Francaisdefrance's Blog

04/10/2010

En cas d’attaque par un pays étranger, on est mal…

Il est bien évident si « le paquet » est mis sur nos forces militaires qui se font massacrer en Afghanistan ou ailleurs pour des causes perdues d’avance, il ne reste plus grand monde pour défendre la France en cas d’agression de l’extérieur… Et si en outre on coupe les robinets… Mauvais plan; très mauvais plan…

FDF

.

La Défense au pain sec !

Les budgets 2011 à 2013 risquent de subir des coupes drastiques. Combien ? Au pire, c’est près de 5 milliards d’euros qu’il faudrait « économiser » – c’est du gros. La Défense fera donc les frais des efforts de réduction des déficits publics.

Si on est un peu rêveur, on peut imaginer que la loi de programmation militaire de 2009-2014 sera maintenue. A quoi s’attendre ? La Défense venait juste de chiffrer sa réorganisation et obtenu les crédits nécessaires à sa mise en œuvre. Le chéquier restera-t-il dans les tiroirs de Matignon ? Ce serait une première, jamais une loi de programmation militaire n’a été autant mise à mal au quasi lendemain de son approbation et validation par le Parlement. A l’aube de lendemains incertains, cette coupe sombre est plus irresponsable qu’insensée et risque fort de fragiliser notre pilier de dissuasion n’ayant rien d’autre à opposer à toute agression que le feu nucléaire, voire plus rien du tout. Notre dissuasion étant le prochain poste de Défense qui risquerait de sauter. A trop vouloir tirer sur les dépenses en la matière, nous risquons d’atteindre un point de dissuasion dont la crédibilité, non soutenue par une Défense classique moderne et de bon niveau, perdrait de sa substance et gagnerait en obsolescence avec l’effet pervers d’un démantèlement à terme.

Reculade

La modernisation de nos armées, voulue et transcrite dans le Livre blanc de la Défense de 2008 – signé par le président Nicolas Sarkozy – devra être réexaminée, avec, en prime, une réelle diminution des effectifs.

Il faut cependant se rendre à l’évidence et admettre qu’il faut économiser sur tous les postes, mais si cette économie doit passer par des réductions d’effectifs, de dotations et de modernisations, modifiant significativement notre voilure de défense nationale, nous ferions bien d’y réfléchir, toute destruction de pan de défense étant définitive . Économie qui nous éloignera de notre niveau actuel d’équipements, très minimaliste en termes de réelle crédibilité de défense. Il ne nous restera plus que l’OTAN pour répondre à nos problèmes de protection. C’est peut être un des objectifs d’ailleurs. A l’heure ou ces lignes sont produites, personne ne peut dire quel sera l’effort chiffré qu’exigera l’Etat de la part de la Défense mais derrière les évocations d’économies se profilent souvent les mauvaises nouvelles. La Défense n’a plus grand-chose à céder pour adoucir l’effort à venir ; l’immobilier et les fréquences radio disponibles à la vente ont été réalisés.

C’est un peu facile de « taper » la Défense ; ses membres, disciplinés, n’ont pas le pouvoir de nuisance de certaines catégories…

Source: http://tinyurl.com/2vn73no

Un commentaire »

  1. Je ne suis pas d’accord avec l’opinion de l’éditorialiste,les militaires français a l’étranger ne se font pas massacrer,évidemment dans tout conflit il y a des pertes,mais cinquante soldats français morts en afghanistan sur les trois mille présent là-bas ne représentent tout de même pas un massacre!!!il faut nuancer les propos-merci

    Commentaire par marco — 05/10/2010 @ 16:40 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :