Francaisdefrance's Blog

01/08/2010

Racisme anti-blanc: un bel exemple… Vidéo.

Et c’est en France que ça se passe, c’est en France que ça été filmé et c’est dans le monde entier que l’on peut visionner cette vidéo où l’on doit bien se foutre de nous, car ça donne une belle image de notre pays qui n’a besoin en plus de ce genre de démonstration … Lamentable.

Dis, M’sieur Hortefeux, tu nous en débarrasse quand, de cette sous-merde? Notre République n’a pas besoin de ce genre de « jeune issu de l’immigration » (je reste calme, là…); et Dieu sait si il y en a partout, des cons comme celui-ci. Il ne doit pas être bien compliqué à trouver, ce chimpanzé (même moi, je peux le localiser mais je ne suis pas payé pour; et puis, chacun son boulot…),  lui faire regretter d’être venu au monde et le bouter hors de France. Pour l’exemple. Allez! S’iou plait, m’sieur! C’est pour le bien de notre mère patrie et la sécurité de ses citoyens… Faudra bien commencer un jour ce qui vient d’être promis. Allez, un p’tit effort! Et ne pas trop tarder. Il y a plein de gens qui aimeraient lui faire ravaler ses propos de haine et lui faire fermer définitivement son « clape-merde ». Mais on ne va pas en arriver là, hein? Et puis, c’est défendu, je crois…

FDF

.

Lire: http://dai.ly/9SDNXq

Norman Spinrad : « La guerre sainte a déjà commencé »…

Lecture pour l’été…

FDF

.

01/08/2010

Norman Spinrad (DR)

Quelques jours après la mort de Michel Germaneau, le dernier roman de l’Américain Norman Spinrad est d’une actualité cinglante : « Oussama » accuse autant les islamistes que l’Occident dans le chaos actuel. Interview du grand auteur américain.

Pour de nombreux auteurs de science-fiction, le choc des civilisations, concept formulé par Samuel Huntington à la fin des années 90, a toujours été une chose présente, acquise. C’est bien pour ça que leurs livres sont provocants. C’est aussi le cas de Norman Spinrad.

Avec « Les Solariens » (1969), « Rock Machine » (1987), « Les Années fléaux » (1990), « Bleue comme une orange » (1999), ou encore avec les superbes « Jack Baron et l’éternité » (1969), « Rêves de fer » (1972) ou « Le printemps russe » (1991), l’Américain a provoqué bien des débats. A tel point que ses deux derniers romans ne sont même pas parus aux Etats-Unis, lui qui vit entre New York et Paris. Trop sulfureux.

Couverture de "Oussama", de Norman Spinrad (DR)Comme « Oussama », paru fin mai, mais seulement en France. Un roman de légère anticipation, narré par un garçon embrigadé par les services d’un Califat rétabli, qui réunit toutes les terres d’islam entourant le Moyen-Orient. Et qui s’oppose au Grand Satan américain, tout en acceptant de commercer le pétrole.

Avec cette trame, Spinrad étudie l’islam religieux, l’islam politique, les musulmans de France, le passage d’une pratique religieuse au djihad. Mais n’oublie pas de maltraiter au passage les Etats-Unis. Et la France.

Un roman qui passe par Paris et par le Nigéria. Un roman d’action au départ, qui devient une fiction sur la rhétorique géopolitique et le passage à l’acte. Un livre que l’auteur a envoyé à… Nicolas Sarkozy. Nous avons interviewé Norman Spinrad par mail.

Depuis « He Walked Among Us », vos romans sont centrés sur la religion et l’imposture (« Ralf », « Oussama »). La religion est-elle toujours l’opium du peuple, plus que le sexe et l’argent ?

Le mot « religion » peut signifier deux choses. D’une part, la recherche sincère de la vraie expérience transcendantale -le bouddhisme original, le vrai islam soufi, le zen…

D’autre part, la religion hiérarchique, imposée, basée sur des règles : l’islam en Iran ou dans les régions talibanes, l’église catholique romaine : ici, religions et Etats ne sont toujours pas séparées. D’ailleurs, « la séparation de l’Eglise et de l’Etat » est plus ou moins une invention des révolutions américaine et française.

Ce genre de religion est effectivement du « opium du peuple ». Un des thèmes importants du livre est le contraste entre le vrai islam (un sentier vers l’éclaircissement spirituel) et l’islam tel qu’il est utilisé par gouvernements et les organisations terroristes, à des fins politiques.

Ou alors, la guerre contre le terrorisme est-elle le nouveau leurre, et le nouvel opium, des démocraties (donc du peuple) ?

Non, il y a juste une lutte entre les démocraties libérales modernes et les régimes d’esprit théocratique réactionnaire. Le terrorisme ne peut pas être une idéologie, c’est seulement une stratégie.

Quelles ont été les recherches sur l’islam effectuées par l’Occidental que vous êtes ?

Le Coran, évidemment. Et beaucoup, beaucoup de choses sur Internet. Une lecture-clé était « Hadj », de Michael Wolfe, dans lequel cet auteur américain raconte son pèlerinage à La Mecque.

« Oussama » met en scène une sorte de guerre froide à l’heure du pétrole : Etats-Unis contre Califat. Croyez-vous au choc des civilisations ?

Absolument ! L’affrontement des civilisations est le principal moteur de l’Histoire humaine. Les Européens face aux Amériques et à l’Afrique. Les Moghols islamiques en Inde. L’Occident face à la Chine et au Japon.

La moitié des romans de science-fiction écrits portent là-dessus. Et mes propres romans historiques, le « The Druid King », sur la confrontation de Rome et de la Gaule, et « Mexica », l’histoire de la conquête du Mexique par Cortez [non traduits en France, ndlr].

Une telle guerre sainte va-t-elle vraiment arriver selon vous ?

Elle a déjà commencé. Dans une forme ou une autre, depuis les croisades.

Quelles sont les différences générales que vous ressentez, entre l’attitude des peuples américain et français vis à vis de l’islam ?

Je crois que l’Amérique accepte davantage les religions minoritaires. Ou qu’ils ont plus d’indifférence envers elles. Qu’ils sont plus indifférents que les Français envers l’islam. Le vote d’une loi concernant le port d’un vêtement paraît ridicule pour un Américain.

En France, la population est à 10% musulmane, et une bonne partie résiste à l’intégration culturelle. L’islam est donc une question sérieuse, et plus tendue. Pour le Français non-musulman, ça peut être un danger pour la cohérence culturelle française. C’est beaucoup plus politique qu’aux Etats-Unis, où il y a un fort préjugé contre les Arabes, pas contre leur religion elle-même.

Comment vous sentez-vous dans la France de Sarkozy ? Et dans les Etats-Unis d’Obama ?

Je ne crois pas qu’il y ait une « France de Sarkozy, », mais plutôt un Sarkozy en France. Bien que je n’admire quasiment rien de son programme politique, j’admire vraiment sa spontanéité, sa volonté pour reconnaître ses erreurs, ses changements soudains. Je crois qu’il a montré une assez bonne maîtrise de la crise financière. Et il est très bon à la télé.

Un exemplaire d » « Oussama » lui a été envoyé, à lui ou à son cabinet, et j’ai reçu un mot de remerciement avec sa signature manuscrite. Je ne sais pas s’il a lu le roman.

Les Etats-Unis d’Obama, c’est une région sinistrée, mais pas du tout à cause d’Obama. Après tout, on lui a donné deux guerres et une catastrophe économique comme héritage de Bush.

Que pensez-vous de lui, et de son rapport à l’islam ?

Je crois qu’Obama a fait des efforts significatifs pour courtiser l’islam et les musulmans.

Mais tout est basé sur une admiration fantaisiste que les gens ont pour lui. Tout le monde pense qu’il a toujours raison, qu’il est intelligent et persuasif et que donc, puisqu’il a si raison et est un si bon orateur, il sera en mesure de persuader les islamistes de suivre sa voix. Rien n’est plus éloigné de la vérité.

Source: http://tinyurl.com/2vr3r79

Fier d’être Blanc (Michael Richards)…

En voilà un qui a tout compris.  Que peut-on dire de plus?

Pourquoi les Blancs sont-ils racistes contrairement aux autres races ?
Michael Richards, comédien de la série télévisée « Seinfeld », a dû se
défendre au tribunal pour des propos jugés « racistes » (!) lors d’un épisode de cette série télévisée. Il a fait quelques remarques :
Il y a des Africains américains, des Mexicains américains, des Asiatiques
américains, des Arabes américains, etc.


Et il y a les « Américains ». Vous me croisez dans la rue et vous vous
moquez de moi.


Vous m’appelez « Sale Blanc« , etc., et c’est votre droit !!! Mais quand je
vous appelle:  »Sale nègre, bougnoule, etc. », vous me traitez de raciste.


Vous dites que les Blancs se livrent à beaucoup de violence contre vous…
alors pourquoi les ghettos sont-ils les endroits les plus dangereux pour vivre?


Vous avez le  »United Negro College Fund », le  »Martin Luther King Day »,
le  »Black History Month », le  »Cesar Chavez Day », le  »Yom Hashoah », le  »Ma’uled
Al-Nabi », le  »NAACP », vous avez le  »Bet (Black entertainment TV) »…


Si nous avions le  »WET » (White Entertainment TV)’, on serait
des racistes. Si nous avions un  »White Pride Day », nous serions des racistes,
si nous avions un  »White History Month », on serait des racistes. Si nous
avions une organisation pour faire avancer la cause des Blancs… nous serions
racistes.


Une femme blanche ne peut pas participer à l’élection de  »Miss Black
American », mais les femmes de toutes races peuvent participer à l’élection de
 »Miss America ».


Si une fondation universitaire offrait des bourses seulement aux étudiants
blancs, nous serions racistes. Il y a plus de soixante  »Black Colleges » aux Etats-
Unis, mais s’il y avait des  »White Colleges », nous serions des racistes.


Dans le  »Million Man March », vous marchiez pour votre race
et vos droits. Si les Blancs marchaient pour leur race et leurs droits… Ils
seraient des racistes.


Vous êtes fiers d’être Noirs, Bruns, Jaunes, Rouges…. Et
vous n’avez pas peur de vous affirmer. Et c’est parfait! Mais quand on parle de
la fierté d’être Blanc, vous nous traitez de racistes.


Vous nous volez, vous volez nos voitures, vous nous tirez
dessus… mais quand un officier de police blanc tire sur un Noir membre d’un
Gang de la Rue, ou qu’il tabasse un revendeur de drogue de race noire, qui
échappe à la justice et qui représente un danger pour la société… vous le
traitez de raciste.


Je suis fier… mais vous me traitez de raciste.


Pourquoi est-ce que seuls
les Blancs sont taxés de « racistes »?


Il n’y a rien d’incorrect dans ce message. Voyons qui sera assez « fier d’être
Blanc » pour le faire suivre…

Et ça, ça traîne encore sur le Net…

Et on nous fait ch… pour des blogs et sites présumés racistes… Je ne comprends pas que cette vidéo écoeurante soit toujours visible.

Il est grand temps, qu’en France, on arrête les conneries. Il est grand temps, en France, que l’on ne se trompe pas de cible. Il est grand temps, qu’en France, on redonne son vrai sens à la République… Il est grand temps, qu’en France, on foute la paix aux vrais citoyens et qu’on les débarrasse de la merde environnante. Il est grand temps qu’en France, que la censure fasse son boulot correctement. Il est grand temps, qu’en France, on se sente à nouveau chez nous…

FDF

.

Lisez plutôt:

1 RACAILLE DE MONTPELLIER HUMILIE LES CHRéTIENS !!! Video

Déchéance de nationalité : Hortefeux veut aller plus loin; mais il ne faut pas se tromper de sens…

Mais la France, mon pote, elle t’aimera quand tu la respectera…
.
J’ai ma petite idée, là dessus… Et si on instaurait une nationalité à points? Comme le permis du même nom. On attribue ce permis à TOUS les jeunes issus de l’immigration (ou moins jeunes, déjà connus des services de Police, comme on dit…) et à chaque acte d’incivilité, tac! on ôte tant de points… Et quand le délinquant n’a plus de points sur son permis, c’est retour au bled, ferme et définitif! En même temps, on « assainit » nos prisons. Reste à attribuer le nombre de points retirés par acte de délinquance. Mais ça, on devrait savoir faire… Un permis de nationalité… Ca me laisse rêveur. Pas vous? En outre, l’effet est garanti. Vous en connaissez beaucoup, vous, des automobilistes qui voient leur permis de conduire fondre comme neige au soleil et qui continuent à commettre des infractions (mis à par, encore et toujours, les racailles qui roulent sans permis, sans assurance, etc….)? On les aura, ces semeurs de merde, on les aura.
M. Hortefeux, reprenez cette idée, il n’y a pas de copyright… C’est « cadeau », pour vous. Mais faites en bon usage…
FDF
.
01/08/2010

Interrogé sur le cas de Lies Hebbadj, soupçonné de polygamie, Brice Hortefeux a indiqué que «des déchéances de nationalité doivent pouvoir être prononcées dans de telles situations mais aussi en cas d'excision, de traite d'êtres humains ou d'actes de délinquance grave».

Interrogé sur le cas de Lies Hebbadj, soupçonné de polygamie, Brice Hortefeux a indiqué que «des déchéances de nationalité doivent pouvoir être prononcées dans de telles situations mais aussi en cas d’excision, de traite d’êtres humains ou d’actes de délinquance grave». Crédits photo : REUTERS

Suite à la proposition du chef de l’Etat de retirer la nationalité aux délinquants qui mettent en péril la vie des policiers, le ministre de l’Intérieur veut étendre les possibilités aux cas d’excision, de traite d’êtres humains et d’«actes de délinquance grave».

Le durcissement de la majorité sur les questions de sécurité se confirme. Dans la ligne des annonces du chef de l’Etat, le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux propose d’aller plus loin dans les possibilités de déchéance de nationalité. Il a ainsi confié au Parisien que «des déchéances de nationalité doivent pouvoir être prononcées aussi en cas d’appel au travail illégal, d’excision, de traite d’êtres humains ou d’actes de délinquance grave».

Vendredi Nicolas Sarkozy préconisait de retirer la nationalité française à toute personne d’origine étrangère qui aurait «volontairement porté atteinte» à la vie d’un policier, d’un gendarme, ou de tout autre «dépositaire de l’autorité publique». A l’issue de l’affaire Lies Hebbadj, il avait déjà été question d’élargir le retrait de citoyenneté aux auteurs de polygamie et de fraudes aux prestations sociales. Ces nouveaux motifs vont nécessiter une réforme de la législation. Actuellement, la procédure de déchéance de nationalité française est strictement encadrée. Elle concerne des personnes coupables de terrorisme ou d’espionnage. Une personne naturalisée peut également perdre sa nationalité française si elle a été acquise par «mensonge ou par fraude».

«Nous laissons au PS l’inertie, l’angélisme et l’idéologie»

Conscient de ces limites, le ministre de l’Intérieur a confirmé que les nouvelles dispositions évoquées par le chef de l’Etat figureront dans le projet de loi sur la sécurité intérieure qui sera examinée au Sénat le 7 septembre et dans celui sur l’immigration qui présenté «en septembre à l’Assemblée». Le projet d’Eric Besson prévoit notamment le durcissement des conditions d’entrée en France et la création d’une zone d’attente spéciale en cas d’arrivée massive de réfugiés. «Les annonces du président de la République pourraient faire l’objet d’amendements et être portées par ce projet de loi», expliquait-on samedi ministère de l’Immigration.

Cette surenchère de Brice Hortefeux comme la proposition du député UMP Eric Ciottipolémique déclenchée par les annonces de Nicolas Sarkozy. LE PS a notamment dénoncé un «renvoi aux heures les plus sombres de l’histoire» de la France. Cette perspective n’ébranle pas le ministre de l’Intérieur qui veut se placer au dessus de cette controverse. Reprenant l’expression de Nicolas Sarkozy, Brice Hortefeux a redit que le gouvernement «menait une guerre nationale contre l’insécurité». «Nous sommes du coté des victimes et n’avons qu’un seul ennemi : les crapules qui empoisonnent la vie des honnêtes gens», s’est défendu le ministre. «Nous laissons au PS l’inertie, l’angélisme et l’idéologie». «Ces mesures sont justes, attendues et efficaces», s’est-il justifié avant de conclure «je ne suis pas dans le commentaire mais dans l’action».

Source: http://tinyurl.com/27wsfnv

N’importe quoi: 2 ans de prison pour les parents de mineurs délinquants ?

01/08/2010

C’est ce que propose Eric Ciotti, secrétaire national de l’UMP en charge de la Sécurité.

En outre, il y a de grandes chances que ce soit en récidive, pour certains parents… Non, non, je ne rigole pas… Il faudrait plutôt appliquer à la lettre les « promesses » de Sarkö (piquées encore une fois au FN…). C’est la déchéance de la nationalité et retour au pays pour toute la famille, « et pis c’est tout », comme dirait Philippe Lucas aux Guignols. Un hic: c’est qu’au pays, ils n’en veulent plus… Ben oui, on n’a pas accueilli que les meilleurs, au contraire; la preuve…

FDF

« Le secrétaire national de l’UMP en charge de la Sécurité, Eric Ciotti, qui prépare un texte sur la responsabilité pénale des parents des mineurs délinquants, propose deux ans de prison ferme quand ceux-ci n’auront pas fait respecter les obligations auxquelles seront soumises leurs enfants condamnés.

« Les parents du mineur encourront alors une condamnation pénale qui pourra aller jusqu’à deux ans de prison », a annoncé Eric Ciotti dans une interview au Journal du Dimanche à paraître ce dimanche 1er août.

« La phrase exacte de la proposition de loi sera: « ‘Est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende, le fait par le père ou la mère de laisser son enfant mineur, lorsque celui-ci a été poursuivi ou condamné pour une infraction, violer les interdictions et les obligations auxquelles il est soumis' », a précisé le député des Alpes-maritimes.

« Ce plan de probation fonctionne déjà avec succès dans certains pays »

L’objectif de la proposition de loi que Eric Ciotti prépare avec son collègue Edouard Courtial est que, « systématiquement, en cas de condamnation d’un mineur, le magistrat mette en place un plan de probation sous la responsabilité » des parents. Le jeune aura alors des interdictions claires, souligne le secrétaire national, comme celle de paraître dans certains lieux, ou d’entrer en relation avec certaines personnes, et aussi des obligations en termes de résultats scolaires.

« Ce plan de probation fonctionne déjà avec succès dans certains pays, notamment au Canada », assure Eric Ciotti.

Si cette probation n’est pas respectée, alors les parents risquent alors jusqu’à deux ans de prison, a-t-il souligné. »

Source: http://tinyurl.com/3ac5vol

Les problèmes juridico-politiques du fait de déchoir de la nationalité française…

Quand on apprend par les médias les motifs de cette éventuelle application d’une éventuelle loi, peu de « personnes » ne seront « tourmentées », en fait. Bon, ça fait oublier l’affaire Woerth, Bettencourt, l’otage français assassiné au Sahel et j’en passe…
FDF

01 08 2010

Il est exact que cette menace annoncée par le Président (et que nous suggérions dans un précédent écrit, mais ce en lien avec d’autres mesures) pose le problème constitutionnel de l’égalité quant à la possessivité une fois pour toutes (irréfragable) d’un droit fondamental, en l’occurrence celui de la nationalité. Ce qui pose problème et je ne l’avais pas vu dans toute sa profondeur.

Car quand bien même y aurait-il modification de la Constitution, cela ne pourrait s’appliquer qu’aux nouvelles naturalisations. A moins d’introduire la rétroactivité, ce qui n’existe pas en droit français et ne peut être possible qu’en régime d’exception, donc non démocratique, ce qui n’est pas souhaitable, (et cela n’a rien à voir avec l’application de l’article 16). [la rétroactivité est omniprésente en matière fiscale : les hommes de l’état passent leur temps à axer des choses qu’ils s’étaient engagés à ne pas taxer]

Peut-on néanmoins envisager d’autre chose d’aussi fort ? Oui, et cela pourrait même répondre à la remarque qu’a fait le Président lui-même concernant les troisième et quatrième générations d’immigrés venus d’Algérie et d’Afrique :

 » « Notre système d’intégration a marché, il ne marche plus. Il est quand même invraisemblable que des jeunes gens de la troisième et la quatrième génération se sentent moins Français que leurs parents ou grands-parents », a lancé Nicolas Sarkozy« .

Ne peut-on pas expliquer, et pas seulement avec des raisons socio-économiques, que cela ne « marche plus » parce que tout un dispositif multiforme a été mis en place depuis au moins soixante ans (les racines plongent bien plus loin) pour empêcher de se sentir français : Gilbert Meynier l’explique bien dans Histoire intérieure du FLN ( j’en étudie un aspect dans ce texte, L’islamisme d’origine algérienne et ses présentes répercussions en France et je l’analyse dans mon livre Le monde arabe existe-t-il ?)  cela commencé tout d’abord par l’idée que la culture française, issue pour une grande part du judéo-christianisme et de la culture gréco-romaine, est inférieure à la culture islamique, d’où l’impossibilité de partager le pouvoir voire de vivre ensemble (leurs opposés dans l’extrémisme disait la même chose dans l’autre sens évidemment) puis le relativisme nihiliste issue des années 60 a fait le reste via l’école et les structures culturelles (MJC etc) en dénigrant les cultures occidentales au profit des autres cultures, passant ainsi d’un extrême à l’autre, jusqu’à aujourd’hui défendre le port du voile voire de la burka, amalgamant dans ce cas religion et traditions culturelles, ce qui ne fait que sacraliser celles-ci et donc rendre plus difficiles leur dépassement.

Or, en renforçant l’emprise des courants les plus rétrogrades (via l’UOIF) L’UMP n’a pas été en reste dans ce mouvement de relativisation et de dénigrement puisque loin de rectifier les mensonges historiques, il n’y a eu que des reculades, surtout depuis la non application de la loi sur l’aspect positif du colonialisme français. Ensuite il y eut l’idée de nommer un préfet « musulman » puis ensuite le déferlement en matière de relativisation que l’on sait des cultures judéo-chrétiennes et humanistes,  sans parler de la politique arabe de la France qui a été d’ailleurs la raison principale de l’abandon de l’Algérie par De Gaulle alors que celle-ci aurait pu vivre un destin façon Afrique du Sud actuelle (si la bande des 4 généraux s’était contenté de bloquer l’Algérie au lieu de vouloir prendre le pouvoir à… Paris).

Voilà en tout cas pourquoi cela ne marche plus : il ne fallait surtout pas s’intégrer dans une culture inférieure, et de plus impérialiste, capitaliste, (sioniste maintenant) selon la culture qui domine encore l’école et les MJC, et qui a formé et forme encore les générations en question (il suffit de lire un Mucchielli), en particulier dans les municipalités tenues par le PC et la gauche radicale PS-Vert.

Il apparaît donc bien inadéquat de prendre comme mesure le fait de déchoir de la nationalité s’il n’est pas pris en même temps et immédiatement toute une série de décisions politico-culturelles pour rectifier un tir hélas dévoyé dès le début.

Source: lucien.oulahbib@free.fr

Mosquée de Marseille: l’architecte s’en prend à la Ligue du Sud…

Petit, comme réaction, petit… Le droit à l’image; pffffffffffffffff.

L’appel aux dons, c’est l’avenir de notre République qui en dépend. Vous savez ce qui vous reste à faire… Je l’ai bien fait, moi…

FDF

.

31 juillet 2010

Le cabinet d’architectes qui a dessiné les plans de la grande mosquée de Marseille vient d’assigner en référé la Ligue du Sud devant le tribunal de grande instance de Marseille. L’audience aura lieu ce lundi 2 août.

Le motif de cette plainte est pour le moins ubuesque. Dans le cadre de son appel aux dons pour financer le recours devant le Conseil d’Etat contre la grande mosquée de Marseille, la Ligue du Sud a illustré son article d’une représentation de la dite mosquée. C’est ce que lui reproche le cabinet d’architectes, qui évoque le droit à l’image et un objectif « de discréditer le projet architectural ». Pour faire bonne mesure les architectes de la mosquée demandent à la Ligue du Sud 10 0000 euros. Exactement la somme nécessaire au recours devant le Conseil d’Etat pour faire annuler le permis de construire ! Tiens, tiens…

La manœuvre est grossière et l’on peut s’interroger sur une action qui consiste à vouloir utiliser la justice à des fins détournées. En effet, l’image incriminée se trouve facilement en ligne sur internet auprès de très nombreux sites, favorables eux, il est vrai, à la grande mosquée. En démocratie, dans un débat de société, on ne peut autoriser aux uns et interdire aux autres. Plus encore, il faut savoir que cette image illustre la première page du dossier de permis de construire déposée en mairie de Marseille. Il s’agit donc d’un document public dont les créateurs se servent et laissent se servir particuliers, associations ou medias, notamment le Figaro et Valeurs Actuelles… sans poursuites, eux !

Dans l’attente du jugement, la Ligue du Sud a retiré l’image incriminée. Mais elle avertit le cabinet d’architectes que ce n’est pas sa plainte qui empêchera le recours devant le Conseil d’Etat.


Source: http://tinyurl.com/2565geq

La caricature du jour…

.

Non mais, vous avez vu la tronche des « français » ?

Où est donc passée notre identité nationale?

FDF

.

La majorité des français contre Israël:

« Je cherchais une caricature pour illustrer la situation du moment, et je tombe sur un commentaire d’un certain « Rachid », nouveau venu sur Juif.org, qui nous donnait quelques liens vers ses caricatures, demandant un coup de pouce. C’est donc avec plaisir que nous publions une première caricature de notre nouvel ami, lui demandant en parallèle de prendre contact avec nous. La situation en France, vue par Rachid, en 2010… »


Source: http://tinyurl.com/2vo7pb6

Bonne Fête Nationale Suisse !

.

C’est aujourd’hui, 1er août, la Fête Nationale Suisse. On ne peut que leur souhaiter, à nos amis Hélvètes…

FDF

.

« Le Cantique Suisse« 
(Hymne National de la Suisse)

Sur nos monts, quand le soleil
Annonce un brillant réveil,
Et prédit d’un plus beau jour le retour,
Les beautés de la patrie
Parlent à l’âme attendrie;
Au ciel montent plus joyeux
Les accents d’un coeur pieux,
Les accents émus d’un coeur pieux.

Lorsqu’un doux rayon du soir
Joue encore dans le bois noir,
Le coeur se sent plus heureux près de Dieu.
Loin des vains bruits de la plaine,
L’âme en paix est plus sereine,
Au ciel montent plus joyeux
Les accents d’un coeur pieux,
Les accents émus d’un coeur pieux.

Lorsque dans la sombre nuit
La foudre éclate avec bruit,
Notre coeur pressent encore le Dieu fort;
Dans l’orage et la détresse
Il est notre forteresse;
Offrons-lui des coeurs pieux:
Dieu nous bénira des cieux,
Dieu nous bénira du haut des cieux.

Des grands monts vient le secours;
Suisse, espère en Dieu toujours!
Garde la foi des aïeux, Vis comme eux!
Sur l’autel de la patrie
Mets tes biens, ton coeur, ta vie!
C’est le trésor précieux
Que Dieu bénira des cieux,
Que Dieu bénira du haut des cieux.

Et restez fidèles à ça:



Victimes de la délinquance, des familles migrent…

C’est quand-même dingue, ça! Plier devant les sous-merdes. Le kärcher, c’est dépassé. Il faut utiliser l’artillerie lourde et faire des « exemples », non pas des promesses…

FDF

.

Insécurité : «C’était intenable, nous sommes partis»…

01/08/2010

Agressions, incivilités, trafics, montée du communautarisme, des tensions raciales et des violences tribales… Victimes de cette situation, des familles migrent. Des anonymes qui vivent aujourd’hui en France comme des exilés de l’intérieur. Après les émeutes de Grenoble et Saint-Aignan, reportage à Perpignan.

Myriam P. s’en souvient comme si c’était hier. Elle se souvient des cris dans la rue, des insultes qui montaient, de la horde qui gonflait, se massait sous ses fenêtres, des projections de pierres et de carrelages qui menaçaient de tomber dans la chambre de sa fille endormie et bientôt des coups de boutoir dans sa porte, après qu’une quinzaine de jeunes eurent défoncé le portail de son immeuble.

Réfugiée dans les toilettes de son appartement, tenant blottie contre elle son bébé tandis qu’elle essayait désespérément de joindre la police, elle pouvait les entendre qui hurlaient :« On va vous crever, sales céfrans (Français, ndlr). » Son mari, lui, arc-bouté derrière la porte d’entrée, pouvait voir voler en éclats son mur devenu poussière de plâtre. « On a cru vivre nos derniers instants. Sans l’intervention de la BAC, c’en était fini. » C’était dans la nuit du 17 au 18 avril, au 14 de la rue des Trois-Journées, en plein cœur de Perpignan. A cinquante mètres de la splendeur gothique qu’est la cathédrale Saint-Jean-Baptiste, et à deux cents mètres à peine du commissariat principal. Coupables d’avoir osé demander que cessent sous leurs fenêtres les rodéos de scooters et menacé de prévenir les flics.

Pendant cinq jours, encore traumatisé par la violence de l’agression, le jeune couple a bénéficié, grâce à leur assureur, de la protection d’un vigile. Mais après ? Renforcer la cloison ? Dérisoire ! S’en remettre aux caméras de surveillance installées dans la ville pour prévenir des agressions ? Elles ont fait la démonstration que la dissuasion ne suffisait pas face à des délinquants mineurs le plus souvent impunis. A quoi bon vouloir rester dans ce quartier quand leurs agresseurs étaient déjà libres, alors qu’eux-mêmes, à quatre heures du matin, n’avaient pas fini de déposer plainte ? L’un d’eux, à 15 ans, comptait déjà 122 arrestations à son actif. Rester ? Autant tenter le diable !

« C’était intenable, donc nous sommes partis. Il aurait fallu me payer très cher pour que j’y reste un mois de plus »,

dit-elle aujourd’hui avec le sentiment coupable qu’en choisissant l’exil,

elle démissionne et abandonne le terrain à ces nouveaux barbares.

Pour autant, cette jeune femme énergique sera la seule à témoigner à visage découvert, parce qu’« il faut sortir de l’omerta, briser la spirale du silence ». C’est qu’elle n’est pas seule à avoir connu l’enfer. Certains n’ont pas eu sa «chance».

Direction Saint-Assiscle, un quartier résidentiel de Perpignan. Le 2 juillet, Katy et Thierry, son compagnon, ont été à leur tour victimes de la violence ordinaire. Sur sa page Facebook, la jeune femme de 35 ans livre, lasse, ses sentiments :

« C’est pas la joie en ce moment avec la merde qui traîne dans mon quartier… J’ai failli perdre la vue à l’œil gauche. Voilà, c’est pas trop la fête à Perpignan. »

Lorsqu’elle consent à nous parler, enfin, elle explose. Son compagnon ? Agressé au poing américain et à la barre de fer, alors qu’il était descendu s’interposer, voyant que deux gamins à vélo qui rentraient du cinéma étaient sur le point de tomber dans un guet-apens, au milieu de jeunes caillassant des voitures. Ils étaient quinze à s’acharner sur lui. Résultat : douze points de suture sur le visage et trois autres sur le crâne. Elle ? Rouée de coups par des gosses à qui elle distribuait des bonbons à l’occasion des fêtes de quartier !

« Pendant que nous déposions plainte, certains jeunes étaient déjà à nos fenêtres, salissant d’insultes notre fille de 10 ans qui n’arrivait plus à dormir et qui attendait notre retour… la menaçant : « On va t’attraper ! » Depuis, elle fait des cauchemars ! »

Et son petit frère de 8 ans, un garçon qui ne s’est jamais battu et, insiste Katy, a toujours été premier de sa classe… lui ne cesse désormais de répéter : « Quand je serai grand, je vous tuerai tous. » Depuis, des bandes traînent sous leurs fenêtres et font pression pour qu’ils retirent leur plainte.

« Nos voisins eux-mêmes nous le demandent, pour en finir avec cette histoire qui empoisonne la vie de l’immeuble. Boîte à lettres fracassée, courrier volé, je suis aujourd’hui obligée de convenir de rendez-vous avec la postière pour récupérer mes lettres ! »

Intimidations, menaces, comment, dans ces conditions, rester plus longtemps ? Pour Katy, la conclusion s’impose d’elle-même : « Longtemps, la France a été une terre d’asile. Aujourd’hui, c’est à notre tour de nous réfugier, parce que c’est trop tard et que la situation nous a échappé. »

Comme Daniel W. Rossé, passé à tabac pour un paquet de cigarettes, alors qu’il déambulait dans les rues du quartier Saint-Matthieu, il a fui le centre-ville où il vivait depuis dix ans.

« Lorsque je me suis relevé, j’ai mis une heure à faire trois cents mètres pour rentrer chez moi. Quand je me suis présenté au commissariat quelques jours plus tard, les flics n’ont même pas daigné enregistrer ma plainte. »

Les histoires se ressemblent comme de tragiques copiés-collés. Comme si rien n’était fait. Ou que ce qui est entrepris l’était en vain. Difficile pourtant de croire qu’une telle violence peut régner à Perpignan, et qu’en plein centre-ville, certains quartiers sont de véritables zones de non-droit, aux mains de petits caïds à peine sortis de l’adolescence. Les façades, pour beaucoup, sont ravalées, lessivées. Il n’y a pas de tags. Tout juste quelques travellers, comme on les appelle, qui quémandent trois sous et une cigarette en jouant de la guitare sur le trottoir, une bouteille de Bud à la main. Un calme trompeur.

« C’est que les racailles qui habituellement squattent le quai Vauban, terrorisent le quartier Saint-Jacques ou le quartier Saint-Matthieu, ont quitté la ville, tous frais payés par la municipalité, pour la Côte d’Azur »,

observe un commerçant excédé.

Abdel, lui, a anticipé le retour de ces « fils indignes » de l’immigration. Agressions, insultes, il a fini par fermer son restaurant de couscous en centre-ville, qui faisait le bonheur des troupes de théâtre à la sortie des spectacles, pour en ouvrir un autre à la fin du mois d’août, dans un quartier plus paisible, en périphérie.

Latifa (le prénom a été changé), une Algérienne aujourd’hui à la retraite, a honte elle aussi. Honte que ces « Arabes » ou ces « Gitans », dit-elle sans s’entourer des précautions dont le plus souvent usent les commerçants ou les politiques, qui préfèrent évoquer « les populations difficiles », puissent imposer aux habitants de Perpignan un « quasi couvre-feu». « Vous comprenez, insiste-t-elle au téléphone, moi, j’ai connu la guerre. » Les rodéos de scooters, les vols à l’arraché, les trafics, les gosses camés ont fini par dissuader les gens de sortir le soir. Quai Vauban, où a été délocalisé le Quick, les restaurants font le plein de leurs terrasses en journée. Le soir, la clientèle, lorsqu’elle se déplace, se réfugie dans les arrière-salles.

« Quand on sort, dit Latifa, on ne peut s’empêcher de se retourner en sursaut au moindre bruit. Ce n’est pas normal. »

Exaspérés, certains parlent de s’organiser en milice

Quartier Saint-Matthieu, nous avons rencontré Carlos, une grande carcasse brune qui ne craint pas grand monde. C’est lui qui, au début du mois, est venu porter secours à André Crémer, 88 ans, agressé avec sa femme alors qu’il venait d’acheter du pain, et qui mourra quelques jours plus tard des suites de ses blessures. Assis sur les marches qui conduisent à la CAF, Carlos raconte, jetant parfois un regard un peu inquiet sur les passants qui nous observent, saluant aussi des voisins, des amis. Ceux qui restent encore. Il raconte l’absurdité d’une ville, où bientôt il faudra renoncer à se défendre, renoncer à dire non, sous peine d’être accusé de provocation. Lui vient d’Argentine. Il vit ici depuis plus de vingt-cinq ans. Il a vu se dégrader la situation, se déshumaniser le centre-ville, se transformer la rue Petite-la-Monnaie, autrefois l’artère la plus commerçante. Aujourd’hui, les échoppes sont presque toutes fermées. Ce ne sont plus que rideaux de fer baissés. Il a vu, il y a quelques années, arriver les bobos qui cherchaient à investir l’un des quartiers historiques de Perpignan, avant de quitter leurs appartements au bout de trois mois. Il a entendu et cru les discours sur la mixité sociale. Aujourd’hui, il constate que les communautés s’affrontent, qu’il n’y a plus aucune volonté d’assimilation, et que les gens ne se contentent pas d’importer leur culture, mais aussi leurs problèmes. « Vous imaginez, moi, si j’étais arrivé en bombacha (pantalon gaucho, ndlr), le sombrero vissé sur la tête, avec mon cheval et mes moutons que j’aurais laissés ch… dans la rue ? »

Maire adjoint UMP chargé de la sécurité, Pierre Parrat minimise. Pour lui, depuis 2005, et les émeutes qui ont vu s’affronter les populations gitane et maghrébine, la situation s’est améliorée. Chiffres à l’appui, il nous en fait la démonstration. On veut bien le croire, croire qu’il ne s’agit que d’un sentiment d’insécurité exacerbé par la crise. Et pourtant, il faut pouvoir entendre cette exaspération sourde qui monte, cette colère qui gronde, la désespérance de beaucoup. Certains parlent à demi-mots de s’organiser en milice pour rétablir l’ordre. D’autres font provision d’armes. « En face, ils ne nous ont pas attendus pour s’équiper. » Le maire lui-même, dans une réunion publique, le 8 juillet, reconnaissait le phénomène:« Ce sentiment d’impunité et d’insécurité prend le pas sur notre vie en société. Il n’y a qu’à voir les magasins qui vendent des bombes lacrymogènes et des matraques électriques littéralement dévalisés par des particuliers. C’est inacceptable. »

Perpignan est une poudrière. Dans certains quartiers, comme le Bas-Vernet, les médecins ne se déplacent plus en urgence le soir et vous dirigent directement vers l’hôpital. Comme à Béziers. Ou à Nîmes. En mai dernier, un praticien de SOS Médecins a été agressé dans la cité du Valdegour. En réponse, Bernard Sialve, fondateur de la structure nîmoise, a fait valoir son « droit au retrait », « parce qu’il n’est pas de métier qui mérite que l’on puisse mourir pour l’exercer ». « Depuis, dit-il au téléphone, la situation est redevenue normale. » Lorsqu’ils sont appelés en pleine nuit pour ausculter les malades, ils demandent aux habitants d’assurer la sécurité de leur véhicule et de leur personne, faute de quoi, ils ne peuvent intervenir. Bernard Sialve se contente de cela. Un Etat de non-droit où émergent partout des zones d’inégalités territoriales.

Réactions de lecteurs du Figaro :

HAI26 Chassés de chez soi par des étrangers qu’on a accueillis! Invraisemblable! Quelle pétaudière !

Perle SAGE Bravo pour cet article !!! Enfin, on commence à reconnaitre qu’il y a un problème, un énorme problème en France !!! Que font les pouvoirs publics ???? Que font les policiers, les gendarmes, l’armée ???? Ils attendent quoi pour réagir ???? Une guerre civile ??? Que chacun fasse sa loi ???? Tout le monde pense la même chose, alors quand est-ce qu’on bouge ???? Toutes ces personnes citées dans cet article ont vraiment du courage et surtout c’est vrai il ne faut pas baisser les bras, ni se laisser intimider !!! Le politiquement correct, les associations de merde, on n’en a rien à foutre… Il faut réagir !!! On ne veut plus de ces crapules, de ces racailles et de leurs incivilités, de leurs délits et meurtres impunis !! Mais où est-on ici ???? Au pays des droits de l’homme, de la justice??????????? Laissez moi rigoler ! J’en ai marre de payer pour tous ces parasites, ces traîne-savates !!! Ah, elle est belle la France !!!! Bientôt un pays sous-développé…..

ASSEZ! En temps que Catalan, je peux vous dire : c’est honteux. Il y a trente ans tu aurais eu 40 catalans dans la rue le moment meme de l’incident, et ca degageait. Vu et Vecu. Maintenant entre les anars venus du nord et les associations de defense des immigres, ce sont les gens qui se defendent qui sont inquietes. La candidate socialiste pour la mairie qui fait du clientelisme a Perpignan depuis quinze ans ne fait que renforcer ce probleme. Le jour ou vous n’aurez plus aucun magasin en ville, ne venez pas pleurer .
excalibur12 si j’ai bien lu,cette famille habite a 200m du commissariat, les « jeunes » font des rodeos dans la rue. Question : Ils sont tous sourds les policiers a perpignan? Ils attendent quoi pour intervenir? La seule solution c’est délinquance = prison,expulsion de toute la famille, vu que tout ce qui a ete entrepris jusqu’a ce jour n’a pas marché.


Source: Le Figaro du 30 07 2010

Dimanche 5 septembre, « viens griller ta saucisse » dans l’Aude…

41765_100000478302898_5912_n.jpg

Afin de commémorer le souvenir de la victoire remportée par le Comte Olivier, lieutenant de Charlemagne, contre les Maures au IXème siècle, les militants de la Nouvelles Droite Populaire de l’Aude invitent leurs amis à venir nombreux le dimanche 5 septembre sur le lieu de cette bataille  (Notre Dame de l’Olive, entre Embres et St Jean de Barrou), pour un pique-nique amical.

Comme l’indique le titre de cet événement, « viens griller ta saucisse« , il sera possible de faire griller des saucisses (ou toutes autres victuailles…) sur place à partir de 12 h 00. Le repas sera tiré du sac, chacun apportera son pique-nique.  Après manger et avant les interventions politiques, un olivier sera planté en hommage au Comte Olivier.

Afin de simplifier les choses, le rendez-vous est fixé à 10 h 30, à la sortie de Sigean sur l’autoroute A9 (entre Narbonne et Perpignan). Les participants seront ainsi guidés vers le lieu où se déroulera la fête.

Précisions historiques : La Chapelle Notre Dame de l’Olive est née d’un vœu exaucé d’un chef de l’armée chrétienne, le Comte Olivier, lieutenant de Charlemagne, de triompher des Maures. Originellement, elle abritait en son sein une statue de la vierge portant sur son bras gauche l’enfant-Dieu et de sa main droite un rameau d’olivier déposé par le Conte afin d’honorer la paix mais également son nom. La madone ayant été dérobée, on lui a substitué une vierge du XVème siècle, qui a également disparu. La Chapelle est accessible par Embres ainsi que par St Jean de Barrou.

Inscriptions : ndp.herault.34@voila.fr

ou sur Facebook

À Méricourt, fief communiste, le Centre d’Action Jeunesse (CAJ) local assure la promotion du groupe de rap « 62 Coup de Gaz »!

.

Tiens! L’armée rouge se reforme? Avec des soldats-racailles?

FDF

A Méricourt, fief communiste, à l’occasion de l’accueil d’une délégation polonaise, le Centre d’Action Jeunesse (CAJ) local assure la promotion du groupe de rap « 62 Coup de Gaz », « né au cœur de la Cité du Maroc », dont l’obsession pour les pays du Maghreb ne souffre d’aucune ambiguïté.

Quel triste spectacle pour ces jeunes polonais de recevoir comme vitrine de la France un tableau aussi affligeant qu’une bande de lascars à bonnets et casquettes, lunettes noires, brise-vitre pointé vers la tête, et drapeau algérien autour de la taille pour représenter notre région.

Au-delà de cette mise en avant odieuse pour de jeunes désintégrés, la maison des jeunes, organe de la municipalité communiste, va plus loin dans l’incongru en soutenant avec le concours « d’artistes » locaux (Bromer, Paranoyan, Nombril, Paula Fargue…) la tenue sur la scène méricourtoise d’un concert ce soir pour financer leur voyage à … Tamanrasset en Algérie !

Ces déracinés, fruits de la mondialisation consumériste et du renoncement d’un système politique à transformer les étrangers en citoyens, rassemblent en eux le pire de la culture américaine qui les abreuve et le pire de la culture algérienne qui les nourrit en les encourageant dans leur dérive communautaire.

Quand on voit l’agressivité de ces jeunes dans leur gestuelle et leur propos, on se demande de qui se moque le CAJ puisque le thème du mois de juillet était le « respect »…

Lire:

http://www.dailymotion.com/video/x9e1l6_bromer-62-coup-de-gaz-mericourt_creation?start=4#from=embed

source ; nationspresse.info  via JLB…

Iran: du sang de cochon dans les cigarettes ?

.

Horreur! Malheur! La phobie du complot touche l’Iran, qui cherche en fait un motif pour nous balancer ses missiles nucléaires sur la tronche….

FDF

.

Un responsable iranien a déclaré que des cigarettes de contrebande en Iran ont été entachées de sang de porc et de matières nucléaires dans le cadre d’un complot occidental.
L’agence de presse semi-officielle Mehr cite Mohammad Reza Madani, de la société de lutte contre le tabac de contrebande, disant que les cigarettes de marque Marlboro ont été contaminées par de l’hémoglobine de porc et par des matières nucléaires non spécifiées.
Madani affirme que Philip Morris International, qui vend les Marlboro en dehors des Etats-Unis, est « dirigé par les sionistes » et exporte des cigarettes délibérément contaminées.
Il n’a évidemment fourni aucune preuve ou information concrète sur les cigarettes confisquées.
Le rapport de vendredi ne donne aussi aucun détail sur la façon dont la contamination a été découverte.
Téhéran, qui utilise souvent des histoires de complots venant de l’Ouest ou d’Israël pour tenter d’intoxiquer sa population, explique que 20 milliards de cigarettes de contrebande entrent chaque année en Iran.

.
Il paraîtrait aussi qu’une invasion de cochons en Iran est imminente…
FDF
Prêts au combat…

Vive la France !

J’ai trouvé ça pas mal…

FDF


Les musulmans américains dans le commerce d’alcool.

« Sourate 5 :
92. 0 croyants ! le vin, les jeux de hasard, les statues et le sort des flèches* sont une abomination inventée par Satan ; abstenez-vous-en, et vous serez heureux. »

Ah les cons !

FDF