Francaisdefrance's Blog

05/06/2010

L’exemple: une extrême droite de nouvelle génération aux Pays-Bas.

Geert Wilders
En jouant des peurs liées à l’islam, le Parti de la liberté (PVV) s’est installé dans le paysage politique. Les élections législatives se tiennent mercredi et le PVV compte capitaliser sur ses bons résultats aux scrutins locaux et européens.

Les élections législatives se tiendront mercredi aux Pays-Bas, à la suite d’une crise gouvernementale due au refus du Parti travailliste (PvdA) de prolonger la mission de l’armée en Afghanistan. Parmi les formations qui concourront aux suffrages des électeurs, le Parti de la liberté (PVV), de Geert Wilders. Créditée d’un peu plus de 10 % des voix par les sondages, cette force pourrait doubler son score de 2006 (5,9 %). Si ce parti se situe à l’extrême droite de l’échiquier politique, il reste atypique au regard des autres mouvements de ce type sur le continent européen. Cette poussée n’est pas chose nouvelle au pays des polders. Déjà, en 2002, une poussée populiste s’était traduite par un score de 17 % de la liste de Pim Fortuyn, assassiné quelques jours avant le scrutin. Cette force s’était hissée à la deuxième place, devant les libéraux du VVD et le PvdA. Aux dernières élections européennes, en 2009, Geert Wilders et son PVV avaient réédité l’exploit, en faisant campagne sur le thème de « moins d’Europe, plus de Pays-Bas et jamais de Turquie ». Avec 17 % des voix, mais dans un contexte de très faible participation (à peine 36,9 %), le PVV s’était adjugé la deuxième place, à la barbe des travaillistes qui participaient au gouvernement de grande coalition.

Plus récemment, en mars, le mouvement de Geert Wilders est entré dans certains conseils municipaux. Faute de candidats et de structure militante, le PVV ne s’est pas présenté partout. Mais il se place deuxième à La Haye, capitale administrative du pays, avec 21,6 %, et à Almere-Stad, sixième ville du pays en banlieue d’Amsterdam, 187 000 habitants.

Malgré ces résultats, le PVV est resté hors de la gestion des municipalités. Une attitude qu’il pourrait conserver au lendemain des élections, dans le but de profiter du statut de premier parti d’opposition. Si sur les thèmes sociaux et économiques, il se place souvent sur un terrain de centre gauche, défendant certains pans de l’État social, le Parti de la liberté doit son succès au fait de se présenter comme champion de la lutte contre l’islam. Une thématique reprise un peu partout par les forces d’extrême droite en Europe occidentale, du Front national français à l’UDC suisse, en passant par la Ligue du Nord italienne.

Le leader du PVV s’est fait connaître en développant la thèse du caractère « fasciste » du Coran, le comparant à Mein Kampf, d’Adolf Hitler. Il a été poursuivi en justice pour cela. « C’est très habile de sa part », explique Jérôme Jamin, politologue à l’université de Liège (1). « D’un côté, il se montre contre l’islam. De l’autre côté, il prend ses distances avec le fascisme, en les mettant sur un pied d’égalité. » Ce qui lui permet de se prémunir des accusations d’extrémisme. C’est bien à un nouveau discours d’extrême droite que l’on a affaire. « L’évolution législative en France, aux Pays-Bas, en Belgique, rend plus difficile la tenue de discours racistes ou xénophobes, constate le chercheur. Les discours sont plus policés. » « Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’objectifs, de vision du monde, de pensée » commune avec l’extrême droite. Ici, Geert Wilders utilise une rhétorique plus populiste que d’extrême droite  : celle du peuple travailleur contre l’Europe, les « élites et les partis corrompus ».

La nouveauté du discours réside surtout dans la manipulation de thèmes progressistes. Geert Wilders « emprunte au discours féministe, laïc, égalitariste, qui n’est pas dans la tradition d’extrême droite » pour s’attaquer à l’islam. L’insertion dans le paysage politique doit beaucoup à la découverte de certains non-dits dans une société considérée comme un modèle de construction interculturelle. En septembre 2001, des petits groupes de jeunes d’Amsterdam avaient manifesté leur soutien à Ben Laden. Et Pim Fortuyn, ancien leader démagogique, de même que le cinéaste anti-islam Theo Van Gogh ont été assassinés, marquant durablement le paysage politique.

Par un discours qui prône la défense du modèle social et de l’identité dans la mondialisation, le PVV s’inscrit dans la lignée des partis du progrès scandinaves. En devenant incontournable pour la constitution d’une coalition de droite, son voisin, le Parti populaire danois, est parvenu à influencer les politiques migratoires.

Aux Pays-Bas, le venin xénophobe influence tout le spectre politique. Tous les partis parlementaires s’engagent dans la voie d’une politique d’immigration plus restrictive.

Gaël de Santis

Repères :
- Population : 16 650 000
- Capitale : Amsterdam (siège du gouvernement : La Haye)
- Taux de chômage : 4,1 %
- 9 députés du Parti de la liberté sur 120 parlementaires
- Examen : en 2006, les Pays- Bas ont été l’un des premiers pays à faire passer un test aux candidats à l’immigration…

Source: http://tinyurl.com/28s8bbw

2 commentaires »

  1. notre FN ferait bien de piquer quelques idées à Geert Wilders et de les mettre en pratique au plus tôt.
    c’est le seul parti identitaire qui permettrait aux Français de barrer la route aux muzzs et dhimmis qui les accompagne dans leur politique de soumission.
    Serait-ce l’alternative à nos problèmes?
    debout les FRANCAIS

    Commentaire par simba — 06/06/2010 @ 13:52 | Réponse

  2. le front national ne pourras rien faire si les français ne viennent pas en masse et arrêter de voter pour la politique de l’autruche qui déjà ruinée la masse ouvriére .
    le front national ne travaille pas pour engraissée les autres!!! mais pour la famille française et leurs enfants .
    ils y as des lois ,eh bien appliquons les avec le respect des droits de l’homme .

    Commentaire par pieds noirs 9A — 06/06/2010 @ 19:19 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :