Francaisdefrance's Blog

17/09/2010

Les musulmans divisés à Dunkerque sur fond de mosquées.

17 09 2010

« Ils » ne s’entendent pas entre eux. Comment voulez-vous que l’on s’entende avec eux?

FDF

.

Deux projets de mosquée, l’un porté par la municipalité et le CJEV, l’autre par l’association des Musulmans du Littoral entraînent de vives tensions au sein de la communauté

Cette « mosquée pour tous les Grands-Synthois » qui divise…

Façade du projet Salam, rue Anatole-France.

Façade du projet Salam, rue Anatole-France.

En lice,deux associations portent chacune un projet de mosquée. L’une à l’Albeck (le CJEV), a les faveurs de la municipalité, qui a encouragé la démarche et se déclare prête à jouer les intermédiaires avec le bailleur social propriétaire du terrain.

Qu’une mosquée digne de ce nom voit officiellement le jour à Grande-Synthe, sur la commune de l’agglomération qui compte proportionnellement le plus de fidèles musulmans, au fond, on pourrait se demander pourquoi cela n’a pas été fait avant.

.. Mais la question aujourd’hui n’en est plus là.
Depuis l’annonce, tombée à la mi-août, suivant laquelle la mairie de Grande-Synthe accueillait avec bienveillance un projet d’érection d’un lieu de culte musulman sur un terrain rendu disponible derrière l’école Bonpain, la polémique enfle.

La mosquée qui divise les musulmans.
Car l’association pressentie, le CJEV (centre culturel et cultuel du jardin de l’éveil et la vertu) d’Hamid Bakria, également président de l’AFMR (Association des Français musulmans rapatriés d’Algérie et leurs amis), initiatrice du projet, n’était pas la seule sur les rangs.
Par rapport au projet de l’association des Musulmans du Littoral (le Phare dunkerquois du 16 juin 2010, « Pour un Islam de proximité sans la promiscuité »), qui souhaite délocaliser de quelques dizaines de mètres et agrandir sa mosquée actuelle (Salam) du centre commercial Saint-Jacques vers un garage automobile abandonné, rue Anatole-France, elle aurait même plusieurs tours de retard. Et ce, même si le CJEV indique que la volonté d’implantation de sa mosquée date de plus de 10 ans.
En face, Salam maîtrise en effet le terrain et le financement. Reste l’écueil du permis de construire, délivré par la mairie. Seule certitude, le dialogue est quasi inexistant entre les Musulmans du Littoral et la municipalité en place. Pourquoi ? Selon le maire, l’association l’aurait mis « devant le fait accompli ». Un problème de méthode donc, pour l’AML, là où Hamid Bakria et le CJEV affirment de leur côté que « si le maire nous avait dit non, on aurait attendu. »
L’association cultuelle des Musulmans du Littoral, présidée depuis le 3 avril par Abdelkarim Sahraoui, croit savoir qu’il leur est collé une étiquette de « mosquée d’opposition », voire de fondamentalistes, sur le dos, mais ces derniers s’en défendent. Selon Abdelkarim Sahraoui, du passé il faudrait faire table rase : « peu importe ce qu’a pu dire l’ancien président, même s’il n’a jamais rien fait d’illégal, la nouvelle équipe élue en avril dernier, c’est-à-dire la nôtre, souhaitait ouvrir une nouvelle ère avec la mairie »…


Suite et source: http://tinyurl.com/3437exv

Un commentaire »

  1. Il faut les enfermer dans une arène….
    le dernier debout aura gagné.Inch’alàlà…

    Commentaire par henri — 17/09/2010 @ 16:23 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :