fs=1&hl=fr_FR

A poil! A poil! Une actrice de théatre se déshabille sur scène au Maroc…

Les voilà qui jouent les vierges effarouchées, les marocains? Faut évoluer, les gars… Laissez donc vos femmes s’émanciper; surtout que vous en avez de mignonnes… C’est sûr que ce genre de spectacle, ça change de la burqa et du niqab.

Vous connaissez le théatre de Guignol? On peut vous l’exporter si besoin; pour vous « faire la main »…

FDF

.

Les spectateurs ayant assisté à la présentation de la dernière pièce de théâtre de la comédienne Latifa Ahrar intitulé « Kafr el Noam Otto – Siratt », ont été surpris de la voir se déshabiller progressivement. Est-ce une nouvelle façon de célébrer son art ? Ce spectacle qui, n’était pas du goût de tout le monde, aurait poussé une partie du public à quitter la salle.

Latifa Ahrar est maintenant sujet de toutes les discussions.

Latifa Ahrar n’est pas une inconnue au Maroc. Diplômée de l’Institut supérieur d’art dramatique et d’animation culturelle (ISADAC) de Rabat, elle a tenu ses premiers rôles alors qu’elle était encore à la faculté de lettres de Rabat. Metteur en scène et interprète, Latifa Ahrar a joué un second rôle dans le film « Exils » du réalisateur français Tony Gatlif, sorti en 2004. Elle était aux côtés de Lubna Azabal, actrice belge, d’origine hispano-marocaine  et du Français Romain Duris.

Réalisée grâce à la contribution de l’Institut culturel espagnol Cervantès, la pièce « Kafr el Noam Otto – Siratt » a été présentée à la maison de la Culture (Dar Attakafa) à Daoudiate dans la ville de Marrakech. Son personnage a enlevé un a un ses habits, en ne gardant que ses sous-vêtements. Les amoureux d’arts vivants qui avaient fait le déplacement à la maison de la Culture, ont été surpris par cette exhibition, une première au Maroc (?). Une partie de l’assistance aurait hurlé ou quitté le théâtre.  Depuis, de nombreux internautes jugeant ostentatoires les agissements de Latifa Ahrar se sont déchaînés sur différents forums et site d’informations.

Sur une page facebook qui est dédié à la comédienne, les commentaires de ses fans s’opposent. D’un côté ceux qui ont été indignés par sa représentation, et de l’autre, ses fervents défenseurs, qui ont appelé à soutenir non seulement Latifa Ahrar, mais aussi son art.

Selon Hespress, la pièce doit être présentée le 28 octobre prochain au théâtre Mohamed V. Elle fera ensuite un petit tour du monde en passant par la Belgique, l’Espagne, la Pologne avant d’aller aux Émirats arabes et en Jordanie.

Et voila ce qui choque les marocains…

Je leur propose ça:

Alors? On quitte la salle?


A l’image de Nadia Larguet qui avait posé à moitié nue pour le magazine Femmes du Maroc en novembre 2009, la nudité et expression corporelle sont toujours synonymes de débats houleux au Maroc.