Francaisdefrance's Blog

04/09/2010

Toulouse: Ali respecte la charia à la lettre… Mais la Justice française reste clémente.

Et on va encore lui trouver des excuses: c’est une « Chance pour la France ». Frapper sa femme et un bébé de 22 mois… Ignoble! Et comme les autres racailles, il ne comprend pas pourquoi… Il n’explique pas son geste… Lisez la fin du texte: Ce con avait déjà pris 10 ans de prison pour violences ayant entraîné la mort… Là, il ne prend que QUATRE mois. Il y a un un problème, non? Et, toujours en lisant le texte, on constate que sa femme ne semble pas avoir compris la « leçon », non plus… Bon, d’un autre coté, si elle aime ça, c’est son problème. Mais que ce genre de situation existe encore en France, je ne suis pas d’accord.

C’est tout juste si il ne va pas oser dire que ce n’est pas lui, que ce n’est pas de sa faute. Je t’en foutrai, moi!

Si tu veux appliquer la charia, mon pote, tu retournes au bled!

FDF

.

Il passe à tabac sa femme et son bébé !

Ali T., 35 ans, comparaissait libre, hier, devant le tribunal correctionnel de Toulouse, pour avoir battu sa femme et tabassé leur fils de 22 mois. C’est son épouse qui l’a dénoncé à la police.

Bien que reconnaissant les faits et les regrettant, Ali ne parvient pas à expliquer les raisons pour lesquelles il a, une fois encore, succombé à un tel excès de violence. C’est au cours d’une dispute avec sa femme qu’il a subitement asséné plusieurs coups sur la figure de son fils. Celle-ci lui reprochait, justement, d’être à l’origine des nombreux hématomes que son gamin avait sur le corps. à la barre, Ali a malgré tout tenté de minimiser l’affaire : « Je lui ai simplement donné une gifle avec le plat de la main ». Mais, les expertises du médecin légiste mettent à mal sa version. Ces examens révèlent que « plusieurs coups ont été portés avec un objet, comme une chevalière », par exemple. À l’appui de ces analyses, le tribunal avait sous les yeux les photos du visage tuméfié de l’enfant. Quant à son épouse, elle est revenue sur ses déclarations. Après avoir, dans un premier temps, expliqué aux policiers les violences qu’elle a subies, elle les a, ni plus ni moins, réfutées devant le tribunal. Fragile et apeurée, cette femme au foyer refusait l’idée que son mari puisse être condamné : « j’ai besoin de lui pour élever mes fils, ils sont trop jeunes ». Sentant le malaise, le juge a essayé avant tout de la rassurer. Le magistrat lui a rappelé ses premières déclarations et tous ces coups de pied reçus de son mari. Mais, craignant certainement des représailles, elle a – comme le font par peur de nombreuses femmes battues – maintenu sa nouvelle version. Le procureur a insisté sur la nécessité de protéger les femmes et les enfants. Contre cet homme déjà condamné à 10 ans de prison pour violences volontaires ayant entraîné la mort, il a requis 8 mois de prison ferme. Le tribunal lui a infligé 8 mois de prison, dont 4 avec sursis. Il a été arrêté à l’audience.

Source: http://tinyurl.com/2856yma

Un commentaire »

  1. Une fois de plus on ne peut que constater que la justice est pourrie..

    Commentaire par henri — 04/09/2010 @ 14:39 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :