Francaisdefrance's Blog

13/07/2010

France : L’Assemblée nationale vote l’interdiction du voile intégral dans l’espace public.

Ne crions pas victoire; c’est beaucoup trop tôt… Les députés ont voté. Reste l’approbation de leurs… « supérieurs ». Pas encore gagné, c’est certain. D’ici à ce que cette loi soit appliquée, de l’eau va couler sous les ponts; plutôt, on va voir proliférer les « Belphégor » à tous les coins de rue. La provoc, c’est leur truc… Vous aviez remarqué, aussi?

FDF

Les femmes qui disent porter « volontairement » cet uniforme des régimes d’apartheid des femmes sont des petites soldates de l’islam radical déterminées à importer la charia en Occident. Il faut leur dire haut et fort que leur message n’est pas bienvenu. Bravo à la France !

Les députés français ont massivement adopté mardi le projet de loi visant à interdire le port du voile islamique intégral dans l’espace public, en dépit de réserves juridiques et du malaise suscité par le texte parmi les musulmans.

La France, qui compte la plus grande communauté musulmane d’Europe (5 à 6 millions de personnes), veut une interdiction générale du port de la burqa ou du niqab dans tout l’espace public, y compris dans la rue. «La dissimulation du visage sous un voile intégral est contraire à l’ordre public social, qu’elle soit contrainte ou volontaire», avait expliqué le 6 juillet devant les députés la ministre de la Justice Michèle Alliot-Marie.

Le texte a été approuvé par 335 voix contre une. L’ensemble de la majorité de droite a voté pour. Bien que résolument opposée au port du voile intégral, la quasi-totalité de l’opposition (socialistes, communistes et Verts) a refusé de prendre part au vote. Le Parti socialiste a mis en avant «le risque juridique» d’une interdiction totale, estimant qu’une censure du Conseil constitutionnel, chargé de veiller à la conformité des lois avec la Constitution, serait «un cadeau inestimable pour les intégristes».

Ce vote met en application les principes contenus dans une résolution solennelle du Parlement français, votée en mai à l’unanimité. Cette résolution spécifie que «les pratiques radicales attentatoires à la dignité et à l’égalité entre les hommes et les femmes, parmi lesquelles le port d’un voile intégral, sont contraires aux valeurs de la République».

Le gouvernement table désormais sur une adoption du texte en termes identiques en septembre au Sénat, la chambre haute du Parlement, ce qui doit permettre en théorie sa mise en œuvre rapide. Mais le chef du groupe parlementaire du parti présidentiel UMP Jean-François Copé veut que soient levées toutes les hypothèques juridiques qui pèsent sur cette loi et a prévu de saisir le Conseil constitutionnel «afin que son application ne puisse être contestée».

Le Conseil d’Etat, plus haute juridiction administrative du pays, a en effet émis des réserves de droit sur une interdiction généralisée qu’il a jugée «sans fondement juridique incontestable». Dans un avis non contraignant, il a recommandé de limiter cette interdiction à certains lieux publics (administrations, transports, commerces).

Selon les juristes, la France pourrait s’exposer à une condamnation par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) pour qui chacun peut mener sa vie selon ses convictions dès lors que cela ne porte atteinte à autrui. Amnesty International a critiqué ce texte pour des raisons assez semblables.

Le Conseil français du culte musulman (CFCM), principal organe représentatif des musulmans, s’oppose aussi à un projet qui «risque de stigmatiser l’islam», alors que le port du voile intégral ne concerne que 2.000 femmes. En dépit du malaise suscité parmi les musulmans de France, le CFCM a choisi d’être plutôt discret depuis le début du processus parlementaire, soucieux de ne pas envenimer les choses.

Le texte prévoit d’interdire le port du voile intégral (niqab, burqa) dans tout l’espace public, sous peine d’une amende de 150 euros et/ou d’un stage de citoyenneté. Mais ces sanctions n’entreront en vigueur que six mois après la promulgation de la loi, après une période de «pédagogie».

Toute personne obligeant une femme à se voiler sera passible d’un an de prison et 30 000 euros d’amende. Des peines doublées quand la personne contrainte est mineure d’âge. La France serait le deuxième pays européen après la Belgique où le voile intégral serait interdit dans tout l’espace public.

Source : Le Temps.ch, 13 juillet 2010

La Genête (Saône et Loire): repas gaulois le 14 juillet…

Désolé, j’ai eu l’info un peu tard… Mais si ça pouvait donner des idées à certains, que ceux-me le fassent savoir un peu avant. Je me chargerai du reste… Au fait, la « potion magique », c’est de la soupe au cochon?

FDF

La Genête

Le repas gaulois se prépare…


À table pour préparer le banquet.  Photo C. F. (CLP)

À table pour préparer le banquet. Photo C. F. (CLP)

Le comité des fêtes et l’association Animuse organisent une reconstitution d’un marché de l’époque celte, le 14 juillet. Une première.

Derniers préparatifs pour le comité des fêtes de La Genette et l’association Animuse, qui peaufinent les détails de l’organisation de leur premier marché gaulois.

C’est en effet au cœur du domaine des Druides, autour de la maison gauloise, que se tiendra la reconstitution d’un marché de l’époque celte.

Un grand banquet

Mercredi 14 juillet, artisans et commerçants seront au rendez-vous pour vous proposez des produits traditionnels et du terroir, tandis que la troupe des Médiatrici assurera le spectacle par des combats dignes de la guerre des Gaules ! Des visites de la maison gauloise et des activités pour les enfants sont également au programme. Et bien sûr, nos ancêtres étant connus pour apprécier la bonne chère, un grand banquet traditionnel gaulois est prévu. On murmure même que de la potion magique sera servie… Attention ! Il vous reste jusqu’au 10 juillet pour réserver votre place à table…

Mercredi 14 juillet de 10 à 19 heures. Renseignement et réservation au 03.85.40.19.24 ou 06.85.40.19.80 ou 03.85.32.37.20.

Source: http://tinyurl.com/2dwzxcl

Pour la punition des collabos, il va falloir faire vite car ils sont de plus en plus nombreux.

13 juillet 2010

Reçu par mail:

Moi aussi j’ai mal à la France, et bien mal et si, elle ne se réveille pas très vite, nous allons être très surpris.

Ci-joint un texte du Général Claude Denis MOUTON.
Ce texte résume beaucoup de choses, enfin un « Général » qui ose parler ! J’espère qu’il ne sera pas dégradé….

INGRATITUDE NATIONALE

Toutes affaires cessantes, je me suis emparé du dernier numéro de Debout les paras. Comme de nombreux camarades , j’ai  lu avec beaucoup d’attention l’éditorial «  à chaud » du général de corps d’armée Christian Piquemal, président de l’union nationale des parachutistes sur les obsèques du général Bigeard et j’ai tout particulièrement apprécié les deux observations que vous formulez en guise de conclusion : à savoir, d’une part, votre constat sur l’indigence coupable des chaînes de télévision quant à la communication des cérémonies qui se tinrent successivement à Saint Etienne de Toul et à Saint Louis des Invalides et, d’autre part, votre interrogation sur l’absence remarquée du chef des armées à cet hommage national.

Il est indiscutable, que les chaînes TV, à l’exception du relais régional, auront été d’une affligeante et indigne discrétion. Mais que pouvait-on attendre de  ce milieu qui vit refermé sur lui-même et qui s’il ne cesse de vanter les bienfaits du vivre ensemble s’attache à l’entre soi ?Le bon goût, la distinction, l’excellence…….semblent figurer seulement en filagrammes dans un éventuel code de déontologie. Hormis ceux,  bien connus et appréciés pour leur professionnalisme où rigueur et humilité sont à leur honneur,  combien, en revanche,  se regardent le nombril, s’écoutent parler, se servent d’invités comme de faire-valoir qu’ils interrompent à tout bout de champ, tant leur ego est surdimensionné ? Combien se complaisent dans le narcissisme, le débraillé mondain, le superficiel, le langage approximatif, les minauderies et la cacophonie qui noie les propos insipides ?

Le fric, l’audimat, le copinage, les carrières familiales : tout les conduit à vivre dans une bulle à des années-lumières des attentes et des valeurs d’une grande partie de nos concitoyens. Vecteur passif d’information parcellaire, de désinformation et de déformation, ce moyen de communication sociale s’attache à modeler les esprits où la place  à la réflexion devient une peau de chagrin désolante.

« Adieu ma France » écrivait Marcel Bigeard.Que devait-on attendre des responsables des rédactions des journaux TV, alors qu’au milieu de n’importe quoi, on nous annonce furtivement la mort brutale de nos soldats ? La soudaineté de l’événement passe par des choix singuliers et une communication sélective délibérée.

« Crier ma vérité », c’était le choix de l’inestimable Bruno. La recette perverse du pain et des jeux, propres aux sociétés décadentes,  est d’une efficacité redoutable pour distraire les esprits de l’essentiel. Or,  comme le général Bigeard, c’était l’amour de la France et la fierté de le servir jusqu’à son dernier souffle, comme c’était également le chef militaire qu’on citait en exemple et l’éternel râleur qui avec sa gouaille légendaire continuait jusqu’à son dernier round  à parler de valeurs, des symboles de la République, de l’immigration et des ratés de l’intégration, de l’islamisme, de l’insécurité, du laisser aller de l’éducation, de la perte du civisme….

Il ne fallait pas s’attendre à ce que la corporation télévisuelle, que ces gens là, lui accordent l’hommage qu’il méritait et que de nombreux  Français attendaient et tout particulièrement « ses p’tits gars » bien dans la peine.La « pelle du 17 juin » ramassée par l’équipe de France était diablement plus intéressante pour tous ceux qui se complaisent dans nos échecs et se font les chantres de la repentance !

Au moins ils auront eu la délicatesse de ne pas modifier la grille des programmes pour diffuser un  film tel que « la bataille d’Alger »  ou une des émissions récurrentes remettant en cause notre action en Algérie décidée par le pouvoir politique. Quant à l’interrogation sur l’absence du président de la République, chef des armées, elle suscite de ma part un « remue méninges » dont il ne ressort aucune réponse satisfaisante.

Général (2s°)  Claude-Denis Mouton

« Nous ne voulons par ressembler à la mosquée de Paris connue pour être proche de la droite »…

Que du bonheur… Et voila les muzz qui commencent à diverger sur de plus en plus de sujets et d’idées… Ce sera leur faiblesse, fatale; l’Histoire l’a déjà prouvé au sujet de certaines civilisations sur le déclin…

FDF

Lu sur: http://tinyurl.com/38cvw84

« Le président du Conseil Régional du Culte Musulman, Abderrahmane Ghoul considère que les problèmes auxquels la moquée de Marseille doit faire face s’apparente à ceux de la mosquée de Paris qui  fait l’objet des convoitises de nombreuses personnes et relever de nombreux défis, appelant les responsables de la mosquée à ne pas mélanger la politique et la mission de la mosquée.
Il a en effet précisé que la mosquée de Paris était connue pour être proche de la droite française s’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle s’est critiquée par la gauche, ajoutant que « la neutralité n’existe pas, mais cela ne doit cependant pas être apparent », niant dans ce contexte l’existence de pressions de la part des autorités françaises.
Il considère par ailleurs que la question du voile intégrale revête plus un caractère idéologique qu’un problème personnel ou religieux, demandant à ce sujet aux imams d’expliquer aux gens la réalité de la question. Il a également souligné que la confrontation entre les partisans du voile intégral et les autorités était motivée par des raisons politiques, ajoutant que les radicaux ne représentaient pas le véritable islam. Il révèle d’ailleurs que la plupart des femmes portant le Niqab sont des françaises converties à l’islam par rejet de leur vie passée. Elle prônent de ce fait une logique d’isolement contrairement aux musulmans issus de l’immigration qui sont ouverts à l’autre. Les lycéennes doivent également selon lui se conformer au règlement intérieur des établissements, et pratiquer ensuite librement  leur religion une fois à l’extérieur.
Il reproche enfin à la majorité des musulmans de rester en marge de la vie politique française, et de ne pas constituer une force de pression à l’exemple des juifs. »

Les aventures de Belphégor en Espagne… Vidéo.

Un reportage qui décoiffe; pardon, qui déburqatte…

FDF

L’Espagne vers l’interdiction de la burqa ?


http://www.dailymotion.com/video/xdyaw5_espagne-le-dilemme-du-voile-integra_news?start=3#from=embed

Discrimination… On attend la Halde au virage, là…

Si ça, ce n’est pas de la discrimination, je bouffe mon bérêt !

FDF

Le 1er centre de loisirs pour enfants noirs, le « Black Pemper’s Center », ouvre ses portes dans les Yvelines


Le premier centre de loisirs pour enfants noirs, le « Black Pempers Center », ouvre ses portes tous les mercredis à partir de ce 14 juillet à 10H30 à Plaisir.

Crée par Kemi Seba (Kemiour Aarim Shabazz) avec l’aide du New Black Panther Party, » ce centre (dans la plus pure tradition sociale de l’activisme noir), ouvre ses portes officiellement ce mercredi 14 Juillet de 10H30 à 17H30 à Plaisir (Yvelines), après deux séances expérimentales plus que réussies lors des dernières semaines.

Pour la première fois de l’Histoire en France, un Centre de loisirs dédié aux enfants de la communauté noire voit le jour, avec des activités spécialisées, calibrées en fonction des besoins propres à nos petits noirs. D’emblée, nécessaire il est de préciser qu’en aucun cas il ne s’agira d’apprendre aux jeunes pensionnaires du « Black Pempers Center » la haine de la différence. Au contraire, les activités mises en places ont et auront pour but de magnifier notre « négritude » (trop souvent oblitérée dans la société occidentale), tout en prônant le respect des enfants non-noirs.

Des cours d’Histoire insérés aux activités ludiques seront donc de fait établis pour permettre aux petits de consolider leurs bases culturelles, dès la sève, partant du principe qu’un « arbre sans racine ne tient pas ». Précisons tout de même que ce centre de loisirs n’est pas une école et n’a pas pour l’instant l’intention de le devenir. Au contraire, le « Black Pempers Center » se veut être le trait d’union nécessaire avec les écoles qui, nous le souhaitons du fond du cœur, verrons le jour dans la communauté noire dans les années à venir. Mais en attendant que ces écoles se construisent, nous ne pouvons laisser le destin de nos enfants dans les mains du néant identitaire, d’où la nécessité de prendre de notre temps pour s’occuper de nos progénitures…

Le « Black Pempers Center », fondé par Kemi Seba (Kemiour Aarim Shabazz), le Ministre francophone du New Black Panther Party, compte à sa tête la Sista Shelmee, éducatrice spécialisée pour jeunes enfants, qui fait office de Directrice du Centre, et une équipe de 15 personnes, hommes et femmes, parents pour la plupart, donnant de leur temps pour consolider le destin de ces géants de demain.

Lire et attentivement, svp: Source et contact



Et dire que l’on m’em….. pour avoir parlé de « White Power »…  C’est qui, les racistes ???
FDF

Provocation. Voile intégral : Rachid Nekkaz lance un fonds pour payer l’amende de 150 euros!

Et moi, je lance un appel et une grosse prime (votre poids en couscous) sera remise à celui ou celle qui m’apportera l’une des deux oreilles de ce con là… Il y a encore de nombreux tarés, chez nous…

FDF

13/07/2010


Un petit « Kadhafi » ???

Un ex-candidat à la candidature à l’élection présidentielle en 2007, Rachid Nekkaz, a annoncé dimanche qu’il voulait constituer un fonds pour « financer toutes les amendes de 150 euros qui auront été dressées à l’encontre des femmes portant la burqa dans la rue ».

« Rachid Nekkaz, chef d’entreprise, lance avec l’association Touche pas à ma Constitution un fonds doté d’un million d’euros », écrit-il dans un communiqué alors que l’Assemblée doit se prononcer par vote solennel mardi sur l’interdiction générale du voile intégral.

Le texte interdit le port du niqab (et burqa) dans tout l’espace public -y compris la rue-, sous peine d’une amende de 150 euros et/ou d’un stage de citoyenneté. La verbalisation ne sera donc pas systématique et les sanctions n’entreront en vigueur qu’au printemps 2011 après six mois de « pédagogie ».

« L’association Touche pas à ma Constitution est favorable à l’interdiction de la burqa dans les lieux publics mais considère, à l’image du Conseil d’Etat, que l’interdire dans la rue serait une violation des principes constitutionnels », estime M. Nekkaz.

Il précise qu’il « finance ce fonds grâce à la vente de biens immobiliers dont il est propriétaire en banlieue parisienne ».

M. Nekkaz n’avait pas réussi à être candidat à la présidentielle de 2007, faute de parrainages suffisants. Il avait annoncé en juin 2009 qu’il adhérait au PS.


Source: http://tinyurl.com/35n6g76

200 euros par mois pour porter le voile en Europe… Il n’y a pas de fumée sans feu.

Reçu par mail ce mardi. Je n’ai malheureusement aucune source « fiable » (pour l’instant) mais il n’y aurait rien d’étonnant… De l’argent venant d’Arabie Saoudite, ça laisse forcément des traces quelque part…

FDF

Et si c’était vrai?

Voyez plutôt:

200 € PAR MOIS POUR PORTER LE VOILE !

C’est ce que touchent de l’Arabie Saoudite, par le biais d’un
organisme, toutes les femmes musulmanes vivant en Europe pour porter le
voile dans les pays de la communauté européenne.

Celà expliquerait le nombre considérable de plus en plus
grandissant de femmes voilées !
Ce n’est pas une invention, mais bien la triste réalité révélée à
la mère d’un ami par sa femme de ménage qui est arrivée chez elle
voilée du jour au lendemain.
Surprise bien évidemment de cette nouvelle tenue et du port subit
de ce voile, elle lui demanda pour quelle raison elle était venue
travaillé ainsi coiffée et la jeune fille Marocaine, malgré quelques
réticences à vouloir répondre, finit par lui avouer qu’elle était payée
pour le porter.
Elle expliqua, non sans mal, avoir réussi a intégrer par relation
un groupement musulman qui est en relation directe avec un organe
religieux de l’Arabie Saoudite qui paye les musulmanes 200 € par mois
pour porter le voile dans les pays Européens.
Aujourd’hui donc ces femmes sont payées pour afficher leur
appartenance totale à l’islam en portant le voile….
Demain, elles seront payées pour déposer un paquet dans un lieu
public ou bien pour servir de boite aux lettres ou encore de recevoir
chez elles des musulmans extrémistes terroristes !
Nous sommes vraiment en droit d’être très inquiets pour l’avenir,
surtout que rien n’est fait pour endiguer ce fléau qu’on tend au niveau
des pouvoirs publics à marginaliser et vouloir nous faire accepter et
supporter ! Il faut faire passer ce message à tous vos contacts,pour
provoquer l’indignation chez un très grand nombre.
C’est pour cela qu’il faut leur mettre une amende à 100 €uros  à chaque fois, ainsi l’état Français rentrera des sous pour combler son déficit et nous ne serons pas contraint de Bosser plus .

Appel au secours: Le calvaire de Zohra et Hamid, enfants de harkis.

Recu par mail.

FDF


« Dans Présent du 10 juin au 2 juillet, nous vous avons parlé de Zohra Benguerrah
et Hamid Gouraï, ces deux enfants de harkis
qui, depuis quinze mois (!),
campent – dans des conditions de dénuement extrême – place Edouard-Herriot,
dernière l’Assemblée nationale. Et qui sont en butte à d’indicibles persécutions
policières dans le même temps que la mairie du VIIe arrondissement (et
notamment un conseiller municipal dont nous nous réservons de publier le nom)
en rajoute couche après couche.
Rappelons, pour commencer, leur numéro de portable : 06 09 31 60 17. Et
redemandons à nos amis de la région parisienne (et à ceux qui seraient à Paris
en ce mois de juillet) d’aller leur rendre visite pour les réconforter et leur apporter
des objets de première nécessité. En attendant le 8 septembre prochain, date à
laquelle nous essaierons de mettre sur pied une grande manifestation de soutien
place Edouard-Herriot. Un mercredi. Un jour où, la télé étant présente dans
l’hémicycle, les députés viennent faire les cadors à l’Assemblée. A signaler que,
depuis quinze mois que Zohra et Hamid vivent un véritable calvaire, dans
l’extrême froidure hier, dans la chaleur extrême aujourd’hui, il n’y a pas eu un seul
député – pas un seul ! – à venir s’enquérir des revendications de ces deux
résistants…
Mais aujourd’hui, c’est un appel au secours – et c’est urgent – que nous lançons.
Pour Zohra qui est gravement malade. Elle est asthmatique et a besoin de soins.
Quand la police, sur ordre du préfet Gaudin, a confisqué la camionnette qui
servait de refuge à Zohra et à Hamid, elle a embarqué les médicaments, les
ordonnances et la carte Vitale de Zohra. Elle ne peut donc plus se soigner ou se
faire soigner. Nous lançons donc un appel désespéré – et plein d’espérance –
aux lecteurs qui pourraient permettre à Zohra de se faire soigner, une fois par
semaine, dans une clinique. On peut l’appeler directement sur le portable que
nous avons indiqué ou m’appeler directement à Présent.
J’ai rencontré Zohra mardi. Elle est épuisée. Mais elle m’a dit : « Je ne craquerai
pas. J’irai jusqu’au bout. Nous sommes des Français, nos pères ont tout donné
pour la France. Ce n’était pas des lâches. Nous n’abandonnerons jamais. »
Et ils le prouvent. Ils ont lancé une requête en annulation devant le tribunal
administratif contre le préfet de police qui leur interdit d’installer des banderoles
expliquant leur mouvement. Tout leur matériel leur a été confisqué. Ce qui est
une violation de la loi et du droit de manifestation, une succession d’atteintes aux
droits sur la liberté d’expression et d’opinion (avec refus de délivrance du
récépissé de déclaration de manifestation).
Et une autre requête pour refus de communication de pièces et documents
administratifs (procès-verbaux d’assermentation des agents de police qui ont
saisi le véhicule).
Ils ont besoin de nous. Pas après-demain, pas demain, pas tout à l’heure. Tout
de suite. Ce sont les nôtres. Ce sont nos frères. Il faut leur apporter tout notre
amour et toute notre aide. »

ALAIN SANDERS
Article extrait du n° 7132 de Présent, du Vendredi 9 juillet 2010

Harcèlement: Marie Hercelin, excédée quitte la France !

Triste d’en arriver là… Et pourtant, le peuple français fait les frais de la préférence non-nationale. Bizarre, personne ne dit mot, du coté de nos dirigeants. Vous avez dit « bizarre »??? Comme c’est bizarre…

FDF


http://www.dailymotion.com/video/x801hr_ils-n-ont-qu-un-seul-but-exterminer_news?start=0#from=embed

France. Avec 1,5 % de son produit intérieur brut (PIB) consacré à sa défense, un pays peut-il en­core se dire « grand » ?

Coup de rabot pour les armées!

Ils ont raison, ces racailles; personne  ne leur dit rien. Et puis, le drapeau français, il  sert plus ailleurs qu’en France, où il est autant bafoué… Pauvre patrie en pleine régression.

Nouvelle réduction des crédits, nouvelle déflation des effectifs : le risque est de baisser la garde et de faire une croix sur des projets qui préparent l’avenir.

Même sans la traditionnelle garden-party de l’Élysée, le défilé martial du 14 juil­let 2010 sera fidèle à la tradition. En apparence, tout sera “nickel” dans les rangs, grâce aux 4 millions d’euros déboursés pour cette parade annuelle des armées. Mais dans les têtes ? Les militaires redoutent le “coup de rabot”, annoncé alors qu’ils subissent depuis plus de vingt ans déjà des réorganisations et des déflations d’effectifs (54 000 postes doivent être sup­primés entre 2009 et 2014). « Cette fois, c’est la boule à zéro… »

Nicolas Sarkozy, chef des armées, a chiffré l’ampleur de l’effort : 20 000 postes (dont la moitié pour l’armée de terre) et environ 3,5 milliards d’euros de crédits militaires en moins sur trois ans.

C’est un peu moins que la coupe de 5 mil­liards envisagée dans un pre­mier temps, mais les militaires, plutôt abattus, s’inquiètent des conséquences sur leurs missions. Le climat général d’économies alimente les rumeurs et nourrit la méfiance à l’égard d’un mi­nistre, Hervé Morin, dont la stratégie politique semble le pousser à quitter bientôt le gouvernement. Calculette en main, chaque armée vérifie les conséquences de la “réduction de périmètre” : à terme, l’armée de terre pourrait être réduite à 93 000 hommes (au lieu de 131 000), la force aérienne de combat ramenée à 180 appareils et la marine à moins de 30 grandes unités navales.

Pour pouvoir honorer le contrat des opérations extérieures, les “opex” dans le jargon des militaires (10 000 hommes déployés, dont 3 750 en Afghanistan et 1 450 au Liban), les armées sont déjà contraintes à des acrobaties opérationnelles et logistiques dont le monde civil n’a pas idée. On déshabille Pierre pour habiller Paul. On gèle momentanément les activités de trois ou quatre grandes unités en métropole pour armer un bataillon en opex (600 à 800 hommes), pour le rendre opérationnel à 100 % et tenir le rang au sein d’une coalition, mais on mesure leur désillusion sur cette armée peau de chagrin dont le modèle n’a rien de séduisant pour ceux qui seraient tentés de s’engager.

La lettre de cadrage du premier mi­nistre (45 milliards d’économies à trouver) a fixé la ligne de conduite. Pour la défense, la rigueur portera sur trois années (2011-2013), avec la simple reconduction des crédits de 2010 l’an prochain.

Morin veut limiter la casse mais la loi de pro­gram­ma­tion militaire 2009-2014 n’est déjà plus respectée : elle prévoyait une stabili-sation des crédits d’équipement militaire entre 2009 et 2011, puis une progression continue ensuite, passant de 16,2 milliards d’euros en 2011 à 18 mil­liards en 2014.

Plus personne ne croit au rétablissement ultérieur des budgets initiaux, au terme de ces trois ans d’austérité. L’engagement initial validé par le “Livre blanc sur la Défense”, la loi de programmation et la révision générale des politiques publiques était en effet d’assurer des crédits de 377 milliards d’euros à
la défense, mais c’était avant la crise, véritable “surprise stratégique” de ces années 2000. À terme, le manque à gagner des armées pourrait ­atteindre 40 milliards d’euros. Il faudra sans doute rouvrir le débat stratégique.

Dès octobre 2008, le général Jean-Louis Georgelin, alors chef d’état-major des armées, reconnaissait l’ampleur du problème : « La trajectoire financière définie dans le Livre blanc repose sur des postulats qui, s’ils devaient varier, rendraient l’exercice particulièrement difficile. » Ce dossier « extrêmement complexe » est sur le bureau de l’amiral Édouard Guillaud, successeur du général Georgelin : « Le risque est de trop bais­ser la garde, mais je ne suis pas inquiet », disait-il le 2 juillet sur Europe 1. Il avait d’abord craint à une encoche de 5 milliards d’euros : « Ç’aurait été la rupture… »

Où sabrer ? « Dans les budgets de fonctionnement », répond l’amiral Guil­laud. « Mais le gras n’existe pratiquement plus et nous sommes à l’os », assurent les militaires. La marge de manœuvre est étroite, surtout que la défense doit revoir à la baisse les prévisions de recettes supplémentaires que devaient apporter la vente d’actifs immobiliers et de certaines fréquences hertziennes. On ne mise plus que sur 2 milliards d’euros à peine, contre les 3,7 milliards prévus.

Ces fortes contraintes budgétaires menacent l’architecture d’ensemble. « L’équilibre est fragile, dit Guillaud. Il ne faudrait pas que les logiques comptables prennent le pas sur la cohérence opérationnelle. » Il faut en effet à la fois économiser mais ne pas dégrader la dissuasion nuclé­aire, « notre assurance-vie », ni réduire les capacités de projection (aérienne et navale), ni affecter la protection du territoire. Arrêter ou étaler un pro­gram­me coûte cher, avec des conséquences sociales difficiles à prévoir. Les financiers pourront parler de « réductions temporaires de capacités » mais les militaires sont sans illusions : « On passera du temporaire au permanent, sans retour en arrière. »

Les grands programmes d’équipements devraient être épargnés, assure l’amiral Guillaud : « On n’arrête rien, dans le cadre de la stratégie du Livre blanc. » Mais chaque armée se sent visée et défend ses programmes ma­jeurs, dits “de cohérence” : les sous-marins nu­cléaires d’attaque Barra­cuda ou les fré­gates multimissions pour la marine ; les véhicules blindés VBCI, les hélicoptères NH90 ou Tigre, les sys­tèmes Félin de l’infanterie pour l’armée de terre ; et les trois programmes phares de l’armée de l’air – Rafale, Airbus A400M de transport, avion ravitailleur Airbus A330 MRTT. La tentation est bien sûr de tailler dans les effectifs (225 000 hommes, fixés par le Livre blanc). « Mais nous sommes déjà au taquet pour honorer nos contrats opérationnels », répondent les états-majors. Chacun se renvoie la balle. Chez les “terriens”, on cherche à savoir qui sera le plus raboté, entre les paras, les alpins, les cavaliers, les artil­leurs, les légionnaires ou les marsouins.

« Il suffit de procéder à une réévaluation, entend-on à Bercy. Le contrat initial de 30 000 hommes et 70 avions projetables à 8 000 kilomètres, pendant un an, est-il toujours aussi pertinent et utile, surtout dans le cadre de l’Otan ? » Les armées pourraient se rabattre sur le format des unités d’intervention interarmées de 5 000 hommes, projetables en permanence dans un cadre national ou multinational, déjà prévu dans la loi de programmation mili­taire. La réintégration dans l’Otan ­plaide en ce sens, même si, à terme, ce processus risque de faire de l’armée française un simple supplétif des Amé­ricains.

Cette interopérabilité revendiquée a un avantage : elle permet à la France de maintenir le niveau opérationnel de ses forces et de peser sur certains théâtres majeurs. Les inconvénients sont nombreux : la réduction du for­mat devrait dégrader, ipso facto, les missions et les ambitions géopolitiques de notre pays, et le recours aux capacités alliées – le culte de la mutualisation, prétexte à beaucoup de renoncements – entraînera la perte de capacités pointues, au détriment direct de la France (et de l’Europe). Ce “décrochage” technologique devrait bénéficier aux seuls États-Unis. Cette évolution est préoccupante : dans le monde, l’Europe désarme, tandis que l’Amérique et l’Asie ne cessent d’augmenter leurs budgets militaires.

Le 10 juin, sur le porte-avions Charles-de-Gaulle, Nicolas Sarkozy livrait son ambition de chef des armées : « Nous devons conserver les capacités d’agir partout dans le monde en projetant nos forces. Sinon, nous ne serions pas un grand pays, nous ne serions plus un grand pays. » Il précisait aussi une condition absolue : « Nous devons consacrer les moyens qui nous permettent de peser sur la scène internationale comme un grand pays. »


(Pillé à Frédéric Pons Valeurs Actuelles)

Sénégal: un illuminé loue les valeurs de l’islam…

Quand on voit la tronche et l’accoutrement de l’énergumène en question, rien d’étonnant à ses propos… Il faudrait peut être lui rappeler à quelle époque on vit, non? Et à mon avis, ce sultan de Carnaval ne doit pas avoir la lumière à tous les étages…

FDF

12/07/2010

Dakar, 12 juil 2010

Le secrétaire permanent du Forum des rois, sultans, princes, chefs et leaders traditionnels d’Afrique, Tchiffi Zié Jean Gervais, a récemment loué les valeurs de l’Islam, qualifiant cette religion de ‘’perle’’ dont on ’’ignore l’importance’’.

‘’L’Islam est une religion que les gens ne connaissent pas. Et c’est une chance pour ceux qui sont nés musulmans. C’est une perle qu’ils ont à la main et dont ils ignorent l’importance’’, a-t-il notamment indiqué.

Converti à l’Islam, Tchiffi Zié Jean Gervais s’exprimait dans un entretien accordé au mensuel sénégalais ‘’Al Hadath, L’évènement’’, paru en mai dernier.

Prié d’expliquer les raisons de sa conversion à cette religion, il a répondu : ‘’D’abord, il faut retenir une chose. Je ne suis pas devenu musulman pour plaire à quelqu’un’’.

‘’Ma conversion relève d’un fait que moi-même je n’arrive pas à expliquer jusqu’à présent’’, a ajouté le secrétaire permanent du Forum des rois, sultans, princes, chefs et leaders traditionnels d’Afrique.

‘’Sachez qu’Allah a transformé ma vie. Je sens sa présence à mes côtés quand je l’invoque. Je vois sa main dans tout ce que je fais. Et par sa grâce, il me permet d’accomplir la mission qu’il m’a confiée’’, a-t-il soutenu.

Source: http://tinyurl.com/2wzlhrd

Encore un dictateur sanguinaire en puissance… Musulman, de surcroît.

FDF