Francaisdefrance's Blog

09/09/2010

Réactions anti-islamisation. Fallait pas commencer…

Sarrazin, Terry Jones, Geert Wilders, francaisdefrance (non, j’déconne… Quoi que.)  et autres, la « résistance » anti-islamisation prend de l’ampleur… Il était temps. L’Occident gronde… Dommage qu’il faille en arriver à des extrêmes. Et encore, pour l’instant, c’est du « light »… Mais, fallait pas commencer… Les extrémistes, les vrais, on a toujours su où ils étaient.

FDF

.

L’inquiétant pasteur américain anti-islam…

09/09/2010

Le pasteur évangéliste Terry Jones, qui dirige à Gainesville, en Floride, une communauté d'à peine 50 paroissiens, a annoncé qu'il brûlerait des corans, le 11 septembre, pour «envoyer un avertissement à l'islam radical».

Le pasteur évangéliste Terry Jones, qui dirige à Gainesville, en Floride, une communauté d’à peine 50 paroissiens, a annoncé qu’il brûlerait des corans, le 11 septembre, pour «envoyer un avertissement à l’islam radical». Crédits photo : AP

À trois jours de l’anniversaire du 11 Septembre, de hauts responsables religieux américains s’inquiètent de la « fureur antimusulmane » et appellent les différentes communautés à l’apaisement.

Ce samedi 11 septembre, pour le neuvième anniversaire des attentats qui virent l’Amérique frappée au cœur par des terroristes islamistes, les regards seront tournés vers la petite ville de Gainesville, en Floride, où le pasteur Terry Jones, un obscur évangéliste qui dirige une communauté d’à peine 50 paroissiens, a annoncé qu’il brûlerait des corans pour «envoyer un avertissement à l’islam radical».

À trois jours à peine d’une journée de deuil national qui, vu l’échauffement des esprits, menace de se transformer à New York en face à face de rue entre opposants et partisans de la construction d’un centre islamique à deux pas de Ground Zero, cette perspective inquiète les autorités politiques et religieuses américaines, qui appellent au calme. Leur but est de rassurer une communauté musulmane qui montre des signes d’anxiété et de stopper dans l’œuf une éventuelle spirale d’affrontement interreligieux.

Washington sait fort bien qu’un geste d’une telle violence symbolique, même s’il n’est nullement représentatif de l’état d’esprit des dizaines de millions de chrétiens américains, se propagerait comme une traînée de poudre à travers le monde via Internet, avec un effet dévastateur sur l’image de l’Amérique. Le général David Petraeus, qui dirige les forces de la coalition occidentale en Afghanistan, est d’ailleurs monté au créneau pour mettre en garde contre les conséquences d’un tel acte sur la « sécurité des troupes» et «l’effort global» mis en œuvre pour stabiliser la situation afghane. La secrétaire d’État Hillary Clinton lui a emboîté le pas mardi soir lors d’un dîner de l’Iftar (qui rompt le jeune du ramadan) avec la communauté musulmane, parlant du projet de Terry Jones comme d’un acte «indigne». «Cela ne représente pas l’Amérique», a-t-elle dit. Depuis Rome, le pape Benoît XVI a appelé le pasteur Jones à abandonner son idée. Mais ce dernier semble camper sur ses positions…

Suite et source: http://tinyurl.com/28sjrce

Reconduites à la frontière? Du pipo…

De toutes façons, les « expulsés » n’ont qu’une chose en tête une fois rentrés dans leur pays d’origine: retourner en France, par tous les moyens; et ils y arrivent…

FDF

.

09/09/2010

Le ministre de l’Immigration, Eric Besson, a affirmé, aujourd’hui, que plus de 75% des décisions de reconduite à la frontière des étrangers en situation irrégulière n’étaient pas exécutées, devant la Commission des lois de l’Assemblée nationale.

« Le taux d’échec des décisions d’éloignement (Arrêté préfectoral de reconduite à la frontière ou Obligation de quitter le territoire français) dépasse 75% », a dit le ministre en présentant son projet de loi relatif à l’immigration, à l’intégration et à la nationalité, qui sera soumis le 27 septembre à l’Assemblée nationale.

« Sur 96.109 ressortissants étrangers en situation irrégulière interpellés en 2009 en France métropolitaine, 85.101 ont fait l’objet d’une décision d’éloignement et 29.288 seulement ont été effectivement reconduits dans leur pays d’origine, de manière volontaire (8.268) ou contrainte (21.020) ».

« Nos efforts d’intégration de l’immigration légale et de lutte contre l’immigration illégale seront vains si nos procédures d’éloignement des étrangers en situation irrégulière restent aussi peu efficaces », a argumenté le ministre pour justifier les nouvelles mesures facilitant l’éloignement des sans-papiers.

Ce projet de loi, le cinquième sur l’entrée et le séjour des étrangers en sept ans, dénoncé par les associations de défense des immigrés, transpose dans le droit français trois directives européennes.

Source: http://tinyurl.com/33kz59k

« On attendait de l’islam qu’il s’adapte à la France ; maintenant, c’est la France qui doit s’adapter à l’islam ». C’est cela, oui…

L’islamisation de Paris vue des Etats-Unis

Selon les manipulateurs de la Droite molle et les aveugles volontaires de la Gauche-bobo, la mainmise de l’Islam sur de nombreux quartiers parisiens ne serait qu’un pur fantasme, né dans l’esprit de personnes mues par la xénophobie et le racisme.

Face à tant de mauvaise foi, quoi de plus objectif qu’un regard extérieur pour dévoiler la réalité ?

L’Angleterre étant confrontée au phénomène, le British national party vient opportunément de diffuser un reportage réalisé par la très sérieuse chaîne de télévision américaine CBN, et titré « L’islamisation de Paris : un avertissement pour nous tous » !
On regrettera seulement que les images d’illustration soient tirées de happenings groupusculaires, et les interviewés des personnes hostiles au FN…

Les lecteurs fâchés avec la langue de Shakespeare trouveront ci-après les principaux constats dressés par le reporter.

(lire la vidéo)http://www.youtube.com/watch?v=eX7oezVO1Bk&feature=player_embedded#!
.
– [Au sujet des désormais célèbres prières de la rue Myrrha, dans le 18e arrondissement] « Tout ceci est illégal, en France : prière publique, rues bloquées et sécurité privée ; mais la police a reçu l’ordre de ne pas intervenir ».

– « Certains musulmans prétendent qu’ils prient dans la rue parce qu’ils ont besoin d’une plus grande mosquée, mais Maxime [l’auteur de la caméra cachée], pense qu’il s’agit surtout d’afficher le pouvoir de l’islam : ils viennent pour montrer qu’ils peuvent prendre certaines rues françaises, montrer qu’ils peuvent conquérir des portions de territoire (… ) ».

– Interrogé à propos de l’ouvrage La mosquée Notre-Dame-de-Paris, « best-seller en Russie, mais pas en France », un éditeur rappelle « Les médias français passent ce livre sous silence, afin de rester dans le politiquement correct ». Il poursuit « L’islam est considéré comme la religion de gens pauvres ; de fait, vous ne pouvez pas dire à ces gens Vous vous trompez, sinon vous êtes un fasciste ».

– L’aspect démographique de cette invasion pacifique est également évoqué au travers d’un constat établi par le reporter : « Les musulmans prétendent ne pas représenter plus de 10 % de la population, chiffre qui ne peut être vérifié puisque les lois françaises interdisent les recensements par religion [statistiques ethniques]. Mais le taux de natalité musulman est significativement plus élevé que celui des français de souche ».

– Le message le plus frappant du reportage est aussi le plus simple : « On attendait de l’islam qu’il s’adapte à la France ; maintenant, c’est la France qui doit s’adapter à l’islam ».

– Heureusement pour nous (!), une note d’espoir survient avec l’affirmation que – contrairement à leurs gouvernants – les « gens de la rue commencent à en avoir assez de ce qu’ils voient, et de l’islamisation grandissante de leur pays ».

Puisse ce constat de bon sens être partagé par un nombre croissant de français : peut-être nos dirigeants finiront-ils alors par ouvrir un regard embrumé par des années d’angélisme stérile.

.
lu sur le blog Patriotes, souverainistes, nationalistes

L’identité nationale, version allemande…

Sarrazin contre sarrazins?

FDF

.

9 septembre 2010

« Les Musulmans ne contribuent en rien à la prospérité de l’Allemagne et vivent aux crochets de l’Etat ». Telle, est, en substance, la thèse de Thilo Sarrazin, membre du directoire de la Bundesbank. En outre, ajoute-t-il, le taux de natalité quasi prodigieux de la communauté musulmane aurait un impact fâcheux sur le QI collectif des Allemands. Bref, « L’Allemagne se détruit », proclame Sarrazin dans le titre de son livre paru la semaine dernière et qui, d’ores et déjà, figure sur la liste des best-sellers d’Amazon outre-Rhin. L’ennui c’est qu’en raison de sa virulence, Sarrazin risque de rendre impossible un débat dont l’Allemagne a furieusement besoin – et qui rappelle beaucoup celui qui a tant de mal à émerger en France.

En quelques plateaux-télé, Sarrazin a donc conquis la gloire du brave type qui ose enfin dire à haute voix ce que la majorité silencieuse des autochtones pense depuis un certain temps. Il a été menacé physiquement par le groupe prétendument antifasciste « Antifa ». Et la classe politique allemande, à commencer par la chancelière Angela Merkel, n’a pas perdu de temps pour crier à l’outrage. Qualifiant les propos de Sarrazin d’« absurdes » et « complètement inacceptables », la nouvelle « dame de fer » de l’Europe a déclaré dimanche dernier, sur la chaîne télévisée ARD, qu’ils « divisaient la société allemande ». Le chef des Verts allemands, Cem Ozdemir, s’est carrément lâché, comparant Sarrazin à un « leader tribal du calibre de ben Laden ». De son côté le directoire de la Bundesbank, dont les membres n’ont jamais été sélectionnés pour leurs qualités professionnelles ou personnelles mais en fonction d’un dosage politique et régional, a demandé au Président allemand, Christian Wulff, la tête de Sarrazin. Un fait sans précédent dans la cinquantenaire histoire de cette très discrète institution, et un véritable casse-tête juridique qui suscite la perplexité des juristes du gouvernement. Mais il n’est pas certain que ce soit la première préoccupation de Sarrazin.

Une place à prendre à la droite de la CDU

L’Allemagne a changé. Et le docteur Thilo Sarrazin l’a compris. Mais il est loin d’être un loup solitaire. D’autres avant lui ont marché sur ses plates-bandes. Udo Ulfkotte, ancien conseiller du gouvernement Kohl et collaborateur régulier de la très respectable Frankfurter Allgemeine Zeitung, s’est fait remarquer pour avoir déclaré que « le tsunami de l’islamisation est en train de déferler à travers le continent européen ». Ralph Giordano, écrivain réputé et autorité morale, a estimé que l’Islam était une religion totalitaire. L’écrivain néerlandais Leon de Winter, connu en Allemagne grâce à ses contributions à l’hebdomadaire Der Spiegel, dit avoir identifié « le visage de l’ennemi », ajoutant, en termes plus sobres : « depuis les années 1960 nous nous trompions nous-mêmes en disant que toutes les cultures se valent ».

Pour la presse allemande, trois raisons expliquent son phénoménal pouvoir de séduction des masses.
Premièrement la « linguistique violente » de son livre, pour reprendre l’expression du chef du SPD, Sigmar Gabriel, s’avère correspondre aux attentes des Allemands. Si un sondage TSN Emnid réalisé pour l’hebdomadaire Focus révèle que deux tiers des Allemands rejettent la théorie de Sarrazin sur « l’abêtissement » général dû à l’accroissement de la population d’origine arabe ou turque, mais un autre sondage réalisé online par la chaîne d’information continue N-TV, révèle que ses opinions sont partagées par 96% des téléspectateurs. Et l’intéressé a affirmé sur la chaîne ARD que 95 % des lecteurs qui lui ont écrit estimaient qu’il n’était pas allé assez loin.

À lire le blog Politicaly Incorrect, on se dit en effet que les Allemands peuvent aller très loin et qu’ils y vont. « L’islam est une maladie mentale volontaire », « Il n’y a qu’un seul mot pour décrire l’islam : barbarie ! », « Il est vain de se colleter avec cette culture inférieure », proclament les auteurs anonymes des post, tout en traitant les musulmans tantôt d’« enculeurs de chèvres », tantôt de « souillons voilées ». On peut s’indigner, crier au racisme comme le font nombre de commentateurs. On peut également, avec le chroniqueur de Der Spiegel, regretter que le scandale détourne l’attention du problème réel: « Bientôt, tout ce qui devait être dit à propos de Sarrazin sera dit et lui même oublié. Mais quel homme politique aura le courage de s’engager à ce que chaque enfant de quatre ans vivant dans le quartier des immigrés de Neukolln aille à l’école ? »…

Suite et source: http://tinyurl.com/3yerpfp

Violences scolaires: un professeur se laisse volontairement massacrer !!!

Excellente rentrée pour ce professeur de 60 ans qui a préféré se laisser massacrer par des petits cons plutôt que de riposter, car il en avait largement les moyens… Il faut dire que depuis l’affaire Galinier…
FDF

.

Lundi 6 septembre 2010 : nous sommes dans un paisible collège du Limousin. La fin de l’été approche, mais le soleil éclaire encore les lieux d’une lumière radieuse. Pourtant, dans la cour de récréation, les élèves sont attroupés autour d’une scène stupéfiante, effroyable : un professeur de sport, spécialiste de boxe et de close-combat, est en train de se faire massacrer par quatre maigrichons de 15 ans. Les jeunes se déchaînent sur lui – mais le professeur se laisse faire, sans réagir. Comment est-ce possible ? Tout a commencé quelques heures plus tôt…

Un professeur à la « Jean-Claude Vandamme »

À 60 ans, Jean-Pierre*, professeur de sport en collège, commence à connaître le métier, c’est le moins qu’on puisse dire. Des élèves, il en a vu défiler des milliers. Il sait encourager ceux qui ont du mal, obtenir des bons qu’ils se surpassent, et remettre les perturbateurs à leur place – même les plus violents. La discipline n’a jamais été un problème pour lui. Il faut dire que Jean-Pierre pratique assidûment la boxe… et le full-contact.

Lundi dernier, le 6 septembre, Jean-Pierre vient de faire sa rentrée, au collège Firmin Roz de Baubreuil, près de Limoges. Il le sait, c’est peut-être une de ses dernières années de carrière. C’est donc avec émotion qu’il découvre la nouvelle classe de 4e. Les élèves sont heureux, eux aussi. Ils ont mis leur jogging et leurs baskets toutes neuves, pour beaucoup, qui sentent encore l’odeur des boîtes à chaussures.

Mais voilà que, au milieu du cours, quatre garçons de 15 ans s’approchent, menaçants. Ils n’ont rien à faire là : ce sont des anciens élèves, et aucun d’entre eux n’a laissé de souvenir impérissable. Que viennent-ils faire ? Personne n’en sait rien, mais ils se mettent à invectiver brutalement une jeune élève de 13 ans.

En plein cours, une lapidation !

Rien qu’à leur voix, ils font peur : leurs injures sont immondes, dégradantes. Et ils ne s’en tiennent pas aux mots. Un des voyous se met à ramasser des pierres et les jette sur la jeune fille. Les autres l’imitent. La pauvre est violemment touchée au visage.

C’est bien à une véritable lapidation, en pleine cour de récréation, qu’assistent les témoins de la scène ! Heureusement, parmi eux, il y a Jean-Pierre. Dès qu’il voit cela, le prof de sport se précipite vers la jeune fille pour la protéger, faisant fuir les agresseurs comme de vulgaires moineaux.

Jean-Pierre réconforte la jeune fille et prend les mesures qui s’imposent dans ce type de situation : aller à l’infirmerie, avertir les autorités. Déjà sonne la fin du cours. Les élèves se dispersent, très secoués par ce qui vient de se passer. Jean-Pierre reste seul et se dirige vers le portail du collège…

C’est alors que les quatre voyous surgissent derrière lui. À quatre contre un, ils n’ont aucun mal à le frapper de tous les côtés. Coups de pieds, coups de poings, ils déchaînent leur rage sur ce professeur qui a osé s’interposer, alors qu’ils venaient régler son compte à une petite fille…

Mais c’est là que se produit le plus incroyable :

C’est alors qu’intervient le plus incroyable de cette histoire. Jean-Pierre, en réalité, garde la tête parfaitement froide alors que pleuvent sur lui les coups. Il réfléchit posément à ce qu’il va faire : car il a l’habitude du combat au corps-à-corps. Il connaît tous les gestes de self-défense et les clés de bras qui lui permettraient de mettre immédiatement les délinquants hors de combat. MAIS JEAN-PIERRE DÉCIDE SCIEMMENT DE LES LAISSER FAIRE !!!

En effet, il sait quelles seraient les conséquences pour lui, s’il osait réagir : « Il valait mieux que je ne réplique pas. J’aurais été en tort », a-t-il expliqué ensuite à la presse.

Et de fait, il a eu raison.

Pour des jeunes comme ceux-là, agresser un professeur ne comporte aucun risque : ayant moins de seize ans, aucune mesure judiciaire sérieuse ne peut être prise à leur encontre. Ils le savent. Et ils en usent.

Le professeur, lui, n’aurait pas manqué d’être traîné en justice s’il avait égratigné un seul de ces quatre « bout d’choux » : visite de l’Inspecteur, convocation au rectorat, mises en cause dans les médias, sans parler bien sûr d’une garde-à-vue, voire d’une possible mise en détention provisoire.

Quoi qu’il arrive, sa réputation aurait été gravement entachée. Sa carrière aurait été brisée. Il aurait été muté, voire rétrogradé. Voilà pourquoi Jean-Pierre a décidé de se laisser démolir…

Réagir, ENFIN !

Et c’est la raison pour laquelle SOS Éducation vous appelle vous, et tous les citoyens, parents, professeurs, grands-parents, à vous mobiliser en faveur d’un changement radical de politique éducative dans nos écoles, vis-à-vis de la violence et des délinquants.

Je vous demande de signer d’urgence la pétition que nous avons préparée au ministre de l’Éducation Luc Chatel (voir plus loin).

Il faut avoir le courage de le reconnaître : on est allé trop loin dans la volonté de laisser les élèves exprimer librement leurs pulsions, leur agressivité, leur violence dans les écoles.

Les adultes ne doivent pas avoir peur d’exiger un minimum de respect et de mesure de la part des enfants.

Le mot « autorité » n’est pas un gros mot

Le mot autorité ne doit plus être considéré comme un gros mot. Et c’est pareil pour le mot discipline.

Car la vérité, c’est que l’autorité des adultes est indispensable pour protéger les élèves eux-mêmes. On le voit : le laxisme est la voie la plus rapide vers l’injustice, la dislocation sociale, la brutalité généralisée.

Ce n’est pas ce que nous voulons pour nos élèves, ni pour nos professeurs, ni pour nos écoles.

Il est faux de dire que les parents sont contre l’autorité des professeurs. C’est tout le contraire.

Tous les parents responsables savent que l’autorité des professeurs est nécessaire pour le bien de leurs enfants. Et les parents qui refusent cela n’ont aucun droit d’imposer à nos enfants la violence de leurs enfants.

Près de 140 députés déjà avec nous

La mobilisation de notre association contre la violence à l’école, depuis un an, a déjà permis de faire considérablement bouger les lignes. Non seulement près de 140 députés se sont déjà associés à notre appel au ministre de l’Éducation pour l’application de nos 8 mesures contre la violence à l’école, mais Luc Chatel lui-même a commencé à changer de discours, profondément.

Depuis la rentrée, il affirme (enfin !) une volonté ferme de sanctionner toute violence verbale dans les écoles, et de mettre en établissement disciplinaire les élèves trop menaçants pour rester dans des classes normales.

Vous pouvez faire une différence, maintenant :

C’est une première étape, qui est très loin d’être suffisante. Mais si nous voulons obtenir plus, il est indispensable de recueillir plus de signatures, et plus de soutien à notre mouvement. Alors s’il vous plaît, signez et faites signer autour de vous la pétition que vous trouverez ici ou sur le lien suivant : http://www.soseducation.com/sanction/signe.php

Transférez ce message à tout votre carnet d’adresses. Et n’oubliez pas de contacter votre député, si vous ne l’avez pas encore fait, pour lui demander d’accroître la pression sur le ministre de l’Éducation, pour qu’il prenne ses responsabilités, en cliquant ici.

Nous sommes déjà 150 000. Nous pouvons être UN MILLION, avec votre aide.

Un grand merci d’avance,

Vincent Laarman
Délégué général

Pour signer la pétition, cliquez ici

Merci !

* Le prénom a été changé.

Le dhimmi du jour est…

… Damien Carême, maire de Grande-Synthe.

Vous pourrez admirer au passage la pommade passée par monsieur le maire qui caresse en plus les muzz du coin dans le sens du poil…

FDF

.

Projet de mosquée à Grande-Synthe : le maire donne son accord!

09.09.2010

 Hamid Bakria, président de la CJEV, désigne l'emplacement de la future mosquée. PHOTO  « LA VOIX »

Hamid Bakria, président de la CJEV, désigne l’emplacement de la future mosquée. PHOTO « LA VOIX »

Le 7 juillet, le maire de Grande-Synthe apportait officiellement son soutien au projet de mosquée, porté par l’association CJEV (centre culturel et cultuel du jardin de l’éveil et la vertu). Une réunion est prévue le 23 septembre avec l’architecte Sidi Mohamed Meftouh, qui étudie actuellement le plan cadastral du 28, avenue Salvador-Allende.

Le 7 juillet dernier, Hamid Bakria, président de l’association CJEV recevait le soutien officiel du maire de Grande-Synthe, quant au projet de construction d’une mosquée, au niveau du 28, de l’avenue Salvador-Allende. Damien Carême ayant apprécié « les statuts de l’association, la clarté des fonds prévus pour la construction, le prêche dans les deux langues, le respect des fondements de la République », il s’est engagé à ce que Partenord Habitat, propriétaire du terrain, laisse ce dernier disponible. À charge ensuite pour le CJEV de négocier directement avec le bailleur. Ce qui devrait alourdir la facture : Hamid Bakria et les membres de l’association estiment le coût de construction à 800 000 E, estimation basse…


Uniquement des promesses de dons…

La loi interdisant les financements publics et l’association repoussant la logique de « mosquée de consulat », donc de fonds provenant de l’étranger, elle compte sur les dons des fidèles pour la financer. Le processus en étant aux promesses de dons : « On ne veut pas recueillir d’argent, tant qu’on n’est pas certain que le projet ait démarré », explique Hamid Bakria.

Mais hormis l’achat du terrain, la CJEV et les nombreux musulmans de Grande-Synthe – la loi française interdit l’utilisation dans les statistiques de données sensibles, comme la religion et les origines ethno-raciales, impossible donc d’avancer un chiffre – peuvent être sereins : il y a plus d’un an que le maire a fait le nécessaire : « Il est tout à fait normal que les musulmans de Grande-Synthe aient un lieu de culte, certains d’entre eux habitent ici depuis les années 60. L’islam est la deuxième religion de France. Et l’emplacement me paraît correspondre aux attentes : il y a un parking à côté, son positionnement central permettra un accès facile et il ne devrait pas y avoir de nuisances sonores. »…

Suite et source: http://tinyurl.com/38k83gk

Nouveauté: la « délinquance de loisir »…

C’est comme l’islam: il y en a plusieurs… On nous prend encore pour des cons. Dernière invention de Sarkö Ier: la « délinquance de loisir »… Car il faut savoir qu’il y a la délinquance qui rapporte (drogue, voitures, prostitution, non soumise à l’impôt), la délinquance qui tue (des flics, de préférence), la délinquance de haut vol (réservée aux sommités), la délinquance jouissive (viols, tournantes), la délinquance routière (la plus appréciée par les forces de l’ordre car très peu contestée par les moutons qui en font les frais et qui rapporte un max…), et j’en passe et des meilleures. Ce qui m’inquiète, c’est que l’on va se trouver confrontés à des peines et sanctions adaptées donc amenuisées concernant cette nouvelle forme de délinquance baptisée « de loisir ». Vous pouvez y aller, les racailles, « on » vous a trouvé une nouvelle forme d’impunité.

FDF

.

La violence gratuite change de nom…

Après l’offensive médiatique de l’été, l’heure est au passage à l’acte pour le gouvernement en matière de sécurité. Nicolas Sarkozy abat l’une de ses dernières cartes et sera jugé sur ses résultats en 2012. Les Français veulent des changements au quotidien et ne se contenteront pas d’expulsions de Roms.

Il est urgent de s’attaquer en premier lieu à cette micro-délinquance de loisir (agressions et incivilités pour le seul plaisir de « foutre le bordel ») qui pollue la vie de millions de Français. Désoeuvrés qui tiennent les murs et font trembler des quartiers entiers. Bandes qui sillonnent les centre-villes, parlent mal aux filles et insultent les gens quand ils ne leur crachent pas au visage. Gamins qui parlent fort au McDo ou s’approprient un wagon. Petit jeu des émeutes et des voitures brûlées. La liste pourrait être sans fin…

Tous ces comportements que les politiques qualifient à tort « d’incivilités » et qui sont une réelle forme de délinquance même s’il n’y a pas vols ou de profits tirés du crime. On considère d’ailleurs à tort ce phénomène limité aux banlieues, mais cette violence gratuite du quotidien, ce non-respect des codes du vivre-ensemble ne sont pas l’apanage des bandes de racailles du 9-3. Hélas !

Bien sûr que le phénomène est né de petits caïds de banlieue, souvent fils de l’immigration. Bien sûr que la banlieue fournit encore le gros de cette troupe de lâches, inoffensifs seuls et agressifs en bande. Bien sûr aussi que la violence de ces racailles est allée crescendo face au laisser-faire coupable des pouvoirs publics et de la société dans son ensemble !

Mais aujourd’hui, pendant qu’une frange de banlieue est devenue ingérable, l’ensemble de la France est sous le joug d’un sentiment latent d’insécurité. Pourquoi ? Parce que l’on sait qu’à chaque sortie on peut tomber non pas sur un vrai voyou, mais sur des adolescents sans limites qui après avoir terrorisé la ville, crevé des pneus, craché au visage des filles, …, rentrent tranquillement chez maman et vont le lendemain au collège.

Source: http://tinyurl.com/397kyx6

Un homme (d’origine sénégalaise) interpellé à Paris après avoir fait 55 déclarations frauduleuses de paternité !

Un million d’euros sur un an, qu’il a touché frauduleusement, le mec!!! Et ce n’est pas un « sous-chien ». C’est encore un « auvergnat » comme dirait Hortefeux… Quand on vous rabâche que ces gens là vivent aux crochets de la société française. Vous allez finir par en être convaincus, un jour? (Mis à part les bobos défenseurs de la veuve et de l’orphelin, surtout d’origine étrangère et sans-papiers, bien sûr…). J’en ai marre de payer des impôts pour engraisser ces gens-là! Pas vous? Ce qui est pas mal, non plus, c’est que, dans le cas présent, il a fallu 55 fausses déclarations pour que l’on s’en rende compte… Ce qui est encore mieux, c’est qu’il y en a plein, des cas comme ça. Peut être pas aussi importants au niveau des sommes escroquées, mais les petits ruisseaux font les grandes rivières…
FDF
.
09 septembre 2010

Un homme de 54 ans a été interpellé à Paris après avoir fait 55 déclarations frauduleuses de paternité qui auraient permis de détourner près d’un million d’euros d’allocations sur un an.

Après plusieurs mois d’enquête, les policiers de la Direction du Renseignement de la préfecture de police de Paris ont interpellé fin août un Français d’origine sénégalaise, âgé de 54 ans et suspecté d’avoir fait 55 déclarations frauduleuses de paternité pour permettre à des femmes d’obtenir des titres de séjour, a-t-on appris mercredi. Les enquêteurs avaient été alertés fin décembre 2009 sur cinq reconnaissances d’enfants suspectes.

Lors d’une perquisition au domicile de l’individu, les policiers ont découvert des documents établissant la domiciliation d’une cinquantaine de personnes à cette même adresse. Lors de sa garde à vue, le suspect a reconnu avoir fait plusieurs dizaines de reconnaissance de paternité, moyennant la somme de 150 à 200 euros par personne. Il établissait le contact avec les mères sur la voie publique, en boîte de nuit ou directement en Afrique.

Un million d’euros de fraudes aux allocations !

Pour l’heure, 42 mères ont été identifiées. Toutes sont d’origine africaine, essentiellement originaires du Cameroun, et âgées entre 25 et 50 ans. Sur les 17 entendues, seule l’une d’elle a reconnu avoir versé de l’argent, toutes les autres affirmant que l’homme est bien le père biologique de leur enfant. Des expertises ADN devraient être pratiquées pour vérifier les liens familiaux. Les mères sont aujourd’hui poursuivies pour « obtention indue de documents administratifs et complicité de déclaration frauduleuse de paternité« . Les autres mères sont toujours recherchées.

Lors des auditions, certaines des femmes ont par ailleurs déclaré percevoir jusqu’à « 7.500 euros mensuels d’allocations diverses« , précise une source policière, ajoutant que le préjudice annuel du dispositif est évalué « à près d’un million d’euros« . L’individu, présenté à un juge a été placé sous contrôle judiciaire. Il est poursuivi pour « déclaration frauduleuse de paternité, aide au séjour et complicité d’obtention indue de documents administratifs ».

Lu sur: http://lci.tf1.fr/france/faits-divers/2010-09/interpelle-apres-55-fausses-declarations-de-paternite-6061664.html

« Suspects » en liberté à Rennes. L’incompréhension légitime des policiers

Et ça continue… L’affaire d’Uriage n’a pas suffit. Les policiers commencent à sérieusement douter de la reconnaissance et de l’utilité de leur travail… On les comprendrait à moins. Qui peut on accuser? La Justice ou bien les juges; ou bien les deux? Pourquoi ce laxisme propice à la propagation inévitable du  sentiment d’impunité?

FDF

.

9 septembre 2010

Une dizaine de jeunes se sont attaqués à une équipe de police en intervention, lundi à Rennes (35). Des agresseurs présumés ont été interpellés puis laissés en liberté, à la grande colère des syndicats de police.

Ce jeune capitaine de police, tout récemment nommé à Rennes, n’imaginait pas que la capitale bretonne pouvait se révéler si violente. Lorsqu’une dame a appelé le commissariat pour se plaindre du comportement d’une bande, il s’est rendu sur place avec trois agents pour une opération qui paraissait devoir être de routine. À leur arrivée sur ce square du quartier sud, connu pour être un rendez-vous de dealers et les incivilités, des jeunes qui jouaient au ballon se sont égaillés comme une volée de moineaux, laissant derrière eux leurs affaires et leurs vêtements. Voyant que les policiers les avaient ramassés et s’apprêtaient à repartir, ils se sont regroupés à une dizaine pour se livrer à une attaque en règle des quatre fonctionnaires. Le capitaine a été pris à partie, ses vêtements arrachés et l’un des agresseurs a tenté de se saisir de son arme de service. Les trois agents ont, eux aussi, été victimes de la bousculade et de coups. L’un d’entre eux a subi de violents coups de pied qui lui ont valu cinq jours d’arrêt de travail. Dès le lendemain, trois des agresseurs étaient interpellés, tous déjà bien connus de la police. L’un était mineur et a été présenté hier au parquet. Les deux autres, de jeunes majeurs, ont été laissés en liberté et comparaîtront en janvier devant le tribunal.

«Une réponse pénale»

Cette décision du parquet a créé une incompréhension chez les policiers. Non seulement les faits de lundi leur semblaient suffisamment graves pour justifier un placement en détention mais l’un d’entre eux avait déjà été arrêté la semaine passée pour une quinzaine de vols avec effraction. Pour le procureur de la république, la décision de laisser en liberté les deux majeurs est justifiée par leur implication relativement faible dans les violences subies par les policiers. Quant au mineur, déféré hier soir, il semblait avoir joué un rôle plus déterminant dans le déclenchement de l’agression et devait faire l’objet d’une demande de placement en détention. «Dans tous les cas, il y aura une réponse pénale», ajoute le procureur.

Source: http://tinyurl.com/24ka433

Mosquée de Ground Zero : une « question de sécurité nationale », selon l’imam du coin…

Et encore des menaces. Ils sont sur une terre d’accueil et ils menacent… Mais qu’attendent les américains pour les foutre dehors? Mais pas en direction de l’Europe, SVP, on a déjà donné…

FDF

.

L’imam qui veut bâtir un centre islamique près de Ground Zero était de retour hier soir sur le plateau de CNN pour défendre son projet… avec un argument massue. Renoncer maintenant à construire ce centre, prévu à deux pâtés d’immeubles du site des attentats du 11 septembre 2001, serait envoyer le message que « les radicaux l’ont emporté » aux Etats-Unis.

La crise pourrait être encore plus importante que celle des caricatures danoises.

Cela pourrait mener à une « explosion de colère dans le monde musulman », « la crise pourrait être encore plus importante que celle des caricatures danoises », « cela pourrait devenir très très dangereux », a plaidé l’imam Feisal Abdul Rauf, rappelant que la présence américaine dans les pays musulmans est nettement plus large que celle du Danemark et constituera autant de cibles… « Je suis moins inquiet des extrémistes aux Etats-Unis que des extrémistes qui sont dans le monde musulman » a-t-il poursuivi. Mais les premiers excitent les seconds, et les seconds pourraient faire un malheur, explique-t-il en substance. « C’est une question pour notre sécurité nationale » a-t-il répété plusieurs fois.



L’argument est à la mode. Le général David Petraeus a fait le même raisonnement cette semaine pour tenter de dissuader l’illuminé de Gainesville qui veut brûler des Corans ce samedi, en commémoration du 11 septembre. Cela « mettrait en danger nos troupes », notamment en Afghanistan, a invoqué le général. C’est peut-être une façon de s’adresser aux exaltés comme le pasteur Jones de Gainesville, ou à tous ceux qui ne veulent pas de la mosquée de Manhattan pour de mauvaises raisons telle que l’islamophobie… Mais l’argument est franchement pervers : s’il faut respecter l’islam, est-ce surtout ou avant tout pour s’épargner des représailles ou un bain de sang ?

A en juger par les premières réactions, l’imam Rauf est d’ailleurs loin d’avoir convaincu: « C’est une menace voilée ! » s’indignait mercredi soir sur le plateau de CNN Andy Sullivan, militant contre la mosquée. « Si nous ne construisons pas la mosquée il y aura des représailles » a-t-il retenu des explications de l’imam. Interrogée aussi sur CNN, Rosaleen Tallon, qui a perdu un frère dans les attentats du 11 septembre, se montrait pareillement choquée : « Pourquoi ne pas plutôt construire cette mosquée au Proche-Orient ? Pourquoi ne serait-ce pas plutôt à eux d’apprendre à être tolérants ? New York est déjà une ville très tolérante ».

Un nouveau sondage ABC-Washington Post publié ce mercredi confirme d’ailleurs que les Américains ont bien un problème grandissant avec l’islam. 66% des Américains s’y déclarent opposés à ce projet de centre islamique proche de Ground Zero. Beaucoup plus grave surtout, 49% des Américains disent avoir une « opinion générale défavorable » de l’islam. 37% seulement des Américains, pourtant généralement grands amateurs de religions, disent avoir une « opinion favorable » de l’islam.

Source : Blog Libération (via defrancisation.com)

Ramadan organisé pour bobos parisiens en manque d’exotisme…

Le « bobo-islamo-connard-type » de service refait des siennes…

FDF

.

Il s’avère que par cette opération ridicule soutenue par Delanoé, et donc co-financée par les parisiens, c’étaient nous, les islamo-lucides, qu’ils visaient et espéraient convaincre que le coran prône la paix … avec tenez-vous bien …de la boulette de semoule !?

Encore une riche idée que je prends personnellement pour une insulte à notre intelligence.


Renforcer les échanges entre musulmans et non-musulmans “afin de lever les a priori”. Telle est l’ambition de la mairie de Paris, qui soutient la cinquième édition des “Veillées du Ramadan” à l’Institut des cultures d’islam. Encore faut-il que ce type d’événement touche les personnes sujettes à ces fameux à priori… et les musulmans eux-mêmes.

Le principe des Veillées: des soirées ouvertes à tous, qui débutent par l’”iftar”, le repas traditionnel de la rupture du jeûne, suivi par des concerts et des débats autour du thème 2010, “Islams d’Europe”. Ce vendredi 3 septembre, c’est menu arabo-andalou du XIIe siècle et électro mêlée de sonorités du monde arabe.

Autour du plat principal dégusté avec les doigts, les langues se délient peu à peu. Les non-initiés sont ravis de s’essayer aux boulettes de semoule, et les pros font partager leur savoir faire. Mais l’expérience est-elle vraiment synonyme d’ouverture d’esprit?

“Ça plaît surtout aux petits bobos parisiens”, commente Jean-Luc, venu pour le son électro de Fedayi Pacha. “Les personnes fermées ne sont pas là”, renchérit une jeune pratiquante.

Inutile selon elle d’espérer faire changer les mentalités sur l’islam en organisant ce type d’événement.

Autre point d’interrogation: où sont passés les premiers concernés par le Ramadan? “Je m’attendais à ce qu’il y ait beaucoup plus de musulmans”, s’étonne Sylvie, 46 ans. Même constat pour Morad, venu rompre le jeûne avec un ami.


Nulle trace non plus des habitants de la Goutte d’Or, le quartier populaire où est implanté l’Institut des cultures de l’islam. “C’est pas notre délire”, explique Karim, installé avec ses amis sur quelques chaises face au bâtiment.

Et son ami Samir d’ajouter que “le vrai décor pour rompre le jeûne, il est à la maison”.
Mais pour la directrice de l’Institut, Veronique Rieffel, le bilan est très positif: “Il y a une très grande soif de connaissance sur l’islam, explique-t-elle.

Les veillées apportent aussi une respiration dans tous ces débats très crispés sur la religion musulmane”.

Merci à JLB pour l’info…

Délinquance: à 17 ans, il tire sur des policiers.


Mineur, délinquant, il tire sur des flics. Rien de neuf sous le soleil. Mais bon, ça commence à bien faire.

FDF

.

Coups de feu au Mirail : un mineur présenté au parquet.

À la suite des coups de feu à répétition, la préfecture a annoncé des renforts de police dans les cités sensibles de la Ville rose./Photos DDM, archives.

À la suite des coups de feu à répétition, la préfecture a annoncé des renforts de police dans les cités sensibles de la Ville rose./Photos DDM, archives.

Un jeune de 17 ans a été présenté au parquet, hier soir, dans le cadre de l’enquête sur les coups de feu tirés dans le quartier du Mirail et sur des policiers le 24 août. L’autre adolescent de 15 ans interpellé dans cette même affaire par les enquêteurs de la PJ, mardi à La Reynerie, a été remis en liberté. Il n’en a pas fini avec la justice pour autant. Il devait être présenté devant un juge des mineurs pour s’expliquer sur la détention d’une quantité d’un peu plus de 1 kg de résine de cannabis retrouvé à son domicile par les policiers…


Source: http://tinyurl.com/28xlqwl


Sur ces 10 millions, il y a plus de 6 millions de musulmans. Vous voyez les conséquences !

Un bon bouquin que je vous recommande.

FDF

.

9 septembre 2010

« Christian Lambert a été ambassadeur de France dans des pays difficiles, notamment en Afghanistan à l’époque de l’invasion soviétique. Depuis dix ans, il publie régulièrement des chroniques dans des revues, comme «Les 4 vérités», et il vient de publier un livre intitulé «Dix ans de chroniques au service de la vérité». Christian Lambert partage sa vie entre Paris et La Baule >>>>>> Page 18 , 19   la baule +
Christian Lambert – Le problème fondamental de la France, c’est que la France perd son identité. Il y a, à l’heure actuelle, environ 10 millions d’immigrés en France et, comme chacun le sait, ils ne viennent pas du JaponIl y a beaucoup de gens sans qualification qui vivent de l’assistance qu’on leur prodigue et je peux vous dire que cela se sait en Afrique et au Moyen- Orient. Sur ces 10 millions, il y a plus de 6 millions de musulmans. Vous voyez les conséquences ! C’est le grand problème de la France et cela ne pourra que s’aggraver puisqu’il arrive en moyenne 200 000 nouveaux immigrés chaque année – chiffre officiel – alors qu’en réalité nous sommes plus proches des 300 000… La France délivre chaque année plus de 2 millions de visas dans le monde.
Yannick Urrien – Vous ne pouvez pas généraliser non plus, car beaucoup d’entre eux s’intègrent dans la société en travaillant et en respectant les lois…
Christian Lambert – Oui, mais il suffit de 10% d’individus pour que tout soit empoisonné

Yannick Urrien – Pourquoi la France a-t-elle raté son intégration et comment voyez-vous l’avenir de notre pays face à cela ?

Christian Lambert Parce qu’il y a la quantité ! On peut recevoir un certain nombre de personnes pour des raisons humanitaires, mais il ne fallait pas en recevoir systématiquement. C’est une affaire de quantité. Il est très difficile de répondre à votre question. Pour ma part, mais je n’impose mon analyse à personne, je pense que c’est irréversible, et les conséquences seront considérables et négatives. Je ne vois pas comment nous pourrons redresser cett e situation. Je crains que ne se développe le communautarisme avec des enclaves… Il y a de nombreux jeunes nés en France, qui ne parlent pas l’arabe, sinon une sorte de dialecte qui ne vaut pas grand-chose chez les élites arabes, dont les gouvernements des pays d’origine ne veulent plus, et nous serons bien obligés de faire quelque chose en matière d’intégration… Je crains que ne se développe le communautarisme avec des enclaves. C’est une sorte de mosaïque qui va modifier profondément l’identité française.»
Christian Lambert est publié chez Muller Edition pour  «Les 4 vérités»

Christian Lambert

Imams: Le bon, la bête et l’intégriste…

« Formons des imams français ». C’est ça, c’est ça… On va se laisser « entuber » sans rien dire. On ne connait que trop ce genre de discours. Face à un islam intégriste aussi con que méchant, voici venir à nous les islamistes dits « modérés », représentés par des imams de même sensibilité, eux même « pourchassés » par les premiers nommés. Ne tombons pas dans le piège… La stigmatisation bat encore son plein. L’imam « gentil » et « menacé » (faisant l’objet d’une fatwa, selon lui) nous ouvre les bras… Il a surtout besoin de protection, semble t’il nous faire croire… C’est marrant, il « officie » à Drancy, haut lieu français de la bisbrouille islamiste… Sortez vos mouchoirs si vous voulez et achetez son bouquin, si vous souhaitez subventionner sa mosquée… Personnellement, je mettrais une protection anti-invasion… Discours à peine sournois…

FDF

.

09/09/2010

"Formons des imams français"

Hassen Chalghoumi, « cible des intégristes »… On va le plaindre…

W. ALIX / CIRIC / SDP

.

Dans un livre qui va faire débat, Hassen Chalghoumi, l’imam « républicain » de Drancy, plaide pour un islam de France, moderne et citoyen. Il s’en explique.

Hassen Chalghoumi est sous la protection permanente de deux gardes du corps. Menacé de mort par des islamistes radicaux depuis ses prises de position contre le port du voile intégral et en faveur du rapprochement avec la communauté juive, l’imam de Drancy (Seine-Saint-Denis) revendique sa liberté de ton. Dans son livre, Pour l’islam de France (Le Cherche Midi), il appelle les fidèles à cultiver foi musulmane et attachement à la République.

Dans ce livre, vous réaffirmez votre soutien à la loi contre le voile intégral, bientôt examinée au Sénat…

Je suis favorable à cette loi, car le niqab n’est pas acceptable en France et il n’est pas légitime en islam. Derrière le voile intégral, il y a des femmes totalement isolées, des familles marginalisées, des jeunes filles déscolarisées. La loi peut sortir ces femmes de l’enfermement tout en leur évitant d’être victimes de réactions racistes et islamophobes. Au sein de la Conférence des imams de France, que je préside, nous défendons l’égalité des sexes en islam. Malheureusement, au quotidien, je rencontre encore des situations dramatiques: des filles de 15 ans emmenées au bled pour être mariées de force, des femmes battues… Par le dialogue et la pédagogie, les imams peuvent éviter ces catastrophes.

Comment peut-on changer les choses ?

La priorité, c’est de former des imams français. Des gens nés ici, qui ont retenu les leçons de l’école républicaine et qui sont attachés à leur patrie. L’islam n’est plus la religion des « immigrés » et des « anciens colonisés », c’est la foi de plusieurs millions de citoyens français…

Suite et source: http://tinyurl.com/37c9fam

Les fiches de situations problématiques de l’enseignement catholique avec les Auvergnats…

Allez, je vous laisse méditer ça…

FDF

.

9 septembre 2010
Les fiches de « situations problématiques » ont été élaborées par le Secrétariat général à l’enseignement catholique (SGEC) et le Service des relations avec l’islam (SRI) de la Conférence des évêques de France. Disponibles sur Internet, elles sont regroupées selon trois parties :
Première partie : pour les situations à forte composante sociale et culturelle. On y trouve quatre cas concrets :
* Relation à une femme en situation d’autorité.
* Relation des familles à l’école.
* Rencontre avec un parent d’élève.
* Nomination de nouveaux titulaires (c’est-à-dire des jeunes enseignants n’ayant encore que peu d’expérience et qui appréhendent ces situations).
Deuxième partie : pratique de l’islam dans les établissements scolaires. Avec quatre cas concrets :
* Scolarité et fêtes religieuses.
* EPS et Ramadan.
* Nourriture et cantine.
* Salle de prière pour les élèves musulmans.
Troisième partie : identité chrétienne et élèves musulmans. Avec cinq cas concrets :
* Célébrer la fête patronale avec tous ?
* Célébration dans des circonstances exceptionnelles.
* Célébration des temps liturgiques.
* Le « caté » pour tous.
* Signes chrétiens dans l’école.

Le texte de référence:
L’équilibre entre l’affirmation de son identité et l’accueil des religions non chrétiennes, pour l’établissement catholique d’enseignement, est clairement précisé dans le texte du concile Vatican II Nostra aetate : « L’Église catholique ne rejette rien de ce qui est vrai et saint dans ces religions. Elle considère avec un respect sincère ces manières d’agir et de vivre, ces règles et ces doctrines qui, quoiqu’elles diffèrent sous bien des rapports de ce qu’elle-même tient et propose, cependant reflètent souvent un rayon de la vérité qui illumine les hommes. Toutefois, elle annonce, et elle est tenue d’annoncer sans cesse, le Christ qui est “la voie, la vérité et la vie” (Jean 14,6). »
Lire la suite sur : http://www.la-croix.com/Les-fiches-de–situations-problematiques–de-l-enseignement-/article/2438552/55352
Extraits :
Les fiches de «situations problématiques» de l’enseignement catholique
Fiche A.1
Un lycée professionnel qui compte environ deux tiers d’élèves musulmans.Le jour de la rentrée, les garçons ne répondent pas à l’appel de leur nom lorsque la nouvelle directrice, qui succède à un directeur, fait l’appel des classes. Par contre, les élèves répondent à leur professeur principal qui est un homme.
Fiche A.2
Un grand père algérien se présente à l’école primaire et pré-inscrit son petit-fils. Le moment venu, le père se présente pour rencontrer la direction et inscrire son enfant. Voyant qu’il a à faire à une directrice, il repart avec son enfant. C’est finalement la mère qui viendra faire l’inscription de l’enfant. Par la suite, c’est la mère qui suivra la scolarité de son enfant tout au long du primaire.
Fiche A.3
Dans une école primaire, suite à un problème de violence (une chaise lancée dans la classe) des enseignants (un homme et une femme) convoquent le père d’un élève musulman. Au cours de l’entretien, lorsque l’enseignante s’exprime, le parent se détourne. A l’inverse, quant l’enseignant lui parle, le père de l’enfant entre dans l’échange.
Fiche A.4
Quelques temps avant leur nomination dans un établissement primaire, les sortants d’un institut de formation pédagogique partagent leurs craintes quant au futur lieu d’exercice.Seront-ils affectés là où il y a un accueil massif d’enfants de confession musulmane ? Si c’est le cas, beaucoup de jeunes professionnels appréhendent le dialogue avec les parents.
Source http://ec-ressources.fr/VEN/VENsitu/MECDosA.pdf
Source : http://bergolix.wordpress.com/

Algérie: le tribunal ou la mosquée.

Lu sur: http://tinyurl.com/3xb3yvt

FDF

A lire avec attention et vous poser qu’une seule question:

Pourquoi nos défenseurs des droits de l’homme se taisent-ils? Quelle crédibilité ont-ils puisque ailleurs, on assassine au nom de la religion, ici on bastonne pour un verre prit à une terrasse et en algérie, on juge et met en prison.

Qui sont ces « droits-de-l’hommistes » à l’outrage à géométrie variable qui hier, poufaient leur haine de Résistance Républicaine et se taisent aujourd’hui des horreurs commises par ailleurs. J’ai conscience de hurler dans le vent, dans l’âbime, dans le désert mais je garde l’espoir qu’une oreille au loin, finisse par entendre et qui sait, écoute le message de tolérance.

Gérard Brazon

Un Algérien est-il croyant et citoyen ?

Habiba la chrétienne, les dé-jeûneurs d’Ighzer Amokrane et de Michelet et bien d’autres.

Au moment où quatre millions de Libanais – dont la moitié est musulmane- élisent un 12e président de confession chrétienne maronite ;  au moment où le monde prend langue avec le concept du dialogue des cultures et des civilisations, au moment où l’Amérique, le plus grand pays du monde occidental, a élu un président qui ne cache pas ses origines musulmanes qui plus est de couleur noire, en Algérie, pays de Saint Augustin, décidé d’embrasser la croix au lieu du croissant, relève du sacrilège et peut mener derrière les barreaux. Et les exemples sont légions.
La solidarité s’organisant autour des non-jeûneurs arrêtés à Aïn El Hammam, dans la wilaya de Tizi Ouzou, n’ayant pas fini de prendre forme, voilà qu’un autre fait d’actualité à Ighzer Amokrane où le verdict a connu un report au mois de novembre prochain. Idem pour la première qui a connu également un report pour les mois à venir
Un restaurateur vient d’être mis sous les verrous et neuf jeunes citoyens présentés devant le parquet dans la ville d’Ighzer Amokrane, 50 km à l’ouest de Béjaïa, pour la même accusation de “non-respect des préceptes de l’islam”.
Les non-jeûneurs d’Ighzer Amokrane ont été cueillis, témoigne notre source, par des policiers au cours de la journée de mardi dernier alors qu’ils se trouvaient à l’intérieur d’un local fermé à usage commercial.
Situé au premier étage, cet espace fait partie d’un bloc de locaux construits, au centre-ville, dans le cadre du programme des “100 locaux par commune”.
Son jeune propriétaire est ainsi accusé de l’avoir aménagé en lieu de restauration et y servir des repas pendant le mois de carême. La présence des jeunes incriminés dérangeait les quelques riverains, installés dans une zone à majorité commerçante, qui se sont plaints auprès de la police pour “mauvaise fréquentation des lieux”.
A leur intervention les éléments de la police urbaine ont trouvé, rapporte notre source, un local fermé. La présence, à l’intérieur, d’une quantité de victuailles a suffi pour embarquer tous les présents, qui attendaient d’être servis et dont certains ont tenté vainement de fuir avant d’être pris comme de vulgaires criminels dans un périmètre encerclé.
Présentés devant le parquet près le tribunal d’Akbou, le propriétaire du local a été mis sous mandat de dépôt alors que le reste des non-jeûneurs ont été remis en liberté dans l’attente de comparaître. Il risque la prison.
En 2005, six non-jeûneurs avaient été condamnés par le tribunal de Béjaïa à 3 et 6 mois de prison. Ils avaient été surpris, pour rappel, dans deux gargotes dans la même ville.
Le procès des non-jeûneurs d’Ighzer Amokrane s’est déroulé hier au tribunal de la même ville d’Akbou où, au début de ce mois de Ramadan, un restaurateur qui a servi discrètement des non-jeûneurs a fini par fermer après avoir été dénoncé dans une mosquée, rapporte une source locale.
Le climat d’intolérance que confirme l’épisode d’Ighzer Amokrane a fait réagir les défenseurs des droits de l’homme. Par la voix du responsable du bureau de Béjaïa, Saïd Salhi, la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH) condamne “avec force cette politique de diabolisation”.
Elle considère que “le recours systématique et abusif à la répression “des mœurs” sous prétexte d’atteinte aux préceptes de l’islam est une violation de la liberté des cultes et des libertés individuelles pourtant consacrées par la Constitution”.
La LADDH Béjaïa appelle ainsi “l’opinion publique à se mobiliser pour la tolérance et le respect de la différence, valeurs intrinsèques pour une société prospère et un Etat de droit”.

Habiba,  la crucifiée de Tiaret

Cette jeune éducatrice algérienne a été renvoyée devant la justice pénale. Son crime ? Posséder des bibles et des évangiles : le procureur a requis trois ans (!) de prison ferme contre elle. Le procureur de Tiaret, dans l’ouest de l’Algérie, avait requis  trois ans de prison ferme contre Habiba Kouider, 37 ans, pour exercice illégal d’un culte non-musulman, en vertu d’une loi de 2006. Même durant les pires années du goulag soviétique, on ne faisait pas plus atroce. Et l’ennui dans cette histoire à mourir de rire c’est que si Habiba avait épousé un chrétien avant de déclarer sa flamme pour la croix au lieu du croissant, elle n’aurait jamais été inquiétée. Mieux : si c’était une femme chrétienne qui se convertissait à l’islam après avoir épousé un Algérien musulman, la presse de ce pays aurait tiré des manchettes en Une et sur cinq colonnes saluant unanimement la nouvelle. Mais, malheureusement, rien de tout cela. Demain, Habiba risque de croupir pour trois longues années dans les cruelles geôles des Hauts-Plateaux de la wilaya de Tiaret. Et personne ne pourrait lui venir en aide,

Les islamistes et leurs corollaires  redoublent d’inquisition et de… ridicule

Les donneurs de morale ont déniché une autre trouvaille, le sport durant le mois sacré est “haram”, d’où la fermeture de certains gymnases car la pratique du sport d’après eux “éloigne les musulmans de Dieu”. Le fait étonnant est que ces agissements se font sous un laxisme exaspérant des autorités et des pouvoirs concernés. Et comment en être autrement quand le ministre des Affaires religieuses crie à qui veut l’entendre qu’“il n’y a pas de pauvres en Algérie”, justifiant ses dires par des fadaises du genre, “vous dites que les Algériens sont pauvres alors qu’un million et demi se rendent chaque année en Tunisie”. Les étrangers en sont aussi la cible comme les Chinois, qui ont été invités à quitter le pays sous le fallacieux prétexte qu’“ils nuisent à la morale algérienne avec leurs pratiques”. Mais le plus contraignant, c’est la polémique concernant l’instauration du nouveau week-end semi-universel : ne jamais toucher au vendredi. Ce qui a engendré la situation suivante : commerces fermés les vendredi et samedi et une demi-journée de perdu pour l’économie algérienne. Durant les deux jours du week-end, tout est à l’arrêt et les rues sont vides : un mauvais calcul pour le gouvernement, le lobby islamiste ayant une nouvelle fois pesé lourd dans la balance. Les modèles tunisien et marocain ne seront pas copiés et tant pis pour ceux qui en assumeront les conséquences. En somme, les tracts distribués confirment une fois de plus les méthodes suivies par les intégristes pour tenter de redorer leur blason. Néanmoins, les Algériens ne sont pas dupes, eux qui sont passés à autre chose et ont envie de s’amuser et de vivre après dix années de calvaire et d’interdit. En définitive, les cas de Habiba, de ces jeunes n’ayant pas observé le jeûne à Ighzer Amokrane et à Michelet  prouvent amplement l’écart existant entre la législation et son application sur le terrain et confirme encore une fois la liberté laissée aux magistrats dans l’interprétation des lois.
La pratique de la foi est un des fondements de la liberté individuelle. Comment un procureur de la République peut-il mettre Habiba devant le devoir de choisir entre “le tribunal ou la mosquée”, où encore au juge de dénigrer ses convictions religieuses en lui lançant : “A l’église, on t’a fait passer l’examen d’admission céleste ? On t’a fait boire l’eau qui te mènera droit au Paradis ?” Au-delà de la condamnation, de telles accusations et diatribes sont à bannir des annales et des pratiques judiciaires car il y va de la crédibilité de la justice et surtout du salut de la liberté de tout un chacun.

F. Zafane

Réservé aux musulmans… Honteux !!!

On va laisser faire ça encore longtemps ???

FDF

.

07 septembre 2010


Témoignage reçu d’un lecteur :

« samedi, je désirais acheter du foie d’agneau chez mon tripier et la serveuse m’a répondu que tous les abats étaient réservés aux boucheries musulmanes pendant la période du Ramadan. »

D’autres lecteurs ont-ils eu le même type d’aventure ?


Source: http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2010/09/r%C3%A9serv%C3%A9-aux-musulmans.html