Francaisdefrance's Blog

24/09/2010

“Ces maires qui courtisent l’islamisme”… A paraître le 17 octobre.

Alors celui là, j’en commande au moins DEUX exemplaires… En outre, j’ai déjà lu cet auteur. Un livre de chevet, c’est certain… Où vous pourrez obtenir les noms de ceux qui bradent notre Patrie en mettant genou à terre devant l’envahisseur musulman; et leur faire part, si vous le souhaitez, de ce que vous pensez de leur attitude… Ce n’est pas « si vous le souhaitez », en fait; c’est une façon de résister… A vos plumes et timbres. Utilisez la façon de faire d’Action SITA (http://www.actionsita.com/); très efficace.

FDF

.

24 septembre 2010

Alain Juppé dit avoir « d’excellentes relations » avec les « principaux leaders » de la communauté musulmane de Bordeaux. Tareq Oubrou, futur imam de la Grande Mosquée de Bordeaux est pourtant un laudateur des Frères musulmans pour qui « la frontière est une méprisable hérésie », réclamant la dissolution de la France dans un Califat mondial.

Jean-Claude Gaudin ménage lui toutes les composantes de l’islamisme marseillais, sa mairie allant jusqu’à réaliser les dossiers de presse du mouvement Tabligh.

A Paris, Bertrand Delanoë offre 20 millions d’euros pour un Institut musulman, dont le site officiel Paris.fr nous informe comporter des salles de culte, c’est-à-dire une mosquée.

A Strasbourg, la nouvelle mosquée – financée par les collectivités locales – entretient des liens étroits avec l’islam radical. (voir mon précédent billet de ce vendredi sur Strasbourg… FDF).

Certains élus UMP demandent une loi punissant l’« injure au fondement d’une religion », soit le délit de blasphème prévu par la charia, suite à l’affaire des caricatures de Mahomet. Etc. etc. etc.

Après avoir dressé la longue liste des courtisans de l’islamisme, l’auteur s’interroge sur la capacité de nos démocraties modernes à endiguer les totalitarismes.


Interview de l’auteur  sur http://www.fdesouche.com/140010-sortie-du-livre-ces-maires-qui-courtisent-lislam-le-17-octobre-2010

AQMI: dernières news du désert…

Aqmi met en garde la France contre toute intervention visant à libérer les otages… Aqmi commence à nous les briser…

FDF

.

La branche maghrébine d’Al-Qaïda a mis en garde la France contre toute opération visant à libérer cinq Français enlevés par le groupe au Niger, rapporte jeudi le groupe de surveillance des sites islamistes SITE.

Source: http://tinyurl.com/2ezsdly

Honneur aux vainqueurs! Le président du CFCM de Srasbourg décoré !

On a du mal d’y croire… Et pourtant, c’est un beau cas de dhimmitude. Ce n’est pas Mohammed Moussaoui que l’on aurait du décorer. C’est Roland Ries, le maire de Strasbourg et Philippe Richert, président du Conseil Régional d’Alsace.

Il sont parait-il en excellente place sur la liste tant convoitée des meilleurs collabos du XXIème siècle… J’en connais qui doivent se retourner dans leurs tombes en terres de France…

Bon. Le principal est que les musulmans soient rassurés sur leur éventuel futur sort… Car il est sûr qu’en ce moment, il vaut mieux ne pas avouer en public être un adepte de Momo. Car certains d’entre eux ne montre pas l’exemple de la paix, de l’amour et de la tolérance. Je pense notamment à l’autre dément de Limoges…

FDF

.

Le président du Conseil français du Culte Musulman, Mohammed Moussaoui, a reçu, mercredi soir, des mains du maire de Strasbourg, Roland Ries, et du président du conseil régional d’Alsace, Philippe Richert, la médaille de la ville et celle de la région d’Alsace, lors du dîner annuele de la Grande Mosquée (GMS) Strasbourg, auquel ont pris part plus de 250 personnes dont de très nombreux élus.

Strasbourg: le président du CFCM  décoré

Dans son intervention, Mohammed Moussaoui a plaidé pour « l’islam de modération et du juste milieu » et rappelé que « Les Musulmans de France sont dans leur immense majorité des citoyens responsables qui respectent le pacte civique (Qui dit pacte, dit guerre, non?…. FDF) et adhèrent totalement aux valeurs qui régissent notre pays ».

«La crainte légitime de l’intégrisme ne doit pas se transformer en un rejet de l’islam et des Musulmans », a-t-il dit, déplorant que des pratiques et des comportements marginaux ont conduit à la stigmatisation de la religion musulmane.

«Nous devons travailler, ensemble, pour faire reculer ces pratiques minoritaires et permettre à l’islam de modération et du juste milieu, porteur de valeurs de paix et de respect, de s’exprimer davantage et de participer pleinement à la construction du lien social et du vivre ensemble auquel nous sommes profondément attachés », a poursuivi le président du CFCM qui s’est réjoui d’une « application dynamique et intelligente du droit local alsacien-mosellan des cultes », qui a permis à l’islam de « bénéficier partiellement de ce régime sans en faire partie » donnant comme exemple la participation de la ville de Strasbourg aux financements de la GMS.

Roland Ries a pour sa part cité, sans le nommer, Jean-Pierre Chevènement, qui avait appelé, lors de l’ordination de Mgr Joseph Doré, en 1997, à « inviter l’islam à la table de la République ». « A Strasbourg, a dit le maire, nous ne l’invitons pas seulement à table, nous lui donnons aussi les couverts », et a donné en exemple la construction presque achevée de la mosquée, le futur cimetière musulman et les locaux attribués au conseil régional du culte musulman (CRCM). Il a redit qu’il n’était « pas hostile » à réintégrer dans la mosquée un minaret et des espaces culturels, et, si c’était demandé, à faire modifier le plan d’occupation des sols.

Le président du conseil régional d’Alsace, Philippe Richert, et le préfet de région, Pierre-Etienne Bisch, ont réaffirmé le caractère exemplaire de l’Alsace dans le dialogue interreligieux, et l’engagement de la Région et de l’État en ce sens.

Auparavant, M. Moussaoui avait rencontré les principaux dirigeants religieux de la région. Il a été reçu par Mgr Jean-Pierre Grallet, archevêque de Strasbourg, le président de l’Union des églises protestantes d’Alsace et de Lorraine, le Pr Jean-François Collange, le grand rabbin de Strasbourg et du Bas-Rhin, René Gutman, et le président de l’Union bouddhiste de France, Olivier Reigen Wang-Genh, ainsi que le préfet du Bas-Rhin et de la région Alsace, Pierre-Étienne Bisch.

Source: http://tinyurl.com/32jzxxk

Le H1N1? Vous l’avez boudé? Vous l’aurez quand-même!

Vous avez boudé la vaccination du vaccin H1N1 l’an passé? Alors que Mme Bachelot avait fait des pieds et des mains pour vous en fournir des quantités considérables dont la bonne partie lui est restée sur les bras par votre faute? Et tout ça sous prétexte que ce vaccin pouvait s’avérer dangereux… Eh bien, vous ne vous en tirerez pas comme ça! Cette année, le H1N1 sera présent dans votre vaccin anti-grippe, na! Ca vous apprendra! Non mais! En plus, vous ferez un bon geste citoyen pour écouler les stocks; de l’an passé… Allez; un effort: c’est plein de « bonnes choses » dedans… Otez votre pull, vite fait; ça s’injecte dans le muscle de l’épaule et ça fait pas mal, sur le moment… Et qui sait? Ca pourrait vous éviter une mauvaise grippe…

FDF


L’info officielle:

.

La nouvelle campagne de vaccination contre la grippe saisonnière est lancée !

Cette année, 12,5 millions de personnes sont appelées à se faire vacciner gratuitement contre la grippe saisonnière.


« C’est reparti. La Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) a lancé, jeudi, la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2010-2011. Elle doit durer jusqu’au 31 janvier. Mais cette année est un peu particulière : c’est la première campagne après celle menée tambour battant l’hiver dernier contre la grippe A(H1N1). Et comme le nouveau vaccin contient, en plus des souches H3N2 A/Perth et B/Brisbane, une souche H1N1 A/California (proche de celle utilisée dans les vaccins contre la grippe pandémique), son accueil risque d’être mitigé. Pour mémoire, la couverture vaccinale contre le virus pandémique n’a été que de 7,9 % (7,6 % chez les 65 ans et plus)…

Toutefois, dans son bilan présenté hier, la CNAMTS a annoncé que plus de 7 millions de personnes avaient été vaccinées contre la grippe saisonnière, l’an dernier, sur les 12 millions invitées à le faire (personnes âgées de 65 ans et plus, patients atteints de certaines affections de longue durée ou ALD, d’asthme ou de bronchopneumopathie obstructive ou BPCO). Soit un taux de 60,2 % contre 58,7 % en 2008-2009. La progression concerne en particulier les patients souffrant d’asthme et de BPCO de moins de 65 ans (+ 9 points), les malades en ALD de moins de 65 ans (+ 5 points) et les 65-69 ans (+ 1,6 point). En revanche, il y a eu un petit tassement pour les individus de 70 ans et plus.

En parallèle, plus d’un million de personnes se sont rendues chez un infirmier libéral pour se faire vacciner, soit deux fois plus que l’année précédente. Le taux de vaccination par un infirmier atteint ainsi 17 % de la population concernée, contre 9,7 % en 2008-2009. Dans plus de huit cas sur dix, le vaccin a été délivré directement par le pharmacien sans prescription médicale.

Les spécialistes prédisent une épidémie relativement modérée

Pour Frédéric Van Roekeghem, directeur général de la CNAMTS, la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière a donc été « bien managée conformément à nos souhaits », avec une anticipation et une montée en puissance suffisantes « pour libérer du temps médical pour faire face à la pandémie de grippe A ». Elle avait été lancée le 25 septembre 2009 et celle contre la grippe pandémique A(H1N1) avait commencé le 20 octobre pour les professionnels de santé et le 12 novembre pour la population générale. Frédéric Van Roekeghem estime tout de même qu’il reste des « marges de manoeuvre ».

Et justement, pour augmenter le nombre de candidats à la vaccination, notamment parmi les 12,5 millions invités à se faire « piquer » dès maintenant, il va falloir être convaincant. D’abord parce que tous les spécialistes prédisent une épidémie relativement modérée cette année. Les premières données recueillies dans l’hémisphère Sud sont rassurantes, avec une fréquence des cas de grippe moins importante que lors des hivers précédents en Nouvelle-Zélande et en Australie. »…

Suite et source: http://tinyurl.com/25l764h

Stigmatisation… Un cimetière muzz profané à Strasbourg.

Nouvelle profanation de tombes musulmanes à Strasbourg

Inscriptions racistes, croix gammées, tout y est…

Et c’est reparti! L’autre maboule autoproclamé prédicateur (eh oui, en plein XXI ème siècle!) de Limoges qui incite impunément à la haine anti-chrétienne, anti-française, anti-républicaine et anti-blancs, il faut déjà avoir du courage et du temps de libre pour en trouver des traces dans les médias officiels. En revanche, un cimetière musulman profané, c’est le plan Vigipirate spécial crime contre l’humanité qui est aussitôt déclanché! Il faut quand-même savoir faire la part des choses, non?
Des cimetières, chrétiens, orthodoxes, israélites ou musulmans, il s’en profane souvent. C’est ignoble et impardonnable, je le reconnais; mais de là à en faire une affaire d’Etat, surtout si c’est un « carré muzz », est-il très utile de passer cette info en priorité, masquant tous les vrais problèmes que connaît la France ces temps-ci? On « les » entend déjà: « c’est un acte criminel », « je condamne », « tout sera mis en oeuvre », etc, etc…
Et Papy Galinier, au fait, on n’en entend plus parler?

FDF
.

// <![CDATA[
document.write( »);
// ]]>Click here to find out more!

« Des tombes musulmanes d’un cimetière de Strasbourg situé dans le quartier de la Meinau ont été découvertes brisées ou renversées vendredi matin, a-t-on appris auprès de la municipalité.

Trois croix gammées ont également été tracées au sol dans le gravier, a-t-on ajouté de même source.

« Entre 20 et 30 tombes du carré musulman du cimetière ont été cassées ou renversées », a dit à Reuters Olivier Bitz, adjoint au maire chargé de la sécurité et des cultes.

Le maire et le procureur de la République se sont rendus sur place tandis que la police débutait son enquête.

Il s’agit de la quatrième profanation d’un cimetière dans l’agglomération strasbourgeoise depuis le début de l’année et de la deuxième touchant des sépultures musulmanes après les dégradations commises dans celui du quartier de la Robertsau fin juin.

Deux cimetières israélites ont également été victimes de dégradations et d’inscriptions racistes dans le quartier de Cronenbourg et la commune de Wolfisheim. »


Communiqué de presse : oui à l’ouverture de salles de shoot .

Je relaie. Excellent communiqué, bien argumenté…

FDF

.

« Ces dix dernières années, la société française a assisté à la démocratisation de la consommation des drogues dures.

Plusieurs facteurs sont la conséquence directe de la banalisation des drogues dures :

– Le prix de la dose de cocaïne s’est effondré en 15 ans, passant de 150 euros à 30 euros le G (le gramme). Cette baisse du prix a entraîné une relance très importante de la consommation de cette drogue autrefois réservée aux « classes riches et aux peoples ». Bon marché, facile à acheter et à transporter, la cocaïne est désormais accessible au plus grand nombre et attire une clientèle qui s’identifie au travers de sa consommation à « ses stars ».

– L’héroïne, la drogue du pauvre, a elle aussi suivi la baisse des prix sur le marché des drogues dures. Certains trafiquants « cassent les prix » pour attirer de nouveaux clients, on peut ainsi acheter 1 dose de Brown Sugar pour le prix d’une simple petite barrette de résine de cannabis. La consommation d’héroïne est un véritable fléau. Cette drogue peut accrocher en la sniffant ou en la fumant. Mais rapidement ces effets par ce mode de prise se font insuffisants obligeant les consommateurs à passer à une prise par injection.

Le marché de la drogue reste très fragile. Il est soumis, comme le marché boursier, a des spéculations. On a assisté dans plusieurs pays déjà aux effets dévastateurs de ces fortes fluctuations des prix sur le marché de la drogue. Si les prix de la cocaïne ou de l’héroïne augmentent subitement, de nombreux consommateurs ne sont plus en mesure de financer leur addiction. Deux solutions s’offrent alors à eux : soit sombrer dans la délinquance ou la prostitution pour générer des revenus capables de permettre de continuer à se droguer avec un produit devenu très cher ou alors passer à des dérivés de drogues dures moins cher.

C’est à ce moment là qu’on voit arrivé sur le marché des drogues très dures et très dévastatrices telles que le « crack », dérivé de cocaïne et de bicarbonate.

La France perd chaque jour un peu plus la guerre contre le narcotrafic. La police lève de belles affaires mais force est de constater que les peines prononcées contre les dealers par la justice sont de moins en moins sévères, cette absence de sanction encourage la prolifération du trafic de stupéfiants, activité très lucrative.

Dans un tel contexte, il est indispensable de permettre aux victimes de ce trafic (oui les consommateurs de ces drogues sont des victimes) de se droguer dans des conditions compatibles avec la dignité humaine. Il faut également minimiser les risques pour le reste de la population qui, elle, ne se drogue pas.

Les salles de shoot remplissent plusieurs objectifs capitaux :

– Permettre aux toxicomanes de se droguer à l’écart de la vue du public dans des locaux propres et avec du matériel stérile. On évite ainsi de se retrouver avec des seringues usagées jetées sur la voie publique.

– Assurer la présence de personnel de santé pour « encadrer » la prise du produit et assurer le suivi médical du toxicomane. Éventuellement, aider le toxicomane à décrocher si ce dernier le souhaite. Le sevrage doit toujours être souhaité par le consommateur.

– Permettre aux toxicomanes de garder un lien avec le tissu social en rencontrant du personnel médical et social.

La création de ces salles de shoot est une nécessité absolue dans une société où la consommation de drogues dures est entrain d’exploser.

Certes, la création de ces lieux où l’on peut en toute impunité commettre un acte illégal, consommer de la drogue, est un aveu d’échec de la politique de lutte contre le trafic de drogue. Mais face à la réalité, celle où n’importe qui peut, du jour au lendemain, tomber dans la toxicomanie tant l’offre est forte et les prix attractifs, les pouvoirs publics doivent garantir à nos concitoyens un minimum de sécurité autour de cette question.

Si demain un enfant se pique dans un jardin public avec une seringue usagée, les pouvoirs publics porteront sur leurs épaules le poids de la responsabilité d’une éventuelle contamination de l’enfant par le virus du VIH ou de l’hépatite, faute de n’avoir pas pris de mesure de salubrité publique.

Créer des salles de shoot n’est en rien encourager la consommation de drogue, c’est simplement répondre à un problème de santé publique qui peut toucher n’importe qui et, surtout, les jeunes générations très attirées par la consommation de drogues.


Demain, l’évolution du marché de la drogue et une augmentation soudaine des prix peut faire arriver sur le marché des drogues plus dures et dangereuses encore que l’héroïne ou la cocaïne. Ces centres seront très précieux en cas d’apparition de ces dérivés d’une très haute toxicité pour la prise en charge de ces toxicomanes. »

Michel THOORIS, secrétaire général du SYNDICAT FRANCE POLICE, tel : 06 42 18 37 52.

Source: http://tinyurl.com/2wvnl5c

La lettre de René Galinier à son comité de soutien…

Encore heureux qu’elle n’ait pas subi la censure des gardiens de la prison où René Galinier est incarcéré… Bon; « on » a attendu un peu avant de lui remettre la lettre du comité de soutien, mais ça, c’est « de bonne guerre » dans tous les établissements pénitentiaires…

FDF

.

http://www.liberezrenegalinier.com/2010/09/la-lettre-de-rene-a-son-comite-de-soutien/

Un chimpanzé traite Hortefeux de clown…

Pauvre tache… Cette sous-merde qui a déjà défrayé la chronique avec sont clip appelant au meurtre de policiers récidive en s’en prenant directement au ministre de l’Intérieur, cette fois.Il le provoque ouvertement et nous provoque par la même occasion. Nous n’avons pas besoin de ce genre de cons chez nous. Il y en a assez d’autres.

Monsieur Hortefeux: vous avez les moyens de faire taire cette crapule et de le mettre hors circuit de notre Société où visiblement il n’a pas sa place. Merci d’agir; pour le bien de tous. Vous n’allez tout de même pas attendre qu’un « patriote » s’en charge, non?

FDF

.

Abdul X: «Hortefeux, c’est un comédien, un clown».

24.09.10

Capture d'écran du clip «Tirez sur les keufs» d'Abdul X.

Capture d’écran du clip «Tirez sur les keufs» d’Abdul X. DR/YOUTUBE.COM

Le rappeur est poursuivi par le ministre de l’Intérieur pour son clip «Tirez sur les keufs». 20minutes.fr l’a rencontré chez lui, à Sèvres…

« Abdul X a encore des choses à dire. Le rappeur qui a déclenché la colère des syndicats de police avec son clip «Tirez sur les keufs» s’est excusé en août. Mais, à quelques jours de son passage au tribunal pour la plainte déposée par Brice Hortefeux en personne, le gaillard de 21 ans tient à mettre les choses au point.

Rendez-vous à Sèvres, sa ville, celle où il a grandi entre une mère algérienne avec laquelle il vit toujours, et un père antillais retourné vivre en Martinique. «Devant chez ED», précise Abdul X -Pascal de son autre prénom- au téléphone. Casquette sur la tête, veste zippée sur un débardeur noir, Abdul X descend l’avenue et se signale d’un signe de la main. Le bonhomme, amateur de basket et de boxe, a la silhouette massive et l’air déterminé.

«Un complot de racistes»

«Je me suis excusé pour ma mère, pas pour Hortefeux, précise-t-il d’emblée. Hortefeux, je l’emmerde.» Direction le petit bar du coin, dans le centre de cette ville de la banlieue ouest. Sur le chemin, les commerçants saluent Abdul. «Les gens me soutiennent», explique le jeune homme. Installé en terrasse devant son café, Abdul X reprend le fil de son affaire.

«Moi, je n’ai jamais voulu faire le buzz», assure-t-il. Sa vidéo, postée sur Youtube, n’a dû sa notoriété qu’au fait que le site fdesouche connoté d’extrême droite (bien que son auteur le nie), l’a mise en avant. «Un complot de racistes: d’abord fdesouche, ensuite Brice Hortefeux», dénonce Abdul X. Car selon lui, «le buzz a pris pour des raisons politiques», en plein tour de vis sécuritaire.

«J’assume tout ça la tête haute»

«Hortefeux fait le coup de feu!» Un vieux monsieur vient interrompre Abdul X pour lui serrer la main. Le rappeur reprend. Oui, il s’est excusé, mais sous la pression de sa mère, «très choquée par cette histoire». Pas sincère le mea culpa? «Tirer sur les flics, tout le monde sait que c’est pas ça… C’est du rap.» Abdul élude. «J’assume tout ça la tête haute», affirme-t-il. Et puis, il le répète: «Derrière tout ça, il y a un artiste» dont «toutes les chansons n’insultent pas la police».

Son message, pourtant, est clair: «Arrêtez les bavures, arrêtez les mensonges des politiciens». Sa chanson polémique, il raconte l’avoir écrite «vers 17 ou 18 ans, en sortie de garde à vue». Les «contrôles abusifs», le «délit de faciès», il connaît. Les procès aussi: «La prison, ça ne me fait pas peur». Mais pas question de «se laisser caricaturer» par Brice Hortefeux. «C’est un comédien avec un grand C, un clown, même», lance Abdul à l’attention du ministre, qu’il n’a jamais rencontré.

«Un bon coup de pub»

«Un vrai manque de pédagogie», estime Abdul. En attendant de croiser la route de Brice Hortefeux -peut-être le 12 octobre, au tribunal- le rappeur ne perd pas le nord. «J’ai déjà répondu à Brice Hortefeux dans une vidéo, j’écris une chanson sur les politiques», égrène-t-il. Il a aussi signé un duo intitulé «Tu sais qui on est» avec Cortex, un rappeur aux prises judiciaires avec Marine le Pen et Eric Zemmour.

«Mon myspace a été supprimé, mais j’en prépare un autre pour bientôt», poursuit Abdul. Le buzz, il le répète, il ne l’a pas cherché. «Mais ça me fait un bon coup de pub», reconnaît le rappeur. Un coup de pub qui lui a valu quelques parodies pour moquer ses excuses. «Un coup des fachos», assène Abdul, sans se départir de son assurance: «Les gens savent que j’habite à Sèvres. S’ils ont un problème, qu’ils viennent me voir». »

.

T’inquiète pas, mon pote, il est fort probable qu’un de ces proches matins, on vienne sonner vers 6h00 à ta porte et que tu repartes en slip accompagné par ceux même que tu as menacés de mort. J’entends par là, les policiers. Et je souhaite que tu aies un « traitement de choix » durant ta détention et que l’on t’enseigne le respect de ceux qui nous protègent des indésirables de ton genre… Et le « racisme » que tu évoques, tu peux te le carrer dans l’oignon.

FDF

Source: http://tinyurl.com/35kmban

Mosquée du 11-septembre: Même Omar est sorti prier dehors!

24 septembre 2010

A l’heure ou, appuyé par toute la bien-pensance et idiotie utile occidentale, l’imam auto-proclamé du projet de mosquée du 11-septembre tente d’imposer a son pays d’adoption, sur le sol meme ou elle fut le plus ignoblement trahie par des coreligionnaires a lui il y a tout juste 9 ans, sa version de la tolérance …

Pendant que de leur coté  nos journalistes donnent apparemment littéralement de leur corps pour « présenter le visage humain des talibans » et qu’avant  le discours annuel du Solutionneur final a l’ONU, nos indépendantistes dénoncent le poison sioniste …

Remise des pendules a l’heure par le politologue libano-américain Fouad Ajami.

Qui rappelle, derriere le pretendu appel a la tolérance y compris contre les sentiments d’une majorité  de ses coreligionnaires dans leurs pays d’origine (ou meme en son temps, selon la légende musulmane, le calife Omar lui-meme !), le véritable ordre du jour de ce pur produit du révisionisme multiculturaliste des années 60 ayant abouti a l’actuelle remilitarisation de l’islam …

Source: http://tinyurl.com/3y2d335

Scandale à Châlons : pour le maire UMP, les mosquées font partie de notre patrimoine!!!

Scandale à Châlons : pour le maire UMP, les mosquées font partie de notre patrimoine


islam_fnL’affaire est relatée par le journal L’Union. Pour un maire qui fait la collection des crêches chrétiennes, chapeau M. Bourg-Broc ! Je ne connaissais pas le blog dont il est fait état, mais cette affaire devrait nous inciter à réfléchir un peu plus sur la notion de « patrimoine », et sur sa signification.

Car qui dit patrimoine, dit patrie, héritage, que nous recevons de nos ancêtres, et qui constitue notre « nous commun », celui de notre peuple, ce qui lui permet de « vivre ensemble », à travers les siècles, avec des valeurs communes. « Contribuer à renforcer le sentiment de partage d’une identité commune européenne », c’est justement l’objectif des « journées européennes du patrimoine ». Découvrir, ou faire redécouvrir notre héritage de Français et d’Européen à nos concitoyens.

Or, il est historiquement indiscutable que l’identité commune de l’Europe vient du christianisme, et de tout ce qui en découle (même déformé), pas de l’islam, que cela plaise ou non.

Même le plus antichrétien des européens raisonne avec des concepts issus de la civilisation chrétienne, repris par les « Lumières », et non avec un mode de pensée issu de l’islam.

C’est pourquoi une mosquée comme celle de Châlons, symbole d’une volonté de conquête idéologique (toute mosquée est « terre d’islam »), ne peut appartenir à notre patrimoine local, national et européen : elle appartient à un autre univers culturel, qui n’est pas le nôtre.

Sauf à vouloir que le terme de « patrimoine » ne signifie rien, et qu’il soit une véritable auberge espagnole, où tout se vaudrait. Dans ce cas, si tout se vaut, le pire côtoiera le meilleur, et l’héritage le plus rassembleur côtoiera des biens qui lui sont étrangers, quel que soit par ailleurs la beauté propre de ces biens. Car si la Beauté est universelle, ses incarnations sont très diverses, et sont à l’origine de civilisations et patrimoines bien différents.

Oui, une mosquée peut être belle, mais elle n’appartient pas à notre univers culturel, à notre civilisation, à ce qui contribue à notre « nous commun ». Elle n’appartient pas à notre héritage, elle n’appartient pas à notre patrimoine.
Dire le contraire, c’est considérer que tout se vaut, et que le terme « patrimoine » ne signifie rien. Dans ce cas, il ne faut pas s’étonner que certains affirment qu’un temple sataniste ou bouddhique ou une mosquée appartiennent à notre patrimoine !

Question de choix, de valeur.

Source

Quels fondements juridiques pour la loi sur le voile intégral ?

On n’a pas fini d’en croiser...

On s’est encore fait avoir… En fait, nous n’avons pas eu notre mot à dire, comme d’habitude… France, terre de démocratie… On favorise l’intégrisme et la préférence non nationale bat son plein… La provocation ne va que s’amplifier…

FDF

.


La loi portant interdiction de dissimulation du visage dans l’espace public ou loi anti-burqa a définitivement été adoptée lundi 13 septembre à l’issue d’une procédure législative qui aura été marquée par l’accord politique quasi unanime sur la question. Transmise le lendemain même au Conseil constitutionnel par les Présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat pour contrôle de conformité à la Constitution, la loi est en attente de validation. Le Conseil suprême rendra sa décision sous un mois.

Si la question de la nécessité de légiférer sur son interdiction est déjà apparue en Italie, aux Pays Bas ou en Belgique, jamais jusqu’à ce jour, un pays n’était allé au bout de la procédure législative pour l’interdire. Or, face à cette pratique religieuse radicale, la France se trouve aujourd’hui prise au piège de ses propres principes.

En effet, jusqu’alors la liberté de conscience et de religion se trouvait encadrée entre le respect de la liberté d’autrui et l’ordre public, d’une part et le respect du principe de laïcité de l’Etat d’autre part. Ce dernier principe avait ainsi permis aux pouvoirs publics d’endiguer la manifestation de l’appartenance religieuse dans les services publics et tout spécifiquement dans les écoles, collèges et lycées publics (Loi du 15 mars 2004).

Or, l’apparition récente du port du voile intégral en France pose un tout autre problème : celui de savoir limiter la manifestation d’une pratique religieuse intégriste dans l’espace public en général et non plus dans les seuls rapports de l’individu aux services publics comme c’était le cas jusqu’alors avec le voile islamique. Le port du voile intégral témoigne une fois de plus de l’adage : « trop de liberté tue la liberté ». Non seulement il montre la progression inquiétante du mouvement salafiste sur notre territoire, mais il s’avère difficile à limiter en pratique en ce qu’il touche à la liberté de l’individu en lui-même et non plus l’individu dans ses rapports aux pouvoirs publics. Or, en droit, seule la contrainte constitutive d’une atteinte à une liberté peut être réprimée. Mais dès lors que les femmes déclarent se voiler intégralement de manière consentante, la liberté de religion ne peut être limitée.

De fait, les pouvoirs publics ont été bien en peine de trouver sur quels fondements juridiques se reposer pour interdire une telle pratique. La seule voie possible s’avérait être l’atteinte à l’ordre public. Encore fallait-il parvenir à définir ce qu’est l’ordre public dans ce cadre précis.


Jusqu’alors, l’ordre public se définissait en droit selon trois composantes : la tranquillité, la sécurité et la salubrité publiques (composante matérielle) auquel la jurisprudence a ajouté une dimension immatérielle, la moralité publique en développant le principe de sauvegarde de la dignité humaine. C’est précisément sur ce dernier volet qu’entendaient se positionner les pouvoirs publics pour interdire le voile intégral. Or, ce principe n’a connu qu’un développement limité qui en fait un fondement juridique léger. D’où la conclusion du Conseil d’Etat dans son avis du 30 mars 2010 : « aucun fondement juridique n’apparaît suffisamment solide pour justifier une interdiction générale du voile intégral en tant que tel ».

Aussi, nous sommes actuellement -et sous toutes réserves de la décision qui sera rendue par le Conseil constitutionnel- dans cette situation paradoxale où, la moralité publique qui permet d’interdire l’exhibition sexuelle sur la voie publique, ne permet à elle seule d’interdire le port du voile intégral sur le territoire national.

Non seulement la loi pose de sérieux doutes quant à sa constitutionnalité voire sa conventionnalité, mais en plus les sanctions qu’elle prescrit s’avèrent en pratique ridicules. En effet, la dissimulation de son visage dans l’espace public est punie d’une amende prévue pour les contraventions de seconde catégorie c’est-à-dire entre 22 € (tarif préférentiel si l’amende est payée sous 3 jours de la remise ou 15 jours de l’envoi) et 150 € (tarif maximal), laquelle peut être cumulée avec un stage de citoyenneté, lequel peut se substituer à l’amende. Avec une telle sanction, nul doute que la société française est bien protégée de tout intégrisme musulman….

Source: Novopress.info, 2010

« L’immigré ne s’assimilera pas « .



Encore une vérité que beaucoup, beaucoup trop d’ailleurs, n’apprécieront pas. Tant pis. Comme on dit: « il n’y a que la vérité qui blesse »…

FDF

Il ne faut pas non plus dire “on va assimiler”, c’est fini !” (H. Le Bras).


http://www.youtube.com/watch?v=8e34VeVIAWA&feature=player_embedded

« C dans l’air », France 5, 23/09/10, avec Dominique Reynié et Hervé Le Bras

En France, il ne « passe pas ». Roschdy Zem tourne dans un film américain…

Eh ben, je les plains, les américains. Avec cet oiseau là, les emmerdes vont commencer. Il chope la grosse tête, Roschdy Zem. Ca m’étonneait que les autres acteurs du cru apprécie ses compositions cinématographiques remplies de haine et de sournoiserie que l’on lui a permises en France… D’ailleurs, pourquoi il la quitte la France? Ce n’est pas une question de fric? Ses rôles ambigus anti-français n’ont pas eu le succès escompté. Et pour cause… La guerre d’Algérie rappelle de douloureux souvenirs à beaucoup de personnes du continent.

FDF

.

Les Arabes ne terrorisent plus Hollywood!

Roschdy Zem à la Mostra de Venise le 3 septembre 2010

Roschdy Zem à la Mostra de Venise le 3 septembre 2010 SIPA/DARCON

Dans une interview donnée il y a quelques années, Roschdy Zem expliquait qu’il n’avait encore jamais joué dans des films américains, non parce qu’ils ne le contactaient pas, mais parce qu’ils ne le faisaient que «pour des rôles d’Arabes terroristesAujourd’hui il tourne un thriller avec Sigourney Weaver et Bruce Willis. Le temps des arabes de service à Hollywood, c’est terminé.

11 septembre

«Les préjugés voudraient que l’on dise que depuis le 11 septembre, tout s’est détérioré. Mais c’est faux. On leur propose de vrais rôles où leurs origines n’ont pas d’importance. La qualité de leur œuvre efface leurs origines, peut-être même plus qu’en France», analyse Nicolas Brigaud-Robert, agent de Tahar Rahim (d’origine algérienne) et de Hiam Abbass (d’origine palestienne).

Les propositions? «Très éclectiques». Des films d’époques, en costume, des comédies. Tahar Rahim vient ainsi de tourner au côté d’Antonio Banderas et s’apprête à en tourner un autre de Jean-Jacques Anaud –réalisateur français – mais produit en partie par la Warner.

Dans les années pré-11 septembre, les rôles donnés aux acteurs d’origine arabe aux Etats-Unis, américains comme étrangers, étaient très souvent ceux de terroristes. L’acteur Sayed Badreya (Iron Man, Stargate, Seinfeld) par exemple, avait eu du mal à trouver des rôles en arrivant à Hollywood, en début de carrière. Il s’était donc fait pousser une barbe, s’était fait un look du stereotype du terroriste, et les scénarios lui étaient alors tombés dessus les uns après les autres, «parce que c’était ça qu’ils voulaient.»

Le précédent Pearl Harbor…

Suite et source: http://tinyurl.com/2wefnlj

Les anathèmes pleuvent sur ceux d’entre nous qui ont l’outrecuidance de critiquer la doctrine, l’idéologie ou les dogmes imposés par les inquisiteurs de la Pensée Unique.

Immigration

Incompréhension ! Peur de l’autre ! Repli sur soi ! Egoïsme ! Intolérance !Les anathèmes pleuvent sur ceux d’entre nous qui ont l’outrecuidance de critiquer la doctrine, l’idéologie ou les dogmes imposés par les inquisiteurs de la Pensée Unique.

Les gourous droits-de-l’hommiste, les khmers verts écolos, leurs alliés du mondialisme effréné et les adeptes du « multiculturel » et du « pluriethnique » à tous les étages, considèrent qu’ils détiennent la Vérité Révélée et ne tolèrent aucune contestation de cette Nouvelle Religion.

Pour étouffer toute velléité du refus de leurs visions sectaires et interdire toute autre opinion, cette mafia a, depuis des décennies, fait adopter des lois, des directives et des arrêtés qui limitent ou interdisent l’exercice des libertés fondamentales (expression, conviction, réunion et presse), à leurs opposants nationalistes. Tout est prétexte à la Culpabilisation de l’homme blanc.

Tous les moyens sont bons pour bâillonner la voix du peuple et discréditer ceux qui tiennent un discours « politiquement incorrect ». Haro sur ceux qui publient des articles transgressant les « tabous » instaurés par ces doctrinaires de la démocratie totalitaire afin de leur permettre de saboter, sans aucune entrave, les valeurs de notre société, les fondements de la civilisation européenne et les acquis de notre culture gréco-romaine.

Un témoignage explicite concernant le « tabou » de l’immigration a été donné par la parution d’un article du 15 mars 2005 dans le journal flamand Het Laatste Nieuws, écrit par la journaliste Hind Fraihi, qui racontait la réalité quotidienne dans la commune bruxelloise de Molenbeek.

Le bourgmestre (maire), Philippe Moureaux, intervenait dans les contrôles de la police fédérale et interdisait à ses patrouilles d’opérer dans les quartiers à forte densité musulmane. Selon Hind Fraihi, les politiciens belges surestimaient la réelle volonté d’intégration ou d’assimilation des immigrés à la société belge. Pour elle, l’islamisation des communes bruxelloises était comparable à une tâche d’huile qui s’étalait lentement, mais sûrement.

Où en est-on 5 ans après ? Bruxelles est-elle plus belle ? Fait-il « bon y vivre » ?

  • 60% de la population bruxelloise est d’origine étrangère.
  • 25% des personnes en âge de travailler sont au chômage.
  • 100.000 analphabètes hantent toujours les statistiques.
  • Depuis 2005, l’insécurité ne cesse d’augmenter et la vente de drogues a explosé.
  • Les tribunaux sont débordés. La police est excédée. Les commerçants sont vandalisés.
  • Dans les écoles, on parle un sabir anglo-arabo-moldave, et à la cantine, c’est «halal »  pour tous !

Mais lorsque, à de (très) rares occasions, on interroge les auditeurs, téléspectateurs ou internautes, il est amusant de constater que 86% des sondés ne veulent plus d’immigration et que 75%, par ailleurs, refusent l’islamisation de nos villes.

Nul doute qu’en période de Ramadan, le tapage nocturne, à Bruxelles, n’a pas verbalisé pour les contrevenants sarrasins.

Reconquista ! Vite !


Pieter Kerstens

« Religion » d’arnaques, de trafics et de pédophilie. Encore et toujours les collabos…

Alors que tous les humains lucides devraient déjà chasser les nazislamistes qui envahissent leurs contrées, après avoir battu les collabos, d’authentiques ordures qui se prennent pour des porte-parole juifs, aboient avec les propago-déchets. Cette vermine ose vitupérer contre et inciter les Juifs idiots à boycotter « Résistance Républicaine », « Riposte Laïque » et d’une manière générale, toutes les initiatives alertant contre la nuisance djihadique en France. La sécurité physique de ces collabos juifs n’est plus garantie.

Signalons brièvement la rechute de J-Y CAMUS dans Actu J. Qu’il ne comprenne pas pourquoi la LDJ se tenait aux côtés de Christine TASIN devant l’ambassade d’Iran, c’est inadmissible. Mais qu’en plus cet idiot entraîne avec lui, les imbéciles qui se délectent de sa diarrhée écrite, c’est trop. Quoique, dans l’abjection collaborationniste il y a toujours plus fort. Le pompon revient donc au multirécidiviste Jacques ATTALI. Il vient de pondre une tirade sous-chiracaillenne très tendance chez la vermine collabo. En effet une pareille saleté fut aussi proférée, par le vénéré saint patron de la catégorie, l’usurpateur de la Maison Blanche soi-même.

Nous assistons à l’agitation frénétique de tout ce que le monde occidental renferme de moisissure, de pourriture, de malsain, de lâche, de haineux, de tordu, et surtout de profondément antijuif. Toute cette saleté se démène de manière forcenée pour imposer le mensonge selon lequel l’islam est une religion pacifique, ayant toute sa place en Occident. Quand un musulman courageux, parce que vivant dans un pays de l’OPED, éclairé, érudit et confirme le danger que représente l’islam aujourd’hui, le propago-déchet qui l’interroge ose le contredire. Et nous n’avons pas encore crevé cet étron boche, au nazisme revivifié par le nazislamisme ! Qu’attendons nous, bon sang !

Le plus démocratiquement du monde, les Turcs retournent dans le passé. Ils font de leur pays une nouvelle république islamique. Pourquoi n’entendons nous aucun commentaire insultant, sur ces racistes nazislamistes, comme nous en avons entendu sur les Suisses, qui pourtant ne les méritaient pas ? Question posée en particulier au Grand Rabbin de France.

Les fellouzes d’Algérie, ou leurs rejetons, continuent leur terreur comme autrefois. Des Algériens arabes chrétiens sont arrêtés et persécutés parce que chrétiens, sans bien sûr, que ça émeuve qui que ce soit chez les propago-déchets. Et le meneur des fellouzes insulte impunément la France car elle ne respecterait pas chez elle, la liberté de culte de sa Religion d’Arnaque, de Trafics et de Pédophilie !

Comme d’habitude, avec toutefois beaucoup moins de conviction, les abrutis juifs bavardent sur les réunions forcées organisées par l’usurpateur de la Maison Blanche, entre les dirigeants israéliens et les nazislamistes. Comme d’habitude, le parti âvoda (zara) israélien et son meneur Ehoud BARAK, font dans le délire suicidaire. Mais D. merci, désormais tout le monde s’en fiche. Fort à propos, le journaliste de France 3, Clément WEILL-RAYNAL, rappelle la légalité totale des implantations juives en Judée et en Samarie. Or, de manière raciste et obsessionnelle, le semi-nazislamiste occupant la Maison Blanche prétend interdire ces implantations.

Gag de la semaine : le coupable de la fiction crapuleuse sur « la crevaison d’un petit déchet », l’étron de chien de Fange2 pond un bouquin pour se disculper. Avec les éloges dithyrambiques de la propagande, l’Immonde en tête.

Inutile de continuer l’énumération de tous les actes de lâcheté et d’avilissement commis en Occident. Signalons tout de même un début de bonne nouvelle. En Suède, un parti anti-envahisseurs va faire son entrée au parlement, saluée comme il se doit par les cris d’horreur des propago-déchets.

En attendant, nous espérons toujours l’abattage des premiers collabos. C’est désormais la seule voie efficace de la Résistance contre l’invasion nazislamiste.

Par Charles DALGER, le 22 septembre 2010

Le ras le bol d’une dame de Saint Denis…

On la comprend, cette mère de famille. Et nous sommes nombreux à être prêts à lui porter secours et assistance; pas vrai? La pourriture est partout…

FDF

.

« Si vous retouchez à mon frère, je vous fracasse la tête »


Jeunes, bruit, insomnies, flics absents… Une mère âgée d’une quarantaine d’années habitant un quartier de Saint-Denis nous livre le journal de bord de son ras-le-bol.

 -- Cliquez pour voir l'image en entier

Dimanche 15 août. Aujourd’hui nous sommes en plein week-end des vacances. Bruits, motos et jeux de ballons de l’après-midi jusqu’à l’aube. J’en viens à aimer les jours de pluie. Ces jours-là, on est un peu tranquille.

Vendredi 20 août. Aujourd’hui, je suis allée manger dehors au canal Saint-Martin avec Francelise, une amie de l’immeuble. Il était près de 1 heure du matin lorsque nous sommes rentrées. Six préados discutaient avec un adulte qui portait une sorte de djellaba claire avec un turban sur la tête. Imam, marabout ? Nous ne le savions pas vraiment, ni ce qu’il faisait là. Il leurs parlait doucement pendant que nous rentrions chez Francelise. Lorsque je suis sortie, une moto est arrivée et s’est arrêtée devant la porte. Le conducteur a laissé le moteur tourner.

Parfois, je préfère laisser couler. Mais cette fois, nous leur avons demandé d’arrêter de faire du bruit avec leur moto. Un autre jeune qui ne doit pas avoir plus de 12 ans et que je ne connaissais pas, nous a dit : « Si vous êtes gênées, vous n’avez qu’à partir. » Visiblement, il n’habitait pas dans notre rue. Comme je lui demandais s’il habitait ici, il a commencé à faire le pitre en mettant des chips dans sa bouche tout en parlant. Lorsque je lui ai fait la remarque de l’impolitesse de son attitude, le groupe s’est énervé. Certains ont commencé à nous parler irrespectueusement.

Francelise s’est interposée, a attrapé l’épaule de celui qui avait parlé : « Je pourrais être ta mère, tu vas me parler autrement ! » Loin de calmer l’atmosphère, ce début de pugilat verbal a envenimé les choses. Une mère et sa fille sont descendues accompagnées du marabout-imam. J’espérais qu’elles calmeraient la situation, mais sa fille a commencé à haranguer Francelise : « Vous avez vu comment vous leur parlez ? Vous vous plaignez tout le temps du bruit. Mais moi, je peux dormir. Si vous retouchez à mon frère, je vous fracasse la tête. » À ce moment-là, le religieux est intervenu pour calmer les choses. J’ai vu le groupe l’écouter la tête baissée en acquiesçant de temps à autre et en disant qu’ils feraient plus attention la prochaine fois, puis le groupe s’est dispersé. Certains sont rentrés chez eux tandis que d’autres sont allés s’assoir un peu plus loin dans la cour.

Samedi 21 août. La leçon n’a pas porté ses fruits. Ils se sont remis à parler tout aussi fort. De toute façon, je n’espère plus que le bailleur nous change un jour les vitres. Il paraît que c’est du double vitrage, mais lorsqu’ils passent avec leurs motos, j’ai toujours l’impression qu’ils le font dans le salon de mon appartement qui se trouve au rez-de-chaussée. Pas question de sortir aujourd’hui pour leur demander de faire moins de bruit après la soirée d’hier. Je mets la télé à fond pour couvrir le bruit extérieur.

Lundi 23 août. J’ai vu Francelise aujourd’hui. Elle m’a appris qu’elle est allée à Plaine-Commune-Habitat (l’office HLM de la ville) pour retirer un dossier. Elle veut habiter ailleurs. « Tu comprends, me dit-elle, je n’en peux plus. Cela ne peut plus durer. Je ne me sens plus bien ici. Je n’arrive plus à préparer mes chansons. » Francelise me raconte qu’elle n’arrive plus à dormir et que du coup, elle ne peut plus répéter ses spectacles. En tant que chanteuse de bossa-nova et ancienne danseuse professionnelle, elle a vécu dans cette rue pendant une vingtaine d’années. Elle y a élevé ses enfants. Comme c’était une ancienne du quartier, les garçons la respectaient et la craignaient un peu. Si elle s’en va, ceux qui n’ont pas encore baissé les bras perdront l’une des rares qui étaient capables d’aller au charbon. Lorsqu’elle m’a dit cela, je suis rentrée chez moi la boule au ventre.

Dimanche 29 août. Je suis de repos depuis une journée. Mon fils est revenu de colo aujourd’hui et nous sommes rentrés vers 18 heures. J’étais dans la voiture avec une amie qui m’avait emmenée chercher mon fils. Une voiture nous empêchait de rentrer dans le parking car elle commençait à faire une marche arrière. Nous ne pouvions pas reculer sans nous remettre sur la route. Nous avons attendu qu’elle s’arrête et qu’elle nous laisse passer. Malheureusement, le conducteur, je ne sais trop comment, ne s’est pas aperçu que nous étions là. Notre pare-choc a été enfoncé. Nous sommes sorties de la voiture pour regarder les dégâts avec les deux occupants de l’autre voiture. Il fallait vraiment être stone pour ne pas voir qu’il y avait une voiture en attente.

Mardi 31 août. La journée, j’ai dû mettre la radio Latina à fond pour couvrir le bruit d’un groupe en train de se chamailler. Par intermittence, ils mettaient la radio de leur voiture et nous en faisaient profiter. Le soir, rebelote. Cette fois j’ai allumé la télé en attendant mon mari. Il est rentré de son travail vers 3 heures du matin. C’est à peu près l’heure à laquelle le bruit s’est arrêté. Par moment, nos horaires décalés sont vraiment une chance. Grâce à cela, nous pouvons nous coucher tard sans que cela nous handicape. Mais je plains ceux qui doivent se lever tous les jours aux aurores. En tout cas, mes trois jours de repos vont vraiment être longs…

Mercredi 1er septembre. C’est la veille de la rentrée. Il est minuit et demi et une demi-douzaine d’ados jouent au ballon. Ils s’amusent à tirer dans les grilles. Je suis sortie en pyjama. « Le bruit du ballon sur les grilles à minuit, c’est un peu dur. Ma fille est en train de dormir et vous risquez de la réveiller », leur ai-je dit. Le plus vieux de la bande, un vieil ado attardé de trente ans, a acquiescé puis il s’est tourné vers des plus petits. « Elle a raison la dame, un peu de sérieux », puis, il a repris sa balle et a recommencé à tirer dans les grilles. Un autre m’a dit : « Vous savez, Madame, on vous respecte, vous nous parlez correctement. » Je me demande par moment ce qu’il se passerait s’ils ne me respectaient pas…

Samedi 4 septembre. La police a fait une descente dans le quartier. C’est Francelise qui me l’a appris lorsque je suis rentrée. Elle a vu le début de l’intervention, car elle revenait de chez le médecin qu’elle avait consulté à cause de ses problèmes d’insomnie et de fatigue. Il lui a détecté une dépression et lui a fait une attestation pour sa demande d’un nouveau logement. Au retour de sa visite médicale, elle a vu deux camions de police qui bloquaient la rue Jean Jaurès et le carrefour de la rue de Strasbourg. Ils avaient tout bloqué.

Ici, la police fait ce qu’elle peut, c’est-à-dire bien peu. Soit tu ne vois pas de policiers, soit tu as toute une armada. Mais des habitants ont commencé à râler contre les flics lorsqu’un petit a été arrêté. Ils étaient avec leur panoplie rococo de robocop. Gilets de protection, protège-tibias et genoux, casques, etc. Mon mari a appelé le commissaire pour savoir les raisons de leur intervention. Si j’ai bien compris, c’était la BAC, la Brigade anticriminalité. Mais c’est au quotidien que nous avons besoin de policiers. Le soir, tout a été très calme.

Mardi 7 septembre. C’est plus calme. Mais Francelise n’y croit vraiment plus. Il y a trois ans, il y avait eu une période d’accalmie après le meurtre d’un jeune d’une vingtaine année. Il avait fallu ce malheur pour qu’il y ait un sursaut dans le quartier. Mais maintenant, ceux qui font du bruit sont encore plus jeunes et j’ai l’impression que le fil du dialogue est rompu. Plus personne ne peut faire le pont. Les parents semblent absents pour certains d’entre eux et les plus grands jouent le rôle de contre-exemple.

Auparavant, il y avait quelques policiers de proximités. Mais maintenant, il y a nada ou bien peu. Lorsque je rencontre la police, ils sont plutôt aimables, mais ils semblent impuissants. On ne les voit en général que lors de grandes manifestations comme le festival de Saint-Denis ou lors d’actions coups de poing comme celle de ce vendredi. Mais c’est tous les jours que j’ai besoin de la police, lorsque ma fille rentre de l’école, lorsque le soir je veux dormir ou lorsque la journée, les jeunes commencent à se battre ou qu’un vol à l’arraché a lieu presque à la vu de tous.

Jeudi 9 septembre. La journée a été plus calme, car l’office HLM a remis la chaine qui barre le passage. Cela a eu pour résultat d’empêcher les passages des voitures. Mais ce soir, je n’arrive pas à dormir. Il est 23h30, j’ai ouvert les fenêtres pour montrer aux jeunes qu’ils me réveillaient. Tu parles ! Ils n’en ont rien eu à foutre. J’ai appelé mon mari qui était sur le chemin de retour. Il est allé leur parler quand il est rentré. Il y avait deux groupes différents cette fois. Ils sont partis après qu’il a discuté avec eux.

Vendredi 10 septembre. Le réveil a été très dur. Ce matin, je commençais à 6 heures, j’ai dû me réveiller à 4h30. Comme je m’étais couchée à 3 heures, le calcul est vite fait. En plus, j’avais une réunion pour créer une société, mais j’étais trop fatiguée. J’ai dû annuler, je suis dégoutée. Ce soir, je crains le pire. C’est sûr qu’un jour cela va péter et que ça ne risque pas de s’arranger. J’ai toujours voté à gauche, mais je suis maintenant écœurée parce que tout comme Francelise, je n’en peux plus. J’ai vraiment l’impression que nous sommes abandonnées. J’échangerais bien mon appartement avec un politicien pour qu’il voie comment nous vivons. Francelise a entrepris des démarches pour partir. Quant à moi, j’attends de passer la rentrée et je me promets de m’en occuper.

Source: http://tinyurl.com/26trp4y

Oskar Freysinger et le totalitarisme… Vidéo.

Instructif…

FDF

.

Oskar Freysinger, né le 12 juin 1960 à Sierre, de père tyrolien et de mère valaisanne, est une personnalité politique suisse, membre de l’Union démocratique du centre (UDC).


http://rutube.ru/tracks/2739428.html?v=8215d5bd88d4f6fa9261a2b155017c0e&autoStart=true&bmstart=43700

On se sent moins seuls… Danemark : Ça chauffe dans les banlieues.

Ca ne console pas, mais on ne peut que tristement constater que la racaille sévit partout. Au Danemark, par exemple, ils ont aussi des « quartiers difficiles ». Et ce sont le mêmes chimpanzés que chez nous qui y résident…

FDF

.

“Des ghettos danois dévastés par des feux”,http://jp.dk/indland/article2189904.ece

Chaque semaine, dans les quartiers difficiles danois, des incendies détruisent des jardins d’enfants, des bennes à ordures, des voitures ou des scooters, rapporte le quotidien, qui a étudié les rapports des pompiers dans les 3 principales villes du pays. Citant un professeur de sociologie, le quotidien explique que ces actions sont le fait d’un noyau dur de jeunes issus de l’immigration qui souhaitent que leur quartier véhicule “l’image d’un ghetto dangereux”. Moins de 1% des enquêtes menées sur ces incendies ont été résolues.


Distribution de produits halal: Marseille s’associe à un port malaisien.

Soumission au nom du profit…

FDF

.

Le port de Marseille-Fos et Port Klang (Malaisie) ont signé mercredi un accord marquant le lancement d’un réseau mondial de plateformes de distribution de produits halal, avec mise en place effective à l’horizon 2014-2015.

Les deux ports ne seront pas directement opérateurs mais souhaitent ouvrir leur site à des sociétés de logistique respectant les contraintes spécifiques à ce marché, selon des normes et besoins pré-définis.

« Aujourd’hui le transport halal n’est pas vraiment organisé et contrôlé, il n’y a pas de qualité logistique permettant de sécuriser la chaîne de transports » et l’intégrité des produits, a expliqué Dirk Becquart, directeur du développement du Grand port maritime de Marseille (GPMM).

« Nous travaillons avec les producteurs, les importateurs, les logisticiens, à mettre en place cette logistique. »

« Si ça peut réussir quelque part en Europe, ce sera à Marseille », a ajouté M. Becquart, évoquant le caractère multiculturel de la ville, et aussi le marché que représentent les quelque 220 millions de musulmans autour d’elle, du Maghreb à l’Europe du Nord.

« C’est un marché qui se développe en Europe », a-t-il souligné, la filière halal représentant un marché estimé à plus de 5 mds d’euros en France en 2010…



Suite et source: http://tinyurl.com/29kpvep