Francaisdefrance's Blog

10/08/2010

Ramadan. Goinfrez-vous! Et surtout en public…

Ca y est! On a la date! C’est demain mercredi 11 août à l’heure du lever du soleil que débute le ramadan !

A vos sandwichs au jambon, de préférence, et partez vous promener tranquillement la journée dans les rues de nos villes de France tout en grignotant joyeusement…

Ce n’est pas de la provocation, c’est un juste retour des choses quand on subit sur NOTRE territoire durant 11 mois consécutifs la vue des produits halal dans les étals de NOS boutiques ou encore quand on subit l’affront de NOS rues fermées pour cause de prières (officiellement, car en fait, c’est juste pour nous emmerder) avec ou bien aussi quand on lit sans cesse dans les médias les « poses de la première pierre » des mosquées qu’on nous impose… Durant un mois, la balle est dans notre camp. Profitons en pour faire de beaux tirs au but…

FDF

Petit rappel:

Puisque décidément, nos muslims français se foutent de nous en priant de plus belle dans nos rues, il serait marrant de voir leurs tronches s’allonger en nous voyant picoler et bouffer tranquillement en vaquant à nos petites affaires. Ils nous emmerdent 11 mois sur 12, on peut se permettre de le faire un seul mois. En outre, beaucoup d’entre nous sont en vacances, autant tuer le temps de façon intelligente et joindre l’utile à l’agréable… Suivent quelques conseils de prudence, quand-même, car pendant ce mois d’août, les muzz ne vont pas être très ……. souriants.

Eh! Faites pas les cons, faites attention à ne pas vous empoisonner en achetant sans faire exprès du « halal ». Il y en a partout et ce n’est pas forcément marqué dessus… Pas comme le « PORC Salut ».

FDF


ramdamVous dire que ce n’est pas risqué serait faux bien sûr. Il suffit de rappeler la petite histoire triste du pauvre SDF de Bruxelles qui ne semblait pas se souvenir qu’il était en plein Ramadan alors qu’il sirotait une bière fraîche sur les trottoirs de la capitale Belge.
Une horde d’assoiffés jeûneurs et adeptes du prophète se sont rués sur le pauvre type avec des bâtons cloutés. Résultats, le SDF fut admis à l’hôpital du coin en état de choc grave et d’un comas de deux jours.

Voilà ce qu’il vous en coûtera si vous passez à proximité d’un jeûneur indélicat.
Comme en plus, ils n’ont pas de bol cette année les muslims puisque le Ramadan prend de l’avance cette année et se situe en plein été, il faut redouter les énervements sauf si la chance vous sourit et que le gros des troupes se trouve en famille au Bled.

Je vous propose quelques petites astuces pour passer un Ramadan pas trop craignos si vos voisins les plus proches sont mahométans.

– Évitez les groupes qui tuent le temps en marchant ensemble afin d’attendre du mieux qu’ils peuvent la rupture du jeûn. En effet, ces maboules ne peuvent même pas se taper une clope et ça les rend nerveux, d’autant que les premières étoiles se pointent assez tard en ce moment.
N’allez donc pas souffler votre fumée de clope dans le pif d’un ziva, il risque fort de vous en mettre un…bourre-pif.

– Évitez les transports en commun en heure de pointe, les mauvaises haleines conjuguées, c’est mortel ! Et ne flippez pas, c’est pas forcément une attaque terroriste chimique. Ils refoulent du goulot c’est tout.

– Évitez de bouffer votre sandwich dans la rue dans tout le 9-3 ou dans les autres quartiers style la Villeneuve dans l’Isère, z’êtes pas sûrs d’en sortir vivants.

– Évitez de vous rafraîchir aux fontaines publics (nous on en a à Paname) en plein cagnard ou assurez vous que vous êtes en sécurité.

– Évitez de régaler vos chiards avec de grosses glaces dans les coins à risque sinon vous vous exposez au mieux aux insultes et au pire à une petite claque dans le cornet de vos gosses qui vont forcément se mettre à chialer.

– Évitez les terrasses de vos troquets préférés où vous aimez sirotez vos boissons rafraichissantes pour causes d’énervement des jeûneurs qui passent devant et risquent de renverser vos boissons juste parce qu’ils en chient durant le Ramadan.

– Évitez de vous plaindre des nuisances nocturnes parce que vos voisins font la fête et bouffent toute la nuit en mettant à donf la zique. Souvenez vous, les mecs sont à cran. Pas le droit de bouffer, de boire, de cloper et de baiser…ça en fait des interdits difficiles durant un long mois.

Et puis, dans le fond, si ces conseil de sécurité ne trouvent pas d’écho chez vous, vous ne pourrez pas dire que vous n’étiez pas prévenus…

Néanmoins, si quelques aventuriers tentaient de faire exactement le contraire, à savoir boire, bouffer et se goinfrer de glaces devant nos modérés, ils seront les bienvenus pour nous narrer leurs aventures Ramadanesques sur bivouac-id.

Souvenez vous cependant que ce mois sacré fini on a : “ ( Coran IX, 5) : “Les mois sacrés expirés, tuez les idolâtres partout où vous les trouverez, faites-les prisonniers, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. “.

Source: http://tinyurl.com/3agmdgq

Islam: le nazisme du désert…

Pour ceux qui n’ont pas encore compris, lire la vidéo ci-dessous. Pour les autres, lisez-là aussi; ça ne pourra que vous conforter dans vos réflexions…

FDF

.

L’islam au grand jour

Il faut bombarder le Morvan !

.

L’islam de France se construit au cœur du Morvan…

80 imams français ont été formés à l’Institut créé près de Château-Chinon en 1993.


L’été, les séminaristes viennent apprendre la langue arabe et le Coran. C’est un campus avec des salles de cours, des logements, des étudiants qui discutent à la pause, une vaste bibliothèque où les plus assidus révisent pendant le déjeuner. Signes particuliers : il se situe en plein cœur du Morvan.



Source: http://tinyurl.com/355pdep

Fièrement halal. Ce message publicitaire dit aux laïques français: « Vous nous contestez la rue, nous vous prenons vos murs et panneaux publicitaires ».

Fièrement halal, qu’ils disent…

Après l’occupation des rues, vient celle des panneaux publicitaires. Je vous laisse découvrir le bêtisier d’un commerce qui s’installe. Fièrement Halal comme si le fait d’être à genoux devant un état licite ou un illicite religieux devait engendrer une fierté quelconque. Posture de commerciaux, argent facile sur le dos de musulmans incrédules.

En quoi les chrétiens seraient-ils fiers de pratiquer le carême qui lui, dure 40 jours. Qui en parle ? Ou se trouve les affiches publicitaires vantant la fierté d’être « carèmiste« . Quelle foutaise au fond.

Comme d’habitude, la réalité est ailleurs. Le message ne s’adresse pas aux musulmans seulement mais bien au reste de la population française qui est appelé à constater une fois de plus, la place que prend l’islam y compris sur les affiches qui seront placardées sur tous les panneaux publicitaires y compris ceux où il y a très peu de musulmans. Un message subliminal en quelque sorte. « Nous sommes là, nous sommes fiers et quelque part, on vous dit bien des choses« .

Sinon quel serait le but de montrer ce « coq gaulois » ! Pourquoi pas une poule, un poulet, un canard, une oie, que sais-je ! Mais le coq est bien plus symbolique en France.

Quel fierté y a t’il d’égorger une pauvre bête tourner à l’est sans l’assommer auparavant et qu’elle finisse par mourir étouffer par son sang en gigotant dans la souffrance. Au XXIème siècle, c’est plutôt le contraire que j’aurais comme sentiment.

Et même si je me trompe, en admettant que ce ne soit qu’une simple publicité innocente, en quoi des musulmans devraient être fière d’une pratique religieuse ?

C’est un ordre venu en ligne direct d’en haut qu’ils disent. En quoi faudrait-il être fier d’obéir, de courber la tête, de mettre deux genoux à terre puisque cela relève de la croyance religieuse?

Il n’y a pas lieu d’être fier de croire en son Dieu. C’est plutôt de l’humilité qu’il devrait s’agir.

Les juifs ne sont pas fiers des règles religieuses qui les obligent envers leur Dieu.

Les chrétiens ne sont pas fiers des règles religieuses qui les obligent envers leur Dieu.

Alors par quel « miracle » les musulmans devraient-ils être fiers d’appliquer des règles religieuses obligatoires pour tous les croyants ?

Sont-ils fiers également des quatre autres préceptes ou règles obligatoires ?

Sont-ils fiers pendant les cinq prières. Est-ce qu’il y aura des affiches publicitaires vantant la fierté de mettre son tapis de prière ici ou bien là bas. C’est pathétique cette publicité qui fait entrer le religieux dans la sphère du publique par une porte détournée.

Car là est véritablement le but. Ce message publicitaire dit aux laïques français. « Vous nous contestez la rue nous vous prenons vos murs et panneaux publicitaires« . Ce n’est rien d’autres qu’une volonté de pouvoir sur les consciences. Que l’on me prouve le contraire.

Gérard Brazon

*******************************************************************************************************

Et ça, c’est fièrement halal? Bande de barbares!:

Fièrement Hallal, islam, tuer, barbare, Michel Germaneau, victime, autruche...

Excuses-moi, Michel, mais il faut que tout le monde se souvienne de ton martyr par ceux-là même qui nous inondent quelques jours après ton assassinat de ces affiches nauséabondes. Mais c’est bientôt le début du ramadan; on va en profiter de l’occasion…

FDF

Geert Wilders irrite en se prononçant contre la mosquée de Ground Zero…

Geert Wilders prend une position que beaucoup devraient approuver…


FDF

09.08.10
Geert Wilders, à La Haye, le 15 juillet.
ASSOCIATED PRESS/CYNTHIA BOLL
Geert Wilders, à La Haye, le 15 juillet.

Le député populiste Geert Wilders a déclenché une polémique aux Pays-Bas en annonçant, vendredi 7 août, qu’il se rendrait à New York le 11 septembre pour protester contre le projet de construire une mosquée sur le site de Ground Zero, où se trouvait le World Trade Center, détruit par des attentats d’Al-Qaida en 2001. Pour M. Wilders, c’est à cet endroit que « l’islam a commis le plus grand crime de ces dernières années ».


Le chef du parti populiste islamophobe entend répondre à l’appel du mouvement Stop Islamization of America, qui l’a convié à une manifestation.

Cette prise de position a déclenché la colère du ministre des affaires étrangères du gouvernement démissionnaire, Maxime Verhagen. Il redoute que le discours de M. Wilders soit assimilé à une prise de position des Pays-Bas dans leur ensemble et entend, le cas échéant, « protester en termes forts » contre les excès éventuels du chef du parti populiste.

« JE DIS CE QUE JE VEUX »


M. Verhagen est, par ailleurs, le nouveau dirigeant du groupe parlementaire de l’Appel chrétien démocrate (CDA) et c’est à ce titre qu’il a commencé des négociations avec le parti libéral VVD et le Parti pour la liberté (PVV) de M. Wilders, en vue de la formation d’une coalition minoritaire qui bénéficierait du soutien extérieur du parti populiste.

Avant le démarrage des négociations, lundi matin, M. Verhagen a indiqué que M. Wilders « prenait ses responsabilités »« bien mesurer quelles peuvent être les conséquences de certains mots et certains actes ». « L’accord, c’est que je dis ce que je veux », a répliqué M. Wilders lundi midi. Le leader du PVV se référait à un « pacte » conclu entre les trois partis qui négocient ensemble. Cet accord énumère tous leurs points de désaccord, notamment sur l’islam. « Il y a un accord formel et j’ai toute confiance en cela », a conclu M. Wilders. M. Rutte, le chef du parti libéral, s’est, lui, refusé à toute déclaration…

M. Wilders s’était, avant cela, attiré les foudres du sénateur CDA Hans Hillen. Ce dernier a déclaré à son propos : « S’il veut jouer avec les grands, il doit se soumettre aux règles des grands et penser à l’intérêt national. » M. Hillen invitait aussi le dirigeant populiste à tenir compte de l’intérêt des entreprises néerlandaises.

La difficile phase de négociations commencée lundi entre les trois partis devrait durer au moins trois semaines.

Source: http://tinyurl.com/22o5hv9

Le début du ramadan, c’est quand? Pitête le 11, pitête le 12…

Tiens, on va faire pareil, nous autres les « infidèles ». Pour Noël, pour Pâques, on va demander à nos savants quel est le moment le plus propice pour les dates de nos fêtes païennes… Moi, je verrai bien Noël en juillet, il fait meilleur… Ah oui, pour l’heure exacte? Ben……. Je sais pas, c’est selon l’avis de nos savants, aussi. Ouhla!!!! Je ne m’engage pas comme ça, moi, le « sous-chien ». Et puis, l’heure n’a pas d’importance. Pourvu qu’on puisse faire ripaille… En attendant, lisez ce qui suit. Si, si, nous sommes en 2010, dans le monde Occidental. Le Moyen-Âge, c’est dépassé… Mais pas chez eux, apparemment.

FDF

.

« Une commission théologique se réunit mardi soir à la Grande mosquée de Paris pour la « nuit du doute » au cours de laquelle est fixée la date du début du ramadan.

C’est l’observation du croissant de lune qui est déterminante et qui devrait permettre mardi soir de dire si le ramadan 2010 débutera mercredi ou jeudi.

Le ramadan rappelle la révélation du Coran au prophète Mahomet par l’archange Gabriel. Il correspond au neuvième mois lunaire de l’année musulmane et c’est l’un des cinq piliers de la religion musulmane, avec la profession de foi, la prière, l’aumône et le pèlerinage.

Enfants, vieillards, femmes enceintes dispensés

Pendant le jeûne du ramadan, tout bon musulman doit s’abstenir de manger, de boire et d’avoir des relations sexuelles, du « lever de l’aube au coucher du soleil ». Il doit se purifier, contenir ses passions et ses désirs et éviter tout ce qui peut blesser son prochain. En sont dispensés les enfants, les vieillards, les femmes enceintes, les malades et les voyageurs. L’autre obligation du ramadan est la prière à la mosquée, tous les soirs et le vendredi à la mi-journée.

Il y a en France entre 5 et 6 millions de musulmans. L’an dernier, environ 70% des musulmans de France déclaraient observer le jeûne du ramadan, contre 60% il y a 20 ans, selon un sondage Ifop. »

Source: http://tinyurl.com/252y844

On est avec vous, les gars !


Vous avez des églises chez vous?

10 août 2010

Mais vous avez des églises chez vous?

– Ah non, c’est interdit!»

Les Suisses ont interdit la construction de minarets. Et certains envisagent de proscrire le niqab, ce voile islamique qui couvre la totalité du corps et du visage à l’exception des yeux. Pourtant, comme chaque été, elles sont nombreuses à déambuler, voilées, sur les quais de Genève. Elles viennent d’Arabie saoudite, des Emirats ou de Bahreïn et remplissent les palaces de la place. Cette précieuse clientèle arabe y apprécie les animations des Fêtes de Genève, les magasins de luxe et surtout le climat. Pour elles, même un été pourri est un été béni.

Mais comment réagissent-elles au courant de pensée hostile à l’islam qui semble s’être développé en Suisse avec l’acceptation de l’initiative contre les minarets et le débat sur la burqa qui prend de l’ampleur? Ont-elles ressenti une différence dans l’accueil helvétique? Rencontres avec des femmes qui portent le niqab à Genève.

Sur la place des Bergues, quelques regards s’arrêtent sur Noora et son mari Khaled avant qu’ils ne se faufilent dans un magasin de mode. Elle porte le niqab. Lui, un tee-shirt et un jean. Noora se cache rapidement derrière son mari lorsque nous l’abordons. Seul Khaled sort du magasin pour discuter. «Ma femme se sent bien ici, dit-il. Les gens ne sont pas méchants avec nous. C’est la deuxième fois que je viens à Genève et je compte y revenir.» Pourquoi? «Surtout pour le climat, concède Khaled. Parce qu’on ne peut pas dire que les gens soient des plus chaleureux, ici.» En ce qui concerne l’interdiction de construction de minarets, Khaled n’est pas au courant et ne semble pas troublé par la nouvelle. Il ne se sent pas seul à Genève, parmi les nombreux touristes de la péninsule Arabique. «Il y a des mosquées, c’est déjà ça», souligne-t-il avant d’aller retrouver sa femme.

Jawaher, une Saoudienne portant aussi le niqab, n’a pas hésité, elle, à répondre directement à nos questions, tout en naviguant péniblement dans la foule des Fêtes de Genève. «Oui, on nous regarde mais je m’en moque», confie cette professeure d’anglais sous son niqab. Elle n’est pas non plus au courant de la votation du 29 novembre sur la construction de minarets. «C’est votre pays, votre décision, dit-elle. Si vous interdisez les minarets, ce n’est pas très grave mais vous ne devez pas interdire les mosquées.» Elle aussi envisage de revenir en Suisse.

Sur l’autre rive du lac, Ohood, une Saoudienne de 20 ans, prend la pose pour sa famille sur la place du Rhône. «Ma mère porte le voile et ne se sent pas dévisagée, les gens sont habitués», commente l’étudiante qui, elle, ne porte pas le niqab. «En Arabie, j’y suis obligée mais pas en Europe. Par contre, après mon mariage prévu pour l’été prochain, je porterai le voile, peu importe le lieu.» Ohood avoue ne pas être au courant de la votation sur les minarets. «Pour être honnête, je ne suis pas l’actualité.» Sa réaction? «Ça me rend triste. Dans notre pays, on ne traite pas les étrangers ainsi.

Mais vous avez des églises chez vous?         – Ah non, c’est interdit!»

Source : http://www.letemps.ch/Page/Uuid/f4910a86-a3f5-11df-a288-853cb2c8f4f8%7C0

Petit rappel :

Actuellement 800 000 Chrétiens travaillent en Arabie Saoudite et malgré les 2 149 690 km2 de superficie du royaume ( vaste comme 4 fois la France )  il n’existe, à l’heure actuelle, aucune église pour les accueillir alors que pas moins de 35 000 mosquées couvrent le pays !

-Lu sur sitavirus…

Six nouveaux (présumés) délinquants en garde à vue à Grenoble ! Que du bonheur…

Il est de bon ton de marquer « présumé« , même si ce sont les pires crapules… Enfin, c’est comme ça.

En tout cas, cette nouvelle rafle, c’est bon, tout ça, c’est bon… On va pouvoir bientôt dormir tranquille à Grenoble?

FDF

10/08/2010

« La police est intervenue mardi matin, pour la deuxième fois en moins d’une semaine, dans le quartier la Villeneuve à Grenoble, interpellant six personnes soupçonnées d’avoir pris part à des violences urbaines, mi-juillet, après la mort d’un braqueur lors d’un échange de tirs.

Les six hommes, âgés de 19 à 21 ans et dont les identités ne sont pas connues, ont été interpellés et placés en garde en vue à l’hôtel de police de Grenoble dans le cadre de l’enquête sur les récentes violences urbaines, a-t-on précisé de même source.

La police criminelle, le Groupement d’Intervention de la Police nationale et des CRS ont pris part à cette opération qui a démarré un peu avant 7H00 du matin.

Le parquet de Grenoble a précisé à l’AFP que les interpellations, qui se sont déroulées sans incident, avaient été effectuées « dans le cadre d’une enquête préliminaire pour dégradations, incendies et violences sur fonctionnaires de polices, suite aux feux de voitures et aux jets de pierres contre les forces de l’ordre ».

L’audition des six jeunes gens a débuté dans la matinée, « afin de vérifier leur implication dans ces violences ». L’un d’entre eux, « qui se trouvait en Algérie lors des faits, comme le prouve son passeport, a été remis en liberté », a-t-on précisé de même source.

L’opération s’est poursuivie avec des perquisitions dans des appartements de ce quartier de grands ensembles et s’est terminée vers 8H30.

Les habitants du quartier dénoncent, pour beaucoup, les méthodes d’intervention de la police.

Une mère de famille, sous le couvert de l’anonymat, se dit « ulcérée » parce qu' »on se demande chaque matin ce qui va nous arriver. C’est un cauchemar: les flics n’ont aucun respect. Quand ils arrivent, ils cassent les portes, ils cassent les meubles ».

« De quel droit les flics défoncent les portes », se demande une autre, tandis qu’un quinquagénaire, tout en condamnant « ceux qui brûlent les voitures », dénonce « la provocation » d’une telle intervention qui ne fait, selon lui que « mettre le feu ».

Lors d’un point presse, Yannick Biancheri, responsable du syndicat de policiers SGP-FO, a rappelé qu’il y avait eu dans le quartier de la Villeneuve « des tirs à balles réelles sur des policiers » et que « compte tenu de la géographie des lieux, il y avait des précautions à prendre pour procéder à des interpellations dans de bonnes conditions ».

La première opération avait eu lieu le 4 août, à la veille d’une visite du ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux.

Quatre hommes, dont deux mineurs, avaient alors été placés en garde en vue à Grenoble dans le cadre de l’enquête sur le braquage, à la mi-juillet, du casino d’Uriage. Ils ont tous été relâchés, aucune charge n’ayant été retenue.

La mort de l’un des braqueurs, Karim Boudouda, 27 ans, abattu par la police au cours d’un échange de tirs, avait entraîné trois nuits de violences urbaines à la Villeneuve, où habitait le jeune homme. »

Source: http://tinyurl.com/33xxw2z

Insécurité: quand le PS change de discours comme de chemise…

C’est vrai que c’est un discours assez surprenant de la part du PS qui prône en principe la protection de la racaille, surtout si elle est d’origine maghrébine… Les rois de la dhimmitude nous préparent ils une nouvelle entourloupe ?

FDF

le 09/08/2010

« Benoît Hamon, porte-parole du PS, s’engage sur le terrain de la sécurité. Un nouveau changement dans le discours du parti.

Lionel Jospin et Martine Aubry saluent une policière (archives)

Lionel Jospin et Martine Aubry saluent une policière (archives)
REUTERS

La sécurité « sera un des thèmes de la présidentielle ». Qui a dit cela ? Frédéric Lefebvre, porte-parole de l’UMP ? Non, Benoit Hamon, porte-parole du PS, interrogé dans Le Figaro d’aujourd’hui.

Mais depuis près de 30 ans, le discours du PS a sans cesse évolué sur le sujet.

1. Parler ou pas de sécurité ?

« Nous n’aurons pas peur d’affronter la droite sur ce terrain » (août 2010)

Dans son interview, le socialiste attaque les mesures annoncées par Nicolas Sarkozy en matière de lutte contre la délinquance notamment sur la déchéance de la nationalité.

« Nous n’aurons pas peur d’affronter la droite sur ce terrain », attaque le porte-parole. Il affirme que le PS est « mieux préparé » sur cette question « car ce sont souvent les maires de gauche qui ont pallié les défaillances de l’État qui ne cherche qu’à externaliser ses missions de sécurité. »

« A courir après Nicolas Sarkozy, on ne le combat pas, on le légitime » (juin 2006)

Pourtant, il y a quelques temps, le PS avait un tout autre discours. Les socialistes n’osaient par aller directement sur le terrain de la droite.

En juin 2006, en pleine campagne interne pour les primaires, Ségolène Royal propose de « retirer des collèges les gamins qui y font la loi » et même des « systèmes d’encadrement à dimension militaire » pour les délinquants mineurs de plus de 16 ans.

Ses adversaires répliquent immédiatement. Jean-Christophe Cambadélis, soutien de DSK, lui répond : « A courir après Nicolas Sarkozy, on ne le combat pas, on le légitime ».


2. Sécurité contre libertés

« La première sécurité, c’est la liberté »
(mars 1981)

En mars 1981, en pleine campagne présidentielle, Pierre Mauroy, futur premier ministre de Mitterrand, déclare : « La droite dit : ‘la première liberté, c’est la sécurité. Nous disons au contraire : la première sécurité, c’est la liberté ».

« Un citoyen dont la sécurité n’est pas assurée ne peut exercer son droit à la liberté »(octobre 1997)

16 ans plus tard, Lionel Jospin, alors Premier ministre, dit tout le contraire lors d’un colloque à Villepinte :  « Un citoyen dont la sécurité n’est pas assurée ne peut exercer son droit à la liberté ».

Lors de la campagne présidentielle, il fera d’ailleurs son mea culpa.

En mars 2002, il avoue sur TF1 : « Sur la question de l’insécurité, j’ai pêché par naïveté, reconnaît-il. Je me disais pendant un certain temps que si on fait reculer le chômage, on fera reculer l’insécurité ».

« Là où l’Etat social recule, l’Etat pénal progresse » (mars 2009)

Sept ans plus tard, le PS retourne à la défense des libertés publiques. En mars 2009, la parti publie un « Livre noir » sur le sujet.

Mais à l’époque, Martine Aubry, première secrétaire, se défend dans une conférence de presse d’être « laxiste ». « Nous sommes pour l’ordre. Mais ce n’est pas en restreignant les libertés individuelles et collectives qu’on aura une société ordonnée », affirme-t-elle.

Le porte-parole Benoît Hamon estime lui sur Canal+ que « là où l’Etat social recule, l’Etat pénal progresse ».

Le parti organisera d’ailleurs un meeting-concert nommé « Le Printemps des libertés » au Zénith de Paris. Un bide… la manifestion n’ayant attiré que 1500 personnes. »


Source: http://tinyurl.com/38lkna5

Le cas « Liès Hebbadj » vu par oumma.com: un morceau d’anthologie…

Et voilà comment le site muzz oumma.com va nous faire un martyr de ce déchet de Liès Hebbadj… Et c’est nous, les racistes… A lire; impressionnant de haine anti-occidentale et surtout anti-française.

FDF

.


Liès Hebbadj : un « cas de société » de l’ère Sarkozyste

lundi 9 août 2010

« La mise au vert du pouvoir sans Liès Hebbadj pour pimenter notre été nous aurait réservé un mois d’août terriblement fade et monotone, nous privant de cette saveur épicée de l’acharnement typiquement Sarkozyste contre son nouvel épouvantail exotique, aux chefs d’inculpation longs comme un palmarès hors norme.

Pour sortir du lot, le monstre de foire qu’incarne Liès Hebbadj fait indéniablement figure de pièce rare dans le paysage français, tout le distinguant du citoyen lambda et du citoyen musulman ordinaire, jusqu’à des accusations en série qui flairent la grosse machination politicienne aux relents rétrogrades.

Sale temps pour le nantais de 35 ans pris dans des mailles du filet hautement répressives, au grand dam de son avocate qui établit un lien entre « les discours assez nauséabonds sur la déchéance de la nationalité française et la situation de M. Hebbadj aujourd’hui« , présumé coupable de polygamie, d’escroquerie, de fraudes aux allocs, de violences, de viols aggravés, d’intégrisme… rien de moins !

Les délits pleuvent, mais quand on sait que c’est Brice Hortefeux qui veille au grain, une autre anomalie à la française, égérie de la vraie fausse idéologie portée par Sarkozy, lequel se plaît à conserver ses brebis galeuses en dépit de toute condamnation, même pour « injures raciales », on ne peut s’empêcher de penser que ce « cas de société » un peu trop singulier pour être représentatif de la réalité hexagonale, recouvre un énième piège xénophobe indigne de la République.

Alors que les chassés-croisés entre juillettistes et aoûtiens se poursuivent au gré d’une transhumance rituelle, le traquenard nationaliste de l’Elysée profite d’une société au ralenti et au repos pour déployer ses leurres, et préparer le terrain d’une rentrée qui ne lésinera pas sur les artifices et les subterfuges de tous ordres.

De là à ce que le cas Liès Hebbadj s’invite à la prochaine université d’été de l’UMP, il n’y a qu’un pas que des ministres au teint hâlé et en bras de chemise pourraient franchir alertement, histoire de draguer des sympathisants très demandeurs en flattant un populisme latent. Sans les voir ressurgir pour autant, prudence oblige, il y a cependant fort à parier que les bons vieux « Auvergnats » ne seront jamais très loin… »

Source: http://tinyurl.com/3yom34y

Pas sympa, ça, amis de Belgique…

Vous êtes bien gentils, amis Belges, mais des coups comme celui-ci: pas trop souvent, svp… On a ce qui faut dans le genre, avec tous les emmerdes que ça nous apporte…

FDF

.

Les Roms ont quitté Dour pour Quaregnon…

09.08.10

Les 700 tsiganes qui s’étaient installés d’autorité sur le site de la machine à feu à Dour il y a une dizaine de jours ont quitté l’endroit dimanche comme ils s’y étaient engagés. Le séjour s’est finalement déroulé sans incident.

La plupart de ces familles ont pris comme prévu la direction de la France mais une vingtaine de caravanes n’ont pas été bien loin. Victimes d’une panne de générateur, 25 familles se sont installées provisoirement dans le champ d’un propriétaire de Quaregnon, avec son accord, le temps que la pièce défectueuse soit réparée.

Une réunion a eu lieu ce matin à 9h00 à l’Hôtel de ville de Quaregnon à l’initiative du bourgmestre Guy Roland (PS), une réunion dont l’objectif était, comme à Dour, d’harmoniser les attentes des différentes parties :  les tsiganes présents, la commune, les services de Police et le propriétaire des lieux. Il semble qu’il n’y avait pas de problèmes majeurs à régler car la réunion a été bouclée rapidement.

Dans quelques jours, les roms installés à Quaregnon rejoindront les autres familles parties vers la France.

Source: http://tinyurl.com/388r87t

L’attentat libanais contre un officier supérieur israélien ne restera pas impuni…



La question n’est pas si, mais quand...

« De nombreux chroniqueurs se sont alertés de l’absence de réplique israélienne à l’assassinat ciblé qui a frappé le lieutenant-colonel Dov Harari z’l, ce 3 août.
Chaque fois qu’il est question du Liban -principalement-, revient en écho le thème de l’érosion de la dissuasion israélienne contre des ennemis qui s’enhardissent d’opérations toujours plus spectaculaires de ce type : meurtres, enlèvements…

Plusieurs éléments de contexte s’opposent à des représailles massives immédiates, même si l’on reconnaît le caractère de « casus belli », présent dans l’exécution de cet acte de guerre.
La violation délibérée de la résolution 1701 par une faction de l’armée libanaise est, techniquement suffisante, sur le plan du droit international. La fameuse « ligne bleue » de la frontière dessinée par la barrière entre les deux pays  ne mord pas même sur la séparation géographique réelle entre le Liban et Israël.  En réalité, elle concède 300 m de territoire israélien,  justement pour éviter toute polémique incendiaire.
Le rapport précis de la FINUL sur l’évènement et l’établissement des responsabilités a,  comme il se doit, pris un temps de retard sur les
mensonges goulus des principaux médias occidentaux,  dont la corruption n’a d’égale que le renoncement au professionnalisme. Comme les chiens de Pavlov, Reuters, Yahoo lançaient leur « cocktail molotov » 0.2, et la meute des quotidiens comme « Libération » et consorts, s’empressaient de leur emboîter le pas de l’oie, avant qu’il ne soit « trop tard ».  C’est-à-dire, avant que les rapporteurs sur place n’établissent les faits, tous les faits, rien que les faits.

Mais il n’y a pas de doute à avoir sur l’âpreté des échanges entre les protagonistes militaires sur place, durant tout ce temps, où d’un air penaud, certains journaux rectifiaient  sans insister sur leur erreur d’orientation.
Lorsque le pas n’a pas encore été franchi, on parle de menace. Elle peut rester diffuse durant des années, dans une situation comme celle de la frontière nord.  Ensuite,
il s’agit d’ultimatum. C’est, désormais, le cas, après l’ordre donné à un sniper par le Commandant de la 9ème Brigade libanaise, chi’ite apparenté au Hezbollah,  de faire feu, alors qu’aucun danger ne pointait à l’horizon, côté adverse.  L’officier en question est, en effet, un familier des échanges fraternels  avec les dirigeants paramilitaires de la milice pro-iranienne au Sud-Liban.
Selon les sources des renseignements de l’excellent Debkafile [Mais pas Debkafiable], Israël aurait demandé aux autorité libanaises que cet officier soit jugé en cour martiale ou démis de ses fonctions. Sans quoi Tsahal se sentira les mains libres de détruire tous les avant-postes militaires du pays du Cèdre  dans cette région conflictuelle.
La rencontre trilatérale entre libanais, israéliens et témoins de la FINUL, aurait eu lieu au Quartier Général de celle-ci, à Naqurah, dans la nuit de mercredi 4 au jeudi 5.

Officiellement, Tsahal a laissé entendre aux médias que le Hezbollah lui-même avait été pris par surprise, au même titre que l’Etat-Major israélien et la plupart des décideurs et observateurs régionaux.  Sur le fond du dossier, les milieux autorisés, dont les attachés militaires américains, français et allemands, envoyés pour freiner toute escalade,  sont clairs sur l’état de guerre et ses préparatifs enclenchés, dès l’assassinat de l’officier israélien [où sont les renforts?].  Reste ce laps de temps accordé aux dirigeants du Liban, pour faire la lumière sur la chaîne de commandement impliquée dans ce meurtre programmé. Les responsables de la FINUL ont appuyé cette vive mise en garde à l’adresse de Beyrouth. Chaque partie prenante est ainsi informée de la ligne de fermeté de Jérusalem sur la promesse que « l’incident » ne restera pas impuni.

Personne ne croit, évidemment, que l’Etat-Major libanais oserait sanctionner le donneur d’ordre.
Cela ne ferait que renforcer le poids du Hezbollah, l’érigeant en « héros » de sa cause, contre un gouvernement facile à désigner comme « corrompu par l’influence occidentale et israélienne ».  Nasrallah n’a de cesse de renvoyer sur Israël l’accusation du Tribunal international contre plusieurs de ses lieutenants dans le meurtre de Rafic Hariri. Il prétend, à qui veut bien l’entendre, qu’il dispose de « preuves » d’une telle « manipulation »  et exploite tant et plus l’arrestation de prétendus « espions » au service d’Israël, travaillant dans les services de télécommunications libanais.
Il n’y a donc plus d’autre alternative que de laisser cette atmosphère électrique courir le long de la frontière, sachant que la moindre opportunité peut être saisie, par un bord ou l’autre,  pour déclarer que l’ultime limite a été franchie pour la seconde fois.

Elle a toutes les chances d’avoir lieu dès que le Hezbollah ne saura plus comment se sortir de l’impasse dans l’affaire Hariri. Sauf à exfiltrer ses hommes de main vers Téhéran, de façon à ce qu’ils échappent à une Justice internationale que ne reconnaît pas le front du refus anti-occidental dirigé par Ahmadinedjad.

Sur le plan diplomatique, Israël doit encore dissiper bien des illusions persistantes, dans les esprits occidentaux, à propos du fonctionnement interne de la politique libanaise.  Le Général Giora Eiland insiste sur ce point qu’Américains comme Européens persistent à diviser sa classe politique en deux clans opposés, dont aucun des intérêts de long terme ne coïncideraient. Ce qu’il appelle la théorie des « good guys » s’opposant aux « bad guys ».   Dans l’un, nous aurions les Sunnites d’Hariri fils, les Druzes de Joumblatt et les Chrétiens de Samir Geagea. Dans l’autre, le Hezbollah de Nasrallah, le Courant du Général Aoun, grand perdant des élections, Amal, les agents de l’Iran et de la Syrie.
Jusqu’à un certain point, cette césure demeure correcte. Mais on sait aussi que
Walid Joumblatt n’a pas hésité à franchir le Rubicon, de même que, gênés ou pas par la démarche, le Président Souleiman comme Saad Hariri sont des habitués de la cour de Damas. Aucun ne saurait officiellement prendre la moindre distance avec le commanditaire bicéphale irano-syrien du Hezbollah.
Plus que de simple allégeance contrainte et forcée, et malgré la retenue imposée par les formes de protectorat occidental sur le Liban, cette configuration permet au cercle dirigeant libanais de faire avancer ses pions sur les deux tableaux, cumulant les avantages de chacun et rejetant ses inconvénients.

A l’ancien Etat-Major libanais à forte dominance chrétienne, soucieuse de la progression des musulmans sunnites ou chi’ites en son sein, s’est substitué un leadership militaire forgé par près de 50% de Chi’ites favorables au Hezbollah,  plus que soucieux de la souveraineté du Liban [???? leur allégeance à Téhéran la viole,  la souveraineté du Liban].
Le modèle de gouvernance libanais est identique aux
profits tirés par Bachar al-Assad des avances européennes et américaines en sa faveur, afin qu’il se détache de l’influence iranienne. Cela laisse à la Syrie comme au Liban la marge de manœuvre suffisante pour réclamer toujours plus d’aide financière, diplomatique et militaire aux Etats-Unis, à Nicolas Sarkozy et l’OTAN, pour renforcer leurs dispositifs, sans modifier leurs propres positions sur le fond des dossiers.
Or, la posture n’a pas varié d’un iota depuis 1948 : elle équivaut à un état de guerre permanent, même quand il n’y a pas belligérance effective.
De fait, on a vu la France et les Etats-Unis offrir du matériel militaire électronique sophistiqué au Liban, pendant que Damas et Téhéran se chargeaient des « à-côtés » : Scuds, M-600, etc.  La question du retournement de l’armée libanaise semble ne s’être jamais posée à Paris et Washington, enthousiasmés par les résultats très partiels de la « révolution anti-syrienne du 14 mars ». Celle-ci est totalement inconsistante, dès lors que les officiels se précipitent aux pieds du leader alaouite à Damas.

Ceci nous conduit à l’analyse raisonnable du crime du 3 août 2010 comme la conséquence structurelle, et non la cause contingente, de l’état des forces en présence et de leur préparation au « prochain round ». Un pouvoir de façade à Beyrouth ne peut qu’adopter la posture de la « victime », entraînée malgré elle dans un règlement de compte régional, alors qu’il n’a rien fait de probant pour garder le contrôle sur sa propre armée déployée au Sud-Liban, dont les objectifs ne se démarquent en rien de ceux du Hezbollah.

Le temps de cette « prise de conscience » à Beyrouth, Washington, Paris et Bruxelles, est l’objet de cet ultimatum, tout le reste n’étant que pourrissement annoncé de la situation frontalière, entre deux « incidents ».

L’évolution de la situation à Téhéran influe grandement sur ce renforcement de la « ligue du Levant », à laquelle s’est jointe la Turquie, ces dernières années. De la capacité des Pasdaran à rester maître du jeu dépendront les choix de leurs alliés. Chaque annonce de nouveau trouble en Iran, explosion dans une usine pétrochimique, menace sur la vie-même d’Ahmadinedjad, embuscade dans laquelle succombent des gardiens de la Révolution, fait à nouveau rouler les dés sur le tapis vert-islam d’une région au bord du chaos. Il resterait, néanmoins, surprenant, que l’Iran s’avère, très rapidement, être le « maillon faible » de cette alliance en partie construite sur les opportunismes des caciques locaux… »


Marc Brzustowski


Le site de l’Association Suisse-Israël Vaud est régulièrement mise à jour.  Visitez-le : http://www.suisse-israel-vaud.ch/

De la lecture pour les vacances. Si vous avez du temps libre pour méditer ça…

Période propice à la lecture en ces périodes de vacances. Je vous ai déniché ça:

http://igitur-archive.library.uu.nl/student-theses/2010-0805-200459/L’islam%20dans%20les%20quotidiens%20francais%20et%20neerlandais%20-%20K

Prenez le temps de lire, ça vaut le détour. Et, à la rentrée, on en recause…

FDF

.

Merci à FM pour l’info…

Les trois armes islamiques pour la conquête de notre France…

Regardez, écoutez, mémorisez et réfléchissez… L’islamisation de notre Patrie utilise maintenant trois armes qui, ensemble, commettent d’irréparables dégâts. Ce sont: Halal, ramadan, émeutes. Et partout, en Europe, la stratégie est identique…

Français, réveillez vous !

FDF

.

lundi 9 août 2010

« La semaine dernière, notre lecteur Fabien Engelmann nous alertait sur la campagne halal, qui, dans 150 villes, avec 6.000 affiches grand format, à la veille du ramadan, allait envahir les panneaux publicitaires (1). De nombreux lecteurs, indignés, nous font parvenir des photos de ce qu’ils considèrent comme une provocation insupportable. Comment leur donner tort ? Comment ignorer les conditions particulièrement barbares dans lesquelles les animaux sont sauvagement égorgés ? Comment accepter qu’avec la complicité de Michèle Alliot-Marie, alors ministre de l’Intérieur chargée des relations avec les cultes, les règles européennes, exigeant l’étourdissement des animaux, soient allègrement contournées ? Comment ne pas s’interroger sur cette façon particulièrement inhumaine de l’égorgement du mouton, et la fascination de l’égorgement des islamistes, quand ils exécutent de cette manière un mécréant, ou quiconque est considéré comme un animal dans une certaine lecture du Coran ?

Surtout, comment ne pas s’inquiéter de l’ampleur de l’offensive du halal, dans notre pays. Cette campagne fort provocatrice n’est qu’une nouvelle étape dont nous connaissons l’objectif : imposer le halal partout où cela est possible, comme le voile ou les constructions de mosquées, pour mieux marquer la société française de l’empreinte de l’islam. Hier, on demandait une viande de substitution dans les cantines. Aujourd’hui, des enfants de 5 ans refusent toute viande qui ne soit pas sacrée. Des témoignages nous arrivent sur des fêtes scolaires de fin d’année, où le halal est la seule viande disponible. Dans les colonies de vacances ou des enfants se voient proposer uniquement de la viande halal , devenant ainsi adeptes de l’islam malgré eux, par nourriture interposée obligatoire (témoignage d’une lectrice dans RL 156).

L’imam des gendarmes se vante que son action ait permis que les militaires musulmans puissent se nourir halal. Des commandos d’élites parachutistes reçoivent également des portions de la viande sacrée ! (2) Des CRS subissent le halal ! Des restaurants Quick ou KFC ne proposent plus que cette viande à leur clientèle. Dans les cantines d’entreprise, la pression est de plus en plus forte. Un imam osait expliquer, en demandant que dans les écoles françaises, tout le monde mange halal, que cela ne nous dérangeait pas, nous autres mécréants, alors que cela était obligatoire pour les musulmans. Pourquoi se gêner ?

En imposant le halal partout où cela est possible, ces musulmans font passer un message clair à l’ensemble de la société française : nous ne nous adapterons pas à vos traditions alimentaires, mais vous devez vous conformer aux nôtres !

Il n’est pas innocent que cette campagne intervienne à quelques jours du début du ramadan. Là encore, nous allons avoir droit, lors de la rentrée scolaire, à des nombreuses demandes d’accommodements raisonnables (3) . Des élèves vont rentrer en retard à l’école, des salariés vont demander des aménagements d’horaire. Plus grave, il va être de plus en plus difficile à des familles maghrébines de résister à cette pression sociale de plus en plus forte. Interrogé par la mission parlementaire sur le voile intégral, Xavier Lemoine, le maire de Montfermeil, parlait de groupes religieux qui, par trois, exerçait un véritable contrôle politique sur les voisins, se permettant de frapper à leur porte, le midi, pour vérifier s’ils ne mangent pas (4) . Il parlait également de ces exemples où un travailleur était réveillé à 23 heures, pour faire la fête avec les bons musulmans, voire de ceux qui osaient fouiller les poubelles de leur voisin, p our vérifier s’ils ne mangeaient pas de porc !

Que dire de ces exemples à l’école, où des enfants descendant de l’immigration post-coloniale se voient menacés, et parfois frappés, s’ils osent aller à la cantine le midi. Naturellement, pendant cette période, nous aurons droit, tous les jours, dans le quartier de la Goutte d’Or, à l’occupation de l’espace public par les prières musulmanes. C’est là encore une logique séparatiste, sexiste et ségrégationniste qui s’avance, comme l’a démontré tant de fois notre collaborateur Pascal Hilout, né Mohamed, et qui n’a jamais été démenti.

Faut-il rappeler ce rapport des hôpitaux de Tunis qui expliquaient que les entrées aux urgences étaient multipliées par 3 ou 4 pendant le ramadan, avec toute la liste des pathologies spécifiques : syncopes, hypoglicémie, morts de vieillards par déshydratation, brûlures d’estomac, accidents de la route (somnolence ou précipitation pour rompre le jeûne), bagarres, passage à tabac de supposés « mécréants », etc. Et c’est la même chose en France, sauf que c’est la Sécu qui paie pour cette pratique obscurantiste. En imposant le ramadan de manière de plus en visible à l’ensemble de la société française, ces musulmans font passer un message fort : ce n’est pas à nous de nous adapter à votre modèle laïque, c’est à votre société, et à vos entreprises, de vous plier à nos coutumes religieuses.

Enfin, suite au discours de Sarkozy, les bonnes âmes de gôche, sous l’égide de la LDH, se sont réunies et ont décidé de répondre aux « mesures liberticides de Sarkozy » en appelant à une grande manifestation, le 4 septembre, à Paris et dans les villes de province. (5) On y retrouve toute la gauche, l’extrême gauche, les associations anti-racistes, les organisations syndicales. Et cela le même jour que l’initiative de Résistance républicaine, (6) qui, autour d’un apéro républicain, entend commémorer les 140 ans de l’anniversaire de la IIIe République, et montrer l’incompatibilité entre la charia et les lois républicaines.

Manque de chance pour nos bien-pensants, le peuple, encore une fois, n’a rien compris, et approuve majoritairement l’esprit du discours de Grenoble. (7) Car, pendant que les petits bobos, bien au chaud dans leurs beaux quartiers, s’indignent et gesticulent, les vraies classes populaires souffrent. Elles voient bien que l’offensive de l’islam et de la voyoucratie, souvent menée par les mêmes personnages, est de plus en plus inquiétante. Ils sentent bien que le pays est en train de foutre le camp. Quand on tire à balles réelles sur les forces de l’ordre, quand les élèves ne respectent plus les enseignants, quand les jeunes n’obéissent plus aux anciens, quand la loi du plus fort s’impose contre le vivre ensemble, c’est notre modèle laïque et républicain qui se délite, c’est le communautarisme et sa logique séparatiste qui s’avance, c’est le fascisme qui se met en place, et c’est une lo gique de guerre civile qui se prépare.

En multipliant les émeutes, et les violences, caïds et musulmans – souvent les mêmes, il suffit de voir la composition des prisons – font passer un message clair à nos élus : laissez l’islam faire la loi dans nos quartiers, débarrassez-nous de votre République, de ses services publics, de ses forces de l’ordre, de son école laïque et de ses principes égalitaires hommes-femmes. Nous avons nos mosquées, nos imams, et notre économie parallèle, nous nous débrouillerons avec cela.

René Marchand, spécialiste de l’islam, rencontré le 18 juin, sur les Champs Elysées, nous a fait passer, ce jour là, amicalement un message : ne considérez jamais l’islam seulement comme une religion ! (8) Il suffit de l’écouter attentivement pour bien comprendre que le voile, le ramadan, le halal, les mosquées, les émeutes, l’immigration et la démographie sont différentes stratégies visant à la conquête de notre pays.

Force est de reconnaître qu’avec les Sopo, Tubiana, Jakubowicz, Fourest, Aubry, Besancenot, Mamère, Chevènement, Buffet, Mélenchon, Raoult, Bayrou, Villepin, Fillon, Juppé, Soral, ils auront trouvé des alliés inespérés, de l’extrême gauche à l’extrême droite.

Dire que certains, dont le Syndicat de la Magistrature – qui n’en aura jamais manqué une – en sont à défendre le polygame salafiste nantais, Lies Badj, maintenu en détention pour des broutilles : quatre épouses racquettées, parfois battues, quelques fois violées, toutes niquabisées… Forcément victime de la stig-ma-tisa-tion gouvernementale, le malheureux !

Il faut être sot, aveugle ou borné pour ne pas voir que le vrai fascisme du 21e siècle, celui qui menace notre civilisation, n’est certainement pas du côté de Sarkozy, de Marine Le Pen, des Identitaires ou des habitués du « Local » – quels que soient les désaccords qu’on puisse avoir avec eux. Il est du côté des salafistes comme Lies Badj, et des voyous, souvent islamisées, unis par la même haine de la France laïque, et par la même volonté d’y imposer leur loi. »

(1) http://www.ripostelaique.com/Les-pro-halal-passent-a-l.html

(2) http://www.lepost.fr/article/2010/08/02/2172194_des-rations-halal-dans-l-armee-francaise.html

(3) http://www.ripostelaique.com/Le-ramadan-s-annonce-avec-son-lot.html

http://www.bivouac-id.com/2010/08/06/bientot-ramadan-goinfrez-vous/

(4) http://www.bivouac-id.com/2010/08/04/xavier-lemoine-%c2%abdes-personnes-determinees-organisees-essayent-de-substituer-un-societe-a-une-autre%c2%bb/

(5) http://www.mrap.fr/communiques/xenophobietat

(6) http://www.ripostelaique.com/Aperitif-republicain-le-4,4819.html

(7) http://www.lefigaro.fr/politique/2010/08/05/01002-20100805ARTFIG00506-securite-les-annonces-de-la-majorite-plebiscitees.php

http://www.lefigaro.fr/assets/pdf/18819Rapport.pdf

(8) http://www.bivouac-id.com/2010/08/04/redif-rene-marchand-la-strategie-de-lislam-pour-conquerir-leurope/

.

Source: Riposte Laique

Face aux intimidations islamistes, que doit faire le monde libre?

Piqûre de rappel…
FDF



Le monde libre doit s’exprimer librement, malgré toutes les menaces. Je reprend donc ici le texte de l’article qui a valu au Figaro d’être interdit en Tunisie et à son auteur, Robert Redeker, d’être menacé de mort jusqu’à devoir être placé sous protection policière.

« Les réactions suscitées par l’analyse de Benoît XVI sur l’islam et la violence s’inscrivent dans la tentative menée par cet islam d’étouffer ce que l’Occident a de plus précieux qui n’existe dans aucun pays musulman : la liberté de penser et de s’exprimer.

L’islam essaie d’imposer à l’Europe ses règles : ouverture des piscines à certaines heures exclusivement aux femmes, interdiction de caricaturer cette religion, exigence d’un traitement diététique particulier des enfants musulmans dans les cantines, combat pour le port du voile à l’école, accusation d’islamophobie contre les esprits libres.

Comment expliquer l’interdiction du string à Paris-Plages, cet été ? Étrange fut l’argument avancé : risque de «troubles à l’ordre public». Cela signifiait-il que des bandes de jeunes frustrés risquaient de devenir violents à l’affichage de la beauté ? Ou bien craignait-on des manifestations islamistes, via des brigades de la vertu, aux abords de Paris-Plages ?

Pourtant, la non-interdiction du port du voile dans la rue est, du fait de la réprobation que ce soutien à l’oppression contre les femmes suscite, plus propre à «troubler l’ordre public» que le string. Il n’est pas déplacé de penser que cette interdiction traduit une islamisation des esprits en France, une soumission plus ou moins consciente aux diktats de l’islam. Ou, à tout le moins, qu’elle résulte de l’insidieuse pression musulmane sur les esprits. Islamisation des esprits : ceux-là même qui s’élevaient contre l’inauguration d’un Parvis Jean-Paul-II à Paris ne s’opposent pas à la construction de mosquées. L’islam tente d’obliger l’Europe à se plier à sa vision de l’homme.

Comme jadis avec le communisme, l’Occident se retrouve sous surveillance idéologique. L’islam se présente, à l’image du défunt communisme, comme une alternative au monde occidental. À l’instar du communisme d’autrefois, l’islam, pour conquérir les esprits, joue sur une corde sensible. Il se targue d’une légitimité qui trouble la conscience occidentale, attentive à autrui : être la voix des pauvres de la planète. Hier, la voix des pauvres prétendait venir de Moscou, aujourd’hui elle viendrait de La Mecque ! Aujourd’hui à nouveau, des intellectuels incarnent cet oeil du Coran, comme ils incarnaient l’oeil de Moscou hier. Ils excommunient pour islamophobie, comme hier pour anticommunisme.

Dans l’ouverture à autrui, propre à l’Occident, se manifeste une sécularisation du christianisme, dont le fond se résume ainsi : l’autre doit toujours passer avant moi. L’Occidental, héritier du christianisme, est l’être qui met son âme à découvert. Il prend le risque de passer pour faible. À l’identique de feu le communisme, l’islam tient la générosité, l’ouverture d’esprit, la tolérance, la douceur, la liberté de la femme et des moeurs, les valeurs démocratiques, pour des marques de décadence.

Ce sont des faiblesses qu’il veut exploiter au moyen «d’idiots utiles», les bonnes consciences imbues de bons sentiments, afin d’imposer l’ordre coranique au monde occidental lui-même.

Le Coran est un livre d’inouïe violence. Maxime Rodinson énonce, dans l’Encyclopédia Universalis, quelques vérités aussi importantes que taboues en France. D’une part, «Muhammad révéla à Médine des qualités insoupçonnées de dirigeant politique et de chef militaire (…) Il recourut à la guerre privée, institution courante en Arabie (…) Muhammad envoya bientôt des petits groupes de ses partisans attaquer les caravanes mekkoises, punissant ainsi ses incrédules compatriotes et du même coup acquérant un riche butin».

D’autre part,

« Muhammad profita de ce succès pour éliminer de Médine, en la faisant massacrer, la dernière tribu juive qui y restait, les Qurayza, qu’il accusait d’un comportement suspect ».

Enfin,


« après la mort de Khadidja, il épousa une veuve, bonne ménagère, Sawda, et aussi la petite Aïcha, qui avait à peine une dizaine d’années. Ses penchants érotiques, longtemps contenus, devaient lui faire contracter concurremment une dizaine de mariages ».

Exaltation de la violence : chef de guerre impitoyable, pillard, massacreur de juifs et polygame, tel se révèle Mahomet à travers le Coran.

De fait, l’Église catholique n’est pas exempte de reproches. Son histoire est jonchée de pages noires, sur lesquelles elle a fait repentance. L’Inquisition, la chasse aux sorcières, l’exécution des philosophes Bruno et Vanini, ces mal-pensants épicuriens, celle, en plein XVIIIe siècle, du chevalier de La Barre pour impiété, ne plaident pas en sa faveur. Mais ce qui différencie le christianisme de l’islam apparaît : il est toujours possible de retourner les valeurs évangéliques, la douce personne de Jésus contre les dérives de l’Église.

Aucune des fautes de l’Église ne plonge ses racines dans l’Évangile. Jésus est non-violent. Le retour à Jésus est un recours contre les excès de l’institution ecclésiale. Le recours à Mahomet, au contraire, renforce la haine et la violence. Jésus est un maître d’amour, Mahomet un maître de haine.

La lapidation de Satan, chaque année à La Mecque, n’est pas qu’un phénomène superstitieux. Elle ne met pas seulement en scène une foule hystérisée flirtant avec la barbarie. Sa portée est anthropologique. Voilà en effet un rite, auquel chaque musulman est invité à se soumettre, inscrivant la violence comme un devoir sacré au coeur du croyant.

Cette lapidation, s’accompagnant annuellement de la mort par piétinement de quelques fidèles, parfois de plusieurs centaines, est un rituel qui couve la violence archaïque.

Au lieu d’éliminer cette violence archaïque, à l’imitation du judaïsme et du christianisme, en la neutralisant (le judaïsme commence par le refus du sacrifice humain, c’est-à-dire l’entrée dans la civilisation, le christianisme transforme le sacrifice en eucharistie), l’islam lui confectionne un nid, où elle croîtra au chaud. Quand le judaïsme et le christianisme sont des religions dont les rites conjurent la violence, la délégitiment, l’islam est une religion qui, dans son texte sacré même, autant que dans certains de ses rites banals, exalte violence et haine.

Haine et violence habitent le livre dans lequel tout musulman est éduqué, le Coran. Comme aux temps de la guerre froide, violence et intimidation sont les voies utilisées par une idéologie à vocation hégémonique, l’islam, pour poser sa chape de plomb sur le monde. Benoît XVI en souffre la cruelle expérience. Comme en ces temps-là, il faut appeler l’Occident «le monde libre» par rapport à au monde musulman, et comme en ces temps-là les adversaires de ce «monde libre», fonctionnaires zélés de l’oeil du Coran, pullulent en son sein. »


Par Robert Redeker, 28 Septembre 2006

Dans un pays musulman tel que la Belgique…

Ca devient grave; très grave…

FDF

09 août 2010

Le 6 août, la chaine de télévision belge VTM a reçu une lettre qui disait à propos d’Elio di Rupo :

« Au nom d’Allah, dans un pays musulman tel que la Belgique, un homosexuel ne peut en aucun cas devenir Premier ministre. »

La police judiciaire de Bruxelles prend « l’affaire au sérieux », a indiqué un porte-parole.

Nos amis suisses nous observent… Et leurs conclusions ne sont que la réalité.

Lu sur: http://tinyurl.com/35b2tfp


C’est malheureusement vrai, mais cette brève analyse résume parfaitement le climat qui règne actuellement sur la France… Vue d’outre-Hexagone, les conclusions sur notre situation sont accablantes; mais tellement vraies. Le pire est que c’est la triste image de notre pays que nous présentons à la face du monde. J’ai fort envie de m’exiler… En Suisse, tiens.

FDF

Un climat de guerre civile règne sur la Toile hexagonale.

Sécurité, islam, halal: Internet est devenu un champ de bataille où s’expriment angoisses et frustrations. Selon un sondage, les Français approuvent les mesures annoncées par l’Elysée

Trois mille trois cent soixante et un commentaires «postés» par des internautes sur le site français d’extrême droite Fdesouche.com. Cette déferlante de réactions fait suite aux émeutes survenues à la mi-juillet dans le quartier grenoblois de La Villeneuve, après qu’un braqueur de banques d’origine maghrébine a été tué lors d’un échange de tirs avec la police.

L’un des commentaires, signé du pseudonyme Vancleef, donne un aperçu très cru de ce qu’on peut lire sur ce forum: «[…] nous allons devoir éradiquer par n’importe quels moyens cette racaille arrogante et nauséabonde qui n’a rien à faire ici. Tous nos politiques verreux (sic) et lâches sont les seuls responsables de ce qui va arriver.» Et qu’est-ce qui va arriver?

Un climat de guerre civile règne sur la Toile hexagonale, comme si l’heure d’en découdre était venue. Cette poussée belliciste s’inscrit dans un contexte de fracture à la fois territoriale, ethnique et confessionnelle. Deux mondes se font face, se toisent et parfois s’affrontent: l’un, halal, l’autre, non halal. Tel est le glissement identitaire auquel on assiste. Dans le feu de l’action, la haine s’exprime: «De toutes les manières, vous êtes une sale race, on va vous tuer aussi», aurait dit un jeune de La Villeneuve à un policier, cité dans un article paru le 17 juillet sur le site tf1.fr.

Dans une tribune publiée par Le Monde daté du 4 août, Bernard-Henri Lévy reproche à Nicolas Sarkozy l’usage du mot de «guerre» dans son discours sur la sécurité prononcé le 30 juillet à Grenoble en réponse aux exactions perpétrées par un noyau d’habitants de La Villeneuve. «Quand les voyous parlent de guerre, c’est une provocation. Quand les Etats disent «chiche, la guerre!» cela s’appelle la guerre civile», écrit le philosophe, qui demande à l’Etat de mieux choisir ses mots, «précisément, ajoute-t-il, parce que la guerre civile menace».

Les Français ressentent-ils cette menace? Toujours est-il que, selon un sondage paru vendredi dans Le Figaro, ils approuvent dans une fourchette allant de 55 à 89% d’opinions favorables (plutôt favorables incluses), la batterie de mesures de sécurité annoncées à Grenoble par le président de la République. Des mesures dont chacun comprend qu’elles sont avant tout dirigées contre les Français issus de l’immigration, l’une d’elles prévoyant «le retrait de la nationalité française pour les délinquants d’origine étrangère en cas d’atteinte à la vie d’un policier ou d’un gendarme».

Page précédente12Page suivante

L’intégration est devenue irréalisable !

09 08 2010

Lu sur: http://tinyurl.com/24jf7xb

C’est sûr. Les échecs de l’intégration ne se comptent plus. Mais, malheureusement, le ver est dans le fruit… Tout ce que l’on peut apprendre en ce moment dans les médias sur la délinquance tous azimut et autres « bienfaits de l’immigration » en est la preuve. Les « chances pour la France », on semble en revenir… Sauf les associations bobos qui les soutiennent. Mais pour ces dernières, on ne peut plus rien pour elles… La préférence non-nationale est leur survie…

FDF

.

Interview:

« L’intégration consiste à accueillir des populations étrangères issues de divers pays venues de leur propre gré en France afin de s’y établir, d’y travailler, d’y fonder une famille et d’y rester en devenant Français (s’ils le souhaitent) pour les primo arrivants et en l’étant de fait pour leurs enfants nés sur le sol Français.
La France est incontestablement un pays ou l’intégration a fonctionné pendant des décennies.
Elle a accueilli des Russes, des Italiens, des Espagnols, des Portugais, des Polonais…au gré des guerres, crises économiques, crises politiques en Europe. Tous ces Européens se sont parfaitement intégrer en France. La génération née sur le sol Français a été à l’école, suivi des études, pratiqué des activités sportives, culturelles, a eu des copains, des copines, s’est marié avec des jeunes filles…comme tous les Français de leur age. Il n’y a pas eu de problèmes majeurs avec ces populations.
Aujourd’hui la France en ait à la troisième, voire quatrième génération de Français dont les parents ou grands-parents sont d’origine Maghrébine ou Africaine et ces Français ne sont toujours pas intégrés voire pour certains rejettent cette intégration.
On nous dit que c’est l’urbanisme, le chômage, le racisme qui sont responsables de cette non-intégration. Or les Européens ont vécu ensemble sans problèmes dans les mêmes cités, les mêmes villes de banlieue, ont subi eux aussi le chômage et sont pourtant intégrés.
Reste le racisme. Qu’en est-il ?
Les Maghrébins et Africains se sont progressivement et massivement installés dans ces cités. Ils ont alors vécu, entre eux, selon leurs coutumes, leurs traditions, leurs cultures, leur religion. Résultat prévisible de deux mondes qui s’entrechoquent : les Européens sont partis de ces cités. Est-ce du racisme ?
Puis la délinquance à grande échelle s’est développée dans ces cités et aux alentours (dégradations de lieux publics, vols, viols, agressions, trafics…). Résultat prévisible : les Européens ont quitté ces villes de banlieue appelées maintenant « sensibles ». Est-ce du racisme ?
Un autre effet pervers de cette ghettoîsation est que l’école républicaine laîque, autrefois facteur essentiel de l’intégration, se trouve confrontée dans ces villes à un problème majeur : elle ne peut plus jouer son rôle dans des conditions normales.
En effet dans les classes ou 95% des élèves sont d’origine Africaine et ou Maghrébine (les Européens ayant fui) dont certains rejettent carrément l’enseignement voire agressent les enseignants, comment assurer une certaine réussite scolaire. Est-ce du racisme ?
Et il y a enfin, et ce n’est pas le moindre, le poids de la religion. On aurait pu penser que la religion même différente de celles des Européens aurait pallier aux défauts d’éducation parentale, assuré une certaine morale, recadré les délinquants, voire faciliter l’intégration. Et bien pas du tout !
On ne compte plus les entorses à la laîcité, voire à la loi : port du voile à l’école, port du voile intégral, exigences de menus exclusivement hallal à la cantine scolaire, préemption de la voie publique pour les prières, jours de piscine exclusivement réservés aux femmes, importation politique du conflit israélo-palestinien, polygamie, prosélytisme exacerbé, prêches anti chrétiens, anti occident, soutien aux pires extrémistes…
L’intégration autrefois réussie est devenue la réalité du communautarisme, contraintes de partger un territoire, les populations se rejettent mutuellement. »

Talibans: une Afghane exécutée en public !

Exemple d’application de la charia: sympa, non?

On a du mal d’y croire… Et pourtant, c’est malheureusement vrai. « C’est l’islam radical, c’est pas nous », vont nous dire les muzz du coin… En attendant, ces moeurs pour le moins barbares ont le même dénominateur commun: le « saint » coran, et ses versets abrogés et abrogeants…

Un conseil à la communauté musulmane: nettoyez vos écuries et au lieu de vouloir déclarer sans cesse la guerre à l’Occident, débarrassez vous de ces cons. Ce serait nettement meilleur pour votre….. « image de marque ».

FDF

09/08/2010

Une Afghane, veuve et enceinte, a été fouettée avant d’être exécutée en public de trois balles à la tête par les talibans qui l’accusaient d’adultère, selon la police locale.

Bibi Sanubar, 35 ans, a été retenue pendant trois jours par des talibans, a reçu 200 coups de fouet, puis exécutée en public dans un bastion taliban de la province de Badghis, dans l’ouest de l’Afghanistan, selon Ghulam Mohammad Sayeedi, le numéro 2 de la police provinciale. Les talibans accusaient la veuve d’adultère.

« Elle a été exécutée de trois balles dans la tête en public alors qu’elle était enceinte », a déclaré M. Sayeedi qui ne précise pas depuis quand elle était veuve.

Pieds et mains coupés en cas de vol.

La victime a été tuée par un commandant taliban local, Mohammad Yousuf. Son corps a ensuite été jeté dans un secteur contrôlé par les forces afghanes de sécurité.

Cette exécution rappelle les procès conduits sous le régime des talibans. Les scènes de lapidation de personnes coupables d’adultère aux yeux des talibans avaient émaillé les années 1996-2001.

Les talibans, qui prônent une application rigoriste de la loi islamique, coupaient mains et pieds aux Afghans reconnus coupables de vol.
Fin décembre 2009, six « espions » afghans avaient été décapités par des talibans dans l’Oruzgan, un fief des insurgés du sud de l’Afghanistan.

Les talibans qualifient d' »espions » à la solde des forces internationales les Afghans qui travaillent pour elles ou ceux qui ont des positions plus modérées que les leurs, y compris chez les rebelles.

Source: http://tinyurl.com/29mxs5o

Hebbadj mis en examen pour viols et laissé libre !!!

C’est pas un beau p’tit couple, ça? Pourvu qu’ils ne se reproduisent pas…

.

Eh oui, ce con dangereux, haineux, provocateur, musulman, la « crème », quoi, a été mis en examen pour viols… Mais est ressorti auréolé par les médias… De quoi le rendre encore plus « dangereux, haineux, provocateur, musulman« …

En tout cas, ce qui est sûr, on ne peut pas dire qu’il relève le niveau des sensibilités musulmanes, avec toutes les casseroles qu’il traîne depuis un moment… Pourvu que la loi de déchéance de la nationalité passe. Qu’il en profite bien, avant, Hebbadj… Car, si ça passe, on ose espérer qu’il sera dans le premier wagon…

FDF

.

L’histoire:

« Le compagnon de la femme verbalisée en avril pour conduite avec un niqab à Nantes a été entendu par la police judiciaire à la suite d’une plainte de l’une de ses ex-femmes, avec laquelle il a été marié religieusement. Cette jeune femme avait exprimé sur un blog de lourds reproches à l’encontre de son ex-mari, en évoquant notamment des maltraitances.

Cette affaire avait fait l’objet d’une enquête, qui s’était soldée par un classement sans suite

Pas de témoin ni de certificat médical…

Les dernières accusations de la jeune femme datent du 5 août. Elles portent cette fois sur des viols et des violences, qu’elle dit avoir subis entre 2003 et 2007, a précisé ce jour Xavier Ronsin, procureur de la République de Nantes, qui a confirmé que l’enquête préliminaire avait bien été confiée à la PJ. Pour les enquêteurs, les investigations s’avèrent on ne peut plus délicates : ils ne disposent ni de témoins, ni de certificat médical qui pourraient confirmer ou infirmer les dires de l’ex-femme de Lies Hebbadj. À l’époque visée, le couple était encore marié.

Rappelons que fin avril, Lies Hebbadj avait déposé plainte pour diffamation, contre cette femme et ceux qui relayaient le contenu du blog.


Le commerçant rezéen devra passer une nouvelle nuit dans les geôles. Sa garde à vue, qui a commencé hier vendredi vers 20 h, a été prolongée de 24 heures. Lies Hebbadj a été entendu par la police judiciaire après des accusations de viols et de violences portées par une ex-compagne. Cette jeune femme a récemment été mise en examen pour escroquerie dans le cadre du dossier d’instruction qui concerne également le Rezéen. Le procureur de la République de Nantes, Xavier Ronsin a demandé aux enquêteurs de la police judiciaire d’organiser une confrontation avec l’accusatrice du commerçant. Quant aux suites judiciaires, Xavier Ronsin a décidé que Lies Hebbadj devait être  laissé libre.

Cécile de Oliveira, l’avocate de Lies Hebbadj, a confié ce samedi sa crainte d’une instrumentalisation judiciaire du pouvoir politique : « Oui, je fais le lien entre cette nouvelle affaire et le discours nauséabond actuel sur la déchéance de la nationalité française », a-t-elle précisé. »

.

FDF: faut pas demander de quel bord politique elle est, cette avocate…

Page suivante »