Francaisdefrance's Blog

24/07/2010

L’Apocalypse dans 20 ans… ou avant, même… (Vidéo)

Les religions chrétiennes furent sanglantes et meurtrières en s’éloignant de leurs textes tandis que l’islam le fut en se rapprochant des siens « .

Paroles du journaliste Eric Conan

Bien proche de la réalité, malheureusement…

FDF

Lire: http://www.youtube.com/watch?v=-F9YSxLthAg&feature=player_embedded

Support Cochonou sur les Champs-Elysées dimanche 25 juillet 2010. Venez nombreux!

C’est l’arrivée du « Tour »; il faut en profiter…


Le rendez-vous se situera entre la 1er passage ligne d’arrivée et le haut des Champs-Elysées.

La caravane du saucisson officiel du Tour de France passera à 14:12 sur ligne d’arrivée et à 14h15 en haut des Champs-Elysée.

Soyons présents à cet endroit au plus près des barrières et en nombre.

Ensuite le premier passage des coureurs sur la ligne d’arrivée se fera à 15:50 et premier passage en haut des Champs-ELysées à
15:52. Ce sera l’endroit le plus visible pour les caméras du monde.

POUR ARRIVER AU LIEU DE RENDEZ-VOUS, VEUILLEZ A NE MONTRER AUCUN SIGNE EXTERIEUR DE COCHONNAILLE & PINARD. C’est seulement une fois sur le lieu de rassemblement que VOUS SORTIREZ EN PREMIER VOTRE SERVIETTE VICHY ROUGE ou votre signe distinctif COCHONOU. Puis, quand nous serons assez nombreux, le reste pourra être sorti des sacs et blousons. Apportez si possible plusieurs saucissons que nous offrirons à ceux qui veulent nous rejoindre pour supporter le saucisson pur porc !

Faites passer le message. D’autres infos suivent. Pensez-vous au carnet de chants patriotes. Pas de chants religieux.Toute ôde à la gloire du cochon sera hymne au saucisson officiel du Tour ! Drapeaux français et supports Cochonou au vent. Venez sans couteau ou autre objets tranchants pour ne pas risquer d’être embarquer.

Soyons fiers de ce qu’on est ! A vous de jouer!

Maurice Vidal : “La République française recule devant l’avancée de l’islam”!

Les langues se délient, enfin… La dure réalité frappe les français de face. Ca pourrait faire très mal… Ca va d’ailleurs faire très mal. Depuis le temps qu’on les prévient, les français…

FDF

23 juillet 2010

Maurice Vidal, professeur de philosophie et membre de la rédaction de Riposte laïque, présente son livre La colère d’un Français où il dénonce l’islamisation de la France.


Vidéo sur: http://tinyurl.com/3xb25uv

Des élèves allemands terrorisés par des étrangers…

Eux aussi sont emmerdés, eux aussi doivent réagir… « Maltraités » de tous les pays par la racaille islamique, unissons-nous!

FDF


(1ère partie sous-titrée par nos lecteurs)**


Le 21 juillet 2010, la chaîne allemande ARD a diffusé un documentaire intitulé “Elèves de la minorité”, la minorité étant les Allemands de souche dans une école où 70% des élèves sont musulmans (Turcs, Libanais, Kurdes).

Le lendemain, le journal Bild a consacré un article au reportage de l’ARD (traduction plus bas) : il y est question d’“écoliers allemands terrorisés par des étrangers”. Ils sont battus, insultés, menacés et traités de “nazis”. Parce qu’ils sont allemands…

1ère partie (10 minutes) sous-titrée en français par nos lecteurs (la suite arrive) :

http://www.youtube.com/watch?v=QyTmfJzSCJE&feature=player_embedded

Voir la totalité du reportage (43 minutes)

Rejoindre l’atelier de traduction et sous-titrage : ICI

Lire la suite de cet article »

source : fdesouche.com

Crime de lèse-majesté à Andorre…

J’ai piqué ce dessin dans un quotidien d’Andorre… Ca en dit long aussi sur la popularité de Sarkö Ier là-bas…

FDF

Lyon: 450€ d’amende pour un pipi près d’un arbre !

Et pendant ce temps, la délinquance bat son plein…

Encore un acte de terrorisme déjoué à Lyon!

FDF

Pipi sous un arbre, tu ne feras point. Voilà un commandement qui fait des besoins naturels une infraction passible d’une amende pouvant aller jusqu’à 450 euros ! C’est en tout cas ce qu’a constaté Stéphane P., papa de la petite Éléonore, 3 ans, qui s’est vu infliger une contravention par la police municipale de Lyon pour le pipi de sa fillette. Selon un quotidien régional, la petite fille qui se trouvait avec son papa dans la queue d’un restaurant a eu soudain une envie pressante. Son père, voulant faire au plus vite l’a entraînée dehors. « On a traversé la grande terrasse, descendu les marches ». La fillette a fait son petit pipi sur la terre et des feuilles, près d’un arbre. « Deux policiers municipaux à vélo sont passés. La femme m’a fait remarquer que la petite n’avait pas le droit d’uriner là et que les wc publics étaient proches. Je me suis alors excusé » raconte Stéphane P., qui, à la suite d’une opération, ne se déplace qu’en béquilles. Mais l’autre policier lâche : « je ne supporte pas ce genre d’attitude ». Le ton monte alors et la contravention tombe, pour « miction sur la voie publique ». Stéphane P. la conteste. « Alors ce sera le tribunal » aurait rétorqué le policier. Cependant, « au vu de la tournure des événements », la municipalité de Lyon souhaite ne pas donner suite par « mesure d’apaisement ».


Source: http://tinyurl.com/34lm48k

L’Algérie plus laïque que la Mairie de Paris ? Cherchez l’erreur…

SITAsecure

juillet 24, 2010

INTERDICTION DE PRIER DANS LES RUES EN FRANCE ALGERIE

(Lu sur François Desouche;

Interdiction formelle de la prière dans les endroits publics

Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Bouabdallah Ghlamallah, vient de relancer l’interdiction de pratiquer la prière, celle du vendredi notamment, en des endroits publics, situés, pour être plus précis, à proximité des mosquées.

Il arrive, en effet, que pendant la prière hebdomadaire du vendredi, plusieurs dizaines de fidèles s’agglutinent à l’extérieur des mosquées pour accomplir leur devoir religieux à même les trottoirs jouxtant les maisons de Dieu.

Ce genre de constat est visible notamment dans les mégapoles du pays, à l’instar d’Alger où les mosquées ne désemplissent pas chaque vendredi. Seulement, ce n’est pas là une raison, insiste le ministre des Affaires religieuses, pour tolérer les rassemblements des fidèles au niveau des endroits environnants aux lieux de culte.

Il a indiqué : «Seul l’intérieur des mosquées est fait pour les prières et si celui-ci est rempli de pratiquants, les autres fidèles n’ont qu’à prier chez eux et non pas dehors». Faut-il juste rappeler que le fait de prier en des lieux publics a toujours été une pratique interdite par la loi en vigueur. […]

Source: Le Temps d’Algérie

Vous en avez marre du laxisme et de la lâcheté du maire  du XVIIIème arrondissement et du Préfet de Paris. Faites-leur savoir par courrier ou courriel, c’est la nouvelle façon de voter: http://directdemocratie.wordpress.com

Action SITA : imprimer, poster - La nouvelle façon de voter

Pas de place à la mosquée? Ils n’ont qu’à prier chez eux!

Les adresses postales des élus du XVIIIième arrondissement de Paris sont à cette page:http://www.mairie18.paris.fr/mairie18/jsp/site/Portal.jsp?page_id=16

et à celle-ci: http://www.mairie18.paris.fr/mairie18/jsp/site/Portal.jsp?page_id=704

Pour joindre le préfet de police par courrier ou courriel: http://www.paris.pref.gouv.fr/contacts/contacts.htm

Sans oublier le donneur d’ordre Monsieur le président de la République (courrier dispensé d’affranchissement): http://www.elysee.fr/ecrire/

Quoi mettre dans l’enveloppe?

1) Et bien cet article au format PDF facile à imprimer à cette page: http://sitasecure.files.wordpress.com/2010/07/prieresinterdites.pdf

2) En finition : des textes  imprimés sur l’islam en appliquant les consignes suivantes :

Un timbre au tarif de base “20 grammes” permet d’envoyer deux feuilles soit 4 pages en tout. Vous pouvez donc compléter votre courrier en imprimant sur les pages encore disponibles des informations  afin de permettre a vos interlocuteurs une meilleure compréhension de l’islam. Au choix à cette page des argumentaires et tracts au format PDF: http://tinyurl.com/ksudr9

ATTENTION: pas d’insultes ni de menaces  dans un courrier SITA. Ceux qui se laisseraient aller à de telles pratiques le feraient sous leur entière responsabilité.

Votre courrier SITA est prêt, il vous reste à le timbrer et à le poster . Si vous le souhaitez  vous pourrez  aussi suivre les  consignes facultatives suivantes.

–Pour prolonger et compléter cette action SITA par courrier postal on peut aussi mener une action par courriels dont la technique est exposée à cette page  http://sitasecure.wordpress.com/2009/06/01/action-par-courriels/

Invitation au sitathon

Eventuellement, vous pouvez recenser vos actions au Sitathon, http://sitathon.blogspot.com afin d’inciter d’autres internautes à agir ainsi et vous inscrire à la lettre d’information alertes-sita.blogspot.com pour être averti des prochaines actions.

–Information sur SITA

Pour des informations plus détaillées  sur les actions  SITA, vous pouvez consulter le kit SITA à la page: http://planete-sita.bravehost.com/kitsita.html


Vous avez une enveloppe, un timbre alors vous avez le……………… P O U V O I R ………de dire son fait à toute personne publique. C’est la nouvelle façon de voter;c’est efficace:tinyurl.com/C44RVR

Voile intégral : Yvette Roudy dénonce « la faiblesse » du PS.


L’ancienne ministre des Droits de la femme se dit « stupéfaite » de la position socialiste. Il y a de quoi.

Yvette Roudy: "En matière de liberté, de progrès, de démocratie, rien n'est donc jamais définitivement acquis" (AFP)

Yvette Roudy s’est élevée mardi 13 juillet contre les consignes données aux députés socialistes de ne pas prendre part au vote du projet de loi interdisant le port de la burqa dans l’espace public.

Dans une lettre ouverte à Jean-Marc Ayrault, adressée avant le vote, l’ancienne ministre socialiste aux Droits de la femme s’insurge : « J’apprends avec stupéfaction que le groupe socialiste ne va pas voter l’interdiction du port de la burqa. J’entends dire qu’il y aurait des choses plus importantes. Mais cela fait plus de 200 ans que nous entendons cette objection et je pensais que, depuis 50 ans, nous avions là-dessus fait quelque progrès. »

« En matière de liberté, de progrès, de démocratie, rien n’est donc jamais définitivement acquis », ajoute l’ancienne ministre de François Mitterrand à l’intention du président du groupe socialiste à l’Assemblée.

« Certains laïques enragent de nous voir si faibles »

« Les fondamentalistes ne sont pas fous. Ils nous connaissent bien. Ils savent que, pour certains socialistes, cette question n’est toujours pas prioritaire. Ils commencent fort intelligemment par la burqa (…) mais ensuite, ils demanderont des temps de piscine distincts, des classes séparées. A Lyon, ils demandent déjà des espaces séparés dans les bus. Ils veulent des programmes scolaires purgés de toute allusion à la sexualité. Ce sera l’apartheid ». « Nous aurons accepté le communautarisme par peur de stigmatiser une population », poursuit Yvette Roudy, qui souligne que « certains laïques enragent de nous voir si faibles ».

(Nouvelobs.com)

Une garde à vue à préférence non-nationale… Si si, ça existe, malheureusement…

Et on nous dira encore que la préférence non-nationale, ça n’existe pas… L’attitude des autorités dans cette affaire est à déplorer. Et dire qu’on les soutient lorsqu’ils confrontés à la racaille… La France se réveille, il ne faut pas l’oublier…

Aux forces de l’ordre françaises de nous prouver qu’ils assurent la sécurité des citoyens de France. Ce n’est pas gagné quand on regarde la vidéo qui suit… Si ils traitaient le racisme anti-blanc sous toutes ses formes de la même manière et avec autant de zèle, on se sentirait rassurés. Vous ne croyez pas?

FDF

Reçu par mail:


« Regardez cela et écoutez la attentivement.

Je suis certaine que le vote de la majorité des français ira à ceux qui réagiront à ce genre de situation et  à la manière dont ils le feront.

Et ne vous faites aucune illusion, c’est le sujet qui l’emportera ! »

http://www.dailymotion.com/video/xe3cwx_marie-neige-sardin-apres-sa-garde-a_news#from=embed

Bonus. Visitez ceci: http://le-bourget.over-blog.com/

Hortefeux: de la suite dans les idées…


Des idées en partage au sein de l’« UMPS ». Tout doit être mis en œuvre pour la promotion de la culture musulmane. Et Monsieur Brice Hortefeux ne fait que poursuivre ce qui a été commencé. Former l’ensemble de la Police française à l’islam? En janvier 2005 c’était, déjà, à l’ordre du jour…

Que le Ministère de l’Intérieur nous informe que Brice Hortefeux a pris la décision de former l’ensemble du corps de Police française à la Culture musulmane ne devrait pas soulever les foules…


Que chaque policier devra intégrer dans son « cursus de formation », les principes religieux coraniques, notamment connaitre les coutumes de l’islam, les fêtes religieuses, les principaux versets du « saint Coran », en attendant d’observer le ramadan… pas de quoi fouetter un dhimmi…

Cette « décision » a pour le moins un grand mérite: prouver que la culture musulmane est par bien de ses particularités étrangères ou à grande distance de notre « culture » même si celle-ci est en lambeaux !

Les autorités de la République ont-elles pris le soin de parfaire les connaissances de ses préposés quant aux coutumes bretonnes, alsaciennes ou provençales au cours des XIX et XX ème siècles?

A-t-on oublié que les « hussards noirs de la République » – bons patriotes… – chassaient la langue bretonne, alsacienne, la langue d’Oc, y compris sous les préaux?
Aujourd’hui, le « corps enseignant » doit s’extasier de bonheur en entendant l’arabe, le bambara, le bantou et autres…

Quoi de plus normal que la Police se mette au goût du jour? Toujours, cela va de soi, pour de belles et grandes causes: « mieux comprendre ces populations nombreuses qui vivent sur notre territoire, mieux comprendre leur mentalité, ne pas heurter leur sensibilité, surtout lorsqu’il doit y avoir contrôles d’identité, interrogatoires ou autres contacts avec eux. »

Ainsi est-il fortement recommandé que « les policiers de terrain connaissent un minimum de vocabulaire arabe pour une meilleure compréhension. »

Ne fait-on pas la guerre en Afghanistan pour la femme afghane?

Insistons, cette « décision » a un très grand mérite! Si, après la Magistrature, le « corps enseignant », maintenant au tour de  la Police, d’intégrer la culture musulmane, en attendant que toute la France soit mise aux cours de rattrapage et du soir… n’est-ce pas l’aveu muet que la culture musulmane en l’état, ne peut pas s’intégrer dans notre civilisation ?

23 juillet 2010

Source: http://tinyurl.com/3yf5oq8

Islam:  » L’intégrisme teste notre capacité de résistance « …

La crèche qui relance l’affaire du voile…

C’est l’un des multiples fronts où se joue l’avenir de la République. Une bataille à bas bruit dans laquelle quelques universalistes obstinés se battent, le dos au mur, pour reconquérir les territoires abandonnés à des groupes qui entendent exercer sur les individus le contrôle social auquel l’Etat a – et c’est heureux – renoncé depuis longtemps. Dans cette guerre sans violence, qui s’exerce par la séduction autant que par la coercition, les institutions, impuissantes, semblent être aux abonnés absents quand elles ne participent pas, comme le fait la Halde, à l’entreprise de détricotage du vivre-ensemble tel que la France l’a inventé. Surtout, ne pas faire de vagues : tel semble être le mot d’ordre silencieux qu’on applique de la base au sommet de l’édifice institutionnel et politique. Ne rien faire qui pourrait faire chuter un peu plus les prix de l’immobilier. Ne rien dire qui pourrait donner prise à l’accusation d’hostilité envers l’islam, brandie dès que quiconque invoque la laïcité.

Ça se passe à Chanteloup-les-Vignes (Yvelines), à la cité des Poètes, rendue célèbre par Mathieu Kassovitz, qui y avait tourné  » La haine « . En vérité, la seule présence de la poésie dans cette petite ville dépourvue de bibliothèque et de librairie – à l’exception d’un étal du marché où l’on peut s’approvisionner en littérature islamique – semble être le portrait géant de Rimbaud peint sur une façade lézardée. Pour le reste, rien de très spectaculaire dans cet ensemble d’immeubles à taille, sinon à visage, humaine. Un résumé de cette France d’après le périphérique qu’on aimerait bien oublier – parfois une flambée de violence dont on ne sait pas ce qui l’a déclenchée, le petit commerce de la drogue installé, ça ne s’invente pas, sur la passerelle des Services Publics, de sympathiques barbus qui tentent de ramener à l’islam des gamins privés d’avenir, le chômage qui touche au moins 20 % de la population et l’ennui qu’on trompe en s’inventant un glorieux passé qui éclaire l’avenir. Sur le marché, où l’on trouve des tenues islamiques à des prix imbattables, une majorité de femmes a au moins la tête couverte et bon nombre, surtout les jeunes, portent le jildeb, vêtement marronnasse ou gris qui évoque celui des bonnes soeurs et ne laisse paraître que l’ovale du visage, mais, par ce jour de canicule, quelques intrépides continuent à braver les regards réprobateurs et les réflexions en arborant des bras nus. Dans le train qui rallie la gare Saint-Lazare, elles choisissent les voitures équipées de toilettes, dont elles sortent pomponnées comme des Parisiennes.

Vagues d’immigration

Sur les 10 000 habitants, qui représentent 55 nationalités, 80 % vivent dans la cité et 20 % au  » village « , deux mondes séparés par une invisible barrière ethnique autant que sociale. A quelques kilomètres de Poissy, qui fut jusque dans les années 80 l’un des bastions de l’industrie automobile, Chanteloup a accueilli toutes les vagues d’immigration. Beaucoup ont vu s’échouer dans la cité leurs rêves d’un avenir meilleur.

C’est dans ce décor désolé que Natalia est arrivée à la fin des années 80. Sage-femme de formation, cette réfugiée politique qui a fui le Chili de Pinochet puis l’Argentine de Videla a été amenée à fréquenter les femmes du coin dans le cadre d’un travail universitaire sur la prévention du sida. Alors que leurs maris pointaient au chômage quand ils n’avaient pas disparu dans la nature, travailler était devenu pour les femmes une nécessité vitale :  » Sans diplômes, à peine francophones, les seuls emplois qu’elles trouvaient comme femmes de ménage dans les entreprises exigeaient des horaires particuliers, souvent la nuit. Pour avoir une chance de s’en sortir, il fallait leur offrir une solution adaptée de garde d’enfants. «  C’est ainsi qu’est née Baby Loup, crèche associative qui a pour particularité, unique en France, d’être ouverte 24 heures sur 24 et sept jours sur sept.

Main de fer

Pour des centaines de femmes du quartier condamnées à une exclusion certaine, Baby Loup, qui a ouvert ses portes en 1991, est devenu un instrument d’émancipation et d’insertion. En effet, Natalia ne s’est pas arrêtée là : cette petite femme, qui semble structurée pour déplacer des montagnes, permet à des dizaines d’habitantes du coin de suivre des formations de puéricultrice et d’obtenir un diplôme d’Etat. Autant dire qu’on ne saurait imaginer initiative plus progressiste. Natalia organise des activités pour les familles, tout en tenant sa crèche d’une main de fer :  » Il est vrai que je suis à la frontière de l’action sociale, explique-t-elle,mais, quand on travaille avec la petite enfance, on ne peut pas s’autoriser d’approximation. «  La crèche, qui emploie 18 personnes, accueille chaque année plusieurs centaines d’enfants, parfois en urgence dans les cas de violences conjugales ou d’hospitalisation des parents. Après Cathy Guetta, Elisabeth Badinter a accepté d’être la marraine de l’association.

Dès 1991, Fatima Afif est recrutée comme assistante maternelle. Arrivée du Maroc à l’âge de 3 ans, Fatima est une figure du quartier, le genre dont on dit qu’elle a  » la tchatche « – en clair, une  » grande gueule « . Baby Loup finance sa formation, au terme de laquelle elle obtient, en 1997, un diplôme d’éducatrice jeune enfant. Elle est alors embauchée comme directrice adjointe. Entre-temps, elle a épousé un jeune homme du quartier  » entré en religion « .

Consultant, Aziz Bentaj est souvent intervenu sur la commune à la demande de Pierre Cardo. Ce garçon bardé de diplômes a observé les mutations souterraines de nos banlieues. » Personne n’a rien vu venir parce que personne ne voulait voir, explique-t-il.A partir du moment où le mythe du retour a cessé de fonctionner, le rapport au pays d’accueil a changé, alors même que l’Etat lâchait prise. Et des groupes structurés, proches des salafistes ou des Frères musulmans, ont commencé à labourer le terrain pour prendre possession de l’espace public. «  En clair, la politique des grands frères, qui consistait à promouvoir les plus remuants animateurs ou médiateurs, a fait long feu, laissant place à une tolérance passive pour les Frères tout court. Catherine Arenou, qui a succédé à Pierre Cardo à la tête de la municipalité, s’insurge contre cette lecture :  » Nous n’avons pas la moindre complaisance pour les mouvements islamistes, d’ailleurs, ils ne sont pas très présents à Chanteloup. «  Puisqu’on vous dit qu’il n’y a rien à voir.

Le foulard islamique que Fatima s’est mise à porter suscite quelques tensions avec Natalia :  » On ne peut pas transiger sur la neutralité. Je n’ai rien contre aucune pratique ou croyance, mais les enfants doivent apprendre qu’ils peuvent choisir. «  Parmi les employées, plusieurs portent le hidjab, mais ne font aucune difficulté pour l’enlever pendant leur travail. » Lorsque je suis en sortie avec les enfants, on me reproche parfois de ne pas être une bonne musulmane parce que je l’enlève, mais ça m’est égal « , confie Gul. Fatima prétend aujourd’hui que son voile n’a jamais posé de problème.  » Elle jouait à cache-cache avec le foulard et le règlement intérieur de la crèche, explique Natalia,et je ne passais pas mon temps derrière elle, mais je lui demandais régulièrement de le retirer. «  » Mais pourquoi en fais-tu une telle affaire, ce n’est qu’un bout de tissu « , répliquait Fatima, qui finit par récolter un avertissement. En 2001, elle part en congé maternité. Son absence, au cours de laquelle elle cumule deux grossesses et deux congés parentaux d’éducation, dure six ans durant lesquels elle passe du hidjab au jildeb. Quelque temps avant la date prévue pour son retour, Fatima interroge les unes et les autres, multiplie les critiques, s’étonne que l’on ait embauché tant de  » Françaises  » en son absence. » Elle essayait de semer l’embrouille « , résume Elodie, directrice adjointe et déléguée du personnel. La version de Fatima, jointe par téléphone au Maroc, est toute différente :  » Je sentais que je n’avais plus ma place à Baby Loup « , dit-elle dans un flot de paroles dont il ressort que Baby Loup, c’est elle.  » Demandez, dans le quartier, tout le monde me respecte, répète-t-elle.J’étais devenue dérangeante parce que j’avais pris trop d’importance. «  Elle remarque que les enfants accueillis à Baby Loup sont majoritairement musulmans. » Des femmes voilées, ils en voient toute la journée, alors où est le problème ? «  Sympathique, volubile, contente d’elle, Fatima, c’est le genre  » pétroleuse voilée « .

A l’automne 2008, Fatima tente de négocier son départ et demande des indemnités, qui lui sont refusées. A partir de là, les récits divergent. Natalia affirme qu’elle a refusé d’enlever son voile, ce que Fatima nie. En tout cas, son retour, en décembre, se solde par une altercation violente avec Natalia et une partie de l’équipe, au point qu’elle récolte une mise à pied immédiate. Elle refuse de quitter les lieux. » Essaie d’appeler la police et je mobilise toutes les voilées du quartier « , aurait menacé la récalcitrante. Dans les semaines qui suivent, elle organise des réunions, sollicite des attestations de ses anciennes collègues. » Elle m’a demandé d’écrire que toutes les salariées de Baby Loup travaillaient avec le voile,Je lui ai dit que ce n’était pas vrai, mais elle m’a répondu que même si ce n’était pas vrai, je devais l’écrire car, entre musulmans, il ne faut pas se trahir. «  explique Maya, femme de ménage, dans un témoignage adressé au tribunal.

Elle travaille les parents au corps, faisant courir sur la crèche et sa directrice des bruits de plus en plus déplaisants : non seulement elle n’aime pas l’islam, mais elle s’en met plein les poches. Au sein du personnel, elle parvient à créer une véritable scission. Les congés-maladie se succèdent, obligeant la crèche à refuser des enfants, à la grande colère des parents. Certains réclament que l’on serve de la viande halal, d’autres que l’on réveille les marmots pour la prière. Quelques-uns tentent de faire un putsch lors de l’assemblée générale de l’association, ouverte à tous. En vain, mais l’ambiance devient pesante.

Au conseil des prud’hommes de Poissy, que Fatima a contacté dès le début des hostilités, on lui a, dit-elle, suggéré de saisir la Halde. La dernière décision de Louis Schweitzer, en mars 2010, sera de lui donner raison au prétexte qu’on ne saurait, dans un espace privé, » prévoir une interdiction générale et absolue à la liberté religieuse « . Pour la laïcité, vous repasserez. Pour les islamistes du quartier, c’est un triomphe. Les partenaires de Baby Loup, collectivités et organismes publics, semblent de plus en plus gênés aux entournures. » Ne parle pas de l’islam et de la laïcité « , » Natalia est formidable, mais elle est fatiguée « , lâche Pierre Cardo, qui s’est cependant fendu d’un courrier de soutien adressé à la Halde. Plutôt que d’une affaire de voile, l’ancien maire préfère parler d’un conflit de personnes entre  » une hyper-laïque et une femme qui instrumentalise la religion dans un conflit privé « . susurre-t-on à Natalia.

Le 27 mai 2010, la municipalité organise une réunion avec tous les acteurs concernés pour évoquer les problèmes de Baby Loup. A en croire Aziz Bentaj, qui accompagne Natalia, elle tourne au procès stalinien. » L’essentiel pour eux était de ne pas cristalliser l’affaire sur le fait religieux « , précise Bentaj. On lui reproche d’avoir monté cette affaire en épingle. Catherine Arenou s’indigne :  » Je me démène pour assurer la pérennité financière de Baby Loup. «  » Si Baby Loup va mal, c’est à cause de Natalia et de ses méthodes « , affirme-t-elle aujourd’hui. De l’islam et du voile il n’est presque plus question. On se demande alors ce que la Halde est venue faire dans cette galère. Curieusement, la thèse des institutionnels devient aussi celle de Fatima.

Baroud d’honneur

Jeannette Bougrab, qui entre-temps a succédé à Louis Schweitzer, critique vertement sa décision sur Baby Loup. » D’une façon générale, la Halde a fait prévaloir la liberté religieuse sur la laïcité, lâche-t-elle.Ce n’est pas ma conception. «  Alors que la perspective de voir la Halde perdre son autonomie au sein du  » défenseur des droits  » se précise, Bougrab, qui doit faire face à une contestation interne, n’exclut pas de faire un baroud d’honneur sur l’affaire. Mais si, en octobre, les prud’hommes donnent raison à Fatima Afif, l’avenir de Baby Loup, qui pourrait perdre son agrément, sera sérieusement compromis. Or, bien que dépourvues de valeur contraignante, les décisions de la Halde exercent sur les tribunaux un effet d’intimidation.

Peut-on encore sauver Baby Loup ? Natalia semble en douter. » Même si nous gagnons sur le plan judiciaire, la loi du quartier joue contre nous. «  La dynamique de la calomnie et de la suspicion est lancée. » C’est le problème de la société tout entière, s’enflamme-t-elle.Nous n’avons pas besoin d’argent, nous avons besoin de présence. Il faut que les Parisiens passent le périphérique. La République doit reconquérir le terrain abandonné aux islamistes. «  Elle, qui a consacré vingt ans de sa vie à ce quartier, est devenue gênante. Pas de vagues, vous dit-on. Tant pis pour les enfants de Baby Loup. Tant pis pour les femmes de Chanteloup. Ce qu’on ne veut pas voir, il faut le taire. Jusqu’au jour où le réel sautera à la figure de tous.

 » L’intégrisme teste notre capacité de résistance « 

Interview Élisabeth Badinter*

Le Point : Pourquoi vous être engagée pour la crèche Baby Loup ?

Elisabeth Badinter : Cette crèche ouverte 24 heures sur 24 est un outil essentiel d’intégration pour les femmes en difficulté. Non seulement on y accueille les enfants de celles qui travaillent la nuit ou ont des horaires hors normes, mais Baby Loup poursuit un objectif de formation et de socialisation de celles qui arrivent en France totalement démunies.

Interdire le voile dans l’enceinte d’une crèche ne témoigne-t-il pas d’une conception rigoriste de la laïcité ?

Je me demande ce que la religion a à faire dans une crèche ! L’interdiction des signes religieux ostentatoires à l’école devrait s’appliquer ici aussi. Les coutumes et croyances familiales n’ont pas à faire la loi dans ces espaces collectifs. Il faut à tout prix préserver des lieux de neutralité qui montrent à l’enfant que la religion est un choix personnel.

Que vous inspire la délibération de la Halde ?

Du chagrin et de l’inquiétude. Elle tourne le dos à la conception commune de la laïcité et à l’esprit de la loi de 2004, et ouvre un boulevard à toutes les revendications qui se servent de la religion. C’est le triomphe du communautarisme à l’anglo-saxonne.

Mais ne s’agit-il pas d’une affaire isolée ?

Non ! Une fois encore, l’intégrisme religieux teste notre capacité de résistance. Dans cette affaire, il en va de l’endoctrinement des tout-petits et de l’indépendance des femmes, autrement dit de notre liberté.

 » La Halde s’est discréditée « 

Interview de Me Richard Malka

Le Point : On vous connaît sur le terrain de la liberté d’expression, à travers, notamment, l’affaire des caricatures de Mahomet. Pourquoi allez-vous plaider au tribunal des prud’hommes de Poissy ?

Richard Malka : Précisément parce que les grands principes de notre démocratie me tiennent à coeur. A Baby Loup, c’est la laïcité que je défends. J’ai les tripes retournées par le sort fait à cette association qui porte haut les valeurs républicaines.

Que vous inspire la délibération de la Halde ?

Je suis atterré, abasourdi, scandalisé par cette délibération indécente, irresponsable et malhonnête. Comment une institution censée lutter contre les discriminations ose-t-elle sanctionner ceux qui, depuis vingt ans, tentent d’occuper le terrain abandonné par la République et oeuvrent à l’intégration et au vivre-ensemble au milieu de 70 nationalités ? Comment des gens confortablement installés dans leurs fauteuils se permettent-ils de discréditer ceux qui sont le fer de lance de la République ? C’est la Halde qui s’est discréditée en se comportant comme le fossoyeur de la laïcité et le cheval de Troie du communautarisme. De plus, pour arriver à ses conclusions dogmatiques et idéologiques, la Halde tord le cou à la jurisprudence. J’en veux terriblement à Louis Schweitzer d’avoir signé cette décision et je rends grâce à Jeannette Bougrab de l’avoir courageusement critiquée.

La Halde n’est-elle pas dans son rôle en défendant la liberté de croyance ?

Le droit doit rechercher un équilibre entre des principes qui peuvent s’opposer, en l’occurrence la liberté religieuse et la laïcité, qu’il faut concilier en tenant compte de la culture du pays et de la volonté de la société. La laïcité fait partie de notre ADN, elle protège toutes les religions. L’abandonner serait faire le jeu des extrémistes. Et si on ne peut pas interdire les signes religieux dans une crèche, autant dire qu’on renonce à vivre dans un pays laïque. Or les décisions prises sous la présidence de Louis Schweitzer dessinent une espèce d’abstraction juridique et sociétale consistant à défendre inconditionnellement les droits des minorités, considérées comme ontologiquement victimes. Au final, cela revient à faire prévaloir le communautarisme sur les valeurs communes qui inspirent notre modèle de société.


Source: http://tinyurl.com/355djy4

Xavier Raufer: « la France est en état de guerre civile »…

On ne dira pas que l’on n’était pas prévenus…

FDF

A lire: http://www.xavier-raufer.com/pdf/artact/EntretienXavierRaufer.pdf

Geert Wilders : il faut défendre l’Occident et le monde libre; vidéo.


Geert Wilders est décrit dans les médias français comme un populiste, comme un homme d’extrême-droite, et comme un islamophobe.

Populiste est un mot péjoratif utilisé par les détenteurs du pouvoir établi dans une société  pour désigner ceux qui s’adressent directement au peuple. On lui accole souvent l’adjectif « démagogue », pointant du doigt ceux qui s’adressent aux sentiments plus qu’à la raison, et qui veulent séduire plutôt que convaincre.

S’adresser au peuple dans un contexte tel que celui de l’Europe actuelle où la démocratie est confisquée et où le pouvoir est essentiellement aux mains d’une caste technocratique est une attitude légitime, indispensable et salubre. Le mépris des membres de la caste est, lui, logique et prévisible, tout comme le recours au qualificatif de démagogue.

Geert Wilders s’adresse au peuple de son pays, c’est exact. Il s’adresse à lui par delà la caste, c’est exact aussi. Mais, je tiens à le souligner, il n’a rien d’un démagogue : il s’adresse à la raison, il entend convaincre, et il dispose d’arguments cohérents et solidement bâtis. On peut débattre de ses analyses : on ne peut les balayer d’un revers de la main.

« Extrême-droite » est le qualificatif infâmant par excellence dans le monde occidental aujourd’hui. C’est aussi un mot qui a été tellement utilisé qu’il a perdu toute signification. Il y a des mouvements qui sont effectivement classables à l’extrême-droite : ils sont étatistes, collectivistes, militaristes, xénophobes, souvent racistes. Aucun de ces adjectifs, strictement aucun, ne peut être accolé au nom de Geert Wilders, qui, économiquement, est plus proche des idées d’Adam Smith que de celles de Karl Marx, de Lénine ou de Mussolini, qui, politiquement, se situe dans la tradition du droit naturel qu’illustrèrent John Locke et Thomas Jefferson, et qui n’a jamais tenu le moindre propos qui puisse être qualifié de raciste ou de xénophobe, sinon par des disciples de Ben Laden et du père Ubu qui voudraient faire croire à certains égarés qu’il existe une race musulmane qui serait donc commune à un Suédois converti, à un Chinois du Xinjiang et à Omar El-Béchir, dictateur soudanais en exercice.

Le mot « islamophobe » est lui-même utilisé de tous côtés, aux fins d’interdire toute forme d’interrogation critique sur l’islam, et de faire d’une telle interrogation une « phobie » qui, peut-être, relèverait du psychiatre, à moins qu’il ne s’agisse de s’adresser aux tribunaux. J’ai écrit sur ce thème, voici quelques années, un livre appelé Qui a peur de l’islam. J’ai traduit et préfacé un ouvrage de Daniel Pipes appelé L’islam radical à la conquête du monde. J’ai fait mienne la phrase de Daniel Pipes : « l’islam radical est le problème, l’islam modéré est la solution ». Cette phrase ne signifie pas que l’islam modéré existe : elle demande aux musulmans de le faire naître. Elle sous entend que, pour l’heure, et, comme je l’écrivais dans Qui a peur de l’islam, les cloisons entre islam et islam radical sont poreuses.

Tous les musulmans ne sont pas islamistes, mais tous les islamistes sont musulmans, et il existe dans l’islam tel qu’il est, des éléments propices au totalitarisme, au fanatisme, au djihadisme. Ces éléments se propagent aujourd’hui dans le monde. Ils se propagent en Europe. Les populations non musulmanes s’inquiètent à juste titre. Des lois telle celle en voie d’adoption en France concernant le voile intégral sont de fausses solutions : ce qui compte, ce n’est pas le morceau de tissu posé sur la tête de quelques centaines de femmes voulant jouer au fantôme non seulement le jour d’Halloween, mais trois cent soixante cinq jours par an, c’est ce qui se passe dans les têtes, c’est le nombre croissant de femmes qui portent un voile non intégral et le nombre d’hommes qui se retirent de la société pour écouter des prêches plus ou moins sécessionnistes.

Geert Wilders ne souffre d’aucune phobie. Il dit que le Coran tel qu’il est est comparable à Mein Kampf, et le Coran tel qu’il est contient, de fait, des appels au djihad que les fidèles se voient enjoints par le Coran lui-même de prendre au pied de la lettre. Geert Wilders dit que le débat majeur en Europe dans les années à venir concernera l’islam tel qu’il est. Et je pense qu’il a raison. Je pense que le débat nécessaire n’a pas eu lieu. Je pense que les autorités de tous les pays européens font tout pour qu’il n’ait pas lieu.

Les Pays-Bas, pays de Geert Wilders, sont le pays où a été assassiné Theo Van Gogh. Ils sont le pays d’où Ayan Hirsi Ali a dû partir pour trouver refuge aux Etats-Unis alors qu’elle se battait contre l’islam tel qu’il est : en sachant de quoi elle parlait puisqu’elle est née musulmane. C’est un pays où Geert Wilders doit vivre sous protection policière constante tant sa vie est menacée, et où il est en parallèle, traîné en justice pour avoir exercé sa liberté de parole et avoir demandé qu’un débat ait lieu et qu’on accepte de regarder en face qu’il y a des « graines de fascisme dans le Coran ». C’est aussi un pays où le parti de Geert Wilders est devenu l’une des principales forces politiques.

Geert Wilders n’est pas en quoi que ce soit, comme je l’ai lu ici ou là, un Le Pen néerlandais. S’il était américain, il serait un conservateur porté par le mouvement des « tea parties ». S’il était israélien, il serait vraisemblablement au Likoud. Je procède à ces références car Geert Wilders est un ami des Etats-Unis et un ami sincère d’Israël.

Geert Wilders a décidé  de fonder une « alliance pour la liberté » . C’est une initiative utile et salubre. Il importe que ce ne soit pas un mouvement de plus, mais le vecteur d’une synergie.

Aux fins que nos lecteurs puissent disposer des propos de Geert Wilders sans le prisme déformant des grands médias, nous plaçons ici une vidéo sous-titrée.

http://www.youtube.com/watch?v=uCvw2zn09Cc&feature=player_embedded


Source: Guy Millière (article @ drzz.info)

Martin Hirsch: ah qu’il est beau, le collabo !

Un petit dessin… vous connaissez la suite. Chez moi, ce genre de « comportement », ça me colle des boutons… Un jour peut-être, tu comprendras, Martin-Mohamed… Commence déjà par changer de prénom; tu changeras de religion bientôt, très bientôt, quand tu n’auras plus le choix…

FDF

Mohamed Hirsch: sultan de la République islamo-française.

Niqab : un fonds d’un million pour payer les amendes ! Le PS cautionne…

Port du niqab non autorisé: la riposte s’organise… Ils ont la trouille, comme tous « bons » musulmans qui se respectent… Des trouillards de chez trouillards; on commence à les connaître, et fourbes, en plus. Et ils s’organisent déjà pour récolter des fonds pour payer les amendes, ces malades… Le pire est ces 1 342 maires de France qui cautionnent... Récupérons les noms de ces dhimmis et sonnons l’hallali !

FDF


Un particulier met en place un fonds de soutien pour les femmes en niqab verbalisées dans la rue. Il compte ainsi payer toutes leurs contraventions de 150 euros.

Le projet de loi destiné à interdire le port du voile intégral doit être adopté mardi par les députés. Le texte devra ensuite être examiné par le Sénat en septembre prochain. Même si un délai de six mois doit être consacré à la médiation et à l’explication du texte, les amendes, d’un montant de 150 euros, pourront commencer à tomber à partir du mois de septembre pour toute personne portant un niqab dans l’espace public, et à fortiori dans la rue.
Dans ce contexte, un ancien candidat malheureuxà la candidature à l’élection présidentielle de 2007 (ndlr : faute de parrainages suffisants, il avait dû abandonner), Rachid Nekkaz, annonce la création d’un fonds pour financer toutes les amendes des femmes verbalisées pour ce motif dans la rue. Sa position se rapproche de l’avis du Conseil d’Etat, qui s’est en effet prononcé défavorablement au mois de mai, à titre consultatif, estimant qu’une interdiction générale serait «exposée à de fortes incertitudes constitutionnelles et conventionnelles».
Patron d’une agence immobilière, Rachid Nekkaz adhère au Parti socialiste depuis fin 2009. Pour l’instant, le parti ne commente pas son initiative.


Lefigaro.fr : Comment avez-vous procédé pour créer ce fonds ?
Rachid Nekkaz : J’ai créé l’association «Touche pas à ma Constitution». Avec ma femme, nous avons tout simplement ouvert un compte sur lequel nous avons déjà viré la somme de 200.000 euros. D’ici au mois de septembre, il y aura un million d’euros de disponible pour les femmes sanctionnées pour avoir porté le niqab dans la rue. Pour réunir cette somme, je vends des biens immobiliers dont je suis propriétaire en banlieue parisienne. Et par ailleurs, je reçois beaucoup de contributions de la part de particuliers. En 24 heures, depuis la parution d’une dépêche Agence France Presse, j’ai eu 36.000 euros de fonds supplémentaires. J’insiste, je ne suis soutenu par aucune organisation et les fonds que je reçois ne proviennent que de particuliers.
En pratique, comment allez-vous aider ces femmes ?
Nous avons relayé l’information sur tous les sites de soutien à leur cause pour qu’elles soient au courant de notre démarche. Elles n’auront ensuite qu’à nous envoyer leur amende et, comme cela n’est pas encore interdit, nous enverrons un chèque à leur place. Toutes les amendes qui nous seront envoyées pour ces cas précis, seront intégralement payées.
Votre soutien s’arrête aux femmes qui portent le niqab dans la rue. Pourquoi ?
Je suis favorable à l’interdiction du port du voile intégral dans les lieux publics mais je considère, à l’image du Conseil d’Etat, que l’interdire dans la rue est une violation des principes constitutionnels. Notre objectif est donc de lutter contre ce que j’appelle la «délinquance présidentielle» qui consiste à imposer des principes illégitimes. Nous empêcherons donc la mise en application de cette loi anticonstitutionnelle. Dans une démocratie, la liberté, c’est sacré.
Qu’est-ce qui motive votre combat ?
Je suis un homme de convictions. Et je pense réellement que le principe de verbaliser le port du niqab dans la rue est la porte ouverte à toutes les interdictions. Après ce sera la kippa, puis pourquoi pas la soutane, ou les homosexuels qui seront stigmatisés…
Avez-vous reçu des soutiens ?
Nous avons envoyé des fax aux 36.000 maires de France. Pour l’heure, 1.342 nous ont apporté leur soutien. Sur ce total, plus de 750 sont au Parti socialiste, les autres sont sans étiquette, ou bien divers droite. On espère que notre initiative sera de plus en plus connue et reconnue.

Ni voile, ni burqa !!!

Invasion… de cochons.

Filed under: coran,islam,musulmans — francaisdefrance @ 11:30
Tags: , , ,

Vu ce vendredi à Andorre:

Ils n’ont pas des muzz en pleine crise de stigmatisation sans arrêt sur le dos, là-bas…

FDF


Embrasement de la France: « Nous sommes en train de reconquérir le terrain », a dit Brice Hortefeux…

Pourquoi en sommes nous arrivés là? « Reconquérir le terrain »… Il ne fallait pas le laisser conquérir, déjà. Le patriotisme, c’est ça.

On le paie, le laxisme pratiqué jusqu’à outrance pour faire plaisir aux immigrés et à leur « associations protectrices ». Et Dieu sait si leur nombre est légion, à ces « francais anti-français » ,unis pour la sauvegarde de l’envahisseur…

Maintenant, on les paye, leurs conneries. D’ailleurs, on ne les entend plus « moufter », ces larves, en ce moment… C’est déjà les vacances?

Pour les résistants dont les rangs grossissent, il n’y aura pas de vacances tant que l’envahisseur n’aura pas un genou à terre…

FDF


« Depuis plus d’un an maintenant, les faits divers violents se multiplient et concernent bien souvent les quartiers sensibles de la région parisienne et d’ailleurs. Un pic, rappelant les émeutes de 2005, a été atteint il y a quelques jours à Grenoble après les violences provoquées par la mort d’un braqueur, abattu par la BAC au terme d’une course poursuite.

16 mai 2010, Grenoble s’embrase.

Un bref rappel des faits. Dans la nuit du 15 au 16 juillet, alors qu’il été poursuivi par la BAC après avoir braqué un casino à l’aide d’un complice, Karim Boudouda sort son arme et tire « à trois reprises » sur les agents qui étaient à sa poursuite. Ces derniers, alors en état de légitime défense si l’on en croit la version du Procureur, ont abattu l’homme armé et ont été contraints de laisser filer le complice.

Dans la nuit suivant ce fait divers sanglant, des violences ont éclaté dans le quartier de La Villeneuve à Grenoble, quartier des faits mais aussi quartier d’origine du défunt. Lors de cette nuit agitée, de nombreuses voitures ont été incendiées, de nombreuses personnes armées interpellées, et plusieurs tirs à balles réelles sur des policiers sont à déplorer. Même si les choses se sont peu à peu calmées depuis, un climat tendu règne encore entre les murs du quartier, et on rapporte de nouveaux tirs visant des agents de la BAC. Au point que les 300 CRS déployés en plus de la présence du GIGN et du RAID ne semblent pas complètement régler le problème.

La France, pays de la guerre civile

« On est en guerre ! Il faut y aller avec l’armée ! » scandait Elisabeth Levy lundi sur RTL. « Ces épisodes peuvent ressembler aux prémices d’une guerre civile » rajoutait Jean-Marie Le Pen sur les mêmes ondes.

Il est vrai que les tensions communautaires ne cessent d’augmenter dans notre pays, et que de plus en plus des observateurs les plus pessimistes y voient les tristes débuts d’une guerre civile qui s’annonce. Il faut dire qu’Eric Zemmour l’a rappelé un bon nombre de fois : « La France est le pays des guerres civiles » en ne cessant de donner l’exemple du siège de La Rochelle en 1573. Selon lui, avec des départements comme la Seine Saint-Denis qui compteront dans 10 ou 15 ans près de 90% de français d’origine arabo-africaine, l’histoire pourrait se répéter. Et ça n’est certainement pas le grenelle de la sécurité réclamé par la gauche qui changera quelque chose à d’éventuelles revendications territoriales, juridiques et politiques qui menacent ces régions en phase d’autonomisation.

Faut-il faire intervenir l’armée ?

Alors que faut-il faire ? L’actualité nous pousse à diriger notre regard sur Grenoble. Une intervention de l’armée y changerait-elle quelque chose ?
A Saint-Aignan, commune du Loir-et-Cher, un déploiement militaire a, semble-t-il, efficacement rétabli l’ordre (alors que des gens du voyage saccageaient les alentours après la mort d’un des leurs, tué par un gendarme alors qu’il forçait un barrage).

Que changerait une intervention de l’armée en cité ? Car il faut avouer que les quartiers dit sensibles des grandes villes n’ont rien à voir avec le cas de cette commune paisible de 3.400 habitants.

Bien que ces moyens paraissent démesurés et effectivement annonciateurs de guerre civile, l’armée jouit d’un statut particulier qui se trouve en dehors de cette « haine du flic ». De plus, un déploiement militaire, il faut le dire, fait son petit effet. Et puis, a-t-on vraiment le choix si le trio CRS-GIGN-RAID ne parvient pas complètement à maintenir le calme ? L’armée pourrait se muer en arme de dissuasion afin de rétablir le calme… sur le sol français !

La politique de sécurité de Nicolas Sarkozy a eu largement le temps de prouver son inefficacité. « Nous sommes en train de reconquérir le terrain » affrimait Brice Hortefeux sur Europe 1. Reconquérir le terrain veut-il dire se faire tirer dessus à balle réelle ? « L’autorité de la loi doit être respectée sur l’ensemble du territoire national » rappelait Nicolas Sarkozy ce mercredi en Conseil des Ministres. Seulement voilà, ce discours s’épuise et sonne comme un air de déjà vu. La constation est sans appel : l’Etat a échoué en matière de sécurité, et rien n’y changera en gardant ce cap.

Le souci, c’est qu’il est évident que les problèmes émanent le plus souvent de perturbateurs isolés qui profitent de la situation pour se défouler. « Parler de guérilla urbaine est très exagéré, car ce n’était pas le peuple contre l’armée, mais quelques gus sans aucune stratégie ! » prévenait « Tepetate », un habitant du quartier La Villeneuve sur Rue 89.

Quoi qu’il en soit, de fil en aiguille, on ressent sur le territoire national une montée progressive des tensions communautaires, ravivée par des faits divers tragiques mettant en cause des policiers. La situation dérive et s’aggrave. Evidemment, ce sont les cités qui sont au centre du débat.

Alors, il est temps de s’interroger sérieusement. Faut-il craindre une guerre civile en France ? »

Source: http://tinyurl.com/39bf29y

Demain est entre nos mains… Vidéo.

Serge Ayoub : regard sur l’actualité…


http://rutube.ru/tracks/3437768.html?v=7afe2639d77498fb77c4923b565a3c90&autoStart=true&bmstart=0

Merci à JLB…

Témoignage d’un français qui en a franchement ras le bol !

(Reçu par mail de BC pour diffusion… Je diffuse.) Mais avant:

Y’en a marre de baisser son froc ! Y’en a marre de voir notre patrie partir en vrille! Y’en a marre de voir nos dirigeants s’en foutre! Vrais Français des quatre coins de l’Hexagone: unissez-vous! Et agissez! On ne vous demande pas de prendre les armes. On vous demande de vous bouger le c.., chacun comme il peut, pour stopper l’hémorragie qui affecte la France, VOTRE Patrie ! Ne baissez plus les yeux devant la racaille quand vous en croisez, réagissez sur le champ à la vue d’une niqabée provocatrice (je l’ai fait ce matin et elle a eu peur…), soutenez le regard tout aussi provocateur des « barbus » et montrez leurs qu’ils sont chez vous et, si vous en avez le courage, balancez des tomates (eux balancent bien des coktails Molotov) dans l’habitacle des cabriolets Merc’s ou BMW conduits sans assurance ni permis (vomissant de la musique arabe à fond les hauts-parleurs) par des « d’jeunes issus de l’immigration »! Ok, ok, je me calme…mais y’en a marre, quand-même. Si on ne fait rien, on est foutus de chez foutus.

Bon là, je diffuse, enfin… (ça donne chaud, je bois un verre d’eau, avant…).

FDF

Lisez-moi ça: (si ce n’est pas du ras le bol, ça…)



« LA REACTION LEGITIME d’un « Français moyen », voyant son pays partir en « quenouille », vendu par des dirigeants de droite et de gauche, qui ont laissé « allumer » des feux… disant qu’ils étaient de simples « feux de Saint-Jean »…

Et lorsque l’incendie se propage dans les grandes villes du  territoire Français… certaines « autruches » continuent de croire que la Saint-Jean se prolonge… ils « tournent le dos » à l’incendie ! »

L. A.

Grenoble dans les années 70 était considérée comme un laboratoire du socialisme à la sauce « rocardienne ».

Les résultats sont là !

L. évoque, comment disent ils déjà ? Ah oui « les incidents ».

La populace bien pensante semble se rendre compte que le Karcher de Talonnette a du être victime de la sècheresse. Incroyable : On tire sur la police, on brûle quelques voitures, pille quelques magasins, pour protester contre une bavure de la police ! La crapule Michel Destot, maire de Grenoble, ose même demander des renforts de police, alors que lui et ses associés socialistes sont les premiers responsables de la situation actuelle, merci Mitterrand !

Alors ma foi, ca va vous étonner (ou pas !), mais…. Je me marre ! Destot commence peut-être à comprendre qu’il ne sera pas le dernier à être égorgé par les racailles grises, les syndicats de police disent que la limite est atteinte, et les braves gens sont choqués !

Les syndicats de police, inquiets et outrés ? Je me marre ! Ils font le jeu de la racaille depuis des années, tout simplement en acceptant les ordres de leur ministre, consistant à ne plus entrer dans les « quartiers difficiles » (doux euphémisme pour parler des quartiers ou les immigrés font la loi !), et à se ruer sur les « délinquants de la route », c’est bien moins risqué que de sauter Rachid ou Kamel dont les potes sont prêts à en découdre ! Alors ma foi, qu’ils ne se plaignent pas de se faire tirer comme des pigeons d’argile !

Les braves gens sont choqués, donc… Ben voyons ! Ce troupeau d’abrutis qui depuis des années vote pour la même racaille corrompue et incapable ! Ca me fait penser aux enseignants qui OSENT protester quand l’un d’entre eux se fait fracasser la tête par quelques basanés ! Ce bon « peuple de gooooche » qui prône depuis toujours « moins de répression et plus de compréhension » envers ces bons immigrés, les fameuses « chances pour la France » !

Alors je vais vous dire ce que je pense, c’est tout simple ! Vous l’avez voulu ? Vous en avez ! Et vous en aurez encore plus, car le jeu ne fait que commencer ! Ah, le bon vieux temps de sos-racaille, vous vous souvenez ? Le site qui osait prédire l’avenir ! Eh bien l’avenir, vous en avez un avant-gout à Grenoble aujourd’hui ! Mais ne désespérez pas, ça va arriver chez vous aussi !

Et bien que je n’ai plus le moindre espoir pour cet avenir français, peut-être, je dis bien PEUT-ETRE est-il encore possible de renverser la vapeur ! Comment ? C’est tout simple : RENTREZ DEDANS !

Aux forces de police : REFUSEZ LES ORDRES de votre hiérarchie quand ils vont à l’encontre de l’intérêt général ! Et bien sur TIREZ LES PREMIERS ! l »IGS viendra ? Désarmez-les et mettez-les hors d’état de nuire. Votre préfet vous sanctionnera ? DESTITUEZ-LE !

A vous, l’infime minorité, qui SAIT que la situation est désespérée : ARMEZ-VOUS ! Car vous savez qu’en face, ils sont armés, et la police est trop affairée à protéger les consulats et traquer les téléphones au volant et les ceintures de sécurité non bouclées ! Armez vous et ORGANISEZ-VOUS car peut-être, PEUT-ETRE, qu’un homme providentiel sortira de l’ombre et vous proposera, à ses cotés, de prendre le pouvoir par des moyens extra-constitutionnels pour tenter de sauver ce qui peut encore l’être.

OUI tout ceci est illégal. OUI ceci est un appel à la révolte armée. OUI ceci est passible de vingt ans de prison.

En 1940, une infime minorité a suivi cette ligne de conduite : On les a appellé ensuite les Résistants.

Les autres… Les collabos.

A VOUS de choisir comment vous voulez être considérés, dans un avenir de plus en plus proche.

Léon

PS : « Une mère qui a ajouté que son fils était « aimé, connu et respecté » à La Villeneuve. » : C’est bien sur la mère de Karim Boudouda, criminel multi-récidiviste (étrangement en liberté…) qui parle ainsi de sa progéniture. Et qui donne ainsi une excellente raison de l’avoir expédié ad-patres : Quiconque connait un tant soit peu la « Villeneuve » de Grenoble, sait que pour y être respecté il faut être la pire des vermines. Cette pauvre conne veut porter plainte contre la police ? Elle ferait mieux de s’occuper de ses gamins ! Pour une fois que la police fait son boulot… D’ailleurs il serait bon qu’a cette occasion une enquête complète soit menée sur cette famille, vivier de vermine de Grenoble, piliers de la maison d’arrêt, roulant en BMW et Porsche Cayenne tout en touchant le RMI ! Ah ! Si d’honnêtes français décidaient de rendre la Justice de manière radicale, nul doute que cette famille de racaille serait en bonne place dans leur planning ! »

Page suivante »