Francaisdefrance's Blog

05/08/2010

Invasion islamiste et délinquance tous azimuts: pas gâtés, les Niçois…

Désolé pour la « redondance »… Tout le monde se rend maintenant compte qu’ islamisation et délinquance sont étroitement liés… Il a fallu du temps, mais les faits sont là, désormais en plein jour.  Mais il est certain que les adeptes de la « religion d’amour, de paix et de tolérance » ont les poils (de barbe) qui dressent quand on leur colle ça en pleine tronche. Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir prévenu. Il n’y a que la vérité qui blesse…
FDF
.

04.08.2010

Un entretien avec Philippe Vardon paru dans Minute du 28 juillet 2010.




Philippe Vardon est président de Nissa Rebela, le mouvement identitaire niçois, et membre du bureau exécutif du Bloc identitaire. Il a dirigé la liste identitaire Nissa (pour Nice Identité Sécurité Solidarité Action) aux municipales de 2008. Profondément enraciné, Niçois de vieille souche, il mène une véritable guérilla contre la politique mise en œuvre par la majorité estrosiste. Il nous présente un portrait édifiant de la réalité d’une grande ville administrée par l’un des plus proches amis de Nicolas Sarkozy.

Minute : Alors, Philippe Vardon, qu’est-ce que cela fait de vivre dans une grande ville dirigée par un véritable homme de droite ?

Philippe Vardon : J’aurais compris que vous me posiez cette question avant mars 2008, mais aujourd’hui ! Contrairement à ce que le maire veut faire croire, Nice n’est pas dirigée par un homme de droite ! D’ailleurs Christian Estrosi a tout fait pour se débarrasser de cette image droitière héritée de son entrée en politique comme « bébé Médecin », comme héritier de Jacques Médecin, qu’il a d’ailleurs plusieurs fois renié…
Christian Estrosi, fils de Piémontais, se présente maintenant comme fils d’immigrés, ce qui lui permet de se dire proche des immigrés maghrébins ou Africains qui seraient délaissés ! Il copie Sarkozy dans tout ce qu’il a de pire. Il s’est fait son casting « diversité » au conseil municipal avec Fatima Khaldi, Maghrébine issue des « quartiers chauds », ersatz de Fadela Amara, et Maty Diouf, Sénagalaise de naissance, dans le rôle de Rama Yade. Même chose avec l’« ouverture à gauche » : il déclare volontiers sa flamme à l’actrice Sophie Duez, élue sur la liste socialiste mais débauchée au profit d’un poste en mairie concernant un vague projet de centre artistique contemporain dont aucun Niçois n’a encore compris le sens…
Il s’est aussi mis à la mode verte, pas le vert de nos voisins italiens de la Ligue du Nord, mais celui des écolo-bobos parisiens. Et comme pour tout le reste, son écologie n’est qu’un vague vernis publicitaire. Le 14 juillet, il s’est payé le luxe de participer au défilé parisien le matin, et au niçois l’après-midi… Ce très utile déplacement en avion étant sans aucun doute garanti sans émission de carbone !
La réalité, c’est que sur bien des points Christian Estrosi mène une politique plus à gauche que si les socialistes avaient emporté la mairie en 2008 !

Mais enfin, Christian Estrosi représente pourtant l’aile droite de l’UMP avec Thierry Mariani, Lionnel Luca et quelques autres élus du Sud ?

Si Christian Estrosi représente l’aile droite de l’UMP, je n’ose imaginer ce qu’il en est du reste de ce parti… Nous sommes très loin du Christian Estrosi des années 1980, celui qui se déclarait favorable aux accords électoraux avec le Front national et était un partisan résolu de la peine de mort. Ou de celui des années 1990, quand il bataillait contre le Pacs. Estrosi a sacrément mué et il célèbre aujourd’hui les Pacs dans la salle des mariages de la mairie, fête la rupture du jeûne du ramadan dans une famille musulmane et participe aux inaugurations de mosquées ! Elle a du plomb dans l’aile, l’« aile droite » !

Parlons-en de la mosquée. Vous avez mené campagne lors des municipales contre le projet de Grande Mosquée. Où en est-il ?

Christian Estrosi s’y était déclaré favorable en 2006 déjà, soutien réitéré il y a un an par son épouse Dominique (adjointe au maire). Par notre mobilisation, nous avons fait reculer Estrosi, mais les représentants du Conseil français du culte musulman affirmaient récemment que des discussions étaient en cours, et réclamaient même la Grande Mosquée dans les deux ans !
La véritable escroquerie est qu’une Grande Mosquée existe déjà à Nice, dans le quartier de l’Ariane. Et Christian Estrosi le sait très bien puisqu’il a participé, en 2007, à l’inauguration de ce site pouvant accueillir 800 personnes ! Lors de l’inauguration, Christian Estrosi avait poussé la dhimmitude jusqu’à déclarer à l’imam qu’il se sentait « chez lui » dans la mosquée. Dommage qu’il n’y soit pas resté et qu’il soit revenu chez nous…
L’existence de cette très vaste mosquée prouve bien une chose : ce que réclament les musulmans, c’est un véritable monument, avec minaret, affirmant de manière visible, je dirais même ostensible, la présence islamique. Cela, nous nous y opposons résolument.

Christian Estrosi a évoqué dans les médias Nice comme « la ville la plus sûre de France », vous confirmez ?

C’est une immense fumisterie. Notre ville est en proie à une vague d’insécurité et de violences jusque-là jamais rencontrée, même lorsque nous caracolions en tête de la délinquance à la grande époque des « vols à la portière ». Le soir du résultat des élections régionales, un conseiller municipal UMP me confiait qu’ils avaient perdu sur la question de l’insécurité mais que « Christian » ne pouvait pas le comprendre, car il était trop éloigné du quotidien des Niçois.
Et le quotiden des Niçois, ce sont les violences dans les transports (dans les trains, les bus, les tramways – avec un chauffeur agressé au sabre ! –, des viols…), c’est le règne des bandes sur la mythique avenue Jean Médecin et sur la Promenade des Anglais le soir venu, c’est la vieille ville transformée en repère de dealers, ce sont les cambriolages en série – je viens moi-même d’être cambriolé ! –, les braquages de bijouterie, les agressions de vieilles dames à la sortie des cimetières, etc.
Notre ville va très mal et la réponse municipale n’est que cosmétique. Ce ne sont pas des caméras (quelle chance d’être filmé lorsqu’on se fait agresser !) ou des portiques de sécurité à l’entrée des collèges qui y changeront quelque chose. Il faut un véritable courage politique et Christian Estrosi en est malheureusement dépourvu.

Beaucoup de gens ont pu voir circuler sur internet des photos d’émeutes sur l’avenue Jean Médecin, il y a un an, en marge des manifestations pour Gaza…

Oui, ce diaporama de « Nice Matin » tourne encore énormément. Ces images sont très choquantes, mais je peux vous assurer qu’en comparaison des événements en eux-mêmes ce n’est rien. J’étais avec un de nos militants sur l’avenue au moment où la police a reçu l’ordre de laisser les manifestants passer. J’ai pu assister de mes yeux à cette démonstration de haine (on était bien loin d’une manifestation humanitaire) et à l’impuissance des pouvoirs publics. Je vous laisse imaginer l’ambiance lorsque l’un des « manifestants » (comprenez racaille ayant agrémenté son survêtement d’un keffieh et alternant « allah ouakbar » et « nique la France ») m’a reconnu…
Bien que gravissimes, ces faits ne sont pas isolés. Lors des victoires de l’équipe de foot d’Algérie, le centre ville a été pris d’assaut. Chaque samedi les mariages sont prétextes à des manifestations de patriotisme étranger, et tout récemment encore, quarante musulmans ont bloqué la circulation du tramway pour réclamer la restitution du corps d’un proche afin de pouvoir le rapatrier et l’inhumer en Tunisie. Le corps de cet homme était conservé pour les besoins de l’enquête : il avait été tué d’un coup de couteau dans une rixe…

Pourtant, Estrosi apparaît comme un vrai Niçois, passionné pour sa ville et ses habitants…

Estrosi a été élu sur un mensonge. Il avait promis de se consacrer uniquement à Nice. Dès qu’il a pu, il est remonté à Paris dans les ministères. Pour lui, Nice n’est qu’un faire-valoir, un strapontin.
Il se situe profondément en rupture avec la tradition des édiles niçois. Il a été élu grâce à sa proximité avec le pouvoir, grâce à la puissance d’un parti, et il se fait le fidèle représentant du gouvernement à Nice, là où, auparavant, nos maires étaient toujours plus ou moins en rupture (Médecin, homme de droite anti-gaulliste, puis Peyrat l’ex-FN) et portaient la parole niçoise à la capitale. S’ils finissaient ministres, c’était plutôt en tant que baron local que de fidèle serviteur… Quant à la considération d’Estrosi pour les Niçois !

Je sens que vous allez me parler de l’embauche des frères Amara…

Oui, mais pas seulement. On est exactement dans le même schéma : pour faire plaisir à sa collègue du gouvernement, pour être bien en cour à Paris, Estrosi a embauché deux frères de Fadela Amara à Nice, l’un à la mairie, l’autre à la communuaté urbaine. Comme s’il n’y avait pas de Niçois qui cherchaient des emplois ou des stages…
Qu’attendre de mieux de toute façon de celui qui a fait ratifier la Charte de la diversité par le conseil municipal, et donc introduit le principe de la discrimination positive dans la politique d’emploi de la ville ?

En vous entendant, on a moins envie de venir passer ses vacances à Nice du coup…

Nice est une ville magnifique, le Pays niçois avec sa mer et ses montagnes est forcément pour moi le plus bel endroit du monde. L’affluence touristique semble prouver que je n’ai pas totalement tort, mais je dois avouer qu’aujourd’hui, pour les indigènes que nous sommes, la ville est devenue terriblement difficile à vivre. Violence, « kebabisation » des quartiers, fiscalité en hausse (20 % d’augmentation des impôts locaux sous la première année de la magistrature Estrosi !), tout est fait pour faire fuir les authentiques Niçois qui n’ont pas les revenus du maire de la ville.

Il y a pourtant une véritable opposition de droite au conseil municipal avec les neuf conseillers municipaux élus sur la liste de Jacques Peyrat ?

Les deux vous voulez dire ? Car les sept autres ont rejoint la majorité municipale quelques mois après leur élection ! Jacques Peyrat porte une responsabilité énorme dans cette absence d’opposition de droite à Estrosi. Tout d’abord car il a refusé de réaliser la liste de large union que tout le monde attendait de lui (incluant la droite nationale et les identitaires) et a donc fait élire des gens dont on voit la fiabilité ; ensuite parce qu’il a démissionné et refusé de siéger au conseil, facilitant l’éclatement de son groupe. Les Niçois ayant voté pour lui ne décolèrent pas.

Et le FN ? Il a encore réalisé un bon résultat lors des élections régionales.

Oui, mais faire un score avec Jean-Marie Le Pen comme tête de liste et exister localement, c’est très différent. Le FN n’a quasiment plus d’existence réelle sur Nice. C’était déjà le cas lors des municipales où il avait vu son score chuter de 10 points.

Vous pensez donc incarner la seule opposition au système Estrosi sur Nice ?

La seule, je n’espère pas, mais la principale, c’est certain. Nous ne laissons rien passer, et Christian Estrosi sait qu’à chaque faux pas nous sommes présents pour réinformer la population (grâce à notre journal gratuit diffusé dans toute la ville par exemple), manifester (nous l’avons ainsi fait reculer sur son projet dément de tramway sur la Promenade) et lui mener la vie dure.
Ces derniers mois nous avons encore démontré notre capacité de mobilisation, et notre poids grandissant au sein de la population, que cela soit par des opérations concrètes de solidarité face à l’insécurité (sécurisation des gares et des trains), contre la falsification de notre mémoire, ou encore contre la spéculation immobilière, en bataillant avec les habitants de tout un quartier contre la destruction d’un bâtiment ancien par les rapaces de Bouygues, avec la complicité passive de la mairie. Là aussi, il a dû faire machine arrière.

Nous pouvons donc imaginer que vous réfléchissez aux municipales de 2014 ?

Et aux cantonales de 2011 pour commencer, en faisant monter la fronde des cantons niçois et du haut-pays.
Pour les municipales de 2014, le véritable enjeu sera de constituer une seule liste à la droite d’Estrosi pour enrayer la politique suicidaire dans laquelle celui-ci nous entraîne. Les Identitaires de Nissa Rebela ont toute légitimité pour la mener.

Propos recueillis par Pierre Villedary

Source: http://tinyurl.com/2wuxr87

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :