Francaisdefrance's Blog

29/07/2010

BAC de Grenoble: quand on a un « contrat » sur la g. il est sûr que ça énerve…

Denis est policier à la Brigade anticriminalité (BAC). Il fait partie des hommes envoyés en renfort à Grenoble où des policiers sont menacés de mort par des caïds de cité. Il a accepté de témoigner pour Le Point.fr sous couvert d’anonymat. Édifiant.

« ON SE COUCHE DEVANT LES CAÏDS »

« Nos collègues de Grenoble ont leur nom et prénom tagués sur les murs du quartier de la Villeneuve. Et la seule réponse du ministère, c’est de les mettre au repos ou de les muter. Je suis dans la BAC depuis 10 ans. Aujourd’hui, je suis écoeuré. Une fois encore, on se couche devant les caïds. On nous a donné l’ordre de ne plus patrouiller en civil, de remettre nos uniformes pour ne pas être identifiés comme un flic de la BAC. C’est désastreux pour l’image. Les petits caïds se disent dans leur tête que les flics ont peur, qu’ils reculent. Parmi les policiers exfiltrés, il y a un major à deux mois de la retraite avec 15 ans de BAC derrière lui. C’est la honte. »

« DE LA CHAIR À CANON »

« On se fout de la gueule des flics, on nous prend pour de la chair à canon. Quand on pense que Sarko avait promis de karcheriser les cités ! La hiérarchie fait tout pour minimiser la gravité de la situation. Personne ne sait ce qu’est devenu l’agent de sécurité qui a failli prendre une balle. C’est l’omerta. Heureusement, l’info circule entre nous, via les portables. »

« GILETS PARE-BALLES PÉRIMÉS »

« Le 22 juillet, je me suis pointé au travail à midi. J’ai appris qu’à 16 heures je devais être à Grenoble pour une mission de neuf jours. Si tu refuses, t’es muté dans un service de merde. Alors, tu pars risquer ta peau pour 1.800 euros par mois. Mon métier, c’est de protéger les biens et les personnes. Pas de me faire tirer comme un lapin par un crevard de cité. Notre véhicule affiche plus de 100.000 kilomètres au compteur, à l’intérieur, le chauffage est bloqué. Voilà l’état de la police aujourd’hui, en tout cas de la sécurité publique, dont je fais partie. Rien ne fonctionne normalement, ni les voitures, ni les ordinateurs. Certains ont des gilets pare-balles périmés. Même nos brassards de police sont usés jusqu’à la corde, j’ai un collègue qui a été obligé de repasser au marqueur la lettre P du mot police. »

« CE N’EST PAS LES CAÏDS QUI VONT FAIRE LA LOI »

« J’entends certains dire il faut envoyer l’armée. Qu’on nous laisse agir, et ça ira très vite. Ce n’est pas une vingtaine de petits caïds qui vont faire la loi. Ces derniers jours, avec les renforts qui ont débarqué, les types se tiennent à carreau. Hormis quelques marioles qu’il faut savoir calmer. Hier, on est tombé sur un crevard de ce genre. Le type était au téléphone quand on s’est approché pour le contrôler. Je m’adresse à lui en le vouvoyant pour lui demander de mettre fin à sa conversation téléphonique, il me répond en me tutoyant : « Tu es qui toi pour me demander de m’arrêter de téléphoner. Personne ne me contrôle ici. » Il a pris direct deux pièces de cinq francs (des gifles). Après, il nous disait : « Bonjour, merci et au revoir. » Bien sûr que je me mets hors clous en agissant ainsi. Mais pourquoi devrait-on baisser la tête ? Si tous les flics agissaient ainsi, les problèmes seraient vite réglés. Pour moi, ça, ce n’est pas une bavure, c’est une démarche citoyenne. Il faut arrêter de verbaliser le citoyen lambda et s’attaquer aux caïds, aux dealers, aux braqueurs. Quand un jeune de 20 ans roule dans une X6 qui coûte 120.000 euros et qu’il ne travaille pas, c’est à lui qu’il faut confisquer la voiture sur le bord de la route. »

« SARKO NE SAIT PAS CE QUI SE PASSE »

« Il faut que la population sache que les policiers n’ont pas peur d’entrer dans les cités. Si nous n’y allons pas, c’est que nous avons ordre de ne pas y aller. Aujourd’hui, la hantise des autorités, c’est la bavure, l’émeute, l’embrasement. Mais à force de reculer, de renoncer, on arrive à des situations comme aujourd’hui. Un jour, on se réveille, c’est trop tard, c’est l’effet boomerang. Je ne crois pas que les conseillers de Sarko lui disent la vérité sur ce qui se passe. Il faudrait que tous ces délégués à la sécurité, préfets ou autres viennent tourner une nuit avec la BAC pour voir l’étendue des dégâts. On dit ici qu’un flic du Raid a eu dans la jumelle de son fusil un voyou perché sur un toit avec un lance-roquettes. Et qu’il n’aurait pas reçu l’ordre de tirer. Si j’avais été à sa place, j’aurais appuyé sur la détente. Et cela ne m’aurait pas empêché d’aller manger une pizza après. Est-ce qu’on attend qu’il pulvérise un fourgon de flic ? »

« LA PAROLE D’UN FLIC NE VAUT RIEN »

« Les flics vont se mettre à tirer. S’ils ne l’ont pas encore fait, c’est parce que la peur de perdre leur boulot est plus forte. Mais les flics en ont ras le bol. Après 15 ans de police, sans le moindre problème, je me suis retrouvé du jour au lendemain mis en garde à vue, perquisitionné à mon domicile parce qu’un crevard de cité, multirécidiviste, m’avait accusé de l’avoir agressé. Ce qui était faux. Mon service de nuit à peine terminé, je me suis retrouvé en garde à vue, puis mis en examen par le doyen des juges d’instruction. Pourtant, je suis un des flics les plus décorés de ma génération. Le doyen en question qui n’avait jamais mis les pieds dans un commissariat, ni même dans une voiture de flic m’expliquait comment il fallait que j’intervienne sur la voie publique. J’ai été suspendu durant neuf mois, privé de salaire. Je vivais avec 300 euros par mois. Si je ne suis pas mis une bastos dans la tête, c’est parce que mes proches m’ont soutenu. Au bout du compte, j’ai été relaxé par le tribunal. La parole d’un flic aujourd’hui ne vaut rien. Ni devant un jeune de cité, ni devant un juge, ni devant un élu. Le flic est un sous-citoyen. »

Source: http://tinyurl.com/3alqpxt



Denis, policier à la BAC : « Le flic est un sous-citoyen »

Par Jean-Michel Décugis et Christophe Labbé

Denis, policier à la BAC : "Le flic est un sous-citoyen"

Les effectifs de la BAC Grenoble ont été mis en repos de force par le préfet alors que circule la rumeur d’un contrat sur leur tête © Fabrice ANTERION / MAXPPP

// <![CDATA[
document.write( »);

// ]]>Click here to find out more!

Denis est policier à la Brigade anticriminalité (BAC). Il fait partie des hommes envoyés en renfort à Grenoble où des policiers sont menacés de mort par des caïds de cité. Il a accepté de témoigner pour Le Point.fr sous couvert d’anonymat. Édifiant.

« ON SE COUCHE DEVANT LES CAÏDS »

« Nos collègues de Grenoble ont leur nom et prénom tagués sur les murs du quartier de la Villeneuve. Et la seule réponse du ministère, c’est de les mettre au repos ou de les muter. Je suis dans la BAC depuis 10 ans. Aujourd’hui, je suis écoeuré. Une fois encore, on se couche devant les caïds. On nous a donné l’ordre de ne plus patrouiller en civil, de remettre nos uniformes pour ne pas être identifiés comme un flic de la BAC. C’est désastreux pour l’image. Les petits caïds se disent dans leur tête que les flics ont peur, qu’ils reculent. Parmi les policiers exfiltrés, il y a un major à deux mois de la retraite avec 15 ans de BAC derrière lui. C’est la honte. »

« DE LA CHAIR À CANON »

« On se fout de la gueule des flics, on nous prend pour de la chair à canon. Quand on pense que Sarko avait promis de karcheriser les cités ! La hiérarchie fait tout pour minimiser la gravité de la situation. Personne ne sait ce qu’est devenu l’agent de sécurité qui a failli prendre une balle. C’est l’omerta. Heureusement, l’info circule entre nous, via les portables. »

« GILETS PARE-BALLES PÉRIMÉS »

« Le 22 juillet, je me suis pointé au travail à midi. J’ai appris qu’à 16 heures je devais être à Grenoble pour une mission de neuf jours. Si tu refuses, t’es muté dans un service de merde. Alors, tu pars risquer ta peau pour 1.800 euros par mois. Mon métier, c’est de protéger les biens et les personnes. Pas de me faire tirer comme un lapin par un crevard de cité. Notre véhicule affiche plus de 100.000 kilomètres au compteur, à l’intérieur, le chauffage est bloqué. Voilà l’état de la police aujourd’hui, en tout cas de la sécurité publique, dont je fais partie. Rien ne fonctionne normalement, ni les voitures, ni les ordinateurs. Certains ont des gilets pare-balles périmés. Même nos brassards de police sont usés jusqu’à la corde, j’ai un collègue qui a été obligé de repasser au marqueur la lettre P du mot police. »

« CE N’EST PAS LES CAÏDS QUI VONT FAIRE LA LOI »

« J’entends certains dire il faut envoyer l’armée. Qu’on nous laisse agir, et ça ira très vite. Ce n’est pas une vingtaine de petits caïds qui vont faire la loi. Ces derniers jours, avec les renforts qui ont débarqué, les types se tiennent à carreau. Hormis quelques marioles qu’il faut savoir calmer. Hier, on est tombé sur un crevard de ce genre. Le type était au téléphone quand on s’est approché pour le contrôler. Je m’adresse à lui en le vouvoyant pour lui demander de mettre fin à sa conversation téléphonique, il me répond en me tutoyant : « Tu es qui toi pour me demander de m’arrêter de téléphoner. Personne ne me contrôle ici. » Il a pris direct deux pièces de cinq francs (des gifles). Après, il nous disait : « Bonjour, merci et au revoir. » Bien sûr que je me mets hors clous en agissant ainsi. Mais pourquoi devrait-on baisser la tête ? Si tous les flics agissaient ainsi, les problèmes seraient vite réglés. Pour moi, ça, ce n’est pas une bavure, c’est une démarche citoyenne. Il faut arrêter de verbaliser le citoyen lambda et s’attaquer aux caïds, aux dealers, aux braqueurs. Quand un jeune de 20 ans roule dans une X6 qui coûte 120.000 euros et qu’il ne travaille pas, c’est à lui qu’il faut confisquer la voiture sur le bord de la route. »

« SARKO NE SAIT PAS CE QUI SE PASSE »

« Il faut que la population sache que les policiers n’ont pas peur d’entrer dans les cités. Si nous n’y allons pas, c’est que nous avons ordre de ne pas y aller. Aujourd’hui, la hantise des autorités, c’est la bavure, l’émeute, l’embrasement. Mais à force de reculer, de renoncer, on arrive à des situations comme aujourd’hui. Un jour, on se réveille, c’est trop tard, c’est l’effet boomerang. Je ne crois pas que les conseillers de Sarko lui disent la vérité sur ce qui se passe. Il faudrait que tous ces délégués à la sécurité, préfets ou autres viennent tourner une nuit avec la BAC pour voir l’étendue des dégâts. On dit ici qu’un flic du Raid a eu dans la jumelle de son fusil un voyou perché sur un toit avec un lance-roquettes. Et qu’il n’aurait pas reçu l’ordre de tirer. Si j’avais été à sa place, j’aurais appuyé sur la détente. Et cela ne m’aurait pas empêché d’aller manger une pizza après. Est-ce qu’on attend qu’il pulvérise un fourgon de flic ? »

« LA PAROLE D’UN FLIC NE VAUT RIEN »

« Les flics vont se mettre à tirer. S’ils ne l’ont pas encore fait, c’est parce que la peur de perdre leur boulot est plus forte. Mais les flics en ont ras le bol. Après 15 ans de police, sans le moindre problème, je me suis retrouvé du jour au lendemain mis en garde à vue, perquisitionné à mon domicile parce qu’un crevard de cité, multirécidiviste, m’avait accusé de l’avoir agressé. Ce qui était faux. Mon service de nuit à peine terminé, je me suis retrouvé en garde à vue, puis mis en examen par le doyen des juges d’instruction. Pourtant, je suis un des flics les plus décorés de ma génération. Le doyen en question qui n’avait jamais mis les pieds dans un commissariat, ni même dans une voiture de flic m’expliquait comment il fallait que j’intervienne sur la voie publique. J’ai été suspendu durant neuf mois, privé de salaire. Je vivais avec 300 euros par mois. Si je ne suis pas mis une bastos dans la tête, c’est parce que mes proches m’ont soutenu. Au bout du compte, j’ai été relaxé par le tribunal. La parole d’un flic aujourd’hui ne vaut rien. Ni devant un jeune de cité, ni devant un juge, ni devant un élu. Le flic est un sous-citoyen. »

Fallait déjà oser: Sarkozy salue les « progrès » d’Andorre en matière de transparence fiscale.

Oui, fallait oser car, en ce moment, la France semble être au hit-parade des évasions fiscales et autres sombres affaires de « gros sous ». Et ce n’est pas « la France d’en bas » qui se fait remarquer sur le sujet. Mais, le « co-prince » a parlé…

FDF

PARADIS FISCAUX


Nicolas Sarkozy a salué jeudi les « progrès » d’Andorre en matière de transparence fiscale, lors d’une première visite dans la principauté depuis son élection en 2007 marquant la fin d’une période de tensions entre les deux Etats. « La transparence n’est pas contraire à l’identité andorrane. Les progrès que vous avez réalisés sont considérables », a-t-il déclaré devant le Conseil général, le Parlement andorran. Les présidents français sont par tradition co-princes d’Andorre.

« La compétitivité fiscale, personne ne peut vous la reprocher, la fraude fiscale, c’est autre chose », a ajouté Nicolas Sarkozy. Un message qu’il a répété devant des Andorrans rassemblés sur la place du Peuple, dans le centre historique, qui n’avait pas attiré les foules malgré la fermeture des commerces imposée par les autorités locales. « J’engage l’Andorre à poursuivre ses efforts », a aussi dit le Président, alors que la principauté, qui n’a pas d’impôts directs, s’est engagée dans une réforme fiscale respectueuse des normes européennes.

La menace de Sarkozy « fut une manière de nous faire réagir » (Andorre)

En mars 2009, devant des députés UMP, Nicolas Sarkozy avait menacé d’abdiquer sa fonction de co-prince, qu’il partage avec l’évêque espagnol d’Urgell, si Andorre ne progressait pas sur la voie de la transparence fiscale, l’un de ses principaux combats sur la scène internationale. Le président du Parlement andorran Josep Dallerès a reconnu que cette « intervention » l’avait « irrité » tout en estimant qu’elle « fut une manière de nous faire réagir ».

En septembre, les 28 députés andorrans ont voté une loi instaurant la levée partielle du secret bancaire et ont signé des accords d’échanges d’informations fiscales – en cas de requête – avec plusieurs pays dont la France en septembre dernier. Ce qui a valu à la principauté d’être retirée, en février, de la liste grise des paradis fiscaux de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).

Source: http://tinyurl.com/33eqxme

Chroniques de la connerie ordinaire…

En France, on construit des mosquées, là où elles auront un impact psychologique le plus important. Des lieux stratégiques d’islamisation sont prévus. Et on contourne si bien la loi pour arriver à ses fins que c’est est devenu odieux. En revanche, quand un jeune couple veut mener une vie simple et peinarde sans nuire à qui que ce soit en construisant une yourte (http://tinyurl.com/26d4tp3) pour y résider, ça devient hors la loi… Lisez ce qui suit. Honteux!

Pauvre France.

FDF

.

Faut-il détruire la yourte d’Arrout ?

Dans le potager, de gauche à droite, Léa, Georges Garié, ancien maire d'Arrout, et la maman de Léa./ Photo DDM, J.-F. Ferré.

Dans le potager, de gauche à droite, Léa, Georges Garié, ancien maire d’Arrout, et la maman de Léa./ Photo DDM, J.-F. Ferré.

Retour à Arrout, l’habitation du jeune couple est toujours menacée. La préfecture invoque une violation du code de l’urbanisme, la mairie et les associations soutiennent Tom et Léa.

Léa est sur les nerfs. « Que feriez-vous si on vous menaçait sans cesse de détruire votre foyer ? » La jeune femme de 26 ans se bat depuis bientôt 3 ans pour sa yourte, dans laquelle elle vit avec son compagnon, Tom.

Tout commence quand le couple, originaire de Franche-Comté, débarque en Ariège, dans la petite commune d’Arrout. Lui est professionnel dans le bâtiment, elle est spécialiste dans le maraîchage bio. Lorsque leur ami leur propose un terrain en friche, Tom et Léa relèvent leurs manches pour le remettre en état et y installer leur habitation. L’ancien maire se souvient de leur arrivée : « Un jeune couple sur la commune, cela m’enchantait, surtout qu’ils étaient pleins de projets, pas du genre à profiter du système », défend Georges Garié. En quelques mois, le terrain abandonné se transforme en potager et en jardin fleuri et la yourte est enfin construite. « Ils n’ont rien entrepris sans l’autorisation de la mairie et du propriétaire, ils sont même allés demander des renseignements à la direction départementale des territoires (délégation territoriale de Saint-Girons), qui ne leur a jamais répondu… », explique l’ancien maire.

Les problèmes arrivent dans la boîte aux lettres du jeune couple, dans laquelle les courriers de mise en demeure s’enchaînent, allant jusqu’au procès. En mars dernier, le tribunal correctionnel de Foix rend son verdict : une amende de 600 euros et l’obligation de démolir la yourte avec pénalités par jour de retard. Le couple fait appel et selon leur avocat, maître Guy Dedieu, « si on peut reprocher une seule chose à Tom et Léa, c’est d’avoir été trop honnêtes ! La DDT n’a pas su leur donner de réponses en temps voulu, mais une fois la yourte bâtie, le service de l’urbanisme n’a pas perdu de temps pour lancer la procédure de destruction ».

Un combat symbolique

Pour Léa, « c’est absurde, nous ne dérangeons personne ! On ne lâchera pas car notre combat devient symbolique, c’est celui de tous les gens qui souhaitent vivre proches de la nature. L’État ne peut pas interdire par principe quand le but est écologique ». Du côté de la préfecture de l’Ariège, on met en avant le respect du code de l’urbanisme : « Cette yourte ne peut être assimilée à un mode d’habitation durable, elle peut être construite sur un terrain de camping ou de loisirs, mais cela doit rester éphémère », explique le directeur de cabinet du préfet, M. Vignot.

Pourtant, il semble que ce mode d’habitation se développe fortement. Manos, constructeur de yourtes et tipis en région PACA, constate « un réel engouement pour ce mode de vie ». « Il va falloir que la loi s’adapte, mais en attendant les gens vivant dans les yourtes doivent se faire discrets et avoir l’autorisation préalable de leur mairie. » Il semblerait pourtant que cela n’ait pas été suffisant pour Tom et Léa…

.

Source: http://tinyurl.com/2a3ekyw

Si ça se trouve, ça dérange les muzz du coin…

FDF


De plus en plus de talibans cachés sous des burqas…

.

Alors, qu’est-ce qu’on dit pour la burqa? Hein? Ne serait-ce pas une nouvelle tenue de camouflage de Al-Quaeda et Cie? Récemment, le n° 2 de cette nébuleuse criminelle n’a t’il pas menacé la France?  Alors, messieurs les parlementaires, y en a t’il parmi vous qui sont encore POUR le port de ce déguisement sur le sol de notre Patrie? Malheureusement, je pense que oui…

FDF


Photo: AP

De plus en plus de talibans se cachent parmi les civils dans l'est de... (Photo: AP)

De plus en plus de talibans se cachent parmi les civils dans l’est de l’Afghanistan en revêtant une burqa afin de ne pas se faire repérer, a indiqué mercredi le général américain à la tête des troupes dans cette région.

La tactique consistant à s’habiller en femme pour tromper les soldats américains ou de l’Otan n’est pas nouvelle dans le sud du pays, où une attaque suicide utilisant ce subterfuge a échoué en mars, a souligné le général de division John Campbell, responsable d’une zone couvrant Kaboul et 14 provinces.

Mais ces méthodes étaient encore récemment inconnues dans l’est.

«Une des tactiques ayant évolué au fil des ans est qu’on voit maintenant des hommes habillés en burqa dans les villages, un phénomène que nous ne constations pas auparavant», a-t-il déclaré à des journalistes du Pentagone par liaison satellite.

Lors de leurs opérations, les soldats américains et de l’Otan ne portent habituellement pas d’attention aux femmes. Mais cette nouvelle méthode, ainsi que le recours à une femme pour commettre un attentat suicide le 22 juin dans la province de Kunar, risque de changer la donne.

Sur les quelque 450 attentats suicides commis en Afghanistan depuis neuf ans, il s’agissait du premier perpétré par une femme, a souligné John Campbell.

Le général a par ailleurs noté que le nombre d’attaques dans la région avait «augmenté de 12%» dans la première moitié de l’année.

«Nous savons que nous allons avoir un été difficile. Les insurgés ne vont pas nous laisser amener des forces supplémentaires sans chercher à démontrer» leur propre force, a-t-il dit.

Près de 140 000 soldats américains et d’autres pays de l’Otan sont actuellement déployés dans le pays, et 10 000 autres doivent arriver dans les prochaines semaines.

.

Source: http://tinyurl.com/2ccaub5

Aldo Stérone sur l’assassinat de Michel Germaneau.

.

Du net et sans bavures, ni détours… J’aime bien cette réflexion profonde d’Aldo Stérone. Ca surpasse du « Tariq Ramadan » haut la main, non? A l’envers, bien sûr…

FDF


Aldo Stérone :

« Il y a des solutions, envoyer des professionnels sur place, bien équipés,et qu’ils tuent tout ce qu’ils voient, c’est la seule solution »(vidéo à 06:34)

http://www.dailymotion.com/video/xe6f59_aldo-sterone-sur-l-assassinat-de-mi_news?start=530#from=embed

Et encore un commentaire sympa !

Un « ami » m’a encore laissé un commentaire. C’est pas la peine que je m’inscrive sur Facebook pour trouver des amis. J’en ai plein; la preuve, ce petit mot gentillounet reçu ce jour. On fait comme d’hab, on a l’adresse mail, l’IP, etc… Vous connaissez les consignes. Pour les novices, lisez et diffusez… Les français sont racistes, paraît ‘il… Remarquez au passage la finesses des propos, la syntaxe et l’orthographe… Quand je les les nommes « chimpanzés« , j’ai peur que la SPA porte plainte…

Tiens, au fait, ça me donne une idée… Je vais porter plainte pour menaces de violences à mon encontre. Si, si, pour l’exemple. La Justice n’aura qu’à se servir; il y a tout ce qui faut.

FDF

.

« Un nouveau commentaire sur l’article « Un « Pastis » halal a vu le jour ! » attend votre approbation
https://francaisdefrance.wordpress.com/2010/07/29/un-pastis-halal-a-vu-le-jour/
Auteur : quelqu’un (IP : 81.185.250.25 , 81.185.250.25)
E-mail   : jetemmerde@ejkb.fr
Adresse :
Whois    : http://ws.arin.net/cgi-bin/whois.pl?queryinput=81.185.250.25
Commentaire :
hahahaha, c’est drôle
autre truc drôle:
quand Allah te cassera la gueule, alalala, j’attends ce moment, la victoire appartient au Créateur, Allah, je minkiete pas pour ça, les mécréants de merde comme toi perdront un défaite DURE ET DOULOUREUSE, que ca plaise ou non aux mecreants
cest tout de meme pas les creatures qui vont faire la loi
bcp d’invoctions seront faites, a choisir entre tetraplegie ou handicap c’est mieu que la mort qui est trop facile pour moi… »
.

Pov’ con!

FDF

Mosquée de Nanterre : une arnaque ?

jeudi, 29 juillet 2010



La construction de la mosquée Emir-Abdelkader à Nanterre cacherait une énorme escroquerie. Alors que la première pierre a été posée en grande pompe le 17 octobre dernier, les travaux sont arrêtés et risquent de ne pas reprendre avant longtemps.

Pour l’heure, l’affaire n’est pas encore entre les mains de la justice mais, dans la semaine, le procureur de Nanterre, Philippe Courroye, devrait recevoir la plainte d’une personne se disant abusée par l’entreprise chargée d’édifier le lieu de culte pour le compte de l’Association islamique des religieux de Nanterre (Airn).

Selon nos informations, cette entreprise, baptisée Novolis, a été spécialement créée pour la réalisation de la mosquée avec le concours d’un dénommé Tacim S., déjà condamné pour des escroqueries dans la région bordelaise. C’est de l’argent public qui aurait été détourné. Celui de l’Etablissement public d’aménagement de La Défense (Epasa), qui s’est engagé à verser un million d’euros à l’association islamique.

Le montage est simple : contre ce million, l’Epasa récupère le terrain, actuellement occupé par la mosquée, de l’association, avenue de la République. Et l’association utilise l’argent pour financer le nouveau lieu de culte, le long de l’A 86, non loin des Papeteries de la Seine et de la maison d’arrêt.

Les sommes devant être versées par tranche, au fil des étapes des travaux, l’Epasa se serait déjà acquitté d’environ 500 000 € dès l’automne dernier, au moment de la pose de la première pierre, pour permettre ainsi le démarrage du gros œuvre. Une fois l’argent sur le compte de l’Airn, celui-ci est transféré à Novolis.

Mais, selon un proche de l’affaire, « quelques dizaines de milliers d’euros disparaissent parfois pendant le transfert ». Le cheik Boudjedi, recteur de la grande mosquée de Nanterre, qui préside l’association islamique, pouvait-il ignorer cette évaporation ? A-t-il laissé faire ? Est-il lui-même impliqué dans le système ?

Si une enquête judiciaire est ouverte, le cheik Boudjedi sera vraisemblablement interrogé. Richard Lejoyeux, alias Abdel Ghani depuis sa conversion à l’islam, pourrait également avoir à répondre aux questions de la police. Président de la Coordination islam et société (CIS 92), c’est lui qui représentait le maître d’ouvrage, c’est-à-dire l’association présidée par Boudjedi. C’est donc lui qui était en lien avec Novolis.

Et, plus ennuyeux, 200 000 € versés à Novolis juste après un virement de l’Epasa à l’association islamique se seraient envolés vers un compte offshore à Chypre, où Richard Lejoyeux a des attaches. « J’y vais depuis vingt ans », répond-il avec décontraction.

Richard Lejoyeux confie également sa « surprise » quand il a « découvert que Novolis était criblé de dettes ». Et d’ajouter qu’il « ne sait pas du tout s’il y a eu ou non des malversations ». « Nous avons versé les sommes à Novolis pour les travaux, qui avaient l’air d’avancer normalement d’ailleurs. Après, comment voulez-vous qu’on sache ce que l’entreprise fait de nos chèques », précise-t-il encore.

Aujourd’hui, Novolis est en liquidation judiciaire. Avec un passif de 480 000 €.

Source: http://tinyurl.com/3xqvvnx

Ramadan: New York renforce la sécurité…

.

Le ramadan finit le 9 septembre. Deux jours plus tard, les muzz seront en pleine festivités, bien entendu. Ce serait pas mal de se joindre à eux (de loin…) pour célébrer ensemble (ou à distance…) un certain 11 septembre 2001… Et qu’ils s’en souviennent, surtout. Remember…

FDF

29/07/2010

La police de New York a annoncé hier qu’elle renforcerait les mesures de sécurité aux abords des mosquées et des centres islamiques de la ville pendant le ramadan, du 11 août au 9 septembre.

Les patrouilles de police se multiplieront autour de tous les sites musulmans existants ou futurs, précise la police, en référence au projet controversé de construction d’une mosquée près de Ground Zero.

« Pendant le ramadan, le département (de la police) augmentera le nombre de policiers à pied postés autour des mosquées, assignera des véhicules de patrouille aux lieux de cultes et à certaines zones et déploiera plus d’unités anti-criminalité en civil pour dissuader les cambriolages », selon ce communiqué de la police (NYPD).

Une unité de la police de New York chargée de combattre les crimes à caractère raciste ou motivés par l’intolérance religieuse « continuera à faire de la sensibilisation à travers la ville (et) visitera les mosquées et les sites où des mosquées sont prévues », ajoute le communiqué.

Source: http://tinyurl.com/37reqlg

Sondage Québec et Canada: La majorité d’accord pour bannir le voile intégral des lieux publics !

La sagesse des foules.. Les sondeurs se disent surpris : « C’est le Canada. Nous n’interdisons rien » disent-ils. Pourtant, nous interdisons la cigarette dans les lieux publics, nous interdisons le téléphone portable au volant, la circulation à vélo sans casque de sécurité, etc etc etc  Et nous avons des polices de la pensée qui interdisent les discours offensants.

Selon CAIR-CAN il faut davantage de sensibilisation des citoyens pour les ouvrir aux vertus de la charia et du vêtement qui symbolise l’apartheid des femmes, la barbarie, la haine et la mort…

Sondage-burqa-2


Suite et source : LCN canoe, 28 juillet 2010 (via postedeveille.ca)

« Gens du voyage ». On ne fait rien pour eux?

.

Ben si, « on » fait. Enfin, c’est vous qui faites, via la Caisse d’Allocs, comme pour les muzz… Voyez la copie d’écran ci-dessous:

FDF

.

Les aides pour l’achat de caravane

La Caf accorde des aides pour l’achat de caravane exclusivement réservées aux gens du voyage.

Conditions d’attribution

Pour pouvoir bénéficier de cette aide, vous devez :
être allocataire de la Caf de Saône-et-Loire et percevoir sur le mois de la demande une prestation familiale légale, l’aide personnalisée au logement (APL), l’allocation aux adultes handicapés (AAH) ou le revenu de solidarité active (RSA), pour au moins 1 enfant à charge,
avoir un quotient familial inférieur à 860 €

Montant

L’aide est accordée par la commission des aides individuelles dans la limite d’un plafond qui varie selon la composition de votre famille ; elle comprend une partie en prêt remboursable sur 5 ans et une partie en secours.

Composition de la famille Coût
plafonné
Prêt de la Caf : 50 % Secours
de la Caf : 20 %
Part restant à charge
de la famille : 30 %
< à 5 personnes 7 000 € 3 500 € 1 400 € 2 100 €
5 à 6 personnes 8 000 € 4 000 € 1 600 € 2 400 €
+ de 6 personnes 9 000 € 4 500 € 1 800 € 2 700 €

Pratique
La demande doit être transmise à la Caf par un organisme spécialisé dans l’accompagnement des gens du voyage ou par un travailleur social avec un argumentaire et un devis de la caravane (neuve ou d’occasion).
Le paiement du prêt et du secours est fait directement au fournisseur à réception du contrat de prêt signé et de la facture.
Dans les 2 mois qui suivent le paiement de l’aide, la famille doit fournir à la Caf la copie de la carte grise de la caravane.

Nos services et aides pour les FAMILLES…

LE PRET CARAVANE

Aide Prêt sans intérêt pour remplacer une caravane existante compte tenu :
– de sa vétusté et/ou insalubrité
– de son exiguïté par rapport à la composition de la famille
Bénéficiaires Les familles dont la résidence principale est une caravane
Conditions d’attribution Un contrôle sur place à priori, est effectué pour vérifier si l’achat est justifié en fonction des critères définis
Montant de l’aide 8 000 € maximum
Paiement Au fournisseur après production du contrat de prêt, de la facture et du certificat de session d’un véhicule

La petite enfance | Le temps libre | Les jeunes adultes | Habitat et vie de quartier | Le soutien aux parents
Nos accueils I Nos aides et services d’action sociale I Nos modes de contact I Le portrait de votre CAF I Données sociales de votre Caf

Source:

Nos services et aides d’action sociale
http://www.caf.fr/web/Web711.nsf/VueLien/AIDES1_HABITATETVIEDEQUARTIER_LESAIDESPOURL%27ACHATDECARAVANE?opendocument

Un « Pastis » halal a vu le jour !

.

Mais normalement, un « bon » musulman ne boit pas d’alcool, non? C’est défendu par Momo, paraît’il?

Et pourtant, le « pastis » halal est désormais en vente. Et de Marseille, qu’il est, le Pastis, comme la mosquée du même nom. Drôle de religion », l’islam…

FDF

.

Ca fait pas du bien, de rigoler un coup, non?


Madison avenue. New York; année 2010…

.

Ils ont aussi leurs rues Myrha, aux States…  Défense de vomir…

FDF


Un euro pour un drapeau brûlé: c’est cadeau!

.

« Pas assez cher, mon fils »… C’est bien la peine de pondre des lois. En outre, ça ne va pas décourager les autres; au contraire. Encore un gros « foutage de gueule » qui se pointe à l’horizon… Très mauvais pour l’identité nationale, ça; trèèèèèèèès mauvais…


On peut pas avoir l’adresse de ces pauvres d’jeun’s prévenus, « français, nés en France« , afin de constituer un collectif pour les soutenir dans cette dure épreuve et payer aussi l’amende infligée sévèrement par le tribunal? J’irai moi-même leur porter les fonds; avec quelques potes, peut-être; on ne sait jamais, les rues ne sont pas sûres…


FDF

.

28.07.10

Les faits se sont déroulés en marge d’Algérie-Slovénie en juin, le tribunal rendra son jugement le 3 septembre…

Ils sont quatre, mais seuls trois ont été jugés ce mercredi pour «dégradations par incendie». L’objet du délit: un drapeau. Pas tricolore, mais celui aux couleurs de la commune de Villeneuve-Saint-Georges, que les suspects sont accusés d’avoir brûlé, avant de le remplacer par celui de l’Algérie, un soir de Coupe du monde.

Agés de 22 à 27 ans et connus des services de police, les prévenus se sont passés des services d’un avocat et nient en bloc. Un quatrième suspect est toujours en fuite. «Je suis français, je suis né en France. Des conneries j’en ai faites mais j’ai jamais fait ça», s’est défendu l’un d’eux, un autre ne sortant de son mutisme que pour répéter: «C’est pas moi qu’ai fait ça».

Acte «souciant» ou «scandaleux»?

Dans la nuit du 13 au 14 juin, l’Algérie avait été battue par la Slovénie sur le score de 1 à 0 et l’incident avait été jugé «souciant» par la maire-adjointe de la commune Cécile Duflot. La secrétaire nationale des Verts l’avait cependant mis sur le compte du Mondial, «avec les emportements que cela peut susciter».

Mais du côté de l’UMP, Dominique Paillé avait déploré un «acte scandaleux et délibérément provocateur». Le porte-parole adjoint du parti avait ajouté que l’incident devait «être dénoncé fermement par tous les républicains et ses auteurs poursuivis et châtiés».

«Connerie»

Incriminant les médias, l’avocat de la commune, Jean-Louis Péru, a insisté ce mercredi sur le préjudice subi par Villeneuve, présentée à tort «comme la ville où le drapeau français a été incendié» et a demandé le versement d’un euro symbolique ainsi que le remboursement du drapeau endommagé, soit la somme de 302,59 euros.

La procureure Brigitte Franceschini a de son côté qualifié l’acte de «connerie» et fait un lien avec les footballeurs français lors du dernier Mondial: «Quand on voit comment se comporte l’équipe de France, on ne peut pas être étonné des excès de certains supporteurs.» Elle a requis une mesure de réparation pénale dans laquelle les prévenus devront financer le remplacement du drapeau et verser un euro symbolique, sous peine d’encourir un mois de prison. Le jugement sera rendu le 6 septembre.

Source: http://www.20minutes.fr/article/586605/Societe-Au-tribunal-pour-un-drapeau-brule.php

Michel Germaneau: pas de cérémonie officielle ?

.

Et pourtant, il a payé de sa vie des « affaires nationales » qui ont mal tourné, non? Mais cela ne nous regarde pas; comme bien d’autres choses qui se passent sur la terre de NOTRE nation

FDF

« Comment se fait-il qu’une cérémonie nationale ne soit pas prévue, même si le corps de Michel Germaneau n’ a pas encore été récupéré, ce Français (gros mot pour certains) lâchement assassiné par des gens qui réclament un « Maghreb islamique«  (ah bon ? il n’est pas islamique le « Maghreb » ??? Mais !!! l’islam y est religion d’Etat, non ???? sauf en Tunisie il est vrai…) ?

Comment se fait-il que le Raid et le GIGN aient été déjà rapatriés de Grenoble alors que la population de la localité concernée reste sous le joug des nouveaux bandits de grand chemin et autres « chauffeurs » (il faudrait sept mercenaires ou sept samouraïs pour y aller avec la maîtrise d’un Steven Seagal et la ruse d’un Clint Eastwood…) ?…

Comment se fait-il qu’au lieu de cerner ces 700 lieux à risques afin d’y  « terroriser les terroristes » on écoute encore les errements de sociologues d’opérette qu’un Aron aurait écarté d’un froncement de sourcil ?

Comment se fait-il que les réelles mesures à prendre en matière de relance de la machine économique ne soient toujours pas prises alors que l’on fait des économies de bouts de chandelle sur l’apparat nécessaire pourtant pour le moral des troupes.

Comment se fait-il que l’on pense plutôt multiplier les radars sur les autoroutes alors qu’il serait préférable de le faire sur le réseau secondaire qui a vu le nombre de morts et de blessés augmenter, et qu’il serait préférable d’améliorer le réseau routier et d’augmenter le nombre de moniteurs d’auto-école et d’inspecteurs pour le permis de conduire ?…

La politique étrangère n’est pas au mieux non plus.

Comment se fait-il que l’on pense à mieux légitimer les représentants de l’Autorité palestinienne alors qu’ils n’ont donné aucune garantie sur l’abandon du retour des dits-réfugiés au sein même d’Israël ?

Comment se fait-il que l’on continue de donner des gages au monde arabe alors qu’il vaudrait mieux se tourner vers le monde africain, indien, taïwanais, sud-américain ?

Comment se fait-il que l’on ne prenne pas au mot le président iranien en répondant à sa provocation lorsqu’il dit que les sciences sociales ne doivent pas être enseignées du fait de leurs racines occidentales (il est vrai que si ces sciences sont incarnées par un Muchielli ou un clone de Bourdieu, Foucault…).

Comment se fait-il que le terme multilatéral soit déjà flétri (en même temps que celui de multiculturalisme) alors qu’il aurait été intéressant de demander à nos brillants théoriciens  comment peut-on construire des valeurs communes s’il n’existe plus aucun cadre universel permettant de les fonder ?

Et comment se fait-il que l’idée européenne se soit effondrée et que la technostructure renforce son emprise relativiste et aseptisée au moment même où elle est de plus en plus rejetée ? Comment se fait-il que nous n’avons pas été capables de construire une culture européenne qui nous auraient permis de fêter autant la saint Patrick que la naissance de Goethe et la nuit du 4 août ?

Nous avons laissé la texture, la chair de ce qui fait au plus profond l’âme européenne (canevas de l’universel des droits humains qui plonge ses racines au coeur de la pensée judéo-gréco-chrétienne dont une certaine pensée musulmane a, certes, été la lectrice, pas plus), nous avons expulsé cette âme laissant le corps devenir ce zombi que nous connaissons encore et qui avance mécaniquement tel le poulet sans tête qui en a encore pour quelques secondes d’autonomie avant de s’effondrer (dans un tunnel berlinois  en criant  » love love love « ?).

Nous vivons en pleine auto-destruction (décadence bien connue d’un Caligula ou d’un Néron). Il n’est pas étonnant dans ce cas qu’après avoir détruit le cinéma, la littérature, la pensée, l’art dans toutes ses dimensions (même s’il reste de beaux restes et quelques résilients), nous nous soyons rendus si aveugles au fait que l’on nous presse maintenant d’adhérer à une pensée confuse qui interdit la musique autre que néantisée ou absente, qui salit l’image ou l’empêche d’exister, qui envie le confort, la beauté, comme le fit le communisme en son temps ; ou la nouvelle esthétique d’un totalitarisme nihiliste ivre de mort et d’enfermement, soutenus par des adeptes qui refusent celui-ci refusant limites, lois, même le patriotisme s’avère un fascisme; voilà le comble d’aujourd’hui.

Evidemment et simultanément une vulgarité suintante d’argent facile les rend également si immondes avec leurs faux « people » (dont on verra bientôt les entrailles puisque l’on suit déjà leurs photocopies en caméra vidéo permanentes ou la série-réalité). Ne reste-il plus comme seule issue que de se rappeler les Anciens et ainsi être montrés du doigt comme d’affreux réactionnaires ? Pourtant, une autre issue reste possible, celle de laisser les conservateurs et leurs croupions postmodernes ferrailler dans un je t’aime moi non plus qui nous mène droit au mur, et tourner enfin la page vers une nouvelle refondation républicaine, de type néomoderne (version ésotérique, pour la version exotérique : ici). »

Source: Lucien S.A Oulahbib

Retour sur certaines caricatures…

.

Pas pu m’empêcher; désolé… Pas de fatwa, pitié !!!

FDF


Subventions et gaspillage: où passe notre argent?

.

On m’a transmis ce lien intéressant… Vous saurez ainsi pourquoi et pour qui vous travaillez… Prenez votre temps pour vous balader sur ce site. Ca vaut la peine.

FDF

http://www.observatoiredessubventions.com/2009/retrouvez-toutes-les-subventions-classees-ville-par-ville/

La conduite de la guerre par nos illusoires républiques…

mercredi 28 juil 2010

Excellente analyse, excellente…

FDF

100728

On se gargarise beaucoup, et cela s’aggrave depuis quelques mois, du mot de république. On le décline en adjectif pour étiqueter, imaginant le justifier, l’ordre public. On lui prête des valeurs. Il paraît qu’il existe, à ce sujet un pacte. Je ne l’ai ni vu, ni lu, ni approuvé par conséquent. Bref, si je n’adhère pas à cette idéologie jacobine, laïque et obligatoire, j’entre dans la catégorie des mauvais Français. Je n’ironiserai même pas, m’y trouvant en assez bonne compagnie, celle de D’Estienne d’Orves, de Bernanos et du Père de Foucauld. Je pose simplement la question : si je me sens plutôt royaliste, chrétien et libéral, conserverai-je le droit de payer mes impôts ? de confier mes économies très moyennes à une banque française ? de boire du vin de bordeaux ? Ou bien dois-je rendre mon passeport à l’administration qui me l’a si gentiment délivré ?

Or ce 26 juillet encore, le chef de l’État, élu au suffrage universel, s’est exprimé, de manière presque forte. Je le trouve, comme toujours dans ce genre de circonstances, ambigu. (1) Il témoigne du mélange d’une habileté certaine et d’une étrange forme de vulgarité que je crois feinte. Peut-être s’agit-il de son sens personnel de la démagogie, de son rapport à un peuple auquel aucune fibre ne le rattache.

Jusqu’ici, je lui accordais une sorte de mérite que certains jugeront paradoxal. La Cinquième république, en effet, n’a produit que désastre, déforestation, dénaturation. Il fallait encore en abaisser le prestige artificiel de cette fonction présidentielle hypertrophiée par le plébiscite. Venant après le pitoyable, et dans cette tâche, l’incomparable Chirac, le petit Nicolas y est parvenu très vite. Dès la folle soirée de sa victoire de 2007, on avait pu mesurer à quel point il allait remplir son contrat. Puis se sont multipliées les ouvertures auprès de ce qu’on appelle « la gauche ». Enfin, j’en demande pardon à mes arrières-cousins qui appartenaient vraiment, eux, à cette religion que je ne partage pas. Pauvres et dignes enfants de pasteurs calvinistes du Midi, petits laboureurs, artisans ou intellectuels, ils aspiraient à la liberté, à l’égalité et plus encore à la fraternité. De nos jours, on appelle invariablement de ce même nom de « gauche », et pourquoi pas : « socialistes », les gens que recommande Bernard Tapie. Dernier argentier de la Mitterandie finissante, il en a transmis sans doute les petites recettes plus ou moins avouables.

De la sorte l’image de celui qui incarne le système s’est un peu plus affadie. L’illusion se dégrade. On retourne au réel. Les petits consuls bonapartistes n’ont jamais servi qu’à protéger les prédateurs jacobins et les prébendiers francs-maçons.

Du point de vue auquel je donne mes faveurs, celui de l’involution vers un véritable régime parlementaire à l’anglaise, et vers une France fédérale, la mission me paraît donc en voie d’accomplissement.

Or la dramatisation relative des événements actuels pourrait requérir un exercice plus périlleux.

Dans le contexte suggéré, il s’agirait ni plus ni moins de conduire une guerre. On l’assure en tout cas. Et le Premier ministre Fillon, le 27 juillet reprenait en l’amplifiant la tonalité de la voix de son maître diffusée la veille.

Observons, de manière comparative le fonctionnement du régime de nos amis d’Outre-Manche. En situation de combat, son imperfection théorique se voit contredite par son admirable adéquation pratique : il y excelle. Les différentes nations du royaume et de l’empire se retrouvent unies autour d’une famille. Ses princes s’illustrent aux côtés de l’armée et plus encore de la marine. Un chef de gouvernement courageux, déterminé, opiniâtre comme savent l’être les Britanniques, un Winston Churchill, une Margaret Thatcher, tient la barre, au besoin durement, cruellement, fermement. Oui j’admire.

Au contraire, nos virtuoses politiques parisiens n’ont jamais produit rien de tel au cours des nombreuses, des affreuses guerres qu’ils ont déclenchées ou subies sans les voir venir. La guerre de 1914-1918 n’a certes pas été conduite par Poincaré, comme certains le croient, mais surtout par le vilain dilettante Briand. (2) En 1917 vient Clemenceau, l’Union sacrée mais aussi cette volonté désastreuse, criminelle, républicaine assurément, de détruire l’Autriche-Hongrie. On se refuse à financer la guerre par l’impôt, d’où la tragique et inique illusion du traité de Versailles et du slogan « l’Allemagne paiera ». (3)

Tout cela conduit au dramatique effondrement de 1939-1940. Je remarque comment on persiste à en évoquer, si mensongèrement, le 70e anniversaire.

Qui conduisait cette guerre dont l’historien Marc Bloch et ses disciples fait semblant de croire qu’elle se traduisit par une « étrange » défaite ? On nous parle toujours de « mémoire », et avec quelle emphase. Mais on s’efforce d’oublier les responsables, les Daladier, les Paul Reynaud, les Camille Chautemps et la ganache Gamelin qu’ils inventèrent général en chef. J’allais oublier, toute le monde l’oublie, la pauvre figure d’Albert Lebrun, polytechnicien (promotion 1890), politiquement nul comme tous ses attachants condisciples (4). Réélu président en 1939. Chef constitutionnel inconsistant de l’État et des armées. Mort dans son lit en 1950.

Ah comme cela fut habile d’aller trouver un grand soldat, au regard clair et pur, pour lui faire porter le poids de leur défaite !

Ah comme la classe politique, la radicaille et, appelons-la par son nom : la franc-maçonnerie, savent bien s’exonérer de leurs criminels manquements !

Quand j’étais un petit garçon, ma maman me disait « n’aies pas peur c’est du cinéma ».

J’imagine à l’instant une voix tendre me murmurant à l’oreille : « réveille-toi ce n’est pas vraiment la guerre ». Certes, et quoi que depuis bientôt dix ans, des soldats français soient engagés au bout du monde, ce n’est pas tout à fait cela.

Tant mieux pensera-t-on.

Cela nous laisse encore un petit espace pour la réflexion. Saurons-nous profiter de ce répit ?

JG Malliarakis
2petitlogo


Source: http://tinyurl.com/28ebp6g