Francaisdefrance's Blog

04/06/2010

Un conseiller municipal de Noisy-le-Sec refuse de rendre hommage à Aurélie Fouquet !

Tout simplement honteux!!! Cela dépasse l »entendement et pourquoi ce genre d’énergumène fait-il partie d’un conseil municipal? J’espère que le maire aura la « citoyenneté » de  le foutre dehors!  Diffusez largement ce billet, preuve de cette attitude (cliquez sur les images pour voir la vidéo…) absolument contraire aux lois de notre République et demandons l’éviction de cet élu communiste qui fait honte à la France! Vous voulez faire part de votre mécontentement à cette nouvelle espèce de connard ou à ses responsables? Rien de plus facile: http://tinyurl.com/2u5zv9p

Vous pouvez aussi joindre des autorités concernées grâce à ce lien: http://tinyurl.com/2vfoltu . Ou chercher « Aurélie Fouquet » sur un moteur de recherches. On y trouve plein d’adresses auxquelles diffuser cette innommable vidéo. Je pense qu’ils vont réagir… Il le faut, de toutes façons; ce personnage nauséabond doit comprendre la portée de ses propos infâmes…

FDF

Jean-Paul Burot ou le portrait type d’un nuisible

30 mai 2010


Jean-Paul Burot, conseiller municipal de Noisy-le-Sec (du groupe de Gilles Garnier -PCF- La gauche qui vous ressemble, s’assemble) a refusé de se lever lors d’une minute de silence en hommage à Aurélie Fouquet, la jeune policière assassinée.


Réunion publique du conseil municipal du jeudi 27 mai 2010

Source: sitavirus

La super-dhimmie du jour est…

…Chantal Brunel


Mépris total de la loi de 1905…

04.06.2010

Chantal Brunel finance sur fonds publics l’espace « culturel » de la mosquée de Roissy-en-Brie!

Chantal Brunel, porte parole de l’UMP jusqu’en 2009, ici dans les studios de RMC en décembre 2008.

En poursuivant notre enquête sur la mosquée de Roissy-en-Brie, parrainée par un des plus grands islamistes contemporains, nous sommes tombés sur une information de taille : non seulement la député UMP Chantal Brunel soutient le projet depuis le début…mais elle a puisé sur sa « réserve parlementaire » , autrement dit nos impôts, pour financer le « centre socio-culturel » des islamistes :

Extrait du Parisien, édition du 6 février 2002 :

« Cela m’a paru naturel de soutenir l’association, car j’estime que tout fidèle mérite d’avoir un lieu de culte digne, quelle que soit sa religion, glisse Chantal Brunel, députée (UMP) de la 8 e circonscription de Seine-et-Marne. J’ai déjà puisé dans ma réserve parlementaire, et je le referai certainement cette année. » Du côté du conseil général, on soutient aussi cette initiative. « Les musulmans sont suffisamment nombreux à Roissy pour qu’ils aient leur propre mosquée et leur centre culturel », défend François Perrussot, conseiller général (PS) du canton de Roissy-en-Brie , qui a obtenu une aide financière du département. »

Source: http://tinyurl.com/38ndcxt

Merci de l’info à DG…

Le Mrap veut la « démission » d’Hortefeux!

Et moi je veux la disparition du MRAP qui ne sert qu’à intenter des procès afin de pouvoir payer ses membres et le retour au bled de Mouloud Aounit ! On vous soutient, Monsieur Hortefeux! Ne vous laissez pas faire par Aounit (http://fr.wikipedia.org/wiki/Mouloud_Aounit), dont le passé n’est pas des plus élogieux d’après les constats qu’en ont fait les patriotes républicains que nous sommes…

FDF


04/06/2010

« Mouloud Aounit, le secrétaire général du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap) qui pousuivait Brice Hortefeux pour « injure raciale » s’est félicité de la condamnation du ministre de l’Intérieur vendredi et a demandé sa « démission ».

Le ministre de l’Intérieur et ancien ministre de l’Immigration, Brice Hortefeux, a été condamné vendredi à une amende de 750 euros pour avoir tenu en septembre 2009 des propos jugés « outrageants » envers les personnes d’origine arabe. Selon plusieurs avocats spécialisés interrogés par l’AFP, cette condamnation est la première d’un ministre de la Ve République pour « injure raciale ».

M. Hortefeux a décidé d’en faire immédiatement appel », selon l’un de ses conseils, Me Nicolas Bénoit. « Nous nous félicitons de ce que la justice française ait reconnu le caractère raciste des propos tenus par le ministre », a déclaré à l’AFP M. Aounit voit là une victoire de « l’Etat de droit ».

Il a cependant annoncé que le Mrap allait faire appel du jugement, à la fois pour obtenir que « la condamnation soit confirmée » et « la sanction rehaussée car le montant pécunaire n’est pas à la hauteur de la gravité des faits », selon lui. »

Source: http://tinyurl.com/2aul8xh

La Turquie place ses pions… Europe ou Moyen-Orient?

N’est il pas mignon, ce petit palestinien?

Erdogan (premier ministre turc) a déclaré en 1999 : « Les minarets sont nos baïonnettes, les coupoles nos casques, les mosquées nos casernes et les croyants nos soldats. ».

Ca se passera de commentaires… Si, un: Erdogan veut aussi que l’on intègre son pays dans l’UE… En fait, il joue sur plusieurs tableaux… En tout cas, celui qu’il nous montre actuellement n’est pas mirobolant… Aux Turcs qui ne se sentent pas très « à l’aise » chez eux: barrez-vous, et vite!

FDF
04/06/2010

lLe premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan.

Le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, dit « le sultan »..

Depuis l’arraisonnement sanglant du Mavi Marmara, la Turquie apparaît comme l’héroïne de la rue arabe.

La «flottille de la paix», soutenue par le Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir en Turquie, visait à accroître la pression internationale sur Israël, qui maintient le blocus de Gaza. L’objectif est rempli. L’arraisonnement sanglant du Mavi Marmara a produit un autre effet immédiat : il renforce les positions turques sur la scène moyen-orientale, déjà raffermies par la diplomatie active d’Ahmet Davutoglu, le ministre des Affaires étrangères, dans la région.

Des funérailles hors normes ont été réservées aux huit victimes turques. La cérémonie religieuse s’est déroulée à Istanbul, à la mosquée de Fatih, érigée en l’honneur du conquérant de Constantinople. Les cercueils des «martyrs», drapés dans des drapeaux turc et palestinien et couverts d’une sourate du Coran, ont été accueillis par une foule criant «Dieu est grand». Les condamnations des autorités turques ont continué sur un ton inflexible. «La Turquie ne pardonnera jamais», a déclaré Abdullah Gül, le président de la République. Mardi, dans un discours traduit simultanément en anglais et en arabe, le premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, était apparu en porte-drapeau de la cause palestinienne : «Le moment est venu pour la communauté internationale de dire “ça suffit”.»

Depuis lundi, la Turquie apparaît comme l’héroïne de la rue arabe. Ce sont des drapeaux rouge et blanc, les couleurs turques, qui étaient agités dans les manifestations qui se sont déroulées dans la région.

Décrit comme le «nouveau Nasser» ou le «Sultan» par la presse arabe, Erdogan a ravi le titre de défenseur des Palestiniens

Suite et source: http://tinyurl.com/364tfs3

Toulouse: un acte flagrant de discrimination raciale !!! Vite appelez SOS-Racisme!

4 juin 2010

Les pauvres petits d’jeunes qui n’ont fait que tirer au 357 magnum sur les sales (blancs) représentants de l’état ( beurk!)

Discriminations raciales  Tel:  114

SOS Racisme  Tel: 01.40.50.34.34

Mon Dieu, c’est quoi ce cliché 100% raciste sur lequel on voit un gendarme blanc martyriser une p’tit d’jeune noir (seulement âgé que de 33 ans) ?!  et imaginez un peu qu’il soit de confession musulmane ? quelle horreur, quel blasphème !
Suspects arrêtés : les braqueurs avaient tiré sur les gendarmes
Trois suspects ont été arrêtés à Toulouse, Colomiers et en banlieue parisienne. Pour couvrir leur fuite après un braquage à Pinsaguel, ils avaient ouvert le feu sur les gendarmes.
« C’était Chicago ! J’ai cru qu’on allait mourir… » La femme qui parle progressait dans la circulation le samedi 3 avril à Portet quand des malfaiteurs en fuite ont ouvert le feu sur des gendarmesqui tentaient de les i ntercepter. Dans sa voiture, elle se trouvait juste à côté des militaires. Au moins cinq coups de feu ont alors claqué dans une ambiance surréaliste, entre crissement de pneus et rugissement de moteur. « Telle que les témoins la racontent, cette scène tient du cinéma », glisse un gendarme. Cet après-midi-là, les gendarmes de Cugnaux sont passés près du drame mais leur mobilisation, celle des policiers, vite arrivés en renfort pour traquer les fuyards ont sans doute permis à l’enquête de progresser rapidement. « La pression mise sur ces braqueurs, entre les patrouilles, l’hélicoptère, la mobilisation de la police les a poussés à commettre plusieurs erreurs », admet un enquêteur de la section recherches (SR). Les braqueurs, qui venaient de rafler bijoux et argent liquide, présents dans un coffre, dans une bijouterie de Pinsaguel n’ont par exemple pas eu le temps de brûler leur voiture (volée) une fois arrivée à Bellefontaine, (ndlr – voir vidéo en bas d’article) cité « sensible » de Toulouse. Et lors de leur fuite dans les immeubles, sans cagoule, beaucoup de témoins les ont aperçus. « Rarement je n’ai entendu autant de témoignages, anonymes bien sûr », sourit un officier. Pour se débarrasser d’un gêneur ou tenter d’échapper à ses propres responsabilités, les langues se sont déliées… Les investigations, longues et précises menées par une cellule réunissant dix enquêteurs de la SR et du groupement départemental, ont fait le reste. Lors de l’arrestation de trois hommes âgés de 28, 27 et 19 ans mardi matin, les enquêteurs savaient où ils allaient. Deux des suspects ont déjà un passé de délinquant « connu ». Le troisième, plus jeune, est en revanche un « novice ».
Les deux suspects arrêtés à Toulouse seront présentés ce matin au juge d’instruction Didier Suc. Le magistrat devrait leur signifier leur mise en examen pour « vol avec arme » et « tentative de meurtre sur agents de la force publique dans l’exercice de ses fonctions ». Reste à déterminer le rôle de chacun dans cette course-poursuite. « Tout le monde conduisait la voiture volée », ironise un enquêteur. Bien sûr. Le conducteur est le seul suspect qui ne pouvait pas, en même temps, ouvrir le feu sur les gendarmes…
Les épisodes de la saga:
L’agression d’un bijoutier à Pinsaguel, hier vers 16 h 30, par plusieurs individus armés, a donné lieu à une longue course-poursuite. Vers 16 h 30, trois individus armés et encagoulés ont fait irruption dans le magasin, route d’Andorre. Ils ont menacé le commerçant et dérobé de nombreux bijoux avant de prendre la fuite à bord d’une Peugeot 307. Le bijoutier a très vite donné l’alerte, ce qui a déclenché un dispositif d’interception très vite déployé.
L’hélicoptère de la gendarmerie a décollé et a pu repérer le véhicule qui remontait vers Toulouse.
Dans la zone commerciale de Portet-sur-Garonne, une patrouille de la brigade de Cugnaux a pris en chasse les fuyards. Et à deux reprises, l’un d’eux n’a pas hésité à ouvrir le feu sur les gendarmes. Aucun militaire n’a été blessé même si quatre impacts ont été identifiés sur l’avant de la voiture de gendarmerie avec des ricochets sur le pare-brise. Ces coups de feu, dont un aurait touché un pneu, ont bloqué les militaires.
La Peugeot et ses occupants ont réussi à prendre un peu de distance pour rejoindre le quartier de Bellefontaine, à Toulouse. Au-dessus d’eux, l’hélicoptère le suivait toujours de très près. Pendant que les trois suspects s’enfuyaient dans le dédale d’immeubles et de coursives, les gendarmes, renforcés par des policiers de la compagnie de sécurisation, ont investi le quartier pour essayer de retrouver les trois braqueurs.
« J’étais en train de faire la sieste. L’hélicoptère m’a réveillé. Il rasait les immeubles. C’était impressionnant », raconte un habitant, inquiet du comportement de « certains jeunes ». « Tirer sur les gendarmes, ce n’est pas possible, ils deviennent fous. Ça va mal finir », dit encore cet homme.
À partir du cheminement le Tintoret, des chiens ont remonté les traces mais la piste se serait perdue du côté de l’ancienne dalle Maurois. « Nous avons récupéré le véhicule volé. Les techniciens vont réaliser une analyse poussée », prévient le commandant Pech, qui dirigeait le dispositif, au Mirail, de la police technique qui pourrait permettre de découvrir des indices. L’enquête a été confiée à la brigade des recherches de la compagnie de Muret en collaboration avec la section recherches. Comme la veille lors de l’attaque d’une société à Portet-sur-Garonne. La même équipe ? Rien ne l’indique. Hier soir, les recherches se poursuivaient dans les immeubles de Bellefontaine.
——————————————————————————-
un suspect arrête en flag jeudi

La course-poursuite, menée hier après-midi, montre pour la deuxième fois en trois jours que la gendarmerie a su faire évoluer ses méthodes opérationnelles et marque des points dans la lutte contre la délinquance. Jeudi déjà, après un vol à main armée à Revel, l’auteur présumé a été intercepté. Placé en détention hier après-midi, après sa présentation au parquet, cet homme âgé de 33 ans (ndlr- jeunesse éternelle) est accusé de trois braquages. Il sera jugé en comparution immédiate.

——————————————————————————–
« des jeunes prêts à tout »

Le lieutenant-colonel Laurent Schmidtke est le commandant adjoint du groupement de gendarmerie de la Haute-Garonne.

Comment vont les militaires qui ont été pris pour cible ?
Bien. J’ai eu l’adjudant et les deux gendarmes qui se trouvaient à bord du véhicule. Ils sont indemnes. Maintenant, ils vont prendre peu à peu conscience de ce qui leur est arrivé. Nous serons là pour les accompagner si nécessaire et les aider.
Ces coups de feu sont inquiétants…
Cela montre que ces jeunes délinquants sont prêts à tout. Jusqu’à présent, ils essayaient de nous envoyer dans le fossé. Là, ils tirent. Ce n’est pas une habitude et, forcément, cette évolution nous interpelle.
Cette poursuite montre également l’efficacité de vos dispositifs…
La réactivité de toutes nos unités est importante. Le décollage immédiat des moyens de la section aérienne nous apporte une visibilité intéressante. Et après, la coopération fonctionne parfaitement. C’est aussi le fruit de la réorganisation des différentes compagnies qui a été menée depuis quelques mois par le colonel Segura. Cela montre sa cohérence même si tout reste perfectible. Et nos gendarmes font preuve d’une vraie motivation pour traquer ces déliquants.

Source: http://www.ladepeche.fr/article/2010/04/04/810434-Pinsaguel-Les-braqueurs-en-fuite-tirent-sur-les-gendarmes.html

Et il n’y a pas que la banlieue; le centre de Toulouse aussi, est gangrené par des souchiens racistes:
D’après un témoignage (quelle honte !) publié dans La Dépêche du Midi du 17 avril 2010
“ « Hélas, toutes ces “ « informations”  » sont connues des habitants de la ville et en particulier de ceux qui fréquentent ou vivent dans le centre.
Y habitant depuis ma naissance, 30 ans, je ne passe mes soirées que chez mes amis, mais plus dans les restau. ou bars du centre, ayant pourtant été un abonné à la place st-pierre et de façon générale à la vie nocturne toulousaine durant au moins 15 ans.
Mais tout ceci est une époque révolue. A compter de 2005, sans pouvoir donner une explication logique au pourquoi de cette année, le centre a totalement changé, pour être depuis le lieu d’incidents toujours renouvelés et plus graves chaque année. Il suffit d’assister à une audience correctionnelle ou de comparution immédiate pour constater la proportion des affaires qui ont lieu dans le centre ville la nuit au niveau du capitole, wilson et de la place st-pierre.

A l’occasion de la dernière que j’ai suivi, le parquet indiquait que cela faisait de nombreux mois qu’il réclamait plus de force de l’ordre dans ces secteurs, sans succès.

Au passage, les municipaux n’ont rien à faire là, il est nécessaire d’avoir la police nationale, des OPJ: le soir, on n’est pas sur des questions de troubles du voisinage ou des problèmes de stationnement, mais des faits extrêmement violents.
Au final et avec le sentiment d’être dépossédé de “ « mes”  » “ « quartiers” « , j’ai décidé d’aller habiter après les boulevards: c’est calme, normalement éclairé la nuit et on peut sortir sans tomber systématiquement sur de la viande soule agressive ou des zonards jouant les tony montana du pauvre. Le centre ne sera plus qu’un lieu de travail pour moi.” « 

La mosquée de Lyon cherche des sous, plein; pour des arbres, parait’il…

Ce ne serait pas plutôt pour acheter de l’armement? Je dis ça comme ça, en passant… Ca s’est déjà vu; si si… C’est con, je suis à sec. Je viens de payer mes impôts. Ben oui, j’habite en France et les caisses d’allocs et d’aides diverses ne me donnent rien; je suis français (de souche), souchien, quoi… Lisez ce qui suit (source: http://tinyurl.com/23roq24); c’est tellement bien « amené » que l’on aurait presque envie de donner. Mais leur payer des armes qui serviront à nous détruire, pas d’accord; et vous?


FDF

Plantation d'arbres Palestine, Bangladesh, Indonésie

En partenariat avec l’ONG Muslim Hands France

Par la passé, la Grande Mosquée de Lyon a déjà mené de nombreuses opérations de solidarité en faveur des pays touchés par les catastrophes ou les guerres. Notre dernière grande opération humanitaire fut le financememant de 20 ludhothèques pour les maternelles de Gaza détruites suite aux bombardements. Cliquez-ici pour voir le bilan.

Nous avons à coeur de mener dès à présent, un nouvelle grande Opération de Solidarité et nous vous invitons donc chers frères et soeurs, à effectuer de généreux dons afin de nous soutenir dans cette nouvelle noble cause. Cela consistera à financer la plantation de 10 000 arbres dans plusieurs pays dans le besoin: la Palestine, le Bangladesh, l’Indonésie, Haïti et à titre symbolique, également pour la ville de Lyon.


Pour ceux qui sont intéressés pour faire des dons à l’opération « 10 000 arbres », il existe plusieurs façons d’effectuer votre sadaka:


1) Par paypal (facile et totalement sécurisé): Faites votre don (1 oliver pour la Palestine: 15€. Un pack de 10 arbres fruitiers pour le Bangladesh/Indonésie: 25€. 5 arbres pour Haïti: 15€ )

Ce système Paypal vous permet d’effectuer votre virement en utilisant votre carte bancaire, carte bleue, carte VISA, ou votre Master Card. Après avoir cliqué sur le lien ci-dessus, saisissez le montant de votre don, puis cliquer sur recalculer.
Vous pourrez par la suite cliquer sur le bouton « Continuer » en bas à gauche de la page, pour entrer vos coordonnées bancaires ou coordonnées PAYPAL.

2) Par chèque:
Déposez votre chèque (à l’ordre de « Grande Mosquée de Lyon ») dans une enveloppe timbrée et envoyez-là à l’adresse suivante :
« Opération 10 000 arbres »
Grande Mosquée de Lyon
146 Bd Pinel , 69008, Lyon

Dans tous les cas, un reçu administratif vous sera adressé au nom de la Grande Mosquée de Lyon afin de bénéficier d’une réduction d’impôts.



Pourquoi la Palestine ?

plantation arbres palestine 10 000 arbres muslim hands mosquee lyon Dans ces pays, il s’agira de planter des oliviers incha’Allah et nous allons tout de suite étudier les raisons qui expliquent notre choix.
Les oliviers s’étendent en grand nombre sur les collines de Cisjordanie, principalement dans les régions de Tulkarem, Naplouse et Jénine. La variété dominante porte le nom de « Nabali » que de nombreuses personnes localement appellent « Romani » lorsqu’elles font référence aux arbres de grande taille qui sont aussi les plus anciens. De nombreux archéologues ou historiens attestent de leur côté que la présence de l’olivier dans cette région, mais aussi en Galilée et sur la rive gauche du Jourdain pourrait avoir plus de 6 000 ans.
42 %du peuple palestinien vit dans le monde rural, d’où l’importance de créer des sources d’emploi. L’huile d’olive est un des principaux produits agricoles d’exportation. Elle constitue à elle seule, 17 % du PIB agricole et représente une très importante source de revenus pour 70 560 familles (25 % de la population). En 2002, l’aire totale de la production représentait plus de 88 200 hectares d’oliveraies, soit 46 % de la surface agricole et 80 % de la surface totale des plantations d’arbres fruitiers. La production d’huile d’olive les meilleures années atteint 20 000 tonnes, soit 4 fois la production française, mais à peine 0,8 % de la production mondiale et bien souvent moins. La moyenne annuelle de consommation d’huile d’olive, en Cisjordanie et à Gaza, est d’environ 8 à 9 000 tonnes. L’olivier reste un atout incontournable pour une stratégie de développement et de souveraineté alimentaire. Autonomie plantation arbres palestine agriculteurs Muslim Hands Mosquée Lyon


Pourquoi le Bangladesh ?

plantation arbres bangladesh 10 000 arbres muslim hands mosquee lyon En ce qui concerne cette région du monde, nous souhaitons incha’Allah y planter des arbres fruitiers.
Ce pays connaît actuellement de plus en plus de problèmes environnementaux puisque plus les années passent, plus le Bangladesh disparaît sous les eaux, certains scientifiques disent qu’un jour cette région n’existera plus, elle sera entièrement sous les eaux. Les digues qui y sont présentes sont insuffisantes et cèdent pour laisser place aux inondations.
C’est ainsi que nous avons pour idée d’y planter 3000 arbres fruitiers qui peut-être, incha’Allah, retiendraient les digues et empêcheraient leur effondrement.
De plus, la population y est extrêmement pauvre et nous pensons que ces arbres leurs apporteraient des fruits qu’ils pourraient soit manger soit vendre et exporter afin d’avoir des sources de revenus.

Pourquoi l’Indonésie ?

plantation arbres indonésie 10 000 arbres muslim hands mosquee lyonDe la même façon qu’au Bangladesh, nous allons incha’Allah planter des arbres fruitiers en Indonésie.
Il faut savoir que dans ce pays, les forêts recouvrent 60% du territoire et qu’il possède la deuxième plus grande source de biodiversité au monde après le Brésil. La forte population et l’industrialisation rapide de l’Indonésie créent de nombreux problèmes environnementaux auxquels la priorité n’est pas donnée en raison de l’instabilité politique et du niveau de pauvreté du pays. Les problèmes concernent entre autres la déforestation massive (souvent illégale) et les feux de forêt causant l’apparition de brume sèche au-dessus de l’ouest de l’Indonésie, de la Malaisie et de Singapour. Ils concernent également la surexploitation des ressources marines et les problèmes ayant trait à l’urbanisation et le développement économique rapides causant des problèmes de pollution de l’air, d’embouteillages, de gestion des déchets et de retraitement des eaux usées. La perturbation écologique menace de nombreuses espèces indigènes dont 140 espèces de mammifères répertoriées par l’UICN parmi lesquelles 15 sont en danger critique.
C’est à cause de ces problèmes dont la déforestation que nous avons décidé d’y planter des arbres fruitiers qui seront aussi bien bénéfiques pour la planète que pour la population.

Pourquoi Haïti ?

plantation arbres Haïti 10 000 arbres muslim hands mosquee lyon
Depuis les terribles évènements de janvier dernier, la planète entière a les yeux rivés vers Haïti. D’importantes secousses sismiques ayant fortement touché la capitale du pays, Port-au-Prince, et ayant fait plus de 200 000 morts.
La reconstruction et le futur développement d’Haïti passe par le reboisement de son territoire. Puisque 98 % de son territoire est déboisé, l’érosion des sols s’accélère, les sols y sont moins fertiles et propices à l’agriculture, les glissements de terrains meurtriers sont plus fréquents, ce qui rend les conditions de vie de millions d’Haïtiens et d’Haïtiennes plus difficiles années après années.
Il y a présentement urgence d’agir pour aider le peuple haïtien dans la nouvelle épreuve qu’il doit traverser.

Pourquoi la ville de Lyon ?

plantation arbres Lyon 10 000 arbres muslim hands mosquee lyonA titre symbolique, une partie des arbres sera offerte à la ville de Lyon qui est notre premier partenaire dans l’organisation de la journée culturelle. En effet, elle nous met à disposition le parc public Antonin Perrin à Lyon 8ème, afin que nous puissions organiser notre journée de fête et de partage. L’un des objectifs majeurs de cette journée, c’est justement de récolter les dons des visiteurs pour financer la plantation d’arbres dans les différents pays. De plus, cela constituera un acte citoyen prouvant que la communauté musulmane est également concernée par le développement de sa ville, et plus particulièrement celui des arbres et jardins publics.

Pour ceux qui sont intéressés pour faire des dons à l’opération « 10 000 arbres », il existe plusieurs façons d’effectuer votre sadaka:


1) Par paypal (facile et totalement sécurisé): Faites votre don (1 oliver pour la Palestine: 15€. Un pack de 10 arbres fruitiers pour le Bangladesh/Indonésie: 25€. 5 arbres pour Haïti: 15€ )

Ce système Paypal vous permet d’effectuer votre virement en utilisant votre carte bancaire, carte bleue, carte VISA, ou votre Master Card. Après avoir cliqué sur le lien ci-dessus, saisissez le montant de votre don, puis cliquer sur recalculer.
Vous pourrez par la suite cliquer sur le bouton « Continuer » en bas à gauche de la page, pour entrer vos coordonnées bancaires ou coordonnées PAYPAL.

2) Par chèque:
Déposez votre chèque (à l’ordre de « Grande Mosquée de Lyon ») dans une enveloppe timbrée et envoyez-là à l’adresse suivante :
« Opération 10 000 arbres »
Grande Mosquée de Lyon
146 Bd Pinel , 69008, Lyon

Dans tous les cas, un reçu administratif vous sera adressé au nom de la Grande Mosquée de Lyon afin de bénéficier d’une réduction d’impôts.

C’est bien beau, les « premières pierres ». Mais faut pouvoir suivre…

Un proverbe dit: « l’argent est le nerf de la guerre ». C’est valable aussi pour l’envahisseur islamique. Pas d’argent, pas de mosquées, pas de lieux d’apprentissage au Jihad, donc la guerre, même si elle a commencé avec d’autres moyens sournois comme seuls les muzz savent les trouver, elle n’est pas encore vraiment déclarée. Cela nous laisse largement le temps de préparer la riposte. Elle est déjà en place, d’ailleurs…

FDF

Mosquée de Marseille: première pierre posée, place à la recherche de fonds

La première pierre de la Grande mosquée de Marseille a été posée jeudi dans le nord de la ville, mais l’association en charge de la construction doit désormais résoudre la difficile équation du financement des travaux.

« Ce projet a été long à se mettre en route mais son aboutissement ne fait plus aucun doute », s’est félicité Nourredine Cheikh, président de l’association « La Mosquée de Marseille », lors d’une cérémonie à laquelle participaient notamment le maire de la ville, Jean-Claude Gaudin (UMP), et le recteur de la mosquée de Paris, Dalil Boubakeur.

« Je suis confiant dans l’avenir, je demande à tous les musulmans, particulièrement ceux de Marseille, de bien mesurer l’enjeu fondamental que constitue notre mosquée pour se rassembler, accompagner jusqu’au bout sa construction et la défendre », a poursuivi M. Cheikh, donnant à l’assistance « rendez-vous le jour de l’inauguration, in cha’ Allah ! »

La pose de cette première ne constitue qu’une nouvelle étape avant le début effectif des travaux « en février 2011 » pour une « livraison du bâtiment prévue en janvier 2012 et l’ouverture au public en octobre 2012 », selon Maxime Repaux, l’un des architectes du projet…

Suite et source: http://tinyurl.com/39qjrem

La police ne pénètre plus dans certaines zones, devenues de non-droit. Les Israéliens, eux, y sont allés.

Reçu par mail… Triste vérités.

FDF

A part les palestinolâtres inconditionnels, l’opinion n’est aujourd’hui plus aussi naïve.
Elle réalise qu’Israël est aux avant-postes de ce que risquent de devenir les villes européennes à proximité des banlieues chaudes si les gouvernements laissent perdurer une politique encourageant la violence par incapacité à appeler les choses par leur nom. Combattre l’islamisation radicale et ceux qui instrumentalisent l’Islam n’est pas une guerre de religion : c’est une guerre contre tous ceux qui s’abritent derrière la bannière verte de l’Islam pour racketter, voler, violer, dealer et exploiter toutes les faiblesses de notre système démocratique pour leur seul profit personnel, en usant d’intimidation et de violences !

« On n’y va pas : la dernière fois, ils nous attendaient à dix contre un avec des barres de fer »


Ainsi parlait un officier de la BRB (Brigade de Répression du Banditisme) chargé d’un secteur chaud dans le 93 (Seine St Denis).

« Ils ne respectent plus rien », renchérissait un policier, « ni l’uniforme, ni les sommations. On craint la bavure, un collègue a même failli se faire prendre son arme de service ».


Cela se passait à Saint Denis, il y a une dizaine d’années.
Depuis, des territoires entiers sont perdus pour la République.

Les trafics en tout genre sont en augmentation : drogue, armes… Ces dernières sont devenues plus dangereuses, leurs utilisateurs ayant délaissé les barres de fer pour l’arme de guerre automatique.

De fait, la police ne pénètre plus dans certaines zones, devenues de non-droit.

Les Israéliens, eux, y sont allés.

Après avoir prévenu qu’ils ne laisseraient pas passer des navires vers une destination en état de guerre ouverte contre l’Etat hébreu. Après avoir fait les sommations d’usage et qu’il leur ait été répondu « Négatif, nous poursuivons vers notre destination qui est Gaza ».

Bien qu’il leur ait été proposé une alternative leur permettant de faire parvenir de l’aide humanitaire supplémentaire après l’avoir déchargée à Ashdod pour contrôle, les organisateurs de la vaste opération de propagande visant à faire gagner Gaza à des militants ont rejeté toute alternative au passage en force.

Pour autant, fallait-il envoyer les commandos ?

Les lâcher un à un en rappel depuis un hélicoptère, équipés de flashballs (sorte de gros pistolet à bouchon envoyant une balle en mousse sous haute pression pour disperser les émeutes) ?

Pour répondre à cette question, il faut analyser quelles étaient les alternatives à ce triple lynchage :

1. lynchage sur place, où les « militants pacifistes » cueillaient les membres du commando d’intervention dès qu’ils posaient le pied sur le pont, pour les rouer de coups à l’aide de barres de fer, les délester de leur gilet de protection et tenter de s’emparer de leur arme de poing
2. lynchage médiatique dans lequel – mais c’est devenu une habitude – Israël est qualifié d’agresseur
3. lynchage diplomatique où l’on s’apprête à demander des mesures punitives pour « crimes de guerre ».


Les organisateurs ont tendu un piège au gouvernement israélien.

Dans tous les cas de figure, l’objectif était de forcer le barrage établi par la marine.

En cas de succès, l’opération était sûre de bénéficier de commentaires élogieux dans les médias prévenus de longue date ; en cas d’échec, le blâme retomberait sur les Israéliens.

Les organisateurs Turcs – proches des mouvements radicaux islamistes – en étaient parfaitement conscients et ont pris ce risque en toute connaissance de cause.

Tous les ingrédients étaient prêts à cet effet : flottille qualifiée de « pacifique » à bord de laquelle se côtoyaient civils, ONG, et militants, tous réputés « désarmés ».

Or, lors de l’interception par la marine israélienne, bien décidée à protéger la souveraineté du territoire, à ne pas laisser s’installer de précédent et de zone de non-droit, les « paisibles passagers » se retranchent derrière des « militants » qui sortent des couteaux, haches, chaînes et barres de fer. Les soldats sont immédiatement pris à partie et la foule tente de se saisir de leur arme individuelle.

S’en suit une confusion tragique, à l’issue de laquelle on déplore des morts, des blessés, dont des membres du commando d’interception réchappés de justesse à un véritable lynchage, qui n’est pas sans rappeler celui de Ramallah il y a dix ans, lors duquel deux Israéliens avaient été littéralement déchiquetés par la foule.

Fallait-il laisser passer les navires en provenance de Turquie ? Ne pas vérifier leur chargement ? Prendre le risque de voir de nouvelles armes alimenter les stocks du Hamas ?

Il est indubitable que si on laissait se créer un précédent, les prochains navires à destination de Gaza seraient iraniens et bourrés d’armes lourdes et de missiles pour le Hamas.

Il est clair que les médias, qui ont fait monter la sauce, tout comme les politiques qui exigent « la levée totale du blocus » ont relégué ces risques au second plan, tentant de manipuler l’opinion sous l’effet d’une intense émotion.

Mais à part les palestinolâtres inconditionnels, l’opinion n’est aujourd’hui plus aussi naïve.

Elle réalise qu’Israël est aux avant-postes de ce que risquent de devenir les villes européennes à proximité des banlieues chaudes si les gouvernements laissent perdurer une politique encourageant la violence par incapacité à appeler les choses par leur nom.

Hier, les organisations radicales islamistes, suppôts de l’Iran, ont voulu tester la réactivité d’Israël à leur provocation.

Peu importait le résultat car ils engrangent déjà de multiples bénéfices :

1. la martyrisation des victimes, à l’image de ce que fait le Hamas lors des funérailles de ceux qu’il envoie à la mort
2. la mise en difficulté d’Israël, empêtré dans ses efforts pour la défense de son bon droit
3. la préparation du terrain pour une offensive via le Hezbollah depuis le Sud-Liban en « réponse » à ces « agressions »


La doctrine militaire et policière, partout dans le monde, veut qu’un personnel d’intervention ne doit faire usage de son arme que s’il considère que sa vie est menacée.

À voir la manière dont les premiers commandos qui ont foulé le pont étaient immédiatement saisis par la foule et battus comme chair à pâtée, cela ne fait aucun doute.

On peut même s’étonner qu’ayant sorti leur pistolet pour se dégager, il n’y ait pas eu plus de victimes.

En France, il y a seulement quelques jours, on pleurait une policière municipale qui a perdu la vie au cours d’un barrage. Les larmes se seraient-elles muées en colère si elle avait fait usage d’une arme individuelle pour se sauver ? Mais il est vrai qu’elle n’en avait pas…

L’inadéquation des moyens est l’erreur la plus grave des Etats-majors. Récemment, une conférence sur les armes non-létales organisée au Royaume-Uni abordait ce thème.

On ne peut mettre en péril la vie des personnels d’intervention sans moyens de sauvegarde, face à des éléments armés ou à des foules incontrôlables.

Ce qui m’irrite le plus – au delà de la perte inutile de tant de vies – est la stupidité des décisions de ceux qui, à l’échelon politique et militaire en Israël, ont entraîne cette situation.

La flottille se préparait depuis plusieurs jours, on savait qu’elle tenterait de forcer le passage.

Dans ce cas,

pourquoi envoyer au casse pipe des soldats non entraînés à maîtriser une foule déchaînée, isolément et équipés de flashballs ?
comment le commandement comptait-il résoudre l’équation « user de la force s’il le faut, sans utiliser la force » ?
l’utilisation avant l’abordage de canons à eau, de gaz lacrymogènes, de filets lancés au préalable auraient sans doute aidé à maîtriser la foule et évité bien des débordements
après le refus d’obtempérer, des filins d’acier projetés contre les hélices des embarcations auraient rendu leur avance impraticable, les obligeant à se faire remorquer jusqu’à Ashdod.


Personne ne peut rester indifférent à la perte de vies humaines et il faudra bien réfléchir, dans les jours et les semaines à venir, à la manière insensée dont les organisateurs Palestiniens et Turcs ont entraîné des centaines de boucliers humains au milieu de militants violents dans cette opération de propagande destinée à délégitimer les efforts de paix – timides et fragiles – entamés par ceux qui cherchent réellement à sortir de l’impasse.

Le Premier ministre français demande aujourd’hui « la libération immédiate des Français détenus en Israël ». Il ne semble pas avoir conscience que ce sont des incarcérations volontaires, le premier choix proposé aux « pacifistes » étant l’expulsion.

Plutôt qu’à Israël, c’est à la Turquie qu’il devrait demander des comptes.

On aurait souhaité le voir mettre autant d’empressement pour exiger la libération d’un autre Français, aux mains du Hamas depuis quatre ans : Guilad Shalit !

Par ailleurs, sa demande de laisser l’aide humanitaire parvenir « sans contrainte » à Gaza est une incohérence.

Ou alors, il lui faut dissoudre dans le même temps le Corps des Douanes françaises et laisser entrer « sans contrainte » tous les containers à destination de la France, quelle que soit leur provenance ou leur chargement.

Il n’y a pas de blocus terrestre de Gaza mais seulement maritime, pour les raisons évoquées plus haut. L’aide humanitaire n’a JAMAIS été stoppée à destination de Gaza. Elle parvient quotidiennement : des camions entiers de nourriture, de médicaments et de carburant traversent la frontière après contrôle, chargés de l’aide fournie aux populations par l’ONU, l’UE et Israël !

Les seuls moments où un blocus a été instauré étaient ceux qui suivaient des tirs de roquettes en provenance de Gaza, parfois même contre les convois de ravitaillement !

Aux dernières nouvelles, d’autres embarcations s’apprêtent à réitérer une tentative pour forcer le blocus maritime.

Reste à espérer que les moyens appropriés seront, cette fois, mis en place.

A.C.

Marine Le Pen critique le patriotisme de l’équipe de France…

Et quand on y réfléchit bien…

FDF

03.06.10

Jean-Marie Le Pen et sa fille Marine lors du défilé du 1er mai du Front national, le samedi 1er mai 2010, à Paris.

FOOTBALL – La vice-présidente du Front national marche dans les pas de son père…

Le Mondial arrive et tout le monde a forcément une opinion sur l’équipe de France. Surtout Marine Le Pen. La vice-présidente du Front national jeudi matin sur BFM TV/RMC Info qu’elle ne se reconnaissait pas dans l’équipe de France de football.

«La plupart de ces gens considèrent un coup qu’ils sont représentants de la France quand ils sont à la Coupe du monde, un autre coup ils se considèrent comme appartenant à une autre nation ou ayant une autre nationalité de cœur, a déclaré Marine Le Pen. S’ils se comportaient correctement (…) si on entendait parfois parler de patriotisme dans la bouche de ces joueurs, si un certain nombre ne refusait pas de chanter la Marseillaise, si on ne les voyait pas enroulés dans le drapeau d’autres nations que la nôtre, peut-être les choses changeraient, mais en l’état j’avoue que je ne me reconnais pas particulièrement dans cette équipe.»

Comme on l’interrogeait pour savoir si l’équipe représentait la France, Marine Le Pen a déclaré que «le pognon dégouline de ces gens», un «argent facilement gagné». Pour mémoire, en 1996, lors de l’Euro, le chef du FN Jean-Marie Le Pen avait créé une polémique en jugeant «artificiel que l’on fasse venir des joueurs de l’étranger en les baptisant équipe de France».

Source: http://tinyurl.com/37jurv3

Et veuillez lire ceci, également: http://tinyurl.com/32af5mv

La mosquée de Roissy-en-Brie sera lancée samedi par un djihadiste syrien…et l’UMP !

Je le dis et je le redis: il n’y a pas DEUX sortes d’islam; encore une preuve…

FDF

03.06.2010

Addendum 2 juin :

« Le discours bienveillant qu’avait déclamé  Chantal Brunel, député UMP de Seine-et-Marne lors d’une rencontre avec l’association pilotant le projet en compagnie du cheikh Al-Bouti, datant du 10 janvier, est reproduit en fin d’article. Ou quand l’islam prétendument « modéré »  (Boubakeur-CFCM avec Moussaoui) et l’islam radical (Al-Bouti) s’amalgame naturellement. Communiqué de l’Association Culturelle Musulmane de Roissy en Brie :

« La Direction et les membres de l’Association Culturelle Musulmane de Roissy en Brie
Vous Prient de leur faire l’honneur d’assister à la pose de la première pierre du projet de construction de la mosquée et du Centre Socio Culturel de Roissy en Brie.

Par le « Grand » Savant Cheikh Saïd Ramadan AL BOUTI:

La cérémonie qui sera suivie d’une réception aura lieu sur les terrains de l’association
En face du Bureau de Poste et des cours de tennis de la Ville
Avenue Jean Monet – 77680 Roissy en Brie

En date du samedi 5 juin 2010 à 10h30

Venez nombreux,

Fraternellement  »
http://www.acmrb.com »

Qui est-il  ?

Muhammad Said Ramadan al-Bûti, né en Turquie en 1929, diplômé de l’université islamique de Al-Azhar, fut doyen de la faculté de loi islamique de Damas. A l’heure actuelle, il est le directeur du département des Croyances et Religions (Al-`Aqâ’id wal-Adyân) à l’Université de Damas. Autant dire que ses prises de positions font autorité dans le monde sunnite. Ses avis juridiques (Fatawas), consultables en arabe ou en anglais sur son site Internet, sont lus avec une grande attention chez les musulmans ayant fait souche en Europe.

Dans son livre Islamistes, apologistes et libres penseurs ( Presses universitaire de Bordeaux, 2006) Ghassan Finianos -lui aussi syrien- professeur de pensée arabe à l’université de Bordeaux, présente de manière synthétique les principaux positionnements de Muhammad Said Ramadan al-Bûti à la page 71 :

« Comme chez les islamistes, l’islam, selon al-Bûti, est valable en tout temps et en tout lieu [1] ; il est facteur de force, car il est dogme (‘aqîda), éthique et code ( nizâm)[2] et non un phénomène social. Il est l’avenir de l’humanité[3], ce qui signifie qu’il n’est pas un legs (turât) [4] La sûrâ se substitue, chez lui, à la démocratie. Malgré son importance, il n’est pas, pour le gouvernant, une obligation stricte[5]. De plus, il ne concerne pas les masses populaires qui doivent obéir, sans jouir pourtant d’aucun rôle dans la vie politique[6]. Cela est contradictoire avec le libéralisme et le pluralisme politique[7]. Donc la souveraineté n’appartient qu’à Dieu, ou peut être à son représentant terrestre[8]. Al-Bûti justifie la violence en vue de la conquête du pouvoir et, par conséquent, de la propagation des valeurs de l’islam[9]

Certains livres de Al-Bûti ont été traduits en français et ne laissent aucun doute sur la dangerosité de l’homme. A l’instar de son livre Fiqh as-Sîra édité par Dar-al-Fiker en 1995. A la page 187 nous pouvons lire:

« Le Jihad désigne en son sens exact, la lutte pour la cause de Dieu et l’établissement d’une société islamique; le combat constitue en lui-même un aspect de cette lutte; il vise à fonder une nation islamique authentique. Quand à ses étapes: Le Jihad, comme nous l’avons vu, était au début de l’ère islamique, un appel à l’Islam impliquant la nécessité de résister aux difficultés et aux épreuves par la voie pacifique, cet appel s’accompagna au début de l’Hégire par le combat défensif rendu légitime, autrement dit par l’autorisation de répondre à la force par la force. A une étape suivante, l’Islam rendit légitime le combat de tous ceux qui empêchent la constitution d’une société islamique; en particulier les athées, les idolâtres et les polythéistes à cause de leur impossible intégration à l’Islam. Quand aux gens du livre, Ils peuvent coexister avec les musulmans à condition de se soumettre aux lois qui gouvernent la société musulmane et de s’affilier à la nation islamique en payant au gouvernement un tribu, l’équivalent de la zakat imposée aux musulmans. Cette dernière étape consacra la nécessité du Jihad dans l’islam sous la forme définitive en tant qu’un devoir imposé aux musulmans à toute époque, au cas où ils disposent d’une force armée suffisante. Dieu dit à propos de cette dernière étape du jihad ‘Combattez ceux des incrédules qui sont près de vous. Qu’ils vous trouvent durs. Sachez que Dieu est avec ceux qui le craignent’ [Coran Sourate IX ]Le prophète parle de cette étape du jihad en ces termes: « J’ai reçu l’ordre de combattre les gens jusqu’à ce qu’ils disent: Il n’y a qu’un seul Dieu professant leur foi en un seul Dieu. Alors seulement auront-ils la vie sauve. Mais s’ils sont coupables, Dieu jugera de leur sort. »

Sur son site Internet[10], al-Bûti répond aux questions des visiteurs voulant le consulter sur toutes sortes de sujets. A l’un d’entre eux il répond :

« Si vous voulez dire que les masses doivent se gouverner par elles-mêmes, cela rentre en contradiction avec les règles de l’islam, car celui qui fixe les règles est seulement Allah et les lois islamiques[11] »

A un autre, se présentant comme un étudiant étranger en France ne sachant si la charia l’autorise à pratiquer du sport avec des filles en short, al-Bûti répond :

« Le consensus de la majorité des juristes sur la question est que la partie située entre les anches et les genoux est privée. Ainsi, si le pantalon recouvrant le genoux est permis, il n’est pas permis qu’un pantalon s’arrête au dessus [12]»

Révélateur de l’abysse culturel séparant culture occidentale et islamique, le juriste interdit à toute personne non mariée d’écrire… des lettres d’amour.

Question d’un internaute : « Si vous essayez de vous marier avec quelqu’un, est-il permis de lui écrire des lettres d’amour ou des poèmes d’amour (exprimant vos sentiments ?) :

Muhammad Said Ramadan al-Bûti : «Ecrire des lettres d’amour avant le contrat de mariage n’est pas permis »

A un autre, ne sachant quoi dire à sa sœur ne voulant pas porter le voile au prétexte que, selon elle, cela serait facultatif en islam, al-Bûti répond :

« Le chemin de la persuasion est de lui réciter les commandements d’Allah sur le voile pour les femmes dans les sourates (coraniques) Al-Nour et Al-Ahzab »

Et pendant ce temps là, à la mairie communiste …on veut « s’ouvrir au monde  » (contacter les conseillers municipaux ici)

Source: http://www.islamisation.fr/