Francaisdefrance's Blog

28/07/2010

Deux Maliens confirment la mort de l’otage français âgé de 78 ans. Il aurait été décapité!

.

Bande d’ordures !!!

FDF

.

Un élu malien déclare que Michel Germaneau a été « décapité ».

25/07/2010

Un élu malien déclare que Michel Germaneau a été "décapité"

AFP/Archives/Enminal

Portrait datant de 2007 de l’otage français Michel Germaneau

« Nous annonçons avoir exécuté l’otage français dénommé Michel Germaneau samedi 24 juillet pour venger nos six frères tués dans la lâche opération de la France », aux côtés des forces mauritaniennes contre une unité d’Al-Qaeda, a déclaré le chef de l’Al-Qaeda au Maghreb islamique (Aqmi), Abou Moussab Abdel Wadoud, dans un enregistrement sonore diffusé dimanche soir par la chaîne Al-Jazira.

La présidence française a indiqué de son côté qu’elle n’avait « pas de confirmation » immédiate de l’exécution de M. Germaneau, 78 ans, enlevé au Niger le 19 avril. Le président Nicolas Sarkozy a convoqué un « conseil de défense et sécurité » lundi, a ajouté l’Elysée.

Au Mali, des élus confirment.

Sur place, un élu et un notable du nord du Mali ont confirmé dans la nuit de dimanche à lundi que l’otage français Michel Germaneau avait bien été exécuté comme l’a affirmé Aqmi. « Oui, c’est vrai, après l’échec du raid franco-mauritanien de jeudi, Aqmi a exécuté l’otage français », a déclaré, sous couvert de l’anonymat, un élu de la région malienne de Kidal (nord-est) où était censé être détenu Michel Germaneau. Il a affirmé que « le Français a été décapité sous les yeux » du chef de l’unité radicale d’Aqmi qui le détenait, Abdelhamid Abou Zeid, qui avait déjà exécuté, l’an dernier, un otage britannique, Edwin Dyer, après six mois de détention. « Il était bien vivant lors du raid, mais caché dans une zone montagneuse dans la région de Kidal, vers la frontière avec l’Algérie. L’endroit est une forteresse imprenable, où les islamistes ont posé des mines et construit des abris pour se protéger de toute attaque aérienne », a ajouté l’élu.

Un notable du nord du Mali, impliqué dans toutes les négociations pour libérer les otages dans cette zone et qui n’a pas non plus souhaité être nommé, a pour sa part déclaré: « C’est sûr, pour se venger de la mort de plusieurs de leurs éléments, ils ont tué l’otage français. Nous venons de l’apprendre par des canaux traditionnels ».

Questions en suspens

Michel Germaneau est-il mort? Aucune confirmation de l’Elysée pour le moment… En outre, le message et la photo du 14 mai sont la dernière trace de vie de l’otage français. En l’absence de revendication précise montrant la volonté des terroristes de négocier, comme dans le cas de Pierre Camatte que le même groupe détenait, on peut s’interroger: Michel Germaneau a-t-il bien été exécuté ce samedi, en représailles au raid franco-mauritanien, comme l’affirme Aqmi? Ou est-il décédé plus tôt? De cause naturelle ou non?

Samedi, un responsable français de la Défense avait annoncé que des militaires français avaient participé le jeudi 22 juillet à un raid avec des soldats mauritaniens dans le désert malien contre un groupe de l’Aqmi, en pensant avoir localisé l’otage.

Cette opération s’était soldée par un échec, l’ancien ingénieur n’étant pas présent dans le camp de l’Aqmi attaqué par les commandos français et les unités mauritaniennes. Sept jihadistes avaient été tués au cours de cette attaque, tandis que quatre étaient parvenus à s’enfuir, selon les Mauritaniens. Un premier bilan avait fait état de six morts.

« Aucune revendication précise »

Dimanche dans la journée, au Mali, des sources au sein de services de sécurité et de renseignement avaient assuré à l’AFP que l’inquiétude était à son comble sur le sort du Français, impliqué dans l’action humanitaire. « Les nouvelles de Germaneau ne sont pas bonnes », a déclaré l’une de ces sources. « On est très inquiet au moment où de folles rumeurs et des informations lugubres circulent sur son sort ».

Dimanche, le ministère français des Affaires étrangères avait déclaré que « depuis l’enlèvement de notre compatriote, les ravisseurs, en dépit des efforts des autorités françaises, ont refusé tout dialogue et n’ont formulé aucune revendication précise ».

Et les deux autres otages d’Aqmi?

Outre Michel Germaneau, Al Qaeda au Maghreb islamique détient deux ressortissants espagnols depuis maintenant 8 mois. Madrid n’avait pas caché leur inquiétude à la suite du raid franco-mauritanien, en fin de semaine dernière. Ce lundi, le site du quotidien El Pais, comme la plupart des médias nationaux, précisent que les deux Espagnols ne sont pas aux mains du même groupe que l’otage français. La katiba d’Abou Zeid le détenait, alors que Albert Vilalta et Roque Pascual sont retenus par celle de Mokhtar Belmokhtar. Un groupe « dangereux mais moins agressif que les commandos rapides d’Abou Zeid, plus ambitieux géographiquement, et encore plus expéditifs dans leurs méthodes », expliquait Jean-Pierre Filiu, spécialiste d’Al Qaeda, vendredi dernier.

Les ravisseurs de M. Germaneau avaient diffusé le 14 mai une photo où il paraissait très fatigué ainsi qu’un appel à l’aide de l’otage au président français Nicolas Sarkozy, qui, le 12 juillet, a fait part de sa « brûlante inquiétude ». Aqmi avait aussi publié un message à l’attention de Paris où le groupe menaçait de tuer le Français sous 15 jours si Paris ne répondait pas à ses demandes.

« Depuis cette date nous n’avons ni négociation, ni preuve de vie, ni revendication, avec même le refus d’une médiation médicale », avait assuré samedi une source française au ministère de la Défense. M. Germaneau était détenu par la cellule d’Aqmi dirigée par l’émir algérien Abdelhamid Abou Zeid, un extrémiste décrit comme « violent et brutal », qui avait déjà exécuté, il y a 13 mois, un otage britannique, Edwin Dyer, enlevé six mois auparavant.

Londres avait refusé de céder aux exigences d’Aqmi, qui réclamait des Britanniques qu’ils oeuvrent en faveur de la libération de plusieurs membres de l’organisation prisonniers dans des pays du Sahel. Ces mêmes exigences ont été formulées par Aqmi – qui détient également deux otages espagnols – pour épargner Michel Germaneau. Mais selon Paris, aucune information n’a été fournie par les ravisseurs sur l’identité ou le lieu de détention des prisonniers qu’ils voulaient voir libérer.

Source: http://tinyurl.com/392lo3k

Un commentaire »

  1. ce qui m’étonne,c’est que,ces islamistes aiment publier la photo de leurs méfaits,mais ils n’en montre aucune de la victime décapitée,ça ne leur ressemble pas.

    Commentaire par marco — 28/07/2010 @ 20:17 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :