Francaisdefrance's Blog

28/07/2010

Fillon dit le contraire de Sarkö sur la lutte contre terrorisme…

Filed under: Le cave se rebiffe,résistance,UMP — francaisdefrance @ 15:43
Tags: , , , , ,

.

Pas peur le « Françouhais »… Quoique que c’est une excellente stratégie. Attaquer l’ennemi au moment où il est le plus faible…

FDF

.

Al-Qaïda : Fillon met en boîte Sarközy.

Longtemps considéré comme un exécuteur des basses oeuvres présidentielles, dans l’hypothèse de la fin de son bail à Matignon, le premier Ministre se montre plus assuré que jamais, émancipé de sa tutelle, au point de dire le contraire du Président sur la lutte contre terrorisme.

Close,terminée, voilà qui est dit, la séquence Woerth-Bettencourt appartient au passé. Ce matin, sur Europe 1, Thierry Guerrier n’a d’ailleurs guère insisté, esquissant vaguement le début d’une question sur l’audition d’Eric Woerth par la justice…aussitôt éludée par le premier Ministre.

A sa décharge, pour un mois de juillet, l’ordre du jour est bien rempli : la mort de l’otage Michel Germaneau, le danger terroriste, l’insécurité, sa présence à Matignon. Autant de thèmes sur lesquels François Fillon s’est montré plus assuré que jamais, adoptant la posture du premier ministre qui joue sa partition dans l’hypothèse d’une fin de bail imminente.

Le Premier Ministre l’a d’ailleurs affirmé, son départ de Matignon ne serait pas « la fin de sa vie politique » : « Cela fait trois ans et trois mois qu’on annonce mon départ tous les six mois, alors je commence à m’habituer.  Mais je m’apprêterai à tourner la page de Matignon quand le président de la République le décidera, c’est son choix et seulement son choix. Quitter Matignon ce n’est pas la fin de la vie politique et ce n’est pas la fin de la vie tout court ».

Abordant la mort de Michel Germaneau, c’est en véritable chef de gouvernement, tel qu’il ne l’a jamais été, que François Fillon a répondu à son interlocuteur : « Nous sommes en guerre contre Al-Qaïda », a tenu à rappeler le Premier ministre, avant d’affirmer que « le combat contre Aqmi va se renforcer ». A rebours du président de la République qui évoquait des « représailles », François Fillon a affirmé que « la France ne pratique pas la vengeance ».

Alors que l’opposition demande que toute la lumière soit faite sur cette affaire, Fillon assure avoir « déjà informé les présidents des commissions des Affaires étrangères et de la Défense de l’Assemblée et du Sénat. Je recevrai d’ailleurs, ce matin-même, le président de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale. Le ministre de la Défense et des Affaires étrangères seront à la disposition des commissions parlementaires pour répondre à leurs questions ». Pourquoi pas ? Une commission sur la lutte contre le terrorisme serait moins gênante que sur l’affaire Woerth-Bettencourt…


Fillon émancipé de la tutelle présidentielle.

François Fillon a développé sa vision de la politique anti-terroriste française : « Le niveau d’alerte terroriste est très élevé. On est au niveau maximum s’agissant du plan Vigipirate. On déjoue plusieurs attentats chaque année en France et dans les pays voisins et nous n’allons pas relâcher notre effort ».

Il est également revenu sur les menaces de mort envers les policiers de la BAC de Grenoble, impliqués dans la fusillade du braquage du casino. « Ca montre la violence d’un banditisme qui doit être combattu de la façon la plus extrême. Ca montre d’ailleurs le caractère très vain des polémiques sur les affaires de polices de proximité. On est en face de gens extrêmement dangereux, extrêmement violents et donc nous allons devoir répondre avec une extrême détermination ». Une critique évidente envers les faiblesses des propositions alternatives de l’opposition, mais qui résonne tout autant comme une marque de scepticisme à l’égard de la politique de sécurité menée jusqu’ici, qui porte, elle, le sceau présidentiel. Le début d’une revendication d’un droit d’inventaire au Sarkozysme ?

Au cours de ces six derniers jours, François Fillon a employé et assumé deux fois le terme de rigueur, récusé par le président de la République, avant de rappeler que la France ne pratiquait pa la vengeance promise par le même Président. Trible transgression qui apparaît de plus en plus comme une volonté de prise de distance politique avec l’Elysée. Fillon, émancipé de la tutelle présidentielle, joue désormais sa partition. Au cas où…

Source: Régis Soubrouillard – Marianne

Un commentaire »

  1. Pauvre Françouhais !
    Il est en train de préparer sa valise.
    Parait-il.

    Commentaire par henri — 28/07/2010 @ 15:48 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :