Francaisdefrance's Blog

24/08/2010

Les immigrés marocains chassés par la crise en Europe?

Ahhhhh, l’Europe, ce n’est plus ce que c’était. Dur à dire mais la crise a quand-même de « bons côtés »… Pas besoin de les expulser, les marocains d’Espagne et d’Italie. Ils rentrent tout seuls au bled… Ben oui, il n’y a plus grand-chose à gratter dans les pays d’accueil… Et si on émigrait au Maroc, nous, les sous-chiens?

Lisez ce qui suit et… sortez vos mouchoirs…

FDF

« 

Adil est un casablancais qui vient de rentrer au Maroc pour retrouver sa famille après un bon bout de temps passé en Italie. C’est un congé sans limite dans le temps que ce jeune vient de prendre. Du moins, jusqu’à ce que l’économie italienne atteigne la reprise tant promise par les responsables dans ce pays et qui tarde apparemment à venir. Lorsque Adil achète un contrat de travail voilà plus de cinq ans, il croyait dur comme fer que son rêve d’acquérir une voiture neuve et de construire une maison pour lui et sa famille allait enfin devenir une réalité. Mais au fil du temps, il a compris que ses rêves allaient rester encore des rêves jusqu’à nouvel ordre. Tout comme ce jeune, de nombreux marocains vivant en Italie et en Espagne, deux pays les plus touchés dans le vieux continent au côté du Portugal et de la Grèce, ont subi de plein fouet les résultats de graves problèmes financiers qui ont secoué quasiment toutes les économiques mondiales.

En Espagne par exemple, des chiffres non officiels estiment le nombre des Marocains qui seront rentrés au Maroc à près de 150.000 personnes. Selon des informations de l’association des travailleurs immigrés marocains en Espagne (ATIME), relayés par des médias espagnols et marocains, depuis le début de 2009, entre 130.000 et 150.000 immigrés marocains ont quitté l’Espagne principalement en raison de la situation de chômage dans laquelle de nombreux ressortissants marocains se sont retrouvés après la crise. Pire encore, l’ATIME, citée par l’agence Maghreb arabe presse estime que pas moins de 43% des Marocains établis dans ce pays ibérique sont sans emploi. Autrement, Sur une communauté évaluée à 758.900 ressortissants marocains en Espagne, 350.000 personnes ne trouvent pas de travail depuis au moins plusieurs mois. Même l’immigration saisonnière de la main d’œuvre marocaine n’a pas échappé aux dommages de la crise. L’on se rappelle tous des informations largement relayées par les médias espagnoles sur la décision du gouvernement autonome de l’Andalousie de renoncer à la main d’œuvre marocaine saisonnière composée essentiellement de femmes dans le secteur de l’agriculture.

Transferts
Même si les chiffres sur l’ampleur du retour des immigrés n’émanent pas d’une source officielle espagnole, leur véracité peut être recoupée avec l’aide des statistiques sur les transferts des marocains du Monde. Exception faite des pays comme la France, l’Allemagne et la Belgique, les transferts des marocains du monde ont connu des baisses variables en 2009. Et les plus fortes baisses ont été relevées en Espagne et en Italie où les transferts ont baissé respectivement de 25% et 10%. Deux autres pays européens ont connu des baisses notamment en Hollande (8,7%) et en Grande Bretagne (12,9%).

Plus globalement, les transferts en provenance des pays accueillant des communautés relativement importantes de Marocains ont baissé. En 2008, le volume des transferts des MRE avait atteint 53.072 millions de dirhams(en baisse par rapport à 2007 avec 55.000 millions de dirhams). En 2009, les transferts allaient continuer leur trend baissier avec un volume de 50.273 millions de dirhams. Ces chiffres montrent bien que les immigrés marocains sont en difficulté. Ces derniers n’ont eu d’autres choix que de rentrer au bercail en attendant des jours meilleurs. «De nombreuses personnes sont revenues au Maroc parce qu’ils ne trouvaient pas de travail en raison de la crise. Il est très difficile de vivre dans un pays européen sans avoir la moindre source de revenu. Ceux qui sont restés ne pouvaient pas rentrer au Maroc puisqu’ils se trouvent en situation irrégulière ou n’ont pas encore renouvelé leur permis de séjours», explique Adil. Et de poursuive : «Rentrer bredouille dans son pays d’origine est une décision difficile à prendre. Seules des conditions comparables à ce que nous avons vécu peuvent pousser une personne à prendre une position pareille»….

Suite et source: http://tinyurl.com/32dowee

2 commentaires »

  1. Dommage,car apparemment les nôtres échappent a l’exode!!!

    Commentaire par marco — 24/08/2010 @ 15:20 | Réponse

  2. Si les « nôtres » échappent à l’exode c’est uniquement grâce aux innombrables perf’ de la CAF et autres styles d’aides sociales.
    Quand on vient dans un pays dans l’espoir d’y travailler, c’est bien, mais quand on sait qu’on y vient dans le but d’y être sponsorisé, c’est mieux.

    Commentaire par Coblecain — 13/02/2012 @ 00:36 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :