Francaisdefrance's Blog

25/09/2010

Inde: un professeur catholique est mutilé par des islamistes pour un exercice de ponctuation !

Tolérance et charia…

FDF

.

Quelques mois après avoir distribué à ses élèves leur sujet d’examen de ponctuation où se glissait le nom « Muhammad », Thenganakunnel Joseph, professeur dans un collège catholique du Kerala, un Etat du sud de l’Inde, a été violemment agressé. Sa main droite a été mutilée, ses bras et jambes fracturés.

Quel meilleur exercice qu’un dialogue pour vérifier les connaissances des élèves en matière de ponctuation en malayalam, la langue officielle du Kerala ? Le professeur Joseph s’inspira en l’occurrence d’un dialogue entre un fou et Dieu, tiré d’un film local. Mais c’est le fou qu’il choisit d’appeler « Muhammad », le nom du Prophète de l’islam, comme des milliers d’habitants dans un Etat où le quart de la population est musulman.

Quelques semaines plus tard, le 4 juillet, des hommes l’ont attaqué à coups de haches et de barres de fer à la sortie de la messe. La police soupçonne le Front populaire indien, un groupuscule islamiste local, d’avoir organisé cette attaque, et a arrêté vingt-sept de ses membres.

Plutôt que de venir au secours de son professeur, le collège Newman, placé sous protection policière à la suite de manifestations de musulmans, a préféré le renvoyer, l’accusant d’avoir porté atteinte au sentiment religieux de la communauté musulmane. « Il a délibérément ridiculisé le prophète », explique Thomas Malekkudy, le responsable du diocèse de Kothamangalam, sous lequel l’autorité du collège Newman est placée. Le diocèse a même fait lire pendant la messe, dans plus de 120 paroisses, une circulaire expliquant que le professeur Joseph avait cherché à discréditer l’Eglise et ses institutions.

Thenganakunnel Joseph se retrouve désormais invalide, sans emploi, avec une famille à nourrir. « Je me suis déjà excusé et je ne voulais offenser quiconque en utilisant le nom « Muhammad » », assure le professeur. La Ligue musulmane indienne et des organisations catholiques ont demandé, en vain, la réintégration du professeur.

Un modèle de coexistence

« Cet incident est symptomatique de l’influence rampante du fondamentalisme religieux qui mène à la violence dans le pays en général, et plus récemment des violences dans le Kerala », observe l’historien KN Panikkar dans une tribune publiée par le quotidien The Hindu.

Début septembre, des façades d’églises ont été vandalisées…

Suite et source: http://tinyurl.com/24xfede

Un commentaire »

  1. des attardés…

    Commentaire par henri — 25/09/2010 @ 08:57 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :