Francaisdefrance's Blog

08/08/2010

Génocide. L’ancien sous-préfet rwandais se cachait à Carcassonne!

FRANCE: terre d’asile… Plusieurs milliers de Tutsis massacrés à son actif, le mec… Et en France, on l’accueille. On a eu chaud qu’on ne le gratifie pas de la Légion d’ Honneur, ce con, au nom du devoir de mémoire, de la repentance ou je ne sais quelle autre invention! Comment voulez vous que le reste du monde nous respecte?

FDF

Excavation d’un charnier à Bigogwe…

07/08/2010

Les crânes de quelque 5000 victimes du génocide rwandais de 1994 au mémorial de Kigali Marco Longari.

Les crânes de quelque 5000 victimes du génocide rwandais de 1994 au mémorial de Kigali

Au début des années 2000, Dominique Ntawukulilyayo, pensait avoir trouvé, à Carcassonne, dans le quartier du Viguier, le refuge idéal. Cet ancien sous-préfet rwandais a pourtant été rattrapé par son passé et par la justice internationale. Mardi, le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) l’a condamné à 25 ans de prison après avoir été reconnu coupable de génocide à l’encontre de plusieurs milliers de Tutsis. En 1994, Dominique Ntawukulilyayo, alors responsable administratif de la sous-préfecture de Gisagara (sud), frontalière du Burundi, avait eu un rôle singulièrement actif dans un massacre perpétré en avril, de la même année. Selon le jugement, l’ancien sous-préfet a, dans l’après-midi ou la soirée du 23 avril 1994, transporté des militaires sur la colline de Kabuye (dans son entité administrative) où s’étaient réfugiés des Tutsis. Il a quitté les lieux après avoir permis à ces militaires de se positionner pour ensuite ouvrir le feu sur les Tutsis, indique le jugement qui souligne que «des centaines voire des milliers de personnes ont été tuées ou blessées». Quelques mois plus tard, Dominique Ntawukulilyayo avait quitté comme plusieurs centaines d’autres responsables Hutus son pays, trouvant d’abord en refuge en Belgique puis en France. Au Viguier, où il s’était installé avec son épouse, l’homme aujourd’hui âgé de 68 ans, menait une vie tranquille et s’était même impliqué dans le monde associatif… pour venir en aide aux enfants rwandais. Dominique Ntawukulilyayo avait été interpellé à Carcassonne le 16 octobre 2007 , avant d’être extradé vers Arusha (Tanzanie), où siège le TPIR.

Source: http://tinyurl.com/38srk9b

Un commentaire »

  1. que des pourris…

    Commentaire par henri — 08/08/2010 @ 15:44 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :