Francaisdefrance's Blog

03/07/2010

L’intoxication islamiste par le clip…

J’ai trouvé ce clip, par hasard, sur le NET… Ca en dit long sur l »isamisation programmée de notre pays… Ca commence par la visualisation du mot « colère ». Tout un programme. On résiste ou on prend le maquis?

FDF


Lire: http://www.youtube.com/watch?v=tvdGcUEru4U

Les fondamentalistes musulmans forment leur tête de pont en Belgique. Grave…



Année 2010: ainsi naquit concrètement en Belgique l’invasion islamique du monde Occidental…

FDF

La Belgique, tête de pont de l’islam en Europe ?

3 juillet 2010

A la volonté séparatiste flamande qui s’est exprimée lors des élections législatives en Belgique du 13 juin dernier, pourrait bientôt s’ajouter un phénomène d’une toute autre ampleur, porté par la vague démographique qui submerge le Royaume moribond : l’émergence de la « volonté de puissance » des fondamentalistes musulmans, c’est-à-dire ceux qui pratiquent l’islam authentique, tel qu’il s’exprime dans le coran et les hadith.

Florilège d’aphorismes et de prophéties sortis tout droit de la bouche de membres de Sharia4Belgium :

« La démocratie est incompatible avec l’islam : la démocratie, c’est le peuple qui décide des lois, la démocratie change les lois tous les jours, alors que les lois sont déjà créées, une fois pour toutes, par Allah.

On est en train de travailler pour implémenter la charia en Belgique. La politique, ici en Belgique a échoué : 85% du peuple belge ne croit plus en la politique. Allah est le seul qui peut être obéi, le seul qui peut être suivi, le seul qui peut être adoré.

Nous, on ne demande pas si on peut porter le voile : on le porte ! Les frères et sœurs ne doivent pas vivre avec l’idée qu’ils doivent demander quoi que ce soit à ces gens-là [les pouvoirs laïcs en place]. Allah nous a donné la vérité : nous n’avons rien à leur demander.

Nous leur disons : préparez-vous à déménager parce que les musulmans sont venus ici pour rester et pour dominer. Allah a envoyé son messager pour le faire dominer sur toutes les religions et tous les gouvernements.

Celui qui n’accepte pas le voile, qu’il déménage ! Nous, on est ici pour rester. On va conquérir ce pays et faire de la Belgique un Etat islamique. De là, on partira vers le reste des terres [l’Europe] pour le conquérir et faire dominer l’islam »


Source:
Novopress.info, 2010

Tension entre casques bleus de la Finul et civils au Sud-Liban.

Dans son dernier rapport au Conseil de sécurité, le secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon, fait état d’incidents entre les casques bleus de la Finul et la population civile (à majorité musulmane) ces derniers mois au Sud-Liban.

Tension entre casques bleus de la Finul et civils au Sud-Liban

Casques bleus déployés au Liban. (Photo: Ali Hashisho)

Pour certains diplomates occidentaux, qui s’en émeuvent, des militants du Hezbollah chiite libanais encourageraient ces incidents et participeraient à ce type d’affrontements entre civils et militaires de la Force intérimaire des Nations unies au Liban.

Dans son rapport, Ban Ki-moon ne confirme pas ces allégations tout en faisant état de raison « de douter sur les mobiles de ceux (les civils) impliqués » dans ces incidents.

L’incident le plus grave s’est produit, d’après le rapport, le 4 mars lorsque des civils ont bloqué le passage d’un convoi de casques bleus et de l’armée libanaise venus enquêter ensemble sur des tirs d’armes automatiques contre la localité d’As Sououanane.

« Alors qu’ils effectuaient une patrouille à pied dans le village, trois membres de la Finul ont été légèrement blessés et deux véhicules de la Finul légèrement endommagés lors d’un accrochage avec des civils qui avaient arrêté la patrouille« , écrit le diplomate sud-coréen.

Plusieurs diplomates en poste à l’Onu affirment, sous le sceau de l’anonymat, qu’il y a eu plus récemment un certain nombre d’incidents comportant des jets de pierres visant la Finul.

Selon eux, plusieurs pays siégeant au Conseil de sécurité pressent le gouvernement de Beyrouth de déployer des troupes supplémentaires au sud du fleuve Litani.

Israël reproche à la Finul de ne pas faire appliquer dans les faits l’interdiction de la contrebande d’armes au Sud-Liban prévue dans la résolution 1701 du Conseil de sécurité, qui a mis fin aux hostilités entre Tsahal et le Hezbollah en 2006. L’Onu rétorque que cette tâche incombe à l’armée libanaise.

Dans son rapport, Ban Ki-moon note que les accusations israéliennes selon lesquelles la Syrie – qui dément vigoureusement – aurait livré des missiles Scud au Hezbollah « ont débouché sur de nouvelles tensions » dans la région.

« Semblable tension illustrent une fois de plus l’importance du contrôle par le Liban de ses frontières et du respect par l’ensemble des Etats membres de l’interdiction de transfert d’armes » en violation de la résolution 1701, souligne Ban Ki-moon, qui précise ne pas avoir reçu de preuves sur de semblables livraisons d’armes.

Enfin, le secrétaire général de l’Onu critique les survols quasi-quotidiens d’aéronefs, avec ou sans pilote, de Tsahal dans l’espace aérien libanais qui constituent, dit-il, « autant de violations de la résolution 1701« .

Source: http://tinyurl.com/33ohn4z

Profanation du monument arménien à Avignon !


Je suis impatient de voir comment va réagir Hortefeux et surtout Sarkö Ier, ce dernier prononcera t’il sa phrase favorite passe-partout qu’il se fait un plaisir à sortir quand il s’agit du même genre d’actes criminels envers des « carrés » musulmans et autres mosquées taguées: « Je condamne cet acte criminel, etc, etc… » ? Pas vous?

FDF

samedi3 juillet 2010

Le Samedi 5 Juin 2010 vers 16 heures lors d’une manifestation inhérente aux évènements de Gaza devant la mairie d’Avignon, des individus ont détruit la plaque se trouvant au dos de la statue de Jean Althen, érigée au Rochers des Doms.

Cette plaque commémorative faisait référence au génocide des Arméniens perpétré par le Gouvernement « Jeunes Turcs » en 1915 et rendait un hommage aux résistants et combattants arméniens morts pour la liberté et la France.

Quatre individus auraient été vus en train de saccager la plaque commémorant les évènements de 1915.

Ce sont des touristes australiens qui auraient alerté les gardiens. La police était occupée à surveiller la plaque dédiée aux jeunes déportés Juifs qui se trouve un peu plus bas dans le rocher des DOMS et personne ne surveillait le lieu où se trouvait la statue de Jean Althen. Faute de pouvoir s’en prendre à la communauté Juive, ce sont les Arméniens qui ont été l’exutoire de la colère des malfaiteurs. Un vandale aurait été interpellé.

La plaque arménienne été décellée puis brisée en deux morceaux. Le pavé qui a servi pour fracasser la plaque a été mis dans un sac plastique afin de ne pas effacer les empreintes et a été confié à la police d’Etat.

Véronique BRUNA-MARDOYAN, présidente de l’association culturelle des Arméniens d’Avignon et du Vaucluse, a immédiatement porté plainte.

Elle a par ailleurs écrit à Monsieur Brice HORTEFEUX, ministre de l’intérieur, à l’ensemble des sénateurs du Vaucluse ainsi qu’à Monsieur François BURDEYRON, Préfet du Vaucluse.

Dans sa lettre à Brice HORTEFEUX, Véronique BRUNA-MARDOYAN indique « en ma qualité de responsable d’une association représentant près de 800 familles, je me dois de vous informer de cet acte négationniste à l’heure où nous ne cessons de demander à nos sénateurs de voter une loi pénalisant ceux qui nient le génocide des Arméniens, comme l’ont fait courageusement nos députés le 12 octobre 2006. Il est intolérable de subir sur notre territoire de tels actes qui fragilisent la paix civile. Nous devons vivre en pleine et entière sécurité ; aujourd’hui nos mémoriaux sont profanés, demain on peut craindre l’atteinte à la personne physique.. »

La présidente de l’association culturelle des Arméniens d’Avignon et du Vaucluse ajoute « en attaquant notre mémorial, c’est la mémoire de nos martyrs qui est visée . Nous sommes les descendants des survivants qui ont été accueillis sur le sol français et protégés par la République.Ce pays que nous chérissons, que nous avons défendu les armes à la main durant les deux guerres mondiales, qui reconnaît en nous un modèle parfait d’intégration doit continuer à nous protéger de la violence et de la haine des négationnistes. Nous comptons sur votre appui afin que Monsieur le Président de la République, qui se disait favorable à une loi pénalisant le négationnisme, encourage nos sénateurs à la voter, cela fait presque quatre ans que nous attendons ! ».

vu sur http://www.armenews.com/article.php3?id_article=62448

J-11 Après-l’apero-géant interdit, que le 14 juillet soit géant! Sortons tous nos drapeaux !

Nous n’allons pas rester sur notre faim… Le 14 juillet approche. Alors, plus que jamais, la « résistance » doit faire entendre sa voix….

FDF


juillet 3, 2010

Après l’apéro géant interdit, amis patriotes de France et de Navarre l’heure de la riposte républicaine a sonné. Voici que s’annonce une occasion unique pour tous les patriotes de France de montrer leur attachement à leur patrie et de faire un pied de nez à notre classe politique autiste et sourde aux aspirations de son peuple.

Le 14 Juillet prochain sortez tous vos drapeaux tricolores et accrochez-les qui sur les volets ou la cheminée de la maison, qui sur sur un arbre du jardin et je ne sais où encore.

Voilà l’occasion unique pour le peuple français de dénoncer ses élites félonnes et corrompues. Retrouvons nos 14 Juillet d’antan où nous étions fiers d’être français et où dans le village le plus reculé chaque maison arborait notre drapeau tricolore. Pensons à tous ces grands hommes que la France a offert non seulement à la France mais au monde entier alors que géographiquement sur le globe terrestre nous représentons guère plus qu’une crotte de mouche.

Pensons à nos grands auteurs.

Pensons à nos grands scientifiques.

Pensons à nos grands artistes peintres, musiciens, sculpteurs.

Après 1500 ans d’existence de la France les listes de ces grands Français seraient trop longues à établir.

Alors oui soyons fiers d’être français même si notre histoire n’a pas toujours été glorieuse mais quelle nation n’ a pas connu de pareilles vicissitudes à une époque ou à une autre?

Question pratique comment se procurer le drapeau français?

Faire une recherche Google à partir de « achat drapeau français » et vous aurez plein d’offres d’achat. Ne tardez pas trop car les boutiques en ligne risquent de crouler sous les commandes.

« Peuple de France, résistance à l’ennemi de tes lois » !

Source: http://tinyurl.com/28fjmqg

Wafa Sultan témoigne en faveur de Geert Wilders !

02/07/2010

Wafa Sultan était à Amsterdam cette semaine pour témoigner en tant qu’expert au procès contre Geert Wilders. Dans cette entrevue, elle explique les raisons pour lesquelles elle défend Geert Wilders, et parle de son combat personnel en vue de libérer les musulmans de l’emprise de l’islam.

A voir (en anglais) sur:

L’ex-préfet accusé de racisme condamné à 1500 € d’amende; les tarifs baissent…

Et ce n’est pas un hasard. Il semblerait que les admirateurs de tout ce qui n’est pas français de souche n’ont plus la cote. Faut dire aussi qu’il y a eu des abus lamentables, vu que le fric des amendes pour racisme va directement dans les caisses des associations et collectifs « anti-Blanc ». Et Dieu sait si ce genre d’associations pullule et pourrit notre France…

Enfin, le Préfet patriote et républicain (c’est son rôle) ne s’en tire pas trop mal; tant mieux.

FDF

02/07/2010

«Je suis peut-être une grande gueule (…) mais je ne suis pas raciste», a plaidé l’ancien préfet.

«Je suis peut-être une grande gueule (...) mais je ne suis pas raciste», a plaidé l'ancien préfet.

Crédits photo : AFP

Paul Girot de Langlade comparaissait pour avoir déclaré lors d’un contrôle de sécurité à l’aéroport d’Orly : «On se croirait en Afrique, ici !»

«J’ai simplement voulu dire que c’était le bordel», a martelé l’ancien préfet au cours de son procès. Cette explication n’a pas convaincu la justice : vendredi, le tribunal correctionnel de Créteil a condamné Paul Girot de Langlade à 1500 euros d’amende pour injures racistes envers des agents de sécurité lors d’un contrôle dans un aéroport. Une peine inférieure aux réquisitions du parquet, qui réclamait 5000 euros d’amende. L’avocat du préfet a aussitôt annoncé qu’il faisait appel.

Le 31 juillet 2009, Paul Girot de Langlade, alors préfet chargé des Etats généraux de l’Outre-mer pour la Réunion, se présente à un portique de sécurité d’Orly alors qu’il est en transit avec son épouse. Le couple est fatigué par le voyage et pressé. Mais au moment du contrôle, l’alarme retentit et le ton monte avec les agents de sécurité. Une certaine confusion s’ensuit et le préfet s’emporte: «On se croirait en Afrique ici!», dit-il, suivi d’un «il n’y a que des noirs ici». Trois agents de sécurité, dont deux femmes noires, portent aussitôt plainte. Rapidement, la polémique enfle et le préfet est mis à la retraite d’office.

(FDF: Il est vrai que l’Afrique n’est pas une référence en matière de stabilité politique et de tolérance…).

«On a cherché à le rendre raciste»

A l’audience, l’ancien haut fonctionnaire de 63 ans, carrure imposante et voix de stentor, le reconnaît sans mal : il a bien tenu ces propos mais, jure-t-il, «il n’y avait rien de raciste». «Je suis désolé d’avoir vexé ces personnes», a-t-il déclaré. «Si le contrôle avait été rigoureux, j’aurais pu dire: ‘on se croirait à Singapour ou aux Etats-Unis’», a justifié l’ancien préfet, qui a nié avoir évoqué la couleur de peau des agents.

Un point de vue rejeté par le juge Philippe Michel, qui, en rendant public le jugement, a estimé que les propos du préfet «procèdent d’un amalgame selon lequel toutes les personnes du continent africain partagent le même défaut de l’incompétence et de la désorganisation». Selon le magistrat, la phrase incriminée «avait d’autant plus de portée qu’elle a été prononcée par un préfet tenu à une obligation de réserve et de sang-froid» et qui n’a «pas tenu compte» du fait que les agents de sécurité présents lors du contrôle étaient «pour partie des personnes de couleur».

«On a cherché à le rendre raciste parce que quelqu’un avait besoin de se faire passer pour un anti-raciste de service», avait pourtant plaidé plus tôt son avocat, Me Collard, visant sans le nommer le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux, qui avait suspendu le préfet pour cette affaire. Fin août 2009, Paul Girot de Langlade avait accusé le ministre d’avoir «orchestré» cette affaire «pour se refaire à bon compte une virginité de parfait antiraciste» après son passage au ministère de l’Identité nationale.

Source: http://tinyurl.com/32c8tmw

Voile intégral : le PS ne fera « pas obstacle » à la loi… Ils sont malades?

Je m’inquiète pour le PS qui vient d’annoncer cette nouvelle concernant la loi anti-voile intégral… Ce n’est pas le genre de la maison, en principe, c’est même tout à fait le contraire. Le parti de Mme Aubry, célèbre pour son amour de l’islam et des musulmans, viendrait-il de retourner sa veste? Je ne pense pas. A mon avis, soit ils sont atteints par une  « musulmo-pandémie », soit ils ont constaté comme tout le monde que l’islam est en perte notoire de crédibilité en France, et les voix musulmanes aux élections, il ne faudra peut-être plus trop compter dessus…

FDF


« Je ferai en sorte de ne pas faire obstacle au vote d’une loi, sinon les Français ne comprendraient pas notre position », a déclaré Jean-Marc Ayrault le patron des députés PS.

Jean-Marc Ayrault, président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, fera en sorte que le PS ne fasse « pas obstacle » au vote du projet de loi sur une interdiction du voile integral dans l’espace public, débattu en séance publique à l’Assemblée la semaine prochaine.

« Martine Aubry et moi-même avons évolué sur cette question », affirme le député-maire de Nantes dans une interview, jeudi 1er juillet, à RCF/Radio Notre-Dame/La Croix.

Il rappelle que le PS a déposé sa « propre proposition de loi », pour limiter l’interdiction du port du voilé intégral « aux services publics et à certains commerces ».

« Les Français ne comprendraient pas notre position »

Le gouvernement, lui, « veut une loi qui s’étende à l’espace public en général ». « J’ai considéré qu’il fallait, par rapport à ce type de questions, avoir une attitude responsable. Je ferai en sorte de ne pas faire obstacle au vote d’une loi, sinon les Français ne comprendraient pas notre position », a souligné le patron des députés PS.

Lors du vote en commission, la semaine dernière, les élus de gauche, dont ceux du PS, n’avaient pas émis de vote négatif contre le projet de loi d’interdiction générale de la burqa, qui a été adopté avec les voix de l’UMP et du Nouveau Centre. Le projet doit être débattu du 6 au 9 juillet en séance publique.

Interrogé sur le fait de savoir si le PS allait s’abstenir, Jean-Marc Ayrault a répondu: « Je ne sais pas encore. En tout état de cause, je pense que pour l’immense majorité des Français – qu’ils soient catholiques, juifs, musulmans ou sans religion – le port du voile est une régression par rapport à nos valeurs, par rapport à la dignité de la femme ».

Selon lui, « affirmer cela sereinement, respectueusement, à l’égard de toutes les convictions religieuses, est un acte normal dans une République. Moi, je l’assume pleinement ».

Source: (Nouvelobs.com)

Les employés qui avaient primé la photo d’un homme s’essuyant avec le drapeau français lors d’un concours sont mis à la porte.

La Fnac licencie deux salariés après « l’outrage au drapeau »

01/07/2010

Reproduction de la photographie sélectionnée lors du concours de la Fnac de Nice (DR)

Info signalée par un internaute

Dans l’affaire du « drapeau national outragé », les sanctions sont tombées sur les salariés de la Fnac qui avaient osé primer la photo du scandale dans le cadre d’un concours amateur. Deux licenciements, c’est le prix finalement estimé par les dirigeants du groupe pour clore le chapitre.

Petit rappel des faits : le 6 mars, la Fnac de Nice organise un concours photo amateur (les « marathons photo »), avec notamment pour thème le « politiquement incorrect ». Le cliché primé par le jury montre un homme s’essuyant les fesses avec le drapeau français.

Affaire classée sans suite

Sa publication dans l’édition niçoise du journal Métro suscite une vague de réactions au niveau local (associations d’anciens combattants, président UMP du conseil général, préfet des Alpes-Maritimes), puis national. Dénonçant « un acte inadmissible », la garde des Sceaux Michèle Alliot-Marie évoque la possibilité de « poursuites pénales ». Le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, se met à vibrer :

« Personne ne peut accepter que la liberté d’expression soit détournée au mépris de l’emblème de notre pays. »

L’affaire a été classée sans suite par le procureur de la République de Nice, Eric de Montgolfier, saisi par le préfet des Alpes-Maritimes.

Du côté de la Fnac, elle a été traitée en deux phases. Le PDG, Christophe Cuvillier, a d’abord présenté des excuses publiques, et la photo a été retirée de l’expo. Ensuite, la direction a décidé l’éviction de deux salariés, selon le récit du secrétaire du comité d’entreprise du siège parisien.

Licenciée pour avoir fait son travail

Première à faire les frais de cet épisode : la responsable communication du magasin de Nice, enceinte de plusieurs mois. Licenciée pour « faute grave » selon une source syndicale, la salariée se voit reprocher d’avoir acté le choix du jury et transmis la photo à la presse. Bref, d’avoir fait son travail.

Le secrétaire du CE précise que la chargée de communication s’était inquiétée des réactions suscitées par le cliché :

« La salariée a contacté une personne du siège, chargée de la partie logistique de ces concours photo au niveau national. Elle lui a transmis la photo pour évoquer des questions de format, tout en lui indiquant qu’il y avait de vives réactions du côté de l’extrême droite et de la droite.

Cette personne lui a donné un avis personnel sur la photo, et a ensuite contacté la directrice de l’action culturelle, pour évoquer les risques encourus par l’entreprise. Ils ont consulté le service juridique qui a estimé qu’il n’y avait rien à craindre de ce côté-là. »

La chargée de communication a été convoquée fin avril pour être « dispensée d’activité » jusqu’à l’entretien préalable à son licenciement. Pour sa défense, elle aurait indiqué que les responsables, au siège, avaient pris connaissance de la photo. Pour preuve, elle aurait évoqué l’échange de mails avec le cadre de l’action culturelle.

D’où le deuxième licenciement, toujours selon le secrétaire du CE, qui raconte :

« Un mois et demi après l’entretien préalable de la responsable communication, le cadre en question a été lui-même dispensé d’activité et convoqué à un entretien préalable. Sa responsable hiérarchique lui a signifié que des “sanctions” étaient envisagées suite à cette affaire. Je n’ai été informé de tout cela que lorsque ce salarié a reçu sa convocation.

Aucune allusion à l’outrage au drapeau n’a été faite par écrit. Mais en entretien, on lui a reproché de ne pas avoir alerté plus en amont ses supérieurs. Or, ce n’était pas dans sa mission de valider ou non le résultat du concours. Rien n’est prévu dans le règlement du concours à ce sujet, c’est au jury composé de personnalités extérieures de se prononcer. La direction aurait dû faire front pour défendre les salariés. Au lieu de cela, tout le monde a ouvert les parapluies. »

Un « no comment » de la Fnac

Contactée au téléphone, la direction de la Fnac ne souhaite pas s’exprimer sur le sujet. Explication du service communication :

« Des procédures sont en cours concernant deux salariés avec lesquels nous avons des différends. Nous ne nous exprimerons pas tant que ces procédures ne seront pas terminées. »

Question : « Est-ce que la Fnac reconnaît a minima le lien entre l’affaire de l’outrage au drapeau et ces “procédures” ? » Réponse :

« Je dois m’arrêter là. »

Le cadre de l’action culturelle, au siège, négocie actuellement son départ avec la direction, selon le secrétaire du CE. Il pourrait décider d’aller aux Prud’hommes ; idem pour sa collègue de Nice.

Côté direction, une modification du règlement du concours aurait été entérinée pour que ce genre d’affaires ne se reproduise plus. Sur le site du concours, seul un extrait du règlement est accessible. Il n’évoque aucune validation en interne :

« Un jury composé de professionnels de la photographie (photographes professionnels, responsables culturels) se réunira pour sélectionner les meilleurs clichés du marathon qui pourront être exposés dans les galeries photos de la Fnac et élira parmi ces meilleurs clichés, les meilleures équipes qui se verront récompensées par des lots. »

« Ce texte vise à protéger l’emblème national »

Quant aux « suites pénales » appelées de ses vœux par la ministre de la Justice, elles se sont traduites par un projet de décret. Celui-ci complète la législation de 2003 sur le « délit d’outrage au drapeau ou à l’hymne national lors d’une manifestation organisée », puni de 7 500 euros d’amende, assortis de six mois d’emprisonnement lorsqu’il est commis en bande organisée.

Deux cas de figure sont visés par le projet de décret déposé au Conseil d’Etat au début du mois de juin : la « dégradation ou utilisation indécente du drapeau français, dans un lieu public ou ouvert au public », et la « diffusion par tout moyen de ces faits ». Porte-parole de la Chancellerie, Guillaume Didier précise :

« Bien sûr, les personnes qui relaient cette dégradation ou utilisation indécente à titre d’information ne sont pas visées, le devoir d’information n’est pas touché. L’idée est de combler le vide juridique de la loi. »

Quant à la garantie de la liberté artistique, elle ne serait pas bafouée selon lui par ce texte :

« La liberté artistique n’autorise pas que l’on dégrade l’emblème de la nation. Si demain votre voisin va taguer votre hall d’immeuble ou votre voiture au nom de la liberté artistique, il tombe sous le coup de la loi pénale.

La liberté artistique n’autorise pas non plus à prononcer des insultes discriminatoires à l’encontre d’une personne. Ce texte vise à protéger l’emblème national, tel qu’il est décrit dans l’article 2 de la Constitution. »

Le Conseil d’Etat devrait se prononcer prochainement.

(Photo : reproduction de la photographie sélectionnée lors du concours de la Fnac de Nice (DR)

Source: http://tinyurl.com/27hllcs

Racaille-Ca plane pas bien haut: filmé en train de simuler un accident avec la police…

On les savait haineux, méprisants, meurtriers, sans foi ni loi, « issus de l’immigration », racistes-anti-Blancs, provocateurs, mais cons, ce n’était pas encore certain…  Ben c’est fait. La totale, quoi.

FDF

02 juillet 2010
(Dessin Deligne)

L'accusateur des policiers piégé par la caméra embarquée !_1

Lorsqu’il a couché son scooter avant de s’allonger à côté, devant le véhicule de police, « jouant » au blessé, ce cyclomotoriste de 18 ans pensait bien réussir son coup en simulant un accident. Il était à mille lieux de se douter qu’à l’ère de big brother, il serait filmé. Pas par l’une des multiples caméras de la ville, mais par des caméras embarquées dans la carrosserie d’un véhicule sérigraphié « Police » dernière génération. Mis en examen pour « dénonciation calomnieuse », lundi soir il a été placé en détention provisoire conformément aux réquisitions du parquet qui a ouvert une information judiciaire.

Les faits remontent au 18 juin dernier dans la rue Jean-Vigo, à Nice-Ouest. Une voiture de police recherche un individu circulant sur une moto volée et s’arrête.

Avec des béquilles au commissariat !

L’équipage descend et patrouille à pied. Lorsque les policiers reviennent, les gardiens de la paix constatent qu’un jeune est allongé devant le véhicule, son scooter renversé près de lui. Le cyclomotoriste les accuse de l’avoir heurté et assure être blessé à la jambe. Il exige un constat et prend à témoin des jeunes afin de créer un attroupement. Son passager est à ses côtés, debout et se plaint du pouce.

Les policiers tombent des nues, refusent le constat mais appellent néanmoins les pompiers. Ceux-ci le transportent à l’hôpital où on ne lui trouve que des éraflures. Ayant manifestement de la suite dans les idées, il dépose plainte dans un commissariat. La vidéo du véhicule de police est alors visionnée au cours de la semaine dernière. On y voit le jeune coucher son scooter et s’allonger. Le document est sans ambiguïté. Convoquée mardi dans le cadre de sa plainte, la « victime » vient avec béquilles et attelle au commissariat Auvare ! Il maintient dans un premier temps ses déclarations. Puis, confronté à la vidéo, il retire sa plainte. Mais la machine judiciaire est enclenchée. Son passager, mineur, est également placé en garde à vue. Dans le même temps, le pilote présumé de la moto volée, mineur lui aussi, est identifié et retrouvé. Cette relation du dénonciateur présumé a été également mise en examen pour complicité mais aussi pour le vol de l’engin qu’il conduisait sans permis. Il a été placé en détention provisoire. Le passager a, quant à lui, été laissé sous contrôle judiciaire.

Pour le procureur Eric de Montgolfier qui l’a visionnée, la bande est « intéressante et parlante ». « La caméra arrière montre que le scooter suivait depuis un moment la voiture des policiers et l’a dépassée par la droite. Maintenant, il faut essayer de savoir pourquoi, d’autant que son conducteur connaissait manifestement le pilote de la moto. Cela permettra de recoller les morceaux du puzzle. »

Source: http://tinyurl.com/29tcf63

Film à voir et à revoir…

Dommage que le festival de Cannes 2010 soit (aussi) terminé…

FDF

La guerre des fatwas bat son plein!

Avec une « fatwa », « ils » se donnent l’impression d’avoir de l’autorité et de l’importance. En fait, ils passent pour des cons moyenâgeux barbares… Ce qu’ils sont, en fait… Un exemple:


« Non, ce n’est pas une blague. Mohammed Al-Munjid, un prédicateur syrien installé en Arabie saoudite, a récemment émis une fatwa sur la chaîne satellitaire Al-Majd contre le personnage de Walt Disney. Motif ? Selon la loi religieuse, la souris est impure. Mickey étant une souris, il est souillé et doit être tué. Même si c’est un personnage de dessin animé. La fatwa a suscité une avalanche de réactions, notamment dans la presse internationale, de par son incongruité. En Arabie saoudite, de nombreuses voix se sont élevées contre la décision d’interdire Mickey, au motif qu’elle discréditerait les Saoudiens. »

Source : 20 Minutes, éditions du 02/10/2008

FDF


RYAD

Une bataille rangée s’est ouverte en Arabie saoudite sur la question des fatwas, après la promulgation d’avis religieux parfois farfelus comme celui autorisant les femmes à allaiter les hommes pour contourner l’interdiction de la mixité.

Dans les médias et sur internet, certains dénoncent le «chaos des fatwas», dans le royaume ultra-conservateur où la religion régit les moindres aspects de la vie quotidienne, et appellent à déterminer qui est habilité à les promulguer.

L’une des fatwas au centre de cette polémique est celle promulguée récemment par un uléma, cheikh Adel al-Kalbani, selon lequel l’islam n’interdit pas la musique.

«Il n’y a pas de texte clair en islam prohibant la musique», a-t-il affirmé, alors que les concerts sont interdits dans le royaume.

Son site internet a été inondé de messages, certains le félicitant pour cette position hardie et d’autres le critiquant.

Au cours des dernières semaines, un uléma de renom, cheikh Abdel Mohsen al-Obeikan, a lui aussi provoqué des remous en estimant qu’une femme pouvait contourner la stricte loi imposant la ségrégation des sexes dans le royaume en allaitant l’homme qu’elle souhaiterait côtoyer.

Cet avis a suscité une vague de protestations dans le royaume, notamment de la part des militantes pour les droits de la femme, et cheikh Obeikan a été tourné en ridicule sur certains forums.

Le même uléma, conseiller à la cour du roi Abdallah, s’est attiré l’ire des conservateurs pour avoir suggéré que deux des cinq prières quotidiennes musulmanes -qui rythment la vie dans le royaume et durant lesquelles tous les commerces doivent être fermés- puissent être combinées lors des grandes chaleurs pour faciliter la vie des croyants.

Les plus hauts dignitaires religieux ont dû intervenir pour tenter de mettre fin à ces polémiques.

Le 25 juin, dans son prêche du vendredi à la Grande mosquée de la Mecque, cheikh Abdel Rahman al-Sudais, un influent religieux, s’est élevé contre «la fraude» dans les fatwas, comparant ceux qui les promulguent à des commerçants écoulant de la marchandise frelatée.

Intervenant dimanche soir dans le débat, le grand mufti du royaume, cheikh Abdel Aziz Al Cheikh, a estimé dans une interview à la télévision que «ceux qui promulguent des fatwas sans être qualifiés doivent être arrêtés».

Interrogé au sujet de la fatwa sur l’allaitement, il a estimé qu’il s’agissait d’un texte islamique ancien relatif à «un cas bien précis» d’un orphelin qui devait être élevé par une famille et qu’il ne pouvait pas être généralisé.

Dans un éditorial publié récemment dans le quotidien al-Hayat, le journaliste saoudien Daoud al-Chiryane a souligné le rôle primordial des fatwas. «Le changement dans les sociétés arabes et musulmanes dépend» de ces édits religieux car «ils peuvent pousser la société vers l’extrémisme comme il peuvent provoquer l’ouverture et le développement», a-t-il estimé.

«Les gens (…) commencent à changer de mentalité. Beaucoup ont attendu de telles fatwas pendant longtemps», a affirmé à l’AFP l’historien et éditorialiste Mohammad Al Zulfa en référence à Kalbani.

Hamad al-Qadi, un membre du conseil consultatif, a appelé à mettre fin au «chaos des fatwas», estimant qu’il était nécessaire de limiter la promulgation de tels édits au conseil des fatwas relevant de l’État.

Quant à Kalbani, il a souligné dans une déclaration au journal sur internet Sabq.org qu’il n’autorisait pas toutes les chansons, mais seulement celles qui était «décentes».

«Je ne parle évidemment pas des chansons de Nancy Ajram ou Haïfa Wehbé», les sulfureuses vedettes libanaises, a-t-il souligné.

source : canoe.ca

Le collabo du jour est…

…Bernard Genin (PCF) maire de Vaulx en Velin !!!!


Le drapeau palestinien flotte sur l’Hôtel de ville de Vaulx en Velin!


2 juillet 2010

“Depuis  mercredi 30 juin, un troisième drapeau flotte au fronton de l’Hôtel de Ville de Vaulx en Velin.  Celui de la Palestine a rejoint les étendards français et vaudais. Le maire communiste, Bernard Genin, a voulu par ce geste fort marquer le soutien de la commune à la Palestine et à tout son peuple, à la suite de l’attaque par l’Etat d’Israël d’une flottille de la paix contre le blocus de Gaza.”


voir la vidéo sur http://www.fdesouche.com/123529-le-drapeau-palestinien-flotte-sur-lhotel-de-ville-de-vaulx-en-velin


Nous sommes en droit de nous poser des questions quand à la dose de citoyenneté qu’a reçu cet élu lors de la distribution. Ah oui, c’est vrai, il était absent ce jour là; pour cause de formation anti-nationale. Encore un maire élu avec les voix gaucho-communo-musulmanes…

FDF

Merci à DG pour l’info…