Francaisdefrance's Blog

30/06/2010

Bravo! Ils sauvent un octogénaire d’un vol et se retrouvent en garde à vue!

Là, c’est vraiment du N’IMPORTE QUOI !!!!

FDF

29 juin 2010

Deux toxicomanes qui avaient agressé un octogénaire à la sortie d’un bureau de poste de Roubaix, dans le Nord, pour lui dérober 21.000 euros en espèces, ont été rattrapés et roués de coups par des jeunes témoins de la scène. Les deux malfaiteurs ont été interpellés et écroués. L’un d’eux a été brièvement hospitalisé après avoir été passé à tabac. Les jeunes qui ont sauvé l’octogénaire ont été placés en garde à vue. Ils répondront de faits de violences mais devraient s’en tirer avec une peine « de principe ».

Merci à DG de l’info…
FDF

Pétition pour rendre publique la carte de France de l’insécurité.

LHC, le réseau de blogs libres, humanistes et critiques

Cette pétition sera transmise à Brice Hortefeux, ministre de l’Intérieur.

*********************************************************************************

M. le Ministre de l’Intérieur,

L’une des missions principales de votre ministère est de «garantir la sécurité des citoyens et des biens.»

Il existe en France des zones de non-droit, c’est un fait. Vous semblez à la fois en être conscient et  également vouloir y mettre un terme, puisque vous avez déclaré : «Dans notre République, il ne doit y avoir ni de territoire oublié, ni de population négligée.»

Au-delà du vœu pieux, vous n’êtes bien sûr pas responsable de l’état de fait actuel, dû à des décennies d’un coupable laxisme de la part des pouvoirs publics. Mais vous êtes responsable de la sécurité des citoyens, et donc :

  • de tout mettre en œuvre pour faire reculer cette insécurité
  • d’informer les citoyens de manière transparente sur la stratégie retenue et sur ses fruits

Nous avons bien conscience que l’insécurité ne peut reculer d’un coup de baguette magique. Mais nous vous demandons par contre de rendre publique la « carte de France des zones de non-droit ».

Nous ne pouvons pas imaginer que, dans une stratégie construite de reconquête des territoires perdus, cette carte n’existe pas. La rendre publique permettrait de communiquer sur la stratégie mise en œuvre. Ce serait une manière digne et responsable d’être fidèle à l’esprit de notre Constitution, et à la Déclaration des droits d e l’homme et du citoyen de 1789 (notamment aux articles XII et XIV).

Vous n’êtes pas responsable de cette situation de fait ; nous sommes sûrs que vous vous employez à faire régresser l’insécurité.

Vous devez par contre à vos concitoyens une information claire sur la localisation et l’évolution des zones d’insécurité : à défaut de pouvoir garantir la sécurité des citoyens sur tout le territoire français, vous avez la responsabilité de les informer sur l’emplacement précis de ces zones afin qu’ils puissent garantir leur propre sécurité, et celle de leurs proches car les bonnes décisions  et la bonne démocratie supposent les bonnes informations.

*********************************************************************************

Soyez nombreux à signer cette pétition, et n’hésitez pas à la faire largement circuler autour de vous !

Le Réseau LHC

Décidément, les foutebauleurs… Prison avec sursis pour Dalmat!

    30/06/2010

    Le milieu de terrain et ex-capitaine du FC Sochaux (Ligue 1) Stéphane Dalmat a été condamné aujourd’hui à deux mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Paris pour « violence aggravée et rébellion » lors d’une bagarre avec des policiers.

    Il a également été condamné à verser 1.500 euros de dommages et intérêts à un policier.Le 30 mars 2009, au petit matin, le footballeur, son frère et un ami avaient été interpellés sur les Champs-Elysées, peu après leur sortie d’une boîte de nuit. Selon l’accusation, une brigade de police serait intervenue alors que Stéphane Dalmat « bousculait » sa femme. Il aurait résisté à son interpellation, donnant avec ses compagnons, en état d’ivresse, « des coups de poing à la tête » et « des coups de pied dans le dos » à un policier. Au total, une dizaine de policiers sont intervenus.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/06/30/97001-20100630FILWWW00562-foot-prison-avec-sursis-pour-dalmat.php

Conseil de l’Europe : résolution portant sur l’islam, l’islamisme et l’islamophobie en Europe…

Recueilli sur: http://tinyurl.com/32lbwpe

Edition provisoire

L’islam, l’islamisme et l’islamophobie en Europe

Résolution 1743 (2010)1


1.       L’Assemblée parlementaire note que le radicalisme islamique et la manipulation des croyances religieuses à des fins politiques s’opposent aux droits de l’homme et aux valeurs démocratiques. En même temps, dans de nombreux Etats membres du Conseil de l’Europe, les musulmans ont le sentiment d’être exclus de la société et de faire l’objet de stigmatisations et de discriminations; ils sont victimes de stéréotypes, de la marginalisation sociale et de l’extrémisme politique. L’Assemblée est très préoccupée par l’extrémisme islamique et par l’extrémisme qui rejette les communautés musulmanes d’Europe, deux phénomènes qui se renforcent mutuellement.

2.       L’Assemblée rappelle que l’islamisme est une façon de concevoir l’islam non seulement comme une religion mais aussi comme un code de conduite social, juridique et politique. L’islamisme peut être violent ou pacifique et modéré, mais en aucun cas il ne reconnaît la séparation de la religion et de l’Etat, grand principe des sociétés démocratiques et pluralistes. L’Assemblée rappelle, en outre, que la discrimination envers les musulmans est inacceptable et doit être combattue. La vaste majorité des musulmans européens partagent les principes fondateurs de nos sociétés et il est essentiel de lutter contre l’islamophobie, qui vient essentiellement de l’ignorance et d’une image négative résultant d’un amalgame entre islam et violence. En ne s’attelant pas à ces questions, de nombreux gouvernements européens favorisent la montée de l’extrémisme.

3.       Les musulmans sont chez eux en Europe, où ils sont présents depuis des siècles, comme l’indique l’Assemblée dans sa Recommandation 1162 (1991) sur la contribution de la civilisation islamique à la culture européenne. L’islam, le judaïsme et le christianisme – les trois religions monothéistes – partagent les mêmes racines historiques et culturelles et reconnaissent les mêmes valeurs fondamentales, notamment l’importance primordiale de la vie et de la dignité humaines, la capacité et la liberté d’exprimer ses pensées, le respect d’autrui et de la propriété d’autrui, l’importance de l’aide sociale. Ces valeurs ont trouvé un écho dans les philosophies européennes et ont été insérées dans la Convention européenne des droits de l’homme (STE n° 5).

4.       L’article 9 de la Convention européenne des droits de l’hommegarantit la liberté de pensée, de conscience et de religion, y compris le droit de manifester sa religion ou ses convictions, individuellement ou collectivement, en public ou en privé, par le culte, l’enseignement, les pratiques et l’observance des rites. L’article 10 de la Convention consacre la liberté d’expression, y compris le droit d’exprimer des opinions religieuses ou philosophiques ou de s’y opposer et de les critiquer. Ces deux libertés sont une condition indispensable à l’existence d’une société démocratique. Elles ne sont toutefois pas absolues et peuvent faire l’objet de limitations strictement encadrées. En outre, conformément à l’article 17 de la Convention, elles ne doivent pas être exercées de manière abusive pour supprimer ou restreindre excessivement l’un des droits et libertés énoncés par la Convention.

5.       L’Assemblée a déjà souligné, dans sa Résolution 1510 (2006) sur la liberté d’expression et le respect des croyances religieuses, ainsi que dans sa Recommandation 1805 (2007), « Blasphème, insultes à caractère religieux et discours de haine contre des personnes au motif de leur religion », qu’il importait de concilier ces deux libertés. Elle condamne fermement les menaces de mort et les décrets de condamnation à mort prononcés à l’encontre des personnes qui critiquent l’islam ou les opinions politiques liées à l’islam. Elle déplore toutefois les initiatives prises par un certain nombre d’États membres des Nations Unies qui ont abouti à l’adoption par le Conseil des droits de l’homme de résolutions portant sur la lutte contre la diffamation des religions, et notamment de l’islam, dans la mesure où cette orientation constitue une menace pour la liberté d’expression.

6.       Rappelant sa Recommandation 1804 (2007), « Etat, religion, laïcité et droits de l’homme », l’Assemblée souligne que les normes démocratiques imposent la séparation entre l’Etat et ses organes et la religion et les organisations religieuses. Les gouvernements, les parlements et les administrations publiques qui reflètent démocratiquement leur société dans son ensemble et sont à son service doivent être neutres à l’égard de toute croyance religieuse, agnostique ou athée. La religion et la démocratie ne sont néanmoins pas incompatibles, notamment parce que les religions peuvent jouer un rôle social bénéfique. Par conséquent, les États membres devraient encourager les organisations religieuses à favoriser la paix, la tolérance, la solidarité et le dialogue interculturel.

7.       L’Assemblée constate, cependant, avec préoccupation que certaines organisations islamiques, qui exercent leurs activités dans les États membres, ont été lancées par des gouvernements étrangers qui leur dispensent une aide financière et des directives politiques. Les objectifs de ces organisations ne sont par conséquent pas religieux. Il importe de mettre en lumière cette expansion politique nationale vers d’autres États sous couvert de l’islam. De manière compatible avec l’article 11 de la Convention européenne des droits de l’homme, les Etats membres peuvent limiter les activités de ces organisations, sous réserve que ces limitations remplissent les conditions imposées par le paragraphe 2 de l’article 11. Il convient, par conséquent, que les États membres imposent aux associations islamiques et aux autres associations religieuses de faire preuve de transparence et de rendre des comptes, par exemple en exigeant la transparence de leurs objectifs statutaires, de leurs dirigeants, de leurs membres et de leurs ressources financières.

8.       Comme l’Assemblée l’indique dans sa Recommandation 1774 (2006) sur la présence turque en Europe : travailleurs migrants et nouveaux citoyens européens, les gouvernements et les parlements des Etats membres, ainsi que le Conseil de l’Europe, doivent en priorité favoriser l’intégration sociale des musulmans et des autres minorités religieuses. Il convient de se féliciter des nombreuses initiatives prises par les Etats membres pour mieux intégrer les migrants, mais cette intégration est encore loin d’être une réalité, notamment pour les migrants musulmans. Aussi l’Assemblée invite-t-elle les États membres à traiter en amont les inégalités sociales, économiques et politiques.

9.       L’Assemblée appelle les Etats membres à lutter efficacement contre l’exclusion sociale et économique des musulmans et des autres minorités en Europe – y compris par l’adoption, la mise en œuvre et le contrôle régulier d’une gamme complète de dispositions législatives, de politiques et de pratiques antidiscriminatoires destinées à les protéger contre la discrimination qu’ils subissent au quotidien et à leur assurer un meilleur accès aux recours juridiques en cas de violation de leurs droits.

10.       Bien que l’existence de structures organisationnelles des communautés musulmanes soit souhaitable dans les Etats membres pour faciliter leurs contacts avec les instances gouvernementales et administratives, les gouvernements et les parlements de ces pays devraient chercher à établir également des contacts politiques directs avec les musulmans en leur qualité de citoyens à part entière. Ces contacts directs pourraient être facilités, par exemple, par l’organisation d’auditions publiques aux niveaux local et régional, ainsi que par la mise en place, sur internet, de plates-formes régionales et nationales de discussion. Se référant à la Recommandation 170 (2005) du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Europe sur le dialogue interculturel et interreligieux : initiatives et responsabilités des autorités locales, l’Assemblée invite les parlements nationaux à veiller à ce que les autorités locales de leur pays disposent des cadres juridiques, administratifs et financiers nécessaires à l’exercice des activités locales destinées à favoriser l’insertion sociale et le dialogue interculturel.

11.       Il est nécessaire que les personnes appartenant à une culture minoritaire dans leur pays ne s’isolent pas et ne cherchent pas à mettre en place une société parallèle. Aussi l’Assemblée invite-t-elle les représentants des communautés musulmanes à encourager le dialogue interculturel ainsi qu’à lutter contre des divisions qui entraîneraient, dans le cas contraire, des frictions et des conflits au sein de la société. Rappelant sa Résolution 1605 Recommandation 1831 (2008) sur les communautés musulmanes européennes face à l’extrémisme, l’Assemblée invite les musulmans, leurs communautés religieuses et leurs responsables religieux à lutter contre toute forme d’extrémisme pratiqué sous couvert de l’islam. L’islam est une religion qui prône la paix. Les musulmans devraient être les premiers à réagir avec consternation et à s’opposer à l’utilisation que les terroristes ou les extrémistes politiques font de l’islam pour mener leurs propres luttes de pouvoir et porter ainsi atteinte à cette valeur essentielle qu’est la vie humaine et aux autres principes consacrés par l’islam. (2008) et sa

12.       L’Assemblée déplore qu’un nombre croissant de partis politiques en Europe exploitent et attisent la peur de l’islam en menant des campagnes politiques qui privilégient une vision simpliste et des clichés négatifs à propos des musulmans d’Europe en assimilant l’islam à l’extrémisme. L’incitation à l’intolérance et parfois même à la haine envers les musulmans est inadmissible. L’Assemblée invite les États membres à mener une action politique conforme à la Recommandation de politique générale n° 5 (2000) de la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI) sur « la lutte contre l’intolérance et les discriminations envers les musulmans ». Elle rappelle qu’il appartient aux Etats membres de rejeter de tels discours politiques attisant la peur et la haine des musulmans et de l’islam, tout en se conformant aux prescriptions de la Convention européenne des droits de l’homme, en particulier à son article 10.2.

13.       L’Assemblée reste également préoccupée par les politiques et les pratiques – tant des autorités nationales que des autorités régionales ou locales – discriminatoires à l’encontre des musulmans, et par le risque d’une utilisation abusive des votes, initiatives et référendums populaires pour légitimer des restrictions des droits à la liberté de religion et d’expression qui sont inacceptables au regard des articles 9 et 10 de la Convention européenne des droits de l’homme. Dans ce contexte, l’Assemblée est particulièrement préoccupée par le référendum organisé récemment en Suisse et demande instamment aux autorités suisses d’adopter un moratoire sur l’interdiction générale de la construction des minarets de mosquées et d’abroger dès que possible cette interdiction.

14.       Rappelant sa Résolution 1464 (2005) sur les femmes et la religion en Europe, l’Assemblée invite l’ensemble des communautés musulmanes à abandonner toute interprétation traditionnelle de l’islam qui nie l’égalité entre hommes et femmes et restreint les droits des femmes, à la fois au sein de la famille et dans la vie publique. Cette interprétation n’est pas compatible avec la dignité humaine et les normes démocratiques; les femmes sont égales en tout aux hommes et doivent être traitées en conséquence, sans exception. La discrimination des femmes, qu’elle soit fondée sur des traditions religieuses ou non, est contraire aux articles 8, 9 et 14 de la Convention européenne des droits de l’homme, à l’article 5 de son Protocole n° 7, ainsi qu’à son Protocole n° 12. Aucun relativisme religieux ou culturel ne saurait être invoqué pour justifier des violations de la personne humaine. L’Assemblée parlementaire exhorte donc les Etats membres à prendre toutes les mesures nécessaires pour éradiquer l’islamisme radical et l’islamophobie, dont les femmes sont les premières victimes.

15.       À cet égard, le port du voile par les femmes, et surtout le port du voile intégral sous la forme de la burqa ou du niqab, est souvent perçu comme un symbole de soumission des femmes aux hommes, qui restreint le rôle des femmes au sein de la société, limite leur vie professionnelle et entrave leurs activités sociales et économiques. Ni le port du voile intégral par les femmes, ni même celui du foulard n’est admis comme une obligation religieuse par tous les musulmans, mais nombre d’entre eux voient ces pratiques comme une tradition sociale et culturelle. L’Assemblée estime que cette tradition pourrait représenter une menace pour la dignité et la liberté des femmes. Aucune femme ne devrait être contrainte de porter une tenue religieuse par sa communauté ou sa famille. Tout acte d’oppression, de séquestration ou de violence constitue un crime qui doit être puni par la loi. Les femmes victimes de ces crimes doivent être protégées par les Etats membres, quel que soit leur statut, et bénéficier de mesures de soutien et de réhabilitation.1

16.       C’est la raison pour laquelle la possibilité d’interdire le port de la burqa et du niqabburqa et du niqab dénierait aux femmes qui le souhaitent librement le droit de couvrir leur visage. L’article 9 de la Convention européenne des droits de l’homme reconnaît à toute personne le droit de choisir librement de porter ou non une tenue religieuse en privé ou en public. Les restrictions légales imposées à cette liberté peuvent se justifier lorsqu’elles s’avèrent nécessaires dans une société démocratique, notamment pour des raisons de sécurité ou lorsque les fonctions publiques ou professionnelles d’une personne lui imposent de faire preuve de neutralité religieuse ou de montrer son visage. Toutefois, l’interdiction générale du port de la

17.       De plus, une interdiction générale pourrait avoir un effet contraire, en poussant les familles et la communauté à faire pression sur les femmes musulmanes pour qu’elles restent chez elles et se limitent à entretenir des contacts avec d’autres femmes. Les femmes musulmanes subiraient une exclusion supplémentaire si elles devaient quitter les établissements d’enseignement, se tenir à l’écart des lieux publics et renoncer au travail hors de leur communauté pour ne pas rompre avec leur tradition familiale. L’Assemblée invite, par conséquent, les États membres à élaborer des politiques ciblées, destinées à sensibiliser les femmes musulmanes à leurs droits, à les aider à prendre part à la vie publique, ainsi qu’à leur offrir les mêmes possibilités de mener une vie professionnelle et de parvenir à une indépendance sociale et économique. À cet égard, l’éducation des jeunes femmes musulmanes, de leurs parents et de leurs familles est primordiale. Il est en particulier nécessaire de supprimer toute forme de discrimination à l’encontre des filles et de développer l’éducation en matière d’égalité entre les femmes et les hommes, sans stéréotypes et à tous les niveaux du système d’éducation.

18.       Les mutilations génitales féminines pratiquées sous prétexte de respecter des coutumes islamiques ou autres devraient être considérées comme des crimes car elles portent atteinte au droit à l’intégrité physique et morale de toute personne, en particulier des filles. Les Etats membres doivent tout mettre en œuvre pour lutter contre ces crimes et dispenser une aide concrète aux enfants et à leurs parents, notamment par l’éducation. L’Assemblée rappelle à cet égard sa Résolution 1247 (2001) sur les mutilations sexuelles féminines.

19.       Dans cette perspective, l’Assemblée exhorte les Etats membres à prendre toutes les mesures visant à prévenir et à combattre toute forme d’oppression ou de violence subies par les femmes, et en particulier à soutenir, dans le cadre des négociations de la future convention du Conseil de l’Europe sur la lutte et la prévention de la violence à l’égard des femmes et de la violence domestique (CAHVIO), les dispositions permettant aux femmes, quel que soit leur origine ou leur statut, d’avoir accès à des dispositifs de protection, de prévention et de réhabilitation.

20.       Les clichés, les idées reçues et les peurs que suscite l’islam sont les symptômes typiques d’une large méconnaissance de ce sujet par les non-musulmans en Europe. De même, de nombreux musulmans d’Europe ont une méconnaissance de l’islam, sans parler des autres religions, qui peut les rendre vulnérables à « l’islamisme », c’est-à-dire à une forme d’extrémisme politique pratiqué sous un couvert religieux. A cet égard, l’Assemblée rappelle sa Recommandation 1720 (2005) « Education et religion » et invite les Etats membres à veiller à ce que la connaissance de l’islam, du judaïsme et du christianisme soit enseignée à l’école et au moyen d’une éducation dispensée tout au long de la vie.

21.       Les Etats membres devraient favoriser l’enseignement des religions, de manière à sensibiliser l’opinion publique à l’origine et aux valeurs communes du judaïsme, du christianisme et de l’islam, ainsi qu’à leur incidence sur l’humanisme européen moderne. Les établissements d’enseignement supérieur et de recherche en Europe devraient faire de l’islam une matière d’enseignement afin de former les universitaires, enseignants et responsables religieux et d’établir une distinction entre islam et islamisme. L’Assemblée ne doute pas que la plupart des musulmans européens d’aujourd’hui acceptent une conception commune qui concilie l’islam avec les valeurs démocratiques, les droits de l’homme et l’État de droit ; d’ailleurs, beaucoup de musulmans l’ont déjà fait depuis longtemps.

22.       L’Assemblée se félicite également du Livre blanc sur le dialogue interculturel, élaboré en 2008 par le Conseil de l’Europe à l’occasion de l’Année européenne du dialogue interculturel, ainsi que d’autres activités menées par le Comité des Ministres dans ce domaine. Les gouvernements des Etats membres devraient s’appuyer sur ce Livre blanc pour définir les mesures à prendre à ce sujet dans leur pays, notamment dans les écoles et autres établissements d’enseignement.

23.       Il importe de créer des synergies avec d’autres organisations internationales à ce sujet. C’est pourquoi l’Assemblée invite l’Alliance des civilisations des Nations Unies à coopérer plus étroitement avec le Conseil de l’Europe, notamment en mettant en place des programmes d’action communs. À cet égard, l’Assemblée invite le Secrétaire Général du Conseil de l’Europe à rechercher un financement supplémentaire pour ces activités auprès des Etats membres et à faciliter le détachement réciproque d’agents entre les deux organisations.

24.       L’Assemblée invite l’Organisation Islamique pour l’éducation, les sciences et la culture (ISESCO) et l’Organisation de la Ligue arabe pour l’éducation, la culture et les sciences (ALECSO) à collaborer avec le Conseil de l’Europe pour lutter contre l’islamisme et l’islamophobie ou toute autre forme de discrimination religieuse, ainsi que pour promouvoir le respect des droits de l’homme universels. L’ISESCO et l’ALESCO peuvent jouer un rôle particulièrement important, en veillant à ce que leurs membres respectent le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) et le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) de l’Organisation des Nations Unies.

25.       À cet égard, l’Assemblée déplore que certains gouvernements membres de l’ISESCO et de l’ALECSO aient adopté une législation nationale fondée sur une interprétation de la charia ou aient mené des politiques nationales contraires au PIDCP et au PIDESC : infliger de lourdes peines, voire la peine de mort, à des personnes qui souhaitent adopter une autre religion que l’islam est incompatible avec l’article 18 (2) du PIDCP ; infliger de lourdes peines à des personnes qui critiquent l’islam, ou prononcer à leur encontre des décrets publics de condamnation à mort est incompatible avec l’article 19 du PIDCP ; appeler à la « guerre sainte » ou à la violence contre d’autres pays ou leurs citoyens et glorifier les terroristes en les qualifiant de « saints martyrs » est incompatible avec l’article 20 (2) du PIDCP; apprendre aux enfants à haïr ou à combattre les adeptes d’une religion autre que l’islam est incompatible avec l’article 13 (1) du PIDESC. 2

26.       Il convient de favoriser les contacts entre les Européens musulmans et non musulmans et les musulmans d’Afrique du Nord, du Proche-Orient et d’Asie, notamment chez les jeunes, les étudiants et les enseignants. L’Assemblée invite par conséquent le Forum européen de la jeunesse à étendre ses activités dans ce domaine. Il importe de soutenir la coopération entre les établissements éducatifs et culturels, ainsi qu’entre les villes du bassin méditerranéen, par exemple dans le cadre de la Convention sur la reconnaissance des qualifications relatives à l’enseignement supérieur dans la région européenne (STE n° 165) et de la Convention-cadre européenne sur la coopération transfrontalière des collectivités ou autorités territoriales (STE n° 106).


1 Discussion par l’Assemblée le 23 juin 2010 (23e séance) (voir Doc. 12266, rapport de la commission de la culture, de la science et de l’éducation, rapporteur : M. M. Jensen, Doc. 12303, avis de la commission des questions politiques, rapporteur : M. Hancock, Doc. 12305, avis de la commission des questions juridiques et des droits de l’homme, rapporteur : M. R. Huseynov, et Doc. 12304, avis de la commission sur l’égalité des chances pour les femmes et les hommes, rapporteur : Mme Memecan). Texte adopté par l’Assemblée le 23 juin 2010 (23e séance).

Voir également la Recommandation 1927 (2010).

Homme massacré sur l’autoroute A13: des précisions…

Mais quelle bande de barbares! Incroyable en France en 2010; et pourtant, un autre genre de boucherie halal vient de voir le jour: les massacres à la mode de chez eux. Je plaisante, mais c’est grave, très grave…

Momos contre Momos? Bizarre… La violence des faits l’est beaucoup moins mais caractéristique de cette communauté…

Là? Pas de justice! Une balle chacun et, comme je dis toujours: « la facture de la balle envoyée à la famille, comme en Chine »…

FDF

30/06/2010

Trois personnes ont été placées ce soir en garde à vue dans l’affaire de l’homme battu à mort dans la nuit de samedi à dimanche lors d’une rixe sur l’autoroute A13, dans les Yvelines, a annoncé le ministère de l’Intérieur. Deux hommes de 21 et 22 ans ont été mis en examen et écroués lundi soir dans cette affaire.

Ces trois personnes se sont présentées spontanément aux enquêteurs de la Sûreté départementale et ont aussitôt été placées en garde à vue, a précisé l’Intérieur. Dans la nuit de samedi à dimanche vers 1 heure, sur l’A13 au niveau de la commune de Chapet, près des Mureaux, la voiture d’un homme qui partait en vacances en famille entre en collision avec une Renault conduite par une jeune femme qui figure au nombre des gardés à vue, ainsi qu’un passager, selon l’Intérieur. La conductrice est notamment soupçonnée d’avoir roulé sur la victime.

Une «boucherie»

Les véhicules sont légèrement éraflés et la jeune conductrice à l’origine de l’accrochage avait refusé de signer le constat amiable.  Le ton est monté et elle a appelé des amis en renfort. Une dizaine de jeunes gens sont alors arrivés en voiture et une bagarre a éclaté au bord de l’autoroute. Un homme âgé de 30 ans a été roué de coups, notamment au visage. Quatre autres membres de la famille de la victime ont été blessés. Selon le frère de la victime Mohammed, interrogé sur Europe 1, les agresseurs ont crié : «On va vous tuer devant votre mère» ! C’était leurs paroles : «on va les finir !»« , raconte-il.

A l’arrivée de la police et des secours, la conductrice impliquée dans l’accrochage et ses amis ont pris la fuite et l’homme tabassé, gravement blessé, souffrant de graves lésions cérébrales, a succombé à ses blessures. Une source policière a qualifié les faits de « boucherie ».

Source: http://tinyurl.com/2ufc2gv

Je ne vous demande pas de regarder la vidéo en entier, mais…

Fort intéressant. Ce ne sont pas les injonctions nauséabondes à l’auto-proclamé « intellectuel » Tariq Ramada, là…

FDF

A partir de la 13ème minute environ, il y a la copie de 2 documents :

1 bande son de BFM TV avec l interview d’un opposant qui a sorti un livre sur Ahmadinejad (« l’Hitler iranien »)

1 vidéo pirate d’une réunion en décembre à QOM avec Ahmadinejad  qui annonce que leur programme (il dit lequel) s’achève  et va être appliqué –

Ecoutez-le !!

Ecoutez-les !!

http://www.leava.fr/cours-torah-judaisme/pensee-juive/553_n-ayez-pas-peur-faites-techouva.php

Actions SITA: 1/4 million de visiteurs!

30 juin 2010

À l’approche de l’été la galaxie SITA est heureuse de vous annoncer qu’elle vient de dépasser le 1/4 million de visiteurs sur l’ensemble de ses sites et blog proposant des actions SITA.

La preuve ici sur ce compteur public figurant sur tous nos sites d’action: http://www.sitemeter.com/?a=stats&s=s16action

Actuellement nous tournons à la cadence de 400/500 visites/jour

Vous pouvez recenser vos actions au sitathon.blogspot.com afin d’inciter d’autres internautes à agir de même, et vous inscrire à la lettre d’information alertes-sita.blogspot.com pour être averti des prochaines actions.

Source: sitavirus

Riposte d’un Français qui en a marre d’entendre des musulmans cracher sur notre pays !


Du vendredi 4 juin 2010.

Monsieur Mustapha Cherif,

Vous avez signé sur le site saphirnews.com un éditorial intitulé « Le recul de la démocratie » :

http://www.saphirnews.com/Le-recul-de-la-democratie_a11558.html

Ce site vous présente comme « philosophe, professeur des universités et auteur d’ouvrages sur le vivre-ensemble et le dialogue des cultures ».

J’ai été attiré par le titre de votre article, car je ne suis philosophe ni professeur ni spécialiste en sciences humaines, mais quand la démocratie est en « recul », je m’inquiète. J’espérais donc trouver dans votre texte des preuves de ce « recul » annoncé et également des solutions si ce « recul » est fondé. Je n’ai trouvé qu’une suite de contrevérités et d’approximations dogmatiques, et, plus grave encore, des insultes à ma nation et à mon peuple. Je peux réfuter chaque phrase de votre article, et je vais le faire ici à titre pédagogique mais aussi parce qu’un tel tombereau de mensonges et de diffamations me met hors de moi.

« Alors qu’il n’y a pas d’alternative au vivre-ensemble, l’air du temps est à la xénophobie. »

Vous posez d’emblée trois postulats erronés.

Le premier, c’est que le « vivre-ensemble » serait une valeur universelle positive, alors que ce n’est qu’une idéologie au demeurant très récente. Des milliers de peuples dans l’Histoire n’ont pas « vécu ensemble » avec d’autres, et ils ne s’en portaient que mieux, puisque leur cohabitation les amenaient plutôt à se faire la guerre.

Le second postulat c’est que nous n’aurions que le choix de « vivre ensemble ». Bien sûr que non ! Il y a une autre « alternative » : tout simplement de ne pas vivre ensemble. Pour ma part, par exemple, je ne supporte ni le rap ni le voile islamique. Pourquoi voudriez-vous m’imposer de « vivre ensemble » avec un clone de Diam’s ?

Le troisième postulat, c’est de considérer les gens qui ne veulent pas « vivre ensemble » comme « xénophobes ». Je prends donc, comme à mon habitude, mon petit Larousse et je lis : « xénophobe : qui manifeste de l’hostilité envers les étrangers ». Mais on peut parfaitement ne pas vouloir « vivre ensemble » avec telle ou telle personne ou tel ou tel groupe de personnes sans les considérer comme des ennemis, et même sans les considérer comme indignes de respect. Le mot « xénophobe » est donc déjà une manière de discréditer toute personne qui ne partagerait pas votre idéologie du « vivre ensemble ».

Trois contrevérités en une seule phrase, et une accusation erronée de « xénophobie », vous commencez fort ! Mais continuons.

« Les années 1930 sont-elles devant nous ? Malgré des acquis, comme les liens entre les responsables musulmans et les autorités locales, paradoxalement l’Europe prend une tournure xénophobe envers ses citoyens musulmans. »

Là encore, quels amalgames ! Que viennent faire « les années 1930 » là-dedans, sinon pour préparer à une « reductio ad hitlerum » ? Et quel est le rapport entre « xénophobie » et « citoyens musulmans » ? Il faudrait savoir si vous considérez vous-même ces « citoyens » comme étrangers (ce que le laisse penser le mot « xénophobie »), et évidemment ce serait alors contradictoire puisque par définition un citoyen fait partie de la cité et n’est donc pas étranger à celle-ci.

« Alors que tous les Européens ne confondent pas islam et fanatisme, l’opinion hostile aux musulmans se renforce. L’inconscient collectif en vient à considérer la figure du « musulman » comme étrangère. »

Autre confusion : « islam » et « musulmans ». Vous procédez par essentialisme, alors que vous savez tout comme moi que la plupart des musulmans de France ou dans le monde ne choisissent pas librement leur religion. Quant au « fanatisme », oui l’islam est fanatique de par ses fondements, le Coran et Mahomet, ce qui ne veut pas dire que les musulmans le soient en majorité, et heureusement.

« Dans quelle sorte de monde sinistre est-on en train de vouloir nous précipiter ? Interdire la construction de minarets en Suisse, lancer un débat en France sur l’identité nationale en visant l’islam, tout comme refuser de manière obsessionnelle l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne, et faire la guerre avec cynisme à des populations musulmanes dans plusieurs pays de l’Orient, généralisent un amalgame fondé sur la haine de l’autre. »

C’est un peu fort de café de lire cela sous la plume d’une personne qui défend l’islam et les musulmans ! En effet, en terre d’islam, ce n’est pas seulement les clochers qu’on interdit, c’est les églises et même, parfois les cultes autres que l’islam. Alors laissez les Suisses tranquilles s’ils ne veulent pas voir de minarets que Monsieur Erdogan, Premier ministre turc, compare à des « baïonnettes » ! Cela explique d’ailleurs pourquoi les Européens ne veulent pas de la Turquie, sous régime islamiste, dans l’Union Européenne. Quant à notre « identité nationale », permettez-nous de la défendre en face d’un « islam » politique qui ne songe qu’à la détruire. Alors côté « amalgame fondé sur la haine de l’autre », balayez devant votre porte !

« Racisme d’un côté, réaction fanatique de l’autre mettent en danger l’avenir. »

Et voilà encore un grand mot lâché : « racisme » ! Depuis quand l’islam est une « race » ? Comment osez-vous insulter ainsi les Français qui ne font que défendre leur « identité nationale », ou les Suisses ou les Européens ?

« Les musulmans, diabolisés, sont assimilés à des extrémistes incapables de vivre avec les autres. Situation qui ressemble à l’atmosphère préfascisante du siècle dernier. »

Non, Monsieur Cherif, ce n’est pas exact. Peu de gens font cet amalgame entre « musulmans » ou « extrémistes », et ceux qui le font ne sont trompés que par ces « musulmans extrémistes » eux-mêmes. Ce n’est tout de même pas la faute des Français si nous voyons se développer dans nos villes des pratiques de gens « incapables de vivre avec les autres », et hélas de gens musulmans ! Cela n’a donc strictement rien à voir avec « l’atmosphère préfascisante du siècle dernier » ou les « années 1930 ». Et quand on lit l’antijudaïsme du Coran et de Mahomet, quand on voit comment sont traités les Juifs en terre d’islam, je vous demanderai d’avoir un peu plus de pudeur dans vos amalgames, fussent-ils totalement erronés.

« Les discours islamophobes, les actes de profanation des mosquées et des cimetières sont des signes avant-coureurs, tels qu’on a pu les voir dans les années 1930 dans l’Allemagne nazie. »

Là encore, quelle confusion ! Mais cela vous permet d’introduire le mot « islamophobie » et d’assimiler celle-ci à l’antisémitisme nazi. L’islamophobie est la crainte ou la critique de l’islam, cela n’a strictement aucun rapport avec l’anti-judaïsme des années 1930 qui s’en prenait aux Juifs en tant que peuple et ethnie, et non à leur religion réelle ou supposée. Ne mélangez pas tout ! Quant aux « profanations » dont vous parlez, elles sont tout à fait condamnables, mais nous avons dix ou cent fois plus de profanations de cimetières et lieux de cultes chrétiens, et nous ne hurlons pas à la « christianophobie » pour autant. Et on ne voit jamais de responsables musulmans s’indigner de ces profanations qui ne concernent pas les ressortissants de leur communauté. Etrange, non ?

« L’extrême droite européenne s’est construite depuis des décennies sur l’hostilité par rapport aux musulmans et ce mouvement est en train de déborder, pour faire diversion aux impasses morales et économiques. »

Vous connaissez bien mal cette « extrême droite » ! Elle est antisémite et xénophobe bien plus que « anti-musulmane ». Et d’ailleurs nombre de ses leaders s’entendent fort bien avec les dictateurs des pays islamiques. Etrange, non ?

« Depuis de nombreuses années, je ne cesse d’appeler au dialogue et d’alerter sur les risques que des idéologues font courir au monde, avec l’invention d’un « nouvel ennemi » sous la figure du musulman stigmatisé. »

Ah la « stigmatisation » ! Encore un mot-valise cher aux idéologues du « vivre ensemble ». Ce ne sont pas les « musulmans » qui sont « stigmatisés », mais l’islam ou les pratiques que nous n’acceptons pas. Ce n’est donc pas une « stigmatisation » blâmable, mais notre strict droit à défendre notre culture, nos valeurs et nos lois. Cela s’appelle le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

« Pour ceux qui sont habités par l’ignorance, il est toujours plus facile de diaboliser les couches les plus vulnérables de la société, la nouvelle minorité dans la Cité et de refuser le dialogue que de faire face aux réalités. »

« Ignorance » ! Décidément, vous multipliez les insultes. En quoi serions-nous « habités par l’ignorance » ? Démontrez que ce que disent ceux que vous dénoncer serait faux, et donc qu’ils seraient « ignorants », ou alors ce n’est que la diffamation à leur encontre. De même pour « diaboliser », autre mot-valise. J’aurais apprécié qu’un philosophe comme vous ne tombe pas dans un tel catéchisme verbal, mais sans doute n’avez-vous pas d’autres arguments à nous opposer.

« Que ce soit les pseudos « nouveaux philosophes » pyromanes comme Bernard-Henri Lévy, André Glucksmann et Pascal Bruckner, ou les « théoriciens » de la politique américaine, comme Bernard Lewis, Samuel Huntington et Daniel Pipes, et autres politiciens comme Jean-François Copé et Éric Besson qui chassent sur le terrain proche des droites extrêmes ; tous participent à la construction de l’idée suicidaire d’ennemis supposés saper l’« identité » occidentale et alimentent les préjugés sous toutes ses formes contre les musulmans, sous couvert de défense des valeurs de la « République ».

Amusant de voir un nouveau philosophe comme vous traiter d’autres philosophes de « nouveaux philosophes », entre guillemets pour leur dénigrer ce titre. Mais qui êtes-vous pour parler ainsi ? Et pouvez-vous répondre à ces philosophes, ou à Huntington ou Copé, par des arguments au lieu de leur appliquer d’une « reductio ad lepenum » par l’expression « droites extrêmes » ? C’est quand même extraordinaire que vous ne procédiez que par amalgames fallacieux. Et en quoi est-ce blâmable de défendre l’« identité » occidentale ou française et la « République » et de dénoncer ce qui, dans l’islam, va à son encontre ? Où sont les « préjugés » dans tout cela ? Vous n’en citez pas un seul ! Tout simplement parce que ce ne sont pas des « préjugés », autre mot-valise cher aux partisans du « vivre ensemble » et qui fait passer leurs adversaires pour des gens peu intelligents. Bref, vous continuez à diffamer.

« La guerre intérieure contre les « mauvais Européens », extérieure contre « les autres » semble s’installer. Au lieu de s’occuper des grands problèmes liés au devenir de l’humanité, des agitateurs d’idées et des politiciens considèrent qu’à notre époque la question décisive, c’est de savoir si les filles musulmanes doivent ou non se mettre un foulard sur la tête ! »

Excusez-moi, Monsieur Mustapha Cherif, mais le « foulard », ce sont les militants de l’islam politique qui l’imposent partout où ils sévissent, en Europe comme en Turquie, en Algérie, en Iran ou en Arabie. Ce n’est pas « agiter des idées » que de combattre ce signe d’infériorisation de la femme, et c’est même un service que nos féministes rendent aux musulmanes en les libérant de la charia sexiste. Et là encore, laissez-nous définir notre « identité », qui ne passe ni par le voile islamique, ni par les prières dans la rue, ni par la halalisation de nos quartiers.

« Des questions marginales, comme le voile intégral rigoriste, qui méritent un traitement pédagogique sont montées en épingle de manière excessive. La diversion l’emporte sur la raison. »

Ah bon, la burka est « marginale », alors qu’elle se développe de plus en plus ? Ah bon, au nom du « vivre ensemble », nous devrions supporter ce talibanisme sur notre territoire ? Vous dites que nous devrions préférer un « traitement pédagogique » à une loi d’interdiction. Mais d’une part, c’est aux Français et à leurs représentants élus d’en décider, et leur opinion majoritaire et leurs décisions démocratiques sans appel s’impose à vous. Et ensuite, le « traitement pédagogique » est une vaste farce quand on veut l’appliquer à des fanatiques. Mais au fait, qu’ont fait jusqu’à présent vos amis du CFCM et de l’UOIF qui prônent eux aussi un « traitement pédagogique » contre la burka ? Je n’ai pas vu l’ombre du début du commencement d’une entreprise dans ce sens de leur part. Bien au contraire, les voiles intégraux se multiplient aux congrès des « musulmans de France » sans que les organisateurs trouvent à y redire. Et vous non plus.

« Il n’y a encore ni pogroms, ni rafles, ni discriminations systématiques, mais ce qui se passe est préoccupant. »

Encore heureux ! Et croyez-moi, il n’y en aura pas, car nous autres Français ne nous comportons pas comme ces fanatiques qui font la chasse aux Juifs dans les quartiers ou les écoles (cf. le rapport Obin), comme ces « jeunes » issus de l’immigration musulmane qui organisent des ratonnades anti-blancs, comme ces fous d’Allah qui persécutent les commerçants qui osent vendre de l’alcool ou du porc dans les territoires perdus de la République. Balayez devant votre porte, au lieu de prêter aux Français des projets qu’ils n’ont nullement ! Après les insultes, voilà donc les procès d’intention.

« Rappelons-nous les drames à la fin du XXe siècle à Srebrenica et à Sarajevo, au cœur de l’Europe et à Gaza isolée, qui a subi les massacres à huis clos. »

Quel rapport avec Gaza ? Il y a un blocus de la Seine-Saint-Denis, où le Hamas a pris le pouvoir ? Quant à l’ex-Yougoslavie, un peu de décence quand on pense à la persécution actuelle des Serbes au Kosovo, chassés de leur propre terre, à leurs églises incendiées, à l’épuration ethnique qui sévit dans cette région. Vos comparaisons sont malhonnêtes.

« À l’heure de l’absence de sens, des pouvoirs de pays européens tentent de reconstruire leur identité contre l’Autre, que l’on présente comme tout autre. »

Là encore, c’est l’hôpital qui se fout de la Charité ! Chrétiens chassés d’Algérie et du Maroc, au nom d’une « identité » musulmane, persécution des apostats et des femmes non soumises partout en terre d’islam (et de plus dans nos banlieues islamisées), etc., ça ne vous dit rien ? Et c’est bien organisé par les « pouvoirs » de ces pays, ou parfois leurs imams envoyés en France ! Il faudrait tout de même arrêter vos pâtés d’alouette de cheval…

Suite et source: http://tinyurl.com/282vxdx

Devinez quoi? Jean-Pierre Pagès-Schweitzer en garde à vue !

Et bien oui, c’est encore arrivé. Encore une preuve flagrante que s’opposer aux faits et gestes plus ou moins légaux de « personnes issues de l’immigration » apporte de gros problèmes, même dans leurs façons d’évoluer dans le domaine du travail… C’est à se demander qui applique les lois, en France, et pourquoi cette attitude peu glorieuse de nos autorités dans ce genre d’affaires. Et notre justice qui joue la carte du temps, ne sachant par quel bout empoigner l’affaire.. En tout cas, JP Pagès-Schweitzer, a subi hier l’inquisition version 2010 pour une affaire apparemment simple. C’est honteux! Je pense que son arrestation a aussi été aussi motivée par le fait qu’il n’a pas, comme le  bon gros groupe de résistants que nous commençons à être, la langue dans sa poche et dit trop haut la vérité. Il défend la France, et prévient ses compatriotes envers les dérives du « politiquement correct », et hop, en tôle!  En tous les cas, on ne peut que s’insurger contre l’attitude policière qui ne fait, par ce genre d’action, que confirmer ce que beaucoup d’entre nous pensent de plus en plus fort. Et pourtant, chaque fois que les autorités subissent la loi ou la charia des « quartiers », nous sommes toujours là pour les aider et les soutenir Quelqu’un peut dire le contraire? Et des gardes à vue à consonance anti-françaises et à préférence non-nationale, il y en plus que l’on croit… Les ordres, toujours les ordres, on sait, on sait…

Désolé pour ce qui vous est arrivé, mon cher Jean-Pierre; vous n’avez pas le « bon nom ». Enfin, c’est votre adversaire qui lui, a le bon. Ca va mal finir, tout ça… Faites circuler ce billet, en attendant, que tout le monde sache…

FDF

Reçu de Jean-Pierre Pagès-Schweitzer:

mardi 29 juin 2010

Rien de posté aujourd’hui: j’étais en garde à vue…

Des policiers du Commissariat de la rue du Croissant (ça ne s’invente pas…), IIème Ardt de Paris, sont venus, ce matin, m’interpeller à mon domicile, et m’ont mis immédiatement en garde à vue.

Et cela, à la suite d’une énième plainte déposée…rue du Croissant, par mon voisin, un certain Mohamed BOULEDROUA, avec qui je suis en procès (de copropriété), depuis bientôt 17 ans.

C’est le commissaire en personne (Francis Vincenti), qui m’a reçu.

J’ai eu droit à la totale : On m’a pris tout ce que j’avais sur moi, y compris mes lunettes…et mes lacets (au cas où je serais suicidaire).

J’ai ensuite été pris en main par l’anthropométriste (néologisme), qui m’a photographié (assis sur une sellette, digne des plus beaux jours de la sainte Inquisition); puis, il a pris mes empreintes digitales -et palmaires.
Il a même failli me faire déshabiller…pour voir si je n’avais pas de tatouages.

Une fois ces « formalités » accomplies, on m’a enfermé dans une cage, avec des racailles toxicomanes.

Je n’ai vu ni avocat, ni médecin.

Mais venons-en à l’affaire elle-même, pour laquelle, vu mon manque de coopération, le Procureur a finalement décidé (par téléphone) de me renvoyer, à l’automne, devant la XVIIIème chambre correctionnelle.

Je n’ai jamais pu voir mon dossier.

On m’a indiqué que Monsieur BOULEDROUA m’accusait de lui avoir cassé la main (ou le doigt, ou le poignet ?), dans l’escalier de l’immeuble, lors d’une « visite de chantier », le mois dernier (29 mai), en présence de la Présidente du Conseil Syndical, Madame Bénédicte CORTES, ainsi que de l’ancien Président, Monsieur Jean-Pierre CAUMONT (mais la Police a refusé de me montrer leur témoignage…).

Monsieur BOULEDROUA aurait obtenu 30 jours d’ITT… mais je n’ai pas pu voir le certificat des urgences médico-judiciaires (j’aurais surtout voulu savoir à quelle date, il s’y est présenté).

Vous vous demandez probablement, chers lecteurs, ce qui peut bien motiver une telle malveillance, de la part du conseil syndical ?

La réponse est très simple : je viens d’assigner le Syndicat des copropriétaires, devant le TGI de Paris, pour la deuxième fois.
(j’avais obtenu, la dernière fois 50.OOOF de dommages-intérêts).

Motif: avoir cautionné des travaux entrepris dans l’immeuble par Monsieur BOULEDROUA, qui se prétend « Entrepreneur en bâtiment », alors qu’en réalité, il est « réparateur d’appareils éléctro-ménagers ».

Devinez quoi ?

Je cherche un avocat (pénaliste) (me contacter à jpps1938@gmail.com).

Jean-Pierre Pagès-Schweitzer

YVELINES – Un accident sur l’autoroute dégénère en bagarre mortelle…

Ca, ce sont des « chances pour la France ».  On parie? Tout y est: la jeune femme responsable appelle des « amis », elle prend la fuite, les autres cons massacrent le type en le frappant mortellement au visage, s’en prennent à sa famille, sont « connus des services de police » et résident dans un « quartier ». CQFD. Il faut vite retrouver cette pouffiasse et coincer ses « frères ». Il y a des caméras, sur les autoroutes, pas que des radars…

FDF

Un homme est décédé dans la nuit de dimanche à lundi des suites de ses blessures après une rixe dans la nuit de samedi à dimanche sur l’autoroute A13, dans les Yvelines, consécutive à un accident de la route, a-t-on appris de sources judiciaire et policière. Deux personnes devraient être mises en examen pour « meurtre et violences volontaires en réunion », selon la même source.

Dans la nuit de samedi à dimanche, deux véhicules sont entrés en collision sur l’A13 au niveau de la commune de Chapet, près des Mureaux, selon la préfecture des Yvelines. Une jeune femme à l’origine de l’accident a refusé de signer le constat amiable et appelé des amis. Une bagarre a alors éclaté sur l’autoroute au cours de laquelle un homme âgé de 30 ans a été roué de coups, notamment au visage. Quatre membres de la famille de la victime ont également été blessés, selon la source judiciaire.

Deux agresseurs interpellés

À l’arrivée de la police et des secours, la conductrice impliquée dans l’accrochage a pris la fuite et l’homme tabassé a été transporté à l’hôpital Georges Pompidou à Paris, selon la même source. Souffrant de graves lésions cérébrales, il a succombé à ses blessures, a précisé cette source. Selon une source policière, la victime, originaire de Torcy en Seine-et-Marne, est décédée dimanche à 23 h 40 à l’hôpital.

Deux des agresseurs présumés, âgés de 21 et 22 ans et qui avaient été interpellés sur l’A13, ont été présentés à un juge d’instruction pour être mis en examen, de source judiciaire. Les deux jeunes gens, originaires du quartier des Musiciens aux Mureaux, sont déjà connus de la police. L’enquête a été confiée à la Sûreté départementale des Yvelines.

Source: http://tinyurl.com/35d77lk

A ce sujet, lire: http://heresie.hautetfort.com/archive/2010/06/29/accrochage-de-l-a13.html

Musulmans = 1 / 4 de la population mondiale…

Toujours bon de se tenir informés, même si ces chiffres datent de l’an passé…
FDF

http://www.algerie-monde.com/forums/showthread.php?t=4301

L’Asie abrite près de 20 pour cent de la population musulmane mondiale.

Le Caire – Les musulmans représentent environ un quart de la population mondiale et sont surtout concentrées en Asie, selon une nouvelle étude réalisée par une équipe US.

«Il y a 1,57 milliards musulmans de tous âges vivant dans le monde aujourd’hui », le Pew Research Center a conclu dans son étude intitulée «Mapping the Global Population musulmane: Un rapport sur la taille et la répartition de la population musulmane du monde. »

Elle a constaté que les musulmans représentent 23 pour cent de la population mondiale (des 6,8 milliards de personnes), la majorité écrasante d’entre eux est sunnite.

10-13% sont des musulmans chiites et 87-90% sont des musulmans sunnites. »

Selon l’étude, basée sur les données de 232 pays et territoires, l’Asie abrite près de 20 pour cent de la population musulmane mondiale.

la répartition des musulmans du monde :
L’Indonésie est pays musulman le plus peuplé avec 203 millions de musulmans, soit environ 13 pour cent de la population musulmane du monde.

Le Pakistan compte 174 millions de musulmans, l’Inde 161 millions, le Bangladesh 145 millions, l’Iran 74 millions et la Turquie 74 millions, selon l’étude.
«Ensemble, ces six pays abritent environ 85% de la population musulmane de l’Asie et plus de la moitié (53%) de la population musulmane mondiale. »

Près de la moitié des musulmans de l’Asie sont concentrés en Asie du Sud.
« Les autres sont un peu plus également réparti entre l’Asie du Sud-Est (26%) et du Centre-Ouest de l’Asie (24%)», explique l’étude.

le Moyen-Orient et Afrique du Nord ont 315 millions musulmans, environ 20 pour cent des musulmans dans le monde.

« Le Moyen-Orient-Afrique du Nord a le pourcentage le plus élevé de pays à majorité musulmane. »

L’étude conclut également que, il existe 240 millions de musulmans en Afrique sub-saharienne, qui constituent environ 15 pour cent de la population musulmane mondiale.

Un tiers d’entre eux vivent au Nigeria, qui a environ 74 millions de musulmans, environ la moitié de sa population.
région et pays avec une très large majorité musulmane:
la Mauritanie (99%), Niger (99%), Somalie (99%), Mayotte (98%), Comores (98%), Djibouti (97%), Sénégal (96%), Gambie (95%), Mali (93%), Guinée (84%) et en Sierra Leone (71%).

les minorités musulmanes :

L’Europe compte 38 millions de musulmans, qui constituent cinq pour cent de la population du continent.
L’étude, décrite comme le tout premier de son genre, indique qu’un cinquième des musulmans (300 millions) vivent dans des pays non-musulmans.

L’Inde à majorité hindoue est la troisième plus importante population musulmane après l’Indonésie et le Pakistan.

« La Chine a plus de musulmans que la Syrie, tandis que la Russie abrite plus de musulmans que la Jordanie et la Libye réunies. »

L’étude note que la Chine de 22 millions de musulmans sont distribués dans toutes les provinces chinoises, avec la plus grande concentration dans les provinces de l’Ouest, principalement au Xinjiang, le Ningxia et Gansu.

« Le Xinjiang est la seule province à majorité musulmane de la Chine, avec les musulmans représentent environ 53% de la population totale. »

l’Europe compte 38 millions de musulmans, qui constituent cinq pour cent de la population du continent, principalement concentrés en Europe centrale et orientale.

La Russie a plus de 16 millions de musulmans, la plus grande population musulmane en Europe.

Selon l’étude, l’Allemagne a la plus grande minorité musulmane en Europe occidentale, avec plus de quatre millions d’habitants.

le nombre de musulmans en France, qui était auparavant connue pour avoir le plus grand continent minorité musulmane,compte selon cette étude 3,5 millions de musulmans’euros.

Grande-Bretagne a moins de deux millions de musulmans, soit près de 3 pour cent de la population totale, tandis que l’Italie dispose de 36.000 musulmans

L’étude indique qu’il ya près de 4,6 millions de musulmans dans les Amériques, avec près de 2,5 millions de musulmans aux États-Unis et 700.000 au Canada.

Elle note que les musulmans constituent 16 pour cent de la population du Suriname, la plus grande population musulmane dans les Amériques.

L’Argentine a une minorité musulmane de 800.000.

Les chiffres présentés par l’étude sur les populations musulmanes en Occident, en particulier en Europe et aux Etats-Unis, sont en contradiction avec les estimations habituellement signalés par les organisations musulmanes de ces régions.

source:
Muslims 1/4 of World Population: US Survey


[www.islamonline.net]

Sous-entendu de Fillon à la mosquée d’Argenteuil: « l’islam doit s’imposer en France ».

Le « geste fort » de François Fillon à la mosquée d’Argenteuil…

30 juin 2010

En inaugurant une mosquée, le chef du gouvernement a eu enfin la bonne idée de mette la laïcité de coté pour la première fois en France.

En effet pour la première fois depuis de la séparation de l’église et de l’état en 1905 un premier ministre a été en grandes pompes inaugurer un lieu de culte, dans le cas présent une mosquée.

Le message est simple : l’islam doit s’imposer en France, et c’est tant mieux.

Grâce à François Fillion les français peuvent constater que la nature ayant horreur du vide laissé par l’église catholique, ils peuvent désormais compter sur une nouvelle religion d’importation pour occuper la place vacante et leur montrer la voie.

Le gouvernement a décidé d’abandonner enfin la laïcité, mais surtout l’idée de la défendre.

Le geste fort du premier ministre est la pour le rappeler, le rôle d’un premier ministre cela n’aura échappé a personne n’avait jamais été d’aller inaugurer un lieu de culte en coupant fièrement un ruban bleu blanc rouge. Les observateurs avertis ont pu même apprécier la présence qu’une gamine voilée au coté du chef du gouvernement, malgré tout ce qui a pu être dit sur la question. Preuve que les discours officiels et féministes sur la soumission de la femme dans l’islam relèvent du pure fantasme et d’une propagande islamophobe et raciste.

L’état qui en principe ne devait reconnaitre, salarier et encore moins subventionner aucun culte, par ce geste grandiose montre qu’il a décidé de passer outre la loi de 1905 devenue bien ringarde en s’affichant ouvertement avec l’islam, en laissant faire des prières dans la rue pour le plus grand bien de tous.

Après, l’instauration de la finance islamique, le bannissement du porc dans les cantines scolaires laïques, les horaires de piscines réservées, il fait vraiment plaisir à voir que l’état à décidé de tout mettre en œuvre pour que le pays retrouve une certaine spiritualité, et c’est une bonne chose. Quand la France sera enfin sera devenue une république islamique, ce qui ne devrait plus tarder pour le plus grand bonheur de tous les élus de gauche comme de droite, la France retrouvera enfin ses fondamentaux, ces mêmes fondamentaux appelés par tous les loosers de la majorité battus aux dernières élections.

La république grâce à l’islam pourra enfin retrouver ses valeurs d’uniformité du droit applicable sur l’ensemble du territoire national, son unicité du peuple français, le monopole d’un Parlement islamique, représentant la souveraineté nationale, pour l’élaboration de la loi, mais surtout cette notion d’indivision qui lui fait cruellement défaut.

Et l’UMP n’est pas en reste dans cette évolution magnifique pour le plus grand bien de la nation. Après avoir agité l’interdiction de la burqua, les parlementaires UMP au conseil de l’Europe ont voté tous en cœur la résolution visant à interdire en Europe.. l’interdiction de la burqua.

Il est compréhensible que cette petite info n’ait pas été relayée comme il se devait, car on imagine les critiques auxquels auraient pu se livrer les ultra-laïcards et les fachos si cette agréable nouvelle devait être connue du grand public..

Il fait plaisir de constater que l’UMP prend enfin modèle sur l’islam et commence à maitriser parfaitement la takia (1), preuve de sa parfaite volonté d’intégration.

(1) Sous sa forme la plus connue, la takia est une pratique qui consiste à dissimuler son appartenance à un groupe religieux et à pratiquer en secret sa religion dans le but spécifique d’échapper à des persécutions.

Source: http://tinyurl.com/36lq7mn
Bonus:

Mardi 29 juin 2010

Il inaugure une mosquée et il accepte une fillette voilée à ses côtés

Honte sur François Fillon : il inaugure une mosquée et il accepte une fillette voilée à ses côtés

Qui arrêtera les compromissions du pouvoir avec les responsables religieux ? Ce matin François Fillon en personne a inauguré la gigantesque mosquée d’Argenteuil (2500 places et un vrai minaret…) toute honte bue, acceptant l’inacceptable, l’intolérable au pays des droits de l’homme (apparemment pas ceux de la femme et de la fillette) ; regardez la photo, scandaleuse. J’ai honte pour lui. J’ai honte pour la France. J’ai honte pour toutes les fillettes au monde, marquées du sceau de l’impureté par des frustrés primaires avec la complicité de notre premier ministre. J’ai honte pour toutes les femmes du monde.

Mais les voix des musulmans et les promesses fallacieuses de mettre l’ordre religieux dans les territoires perdus de la République  valent bien le voile porté par une gamine. Pauvre gosse. Pauvre France.

Tout est dit.

Non  seulement le (notre ?)  premier ministre reconnaît officiellement le culte musulman, en contravention avec la loi du 9 décembre 1905 qui dit explicitement que la République ne reconnaît aucun culte, continuant ainsi le scandale du discours du Latran et celui des obsèques nationales dans des églises (comme celles de Philippe Séguin) où participent les représentants de la nation alors qu’en tant que tels ils doivent la neutralité aux citoyens qu’ils représentent.

Mais, en plus, François Fillon  donne (…)

La suite sur http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/honte-sur-francois-fillon-il-77673

Inauguration de mosquée plus petite fille voilée, image insoutenable cautionnée par la proximité de l’élu de la République, deux bonnes raisons de rappeler à l’ordre le citoyen premier ministre.

C’est très simple avec la méthode Amnesty International SITA : une lettre dans une enveloppe timbrée, envoyée par la poste (voir tinyurl.com/6r4fsu et tinyurl.com/592ezu )

Et c’est très efficace (voir tinyurl.com/c44rvr)

Action SITA : imprimer, adresser, poster : la nouvelle façon de voter
Démocratie Directe

Quoi mettre dans l’enveloppe ?

Imprimer l’article agoravox.fr cité ci-dessus, directement depuis le navigateur :

Fichier [ > Mise en page | Aperçu avant impression ] > Imprimer…

Il rentre sur deux pages (= une feuille recto-verso).

Article Agoravox :  Honte sur François Fillon : il inaugure une mosquée et il accepte une fillette voilée à ses côtés

Un timbre de base tarif « 20 grammes » permet d’envoyer au moins deux feuilles, c’est à dire quatre pages en recto-verso.

Vous pouvez donc éventuellement compléter votre courrier avec un document d’information sur l’islam, http://sitamnesty.wordpress.com/argumentaires, en une feuille (= deux pages recto-verso ou une page).

Qui sont les destinataires ?

Ils sont indiqués dans le Post-Scriptum au bas de l’article lui même, qui contient en outre les liens ouvrant les pages internet donnant l’adresse postale où leur écrire à chacun :

Post-scriptum : n’hésitez pas à écrire à Fillon pour manifester votre réprobation avec double à l’Elysée.

Mettre les deux feuilles dans une enveloppe, écrire le nom et l’adresse du destinataire, timbrer (on rappelle que le courrier au président de la république est dispensé d’affranchissement) et poster.

Voilà, ce n’est pas plus compliqué que ça.

Vous avez une enveloppe ? Un timbre ?
Alors vous avez le……… P O U V O I R ……
… de dire son fait à toute personne publique.

Éventuellement, vous pouvez recenser vos actions au sitathon.blogspot.com afin d’inciter d’autres internautes à agir de même, et vous inscrire à la lettre d’information alertes-sita.blogspot.com pour être averti des prochaines actions.

Source: Sitamnesty

L’imam de Drancy protégé par le SPHP !

Et qui nous protège de l’islamisation, nous, les français de souche, bien soucieux de vivre en paix dans notre pays ? Avec cette nouvelle preuve de la préférence non-nationale exercée par nos dirigeants, comment voulez-vous que la révolte ne gronde pas… Car elle gronde, la révolte, le résistance s’active, aussi…

FDF

28/06/2010

INFO LE FIGARO:

L’imam Chalghoumi de la mosquée de Drancy, en Seine-saint-Denis, qui avait pris position en faveur de la loi anti-burqa, est désormais protégé par le SPHP, le service de protection des hautes personnalités. Ses prises de position lui avaient valu l’hostilité d’une partie de la communauté musulmane locale. Il doit publier un livre à la rentrée pour décrire sa vision d’un Islam français.