Francaisdefrance's Blog

23/09/2010

Sidi Brahim, 18 août 1844… Un éclatante victoire.

Un peu d’Histoire…
FDF
Le 14 août 1844, le général Bugeaud remporte l’éclatante victoire d’Isly face aux Marocains d’Abdb-el Kader à l’ouest d’Oujda. Un an plus tard, le 23 septembre 1845, les troupes du colonel Montagnac, 350 chasseurs du 8e bataillon et 60 cavaliers du 2e hussards, sont attaquées par 6 000 cavaliers de l’Emir. Réfugiés au marabout de Sidi-Brahim, les Français résistèrent ; le 26 septembre, les survivants brisent les lignes ennemis, sous les ordres du caporal Lavayssière. Six survivants parviendront aux lignes françaises.
Le 23 septembre est devenu la fête de tradition des chasseurs à pieds, rappelant le souvenir et le sacrifice de leurs camarades de Sidi-Brahim (ci-contre un monument qui célébrait cette bataille à Oran). Sur la chanson de Pierre Dupont Buvons à l’indépendance du monde, datant de 1855, Albert-Paul Porot a adapté une musique et le lieutenant Alehaut les paroles.

Le cinquième couplet a été ajouté après la guerre de 1870 ; le sixième et dernier couplet trouve son origine dans la Grande Guerre.
Le refrain peut connaître quelques variations : la première personne du pluriel (« nous » et « notre ») étant remplacé par leur équivalent de la seconde personne du pluriel. Par ailleurs le « Serrons les rangs » n’est pas toujours chanté. Le « Marchons, marchons, marchons » et parfois bissé ; dans d’autres versions, ce sont les deux derniers vers qui sont bissés. On trouve sinon « Si » pour « Quand« .

I. Francs chasseurs, hardis compagnons
Voici venir le jour de gloire
Entends l’appel des clairons
Qui nous présage la victoire
Volez, intrépides chasseurs
La France est là qui vous regarde
Quand sonnera l’heure du combat
Notre place est à l’avant garde !
En avant ! braves bataillons !
Jaloux de notre indépendance
Quand l’ennemi vers nous s’avance
Marchons, marchons, marchons,
Serrons les rangs !
Mort aux ennemis de la France !

II. Quand votre pied rapide et sûr
Rase le sol, franchit l’abîme
On croit voir à travers l’azur
L’aigle voler de cime en cime.
Vous roulez en noirs tourbillons,
Et parfois limiers invisibles
Vous vous couchez dans les sillons
Pour vous relever plus terribles !

Refrain.

III. Aux champs où l’oued Had suit son cours,
Sidi-Brahim a vu nos frères
Un contre cent lutter trois jours
Contre les hordes sanguinaires
Ils sont tombés silencieux
Sous le choc, comme une muraille
Que leurs fantômes glorieux
Guident nos pas dans la bataille !

Refrain.

IV. Héros au courage inspiré ;
Nos pères conquirent le monde
Et le monde régénéré
En garde la trace féconde.
Nobles aïeux, reposez-vous,
Dormez dans vos couches austères,
La France peut compter sur nous,
Les fils seront dignes des pères !

Refrain.

V. Surprise un jour frappée au cœur,
France, tu tomberas expirante.
Le talon brutal du vainqueur
Meurtrit ta poitrine sanglante.
Oh France, relève le front
Et lave le sang de ta face,
Nos pas bientôt réveilleront
Les morts de Lorraine et d’Alsace.

Refrain.

VI. O Morts, nous vous avions promis
De libérer le territoire.
Ils sont chassés, les ennemis,
Nous vous apportons la Victoire,
Sous vos lauriers, dormez en paix
Face au vaincu qui nous regarde,
C’est au bord du Rhin, désormais,
Chasseurs, que nous montons la garde.

Refrain.


http://rutube.ru/tracks/2602564.html?v=780c505f9d88237ef1cd4076f9a7778c&autoStart=true&bmstart=0

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :