Francaisdefrance's Blog

22/09/2010

L’islam en France.

Ressorti des tiroirs. A bien étudier et méditer……

FDF

« Je viens de finir de lire le numéro hors série de la revue « Cités » intitulé « L’Islam en France », publié aux PUF en mars 2004. En 733 pages sous la direction de Yves Charles Zarka, cet ouvrage rassemble des textes écrits par 78 auteurs, ou relatant leurs interviews. Chaque auteur est, à l’évidence, qualifié pour donner son opinion sur le sujet, de par ses recherches, ses diplômes, ses fonctions ou son expérience. Je ne crois pas cet ouvrage complètement représentatif des opinions des musulmans, parce qu’il ne fait rien dire à certains, pourtant connus, comme le recteur Boubakeur et M. Tarik Ramadan. Je ne suis donc pas sûr de son objectivité, mais plutôt qu’il défend les arguments en faveur d’une bonne intégration des musulmans en France.

Voici les conclusions que je tire de cet ouvrage.

§           Depuis la loi française de séparation de l’Eglise et de l’Etat du 9 décembre 1905, les rapports entre personnes vivant en France sont régis par les lois de notre République. Celles-ci passent donc avant les lois de Dieu, pour tous les croyants et quelle que soit leur religion. Les lois des hommes s’imposent à tous, dans tous les rapports entre des hommes, ou entre des hommes et des groupes ou entreprises.

§           Notre état est laïc, c’est-à-dire neutre vis-à-vis des religions, dont aucune n’est favorisée ou défavorisée par la République ou ses lois. Cette laïcité est imposée à tous, dans leurs rapports de vie en société. Aucune discrimination, aucun avantage pour l’emploi, l’utilisation des services publics, etc. ne doit résulter de la religion de chacun. Le respect d’une religion ne doit pas se traduire en contraintes pour ceux qui ne la pratiquent pas.

Exemples:

  • ce n’est pas parce que certaines religions interdisent de consommer du porc, que les cantines scolaires doivent éviter d’en servir;
  • ce n’est pas parce que l’islam impose aux filles des vêtements incompatibles avec le sport qu’elles doivent bénéficier de cours d’éducation physique particuliers, ou être dispensées de tels cours.

§           Contrairement à la laïcité républicaine, pour un musulman la loi de Dieu passe avant celle des hommes et Ses commandements ne sauraient être ignorés ou contournés. Le Coran ayant été rédigé il y a plus de mille ans et n’ayant pas été modifié depuis, il y a donc des domaines où ses préconisations s’opposent aux lois françaises. Des notions comme les droits de l’Homme et l’égalité entre hommes et femmes, fondamentales en droit français, ne font pas partie de la religion musulmane, qui ne préconise nullement la démocratie et ses pratiques. L’usure étant interdite, les rapports avec les banques françaises, pour leur prêter de l’argent ou en emprunter contre intérêt, sont impossibles, ce qui interdit le financement de projets personnels ou d’entreprise, ou l’investissement en obligations rapportant des intérêts. On peut multiplier ces exemples d’incompatibilité entre respect de la religion musulmane et vie en France aujourd’hui.

Cette situation oblige donc, en France, chaque musulman à faire un choix: respecter la loi de Dieu ou respecter celle de la République, au moins dans ses rapports avec d’autres personnes. Il peut ignorer la religion musulmane, en totalité ou en partie, ou se trouver obligé, tôt ou tard, de contrevenir aux lois de la République. Il peut considérer ce choix comme personnel, voire secret, ou faire du prosélytisme, comme sa religion l’y invite.

§           Il y a eu de nombreuses tentatives de philosophes pour faire évoluer la religion musulmane sans renoncer à ses principes fondamentaux. Mais leurs propositions n’ont pas abouti à une réforme, comme celles de Luther et Calvin pour la religion chrétienne. Il y a de multiples raisons à cela:

  • ces propositions étaient trop différentes pour aboutir à un consensus;
  • il n’y a pas, chez les musulmans d’autorité comme le Pape, capable de décider et de dire la religion;
  • aucune des pensées réformatrices n’a convaincu un public assez large.

Les tentatives de « démocratie arabe laïque » dans divers pays comme l’Egypte, l’Irak ou la Syrie, n’ont abouti qu’à des régimes tyranniques, où la loi religieuse n’a guère évolué.

§           Compte tenu de l’incompatibilité entre le respect de la loi coranique et certaines lois républicaines, la France devrait faire choisir les candidats à l’immigration de manière explicite, entre leur éventuelle foi personnelle et la loi républicaine, à laquelle ils devraient jurer allégeance et dont ils devraient reconnaître la primauté dans tous leurs rapports à la société. D’autres pays le font. »

Daniel MARTIN

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :