Francaisdefrance's Blog

07/07/2010

On dit des belges… Mais eux, au moins, ils agissent.

Et les muzz s’en plaignent assez et pleurent, comme d’habitude… Lisez ce que j’ai trouvé sur http://tinyurl.com/2chepf7 Ca stigmatise grave…

FDF

Algérie: Pour avoir brûlé l’emblème national et défilé avec le drapeau français: 18 personnes condamnées à de lourdes peines…

Vous avez cru mal lire, hein? Mais non; ce n’est pas en France… Faut pas déconner, non plus. En France, brûler le drapeau national, c’est un acte de bravoure pour les ordures qui le font et plus fréquent que l’on ne croit. J’oserais même dire que c’est toléré… Si si. Les médias n’en pipent mot… On dit: « l’Algérie, l’Algérie, mais bon; là-bas, au moins , on applique les lois que j’oserais dire « républicaines ».

En France, porter ça, c’est autorisé:



FDF


Algérie

Dix-huit personnes, interpellées le 22 juin lors des émeutes du bidonville de Sidi Salem, dans la commune El Bouni (Annaba), ont été condamnées, mardi 6 juillet tard dans la nuit, par le tribunal correctionnel d’El Hadjar à des peines de prison ferme variant de 2 à 8 ans.

Ces manifestants étaient jugés pour avoir brulé l’emblème national et défilé en déployant le drapeau français (lire notre article). Ils étaient également poursuivis pour avoir incendié l’annexe de l’APC, l’agence postale qu’ils avaient préalablement vidé de son contenu et tenter de faire de même pour le commissariat de police de cette cité forte de plus de 50.000 habitants. Le président du tribunal a retenu à leur encontre l’atteinte aux symboles de la République, troubles à l’ordre public, dégradation de biens publics et privés et outrage aux représentants de la loi.

Par ailleurs, quelques heures auparavant, à quelques kilomètres plus loin, le président de l’Assemblée Populaire Communale (APC) de la même commune d’El Bouni et le subdivisionnaire de la DLEP convaincus de corruption ont été condamnés chacun à 4 ans de prison ferme et 500.000 DA d’amende par le tribunal correctionnel de Dréan (Tarf). Il s’agit du 2eme P/APC de cette commune de la périphérie du chef-lieu à être condamné pour corruption avérée.

Source: http://tinyurl.com/27tsgfr

L’hommage en langue anglaise à Marcel Bigeard.

J’ai pensé aux anglophones, avec ce superbe hommage à Marcel Bigeard…

FDF

The Consummate Warrior

By Max Boot, July 5 – July 12, 2010, Vol. 15, No. 40

Marcel Bigeard, 1916–2010.

Credit: Getty: Marcel Bigeard reviewing the troops in Madagascar, 1973

In English-speaking countries, the French armed forces have become a joke. Literally. Entire websites are devoted to one-liners like: “How many gears do French tanks have? Six: five reverse and one forward.” This is a gross slander of a nation that, back in the days of Louis XIV and Napoleon, was synonymous with military excellence. Those skills, that courage, that panache did not suddenly disappear in the 20th century, notwithstanding France’s string of humiliating defeats. There is no better reminder of that than the career of General Marcel Bigeard, who died on June 18 at age 94.

Born in 1916 to a railway worker, he left school at 14 to work in a bank. Called up when war came in 1939, he was a lowly warrant officer when captured on the Maginot Line in 1940. The following year, after two failed attempts, he escaped from a German prison camp and made his way to French West Africa to join the Free French forces. In August 1944 (using the call sign Bruno, which became his lifelong moniker), he parachuted back into France to work with the Resistance and help the invading Allied armies. In the process, he earned the Legion of Honor and Britain’s Distinguished Service Order.

Once World War II was over, the French army turned its attention to imperial wars, starting in Indochina where the Viet-Minh under Ho Chi Minh were trying to expel the colonial power. Captain Bigeard arrived in Saigon in 1945. By 1952, he was on his third tour, a major, and newly installed commander of the 6th Colonial Parachute Battalion (“Bataillon Bigeard”). By then everyone in Indochina, wrote French journalist Jules Roy, “knew his high forehead, his fair crew-cut hair, his bird-of-prey profile, his touchy independence”—and the extraordinary combat record that would one day earn him four-star rank without benefit of a St. Cyr education.

He was famous for his fitness and his austerity — both qualities which stood out in an army that valued its luxuries; French troops were issued a wine and cheese ration even in the field and were accompanied by mobile brothels. Bigeard’s visitors, noted American diplomat Howard Simpson, could expect “a thin slice of ham and one small, isolated boiled potato” washed down with “steaming tea” rather than the multicourse banquets accompanied by wine and brandy that were de rigueur in most French messes. Bigeard, who had nothing but contempt for office-bound superiors, preferred to fight lean, “à la Viet.”

The paras were the elite of the French army, a quick-reaction force that went wherever the fighting was the heaviest. In 1952, Bigeard and his men were dropped into the village of Tu-Lê in the northern highlands to stop a Viet-Minh offensive and allow the evacuation of French garrisons in the region. The battalion was soon encircled by an entire enemy division. Outnumbered ten to one, they fought their way out through dense jungle, walking nonstop for days and carrying the wounded. Entire companies were wiped out en route but Bigeard and a small group of survivors managed to elude the enemy.

The peacocky personification of paratrooper panache, Bigeard entered battle without a personal weapon and always led from the front. “If it’s possible, it’s done,” he said. And if it’s impossible? That “will be done” too.

On November 20, 1953, he and his men (half of them Vietnamese) were part of the paratroop force dropped into a remote valley of northwestern Vietnam at a place called Dien Bien Phu. They chased off the local Viet-Minh troops and established a French stronghold. Three weeks later they left for other fights. They did not return until March 16, 1954, by which time the garrison had been cut off by the Viet-Minh, which had positioned artillery on the surrounding slopes. Bigeard and his men parachuted into this “jungle Verdun” and continued fighting until the end. They fought brilliantly and heroically but to little avail. The defenders were ground down by relentless artillery fire and frontal assaults that were driven home by the Viet-Minh with total disregard for losses.

The end came on May 7, 1954, when the French commander, Christian de Castries, decided to surrender. The Viet-Minh were only a few hundred yards from his command post, and he had lost nearly half his troops killed, wounded, or missing. Of Bigeard’s 800 men, only 40 were still alive. More than 10,000 men were taken alive at Dien Bien Phu, many wounded; of that number fewer than 4,000 survived a death march and four months in Communist camps where undernourishment, lack of medical care, and brutal brainwashing were the norm. Bigeard, by now a lieutenant-colonel, was one of the most fit upon his release, thanks to his rigorous program of calisthenics. Far from broken, he was determined to do better “next time.” He got his chance soon enough in Algeria, where another independence movement was getting under way.

Bigeard’s role was immortalized in the 1966 movie The Battle of Algiers; he was one of the models for the dashing Colonel Mathieu who broke the National Liberation Front (FLN) campaign of terrorism in the colonial capital. (Bigeard was also the model for Colonel Raspéguy in Jean Lartéguy’s bestselling novels The Centurions [1963] and The Praetorians [1964].) By the time he arrived in Algiers, Bigeard had proven his combat worth yet again leading his 3rd Regiment of Colonial Parachutists in the mountainous bled (countryside). These were unmotivated reservists whom he quickly whipped into shape. Their effectiveness was heightened by their then-novel use of helicopters. During one of their battles, on June 16, 1956, Bigeard was shot just above the heart. Evacuation by helicopter and airplane saved his life. A few months later, on September 5, 1956, while jogging alone and unarmed in a seaside town in Algeria during his recuperation, Bigeard was shot twice more at point-blank range by three young Arabs. Again he just barely survived, but he was in fine fighting form by the time he led his paras into Algiers in their distinctive “leopard” camouflage uniforms and the high-peaked “lizard” forage caps designed by Bigeard himself.

Bigeard and his regiment were given the most daunting task. They were assigned to the Casbah, the Arab quarter, where amid 100,000 inhabitants lurked the leaders of the FLN who were sending out their operatives—often pretty young women who could pass for Europeans—to place bombs in the cafes and gathering spots favored by the pied-noirs, the settlers. The paras confronted this threat in a brutal and effective manner. They cordoned off the Casbah with barbed wire. A curfew was imposed and orders given to fire on anyone caught outside. The bodies were left in the streets until the following morning to impress upon the inhabitants that they had met a force “even more extreme than the FLN.”

Inside the Casbah the paras conducted a census and created a map showing who lived in which house. A preliminary list of targets was then drawn up using police files. In early January 1957, the strike teams fanned out into the Casbah, breaking down doors, and dragging suspects in for vicious questioning. A favorite interrogation technique was known as the gégène: electrical wires running from a small generator were clipped to a detainee’s privates and the electrical current increased until he talked. Waterboarding was also commonplace. Once a suspect had been “broken,” any compatriots he named were quickly rounded up and given the same treatment. Afterwards many of the detainees were summarily dispatched under such euphemisms as “killed while trying to escape” or “committed suicide.” In all, during the Battle of Algiers, 24,000 Muslims were arrested and 4,000 disappeared.

In recent years, the myth has become prevalent that torture doesn’t work, that suspects simply tell their interrogators whatever they want to hear. In fact, while torture may be morally reprehensible, there is little doubt that, at least in Algeria, it was tactically effective. By forcing captured terrorists to identify their confederates, the paras were able to dismantle the FLN structure inside Algiers within a matter of months. By the fall of 1957 the last FLN leaders in the city had been either captured or killed.

Bigeard was by no means the worst offender in the use of torture. After his men arrested Larbi Ben M’hidi, a top FLN leader, Bigeard refused to torture him. Instead over the course of two weeks the two men developed a personal rapport, one warrior to another. Bigeard supposedly said to him: “Aren’t you ashamed to place bombs in the baskets of your women?”

Ben M’hidi replied: “Give me your planes. I’ll give you my baskets.”

General Jacques Massu, the commander of 10th Parachute Division, finally got tired of this ongoing dialogue, and he sent a more ruthless officer, Major Paul Aussaresses, to do the foul deed. When Aussaresses took the FLN chief out of Bigeard’s custody, he was amazed to see Bigeard’s paratroopers presenting arms to send off the FLN leader with full military honors. “It was Bigeard in effect paying his respects to a man who had become his friend,” Aussaresses wrote. Ben M’hidi was driven to an outlying farm where he was hanged “to make it look like suicide.”

But, even if he was soft with Ben M’hidi, Bigeard was no innocent. Rumor had it that his troops flew suspects over the Mediterranean and dropped them out of airplanes to drown; the victims were called Shrimp Bigeard. Many years later Bigeard admitted that torture had been a “necessary evil.”

Necessary or not, French brutality backfired by turning most people in Algeria, the world, and finally in France itself against the war effort. Under growing international pressure, President Charles de Gaulle granted Algeria independence in 1962. By then Bigeard was long gone. He had no part in the last-ditch effort to maintain Algérie Française that was mounted by French army veterans who formed the terrorist group known as the OAS (Secret Army Organization).

Bigeard moved on to commands in Africa where he almost died once again thanks to his favorite method of arriving to inspect a unit—he would parachute and land with his arm in a salute. “This nearly ended in disaster,” wrote historian Alistair Horne of an incident which occurred in 1972,

“when Bigeard, by now nearing sixty and a senior general, was dropped into a shark-infested sea by mistake during a visit to troops in Madagascar. He broke an arm but was saved by his faithful staff who had parachuted into the sea with him.”

After retirement in 1974 he was deputy defense minister and elected to the French national assembly, but this dashing cavalier was unsuited for the grubby compromises of politics. His final years were marred by the controversy over the use of torture in Algeria—an issue that rose to prominence again in 2000-01 when Aussaresses published an unrepentant memoir. But, whatever moral qualms one might express about his conduct, Bigeard’s legacy as an indomitable fighter remains intact. He was one of the great soldiers of the 20th century. Think of Bruno Bigeard the next time you hear a joke whose subtext is that French soldiers are cowards or incompetents.

Max Boot is a contributing editor to The Weekly Standard and a senior fellow at the Council on Foreign Relations. He is writing a history of guerrilla warfare and terrorism, on which this article is based, for W.W. Norton.


Merci à FG…

Tout est bon dans le cochon!

Sympathique clip animé musical à voir ici:

http://cafephilodedroite.blogspot.com/2010/07/juliette-tout-est-bondans-le-cochon.html

Merci à http://tinyurl.com/26qj6gh

Il fallait s’y attendre. Quelle preuve de courage: Le PS et la burqa: ni pour, ni contre…

Position du PS vis à vis du projet de loi du gouvernement « interdisant la dissimulation du visage ».

7  Juillet 2010

A l’origine le PS s’était dit «ni pour» la burqa, «ni pour» une loi. Sa position a évolué : il veut une loi, mais pas celle présentée par la majorité dont débute l’examen, aujourd’hui, à l’Assemblée. Les députés socialistes devraient donc être appelés à s’abstenir par leur chef de file, Jean-Marc Ayrault…

(dessin: Louison)

Il est des sujets délicats pour le PS. La burqa est de ceux-là. Il va pourtant lui falloir adopter une position commune puisque débute aujourd’hui même l’examen par l’Assemblée nationale du projet de loi du gouvernement « interdisant la dissimulation du visage ». Un texte qui instaurera une interdiction du voile intégral sur l’ensemble de l’espace public quand le PS, lui, proposait qu’elle se limite aux services publics et à certains commerces. Il y a encore quelques jours, dans les colonnes de La Croix, leur chef de file, Jean-Marc Ayrault, entretenait le doute sur la ligne que comptaient défendre les socialistes. Le président du groupe PS au Palais Bourbon expliquait ne pas vouloir « faire obstacle au vote d’une loi » et, dans le même temps, ne pas savoir encore s’il prônerait l’abstention auprès de ses troupes.

Mais d’après son entourage, c’est l’abstention que compte défendre le patron des parlementaires PS, aujourd’hui, lors de leur réunion de groupe hebdomadaire. Mais « ça n’est pas une abstention de confort », tente-t-on d’argumenter dans les couloirs de l’Assemblée : « La République n’a pas à s’excuser de vouloir faire appliquer les principes républicains. Seulement, nous doutons que l’interdiction du voile sur l’ensemble de l’espace public soit conforme au Droit et qu’elle soit tout simplement applicable. Par ailleurs, nous tenons à rappeler que la burqa a été instrumentalisée par la droite. »

Après le «ni ni» d’Aubry, le «ne pas ne pas» d’Ayrault…

(dessin: Louison)

Ne pas s’opposer, mais ne pas cautionner totalement, c’est le sens que semble vouloir donner Jean-Marc Ayrault à cette abstention. Un « ne pas ne pas » qui a pris le relais du « ni ni » défendu à l’origine par Martine Aubry. En début d’année, la Première secrétaire avait en effet emmené le parti à la rose sur une position encore plus difficilement tenable : le parti n’était ni pour la burqa, ni pour une loi ! Un « ni ni » que beaucoup au PS attribuent volontiers à la « culture » de Martine Aubry, rappelant au passage l’épisode des créneaux horaires accordés aux musulmanes par la maire de Lille dans les piscines de sa commune.


Face au président du groupe socialiste, la Première secrétaire aurait finalement décidé de lâcher prise. Ou, du moins, de lui laisser le champ libre. C’est en tout cas ce qu’expliquent des proches d’Ayrault : « Au début, il n’était pas convaincu de la nécessité d’une loi. Mais il a évolué sur le sujet. Il y a eu l’affaire du polygame de Nantes notamment. Fin avril, il a donc appelé Martine pour lui faire savoir qu’il était nécessaire que le PS défende un texte ». Sans doute que les enquêtes d’opinion (ici et là) révélant que les Français étaient majoritairement favorables à une interdiction (totale ou partielle) de la burqa ont dû faire pencher la balance en faveur de Jean-Marc Ayrault. Manuel Valls expliquait alors que la pression exercée par les « députés de base » avait aussi joué. Hélas pour les socialistes, ce n’est pas leur projet de loi qui sera examiné aujourd’hui, mais bien celui porté par Michèle Alliot-Marie…


Mais si le « ni ni » d’Aubry ne faisait pas que des heureux dans les rangs socialistes, le « ne pas ne pas » d’Ayrault ne convainc pas tout le monde pour autant. Certains députés PS pourraient choisir de voter contre le texte. Il faut s’attendre aussi à ce que Manuel Valls et Aurélie Filippetti, montés très tôt au créneau en faveur d’une interdiction totale du voile intégral, se prononcent pour le texte présenté par la majorité. Deux autres élus le feront, c’est certain : Odile Saugues, députée du Puy-de-Dôme, et Jean-Michel Boucheron, député d’Ille-et-Vilaine. Ce dernier se montre extrêmement dur avec son parti : « Cette loi, disent certains au PS, serait un marteau-pilon pour écraser une mouche. D’autres expliquent qu’elle n’est pas applicable. D’autres enfin ne veulent pas la voter parce que l’UMP en est à l’origine. Mais tout ça est ridicule. C’est de la politique politicienne. On est gêné aux entournures. Au début, nous étions contre. Finalement, nous ne sommes plus contre, mais nous allons nous abstenir ! Le PS crève de ce genre d’atermoiements… »


Les « atermoiements » du PS sur la nécessité d’une loi sur les signes religieux à l’école avaient duré quinze longues années. Pour ce qui est d’une loi sur le voile intégral, ils n’auront duré que onze mois. Onze mois qui devraient donc se conclure par… un appel à l’abstention !

Ah, les petits coquins… Ils agressent deux jeunes femmes « blanches » sur les berges du Rhône.

Les noms des sous-merdes ne sont pas mentionnés, mais qui peut traiter deux jeunes femmes de « sales blanches » et agir de la sorte?

Allez, la HALDE, faites votre boulot et SOS Racisme, aussi! Les autres, on ne vous entendra pas, c’est certain…

FDF

LYON

07.07.2010

Sept jeunes gens, dont cinq filles, qui venaient d’agresser deux jeunes femmes sur les berges du Rhône, ont été interpellés lundi vers minuit, cours Gambetta à Lyon 3e. Les deux jeunes femmes se trouvaient sur une pelouse des berges, à hauteur du quai Augagneur, quand un groupe de jeunes gens est venu les importuner. Le ton est monté très vite et les membres du groupe ont insulté les jeunes femmes, les traitant de « sales blanches » et de « racistes ». Aux mots ont vite succédé les coups et l’un des agresseurs en a profité pour subtiliser le sac d’une des victimes, qu’il a abandonné un peu plus loin. Personne n’est venu au secours des jeunes femmes, mais un témoin a prévenu la police. Quelques instants plus tard, deux équipages du commissariat du 3/6e sont arrivés sur place et ont interpellé sept suspects, dont trois mineurs. Ils ont été placés en garde à vue.


FDF: rassurez-vous, ils doivent être déjà relâchés, prêts à recommencer. « Chances pour la France » !

Source: http://tinyurl.com/29mp27p

Le 45 ème soldat français tué (pour rien) en Afghanistan. Celui de trop…

Et de Sarkö d’y aller de sa petite fausse larme, de son discours type, de décerner à cet homme la Légion d’Honneur à titre posthume (ça lui fait une « belle jambe »), pardon aux familles, tout ça, tout ça… Et hop! Conscience tranquille; il peut retourner à son travail de sape de NOTRE Nation… Et il s’étonne de battre des records dans la « faiblesse » des sondages favorables le concernant… La République se ballade aussi en terrain miné…

Condoléances à la famille de ce soldat qui n’avait pas demandé à mourir pour une cause qui ne le concernait pas.

FDF

Afghanistan : un sergent-chef du 13ème Génie tué par un engin explosif improvisé.


Un sergent-chef du 13ème régiment du génie de Valdahon (Doubs) a été tué ce matin par l’explosion d’un engin explosif improvisé (EEI) à Cherkhel. Ce sous-officier faisait partie de l’équipe d’ouverture d’itinéraire. Blessé par l’explosion, il a été transféré à l’hopital militaire de Kaboul, où il est décédé.

La mort de ce sous-officier porte à 45 le nombre de Français tués en Afghanistan, dont 9 depuis le début de l’année.

Comme l’expliquait l’amiral Guillaud, chef d’état-major des armées, lors de sa récente audition au Sénat « à chacune de leur sortie, nos soldats sont harcelés par les tirs ou les EEI insurgés. Nous recensons en moyenne cinq à sept accrochages par semaine ».

Depuis le début de l’année, les Français ont découverts 49 EEI, dont un tiers grâce à des informations fournies par la population. En 2009, les EEI ont tués 1300 personnes en Afghanistan, dont un millier de civils.


Source: Article de Jean-Dominique Merchet publié le 6 juillet 2010 via (voxfnredekker.canalblog.com)

D’après les allemands, Sarközy vit comme Dieu en France !

Un article de presse en Allemagne que l’on ne verra JAMAIS en France, tellement les journalistes font dans le froc.


Article_Sarko_Allemand

Traduction pour les personnes ne sachant pas lire l’allemand :

Sarkozy vit comme Dieu en France ! Toute la France est concernée par la nécessité d’économie.
Un seul n’y contribue pas c’est le Président de la République Française.
Dans les 300 m2 des appartements privés de l’Elysée les fleurs doivent toujours être fraîches : 280 000 € par an.
Les voyages privés de Sarkozy se font toujours dans un avion vide où il est seul au cas où il faudrait qu’il rentre à Paris d’urgence.
Il bénéficie de 61 voitures de service, 2 Airbus et 6 Falcon Jets.
(le plus récent de 60M d’euros a été baptisé Carla (comme sa 3ème épouse)
Il a près de 1000 employés (2 x plus que la Reine d’Angleterre), 44 chauffeurs, 87 cuisiniers.
Les chefs cuisiniers peuvent se servir librement dans la cave à vin de l’Elysée. Le repas de midi est servi par des Laquais.
Carla et Nicolas peuvent manger à toute heure. La cuisine est de service en permanence et 1 M d’€ par an pour les boissons (champagne, …)
Horripilation ? Protestation ? Nullement. En France c’est une affaire d’honneur que le Chef de l’État représente la renommée de la Nation. C’est le successeur du Roi Soleil et c’est exactement comme cela qu’il vit (avec sa »Madame Pompadour »)

Martin Hirsh: « L’intégration, c’est quand des catholiques appelleront leur enfant Mohamed ».

7 Juillet 2010

Le dhimmi du jour…




« L’intégration, c’est quand des catholiques appelleront leur enfant Mohamed », telle est la déclaration qu’a faite, le 1er juillet dernier, sur Canal Plus, au cours de l’émission Le news show, Martin Hirsh (dont les enfants se nomment Raphaëlle, Mathilde et Juliette), ancien président d’Emmaüs France, président de l’Agence du service civique et ancien Haut-commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté.

Une telle proposition laisse sans voix.
Et l’on ne peut que s’interroger sur la confusion intellectuelle de son auteur, à moins que celui-ci soit tout simplement … sincère ! Dans ce cas, il n’aurait fait qu’exprimer, d’une manière sans doute naïve, l’opinion d’une partie de l’hyper-classe à laquelle notre homme appartient.

Cette intégration un peu particulière, un autre représentant de l’hyper-classe à quant à lui choisi de la faciliter. Il s’agit du richissime agent immobilier et promoteur franco-israélien Robert Harush qui a décidé, comme nous en informe le site Ynet de financer la reconstruction d’une des deux mosquées de Montereau (77).

Il est assez étrange qu’il ne soit pas venu l’idée, à cet intéressant personnage qui vit à Ashkelon, ville où les musulmans sont bien moins lotis qu’à Montereau puisque l’unique mosquée de la commune a été expropriée par l’État et transformée en musée, de financer la construction d’un lieu de culte musulman dans sa cité de résidence. Tout au contraire, à Ashkelon, comme nous le précise Ynet, il a fait construite « la plus grande et la plus grandiose synagogue de la ville », ainsi qu’un bâtiment pour les bains rituels.

Mais, comme il le déclare lui-même, Robert Harush est « las de la haine » et il a décidé de faire quelque chose « pour rapprocher les peuples » et pour aider à leur « cohabitation ». En toute logique, il a donc décidé d’investir une somme considérable pour entièrement rénover une mosquée … en France !

Dans les pays anglo-saxons, on nomme réflexe NIMBY (not in my backyard) ce comportement qui consiste à imposer aux autres, au nom du bien commun, ce que l’on n’est absolument pas prêt à accepter pour soi…

Alors, de Martin Hirsch à Robert Harush, de celui qui voudrait que l’on baptise nos enfants Mohamed, mais qui nomme les siens Raphaëlle, Mathilde et Juliette, à celui qui subventionne une mosquée chez nous tout en construisant une synagogue « chez lui », il y a une logique claire qu’il faut être aveugle pour ne pas voir, et stupide pour ne pas comprendre…

Source: http://tinyurl.com/2wmlcjg

Islamisation: coup de frein à Montréal.

Ca doit bien em…… les muzz. Et un bastion de moins, un !

FDF

Pas de mosquée chez les soeurs Grises


7 juillet 2010

Il n’y aura pas de mosquée sur le site qu’ont occupé les soeurs Grises au centre-ville de Montréal.

Le ministère de la Culture a décidé de faire valoir son droit sur une maison de pierre convoitée par la communauté musulmane pour y installer une mosquée et un centre communautaire.

Les soeurs Grises ont vendu leur couvent et ses annexes à l’Université Concordia qui va y aménager sa Faculté des Beaux-Arts.

Source : Info Astral

Malek Chebel: «  »Le voile intégral est une provocation! »

06/07/2010

"Le voile intégral est une provocation!"

Photo: REUTERS/Gonzalo Fuentes

Alors que les députés se penchent sur l’interdiction du port du voile intégral, petite leçon de laïcité par Malek Chebel, anthropologue des religions et écrivain.

Faut-il interdire le voile intégral?

La burqa est hors de l’islam, c’est une provocation! Il y a dix ans, elle n’existait même pas en France. Ce que les gens doivent comprendre, c’est que la première religion du pays, c’est la laïcité. Toutes les autres sont personnelles, et doivent se vivre dans la sphère privée. Hors de la mosquée, le Musulman devient un citoyen.

De l’avis de certains, l’islam serait incompatible avec les valeurs de la République… Qu’en pensez-vous?

Ce n’est pas l’islam qui est en cause, mais ses pratiquants. Les Musulmans n’arrivent pas à formuler, à conceptualiser le passage à la modernité que leur propose la République. Ils n’ont ni le savoir-faire ni les leaders pour sauter le pas. Aujourd’hui, beaucoup de Musulmans vont à la mosquée et se disent ouverts, républicains, démocrates, mais ne parviennent pas à vivre selon ces principes.

Comment cela?

Prenons l’exemple des jeunes. Quand ils vivent leur citoyenneté au plan collectif, dans les entreprises ou les associations, ce sont des Français modèles car ils évoluent dans un cadre structuré. Lorsqu’ils sont seuls en revanche, ils se laissent aller, car ils ont du mal à se contenir individuellement. Pour que la situation s’améliore, c’est à nous, les intellectuels musulmans, de renflouer le stock de valeurs fondatrices qui existe en chacun d’entre eux.

Comment expliquez-vous que ces jeunes musulmans manquent à ce point de repères?

Car ces jeunes sont en difficulté ! Ils ne parviennent déjà pas à régler leurs problèmes quotidiens, comme le travail, le logement, la sécurité. Alors les questions de représentation de soi, de symbolique, ça n’est pas leur affaire. Tant que nous ne réglerons pas ces questions de base, nous laisserons le terrain libre aux fondamentalistes.

Comment ces intégristes parviennent-ils à convaincre?

Par identification. Les extrémistes entretiennent l’image d’un islam qui fait peur, d’une religion considérée par la société comme un repoussoir. Or ces jeunes sont eux-mêmes déclassés, mal perçus. Ils établissent donc un lien illusoire de cause à effet, et s’identifient par défaut à cet islam artificiel.

Comment faire rempart?

En instaurant un islam des Lumières, de progrès, de dialogue, capable d’endosser la modernité, et qui n’est pas fâché avec la démocratie. Il faut placer le curseur au bon endroit, garder le meilleur, et minorer le moins bon. Je milite pour l’autonomie, l’indépendance du sujet. C’est une révolution copernicienne!

C’est donc l’islam qui devrait s’adapter à la République, et non l’inverse?

La République doit s’assouplir elle aussi, du moins momentanément. Elle doit faire preuve de pédagogie, accompagner l’islam de France le temps qu’il se purge des idéologies néfastes qui le gangrènent. Il faudrait un geste fort de la part d’un dirigeant du pays. Une déclaration solennelle, par exemple, qui affirmerait que l’Islam est une religion à part entière de la société française, et qu’à ce titre, elle doit être protégée et respectée pour autant qu’elle se conforme à la République. Or, de tels propos n’ont jamais été tenus aussi clairement. Très concrètement, des aménagements symboliques peuvent aussi être pris. Dans les cantines scolaires, les menus séparés sont certes impensables. Mais il y a bien du poisson le vendredi pour les Catholiques, et ça ne choque personne. Alors, pourquoi pas se mettre d’accord sur un seuil minimal d’arrangements pour l’islam?

* Dictionnaire amoureux des Mille et une nuits, Plon 2010
Source: http://tinyurl.com/28fe4qn

Mosquée de Montfermeil: « Mais comment finance-t-on un tel lieu de culte dans une ville où le chômage frôle les 40% ?

Suite à mon billet d’hier concernant Xavier Lemoine, maire de Montfermeil (Seine Saint Denis), un article de Joachim Véliocas m’a fait tout même beaucoup réfléchir… Les revirements inattendus de cet élu laissent dubitatif… Comme le titre Joachim Véliocas: « mais à quoi joue Xavier Lemoine? ».

FDF

A quoi joue Xavier Lemoine ?

Agrandir le plan de la Grande mosquée

L’Association cultuelle de Clichy-sous-bois / Montfermeil est une fédération regroupant 8 associations (marocaines, algérienne, tunisienne, d’afrique noire, etc …). Elle a acquit un terrain de 6568 m² (surface de la mosquée: 2639 m² )afin de réaliser un projet de grand ensemble comprenant :

– une salle de prière hommes/femmes pouvant accueillir jusqu’à 2000 personnes.
– une bibliothèque/ludothèque
– une école
– une salle de conférence
– une salle informatique
– des commerces
– un centre culturel
– des espaces verts

Lu dans Libération, article de Catherine Coroller du 22.06.2009 « La burqa joue les troubles fêtes à la mosquée » :

« Samedi, le maire de Clichy-sous-Bois et Rosine Bellanger, première adjointe de Xavier Lemoine, maire UMP de Montfermeil, ont posé la première pierre de la grande mosquée de Clichy-sous-Bois-Montfermeil, les deux communes étant partenaires dans cette construction »  » Côté musulmans, l’heure est à la fête. Le projet, de 4,5 millions d’euros, est grandiose. La mosquée pourra accueillir près de 2 000 personnes, y compris des non-musulmans dans la partie culturelle comprenant notamment un restaurant. Pour l’instant, le budget est loin d’être bouclé mais Larbi Chouaieb, le président de la fédération des associations pour la mosquée, promet l’inauguration pour février 2011. » lire la suite

Remarque d’une présentation de France culture consacrée au projet: « Mais comment finance-t-on un tel lieu de culte dans une ville où le chômage frôle les 40% ? Quelle place pour un tel bâtiment dans une ville qui n’a ni cinéma, ni piscine, ni ANPE, ni CAF, ni transports en commun, ni centre commercial, ni commissariat ? » source

Voici comment: avec une cession de terrain à 160 000 euros pour 6568 m2, soit 24 euros le mètre carré, un cadeau scandaleux, les Français travaillant dur et longtemps pour s’acheter un terrain à construire apprécieront la discrimination positive :

Voici le compte rendu du Conseil communautaire de l’agglomération :

 » Le Conseil communautaire de l’agglomération de Clichy/Montfermeil a décidé jeudi soir, à l’unanimité, la vente du terrain situé à proximité du parc d’activités de la Haute Borne (à l’angle de l’allée Etienne Laurent et de l’allée Romain Rolland à Clichy-sous-Bois) à l’association de la grande mosquée de Clichy/Montfermeil. L’association cultuelle, qui regroupe huit associations musulmanes, préférait cette solution à un bail emphytéotique, qui avait un temps été envisagé. Le prix de la cession, fixé par les Domaines, devrait avoisiner les 160 000 euros. Comme l’ont souligné les deux maires des communes, cette décision reflète la confiance et la considération réciproque qui caractérisent les rapports entre les deux villes et les représentants de la communauté musulmane. Monsieur Chouaieb, qui préside l’association de la grande mosquée, se félicite du succès de cette concertation et estime qu’elle pourra servir d’exemple ailleurs ». source

Xavier Lemoine exprimait pourtant il y a peu une volonté de résistance dans journal israélien Haaretz publié en juin 2006 :

« Ce sera eux ou nous. S’ils gagnent, on est morts. Moi je suis catholique, Français et fier de l’être, et je n’ai pas l’intention de vivre comme un dhimmi (un non-musulman bénéficiant d’un statut particulier dans les pays musulmans) dans mon propre pays. Nous sommes différents d’eux et ces gens ne représentent pas la France. »

Xavier Lemoine (ancien élu MPF) peut nous expliquer son évolution, car envoyer son adjoint déposer la première pierre d’une Grande mosquée obtenue grâce à un cadeau foncier, cela va bien au delà du simple respect de la liberté religieuse…qui n’existe pas en islam.


Mais qui êtes vous vraiment, Xavier Lemoine???  FDF


Autre revirement notable : Mr Lemoine a voté non à Maastricht, non au référendum sur la Constitution européenne en 2005, s’est dit opposé au traité de Lisbonne, va aux Marches pour la Vie…et figurait sur la liste UMP de Michel Barnier aux dernières élections européennes, donc s’est subitement mis à militer pour le Traité de Lisbonne, avec un parti pro-avortement, qui poursuit les négociations d’adhésion avec la Turquie et qui est favorable à une Union européenne qui finance les écoles islamiques d’Afghanistan.

Source: http://tinyurl.com/mmbkl6

Reportage avec photos qui démontre, oh combien, que la France a un vrai problème avec sa jeunesse.

Intifada sur Seine. Le résultat déplorable d’une non-politique française.

Ceux que j’appelle les « français de papiers« . Ceux-là même qui s’émeuvent pour le Hamas assassin n’ont aucune pensée pour nos soldats d’Afghanistan. Ils considèrent les Israéliens comme l’ennemi non pas de la France mais d’une idéologie façonnait dans les banlieues de nos villes.

Ainsi, peu à peu, s’installe des intifada qui en théorie, ne devraient pas avoir lieu sur notre territoire. Des opinions sur des guerres ou la France leur pays de naissance n’a aucune importance.

Combien de ces jeunes sont partis en Bosnie, en Irak, en Afghanistan, etc ? Personne ne nous donnera des chiffres si ce n’est pour nous rassurer sur ces français qui se préparent, font la guerre et apprennent à tuer l’ennemi. Sachant que l’ennemi ne peut-être qu’Israélien et au-delà, tous les amis d’Israël y compris la France.

Certes, ce n’est pas la première fois que des français, par idéologie, trahissent leur pays. L’Histoire regorge de ces français fragiles n’ayant même pas la reconnaissance du ventre. Elle nous enseigne sur ces français qui ont collaboré avec les allemands voire combattus avec l’Allemagne nazi en Russie. Plus tard, ce fût d’autres qui  ont organisé des sabotages dans les usines d’armements pendant la guerre d’Indochine. Ceux également qui ont collaboré avec le FLN algérien alors même que des soldats français se faisaient tuer, égorger voire torturer par les membres du FLN.

Certes, tous ces gens peuvent justifier les actes de trahisons au nom de l’idéologie, de la liberté de choix politique voire… de l’humanisme. Toutes ces choses qui, pour certains, servent à couvrir d’un pseudo honneur cette véritable honte.

Ce n’est pas la première fois donc mais pas à ce niveau, pas de cette importance. Cette fois, ce ne sont pas des français du terroir. Des français formés ou formatés par une idéologie politique. Ce sont des français qui viennent de l’immigration. Une immigration qui est toujours de peuplement et qui se traduit par des enfants qui ne savent plus ou ne savent pas que leur pays devraient être la France. Leurs vrais pays est celui de leurs origines même si cela remonte à leurs grands-parents.

Toutes ces remarques, toutes ces interrogations pour répondre à ceux qui se posent des questions sur le patriotisme de ces « français de papiers« .

Qui sont responsables? Les gouvernements de droite comme de gauche. A commencer par ceux de Georges Pompidou. C’est le président Pompidou qui ouvrit les vannes de l’immigration pour satisfaire les patrons d’usines. Ce qui eut pour effet de baisser les salaires et de diminuer la force syndicaliste. Le président Valérie Giscard et son alter égo Chirac qui signèrent le regroupement familial en 1976. Le président François Mitterrand qui affirma clairement que les immigrés étaient chez eux en France et fit ce qu’il faut en créant des associations de type SOS Racisme. Le président Jacques Chirac qui joua sur deux tableaux. Souvenons-nous des fameuses odeurs et de sa large ouverture à l’immigration sans contrôle. Le président Nicolas Sarkozy a tenu un discours fort en 2007 mais n’a pas, à ce jour, prouvé que l’immigration est contrôlée.

Cette immigration déborde chez nous au point qu’aucune école n’est en capacité d’absorber le flux et de donner aux nouveaux migrants l’envie d’être français et d’être fiers de l’être. Comment comprendre cette haine qui suinte des banlieues. (Relire Houria Boutelja)

Notre société est incapable de se faire aimer en tant que société basé sur la liberté, l’égalité, la fraternité et surtout la laïcité. C’est devenu une triste réalité.

Trop c’est trop, alors ne nous étonnons pas de ces débordements des uns et de ces violences dans les rues. Que se passe t’il dans la tête d’un djeune à Villiers le bel lorsqu’il tire sur un policier? Sans doute, la même chose que dans la tête de ce djeune condamné seulement à 35 heures de travail d’intérêt général pour avoir insulté le président Nicolas Sarkozy en affirmant:  T’as rien à foutre là connard, t’es chez moi ici« !

Le plus grave, c’est que pour lui, c’est une réalité. Le Président de la République Française élu par le peuple de France n’était pas chez lui dans une banlieue parisienne. Pitoyable résultat d’une politique laxiste depuis plus de 35 ans.

Qu’elle est la solution? Je crains fort qu’elle passe par une remise en cause de notre société et d’un renouvellement de notre personnel politique.

De quelle manière?


Source: Gérard Brazon


Voici le reportage avec les photos en suivant: http://tinyurl.com/34ts38

Par Jean-Paul Ney –  Metula News Agency

Délires… Le héros de Uderzo choisi par la « Défenseure » des enfants pour promouvoir la convention de 1989 est jugé « trop gaulois ».

Un de ces jours, nos enfants vont avoir des albums à colorier où Astéwix et Obwélix devront l’être en noir… Pour ne vexer personne. Je croyais qu’il y avait des limites à la connerie; ben non…

FDF

Astérix, fer de lance contesté des droits des enfants.

Pour ses détracteurs, Astérix ne représente pas suffisamment la société française actuelle.
Crédits photo : Uderzo

<B>Pour ses détracteurs, </B><B>Astérix ne représente pas suffisamment la société française</B><B> actuelle</B><B>.</B><BR/>

ASTÉRIX, ambassadeur contesté de la cause des enfants ? Le cé­lèbre Gaulois serait justement jugé un peu trop… gaulois pour défendre leurs droits. La Défenseure des enfants, Mme Dominique Versini, l’a pourtant choisi en avril pour promouvoir la convention des Nations unies sur ce thème.
Au premier rang des mécontents, Jean-Pierre Rosenczveig, président de la section française de Défense des enfants international (DEI). Pour lui, « Astérix ne représente pas suffisamment la société française telle qu’elle est aujourd’hui ». Dans un communiqué, son association dénonce même le sym­bole d’un « bras séculier… Résistant aux envahisseurs » mal choisi pour défendre une France « aspirant à une coexistence pacifique des diversités qui la composent ».
L’humour et la tendresse
Jean-Pierre Rosenczveig, président du tribunal pour enfants de Bobigny, tempérait toutefois hier ce jugement, saluant malgré tout l’initiative d’une publication sur ce thème. « C‘est moins le personnage d’Astérix que le contenu du texte qui me gêne, explique-t-il, je considère que l’album donne une vision archaïque de l’enfant à protéger, alors que la convention de 1989 qu’il est censé promouvoir est résolument moderne. Elle fait de l’enfant un sujet et non un objet. Une personne avec des droits. La convention est un outil juridique. »
C’est sans doute le manque de communication entre l’association et la nouvelle Défenseure des enfants nommée en juin 2006 par Jacques Chirac qui est à l’origine de cette polémique. « Nous ne l’avons vue qu’une seule fois, en novembre dernier, depuis qu’elle a été nommée », déplore Jean-Pierre Rosenczweig.
Reste que la campagne est lancée. Elle est née sur une proposition d’Albert Uderzo, qui, à l’occasion de ses 80 ans, avait proposé à la Défenseure un travail commun autour des droits des enfants. « L’humour et la tendresse » du personnage avaient séduit Dominique Versini. Il lui avait paru être le médiateur idéal.
La potion magique est mal passée. Le petit Gaulois qui n’est pas du genre à baisser les bras continuera malgré tout à servir de fer de lance pendant deux ans. Le succès de l’opération se mesurera aux légions d’enfants qui le plébisciteront. Ou non.

Source: http://tinyurl.com/2wyf9dk

Humour noir…

Recu par mail:

« Chers Amis,
Ca y est, nous y sommes, Laurent Blanc prend la tète des noirs, pardon des blacks (il faut-être prudent)… Tous les aficianados du foot mouillent leurs petites culottes, et se réjouissent de l’arrivée de celui qui aimait particulièrement le crâne lisse de l’autre âne bâté (euphémisme) de Fabien Bartès !
Odeur de sainteté mais pour combien de temps ? Tout nouveau tout beau, un clou chasse l’autre, qui vivra verra… Blanc sera t’il accepté par les noirs (pardon les bleus, clairs, moyens, foncés), ne va t’il pas être obligé d’en broyer (des noirs) pour s’imposer lui même comme blanc bleu dans cette série noire (pardon black) ? Sera t’il, contrairement a Domenech, plus noir dans cette affaire que blanc, capable de répondre aux journalistes sans laisser de blancs, Laurent ? Ou, aura t’il la tremblote, tel le buveur de blanc, Laurent ?
S’attirera t’il les sympathies du show Bizz et de son homo nyme, la tafiole de Michel Blanc ? Des politiques ou ex comme Michel Noir la rosette de Lyon, Dany le Rouge (qu’est-ce qu’il fait là le pédophile ?) Christian Blanc l’invitera t’il a fumer un cigare ? Jacques Blanc lui offrira t’il un fauteuil de Sénateur à Laurent ? La FIFA lui signera t’elle un chèque en blanc à Laurent ? Bénéficiera t’il d’un large blanc seing Laurent ? Autant de questions à coucher sur papier blanc, avec un stylo pointe fine noire (pardon black, quel étourdi je suis).
Enfin, atteindra t’il dans l’échelle du football, les sommets du Mont Blanc Laurent ?
Moi j’y perds mon latin dans toutes ces tonalités et en ma qualité d’homme blanc, je jete plutôt un oeil noir, sur tous ces mélimélos qui j’en ai peur à terme, nous amènerons à débaptiser le nouveau Sélectionneur, pour être agréable aux collabos et leurs protégés, en l’appelant peut-être Laurent White, Laurent Clair ou Laurent le Céfran !
Toujours est-il que s’il échoue (de Bruxelles ;o(), il se fera tirer dessus Laurent, et pas avec des balles à blanc. Tableau plutôt noir (oh, mais enfin)…

Amitiés multicolores.
Daniel
Le nègre blanc (pardon à mon Ami Patrick) ;o)
Daniel. »